Past is Past |Conreb {hot} - Page 2
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En mai 2018, le forum a CINQ ANS ET DEMI.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Past is Past |Conreb {hot}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


NOBODY GETS TOO CLOSE A SIGHT OF A SOUL WHEN IT'S BREAKINGTRUST ME, I COULD BE THE ONE
TO TREAT YOU LIKE A LADY
LET ME SEE WHAT'S UNDERNEATH
ALL I NEED IS YOU

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-cinq ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
J'ai n'ai plus que Rebekah. Ensemble, on vagabonde en Californie.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
4035

× Points de vie : :
27

× Copyright : :
MYERS. (signature), BLINDNESS (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Past is Past |Conreb {hot} Ven 1 Sep - 21:41


*--_ Past is Past _--*
REBEKAH AND CONRAD ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Face à tout ça, peut-être que c’était un peu trop de pression, ou que ça me paraissait tellement invraisemblable que ça en devenait ridicule à mes yeux, mais je finis par me mettre à rire, et ne plus être capable de m’arrêter. Non mais, sérieux ? Il lui aura fallu tout ce temps pour me le dire enfin ? De plus qu’elle se prenait au sérieux, mais alors là, vraiment, à jouer les victimes comme si c’était moi le monstre dans cette histoire, moi qui venait seulement lui rendre visite pour un peu de chaleur avant de me barrer sans un mot, sans aucune promesse de fidélité, d’évolution ou même seulement de retour. C’était elle, qui depuis toujours, me traitait comme un morceaux de viande, et maintenant elle osait me reprocher de ne pas avoir fait avancer les choses entre nous, alors que c’était la dernière chose qu’elle semblait avoir envie que je fasse dans le temps ? Ça me paraissait absolument impossible d’avoir pu lui déballer un truc pareil sans qu’elle panique, me repousse et me lance des bêtises par la tête avant de fuir et de ne jamais revenir cette fois. Je pouvais parier que c’était ce qu’elle aurait fait. Après quelques minutes, donc, je finis par me calmer, et je reprends mon souffle, cherchant mes mots. J’étais tellement en colère, je lui en voulais plus que tout, pour toutes ses années, toutes ses questions que je m’étais posé, et ce petit jeu qu’elle avait fait traîné beaucoup trop longtemps, pour son égoïsme et son malice, pour ne jamais savoir ce qu’elle veut et pour ces nombreux maux de tête ! J’aurais pu casser quelque chose, n’importe quoi, mais heureusement il n’y avait absolument rien autour de nous à part de l’herbe, et c’est pourquoi ma prise contre le manche de ma hache se concrétise un peu plus, ce qu’elle remarque visiblement vu qu’elle fait quelques pas vers l’arrière.

Je passe une main dans mes cheveux, respire quelques coups, puis je lève finalement les yeux vers elle. Je n’en avais rien à foutre de la vexer, ou de dire quelque chose de travers, maintenant qu’elle s’ouvrait, qu’elle se montrait vulnérable, avec toutes les fois où ses rôles avaient été inversés… « Attend…. Toi, tu décides, après tout ce temps, que c’est légitime de me raconter tout ça ? De me dire que c’est de ma faute si y’a jamais rien eu de plus que du cul entre nous ? Sérieusement, c’est à mourir de rire ! En plus, comme si c’était pas assez, tu joues à la victime. Toi, Rebekah Fitzgerald, après toutes les conneries que tu as faites ? » Je rigole encore un peu, mais cette fois c’était sec et dur, ça n’avait rien de libérateur, ça me restait coincé dans la gorge, entre la rage et la peine. « Tu avais toutes ses années pour me dire ça, et tu t’es fermée la gueule, t’as continué à passer qu’en coup de vent, à me foutre en bas du lit quand je demandais plus d’intimité, et tu sais bien qu’il n’est pas question de vêtement ici, vu que cette étape c’est la première qu’on a franchis ! C’est même pas le pire, dans tout ça. Après tu viens me dire ; Conrad t’aurais du faire quelque chose, ahw maintenant faut qu’on reste ensemble où qu’on se quitte pour toujours ! Tu sonnes comme une vieille dame de théâtre mélodramatique, putin. » Je détourne le regard, ayant de la difficulté à garder mon sang-froid, sentant ma gorge se serré de plus en plus, mon regard s’embrumer, comme si la colère passait et laissait maintenant place à la tristesse. « Vu tous les coups bas que tu m’as fait, Rebekah, je t’interdis de me dire ça. Je t’interdis de dire que c’est de ma faute, parce que c’est de la tienne. » Je parlais fort, et j’essayais de rester fermé, de lui montrer que oui, elle m’avait fait mal, à plusieurs reprises, à répétition, mais ma voix se brisait et l’émotion prenait malgré tout le dessus, m’adoucissant, me rendant tout aussi vulnérable qu’elle.


CODE PAR MYERS

_________________
        DID YOU THINK
I'D LAY DOWN
                   AND D I E ?
I thought that
       I'd been hurt
                  b e f o r e


hehehehe :
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Past is Past |Conreb {hot} Lun 4 Sep - 19:44

Past is Past


 
feat : Conrad  & Rebekah

Elle serra un peu les poings quand il se mit à parler. Il n’avait pas vraiment du entendre toute ses paroles. Elle n’avait pas dit que ce n’était que de sa faute à lui. Elle savait qu’elle avait surement le plus de tord dans cette histoire.  Il avait visiblement perdu son sang froid, et s’il continuait dans cette lancer il y avait de forte chance qu’elle perde le sien aussi. Elle n’aimait pas vraiment le ton qu’il prenait. Même s’il avait raison de lui dire tout cela.   «J’ai pas dis ça. Me fais pas dire ce que je n’ai pas dis Conrad.» Dit elle simplement, elle essayait de garder un minimum de calme, après tout si elle aussi s’énerver ça pouvait devenir risquer. Ce mettre à crier en pleine nuit dans une forêt surement habité par quelque mort, ce n’était pas vraiment une chose à faire. Quoi que tuer des rôdeurs pourraient peut-être les calmer un peu.   Elle grinça un peu des dents à ses autres paroles. C’était bien facile de dire que ce n’était que de sa fautes a elle, mais dans une relation il fallait être deux. Elle resta un instant silencieuse, elle ne voulait pas perdre son calme, alors elle le laissait parler. Toujours en le fixant et en se méfiant, elle ne tenait vraiment pas à prendre un coup de hache, elle s’était prévue une fin un peu plus glorieuse que cela. Elle secoua un peu la tête quand il s’arrêta de parler. «C’est bien facile de m’accuser de tout les maux ! L’apocalypse aussi c’est ma faute peut-être ?» Et voila, elle commençait a perdre son sang froid. Elle fit un petit pas en avant en le pointant du doigt «Mais je te signal que TU étais consentant pour tout cela, TU n’a jamais dis non ou émis aucune objection a mes aller et venue. Et pour faire une relation il faut être deux. Donc tu as t’es tord aussi alors le mélodrame je ne sais pas qui le fais là entre nous deux Conrad. » Elle s’était tellement approcher en parlant sans s’en rendre compte que maintenant son doigt touchait le torse du brun. Et ses yeux vert brulait de colère plongeait dans ceux de l’homme face a elle. Et les voila encore en train de se battre même maintenant que c’était l’apocalypse autour d’eux.

Elle le regardait un instant dans les yeux. Il était plus grand qu’elle, plus costaud aussi, sur le plan physique il la dominait largement, et pourtant en cet instant elle n’avait plus du tout peur qu’il s’énerve encore et n’use de la violence. Elle recula a nouveau en secourant un peu la tête. Ca l’agaçait tout cela. Elle soupira un peu énervé et tourna les talons. Elle attrapa son sac a dos et commença a  s’éloigner. Elle ruminait, elle tournait tout cela dans tout les sens et soupira en s’arrêtant net.   «Tu fais chier putain !» Dit elle en se tourna a nouveau face a lui. Elle n’avait fait que deux mètre a peine. «Regarde nous, on est putain de pathétique. On n’arrête pas de s’engueuler toutes les cinq minutes ! Aujourd’hui c’est pour un truc important comme notre avenir, mais demain ce sera une broutille…Enfin si y’a un demain pour un de nous deux. » Elle soupira et avança un peu «Même en pleine apocalypse on est même pas capable de se comporter comme des adultes. Et si tu dis encore que ca aussi c’est a cause de moi j’te jure que hache ou pas hache je t’en colle une. » Elle laissa a nouveau tomber son sac et se planta devant lui silencieuse attendant qu’il réagisse, qu’il disent quelque chose. Elle voulait régler cette histoire.  En terminer ou non avec cette histoire qui trainait depuis trop longtemps. Avancer. Même si elle préférait avancer avec lui plutôt que sans lui. Elle avait eu besoin d’une apocalypse et de frôler bien trop souvent la mort pour ouvrir les yeux. Oui, elle trouvait cela un peu pitoyable mais c’était comme cela. Il n’y avait plus qu’à attendre sa décision.
to follow...

fiche by mad shout.

_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


NOBODY GETS TOO CLOSE A SIGHT OF A SOUL WHEN IT'S BREAKINGTRUST ME, I COULD BE THE ONE
TO TREAT YOU LIKE A LADY
LET ME SEE WHAT'S UNDERNEATH
ALL I NEED IS YOU

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-cinq ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
J'ai n'ai plus que Rebekah. Ensemble, on vagabonde en Californie.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
4035

× Points de vie : :
27

× Copyright : :
MYERS. (signature), BLINDNESS (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Past is Past |Conreb {hot} Ven 15 Sep - 4:26


*--_ Past is Past _--*
REBEKAH AND CONRAD ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Je m’étais rapidement énervé, mais je pensais que c’était amplement justifié. Elle était loin d’être la victime dans cette histoire et ça me répugnait qu’elle me parle comme si c’était le cas, comme si j’étais le con qui l’avait blessé trop de fois, qui n’avait en aucun cas fait attention à ce qu’elle pouvait ressentir. C’était plus que faux, même que j’avais réalisé depuis peu que je m’étais montré beaucoup trop gentil et généreux avec elle, vu comment elle agissait en retour, qu’elle me répondait. Je n’avais d’ailleurs jamais vraiment compris pourquoi je me laissais faire, pourquoi j’acceptais ses si gros défauts et ses si nombreuses bêtises, comment j’avais pu m’enticher d’une femme qui n’était jamais là et qui ne s’était jamais donné entièrement à moi, qui n’avait jamais dit ressentir quelque chose de tellement plus concret qu’un intérêt vague et facilement mis de côté, oublié. Pourtant aujourd’hui elle venait me dire que j'avais tord, qu’elle aurait voulu plus dans le temps, qu’elle aurait voulu que j’agisse, que je fasse quelque chose pour que notre histoire évolue, mais je persistais à croire que la Rebekah que je connaissais m’aurais giflé, rit au nez et se serait barrer, ne me donnant plus de nouvelles durant quelques longs mois, voire pour toujours. Sauf qu’il ne valait pas la peine d’essayer de raisonner la brune, elle avait toujours raison, on y passerait la nuit, et pour être honnête, ça ne m’amusait plus autant, surement vu ce nouveau sujet auquel je n’avais pas été préparé, qui me tenait trop à cœur pour que j’en parle sans m’emporter ou sans craquer. C’était bien loin des raisons stupides pour lesquelles on s’était disputer la plupart du temps, ça ne nous ressemblait pas, ça ne m’était pas familier, c’était dérangeant. « Bah peut-être, qui sait » répondis-je finalement, même si je savais que j’exagérais, que j’avais seulement envie de la provoquer, d’être arrogant. « J’étais consentant parce que je savais que tu m’en donnerais pas plus quoi que je fasse, même qu’il était possible que tu m’en donne moins si je me plaignais, si j’étais trop collant, si je t’étouffais. C’est pas la même chose » rétorque-je, osant lui rendre son regard avec assurance, ma colère s’évanouissant petit à petit, puisque je ne faisais que lui dire la vérité, ou ma vérité, peut-être, mais ce n’était pas comme si elle m’avait donné la chance d’y voir plus clair, ou de comprendre.

Comme je le disais, Rebekah détestait avoir tort, et je refusais de lui donner raison, de m’écraser comme je le faisais tout le temps avant, je n’étais plus la même personne et elle s’en apercevrait rapidement, ou pas ; en effet, elle venait de reculer, d’attraper son sac et de me tourner le dos. Je fronce les sourcils, comme si ça me permettrait de tenir, de m’empêcher de lui gueuler quelque chose pour qu’elle s’énerve, qu’on s’engueule à nouveau et qu’elle reste encore un peu. Heureusement, elle finit par s’arrêter et se retourner vers moi, laissant son sac retomber au sol. Je n’avais donc pas besoin de dire ou faire quoi que ce soit, ce qui était plutôt surprenant, vu qui elle était, et ce qu’elle avait l’habitude de faire. « Tu fais chier putain ! » Alors qu’elle se remet à parler, et que pour une fois, elle ne dit pas que des conneries, mon expression s’adoucit finalement, et je détourne le regard puisque je déteste surement autant qu’elle aime, de son côté, lorsqu’elle a raison. Un silence s’installe ensuite, puisque je reste entêté, n’ayant pas tellement envie de lui montrer que je pensais qu’elle n’avait pas tout à fait tort. « On a toujours été tous les deux des gamins » que je dis, puisque je savais reconnaître mes tords, quand même. Pendant un temps, j’imagine que ça m’avait plu, mais un peu moins lorsque je m’étais réveillé seul dans ce magasin à jouet. « Mais qu’est que ça veut dire ou juste ? » demande-je suite à un autre bref silence, me tournant finalement vers elle. « Que c’est exclusif ? Et ce Graham alors ? Je sais même pas où tu traînes… On est sensé se la jouer à distance ? » Je ne voyais donc pas vraiment le but de toute cette histoire si au final on retournait chacun de notre côté comme on l’avait toujours fait, rien ne changeait vraiment à par le fait qu’on ne partageait plus la chaleur de n’importe qui, n’importe quand. « Et si c’était vraiment ce que tu voulais, pourquoi la dernière fois qu’on s’est vu tu t’es encore enfuie comme une voleuse ? » Ça, c’était une question qui me brûlait la langue depuis trop longtemps, une question à laquelle j'avais besoin qu'elle réponde. Je lui en voulais trop et je ne pouvais pas tout bonnement oublier, j’avais besoin d’explication, puisque sans ça, elle ne faisait aucun sens, ne me paraissait en aucun cas rationnelle. Comment ses gestes et ses paroles pouvaient être si diamétralement opposés ?


CODE PAR MYERS

_________________
        DID YOU THINK
I'D LAY DOWN
                   AND D I E ?
I thought that
       I'd been hurt
                  b e f o r e


hehehehe :
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Past is Past |Conreb {hot} Mar 19 Sep - 16:17

Past is Past


 
feat : Conrad  & Rebekah

Elle n’avait même pas prit la peine de répondre quand il fit le connard fini en lui disant que peut-être que c’était sa faute a elle l’apocalypse.  Parfois il pouvait vraiment se montré arrogant et agaçant. Elle lui aurait bien collé une baffe mais elle s’abstint ça aurait était inutile de toute façon, ca n’aurait qu’envenimé la situation.  Elle ne répondit pas non plus à ses secondes paroles. Ca n’en valait pas la peine, elle ne voulait pas admettre qu’il avait au fond peut-être raison. Elle avait changé certes mais elle restait quand même Rebekah et avoir tord n’était pas quelque chose qu’elle aimait ou même concevait.  Alors elle avait préférer simplement le fixer de son regard noir et froid. Elle l’avait cherchait après tout, mais n’aimait pas cela. Mais plutôt que d’argumenter essayer de tourner cela a son avantage, elle préféra reculer puis tourner les talons et partir. Elle lui avait tout dit, maintenant pourquoi rester, elle n’avait pas envie de continuer de se disputer. Elle préférait faire ce qu’elle faisait le mieux : Fuir. Elle le fuyait depuis toujours après tout.  Et dire qu’en venant ici elle avait décidée  de ne plus faire cela. Mais le dire et le faire était tellement différent. Elle avait toujours aussi peur de lui, elle avait beau avoir changé s’être ouvert a ses émotions et ses sentiments, il lui faisait toujours aussi peur. Elle avait peur de ce qu’elle ressentait quand il était là, quand il la regardait, quand il lui parler, quand il la toucher. Peur de ces papillons dans le ventre, de ces frissons, cette sensation de fondre quand il disait son prénom.  Finalement elle avait peut-être encore du travail à faire à ce niveau là.  Elle était en train de partir quand une petite voix, non en faite sa propre voix dans sa tête se mit à rire. Ce rire  moqueur qu’elle avait tout le temps. Mais quand c’était contre elle que ce rire était tourner ça n’avait rien d’agréable. Rire suive de ce mot, qu’elle détestait «  Lâche ! » Elle avait horreur de ce mot. Elle n’était pas lâche, elle n’avait pas le droit de l’être. Elle n’avait jamais eu le droit de l’être et ce n’était pas demain la veille qu’elle s’autorisera à l’être. Elle s’arrêta donc et jura en se tournant a nouveau vers le brun et se remit à lui parler en avançant a nouveau vers lui.  

Elle était maintenant a nouveau face a lui, proche de lui. Elle pouvait a nouveau le regarder dans les yeux. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres quand il dit qu’ils avaient toujours était des gamins tout les deux. Oh ça c’était bien vrai.  Tout les deux ensemble ce comporter comme des gamins l’un avec l’autre, et au final ce depuis toujours. Elle fronça un peu les sourcils quand il évoqua Graham. «Y’a rien entre Graham et moi. On est juste amis. On s’est réchauffé la nuit parfois mais c’est tout. Et puis ca fait un moment qu’on a arrêté ca. » Elle secoua ensuite doucement la tête.   «Non, ca fait un moment que je veux quitter le camps où on est… Je pourrais venir avec toi ? Par contre je ne suis pas seule…»La fin de sa phrase était dit avec un peu plus de gêne. Elle n’était pas sur que cela passe, mais elle ne voulait pas laisser Alixen là bas. Elle ne voulait pas abandonner sa fille d’adoption.  Puis vint la question qu’elle avait redoutée. La question à laquelle elle n’avait pas vraiment envie de répondre. Elle n’avait pas envie de lui avouer ses peurs.  Mais bien sur elle savait qu’elle n’avait pas le choix, il avait le droit de savoir. Il méritait bien une explication.  Elle prit une grande inspiration et se jeta à l’eau.   «Parce que… J’avais peur… J’avais peur de me sentir trop en sécurité avec toi… » Voila, simple et direct. Il allait surement trouver cela ridicule. Enfin il connaissait Rebekah, il savait surement parfaitement qu’elle ne marchait pas comme les autres.  Et puis c’était encore l’époque où elle pensait que ce n’était qu’une vaste blague, que le monde se remettrait a tourner comme il faut et que tout le monde reprendrait sa vie là où il l’avait stopper. Comme une pause dans l’humanité, juste rire, ou les tester. Mais maintenant elle avait compris que ce n’était pas du tout cela. C’était bel et bien la fin de la civilisation et a terme surement de l’humanité.
 
to follow...

fiche by mad shout.

_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


NOBODY GETS TOO CLOSE A SIGHT OF A SOUL WHEN IT'S BREAKINGTRUST ME, I COULD BE THE ONE
TO TREAT YOU LIKE A LADY
LET ME SEE WHAT'S UNDERNEATH
ALL I NEED IS YOU

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-cinq ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
J'ai n'ai plus que Rebekah. Ensemble, on vagabonde en Californie.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
4035

× Points de vie : :
27

× Copyright : :
MYERS. (signature), BLINDNESS (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Past is Past |Conreb {hot} Jeu 5 Oct - 3:16


*--_ Past is Past _--*
REBEKAH AND CONRAD ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Elle avait peut-être changé, et j’avais peut-être changé aussi de mon côté, peut-être même qu’entre nous, ça avait changé également, mais certaines choses restaient les mêmes, certaines habitudes étaient bien coriaces. Même en pleine apocalypse, on se disputait encore comme deux gamins, refusant d’admettre que l’autre à peut-être raison sur certains points. Au final, c’était ce genre d’attitude, cette fierté, qui nous avait empêché durant toutes ses années de se rendre compte qu’on voulait la même chose. Au début, je ne pouvais pas dire que je ressentais ce que je ressens aujourd’hui pour elle. J’étais jeune, mais elle était tout de même spéciale, il y avait toujours eu ce petit plus qui faisait que nos rapports n’étaient pas aussi ordinaires, aussi vides de sens qu’ils pouvaient l’être avec d’autres partenaires que j’avais eu. Ce petit quelque chose, il m’avait rendu accroc. Ce sentiment que je ressentais avec elle et avec personne d’autre m’avait toujours électrisé, et avec le temps j’en avais toujours voulu plus. J’imagine que je n’avais jamais ressentis la même chose chez elle et que j’avais donc, dès le départ, fermé la porte, refuser d’y réfléchir ou de mettre un mot sur cette sensation qu’elle faisait naître en moi. La fin du monde, malheureusement, ne me permettait plus ce luxe.

Encore aujourd’hui, nos têtes de mule avaient presque eu raison de nous, nous avais presque empêché de se laisser allez. Elle m’avait tourné le dos après que je lui ai balancé quelques conneries de plus, elle avait même mis son sac sur son dos, mais heureusement elle s’arrête quelques mètres plus loin et elle se retourne, jurant et laissant tomber à nouveau son sac sur le sol. Elle met fin au jeu, est pour une fois elle se montre un peu plus adulte, ce qui me permet d’arrêter de faire l’enfant aussi de mon côté. C’était une bonne chose. Du moins, pour l’instant. Je ne promettais rien pour l’avenir. Sauf que même si je pensais qu’elle faisait bien, je n’arrivais pas à lui donner raison tout de suite. Je croise les bras et je détourne le regard, mais n’ajoute rien, au moins. Aucune blague sarcastique ou pique mesquine, même si c’était tentant. Malgré moi, je lui en voulais, je lui en voulais beaucoup, mais ce n’étais pas tout. J’étais aussi en colère contre moi-même, en colère d’être aussi faible. Je m’étais promis que je n’allais plus jamais la laisser m’atteindre, mais cette déclaration n’avait pas du tout été prévue et elle chamboulait complètement mes plans. Finalement, je flanche, ce qui ne me surprenait pas tellement. Cela dit, il y avait tout de même quelques trucs qui nous fallait mettre au clair avant toute chose.

Malgré moi, je serre les dents alors qu’elle me confirme qu’elle avait bien eu une aventure avec ce Graham, mais comme je n’avais pas non plus été sage de mon côté… Enfin, je pensais toujours que c’était plus légitime, vu qu’elle était celle qui m’avait jeté, mais je connaissais Rebekah et ça aurait été stupide de croire qu’elle se serait privé de la chaleur de quelqu’un ou de son attention, deux choses qu’elle adorait par-dessus tout et dont elle n’arrivait point à se sevrer. Ensuite, cela dit, ça se corse. Elle n’est pas seule, qu’elle dit ? Non mais elle rigole j’espère. Je n’allais tout de même pas accueillir cet enfoiré sous mon toit. Elle se foutait de ma gueule ? Je respire un bon coup avant de lui répondre, sachant que ça pourrait rapidement s’envenimer à nouveau ; en même temps, il fallait s’y attendre, entre nous deux ça n’avait jamais vraiment été calme et serein. « Pourquoi tu ne fais pas juste venir avec moi ? Il est si important que ça pour toi ? T’as pourtant pas eu de mal à me laisser derrière-toi. T’es certaine que tu t’adresses à la bonne personne ? Que c’est pas avec lui que tu veux… de l’exclusivité ? » Ouais, bon, j’avais peur du mot officiel tel un gamin de quinze ans, et puis ? Je lui en voulais toujours aussi pour l’autre fois, elle le sentait surement, elle me connaissait assez pour ça. D’ailleurs, c’est pourquoi je lui demande ensuite des explications. Venant d’elle, je m’attendais à quelque chose d’un peu plus bidon quand même, alors je suis légèrement bouche-bée au début, d’où le petit silence qui s’en suit. « En quoi c’était une mauvaise chose de te sentir en sécurité avec moi ? Tu ne te sens pas en sécurité avec Graham ? C’est pour ça que lui il a la permission de rester avec toi plus de deux heures et que tu le traîne même apparemment avec toi partout où tu vas ? » Oui, je l’avais au travers de la gorge cette histoire. Pourquoi lui ? Pourquoi si j’étais aussi important, si j’étais plus important, elle agissait comme si c’était tout le contraire ? Comme si il signifiait tout..?


CODE PAR MYERS

_________________
        DID YOU THINK
I'D LAY DOWN
                   AND D I E ?
I thought that
       I'd been hurt
                  b e f o r e


hehehehe :
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


And in that moment, i swear we were infinite
Conreb

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
33 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
En vadrouille avec Conrad la dernière personne a qui elle tien

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6480

× Points de vie : :
41

× Copyright : :
Fayrell(avatar) & EXORDUIM. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Past is Past |Conreb {hot} Ven 20 Oct - 18:55

Past is Past


 
feat : Conrad  & Rebekah

C’est des qu’elle l’avait vue, quand elle était adolescente qu’elle avait sut qu’il allait être son souffre douleur. Elle lui en avait fait des crasses, elle en avait eu de l’imagination pour lui faire des sales coups. Mais elle ne lui avait jamais dit pourquoi lui et pas un autres. En faite c’était surement parce qu’elle avait comprit assez tard pourquoi justement c’était lui et pas un autre. En plus, comme elle ne croyait pas en le coup de foudre, les âmes sœur et autres conneries dans ce genre, ça avait était un peu plus dure pour trouver une raison du pourquoi du comment. Et au final, dans son subconscient elle avait du se rendre a l’évidence, c’était lui et pas un autre.   D’ailleurs, c’était lui qu’elle voyait le plus, lui qui était « avec elle » depuis la mort de son père.  Et maintenant, elle voulait laisse libre court a ses sentiments pour lui, elle voulait les lui montrer, a sa façon bien sur, n’oublions pas qu’elle reste et restera toujours Rebekah, elle n’était pas la plus douée avec les sentiments et montrer son affection n’était pas du tout une chose qu’elle savait faire.  Elle était donc un peu flattée qu’il soit aussi jaloux de Graham. Elle avait beau lui dire qu’il n’y avait plus rien entre eux, il semblait faire une fixette sur lui. C’était assez flatteur pour elle, son énorme égaux adorait même cela.  Enfin, quand il émit plus ou moins une objection sur le fait qu’elle ne viendrait pas seule avec lui elle fit une petite moue.   «Conrad, ce n’est pas avec lui que je veux venir…Enfin s’il peut venir aussi j’en serais contente, c’est mon meilleur ami. Mais je pensais venir avec Alixen, une jeune femme qui… Tu remarqueras surement, ressemble beaucoup a moi quand j’étais ado. » Elle dut  lui dire pourquoi elle était partie au début quand ils s’étaient retrouver. Elle lui confessa, même si elle n’aimait pas trop, la trouille qu’elle avait d’être avec lui et de ses sentiments qu’elle ressentait avec lui. Elle avait un peu honte d’ailleurs. Mais elle soupira quand il lui parla a nouveau de Graham.   «Tu veux bien arrêter cinq minute d’être jaloux, s’il te plait ? J’veux dire c’est flatteur mais, Conrad, tu sais très bien que je fuis quand je me sens bien avec quelqu’un. Avec Graham c’est différent, oui je me sens bien avec lui j’ai confiance en lui. Mais lui il est comme moi, on n’a aucun sentiments l’un pour l’autre, et a part de l’amitié il n’y aura jamais rien entre lui et moi d’accord ?» Elle lui avait même souri avec tendresse en disant cela, posant une main sur la joue du brun, elle alla ensuite l’embrasser doucement et presque timidement sur les lèvres.

Elle alla ensuite glisser une main sur celle du brun qui tenait la hache et le fit doucement lâcher l’arme.   «Aller, viens on passe la soirée tranquillement comme avant qu’on s’engueule.» Dit-elle doucement, presque sans vrai confiance. Elle avait un peu peur qu’il ne soit pas très coopératif. Elle voulait vraiment passer du temps tranquille avec lui. Ils pourraient faire un feu et passer une soirée rien que tout les deux sans encombre.  Elle le lâcha pour s’asseoir par terre et lui faire signe de la rejoindre. Heureusement qu’elle avait prit une veste car la nuit commençait à être fraiche, mais c’était agréable et beau a regarder.  Surement trop calme par contre, elle avait tous les sens en alerte, prête à sortir son couteau ou son magnum si un mort arriver pour  essayer de les manger.  Assise, elle posa même  une main pas loin de son arme a feu au cas où.
 
to follow...

fiche by mad shout.

_________________
★You're my world. Never let me go★

Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


NOBODY GETS TOO CLOSE A SIGHT OF A SOUL WHEN IT'S BREAKINGTRUST ME, I COULD BE THE ONE
TO TREAT YOU LIKE A LADY
LET ME SEE WHAT'S UNDERNEATH
ALL I NEED IS YOU

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-cinq ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
J'ai n'ai plus que Rebekah. Ensemble, on vagabonde en Californie.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
4035

× Points de vie : :
27

× Copyright : :
MYERS. (signature), BLINDNESS (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Past is Past |Conreb {hot} Mer 3 Jan - 19:15


*--_ Past is Past _--*
REBEKAH AND CONRAD ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Tout d’un coup, je me sens bien stupide, lorsqu’elle me dit qu’elle ne parlait pas de Graham. J’ai l’impression d’être une vraie gamine et de faire ma petite crise. J’avoue, j’ai un peu honte et je me sens mal dans mes bottes. Je perdais toute crédibilité, vraiment, et si Rebekah arrivait aisément à camoufler ce qu’elle ressentait, moi j’avais toujours l’impression que ça me sortait de tous les pores de ma peau sans que je puisse rien n’y faire. Si c’était gênant en général d’être aussi émotif, devant une personne comme la brune, ça l’était trente fois plus, puisqu’elle était un vrai iceberg vivant. Enfin, elle l’avait toujours été, en tout cas. Aujourd’hui, elle me semblait différente et je ne pensais jamais être témoin d’un tel miracle, et je ne savais pas non plus si cela allait durer, puisque après tout elle avait toujours été changeante, alors peut-être que ce n’était pas si surprenant que cela, tout compte fait. Ce qui était réellement surprenant et nouveau en revanche, c’était le fait qu’elle se la jouait maman maintenant. Une jeune fille ? Qui lui ressemblait, en plus de ça ? Comment était-il possible qu’elles ne se soient pas encore entre-tuées ? De plus que, bizarrement, il y avait un part de moi qui adorait me disputer constamment avec Rebekah, puisque sans ça je ne serais pas là, mais j’appréciais aussi le silence et le calme que m’apportait Desmond et cette baraque qu’il avait fortifié pour nous. Après avoir été entouré de tous ses gens tout le temps, j’étais bien, j’avais besoin pour la première fois de ma vie d’une certaine solitude. Est-ce que j’avais vraiment envie que tout cela change ? Si deux Rebekah débarquaient, il était certain que l’ambiance changerait radicalement, surtout que je n’avais aucune idée de comment Desmond réagirait. Il ne me parlait pas beaucoup mais je le connaissais bien, je savais qu’il appréciait aussi notre situation et surtout il appréciait que toute mon attention lui soit dédiée. Il était le seul qui ne m’avait jamais laissé tomber, alors forcément il passait avant tout le monde. J’avais besoin d’y réfléchir… C’est pourquoi je ne lui réponds rien tout de suite et heureusement elle ne s’attendait visiblement pas à une réponse aujourd’hui, c’était au moins une chose sur laquelle on s’entendait.

Ensuite, elle se sent obligée de me rassurer pour une énième fois au sujet de Graham, ce qui a le don de m’énerver. Ce n’était pas tellement Rebekah qui me mettait en colère, c’était tout ce que j’avais fait et qui lui avait mis ses mots là dans la bouche. Quand étais-je devenue cette adolescente pleurnicharde qui tapait du pied lorsque quelque chose lui déplaisait ? Certes, elle avait eu une aventure avec un autre homme, et alors ? Ce n’était pas la première fois que cela arrivait. Tout au long de ma vie, elle avait joué à ce petit jeu, et je n’avais jamais rien fait pour que cela change. Au final, plus j’y pensais et plus je me rendais compte qu’elle avait tout simplement fait ce qu’elle avait toujours fait. Alors pourquoi je lui en voulais tant ? Parce qu’à ce moment-là, j’avais eu besoin d’elle, comme je n’avais jamais eu besoin d’elle, ma situation avait changée, et j’avais changé avec elle. Autrefois, lorsqu’elle partait, j’étais loin d’être seul, et j’avais une vie bien chargée pour m’occuper, ce qui n’était plus le cas lorsqu’on s’était vu la dernière fois. Elle m’avait laissé seul, vraiment seul, et c’était la pire chose qu’il pouvait m’arriver, et c’était pour ça que je lui en voulais, mais peut-être que je n’avais pas le droit de lui en vouloir, puisque je n’avais pas non plus le droit de lui en demander plus qu’elle ne m’en avait jamais donné et de lui demander de changer avec moi. Alors je me laisse docilement faire, je me calme, et je la rejoins à nouveau au sol, où j’y avais laissé tomber ma hache quelques secondes plus tôt. Je m’installe proche d’elle, mais je n’ose pas poser les mains sur elle, ou faire quoi que ce soit de plus, trop habitué au fait qu’elle déteste toutes ses choses. « Si tu veux rester ici, on devrait peut-être faire un feu avant qu’il ne fasse complètement noir et qu’on y voit plus rien. » J’étais fatigué de me disputer pour ce soir, de parler de toutes ses vieilles histoires poussiéreuses aussi, et j’aimais l’idée qu’on puisse passer une soirée tranquille pour une fois. Après tout, elles étaient de plus en plus rares et nous ne savions pas ce que le lendemain nous réservait comme mauvaises surprises…


CODE PAR MYERS

_________________
        DID YOU THINK
I'D LAY DOWN
                   AND D I E ?
I thought that
       I'd been hurt
                  b e f o r e


hehehehe :
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Past is Past |Conreb {hot}

Revenir en haut Aller en bas

Past is Past |Conreb {hot}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS TERMINÉS-