Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En mai 2018, le forum a CINQ ANS ET DEMI.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Sam 2 Jan - 15:00

Un zombie ou la vie ?× ft. Graham & Rebekah
Elle aspergea son visage d'eau, passa ses mains mouiller dans ses cheveux brun pour les rabattre ver l'arrière et se releva.  Elle pris le bas de son tee-shirt pour se secher le visage, puis se tourna vers son allié en reprennant son sac pour le mettre sur son épaule.   Elle le regarda et lui fit un bref sourire.  " Franchement faudrais apprendre aux rôdeurs a mourir sans giclé de partout ! J'en est marre de me retrouver a chaque fois avec des morceaux dans les cheveux et sur le visage." Elle venait de passer deux minute a se laver le visage car en tuant des rôdeurs qu'ils avaient croiser, elle s'était reçut des bout de tête de zombie sur le visage.  Elle avait vraiment horreur de cela. Et donc avait exigée de faire une pause a la riviére la plus proche pour se nettoyer. Enfin Graham commencait a avoir l'habitude de princesse Rebekah  depuis le temps.  Ils formaient une équipe plutôt bien rôder. Des leurs rencontre, ils n'avaient pas eu besoin de parler pour se mettre d'accord sur le fait que c'était leurs vie a eux qui passait avant le reste. D'ailleurs ils n'avaient pas hésité une seule secondes a sacrifier la troisième personne qui était avec eux, pour échapper a une horde.  Et donc aujourd'hui ils n'étaient plus que deux, et hônetement, je pense que personne n'avait vraiment envie de les croiser. Ils piégaient souvent les autres groupes de  survivants qu'ils croisaient et leurs prennaient tout ce qu'ils avaient et qu'ils jugaient utile. En sommes ils ne leurs laissaient pas souvent grand chose.  Et ni Graham, ni Rebekah n'avait de remords a faire cela. Il y avait en plus entre eux une sorte d'alchimi. En un regard ils se comprennait, et les deux savaient plus ou moins carresser l'autre dans le sens du poil. En somme pour eux c'était un bien d'être tomber l'un sur l'autre... Pour les autres survivant aux alentours c'était un mal.  Mais bon, qui les soupconnerait d'être de mauvaise personne ? Ils avaient tout les deux une gueule d'ange. Et ils les prennaient en traitre, c'était leurs façon de faire. Sournois, voila ce qu'ils étaient. Et tuer leurs "otages" n'était en aucun cas un problème. Tout cela plaisait vraiment a Rebekah. Et une chose qu'elle aimait aussi, c'était le fait qu'ils ne se posaient pas de questions sur leurs passés, sur leurs vie d'avant. Ils se concentraient sur le présent et sur leurs survie.
Après la pause débarbouillage a la rivière, ils reprirent leurs route. Ils ne restait jamais au même endroit, de toute façon ils n'étaient nul part en sécurité ici.  Et puis c'est en avancant qu'ils croisaient des groupes.  " Tu sais ce qui serait idéal ? Qu'on se trouve un camping car...Ou même une bagnole avec de l'escence. J'commence a en avoir marre de la marche a pied."  Depuis ce matin, Rebekah était grognon, en faite depuis quelques temps elle passait son temps a râler. Mais elle se fichait pas mal si elle enervait ou non Graham. C'était comme ça, elle râlait et se plaignait que cela lui plaise ou non. Après tout,  la belle brune était un peu une princesse quand même.   Elle s'arrêta net d'un coup et d'un geste fit s'arrêter le beau brun a côté d'elle. Elle lui fit signe de se taire et tendre l'oreille.  Elle avait entendu des voix pas si loin de cela. A en juger par le nombre de voix qu'elle avait entendue, c'était un groupe de trois ou quatre personne. Et il semblait y avoir des adolescent dans le lot.  Elle fit un signe a Graham et chacun de leurs côté ils contournérent le groupe pour les prendre de revers. Quand ils furent juste derrière eux, Reb' pointa son arme sur la temps d'un homme qui semblait être plus ou moins le chef  " Personne ne vous a appris a toujours surveiller vos arrière ? Aller, vous aller vous agenouiller tranquillement et  laisser mon pote prendre vos armes et vos sacs" Le groupe de cinq personne s'excécuta en levant les bras en l'air alors qu'une des femmes se mis a sangloter " Pitié, ne nous faites pas de mal...On a besoin d'aide" Rebekah roula des yeux et regarda Graham l'air exaspérée " J'ai du oublier de préciser que vous deviez faire tout ça en silence ! "  Dit elle sur un ton qui trahissait sa mauvaise humeur.  
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Sam 2 Jan - 22:29

Je croisais les bras d'un air nonchalant tout en observant la jolie brune qui se rinçait le visage un peu plus bas au bord de la rivière non sans se plaindre à mainte reprise. Et oui, son visage avait été sali, et oui exploser des cervelles ça tâche, et oui, la survie ce n'était pas un défilé de mode. Mais je ne répondais rien me contentant de garder un sourire aux lèvres. Elle se plaignait, mais c'est vrai qu'elle savait se défendre, je ne pouvais le nier. Elle leur avait littéralement explosé le visage pourtant déjà bien décharné. « Ça serait bien oui, mais faut pas trop leur en demander, je pense » Je me contentais de hausser les épaules avant de m'approcher de l'eau et de rapidement me passer un coup sur les mains et brièvement sur mon visage même si j'avais eu la chance d'éviter les éclaboussures, du moins sur mon visage. L'un des intérêts de la batte, fracasser les crânes sur le côté même si moi, je me fichais un peu d'être propre ou sale. C'était le cadet de mes soucis même si depuis que je voyageais avec Bekah, j'étais habitué à ce genre de petite halte. Pour être honnête, la seule chose qui m'empêchait de l’assommer avec ma batte bien souvent était sa personnalité que j'adorais. Et sa poitrine aussi, mais c'est une autre histoire. Bekah était à mes yeux le partenaire idéal, nous avions les mêmes réactions, mais surtout le même instinct de survie. Et c'est ça qui faisait notre complémentarité, nous étions tellement égoïstes lorsqu'il s'agissait de notre survie que nous en avions les mêmes réactions. Comme le jour où nous avions tiré dans la cuisse de ce mec lorsque nous étions poursuivis. C'était beau. On aurait pu l'achever d'une balle en pleine tête, mais finalement avec ses cris de douleur, on était sûr qu'il les attire tous. Puis je n'aimais pas sa gueule donc au moins c'était régler. Depuis nous n'étions que deux, deux simples compagnons qui voyagent sur les routes à la recherche d'autre groupe dans le simple but de les piller et de tout leur prendre. Sans le moindre scrupule évidemment. Nous étions l'équipe parfaite, deux survivants aux méthodes les plus horribles les unes plus que les autres et pourtant qui était capable de cohabiter et de se prêter main forte. Deux démons dans des corps d'ange en somme, avec nous plus que jamais il faut se méfier des apparences.

Finalement après nous être débarbouillé dans la rivière, nous avions repris la route. Inutile de trainer trop longtemps au même endroit. D'une part, nous attirions d'avantage les rôdeurs et d'une autre, il nous fallait bien trouver un petit groupe. Nos stocks de nourriture étaient presque épuisés et je ne supporterais pas de passer une journée sans rien dans le ventre. Sans compter que mon acolyte risquait de se montrer insupportable si c'est besoin n'était pas comblé. Là encore, je l'entendais se plaindre, mais elle n'avait pas tort. Un bon camping-car ne serait pas de refus ou rien qu'une voiture. Cela faisait un moment que je restais à pieds, mais c'est vrai qu'une bonne voiture. Mais en même temps, cela devenait une question d'habitude. « Ouais, c'est vrai que ça ne serait pas de refus. Mais en attendant de l'avoir, il faudra que tu te contentes de tes p'tits pieds » Je lui souriais. Elle était bien l'une des seules avec qui j'aimais me montrer aimable même si madame aujourd'hui semblait décidé à râler pour tout et rien. A contrario, j'étais plutôt de bonne humeur sans vraiment pouvoir l'expliquer. J'avais un bon pressentiment pour la journée. Autrement, je lui aurais sans doute intimé d'arrêter de se plaindre et elle aurait probablement fait la tête. Je fus surpris lorsque je vis la jeune femme s'arrêter net tout en m'intimant d'un geste de la main de faire de même avant de me faire comprendre de tendre l'oreille. Bien joué. Un sourire apparut sur mon visage lorsque j'entendis des voix, chouette , de nouveau camarades de jeu. Il ne devait pas être bien plus de quatre d'après la voir. L'opération se lançait et chacun de notre côté, nous contournions le groupe pour les prendre de revers. Je vérifiais mon Beretta installé à ma ceinture contre ma cuisse, ainsi que si mes pieux étaient tous bien placé. J'en avais toujours un placé dans ma manche droite ainsi qu'un autre dans mon dos sous mon haut de façon à être armé sans que cela soit visuel. On est jamais trop préparé. Ce groupe-là, cependant, m'avait l'air d'être simplement de gros faiblard. Je laissais donc ma camarade lancé les hostilités en pointant son arme sur l'un des hommes grassouillets et dans la quarantaine sous les yeux estomaqué de ses trois camarades. Rebekah leur lançait des ordres simples. J'espérais que la pêche allait être bonne tandis que je m'approchais du groupe de cinq en traînant ma batte métallique contre le sol. L'une des femmes se mit à sangloter en nous suppliant de ne pas leur faire de mal, car il avait besoin d'aide. Je ne leur attachais que peu d'importance tandis que ma douce Bekah leur faisait comprendre de la fermer. J'attrapais les sacs pour les vider au sol et ainsi pouvoir prendre des choses pouvant être intéressantes. « J'attrapais tout d'abord tout ce qui concernait la nourriture, les choses intéressantes en quelques sortes. « Oh devine ce que j'ai trouvé Bekah, des raviolis »


Je continuais de remplir mon sac sans attacher d'importance aux victimes qui me regardait d'un air dépité. Leur pitoyable groupe n'était composé que deux hommes, deux femmes et un adolescent. Celle qui avant avait déjà eu la bêtise de prendre la parole se risqua à l'ouvrir une nouvelle fois. « Pitié, ne nous prenez pas tout comment allons nous survivre ?» Elle l'avait cherché, Bekah lui avait pourtant donné un avertissement. Je me redressais serrant ma batte avant de m'approcher d'elle et de lui asséner un violent coup en plein visage qui la fit partir en arrière lui cassant au passage deux ou trois dents et l’assommant presque sur le coup. « On t'a dit de la fermer. » L'autre femme se mit à hurler tandis que l'un des hommes se mit à bondir dans ma direction dans un air de rage. Pourquoi ça finissait toujours ainsi. On leur avait laissé leur chance pourtant. Je gardais mes distances avec celui qui me bondissait dessus armer de son couteau en lui mettant un coup de batte dans le bide ce qui sembla freiner son camarade masculin et l'adolescent qui resta penché au-dessus du corps de la femme défiguré par mes soins. Je fis cependant un signe à Bekah, qu'elle en fasse ce qu'elle voulait après tout. Je m'agenouillais vers l'homme blessé se tenant le ventre avant de tâter ses poches pour en récupérer les possibles armes, mais il ne tenait que son couteau. Ces gens devaient être dingues. « Pourquoi vous n'êtes jamais capables de faire ce qu'on vous dit ... » soupirais-je en râlant contre eux comme-ci leur conduite était injustifiée.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Dim 10 Jan - 8:33

Un zombie ou la vie ?× ft. Graham & Rebekah
Elle était de mauvaise humeur, pour une raison simple. Si son compte des jours était bon, aujourd'hui c'était l'anniversaire de la mort de son père.Et même s'il était mort depuis 18 ans, et qu'il était la raison de beaucoup des maux de Rebekah, ce jour était toujours horrible pour elle. Normalement elle se rendait dans le caveaux de son père et le pleurait un moment. Mais maintenant elle ne pouvait plus, en plus le caveau avait surement était détruit par les zombies, et la demeure Fitzgerald devait surement être infestée. De toute façon elle n'avait pas mis les pieds dans cette maison depuis presque 7 ans, ce n'est donc pas ne pleine apocalypse qu'elle y irait. Et puis, elle n'avait pas donner de raison a Graham pour sa mauvaise humer, et il ne lui avait rien demander non plus. De toute façon elle aurait élucidé la question. Enfin elle râlait mais lui semblait de bonne humeurs, alors il répondait a ses rallement par de l'humour, ce qui fit un peu sourire Rebekah.  Il était fort pour la faire sourire aujourd'hui. Enfin elle commençait a bien l'aimer, ce qui était rare et un énorme plus pour lui. Moins de risque qu'elle ne le sacrifie du jour au lendemain comme elle l'avait fait pour Tony. Enfin en marchant, ils étaient tomber sur un groupe de cinq personne, deux hommes d'une quarantaine d'année, deux femmes d’approximativement le même age et un ado d'une quinzaine d'année. En gros un groupe de gros nul qui allait pas faire long feu.Surtout qu'ils venaient de tomber sur Graham et Rebekah, ce qui réduisait de 90% leurs chances de survie.  Rebekah avait tout de suite pointé son magnum sur la tempe de celui qui semblait être le chef. Il avait beau faire au moins trois tête de plus qu'elle, et facilement vingt kilos de plus qu'elle, elle n'avait absolument pas peur de lui, ni des autres membres du groupe d'ailleurs. Au contraire, elle les méprisait et les prenait de haut.  Elle leurs avait intimés des ordres bien précis, ils avaient coopérais... Mais pas tout a fait comme l'aurait voulut Rebekah. Elle leurs dit de se taire et souri quand le brun lui dit qu'il avait trouver des raviolis. La priorité des deux pilleurs était l'eau et la nourriture. Et s'ils avaient de la chances ils tombaient sur des boites comme les raviolis, bref autres choses que des haricots ce qui semblait rare maintenant. "Cool ! C'est repas de fête ce soir !" Et comme souvent, ca vira au vinaigre, en général c'était souvent les femmes qui se mettait a geindre et qui lancer la bataille. Graham peu patient avant assommer la femme qui les suppliait a coup de batte de base ball. Certes c'était peut-être violent, mais a Rebekah ça ne fit que la soulager, au moins elle ne l'entendrait plus geindre. L'autre homme se jeta sur Graham, qui lui régla vite son compte. Alors que le chef voulut se joindre a la bataille, Reb fit un son avec sa bouche pour lui faire comprendre que s'il voulait rester en vie, il valait mieux pour lui qu'il ne bouge pas, ni même ne l'envisage.  Elle posa les yeux sur le contenue du sac de la femme, que Graham avait vider sur le sol. Puis elle regarda l'autre femme et souri. Elle regarda ensuite le chef et soupira aux paroles de son ami. C'est vrai que les gens ne devait pas comprendre quand Rebekah leurs disait de la fermée.  "Je parle surement chinois quand je leurs dit de la fermée!" Plaisanta t elle "Toi n'envisage même pas de bouger, sinon j'te donne une raison de pleurnicher. Regarde j'ai un magnum, sa fait des gros trou bien sale, dans les genoux du gamin ce sera super tu verra.  Alors on est d'accord, plus personne ne bouge ?" Tout le monde, surtout le gamin apeuré hochèrent la tête. La belle brune s'approcha de la femme qui pleuré et lui enleva l’élastique qui lui tenait les cheveux. Puis elle se baissa et ramassa un tee-shirt a manche longue couleur bordeaux qui traînait par terre. Elle le regarda sous toute les couture pour voir si il n'était pas troué ou taché. Puis elle rangea son arme dans son holster, elle savait que Graham la protégerait si un des membre du groupe qui se faisait pillait tentait quelque chose. Elle enleva son débardeur troué et tâché et le jeta au sol. Puis elle enfila le tee-shirt qu'elle venait de ramasser, suite a cela, elle s'attacha ses cheveux brun qui lui arrivait au épaules en une queue de cheval fait vite fait. Puis elle posa un regard assez sévère sur l’adolescent qui ne l'avait pas lâchée du regard a partir du moment où elle avait enlever son débardeur "On peu savoir ce que tu regarde toi ?"Lui dit elle d'un ton sec et sévère. "Ri...Rien du tout " dit l'ado en baissant les yeux. Puis la belle brune regarda son ami en soupirant "On a tout ce qu'il nous faut ? On fait quoi d'eux ? J'pense que les rôdeurs vont pas tarder a débarquer vue les cri de l'autre dinde..." Elle regarda au alentours, pour le moment pas un cadavre ambulant en vue, mais elle savait que le bruits allait les conduire droit sur eux. Ils étaient même surement déjà en chemin.
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Jeu 4 Fév - 21:35

Lorsque Rebekah était de mauvaise humeur, je ne prêtais simplement pas attention évitant de lui parler ou de lui sortir des vannes comme en lui demandant si elle était en alerte rouge ou autre. Je la laissais ruminer jusqu’à ce qu’elle m’adresse la parole mais pour une raison que j’ignore, j’étais d’une excellente humeur et je ne comptais pas assombrir ma journée avec l’humeur massacrante de ma caractérielle mais néanmoins sexy équipière. Etonnament mes petites plaisanteries semblaient la faire sourire, je préférais cela. Je sentais bien que quelque chose n’allait pas mais l’une de nos règles d’or était de ne pas s’immiscer dans la vie de l’autre et je ne comptais pas commencer aujourd’hui. Autrement dit, je ne connaissais rien de la vie de Rebekah, ni de ses secrets et de ses tracas et la réciproque était là, elle ne connaissait rien de mon passé, de ma famille, de mon histoire. C’était bien mieux ainsi, les seules choses qu’elle devait savoir concernait mes agissements depuis que nous voyagions ensemble, ni plus, ni moins pour garder un climat de confiance. Il ne fallait tout de même pas oublier que nous étions aussi dangereux l’un que l’autre, et même si une alchimie existait entre nous, d’amour à haine, il n’y avait qu’un pas et ni l’un ni l’autre ne voulions subir la vengeance de l’autre. Je devais cependant admettre que plus le temps passait et plus mon cœur de pierre s’attachait à cette jeune femme.

Et comme-ci le destin était motivé à redonner le sourire à Bekah et à rendre ma journée encore meilleure, nous étions tombés sur un campement de survivant. Il était cinq à peu près, deux femmes et trois hommes dont un gosse. Autrement dit, des proies de choix pour les prédateurs que nous étions. Nous avions l’habitude de nous en prendre à chaque groupe que nous croisions, parfois sans causer de dommage, d’autre fois en les massacrant tous. Quoi qu’il en soit nous n’hésitions pas à agir. Comme d’habitude, je laissais la demoiselle se charger de les prendre en otage pendant que je pillais leur ressource sous leurs yeux. J’aimais le côté psychologiquement sadique de la chose, car je sais que je ne supporterais pas de voir quelqu’un touché à ce que j’ai si durement gagné en m’ôtant toute chance de survie. Mon dieu, que je l’aimais quand elle parvenait à prendre si rapidement les choses en main. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, tous le petit groupe était agenouillé au sol tout tremblant de l’arme que Bekah pointait sur eux. Minables et faibles à souhait.  Je farfouillais donc dans leur sac jetant ce qui était à mes yeux inutile au sol sans le moindre scrupule quand je trouvai deux boites de ravioli en conserve. C’était presque comme un rêve à vrai dire et je ne pouvais m’empêcher de montrer mes trouvailles à Rebekah avant de les fourrer dans mon propre sac pendant que l’une des faibles me suppliait de leur laisser. Je soupirais avec dédain, je n’étais pas tellement le genre de personne patiente et Rebekah leur avait pourtant demander de la boucler. Il allait donc falloir que nous fassions régner l’autorité. J’avais alors frapper le visage de la femme à coup de batte pour la faire taire. Je ne sais pas si je l’avais tué ou si je lui avais simplement brisé la mâchoire ou juste salement amoché mais en tout cas, elle la bouclait. Dommage que la seconde se soit mis à hurler. Sincèrement pourquoi les femmes sont si bruyantes ? Je dû aussi cependant calmé les ardeurs d’un homme soudainement courageux à nouveau avec ma batte que je lui assénais en plein ventre. Décidément, ma batte restait ma meilleure cavalière à mes yeux. Ma coéquipière se chargea que rappeler aux derniers du groupe qu’une arme était toujours pointée sur eux avant que je ne me plaigne de leur comportement. On leur laisse une chance de s’en sortir indemnes et ils désobéissent. Ils doivent être cons. Rebekah s’amusa de la situation en menaçant une énième fois le groupe avant de venir arracher un élastique à cheveux de la femme consciente et de ramasser un T-shirt sur le sol. Mademoiselle en profitait donc pour faire son shopping.  Je jetais un regard dédaigneux à l’homme que j’avais frappé auparavant avant d’observer la belle Rebekah se changer. Décidément, cette femme était vraiment trop sexy. Si nous n’étions pas en mission pillage, j’aurais sans doute laissé mes hormones travaillées. « Laisse-le, le pauvre c’est de son âge, il doit pas croiser des canons à tout les coins de rue. » Comment complimenter votre équipière pour la mettre de bonne humeur et se foutre de la gueule d’un gamin tout juste pubère.  Je reportais ensuite sérieusement mon attention sur ma camarade me demandant ce qu’on faisait d’eux. Elle n’avait pas tort, en la première à se plaindre et l’autre conne hurlante, les rôdeurs devaient déjà être en chemin voir pas loin du tout. Je haussais alors les épaules posant ma batte au sol avant de m’approcher du gamin que je redressais par les cheveux avant de le poignarder dans le ventre à trois reprise et de le jeter au sol sans prêter la moindre attention à ses cris de douleur. « On les laisse ici, ils attireront les rôdeurs pendant qu’on se cassera ? » Joignant les actions au mot, je faisais de même avec l’homme que j’avais mit à terre juste avant sans même jeter un regard  à la seconde femme qui se remit à hurler en me voyant faire. « Mais par pitié fait la taire » Je soupirais, remplissant la fin du sac que je remettais sur mon dos pendant que je laissais Rebekah s’occuper des deux derniers survivants qui essayaient de s’enfuir dans un dernier espoir. Les pauvres. « Putain mais c’est que ces cons en avaient des stocks de bouffe, on va se faire de vrais festins ! »
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Lun 8 Fév - 20:09

Un zombie ou la vie ?× ft. Graham & Rebekah
Le petit groupe qu'ils braquait avait tout fait foirer. Normalement ils arrivaient, prennaient tout et repartait souvent sans les tuer. Mais là, les victimes avaient fait du bruit. Ils avaient donc surement attirés beaucoup de rodeurs. En faisant les idiots, ils avaient signés leurs arrêt de mort. S'ils avaient un peu mieux coopéré, Reb aurait peut-être suggéré de les laisser en vie. Bien qu'elle ne savait pas trop si après s'être fait pillé c'était un bien ou un mal de rester en vie.  M'enfin elle s'en souciait très peu, ca ne pesait absolument pas sur sa conscience. Elle considérait avoir la conscience parfaitement tranquille et ce malgré toutes les personnes a qui elle avait hôté la vie, avant ou après le début de l'épidemie. Pour elle une vie qui n'était pas la sienne ou celle de quelqu'un qu'elle aime ne comptait pas vraiment, ca ne signifiait pas grand chose.  Et depuis que les morts revenait a la vie, ca ne signifait carrément plus rien. Les autres lui importait encore moins qu'avant. C'est pour cela qu'elle s'en fichait que Graham casse la figure de deux personne du groupe qu'ils étaient en train de braquer. Au contraire, cela la fit sourire, après tout, elle  baignait dans la violence depuis son enfance alors elle avait finir par presque l'aimer.  Et ce qu'elle aimait encore plus, c'était menacer les gens. En général elle n'avait pas besoin de trop insisté, elle était très convaincante, et comme elle avait pleinement confiance en elle, cela avait tendance a disuader les autres de la contredire. Bien sur certain était plus convaincant et habile qu'elle, parfois ses menaces ne servait a rien. Après tout elle était humaine, elle avait aussi ses défauts -beaucoup d'après certaines personne- et ses faiblesse. Mais visiblement, avec ce groupe les petite menaces marchait a merveille. La preuve elle put ranger son arme et faire son petit marcher. La preuve elle pris l'elastique des cheveux d'une des femme, qui completement choquée se laissa faire. Puis elle ramassa un tee-shirt a manche longue. Cela tombait bien, elle n'en avait plus et en manquait cruellement. Les débadeurs c'était bien, mais parfois elle avait un peu froid. Donc là, avec des manches longue était parfaite. Elle n'hésita pas a se deshabiller devant le groupe. C'est pas comme si elle était très pudique. De ce fait, ils avaient tous put observer le haut du  tatouage tribal qu'elle avait aux reins et un bout aussi des trois lettres qu'elle avait tatoué sous la poitrine.  Bon ils avaient aussi put voir les quelques cicatrices qu'elle avait dans le dos, mais aussi  la grande en vertical le long de ses côtes.  Mais bon, ce n'était pas comme si Graham ne l'avait jamais vue sans haut, ou si elle en avait quelque chose a faire des autres qui avaient assisté a la scene. Toute façon ils allaient mourire d'ici peu.  Elle fit quand même peur a l'ado, juste pour la forme. Au fond le voir la bouche grande ouverte comme cela flatait son égo. Puis elle fit un grand sourire a Graham qui la flatta lui aussi.  Suite a cette petite distraction, les deux pilleurs décidérent qu'ils avaient tous ce qu'ils leurs fallait. Et pour pas avoir des morts aux basquettes, le beau brun  décida de les buter. Il poignarda l'ado et Reb ne put s'empecher de lâcher un  "Bon bah au moins il aura vue une femme sans t-shirt avant de mourir"Puis elle regarda le brun poignarder aussi l'homme et finir de récuperer les vivres aux sol. Elle soupira quand il lui demanda de se charger des deux autres. Elle n'avait pas vraiment envie de se salir les mains aujourd'hui. Elle sorti donc son arme, tant pis pour les deux balles qu'elle allait user. Elle tira dans le genoux de la femme qui hurlait et dans le dos de l'homme qui était en train de s'enfuir en courant.  Si elle avait bien viser, normalement elle avait surement attein la colone, donc il ne pourrait pas se relever de si tôt. Elle soupira a nouveau et rangea son arme en regardant le brun qui lui parla de bouffe.  "Ca remboursera mes deux balles gâchée. Et trouvons de l'alcool et un abris et se sera soir de fête !" Dit elle en lui souriant. Elle se remit en route enjambant le corps de la femme qui hurlait de douleurs.

Ils marchaient dans la foret depuis presque une heure maintenant. Ils ne parlaient pas, parfois ils marchaient juste, en pensant. Enfin a ces moment là, Reb se perdait un peu dans ses pensées. Elle se remémoré parfois des souvenirs, ou se demandait ce qu'elle ferait a cet instant précis si le monde n'était pas partie en vrille.  Elle serait surement en train d'embêter Conrad. Oui avant l'épidémie, elle avait décider de rentrer a San Francisco et s'y poser un an ou deux. Après tout elle avait bien assez d'argent a cette époque pour vivre comme une reine pendant quelque années. Oui, elle aurait était en train de faire une petite blague qu'elle seule aurait trouver drôle a Conrad, pour oublier cette date funeste. Rien que cette pensé la fit sourire.  Enfin les bruits d'un rodeurs la ramenairent sur terre. Pas de chance elle remarqua vite que Graham l'avait vue sourire comme une conne. Elle lui lanca un regard noir qui voulait tout dire et lanca séchement un  "J'm'en occupe"En tirant son couteau de sa ceinture.  Puis elle  se tourna et s'enfonca dans les fourré dans la direction d'où venait les bruits.  Ils faisaient souvent cela, chacun leurs tours ils s'occupaient des rôdeurs qu'ils entendait arriver, c'était de la prévention pour ne pas avoir de problèmes plus tard.  Car ils avaient vite compris qu'en laisser un en vie finissait toujours par provoquer des problèmes.  Elle s'appretait a tuer un mort-vivant tranquillement et retourner sur le chemin avec Graham.  Sauf qu'elle tomba nez a nez avec une hordes. Elle étouffa un petit couinement, sauf qu'ils tournairent tous la tête en même temps vers elle. Elle dut surement pâlir. Elle fit trois pas en arrière puis se tourna rapidement pour partir en courant. Elle rejoignit vite le chemin et hurla   "COURS !!!" Quand elle croisa Graham qui ne se fit pas prier.  Ils rejoignirent très vite la routes, elle courrait aussi vite qu'elle pouvait, sa vie était en jeu après tout. Et la hordes d'une trentaine de rôdeurs qu'ils avaient aux trousses n'avait pas l'air de vouloir juste leurs faire des bisous.  Heureusement sur la route il y avait un camion qui semblait abbandonner. Sans réfléchir elle se précipita vers la cabine. En ouvrant la porte elle fit tomber le rôdeurs qu'il y avait dedans, et d'un coup de pied elle lui explosa la tête contre les marches pour acceder a la cabine et grimpa dedans.  Quand Graham l'eu rejoint elle ferma la porte et poussa un long soupir de soulageament alors que la horde se metait a taper contre le camion.  Un orage éclata au loin, et fut rapidement suivit par une grosse averse. Rebekah laissa échapé d'entre ses lèvres un petit rire nerveux"Au moins on est au sec! "  Puis elle posa ses prunelle verte sur le brun "T'avais oublier de me dire que ton fan club était une bande de canibale" Dit elle en souriant. Après tout autant faire de l'humour pour détendre l'atmosphère. En réalité elle avait pas vraiment envie de rire mais bon.
code by lizzou × gifs by tumblr

_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Jeu 31 Mar - 20:01

Devoir frapper le visage de cette femme à coup de batte pour qu’enfin elle cesse de me supplier bêtement ne me faisait ni chaud ni froid. L’homme que j’étais autrefois qui faisait la morale à ses élèves en leur disant que la violence ne résolvait rien. Bon dieu comme j’avais tort. C’est sans doute à cause de ce genre de discours que la plupart de mes anciens élèves n’ont tout simplement pas survécu. Ou peut-être, je n’en savais rien. Le côté agacant avec les survivants, c’est que lorsque l’on en maitrise un, il faut toujours que l’un de leur ami vienne les défendre en hurlant bêtement avant de se faire lui aussi maitriser. La loi de ma batte était toujours la meilleure. Je n’avais pas le moindre scrupule. La pitié n’existait plus, surtout la mienne qui avait disparu en même temps que Connor il y a trois ans. Heureusement, Rebekah reprit très rapidement le contrôle de la situation rappelant aux deux derniers et à leur mioche de se tenir tranquille s’il ne voulait pas finir avec une balle dans la tête. Bien que dans un sens ils auraient sans doute mieux fait car je ne savais pas comment ils survivraient sans vivre ni rien. Je souriais à cette vue, j’aimais les femmes fortes, Bekah était exactement la représentation exacte de ce que j’aimais surtout lorsqu’elle dominait ainsi des survivants leur rappelant qu’ils n’étaient rien et qu’il ne vivrait qu’en fonction de notre bon vouloir. Je pensais les laisser en vie mais il m’avait quelque peu énervé. J’hésitais encore entre tous les tuer ou simplement massacrer les deux idiots sous les yeux de leur camarade. Histoire qu’ils retiennent la leçon. Je n’étais plus à un ou deux ennemis près après tout.

J’avais prit par la suite le contrôle des otages lorsque ma camarade voulu faire son petit tour de marché dans les affaires de nos nouveaux amis arrachant même un élastique des cheveux de la femme encore à genoux qui sanglotait bêtement à la vue de ses propres camarades dont l’une ensanglanté et probablement défigurée pour ne pas dire morte. Je ne tiquais pas plus lorsque la jolie brune se changea sous nos yeux à tous. Elle faisait incroyablement plaisir aux yeux et visiblement pas qu’au miens puisque le mioche blondinet l’avait observé avec des yeux ronds. Faut croire que même en temps d’apocalypse, les hormones ça travaille. Rebekah aussi le remarqua et s’amusa à le taquiner tandis que je le défendais la complimentant au passage.  Le plus drôle dans cette histoire était que notre naturel et la scène qui se prolongeait torturait sans doute psychologiquement nos otages se demandant ce qu’il allait leur arriver. Cependant il fallait reprendre notre chemin avant que le vacarme de l’autre pintade nous attire des ennuis. Je savais que les plus proches ne tarderaient pas à arriver, c’était déjà un miracle que cela ne soit déjà pas le cas. J’avais donc prit la décision de me débarrasser d’eux pour qu’il serve de repas aux rôdeurs pendant que nous serions en fuite. J’avais commencé par le gamin sans savoir pourquoi, je l’avais poignardé à trois reprises sans le moindre problème le laissant gisant au sol avant de finir celui que j’avais assommé. Je laissais Bekah se charger des deux autres même si elle préféra gâcher deux balles. Je ne lui disais rien, elle gérait son stock et je gérais le mien dans tous les cas elle ne laissa que des corps étendus au sol mais vivant hurlant leur douleur. Nous étions maintenant prêt à partir, je jetais un dernier regard aux cinq membres de cet ex groupe. Je leur souhaitais de mourir avant l’arrivée des rôdeurs qu’ils aient le temps de se transformer et de ne pas se faire dévorer. Dans le cas contraire, ils n’auront cas s’en prendre qu’à eux même. « Ça me va ! » approuvais-je lorsqu’elle parlait de trouver de l’alcool et un abri. La soirée allait être parfaite. Je reprenais ma batte et mon sac à dos plein à ne presque plus fermer pour reprendre la route.

Nous avions repris notre route depuis presque une heure, marchant silencieusement me laissant repenser à toute sorte de chose mais notamment à ma famille. Même après tout ce temps, à chaque aventure que je vivais je regrettais que mon fils ne soit pas là avec moi tout comme sa mère. Je ne m’attardais cependant pas longtemps sur ce genre d’idée sombre me donnant encore plus d’envie de violence contre cet enflure de monde. Mais au fond, si ma famille était resté vivante serais-je encore ici ? Aurais-je vraiment changé ? J’aurais été plus heureux mais aussi mort depuis bien longtemps. Au moins je n’aurais pas eu à survivre avec cette horrible image en tête, celui de mon enfant transformé en rôdeur dévorant sa propre mère. Je me demande bien si à ce jour, le zombie qu’il était devenue rôdait encore dans mon ancienne maison que j’avais pris soin de fermer à clé ou si des pilleurs étaient venu et l’avait éliminé. Je ne préférais même pas savoir. Les bruits d’un rôdeurs me tirèrent de mes pensées alors que j’avais posé mon regard sur ma camarade toute souriante qui finit par me lancer un regard noir avant d’annoncer qu’elle allait s’occuper du mort vivant. « D’acc. » Je la suivais du regard sans vraiment m’inquiéter pour elle lorsqu’elle partit à la recherche de l’ennemi pour l’éliminer définitivement.  Je fus alors énormément surpris de la voir revenir en cours et en m’hurlant de courir. Seulement je ne me posais pas de question et je choisissais de l’écouter sans même demander de quoi il s’agissait rejoignant rapidement la route sans nous arrêté. Notre endurance était devenue bonne, le métier de survivant était bon pour le physique. Par chance, nous tombèrent sur un camion abandonné et nous tombions immédiatement d’accord pour nous en servir de refuge.  Nous grimpions dans la cabine après que Rebekah ai délogé un autre rôdeur et enfin nous semblions en sécurité malgré que la horde tape contre le camion. Nous étions sans doute mal en point du point de vue de la situation mais au moins vivant. Rebekah plaisanta quelque peu pour détendre l’atmosphère mais je cherchais déjà un moyen de sortir d’ici. « J’avais aussi oublié que j’avais un fan club aussi enragé. » Je haussais les épaules soupirant un coup. « On fait quoi ? A mon avis les rôdeurs ne vont pas nous laisser tranquille de sitôt. » Je l’observais droit dans ses beaux yeux verts avant d’ajouter. « On peut essayer de s’en débarrasser ou on fuit? » Je continuais de l’observer, la situation était tendue et pourtant mon gout de l’aventure m’aidait à ne pas paniquer… On allait devoir les butés un par un je pense mais c’était la seule solution. Seulement la situation critique ne rendait pas moins Bekah beaucoup plus attrayante et je ne pus m’empêcher de l’embrasser fougueusement non pas par amour mais pas attirance, dans le doute ou je ne survivrais pas avant de prendre mon pieu accroché dans le dos et de le planter dans le crâne du rôdeur le plus proche le laissant s’écrouler pendant que je refermais ma fenêtre. « Mauvaise idée en fait, on est encerclé. Par contre si on met du sang d’un côté du camion, on devrait pouvoir attirer la plupart de ce côté pendant qu’on se barre de l’autre mais ça ne nous avancera pas plus. »
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Mar 12 Avr - 16:25

Un zomboe ou la vie?

Ils avaient beau s'être débarasser du groupe qu'ils avaient pillés juste avant, en les laissant vivant mais blesser, pour qu'ils attirent les rôdeurs, ils étaient quand même, dans l'instant présent coincés par une horde. De toute façons c'était prévisible, qu'ils croisent toujours un ou deux rôdeurs. Il ne se passait pas une journée sans qu'ils n'en croissent. Enfin, Rebekah se serait bien passer de cette horde et de se retrouver enfermer dans un camion. Camion dont l'interrieur puait la mort a cause de ce camioneur qui était mort dedans, et qui en plus était décoré de façon dégoutante pour la brune. La brune au yeux vert se serait bien passer de savoir de par les photos afficher au plafond, que le camioneur propriétaire du camion aimait les blonde a forte poitrine. Enfin, elle n'allait pas se plaindre, s'il n'y avait pas ce camion, ils seraient tout les deux encore en train de courire poursuivi par cette horde, sous la pluis et l'orage qui plus ai.  Elle rit a la réponse de Graham a sa blague.  Mais ne surenchérie pas. Les plus courtes étaient les meilleures et puis, l'instant n'était pas a la rigolade. Quand il lui demanda ce qu'ils faisaien maintenant, car il avait raison, les rôdeurs ne les lacheraient pas de sitôt, elle se mit a regarder tout autour d'elle a la recherche d'une solution.  "Je... Je sais pas... Laisse moi réfléchir. " Elle posa les yeux sur le brun qui était en train de la fixé, ne comprennant pas ce qu'il regardait. Quoi il n'avait pas autre chose a faire que la reluké comme ca ? Elle n'eu même pas le temps d'ouvrir la bouche qu'il l'embrassa fougeusement. Comme si c'était le moment pour ce genre de chose tien ! Si normalement elle ne disait pas non a un baiser et, ou une partie de jambes en l'air, là ce n'était clairement pas le moment pour cela.  Enfin elle compris vite pourquoi il avait fait cela en le voyant ouvrir sa fenetre et tuer un rodeur avec son pieu.  Elle secoua la tête a la suggestion du brun. Les attirer tous du même coté du camion lui parut une très mauvaise idée.  "S'ils sont tous du même coté ils vont renverser le camion a tous pousser et on sera encore plus bloquer... " Dit elle en continuant a regarder autour d'elle a la recherche d'une solution de replis. Quand son regard se posa sur le volant, et qu'elle vit les clés sur le contact, elle s'insulta intérieusement de ne pas y avoir penser tout de suite. Elle essaya donc de démarrer le camion, elle n'avait jamais conduit de camion, evidement elle était plutot du genre voiture de sport luxueuse plutot que gros camion de transport. Mais ne dit-ont pas qu'il y a une premiere fois a tout ?  Pendans une demi seconde, elle crut avoir réussi, elle crut qu'ils étaient sauver. Mais non, malgré le vacarne qu'il fit, le véhicule ne démarra pas. Evidement, il devait surement être a l'arrêt depuis longtemps, voir même ne plus avoir d'essence. Elle soupira et lâcha un.  "Fait chier putin !" Vulgaire vous dites ? Elle n'en avait vraiment rien a faire, de toute façon dans le monde actuel, les gens n'avait que faire de votre vocabulaire.  Elle tapa trois grand coup sur le volant, pour evacué la rage qu'elle était en train d'acumulé et garder son calme. Puis se remis a la recherche d'une solution. Elle leva les yeux sur le plafond et la solution lui sauta aux yeux.  "Fait comme moi !"Dit elle en se relevant un peu pour décoler une des photo sur le plafond et la coller sur la vitre. "S'ils nous voyent plus, ils s'en iront non ?" Elle enleva une grande photo qu'elle comptait coller sur le parrebrise, quand la photo dévoila une trape, qui devait surement donner directement sur le toit du camion.  "Bingo! " Dit elle en se relevant un peu pour pousser la trappe. Elle pris une grande inspiration, jetta son sac par la trape et en une traction sortie sur le toit. Elle soupira une fois sur le toit. La pluie lui fit comme une douche froide et lui donna très vite la chair de poule. Elle n'était dehors que depuis quelques seconde mais elle avait déjà bien froid. Elle remis son sac sur son dos et regarda Graham par la trappe  "Soit on les tut tous de la haut, a condition d'avoir assez de munition, soit on s'allonge et on attend qu'ils nous oublie. Ou encore j't'ouvre une bréche et tu te tire, moi j'te rejoint après ! " Dit elle, elle voulait lui laisser le choix, après tout, ils decidés a deux normalement, et elle était prête a faire l'un des trois sans soucis. Malgré le fait qu'elle était déjà trempé a cause de la pluie et que du coup elle commencait déjà a avoir froid.  En attendant la réponse de son acolyte, elle sortie son magnum et regarda combien de balle il lui restait dans son chargeurs. Elle devrais surement recharger dans pas longtemps, mais tant pis, elle avait deux chargeurs plein coincé dans sa ceinture cela devrait faire l'affaire.  



_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Mer 11 Mai - 16:47

Même si le groupe que nous venions de piller n’était maintenant plus que de l’histoire ancienne, nous n’étions pas forcément sorties de l’auberge. Leur corps encore vivant mais à peine étendus sur le sol devait sans doute retenir les rôdeurs un moment, mais d’après mon expérience, cela ne serait pas suffisant. C’était même prévisible, il y en a toujours un qui comprendra que ça bouge encore et qu’il en aura plus pour lui s’il continue à courir. Hors nous n’avions plus les armes suffisantes pour se permettre de faire face à une horde. Seulement, malgré mes estimations, c’est réellement face à une horde que nous faisions face et qui nous avait poussé à nous enfermer dans un camion, bloqué et sans issues de sortie. C’est-à-dire que j’avais déjà vu mieux comme planque de secours, et plus odorante. En général, un corps vivant ne marinait pas dedans aussi. Mais cette odeur de pourriture ne me donnait pas envie de vomir, ou plus du moins. On s’habituait à l’odeur de la mort et de la putréfaction, c’était un élément de notre quotidien. Je ne prêtais aucune attention aux autres détails du camion, je me foutais pas mal des déchets au sol ou des différentes affiches ce qui me préoccupait vraiment était de sortir d’ici au plus vite. Je gardais cependant mon calme et mon sang-froid et m’octroyait même le droit de répondre à sa blague. Je lui demandais ensuite plus sérieusement ce que nous faisions car les rôdeurs ne nous lâcheraient pas de sitôt voire pas du tout. Une idée me traversa l’esprit et c’est alors que je l’embrassais fougueusement comme si c’était la dernière fois. Je savais que je risquais ma peau. Mais je n’avais pas peur de la mort c’était donc sans réel peur que j’ouvrais ma fenêtre en profitant pour tuer un rôdeur avec l’un de mes pieux avant de la refermer. Mauvaise idée. Je proposais cependant qu’on les attire tous d’un côté pour pouvoir sortir de l’autre mais la jolie brune m’avait alors contredit en argumentant que cela renverserait le camion et que nous nous retrouverions d’avantage bloqué. J’hochais la tête positivement. « C’est vrai… » Mais alors où se trouvait cette fameuse sortie ? Il y a toujours une issue non ? Je l’observais ensuite tenter de démarrer le camion. Pourquoi pas en effet mais avait-il encore de l’essence ou du moins était-il encore en état de marche. L’espace d’un instant, je crus réellement que le camion allait démarrer mais non, il cala. Rebekah s’énerva mais je n’en tenais pas vraiment rigueur. Je cherchais toujours une solution. Rebekah eut alors une idée en me demandant de faire comme elle en commençant à retirer les affiches du plafond pour les coller sur la vitre. Après tout, cela ne me coutait rien d’essayer. J’arrachais aussi les différentes images de femme dénudée que je recollais sur la vitre et le pare-brise. « En théorie, mais s’ils savent qu’on est dedans, je doute que ça suffise… Ca diminuera sans doute le nombre au moins. » Par chance je dirais, Rebekah dévoila une trappe en retirant l’une des plus grandes photos. Une trappe d’aération dissimulés, j’adorais décidément ce modèle de camion. Elle jeta en premier son sac sur le toit avant de sortir à son tour.  Trois propositions s’offraient à nous, les tuer tous de là-haut, se planquer sur le toit, ou qu’elle m’ouvre une brèche et que je parte avant de lui en ouvrir une à nouveau. « Ils sont combien à vue d’œil ? » Je sortais mon arme à feu avant de regarder le nombre de munitions. Mon chargeur était plein. « Tu m’ouvre une brèche en attirant l’attention sur toi avec le bruit. Je sors et j’en tue un maximum pendant que tu attires l’attention, puis tu reviens. Je ne te laisse pas seule ici c’est hors de question ! » Cet acte de solidarité m’étonnait, s’il n’avait pas s’agit d’elle, je l’aurais poussé du toit et je me serais barré pendant que les rôdeurs la dévorer pourtant aujourd’hui, je ne m’imaginais pas la laisser seul. « Prends ça en plus pour que tu aies plus de munition. » Je lui passais mon arme par la trappe avant de sortir mon couteau en me collant à la porte. « Dis-moi quand je peux sortir et c’est parti. »  Je soufflais un grand coup, Bekah tirait bien et j’étais plutôt rapide, si elle les attire bien je les aurais sans me faire remarquer, sinon j’ai intérêt à bien courir. « Et … Ne meurs pas, pour une fois que j’ai une équipière potable » ajoutais-je pour la taquiner.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Dim 5 Juin - 15:42

Un zombie ou la vie?

Elle avait trouver une trappe et était monter sur le toit du camion, laissant au brun le choix entre les trois possibilité qu'elle avait trouver. Il  choisi de la laisser ouvrire une bréche pour qu'il s'échappe. Elle n'était pas étonner qu'il choissise cette option. Les deux autres aurait était trop simple. Elle fut cependant surprise qu'il lui dise de vite revenir. Et surtout qu'il ne voulait pas la laisser seule.  Elle hocha la tête a ses paroles, signe qu'elle avait compris. Elle s'était déjà pourtant préparé mentalement a se retrouver seule, voir même mourrire, sachant le brun avec qui elle voyager depuis un momnet déjà, égoïste. Mais visiblement, il faisait une exception pour elle. C'était assez touchant en faite. Enfin elle n'était pas dupe, encore une fois c'était le fait qu'elle était baisable qui la sauver. Elle ne s'attendait pas a ce que son accolyte l'aime  ou l'apprécie d'une quelconque maniére. Mais bon... Elle prit l'arme qu'il lui passa et lui it un grand sourire  "Merci. " Elle lui fit un grand sourire quand il lui dit de lui dire quand il pouvait y aller. Elle se redressa, laissant la pluie lui tomber dessus. Elle rit légérement quand il lui deamnda de ne pas mourrire. Elle lui jetta un dernier regard et fit un dernier sourire avant de lacher   "Il est pas né celui qui me tuera! " Elle appuya sur la gachette de l'arme donner par son amie, avant de lui crier   "COURS !" Elle se mit a tiré dans le tas. Elle visait a peine, de toute façons c'était devenue machinal maintenant. La pluie lui glacait le sang, elle avait froid, si bien qu'elle se mit a claquer des dents. Mais elle ne se détourna en aucun cas de sa tache. Elle aurait bien voulut s'arrêter, se reposer, se mettre au chaud, mais elle n'avait pas encore fini sa tache. Elle suivait des yeux le brun qui courait, le couvrant tant qu'elle pouvait. Quand elle eu fini le chargeur de l'arme de son ami, elle pris la sienne et se mit a tiré. Quand elle vit que le brun avait atteind les bois suivit par quelque rodeurs, qu'il pourrait facilement abbatre avec ses pieux ou son couteau, elle se laissa tomber assise sur le toit du camion. Et maintenant qu'elle l'avait sauver. Comment elle allait faire ? Elle se coucha un instant sur le toit. En faite, si, elle allait mourire là. Elle qui s'était juré de ne jamais mourrire aussi bêtement...Elle venait de se sacrifier pour quelqu'un ? Elle ferma les yeux, laissant la pluie finir de la congeler. Elle était en train de se demander si elle préféré mourire de froid ou bouffer par les zombie qui l'attendait au sol quand une idée la traversa.  Elle se releva et redescendit dans la cabine. Elle espérait que Graham n'est pas rebrousser chemin en la voyant tarder.  Elle prit quelque minute pour se réchauffer un peu. Puis elle sortie du camion tuant les quelque rodeurs qui se jeter sur elle. Elle s'éloigna en courant comme l'avait fait Graham avant elle. Mais avant d'atteindre la foret, elle tira ses deux  dernière balle dans le camion pour le faire exploser.  La formidable et enorme explosion fit un boucant d'enfer, et souffla quelque rodeur, et elle aussi par la même ocasion. Elle tomba face contre terre, et resta quelque minute comme ca. Les rodeurs attiré par le bruit et la chaleur du feu qui était en train de dévorey le camion, avait tous pris feu, ou presque. Elle fini par se relever, tuant quelque zombie en flamme qui s'était detourner du camion pour venir essayer de la manger, et se remis a courire a la recherche de son ami. Elle couru un long moment a sa recherche. Merde elle l'avait perdue, il était aller aussi loin que ca ?  Finalement il l'avait bel et bien abbandonner. Ou peut-être qu'il avait entendu l'explosion et s'était dit qu'elle était morte dedans, alors il avait continuer sa route sans l'attendre.    Elle se cacha derrière un arbre en entendant des bruit de pas. Elle souri en voyant que c'était Graham. Elle sortie de sa cachette son sourire narquoi sur les lèvres. Elle était trempé, frigorifier, fatigué et un peu sale, mais fière de son coup. Encore une fois elle avait prouver a la  mort qu'elle réussirait toujours a lui échapper. Elle avait prit goût a ce jeu qu'était de filer entre les doigts de la grande faucheuse.   "J't'ai manqué ?"Dit elle au brun d'un air narquoi en penchant un peu la tête.



_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 


Dernière édition par Rebekah B. Fitzgerald le Sam 13 Aoû - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Dim 10 Juil - 18:15

Rebekah avait un instinct de fuite et un sens de la survie que je lui reconnaissais volonté. Elle possédait cette aptitude à toujours retourner une situation, trouver des issues inespérées et s’en sortir. Ses capacités de survivante dépassaient même sans doute les miennes alors que je m’en sortais déjà pas mal contrairement à d’autre. Nous étions alors passé par la trappe et nous avions trouvé un plan d’évasion. J’avais choisi qu’elle m’ouvre une brèche pour que je m’échappe. Mais pour une fois, je n’allais pas laisser mon équipière derrière moi et j’allais lui prêter main forte. Oui pour une fois, je ne me fichais pas de son sort. Mais j’ajoutais qu’elle devait vite revenir et que je ne voulais pas la laisser seule. C’était sincère mais surtout pour qu’elle comprenne que je ne l’abandonnerais pas sur son camion. En soi, je n’avais pas à m’inquiéter, les plus mauvaises herbes crèvent les dernières et elle comme moi en étions de bien nocifs. Je m’étonnais presque, je n’avais plus montré ce genre d’intérêt pour quelqu’un depuis longtemps. C’était déjà arrivé mais cette personne n’était malheureusement plus de ce monde. Alors espérons que Rebekah y survive. Je lui filais alors mes armes à feu qui lui servirait plus à elle qu’à moi et je ne me servirais même pas de ma batte métallisée encore tâché du sang des autres cons sans doute dévoré depuis longtemps que j’accrochais dans mon sac pour ne pas qu’elle me gêne ou ne se barre. Tout était prêt, je n’attendais que son feu vert pour prendre la poudre d’escampette et me débarrasser d’un maximum de rôdeur depuis le bas, sans doute trop attiré par le son qu’elle produira. Elle ajoutait que la personne qui la tuera n’était pas né puis de me donner son signal. J’ouvrais alors la porte assommant un rôdeur à proximité avant de courir à travers la brèche que m’avait ouverte Bekah. De toute façon ils étaient concentrés sur elle mais je restais sur mes gardes. J’enfonçais mon couteau dans le crâne de rôdeur ici et là dans le but de diminuer leur nombre mais ce n’était qu’une faible action par rapport aux siennes. La pluie me trempait jusqu’au os et faisait ressortir leur odeur de putréfaction, ce n’était vraiment pas un moment agréable que nous vivions, ni en haut du camion ni en bas sur le tas. Je parvenais finalement à atteindre le bois seulement suivi de quelques vilains petits canards m’ayant tout de même suivi. Je finissais par les exterminé sans grand mal. Les coups de feu avaient cessé. J’allais devoir agir maintenant. Rebekah avait accepté de passer après moi, de prendre le risque de se sacrifier. Même si ma conscience était assez faible, je ne voulais pas l’abandonner là-haut. Je cherchais différentes issues pour la sauver quand une idée assez simple me vint pour la sauver du trop grand nombre de rôdeur encore présent. Je remontais la route par la forêt essayant de trouver une voiture. Je me foutais qu’elle marche ou non, je ne comptais pas aller foncer dans le tas. La première que je trouvais était alors déjà bien loin du camion. J’espérais que Bekah ne penserait pas que je l’ai abandonné pour tenter un geste désespéré. Je cassais la vitre du véhicule avant d’attraper le rôdeur à l’intérieur et de lui mettre un bon coup de couteau dans le crâne. Je n’avais pas de temps à perdre. Je rentrais dans le véhicule que je démarrais, bingo le gars à l’intérieur devait en être le propriétaire. Je frappais alors la voiture jusqu’à activer l’alarme de sécurité qui dégagea un son totalement horrible pour mes oreilles quand j’entendis soudainement une explosion. Merde Bekah qu’à tu fais ? Je quittais mon véhicule avant de me mettre à courir à la recherche de ma camarade. Exploser le camion n’avait pas été une si mauvaise idée mais heureusement que nous en avions éliminé un grand nombre. Je ne m’arrêtais même pas au camion, je savais qu’elle ne se serait jamais faite sauté avec et je ne voyais pas de rôdeur bouffé un cadavre donc elle n’était pas là. De plus, je remarquais des traces de bottines, différente de mes baskets et je ne pensais pas que d’autres personnes soient passé par là entre temps. Je suivais les traces sur quelques mètres avant de voir sortir une jeune femme de derrière un arbre. Ma jolie coéquipière ce qui me fit sourire. Je ne pus m’empêcher de sourire lorsqu’elle me demanda si elle m’avait manqué. « Je me casse la tête à courir sur je ne sais combien de mètre de trouver une voiture qui fasse du bruit et toit impatiente, tu me fais sauter le camion ? » disais-je alors que le bruit de la voiture se faisait entendre. « Mais oui tu m’as manqué, quoi que je savais que je te retrouverais en entière… Increvable hein ? » Je lui fis un clin d’œil avant de regarder derrière moi.  « Bon… On va se trouver une planque, j’suis un peu claqué ? » Demandais-je comme-ci la journée avait été banale et que nous rentrions du boulot. Ça l’était pour nous et je ne rêvais que d’une maison fantôme où passer la nuit. "C'était bien joué l'explosion, quand même"
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Sam 13 Aoû - 22:22

Un zombie ou la vie?

Encore une fois elle s’en était sortie là ou quelqu’un de lambda serait surement mort. A croire que la brune était faite pour la survie. Après tout, elle avait l’impression d’avoir fait ca toute sa vie. L’explosion avait fait tellement de bruit qu’il avait fallut qu’elle soit dans la foret pour entendre un bruit assez…Assourdissant et très dérangeant, comme un bruit d’alarme de voiture. C’était peut-être Graham ? C’était bien son genre et puis c’était un plan astucieux. Il avait surement tenté de la sauver. Finalement il avait était vraiment sincère quand il lui dit qu’il en l’abandonnerait pas. Quand elle le retrouva elle rit a ses première paroles "Oups pardon, tu voulais les porno entasser sur la banquette arrière ?" Dit elle en riant et d’un ton assez narquois. Enfin c’était un peu leurs jeu s’envoyer des vannes. Elle souri quand il dit qu’elle lui avait manqué. C’est fou, même maintenant elle aimait se sentir désirer et comme elle s’était attacher à lui, elle aimait d’autant plus cela. Elle se contenta d’un clin d’œil provocateur quand il lui dit qu’elle était increvable. Enfin c’était un peu vrai, elle se pensait increvable. Elle savait au fond d’elle que ce n’était pas le cas, elle restait toute de même humaine et donc mortelle, mais sa fierté la poussait à se penser quasi invincible. Et le fait qu’elle avait encore une fois échappé a la mort ne faisait qu’amplifié cette croyance absurde. Elle hocha la tête quand il lui dit qu’ils partaient a la recherche d’un abris. Elle ne rêvait que de cela, un endroit avec un bon feu pour se réchauffer. Elle était complètement geler et plus tremper qu’elle il ne devait pas y avoir. Elle lui rendit son arme a feu avant de lui emboiter le pas. "Merci, c’était bien aussi le coup de l’alarme de voiture…Merci d’avoir fait ca " Lui répondit elle d’un ton doux..Un ton qu’il ne devait surement pas encore lui connaitre

Après avoir marcher un moment dans la foret ils tombèrent sur une petite cabane de bucheron surement. Sans vraiment réfléchir elle sorti son couteau et entra. Rien a signaler, elle fit du bruit pour attiré un quelconque rodeur probablement cacher dans un coin mais rien. Elle inspecta un peu avant de soupirer soulagé. "C’est pas grand mais ca fera l’affaire pour la nuit. Tu fait le feu s’il te plait ?" Dit elle simplement avant de laisser tomber son sac au sol et se mettre a fouillé dedans. Elle en sortie des vêtement sec et tout en tournant le dos au brun se mit a se changer. Bon lui tourner le dos était un peu inutile, il l’avait déjà vue beaucoup de fois nue, mais c’était un peu plus par pudeur qu’autre chose. Une fois changer elle soupira, passa ses mains dans ses cheveux mouillé et étendit ses vêtement sur une poutre basse pour qu’ils sèchent. Une fois fait elle se laissa tomber sur un vieux canapé, qui grinça sous le choc. Elle grimaça, il n’était pas vraiment confortable mais elle avait connue pire et puis, de nos jours c’était un peu obsolète le confort.




_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Mer 26 Oct - 15:11

Cette fois-ci j’avais vraiment cru que Rebekah n’y avait pas survécu, que je l’avais perdu. C’était étrange, que sa situation me préoccupe. Jusqu’à maintenant, mes compagnons de route n’était que des nouveaux jouets, avec lesquels je m’amusais durant des jours et de m’en débarasser une fois lassé. Mais Rebekah avait su se montrer différente des autres et devenir un véritable binôme. Quand j’étais le bras droit elle faisait office de gauche et inversement. Nous nous complétions et au-delà de certains besoins que nous comblions, ce n’était pas de l’amour que je ressentais pour elle mais une complémentarité. Et je devais avouer que ça me faisait chier d’imaginer devoir me passer de ses sautes d’humeur, de son imprévisibilité, de ses coups de folies et de tout nos bons moments. Mais je ne me faisais pas d’illusions, je n’étais plus bercé par ma naïveté et Bekah devait sans doute avoir péri dans l’explosion. Mes efforts et ma loyauté retrouvée n’avait servi à rien. Pour une fois que je m’étais démené à sauver quelqu’un il fallait qu’elle crève. Foutu ironie du sort. Je finissais par croire que la solitude me collait à la peau, finalement c’était bien mon egocentrisme qui payait le plus. Où le sien puisque j’eux la surprise de la voir en retournant dans la forêt. Je l’avais bien sous-estimé, elle et sa patience. Pas foutue d’attendre les secourir. Mais c’était compréhensif, je lui avais prouvé à maintes reprises que le sort des autres m’importait peu et je le pensais vraiment. Peut-être qu’elle ne faisait plus partie des autres ? Je levais les yeux au ciel lorsqu’elle me répondit avec humour et moqueries. Sacrée Rebekah, elle ne changerait donc jamais, même après avoir croisé la mort sa répartie ne s’estompait pas. Mais oui elle m’avait manqué, cette jolie brune avait su se faire une place dans un cœur de pierre, sans doute car j’avais pu en faire autant. Je n’en savais pas mais quoi que l’un ou l’autre dise ou réfute, un lien particulier s’était crée entre nous. Une fois plus ou moins remis de nos émotions, je proposais d’aller trouver une planque. Même les gens invinsibles ont besoin de repos, sans compter qu’on s’était prit la flotte. Je la gratifiais d’un sourire lorsqu’elle me rendit mon révolver que je remettais bien au chaud à sa place dans son holster. J’en profitais pour saluer l’idée de l’explosion du camion. Concrètement, je n’y avais même pas pensé mais c’était imprévu et explosif, comme elle. Mais sa réponse me surprit d’avantage, non pas quand elle salua l’idée de l’alarme de voiture qui était un grand classique mais bien plus quand elle me remercia sur un ton doux. Rebekah qui ne râlait ou ne taclait pas ? J’avais envie de sourire mais je ne répondais rien qu’un simple. « T’inquiète. »

Ce n’est qu’après une longue marche dans la forêt que nous tombions sur une cabane de bûcheron. Rien de bien extraordinaire et encore une planque qui allait nous mettre à l’étroit mais je n’allais pas faire mon difficile. Je la suivais de près ma batte à la main lorsqu’elle entra à l’intérieur après avoir fait du bruit. Finalement aucun danger ne semblait pointer le bout de son nez, je me détendais alors soupirant légérement. Je hôchais la tête lorsqu’elle me demanda d’allumer un feu. Demander si gentiment. Retirant mon gilet, je le lui jetais presque au visage, de façon taquine. « Tiens met ça en attendant. » Levant les yeux aux ciel, je m’attelais à préparer de quoi nous réchauffer, ce qui ne me prit pas énormément de temps pendant que madame se changeait. Pour ma part, j’avais prit un peu la pluie mais je voulais d’abord finir le feu avant d’en faire de même. « Et voilà, d’ici quelques minutes, tu devrais moins greloter comme une fillette. » Je me dirigeais vers mon propre sac pour en vider quelques objet avant d’attraper un vieux jeans noir totalement déchiré sans que ce ne soit voulu et un haut prit d’une précédente victime. «On se mange quoi ce soir ? J’crois que j’ai du chili en boite dans mon sac ça te dit ? »
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Sam 12 Nov - 15:36

Un zombie ou la vie…


 
feat : Graham & Rebekah

Avoir retrouver Graham l’avait un peu soulager quand même. Okai entre eux c’était souvent explosif, du surement a leurs deux caractère très…Fort, mais ils étaient vraiment complémentaire et cela les rendait vraiment fort a deux. Et grâce a cela elle s’était grandement attacher a lui, et l’idée qu’il l’abandonne l’avait un peu angoissée. Mais fort heureusement, ils s’étaient retrouver et donc leurs duo était encore  d’actualité. Ils trouvèrent très vite un abri. Ce n’était pas du grand luxe, ca c’était certain. Mais la brune avait appris au fil du temps à ne plus être pointilleuse là-dessus.  Bien sur que le luxe et le confort lui manquer souvent, mais à qui il ne manquer pas ? Surtout qu’elle avait grandit dans un palace, et qu’elle avait toujours vécu dans des palaces, jamais elle n’avait connue telle…Misère avant l’apocalypse. Mais il faut croire qu’on s’habitue a tout quand on a pas le choix. Alors ce soir elle se contenterait de cette cabane en bois qui avait bien prit l’humidité et sentait un peu le moisi,  de dormir sur ce petit canapé a carreau  tout sauf confortable, de se chauffé avec le feu que Graham était en train de faire et de manger une boite de conserve pas très bonne. Heureusement qu’elle avait la compagnie de Graham pour rentre  tout cela un peu plus vivable. Le brun savait la faire rire et lui remonter le moral dans les pires moments. Il ne se connaissait pas ce dont, évidement ce n’est pas la brune aux yeux vert qui allait lui dire qu’il avait ce pouvoir sur elle. Mais si c’était un grand garçon il le devinerait surement tout seul, si ce n’était pas déjà fait. Comme ils avaient prit la pluie, ils étaient tremper de la tête aux pieds, Rebekah avait d’ailleurs l’impression d’avoir même ses os mouillé tellement elle avait froid.  Elle s’était donc vite changer, mais ca ne changeait rien au fait qu’elle avait encore froid. Et qu’il faudrait du temps au feu pour réchauffé la cabane très humide de donc la brune et son acolyte. Et c’est surtout dans ces moments qu’elle rêvait d’un bon chauffage.  Enfin elle ne se faisait pas d’illusion, elle ne connaitrait plus jamais cela, c’était trop inespéré.  Elle avait depuis longtemps tué l’espoir d’un jour retrouver une civilisation a peut prés normal.  Beaucoup espérait encore pourtant. Et bien elle, elle les trouver naïfs a  faire peur. Elle préférait ne plus se faire de faux espoir et puis elle avait fini par bien s’adapter a sa nouvelle vie.  

Elle rattrapa le gilet que le brun lui lança de justesse avant qu’elle ne se le reçoive en pleine figure. Il était très légèrement mouillé mais cela ferais l’affaire. Elle lui fit un sourire qui apparentait plus avec une grimace et l’enfila «  Merci ! » dit-elle cependant. Elle fit comme si elle riait a sa vanne quand le feu fut pré. «  Hahah très drôle ! Sinon ca va tu vis bien le fait qu’une « fillette » t’ai sauvé la vie ? » dit elle d’un ton un peu sarcastique. Enfin entre eux c’était toujours ça, plein de vanne. Heureusement ils ne le prenaient pas mal. Sinon il y en aurait un qui ne serait plus de ce monde depuis très longtemps. Une fois habillé avec des vêtements secs et le gilet du brun enfilé elle s’installa sur le canapé prés du feu naissant et regarda le brun. «  Oui ca me va » dit-elle quand il proposa du chili en boite. Ce n’était pas fameux mais pas dégueux non plus. On finissait par s’y faire de toute façon.  Elle regarda ensuite le feu et se mit a réfléchir.  C’était bien beau tout ca mais où ils allaient comme ca ? Elle était un peu lasser quand même de marcher sans but précis. Elle n’était pas le genre a aimer la randonner, elle avait même horreur de cela. Enfin loin d’elle l’idée de lui en parler. Elle n’était pas du tout le genre a faire part de ses doutes, ses pensées, ses peur. Elle était la fille qui gardait tout pour elle, et si vous ne deviniez pas ce a quoi elle pensait, et bien tant pis pour vous, vous ne le saurez jamais.  Elle s’ouvrait très peut et très rarement aux gens.      
to follow...

fiche by mad shout.


_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Lun 19 Déc - 21:47

C’était dingue, avec nos vies comment tout pouvait basculer d’une heure à l’autre et redevenir normal la seconde suivante. Enfin normale comme pouvait l’être une vie de survivante. J’avais cru mourir, la perdre et finalement tout était bien qui fini bien. Et je devais bien avouer que je me sentais soulager de l’avoir retrouvé. La garce, elle s’était faufilée dans mon cœur sans que je l’y invite et maintenant j’avais plus envie qu’elle crève. Ce qui posait problème étant donné notre mode de vie et notre façon de jouer avec le feu. Un jour ou l’autre, l’un de nous allait y passer et pourtant, j’aurais voulu qu’on voyage ensemble encore un peu. Même si elle me cassait littéralement les couilles souvent, qu’elle avait un caractère de cochon et qu’elle aimait bien tout diriger. Je m’y étais habitué et ça m’amusait. Mais nous étions encore ensemble à l’heure actuelle donc s’inquiéter n’était plus un problème. Maintenant nous désirions trouver un abri, histoire de ne pas devoir passer la nuit dehors alors qu’il pleut des cordes et que cela ne risquait pas de s’arrêter. Et nous trouvions refuge dans un endroit plutôt isolé, pas le grand luxe mais pour des survivants, ce genre d’endroits paumés étaient de véritables cadeaux. Comme quoi, l’apocalypse avait au moins eu le mérite de ramener l’humanité aux choses simples ce qui ne faisait de mal à personne. Même si je pense que quitte à devoir vivre ça, chacun préférerait ne pas être assailli de rôdeur, ne pas risquer sa vie et être avec ses proches. Mais on ne choisissait pas tout dans l’histoire malheureusement et seuls les plus forts restaient debout. Heureusement j’avais trouvé Rebekah, jamais je ne l’avouerais mais c’était agréable de trouver une sorte de double au féminin, quelqu’un qui tienne la route et dont je ne me lasse pas. Peut-être parce qu’elle s’avérait surprenante et n’était pas d’un ennui mortel. Avec elle je m’amusais, elle me tenait tête, me rendait la vie impossible et pourtant cela animait mes journées. C’était cool. Nous étions totalement trempé mais ma priorité à moi était de faire du feu et pas de me changer. Rebekah elle semblait geler, c’était bien une femme. Elle craignait la pluie et n’aimait pas être mouillée. Comme quoi même avec l’apocalypse, certaines lois fondamentales des femmes ne changeait pas. Voyant que même changer et avec le feu, elle tremblait encore comme une feuille, je lui avais balancé mon gilet au visage avec une délicatesse qui m’allait si bien. Déjà que j’étais serviable, on allait pas trop m’en demandé. « Je m’en serais très bien sorti tout seul. » avais-je répondu vexé de sa réflexion. Non mais j’avais survécu tous ce temps sans elle, qu’est ce qui lui faisait croire que j’avais besoin d’elle. Elle était vraiment trop imbue d’elle-même. Je ne l’avais pas non plus mal prit mais c’était un tacle de plus dans l’immense équation qu’était notre relation. Heureusement qu’à côté de ça on arrivait de temps en temps à s’entendre, sinon cela deviendrait dramatique. Je préparais ensuite le repas, ça n’était rien d’alléchant mais au moins, on aurait de quoi ce nourrir ce qui n’était pas trop mal. Je mettais le contenu de la boite dans une vieille marmite en fonte trouvée dans la cabane avant de posé celle-ci sur le feu, loin de me douter que Rebekah était pleine de doute. Une fois le plat mit à chauffer, en grand gamin que j’étais, j’allais à nouveau l’embêter en allant l’écraser. « Encore une sacrée journée hein ? » Puis juste après je m’allongeais, la forçant à me laisser une place à côté d’elle. Je l’entourais ensuite de mes bras, déposant un baiser dans son cou car à cette époque Rebekah et moi étions encore suffisamment proche pour se réchauffer mutuellement. Nous n’avions pas trouvé chacun chaussures à notre pied. Même si là je n’attendais rien de plus que le repas.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah Sam 31 Déc - 18:47

Un zombie ou la vie…



feat : Graham & Rebekah

Peu a peu le petit feu qu’il avait fait commençait a réchauffé la petite cabine humide, et donc bientôt ils auraient un peu plus chaud eux aussi. Quoi que Graham ne semblait pas avoir si froid que cela, Rebekah l’envier un peu sur ce coup là, elle, elle était complètement geler. Elle le regarda et rit très légèrement a sa réplique. Oh elle l’avait vexé ? Pauvre petit ! Enfin il devait surement savoir qu’elle n’en pensait pas un mot, elle savait très bien que le brun savait s’en sortir tout seul. Elle ne doutait en aucun cas de ses capacités à survivre. Elle savait qu’il vivrait encore longtemps, il n’était pas né le survivant ou le mort-vivant qui mettrait fin aux jours de Graham. Mais bon elle aimait trop lui lancer des pics dans le genre. Entre eux c’était toujours comme ça, et puis on ne va pas se mentir, ca animé un peu leurs journées, et ca mettait un peu du piment dans leurs vie. Quoi qu’il en soit ils s’étaient bien trouver ces deux là. Ils formaient un beau duo très redoutable et surement parfois drôle à voir. Comme maintenant. Quand il vint s’asseoir sur elle, puis se fait tomber sur le coté pour s’allonger et la pousser pour qu’elle lui fasse une place. Quoi il n’avait pas compris qu’il allait dormir par terre ce soir ? Ah les hommes ne comprennent vraiment rien ! Elle le regarda en souriant le poussant un peu d’un air taquin, mais aussi pour lui dire qu’elle n’avait pas envie qu’il la touche. D’accord parfois ils s’accordaient un moment de faiblesse, après tout ils étaient humain et adultes, ils avaient tout deux des besoins. Mais pas là, Rebekah n’avait pas envie, et Graham non plus surement qu’il faisait cela pour l’embêter un peu. Elle le regarda et haussa doucement les épaules «Ouais…Enfin encore une journée banale dans ce monde des plus pourri. »Elle soupira doucement. En y pensant c’était assez répétitif et ennuyant de survivre.
Elle se leva au bout d’un moment pour aller voir si le repas était prêt. Elle était affamée et être proche du feu lui faisait beaucoup de bien. Elle senti la chaleur de celui-ci l’envahir et donc la réchauffé un peu plus. «C’est bientôt prêt. » Dit elle simplement mais en restant les deux mains tendu vers le feu. Et en attendant d’avoir un peu plus chaud, elle regardait le chilli, enfin ce qui pouvait ressembler a un chilli bouillir dans la grosse marmite en fonte. Il y quelques année, Rebekah aurait refusée qu’on lui sert à manger un truc pareil, mais aujourd’hui elle mangerait tout et n’importe quoi tant que c’était comestible et que ca lui permettait d’avoir un peu d’énergie. Enfin elle avait encore quelques limites, mais heureusement pour l’instant avec Graham ils trouvaient beaucoup de conserves. Ce n’était franchement pas de la haute gastronomie mais bon. Et si parfois elle avait un peu l’impression de manger de la pâté pour chien, elle se taisaient et s’estimé chanceuse de pouvoir manger. Car elle savait qu’il y avait surement pas mal de survivant dehors, là quelque part dans le monde qui n’avait surement pas mangé depuis un moment. Quand elle estima que le dîné était prêt elle alla chercher deux espèces de bol en bois et deux cuillère en bois aussi et remplit les bols de la nourriture brulante avant d’aller en porté un a Graham et s’installer a coté de lui sur le vieux canapé dont les ressort couinèrent. Elle lui souri « Bon’app » Ce contenta t elle de lancer avant de se mettre a manger.
to follow...

fiche by mad shout.



HRP : Désoler j’avait pas trop d’idée

_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah

Revenir en haut Aller en bas

Un zombie ou la vie ? | Graham & Rebekah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS TERMINÉS-