Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
LES INDICES DU JEU N°2 ARRIVENT BIENTÔT. DE MÊME POUR LE NOUVEAU JEU. En mai 2018, le forum a CINQ ANS ET DEMI.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Dim 5 Fév - 20:44

J’avais trouvé ce petit bout de papier par hasard, j’aurais même pu passer devant sans jamais y jeter un coup d’œil. J’avais élu domicile pour la nuit dans un bâtiment qui avait servi de refuge de fortune, aux tout débuts de cette épidémie. Les rescapés ayant échappé de peu à la morsure mortelle des rôdeurs avaient laissé toutes sortes de messages sur les murs, pour la plupart des missives destinées aux êtres chers dont ils n’avaient toujours pas reçu de nouvelles. « Chéri, nous quittons le camp demain pour un endroit plus sûr. Les militaires disent qu’on sera en sécurité là-bas en attendant qu’un remède soit développé. On espère t’y retrouver bientôt. » Ce genre de choses. On voulait que les autres sachent qu’on allait bien, même si l’on n’avait aucune idée de leur condition à eux. Cela me faisait mal au cœur de savoir que la plupart de ces gens n’avaient jamais été réunis, que toutes ces familles avaient été encore plus déchirées lorsque ces prétendus refuges sûrs s’étaient effondrés dans un tourbillon de violence. Mon regard avait glissé sans le voir sur le bout de feuille, persuadé que ce truc épinglé au mur était un polaroid de gens morts depuis longtemps, mais quelque chose m’avait ensuite poussé à y reporter mon attention. Contrairement aux autres rebus laissés derrière par les survivants, ce papier n’était ni jauni, ni racorni par l’humidité, ni noir de crasse. Quelqu’un l’avait laissé là récemment. Tendant la main, j’avais haussé un sourcil lorsque j’avais découvert de quoi il s’agissait. Un bon de vaccin ? Contre l’infection zombie ?

Plusieurs jours plus tard, je repensais toujours à ce bon. Avait-on réellement trouvé un remède contre ce virus qui nous transformait en cannibale sans cervelle ? Le mot vaccin me faisait plutôt penser à un moyen d’éviter de se transformer en zombie, pas un produit miracle sensé rendre aux rôdeurs leurs personnalités humaines et, du même coup, une apparence moins putride. C’était tout de même une avancée phénoménale, bien qu’elle ne rende pas le monde moins dangereux pour les non infectés. Je me demandais également si c’était l’armée qui avait trouvé ce début de solution au problème de morts-vivants. Pour tout dire, je croyais cette organisation en déroute. Il ne restait plus grand vestige encore debout de ce que l’humanité avait déjà été. Il n’y avait plus que Bodie et Angel Camp pour répliquer ce qui nous avait pris des milliers d’années à construire, et à voir comment certains résidents de Bodie étaient sans pitié… Et si c’était un piège justement ? Et si on tentait d’attirer des survivants pour les asservir ? June et moi avions failli plus d’une fois devenir les esclaves de vagabonds sans pitié lors de nos déplacements… Pouvait-il s’agir d’une initiative semblable, mais à plus grande échelle ? La vraie question est plutôt « Suis-je prêt à faire une croix sur la possibilité d’un vaccin ? » Décidant que je n’avais rien à perdre à jeter un coup d’œil aux créateurs du vaccin avant de choisir de m’en approcher ou non, je partis dans la direction indiquée sur le bon. Par mesure de prudence, je restai à une certaine distance de la route à proprement dite, préférant éviter les patrouilles ou les autres survivants ayant eux aussi eu connaissance de cette injection.

Plus j’approchais de la côte et plus le terrain se faisait escarpé. La route serpentait entre les collines et je trouvai plus sécuritaire de la suivre plutôt que de risquer de me renverser une cheville en faisant du hors-piste. Après plusieurs minutes sans rencontrer plus dangereux qu’un écureuil, un cri d’horreur résonna à mes oreilles et me fit me figer sur place. Devant moi, la route décrivait un virage à 180 degrés pour poursuivre plus bas. Un bosquet d’arbre me cachait la vue sur ce qui se produisait au coude et j’avançai donc prudemment, pistolet en main. Silencieux, je pu apercevoir un attroupement de rôdeurs (environ une demi-douzaine, comptai-je vite) qui s’acharnaient sur une masse sanguinolente, sûrement l’auteur du cri. Je reculai tout en gardant les yeux fixés sur les monstres, jusqu’à ce que les arbres me dérobe de nouveau à leur vue. Il me faudrait descendre par un escarpement pour rejoindre la route plus bas. Je me retournai et commençai à suivre la ligne de la falaise, cherchant le point le moins à pic pour poursuivre. En revenant sur mes pas, un mouvement attira mon regard. Devant moi, à quelques dizaines de mètres, de nouveaux rôdeurs venaient de sortir des bois pour rejoindre la route, sûrement attirés par le hurlement. Les yeux de celui en tête se posèrent sur moi et il dévia de leur trajectoire pour venir me rejoindre.

Pas le temps de chercher un chemin moins escarpé ! Je m’approchai du bord de la falaise et posai le pied sur un rocher, puis l’autre sur le roc suivant. J’hésitais entre la vitesse et la prudence, mais voir le zombie approcher de moi me fit choisir la première option. À mi-chemin de ma descente, mon pied glissa sur une roche instable et je m’effondrai sur le dos, incapable de contrôler ma chute. Une fois au sol, j’atterris en plusieurs tonneaux maladroits sur le bitume, essayant de me ralentir à l’aide de mes paumes écorchées. J’étais secoué, courbaturé, mais je ne croyais pas avoir de membre brisé, auquel cas la douleur aurait été plus saisissante. Me relevant péniblement, je fus tout de suite repoussé au sol lorsque le rôdeur à mes trousses s’échoua sur moi en tombant lui aussi de la pente. Je le repoussai au mieux de ma main gauche, mon bras droit tout engourdi d’avoir chuté sur mon coude. Retrouvant peu à peu mes sensations, ma main farfouilla à côté de moi jusqu’à trouver le manche de mon pistolet et je mis fin aux jours du zombie. Le coup de feu résonna aux alentours. Génial, fini la discrétion maintenant !, pensai-je en me relevant. Je boitillai le plus vite possible loin du zombie inanimé, à la recherche d’une quelconque cachette. Même sans jeter un regard par-dessus mon épaule, je savais que les rôdeurs qui se trouvaient dans le virage avaient commencé à me suivre, espérant trouver leur deuxième repas de la journée. Ceux plus haut allaient sûrement descendre la falaise à leur tour. J’étais décidément en mauvaise posture. C’est là tout de suite qu’il me faudrait ce fichu vaccin !
Revenir en haut Aller en bas

HIT AS HARD AS LIFE
avatar


I'm the Alpha omega. I am the eye of the storm Inside, I'm silent and strong. Just waitin' for the right moment to strike, Never see me coming.

× A propos du vaccin : :
Non, trop de risques d'effets indésirables

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, non loin d'Ashley

× Avant, j'étais : :
Propriétaire d'une entreprise de transports routiers spécialisée dans le luxe (& Gangster)

× Messages : :
354

× Points de vie : :
20

× Copyright : :
The1Royal Jester

× Avatar : :
Jessica Lucas

× Et ton p'tit pseudo ? : :
The1Royal Jester

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Lun 6 Fév - 17:08



Niska vérifie une dernière fois son matériel, couteau dans la botte, fouet à la ceinture et arme dans son holster. Elle sort son flingue pour voir s’il est bien chargé. Ça devrait le faire, elle a même le luxe d’avoir un chargeur en plus, il n’est pas plein, mais c’est déjà ça.
Avant de partir en patrouille, elle passe voir Ashley pour lui faire un bisou. C’est son porte-bonheur quand elle sort.

Ils sont 4 à partir aujourd’hui. Ils quadrillent une zone et vont au point de rassemblement le plus proche. Pour éviter que trop de survivant arrive d’un coup et qu’il y est une attaque de gens mal intentionnés. Les messages qu’ils laissent à droite à gauche n’ont jamais une adresse précise, mais ils envoient les gens dans les alentours du camp. Certains trouvent le camp tout seul, mais d’autres bien souvent sont rapatriés par les patrouilles.

Ça fait plus d’une heure qu’ils font partie du camp, quand ils entendent un coup de feu retentir. Ce n’est jamais une bonne chose!
Par précaution, Niska demande à un des gars avec elle d’appeler du renfort. Quelqu’un qui tire, c’est quelqu’un dépasser par la situation et ça attire toujours plus d’ennuis.

En attendant que les renforts arrivent, le groupe se met à la recherche de l’auteur du coup de feu.
Quelques minutes plus tard, un des hommes aperçoit une forme boitillante qui semble essayer de trouver une cachette pour fuir quelque chose.
Un regarde et deux ou trois gestes et le trio se séparent. Niska se dirige vers ce qui semble être humain et les deux autres vers l’endroit qu’il fuit. Il n’y a qu’une cinquantaine de mètres entre eux, assez  pour avoir une vision plus large du terrain mais pas trop pour pouvoir rester en contact et pour réagir rapidement sur toutes les positions.

Son flingue dans la main droite et son couteau dans la gauche, Niska siffle pour attirer l’attention de l’homme avant de s’en approcher un peu plus. Il l’a peut-être déjà vu, mais c’est histoire de le prévenir qu’elle veut établir le contact.
Une fois à une dizaine de mètres de lui, elle se décide à engager un semblant de conversation.

Tu t’es fait mordre? Tu fuis quoi comme ça? 

Les questions et son ton peuvent sembler dures, mais elle s’en fout. Avant de prendre un risque pour quelqu’un il faut savoir s’il est sauvable et en savoir un peu plus sur la situation ne fait pas de mal.

_________________

Evil Brain, Angel Heart
"Oh Lord, take my hand. Lead me to the Promised Land. I need You now. Heal my heart. Don't let me down."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Mer 8 Fév - 23:22

Complètement concentré sur mes pieds, je faillis ne pas apercevoir la femme qui avançait sur la route devant moi avant qu’elle ne s’annonce de façon sonore. Dans d’autres circonstances, j’aurais sûrement reproché à la survivante d’avoir sifflé aussi fort. À quoi bon maintenant, puisque j’ai alerté tous les zombies du coin avec mon coup de feu. Mon geste avait été désespéré plutôt que réfléchi. Si j’avais eu un tant soit peu de jugeote, j’aurais empoigné ma nouvelle arme de corps à corps plutôt que mon pistolet, mais la panique d’avoir un rôdeur couché sur moi, ses dents à deux centimètres de mon visage, m’avait fait user de la solution simple, mais bruyante. Il y avait aussi mon bras engourdi qui ne me permettait pas d’utiliser une arme demandant un minimum de force physique. Je m’immobilisai face à elle, à quelques mètres de distance, histoire de ne pas paraître dangereux pour la femme. Sa posture, son armement, son attitude… Tout me disait qu’elle n’hésiterait pas à tirer si elle me prenait pour une menace. Ce coup de feu pouvait indiquer plusieurs choses et elle voudrait sûrement en connaître les raisons.

La sévérité dans sa voix lorsqu’elle m’interrogea m’indiquait que j’avais vu juste. « Non non non, je n’ai pas été mordu ! Je suis encore sain, je le promets ! » J’essayais de ne pas paraître trop paniqué en répondant à la question, de peur qu’elle ne croit que j’essayais de cacher mon état véritable. Je levai mes mains en signe de négation, réalisant par la suite que mes paumes ensanglantées n’étaient pas le meilleur indice de santé. « Je suis seulement un peu amoché d’avoir chuté dans la pente. » Je lui pointai derrière moi la falaise que j’avais fui, en profitant pour évaluer la progression des zombies. Je voyais leurs silhouettes malhabiles tanguer vers notre direction. « J’ai été pris entre deux groupes de ces affreux et j’ai dû descendre une falaise pour les éviter. Vous pouvez voir que ça ne s’est pas fait autant en douceur que je l’aurais voulu. » Je détestais affronter les rôdeurs, préférant de loin les éviter. Malgré toutes les précautions du monde, il y avait toujours un risque que leurs dents trouvent le chemin vers notre peau. Et il y avait leur odeur, puissante à en brûler les yeux lorsqu’on les approchait. Toutefois, je n’aurais peut-être pas le choix de combattre aujourd’hui. Je n’allais pas rester là les bras croisés à regarder la femme s’opposer aux monstres en approche.

Essoufflé, je me penchai vers l’avant et m’appuyai sur mes jambes pour prendre de grandes inspirations. Serais-je en état de me battre ? Pourrais-je tenir une arme avec mes mains poisseuses de sang ? En jetant un coup d’œil du côté des morts-vivants, j’aperçu du mouvement sur le côté de la route. Un homme se déplaçait et approchait des monstres. Complètement paniqué, je ne l’avais jamais vu lors de ma course.  « Ce type là-bas, il est avec vous ? » En disant cela, j’entrevis une seconde personne. Étais-je tombé sur un groupe de survivants ? Cherchaient-ils eux aussi le vaccin ? Pour la première fois, je commençai à me questionner sur le nombre de bons qu’il y avait en circulation. Je n’avais encore jamais entendu parler de cette découverte de la bouche d’autres rescapés, ce qui devait indiquer qu’elle était récente. En même temps, je suis tellement isolé de tout que cette histoire de vaccination peut bien dater d’un mois, voire plus. Je me tournai vers la femme, attendant qu’elle me réponde. Si c’était bien le cas, il se pouvait bien que je n’aie pas à combattre. Une pensée lâche, mais qui me réjouissait tout de même.
Revenir en haut Aller en bas

HIT AS HARD AS LIFE
avatar


I'm the Alpha omega. I am the eye of the storm Inside, I'm silent and strong. Just waitin' for the right moment to strike, Never see me coming.

× A propos du vaccin : :
Non, trop de risques d'effets indésirables

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, non loin d'Ashley

× Avant, j'étais : :
Propriétaire d'une entreprise de transports routiers spécialisée dans le luxe (& Gangster)

× Messages : :
354

× Points de vie : :
20

× Copyright : :
The1Royal Jester

× Avatar : :
Jessica Lucas

× Et ton p'tit pseudo ? : :
The1Royal Jester

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Jeu 9 Fév - 17:41


L'homme devant elle semble être bien amoché, mais selon lui, aucun risque de morsure. Pour le moment elle ne peut rien faire à part le croire sur parole. À première vue, il n'a pas de morsure apparente, et ses vêtements ne présentent pas vraiment de déchirure caractéristique. Mais ce ne sont que des suppositions. Elle espère toujours que les gens soient vraiment sincères quand elle pose cette question. De toute façon, si elle le sauve et qu'elle le ramène au camp, il sera totalement ausculté.

Niska penche légèrement la tête sur le côté avec un air convaincu quand il dit que sa fuite ne s'est pas passé avec autant de douceur que prévue. Ça par contre, elle n'a aucun mal à le croire. On se jette rarement volontairement la tête la première dans une pente pour fuir quelque chose.
Deux groupes de zombies, il aurait pu être plus précis, deux groupes ça peut faire beaucoup de zombie ça. Ils vont peut-être devoir s'éloigner d'ici et attendre que les renforts arrivent pour affronter ces groupes ou essayer de les envoyer ailleurs si vraiment ils sont nombreux.
De toute façon, une diversion devra être faite quoi qu'il arrive. Son coup de feu a dû attirer d'autres zombies dans les environs, donc il va falloir qu'une équipe aille faire du bruit ailleurs pour brouiller les pistes.

Deux groupes? Ca fait combien ça?

Niska regarde dans la direction qu'il vient de fuir pour y voir effectivement des zombies qui commencent à apparaitre. Mais ils ne sont peut-être pas tous encore visible et ce n'est pas simple d'identifier leur nombre pour le moment.
La jeune femme peut presque apercevoir un air soulager chez le brun quand il remarque une autre personne.

Oui, il est avec moi. On est 3 et du renfort ne devrait pas tarder à arriver pour nettoyer ton bordel.

Quoi? Oui bon, la dernière partie de la phrase n'est pas des plus sympathiques. Si elle était là, Ashley lui aurait peut-être tapé sur les doigts en lui rappelant qu'elle doit être plus gentille avec les gens. Mais en même temps, ce n'est que la vérité. Alors oui, elle comprend que dans certaines circonstances on ne peut pas vraiment réfléchir avant d'agir, mais ça ne change rien au fait que son geste ait engendré du bordel.

Si tu ne te sens pas de te battre, ne prend aucun risque ok? Reste derrière moi.

D'une phrase à l'autre Niska peut montrer plusieurs facettes d'elle-même. Oui, elle lui reproche ouvertement d'avoir fait une bêtise, mais d'un autre côté elle lui fait comprendre qu'en cas d'affrontement s'il se sent trop faible pour combattre, elle le protégera.

_________________

Evil Brain, Angel Heart
"Oh Lord, take my hand. Lead me to the Promised Land. I need You now. Heal my heart. Don't let me down."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Mar 14 Fév - 3:01

« Combien de rôdeurs ? Le groupe qui se trouvait dans le virage en comptait environ une demi-douzaine. Pour le second groupe en haut de la falaise, je ne pourrais pas dire… J’en ai vu au moins trois ou quatre qui sortaient des bois avant de m’enfuir, mais il pourrait y en avoir d’autres derrière. » Et depuis ce coup de feu, leur nombre a dû croître... Les partenaires de mon interlocutrice risquaient d’être bien vite dépassés. Les renforts promis pour venir (je cite) « nettoyer [m]on bordel » seraient plus que bienvenue. Je sentis le rouge me monter aux joues, la gêne me piquant le visage jusqu’au fond du cuir chevelu. Même si je savais mon geste impulsif et malencontreux, me le faire reprocher ainsi décuplait mon malaise. Comment expliquer que j’avais tout simplement paniqué ? Je doutais que des justifications sur mon comportements allaient faire changer d’avis qui que ce soit. Peu importe les motifs derrière mon coup de feu, les résultats restaient les mêmes.

Le ton changea brusquement lorsque mon interlocutrice m’offrit sa protection pour la suite des choses. A-t-elle lu sur mon visage mon dédain à affronter les rôdeurs ? J’aurais dû faire plus attention… Dès que la femme me confirma que je n’avais pas besoin de me battre si je ne m’en sentais pas capable, je ressenti un brusque élan de culpabilité. Allais-je vraiment rester en retrait tandis que de purs inconnus allaient faire le ménage derrière moi ? Je me sentais comme un profiteur et je me dégoûtais moi-même. Je hochai la tête en signe de négation, indiquant à la femme que je comptais mettre la main à la pâte moi aussi. Je posai mon sac au sol et farfouillai à la recherche de l’arme que j’avais trouvée pour remplacer la machette que Charlie m’avait volée. J’extirpai la petite pioche (ainsi qu’un rouleau de gaze pour ma paume qui aurait à tenir l’outil).

J’étais plutôt satisfait de cette trouvaille : assez longue pour tenir les zombies à distance, suffisamment lourde pour offrir une bonne force de frappe, mais pas trop pour pouvoir la manier sans se fatiguer après trois coups. Le bout effilé était utile même contre les rôdeurs les plus coriaces du crâne. Bon, j’en parle comme un expert, mais disons qu’elle n’a pas encore eu l’occasion de servir plus de deux ou trois fois. Tout de même, quand je repensais au fait que je n’avais qu’un pauvre canif pour me défendre avant, je me trouvais choyé d’avoir cette pioche entre les mains. « Je vous suis. Je ne prendrai pas de risque inutile, mais je vous aiderai. Comme vous l’avez dit, c’est mon œuvre. » Je me mis en mouvement pour rejoindre les deux alliés plus loin, jetant des regards de tous les côtés pour éviter de me faire surprendre de nouveau par des zombies trop curieux. « Je m’appelle Iain en passant. Et je suis désolé de vous impliquer là-dedans. » Les excuses ne valaient pas grand-chose, mais peut-être qu’une aide serait appréciée et aiderait à redorer mon image auprès de ces gens.
Revenir en haut Aller en bas

HIT AS HARD AS LIFE
avatar


I'm the Alpha omega. I am the eye of the storm Inside, I'm silent and strong. Just waitin' for the right moment to strike, Never see me coming.

× A propos du vaccin : :
Non, trop de risques d'effets indésirables

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, non loin d'Ashley

× Avant, j'étais : :
Propriétaire d'une entreprise de transports routiers spécialisée dans le luxe (& Gangster)

× Messages : :
354

× Points de vie : :
20

× Copyright : :
The1Royal Jester

× Avatar : :
Jessica Lucas

× Et ton p'tit pseudo ? : :
The1Royal Jester

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Mar 14 Fév - 17:00


Combien de rôdeurs? Niska arc un sourcil une demi-seconde en se demandant si la question est sérieuse, mais il enchaine. C'était juste pour gagner un peu de temps sur sa réflexion. Une seconde de plus et elle aurait encore répondu avec son agressivité naturelle.
Bon, ça fait minimums dix zombies qui risquent de débarquer. Ça ferait 2 ou 3 chacun, en se débrouillant bien, c'est faisable. S'ils ne foncent pas tous sur la même personne en même temps. et pour séparer des zombies en groupes égaux… ce n'est pas simple.
Il faut que l'équipe en renfort arrive avant les rôdeurs. À trois et demis, c'est limites.
Oui trois et demi, l'homme semble vouloir se battre aussi pour réparer son erreur. Mais il n'a quand même pas l'air au mieux de sa forme.

On va pas jouer aux héros et reculer s'ils arrivent trop nombreux d'un coup.

Alors qu'un des hommes regarde vers elle, Niska lui fait signe qu'il faut reculer tout en gardant la formation. Toujours une certaine distance entre eux, dans l'espoir peut-être de diviser le groupe de zombies. Mais vaut mieux faire marche arrière pour creuser la distance avec les rôdeurs et combler celle avec l'équipe qui ne devrait pas tarder.

T'inquiète pas, sauver des gens de ce genre de galère c'est notre boulot.

Il y a quatre ans, elle n'aurait jamais dit une telle chose. Au contraire, c'était plus le genre à vendre au diable l'âme des plus offrants. Mais les choses ont bien changé, elle est du côté des gentils maintenant.
En attendant des formes commencent à arriver vers eux. Un des hommes, armés d'un mp5 avec un silencieux, vise déjà les ennemis en approchent mais attend d'être sur de pouvoir toucher pour tirer.
Niska de son côté, comme avant chaque combat, elle ne peut pas s'empêcher de faire le signe de croix en chuchotant quelque chose en espagnol.
L'homme se rapproche de Niska de quelques mètres avec un petit sourire.

Reculer hein? Aller fait pas ta chochotte Niska, j'suis sûr que rien qu'a nous deux on les fume tous!

Ce gars, on dirait le stéréotype même du beau militaire musclée qui n'a peur de rien. Un brin trop sur de lui et très joueur. Il parle beaucoup, mais c'est vrai qu'il est doué et contrairement à ce qu'il dit, il ne prend pas de risque inutile. il veut juste faire le fort devant les inconnus, sachant pertinemment que Niska le calmera aussitôt. La réaction ne se fait d'ailleurs pas attendre.

J'te rappelle que je dois éviter de mourir, en partant j'ai dit "A tout à l'heure" à Ashley.

Le militaire lâche un petit rire moqueur mais compréhensif et il regarde Iain.

T'entend ça? Une vraie fillette celle-là.

En réponse, Niska se contente juste de lever son majeur en direction du grand. Ils s'aiment bien tous les deux, mais c'est toujours à coup de moquerie et ce genre de chose.
Mais voilà que les trois formes au loin se sont bien rapproché. Finie la rigolade, l'homme redevient sérieux et lance un "contact" avant de poser un genou au sol et de passer son arme en coup par coup pour tirer. Trois tirs, deux zombies s'effondrent et un autre continue d'avancer.

Il en reste un, et j'en vois deux autres qui arrivent derrière.

C'est bien, le groupe qu'il a vu semble pour le moment avoir éclaté, ils arrivent petit à petit.

Et deux autres, à droite.

En effet, difficile de dire s'ils font partie de ceux qu'Iain a vus ou s'ils ont été attirer par le coup de feu de l'homme, mais deux autres rôdeurs arrivent en trottinant sur leur droite.

J'm'en occupe.

Que les autres se concentrent sur ceux qui arrivent en face, Niska peut bien se débrouiller seule avec ces deux-là. Et puis, le beau parleur en a déjà deux à son actif, il faut qu'elle fasse au moins autant que lui.
Les deux à droite arrivent avec une certaine distance d'écart. Cette disposition va lui faire économiser des balles. Niska range son pistolet et elle prend un couteau dans chaque main, elle laisse les zombies s'approcher encore un peu et elle va au contact.
La brune lance un de ses couteaux de toutes ses forces sur le zombie le plus éloigné. Le couteau se plante de justesse dans le torse du démon et ça lui fera juste gagner quelques secondes entre les deux affrontements. Et bim, quand le premier arrive elle lui plante rapidement son couteau dans le crâne pour le tuer.
Pour stopper le course du deuxième, elle lui balance un coup de pied dans le ventre. Ce coup la fait presque plus reculer elle, mais au moins ça ralentit suffisamment son adversaire pour pouvoir lui enfoncer son couteau dans le crâne à lui aussi. Une fois au sol, elle récupère son autre couteau planté dans sa poitrine et après avoir regardé rapidement autour d'elle, elle jette un regard provocateur vers son collègue l'air de lui demander si une "fillette" pourrait en faire autant.
Aux suivants!

_________________

Evil Brain, Angel Heart
"Oh Lord, take my hand. Lead me to the Promised Land. I need You now. Heal my heart. Don't let me down."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Dim 19 Fév - 2:17

Sauver des survivants, c’était ça leur boulot ? Était-ce une coïncidence que je tombe sur ces gens à ce moment précis, alors que j’avais indubitablement besoin d’aide ? Le hasard me semblait trop gros. Se peut-il que ce soit eux qui m’ont attiré ici avec ce bon ? Je trouvais plus crédible d’avoir rencontré les développeurs du vaccin. Moi qui avait cru être tombé sur un groupe de curieux comme moi... En les observant, tandis que les deux hommes plus en avant reculaient vers nous, je remarquai qu’ils étaient hautement armés. Et organisés, ça il n’y avait pas de doute. Ces gens savaient ce qu’ils faisaient et ne prenaient pas de risque inutiles, préférant abattre les abominations à distance à l’aide de matériel adapté aux circonstances : fusils de précision et silencieux. Je me tournai vers la femme à mes côtés qui marmonnait en espagnol. Je ne compris pas ce qu’elle dit outre quelques mots, ayant toujours été meilleur pour comprendre cette langue à l’écrit qu’à l’oral. Sûrement une prière pour aller avec le signe de croix. Nous étions maintenant à la même hauteur que les tireurs et le groupe se taquinaient entre eux, l’un des hommes essayant même de m’inclure dans leurs plaisanteries (je ne répondis toutefois pas, si ce n’est pas un léger sourire, trouvant la blague légèrement misogyne). En écoutant leurs conversation, je pu savoir que la femme s’appelait Niska. Elle ne s’était jamais présentée quand je lui avais dévoilé mon prénom.

Le combat fut finalement enclenché. Tandis que les hommes tiraient sur les zombies qui avançaient vers nous, Niska s’en pris à deux monstres qui sortaient de la droite. Elle se jeta sur eux, armée de deux armes blanches, tandis que les balles de l’homme sifflaient pour aller se loger dans les cranes des rôdeurs. Se pouvait-il que le combat se termine aussi rapidement ? Plus aucun mort-vivant ne surgissait du tournant, le dernier à avoir été touché étant la victime sur la route, reconnaissable au sang frais maculant ses vêtements. Je jetai un coup d’œil du côté de Niska, qui abattait les zombies au corps à corps. Sa technique semblait être le résultat de beaucoup de pratique. Face à eux, je faisais piètre figure comme combattant… Une tape sur l’épaule me fit me retourner vers le second homme, qui me pointa quelque chose dans mon dos. Des zombies venaient de sortir des bois près de la route, peut-être quatre ou cinq, comptai-je à cette distance. Heureusement que ce type gardait nos arrières. Serrant ma pioche avec plus de force, je me mis en position de défense. Je semblais être tombé dans l’œil d’un rôdeur particulièrement putréfié, qui avait changé de trajectoire pour s’enligner dans ma direction. Lorsqu’il ne fut plus qu’à quelques pas, je m’avançai à mon tour.

Balançant mon bras dans un mouvement circulaire, je plantai ma pioche de toutes mes forces. Le zombie s’effondra sur le bitume dans un bruit mou, entraînant mon arme coincée avec lui. Je jetai un rapide coup d’œil aux alentours avant de faire un pas vers le corps pour récupérer mon équipement. L’homme qui avait traité Niska de fillette semblait au prise avec de nouveaux zombies de son côté de la route, affluant du virage. Il avait repris position de tir pour nettoyer le chemin. Le tireur à mes côtés, quant à lui, freinait les zombies qui continuaient de s’écouler des bois, les immobilisant dès qu’ils atteignaient la lisière des arbres. Les abominations sortaient à un rythme régulier, bien qu’ils ne soient pas encore en nombre suffisant pour nous engloutir. Tirant avec force sur le manche, je finis par perdre l’équilibre quand ma pioche se libéra d’un coup. En reprenant pied, je vis du coin de l’œil un zombie qui s’était approché de moi sans que je ne m’en aperçoive, ses mains tendues à quelques centimètres de moi. Je frappai par réflexe, réussissant à éliminer la menace tout en gardant mon arme en main. Autour de nous, la situation restait stable, mais nous n’avions pas encore pris complètement le dessus sur les rôdeurs. Je m’approchai de Niska pour lui demander : « Est-ce votre base est encore loin d’ici ? Il me semble que les renforts seraient les bienvenus. »

HJ : J’ai un peu pris le contrôle des types dans l’équipe de Niska, j’espère que ça ne te dérange pas. Smile
Revenir en haut Aller en bas

HIT AS HARD AS LIFE
avatar


I'm the Alpha omega. I am the eye of the storm Inside, I'm silent and strong. Just waitin' for the right moment to strike, Never see me coming.

× A propos du vaccin : :
Non, trop de risques d'effets indésirables

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, non loin d'Ashley

× Avant, j'étais : :
Propriétaire d'une entreprise de transports routiers spécialisée dans le luxe (& Gangster)

× Messages : :
354

× Points de vie : :
20

× Copyright : :
The1Royal Jester

× Avatar : :
Jessica Lucas

× Et ton p'tit pseudo ? : :
The1Royal Jester

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Mar 28 Fév - 12:29


Un zombie, puis deux et un troisième au passage. Entre deux, Niska vérifie que ses collègues ne sont pas submergés et ils font de même. Chacun garde un oeil sur les autres au cas où. Mais jusqu'à présent ils s'en sortent plutôt bien, même le blesser récemment récupéré y met du sien pour se débarrasser de la menace. Finalement il se révèle être plutôt utile dans ce combat.

Quand ils font des rondes autour du camp, ils ne vont jamais très loin. Environ trois kilomètres suivant le relief, mais quand il se passe un truc, il faut qu'ils se disent qu'ils sont plus loin. Le temps que les renforts soient prévenus et trouve leur emplacement exact. Chaque coin a un nom de code plus ou moins prédéfinie et ils sont tous censé savoir se repérer pour y arriver, mais c'est toujours plus simple sur le papier que dans la réalité. Même s'ils s'entrainent régulièrement pour agir vite.
Niska hausse les épaules en soufflant légèrement avant de répondre.

Pas vraiment.

Ce n'est pas vraiment loin, mais il n'y a pas que ça qui rentre en compte. Le lien qui lie la distance à l'arrivée des renforts est donc assez abstrait.
Niska agit toujours comme s'il n'y allait pas avoir de renfort de toute façon. On ne sait jamais, vaux mieux se préparer au pire et être soulagé que l'inverse. Ce qui la préoccupe le plus pour le moment c'est Ashley. Elle sait qu'elle est dehors, alors si elle voit les renforts partir du camp, y a un risque qu'elle s'inquiète. Mais bon, c'est ça aussi qui les rapproche tant, ce genre de petites frayeurs où elles se disent que ça aurait pu mal se passer mais que finalement elles se retrouvent. Quoi? Oui bon, Niska n'est pas encore sorti d'affaire là, c'est vrai…
Mais le soulagement ne tarde pas trop. Des bruits de moteurs se font entendre et rapidement un 4x4 et deux motos cross apparaissent.

Et bien voilà les renforts!

Une des motos s'arrête juste à côté de Niska pour que celle-ci explique la situation actuelle au conducteur et au passager.
La stratégie à adopter est vite trouvé. On ne sait pas combien de zombies sont attiré par ici, alors au lieu d'attendre et de tous les tuer, vaux mieux les attirer ailleurs en faisant plus de bruit plus loin.

Ils vont faire diversion. Nous on se replis.

J'vais avec eux!

Un signe positif de la tête de Niska et un des deux gars s'empresse de grimper dans le 4x4 avant qu'il redémarre

Moi je reste avec vous les enfants. Faut bien quelqu'un pour vous protéger.
Toujours le même avec ses blagues pas drôles et son faux air supérieur. Il n'est pas sérieux et ça se voit, c'est pour ça que Niska le supporte. Elle lui lance quand même un regard noir.
Quoi?
Avance va!

C'est avec un large sourire que le militaire ouvre la marche vers le camp.
Et n'en profitez pas pour me mater le derrière les petits.
Niska lève les yeux au ciel, mais un petit rictus trahit son amusement. Ce n'est pas sur les fesses du premier qu'elle pose son regard, mais sur le visage d'Iain.

On est à un peu moins de 3 km du camp. Reste sur tes gardes, les véhicules ne vont peut-être pas attirer tous les zombies.

Niska range un de ses couteaux. Elle garde celui dans sa main gauche et elle pose sa main sur la crosse de son 9mm, prête à dégainer si besoin.

_________________

Evil Brain, Angel Heart
"Oh Lord, take my hand. Lead me to the Promised Land. I need You now. Heal my heart. Don't let me down."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Dim 5 Mar - 22:26

Je mentirais si je disais ne pas avoir ressenti un certain soulagement lorsque Niska me répondit que leur base ne se trouvait pas trop loin. Je sentais déjà le coton de mon bandage s’imbiber de sang. Bientôt, frapper deviendrait trop douloureux et je n’étais pas du tout apte à combattre du bras gauche. Les dégâts que j’avais provoqués semblaient se multiplier, comme le premier domino fait tomber les suivants à sa suite. Je rassemblai mon courage et retournai vers l’action, faisant tomber un zombie tellement décomposé qu’il pouvait facilement faire partie d’une des premières victimes de toute cette épidémie. Entre les grognements des morts-vivants et les sifflements des balles, j’entendis au loin s’élever le bourdonnement de moteurs. Des véhicules motorisés ? Durant toutes mes année d’errance, j’avais vu peu de voitures toujours en marche. Certaines étaient sûrement encore en état de fonctionner, mais l’essence se faisait rare. Ce groupe se révélait plus surprenant au fil de mes découvertes. Deux motos ainsi qu’un 4x4 firent irruption sur la route au loin, attirant du même coup l’attention de tous les rôdeurs du coin ou presque. Tandis que Niska discutait avec les occupants d’une moto, je gardai mon regard sur les zombies, espérant que le rugissement des engins était suffisant pour qu’ils oublient l’attrait de la nourriture.

Le plan avait été décidé. Les conducteurs des véhicules serviraient s’appâts et s’occuperaient d’éloigner les zombies tandis que nous nous enfuirions. L’un des hommes du groupe de Niska resterait sur place, l’autre comptait nous protéger. Le type n’était pas méchant, mais il semblait prendre plaisir à rabaisser les autres dans son humour. Ce genre de comportement avait le don de m’agacer habituellement, mais je décidai de passer par-dessus. Après tout, il venait de me sauver la peau, je n’allais donc pas agir comme un ingrat. « Ce sera dur, crois-moi, mais je devrais être capable de résister. » Niska m’annonça que leur base se trouvait à environ trois kilomètres et m’invita à me tenir prêt au cas où nous ferions d’autres mauvaises rencontres sur la route. J’acquiesçai de la tête et gardai ma pioche bien en main et mes yeux en mouvements. Je n’arrivais pas encore à bien cerner Niska. D’un côté, elle semblait très directe, voir autoritaire. Elle n’avait pas peur de dire clairement ce qu’elle pensait, comme quand elle m’avait reproché d’avoir déclenché cette pagaille, ni de donner des directives. D’un autre, Niska prenait aussi soin de moi, me conseillait de ne pas me mettre en danger, m’incitait à rester alerte face au danger… Comme si protéger faisait partie de sa nature. Une médaille avait toujours deux faces, un humain pouvait en avoir plus.

En vérité, j’avais beaucoup de respect pour Niska, pour les hommes qui l’accompagnaient aussi. Je leur devais beaucoup aujourd’hui. J’avais également envie d’en savoir plus sur eux, et ce depuis un bon moment. « Excusez-moi, mais est-ce que je peux vous poser quelques questions ? » J’enchaînai sans attendre de réponse, me disant que si Niska ne voudrait pas discuter, elle ne se gênerait pas pour me le faire savoir. « Vous m’avez dit que de sauver les gens était votre boulot. Est-ce que par hasard cela aurait un lien avec le vaccin dont on entend parler un peu partout. » Malgré tous mes autres traits de personnalité, la crainte dominait toujours l’ensemble. Je préférais taire le fait que j’avais un bon avec moi. Je n’avais pas l’impression de mentir, du moins je n’en ressentais pas de culpabilité. Je voulais uniquement m’assurer que ces gens étaient bien ceux que je croyais avant de leur accorder ma pleine confiance. Leurs actions à mon égard comptaient pour beaucoup, mais on n’était jamais trop prudent… « Est-ce que c’est vrai ? Est-ce qu’il peut vraiment nous protéger de ce virus ou peu importe ce que c’est ? » Cette partie était cruciale : La médecine était redevenue rudimentaire, archaïque. Comment avait-on pu développer un vaccin alors ? Y avait-il un laboratoire toujours debout pour conduire ces recherches ? Pleins de questionnements se bousculaient en moi, mais l’un prenait plus d’ampleur : Que veulent-ils de nous en échange ?
Revenir en haut Aller en bas

HIT AS HARD AS LIFE
avatar


I'm the Alpha omega. I am the eye of the storm Inside, I'm silent and strong. Just waitin' for the right moment to strike, Never see me coming.

× A propos du vaccin : :
Non, trop de risques d'effets indésirables

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, non loin d'Ashley

× Avant, j'étais : :
Propriétaire d'une entreprise de transports routiers spécialisée dans le luxe (& Gangster)

× Messages : :
354

× Points de vie : :
20

× Copyright : :
The1Royal Jester

× Avatar : :
Jessica Lucas

× Et ton p'tit pseudo ? : :
The1Royal Jester

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Sam 11 Mar - 20:34


On peut presque déceler un petit soupire quand elle entend l'homme demander s'il peut poser une question. Généralement personne n'attend de réponse à cette question, airs pourquoi certains la pose encore?
Effectivement il ne tarde pas à enchainer. Le fait de sauver des gens, un lien avec le vaccin? S'il n'y a fait pas de vaccin, Niska voudrait quand même se racheter une conscience, donc nul doute qu'elle sauverait quand même des gens sans ça. Mais là n'est pas le fond de la question de l'homme. Elle se doute bien qu'il se fout de ses convictions personnelles et qu'il parle au sens large du terme.
Ce qui l'interpelle vraiment, c'est le fait qu'on en parle partout. Il dit ça comme ça ou il est sérieux? Qui en parle et c'est où partout?

Il fait tant de bruit que ça?

C'est vrai que les gens commencent à arriver pour ça, mais jusqu'à présent le flot de personne n'a pas été monstrueux. Seul les plus courageux sont venu et les autres attendent d'être sûr?

C'est "un peu partout" que tu en as entendu parler?

Ce vaccin, Niska n'aime pas spécialement en parler. Elle peut trouver une dizaine de façons pour que votre corps se vide plus rapidement de l'intégralité de son sang. Elle peut vous torturer et savoir le moment exact où vous allez tourner de l'oeil pour l'éviter et que vous n'arrêtiez pas une seconde de souffrir. Elle doit bien être  familière avec une façon ou deux de tuer des gens sans laisser la moindre trace sur ou dans leur corps. Mais ce vaccin… ça lui échappe.

Si par protéger tu entends qu'une fois l'injection faite tu ne te transformeras pas en zombie si tu meurs, alors oui, c'est vrai.
Je suis pas franchement à l'aise pour parler de ça. La médecine c'est pas vraiment mon rayon.


Au moins Niska est franche. Même si elle sait ce que fait le vaccin, elle sait que les médecins en parlent mieux qu'elle. Ils ont plus de connaissances et de tacts pour parler de ça. Niska a été entrainer pour faire peur aux gens, pas pour les apaiser en parlant d'un vaccin qu'elle n'ose pas se faire elle-même.

Pas ton rayon? Tu oses dire ça avec toutes les heures que tu passes à "jouer au docteur"?

L'homme se retourne aussitôt en levant les mains au-dessus de la tête.

Désolé, mais je suis jaloux. J'aimerais pouvoir en dire autant. Je sais même pas de laquelle je suis le plus jaloux.

Un petit compliment déguiser peut-être? Ça suffira pour quelle patiente le retour au camp pour lui botter les fesses. Mais parler de sa vie affective n'est pas le sujet pour le moment. Ni à un autre moment d’ailleurs. Niska est peut-être fière d'être avec Ashley, mais ce n'est pas une raison pour le crier sur les toits. Si? Bon c'est peut-être une raison, mais pas là.

On réglera ça plus tard, cabrón.

Un clin d’œil à l'homme, qui reprend le bon sens de la marche en surveillant les alentours. Le pire dans tout ça, c'est qu'elle l'aime bien ce crétin. C'est un combattant tellement talentueux.
C'est après un léger soupire que Niska se reconcentre sur Iain, qui doit se demander sur qui il est tombé. En savoir plus sur la sexualité de Niska ne devant pas être dans ses projets actuels, revenons à ce qui intéresse le blessé.

Le vaccin, ils cherchent encore à l'améliorer, mais il remplit bien son rôle jusqu'à présent.

_________________

Evil Brain, Angel Heart
"Oh Lord, take my hand. Lead me to the Promised Land. I need You now. Heal my heart. Don't let me down."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Dim 19 Mar - 2:46

Je venais de me faire prendre à mon propre jeu. Niska devait bien en savoir plus que moi sur les mesures prises pour faire connaître le vaccin ainsi que le nombre de gens y ayant répondu. J’avais parlé sans réfléchir et maintenant, je me sentais comme un enfant pris en faute. À ce stade, le mieux était d’avouer. « Bon, d’accord, je n’en ai pas vraiment entendu parler par tout le monde. En fait, peut-être que le mot se propage réellement, mais je ne côtoie pas assez de gens pour le savoir. » Les désavantages de vivre en ermite. J’avais tout de même des contacts réguliers avec certaines personnes. Il m’arrivait de marchander à Yosemite, par exemple, mais cela faisait un bon moment que je n’y étais pas retourné. « J’ai trouvé un bout de papier et je l’ai suivi jusqu’ici pour tout dire. » J’avais tellement été intrigué que je n’avais pas pris la peine de faire de recherches supplémentaires. Un vaccin nous empêchant de devenir un rôdeur ? Cela semblait trop beau pour être vrai, mais Niska venait de me confirmer que rien n’était plus sérieux. Les questions continuaient d’affluer à mon esprit, mais Niska semblait vouloir me prévenir qu’elle ne pourrait pas répondre à toute question plus scientifique. Je n’eus pas le temps d’en poser une seule que le type en avant nous interrompit.

Je dû me retenir de rouler des yeux avant que l’homme se retourne. Je ne sais pas comment elle fait pour le supporter à longueur de journée… Peut-être étais-je en train de trop analyser les interactions entre Niska et son collègue ? Après tout, la femme venait de lui faire un clin d’œil. Peut-être s’agissait-il du genre de blagues qu’ils se faisaient l’un l’autre sur une base régulière. De plus, Niska me semblait avoir suffisamment de caractère pour le faire taire pour de bon au besoin. Cette dernière me fit savoir que le vaccin se révélait efficace, même si on continuait de travailler dessus. « Vous deux, vous l’avez eu ce vaccin ? Comment est-ce que ça se passe ? » Je n’avais aucune formation médicale, mais il me semblait que lors de la vaccination, on nous inoculait un virus inactif, non ? Connaissant les effets de la morsure des rôdeurs, je n’excluais pas la possibilité que l’injection nous laisse plus qu’une douleur au bras. Un bruit à quelque part attira mon attention. Je tournai la tête dans une direction puis une autre, cherchant à localiser la source exacte. Je resserrai ma main sur ma pioche, déclenchant un éclair de douleur dans ma paume. Mes genoux aussi commençaient à être en compote, surtout le gauche qui avait plus souffert que l’autre durant mon dérapage, dans la pente. Niska avait dit toute à l’heure que la base se trouvait à environ trois kilomètres du lieu de la bataille. Quelle distance avions-nous parcourue depuis ? Je commençais à me languir d’une chaise, ou mieux encore, d’un matelas. De tout, sauf d’un nouveau combat.

Le responsable du bruit se fit connaître : un oiseau sortit des bois et voleta au-dessus de nos têtes pour se diriger vers la côte. Je poussai un soupir, sentant tout mon corps se détendre. J’étais sous pression depuis que j’avais rencontré ces rôdeurs dans le virage. Pour l’instant, le plan de mes sauveteurs semblait efficace. Nous n’avions rencontré aucun rôdeur depuis que les véhicules motorisés les attiraient ailleurs. Je croisai les doigts en espérant que cela se poursuive ainsi. Plus nous avancions et moins la forêt se faisait dense. Je commençais même à sentir dans l’air le salé de l’océan. Se pouvait-il que ces types soient venus par bateaux ? Après tout, je n’avais pas quitté la Californie depuis l’épidémie et jamais je n’avais entendu parler de chercheurs planchant sur un remède avant il y a quelques jours. « Et qui a développé ce vaccin, au juste ? » Durant ces dernières années, j’avais assisté à bien des choses et en avais entendu bien d’autres encore. Les gouvernements et les milices étaient tous tombés, selon ce qu’on disait. Depuis, chacun se débrouillait pour passer la journée comme il pouvait. Comment donc avait-on pu développer une solution au problème que posaient les zombies ? Qui avait le temps, le matériel, les connaissances pour le faire ?
Revenir en haut Aller en bas

HIT AS HARD AS LIFE
avatar


I'm the Alpha omega. I am the eye of the storm Inside, I'm silent and strong. Just waitin' for the right moment to strike, Never see me coming.

× A propos du vaccin : :
Non, trop de risques d'effets indésirables

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, non loin d'Ashley

× Avant, j'étais : :
Propriétaire d'une entreprise de transports routiers spécialisée dans le luxe (& Gangster)

× Messages : :
354

× Points de vie : :
20

× Copyright : :
The1Royal Jester

× Avatar : :
Jessica Lucas

× Et ton p'tit pseudo ? : :
The1Royal Jester

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Dim 2 Avr - 23:00


La jeune femme ne doit pas être trop rouillé pour faire parler les gens et Iain n'est peut-être pas non plus le genre de personne qui a une raison de vraiment résister pour garder le silence.
Un bout de papier, il doit parler d'un bon pour le vaccin. Une fois au camp, elle devra le dire à un médecin pour qu'il lui explique vraiment tout avant qu'il prenne sa décision de se faire vacciner ou non.

C'est pour la question suivante qu'elle n'aime pas en parler. Pour Niska, ce vaccin est important car il peut protéger sa femme, mais tant qu'il n'est pas parfaitement opérationnel, elle ne veut pas prendre le risque de le prendre ou de l'injecter à Ashley. Les effets secondaires sont trop imprévisibles à son gout pour faire confiance à cette médecine de l'apocalypse. Alors elle n'est pas la bonne personne pour en faire la pub pour le moment.

J'ai la phobie des aiguilles mec, alors pour le moment je préfère juste éviter de me faire mordre ou de mourir. Mon vaccin contre la transformation c'est Niska qui m'éclatera la tête en cas de besoin.

Je l'ai pas fait non plus. Et pour être honnête avec toi, ça serait te mentir que te dire que tout se passe bien. C'est pire que le vaccin contre la grippe ou ce genre de connerie. Ça fait mal et t'es malade comme un chien après ça.
Quand t'arrive enfin à t'en remettre, beaucoup disent qu'ils se sentent… différents. Mais ça vaut le coup selon eux, car ils sont sûrs de ne pas devenir des mangeurs d'homme sans âmes.
Mais, je suis vraiment pas la bonne personne pour parler de ça, je suis loin d'être rassurante, même quand le sujet est plus banal.


Niska lui épargne le côté religieux qu'elle peut aussi penser de la chose. Déjà qu'elle ne crie pas sur les toits qu'elle est réticente au vaccin car elle ne le trouve pas assez sûre pour sa femme, bien que tout le monde soit au courant dans le camp. Pour ce qui est de la religion, elle est beaucoup plus discrète. Mais à part la croix qu'elle a autour du cou et quelques prières en espagnol qui lui échappe, le reste c'est juste entre Dieu et elle que ça se passe.

Il a vraiment un tas de questions en stock sur ce vaccin. Vivement qu'elle le colle dans les pieds d'un médecin pour qu'il lui explique tout bien.

Des chercheurs, des médecins, des scientifiques et … des gens qui savent développer des vaccins quoi…

C'est évident que ce n'est pas le boucher du coin qui s'est lancé dans les expériences scientifiques.

On est en Amérique, depuis longtemps les habitants de ce pays on l'a phobie de l'apocalypse, alors t'imagine bien qu'ils avaient plus ou moins préparé le truc. Ils ont rapatrié tous les gens importants à New York pour essayer de sauver le monde et nous voilà ici aujourd'hui.

Un coup de ses ancêtres! Lance le militaire en regardant Iain. Ils nous ont lancé un sort vaudou pour que nos morts se réveillent histoire de se venger parce que les blacks meurent toujours dans les films d'horreur.

La ramène pas trop sur mes ancêtres blanche neige, c'est moi qui tien le fouet aujourd'hui.

Et tu sais que j'aime sa beauté! Enfin j'veux dire… pardon. Dit pas à ta femme que j't'ai appelé comme ça. J'me tais et je marche.

L'homme reprend sa surveillance des alentours en tête du groupe. C'est presque comme si faire des blagues limite sexiste ou raciste ça aller, mais lui donner un surnom ou faire une allusion qui pourrait peut-être gêner une demie seconde Ashley était horrible par contre.
Niska regarde l'homme devant elle avec le même air qu'on pourrait avoir en regardant un gamin qui fait une connerie et qui s'en rend compte, un léger soupire en levant les sourcils. La jeune femme regarde de temps en temps derrière eux pour être sûr que rien ne les suit et aussi pour trouver des repères qui leur indique leur position.
Si Iain est un minimum attentif, il peut apercevoir un panneau qui indique qu'il faut faire attention. Il y en a quelques-uns réparti dans le périmètre du camp, zone piégé, terrain militaire, terrain miné, danger. Tout pour indiquer qu'il faut être sur ses gardes quand si on continue dans cette direction. Pour se protéger des zombies principalement, quelques pièges on était mis en place. Leur position est indiquée par un petit ruban ou drapeau rouge. Ces trucs ne prennent pas le temps de lire que la zone est piégée et les rubans attirent presque leur attention ce qui les entraine dans les pièges.

On a fait la moitié du chemin, le plus dur est fait.

Le camp se dessine déjà au loin. Enfin, un kilomètre cinq, ce n'est pas si loin que ça de nos jours. Avant oui, avant faire 500 mètres pour aller chercher du lait à la supérette en bas de la rue c'était insurmontable, aujourd'hui les kilomètres défiles comme un rien.

_________________

Evil Brain, Angel Heart
"Oh Lord, take my hand. Lead me to the Promised Land. I need You now. Heal my heart. Don't let me down."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Mar 4 Avr - 1:41

Je mentirais si je disais ne pas être surpris d’apprendre que Niska et son collègue n’avaient toujours pas reçu le vaccin. Qu’est-ce que cela pouvait bien dire à propos de cette injection, si même ceux supposés la distribuer ne voulaient pas la subir ? Bon, si l’homme devant nous avait simplement la phobie des aiguilles, cela ne serait pas trop mal, mais c’était les explications de Niska qui me faisaient craindre le pire. La piqure était souffrante ? Tant qu’elle fonctionnait, je croyais être en mesure de surmonter la douleur. Je devais m’assurer que le taux de mortalité n’était pas très élevé au préalable, mais… Non, la maladie et les effets secondaires n’étaient pas le plus gros problème. C’était plutôt les mystérieux changements dont on avait parlé. Devenait-on semblables aux rôdeurs ? Je n’avais pas passé des années à les fuir pour me faire injecter un truc qui me ferait leur ressembler, ça c’était certain. Je sentis mon cou devenir brûlant et mon souffle court. Dans quoi suis-je en train de m’embarquer ? Je me forçai à respirer plus calmement. Niska l’avait bien dit, elle n’était pas la mieux placer pour me parler du vaccin. Une fois en compagnie de ceux qui l’avaient développé, je serais plus en mesure de décider si je le voulais ou non. Il n’y avait aucune obligation de le faire après tout. Si ça avait été le cas, Niska m’aurait sûrement menti en me racontant que la piqure était indolore.

J’avais l’impression que Niska me prenait pour un imbécile parfois. Des chercheurs et des médecins avaient créé ce vaccin, c’était élémentaire mon cher Watson ! Ce que je voulais savoir, c’était comment. Même avant, dans les meilleures conditions possibles, il n’était jamais aisé de trouver un remède aux maladies humaines. Comment faire maintenant qu’il n’y avait plus une seule pharmaceutique encore en activité ou un hôpital non infesté de cadavres ambulants ? La suite de sa réponse m’éclaira au moins sur ce point : New York. Voilà pourquoi aucune rumeur à ce sujet n’avait fait le tour de la Californie avant que je tombe sur ce bon. Selon la femme, il semblait que ce virus était connu bien avant l’épidémie, puisque certains petits Nostradamus avaient prédits que nous aurions un jour besoin d’un tel vaccin. Qui aurait cru que les adeptes de la théorie du complot nous sauveraient la vie… Le soldat à l’avant se retourna alors pour user de subtilité et faire de l’humour réfléchi et bourré de second degré. Vous devinerez bien sûr que ce fut tout le contraire. Niska lui rétorqua comme à son habitude, mais ce fut la propre réponse de l’homme qui lui ferma le clapet pour de bon.

« Beauté ». C’était le mot magique ? À vrai dire, je n’arrivais toujours pas à comprendre le comportement de l’homme. Alors que toute à l’heure il faisait des allusions osées sur Niska et sa copine, le voilà qui devenait rouge tomate pour avoir employé un surnom dragueur. Je haussai un sourcil, puis j’abandonnai le sujet. Je me concentrai plutôt sur la route, puisqu’un panneau annonçait que le reste du chemin était miné. Alors que j’en étais presque à me demander si je ne devrais pas marcher directement dans les pas de Niska pour ne pas me faire arracher la jambe par une explosion, je remarquai les petits drapeaux rouges qui sortaient du sol. Ces explosifs étaient pour les rôdeurs, pas pour les survivants. Je respirai mieux et repris le rythme de la marche. La ligne d’horizon était presque entièrement dégagée désormais et on entendait le bruit des vagues qui se brisaient sur la plage. Sur le sable, des structures d’un blanc presque trop étincelant se démarquaient contre le bleu foncé de l’océan. Des tentes ? À cette distance, difficile de dire avec exactitude comment le camp était constitué et quel genre de protections l’entourait.

« Alors vous êtes venus de la côte Est vous aussi ? Comment est le reste des USA, comparé à la Californie ? Je me demande si certains s’en tirent mieux que nous. » Traverser les États-Unis d’un océan à l’autre n’avait pas dû se faire sans heurt. Pourquoi le faire d’ailleurs ? Manhattan, ce n’était pas la porte à côté. La Californie aurait aussi bien pu être vidée de survivants, ce qui aurait rendu ce voyage inutile. Maintenant que le camp au loin se rapprochait de plus en plus, mes craintes quant au vaccin qui m’y attendait reprenaient leur place dans mon esprit. Tandis que je faisais un écart pour contourner un drapeau, j’en étais à me demander ce que ma sœur ferait dans ma situation. Elle avait toujours refusé de rejoindre un groupe et je l’imaginais mal décider de s’allier aux New-Yorkais pour recevoir le vaccin. Je la savais toutefois intrépide et affronter les effets du remède serait également dans ses cordes. Frappé par une pensée, je m’arrêtai net et demandai à mes deux compagnons : « Avez-vous rencontré beaucoup d’autres types comme moi, qui venaient pour le vaccin ? En fait, je me demande surtout si ma sœur ne serait pas venue faire un tour récemment. Elle est de ma taille, les cheveux bruns elle aussi, les sourcils un peu moins fournis par contre. Nous sommes jumeaux, on a donc un air de famille, vous la reconnaîtrez sûrement si je vous dis ça. »
Revenir en haut Aller en bas

HIT AS HARD AS LIFE
avatar


I'm the Alpha omega. I am the eye of the storm Inside, I'm silent and strong. Just waitin' for the right moment to strike, Never see me coming.

× A propos du vaccin : :
Non, trop de risques d'effets indésirables

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, non loin d'Ashley

× Avant, j'étais : :
Propriétaire d'une entreprise de transports routiers spécialisée dans le luxe (& Gangster)

× Messages : :
354

× Points de vie : :
20

× Copyright : :
The1Royal Jester

× Avatar : :
Jessica Lucas

× Et ton p'tit pseudo ? : :
The1Royal Jester

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Lun 22 Mai - 14:57


C'est vrai que pas tout le monde a pris le temps de traverser le pays pour voir comment c'est ailleurs. Pourtant, l'être humain et son sentiment que c'est toujours mieux chez le voisin l'incitent souvent à aller voir plus loin. Ce n'est quand même pas simple, manque de vivres, de courage, ou une raison autre de rester au même endroit.

C'est un peu partout la même ambiance.
Certains arrivent à se faire des petits camps plus ou moins sécurisés, plus on avance dans le temps et plus les gens s'adaptent, mais globalement, ici ou à l'est, ça ce vaux.


Il y a aussi ce qu'on ne voit pas. En Amérique il existe des tas de bunker caché partout, ils en ont vu certains vides et ils ont dû en louper beaucoup. Peut-être que sans le savoir même le labo de New York à d'autres planques souterraine dont les sous-fifres du groupe ne sont pas au courant.

Ce n'est pas étonnant qu'il se demande s'il n'est pas le seul à les trouver pour le vaccin. Lui aussi cherche quelqu'un. Qui ne cherche pas quelqu'un depuis le début de cette apocalypse? Tout le monde a de la famille ou des amis perdus qu'ils aimeraient retrouver. Même les gens qui nous semblaient pas si important que ça, on se met à les chercher, ça occupe pas mal. La survie, ce n'est pas tous les jours une aventure très palpitante mine de rien.

On commence à avoir une belle liste de "types comme toi". Littéralement. Ce n'est pas moi qui gère tous ceux qui viennent pour le vaccin, mais si ta soeur à croiser notre chemin, on doit avoir une trace de son passage.
On tien une liste de tous les survivants qu'on croise. Identité, d'où ils viennent et même parfois où ils vont, entre autres.
Quand tu arriveras au camp on te rajoutera sur cette liste et tu pourras la consulter. Si ta soeur n'est pas encore passé par là, on pourra l'aider à te retrouver si elle passe après toi.


Tout ça lui rappelle ses frères. Elle aimerait bien voir leurs noms sur cette liste un jour. Enfin les voir tout simplement, ou juste retourner à New York, voir que le plus grand s'en est sortie et qu'il l'attend là bas. M'enfin, elle à Ashley, c'est déjà bien, c'est même le plus important. Ouai… mais parler de fratrie lui fait quand même quelque chose. Cependant, pas question pour elle de montrer que quelque chose la contrarie. Dur de penser que c'est possible mais son regard se noircit un peu plus alors qu'elle le pose sur leur destination.
Encore quelques minutes de marche et les voilà qui se rapprochent de l'entrée du camp, garder par des militaires.

Tu vas directement passer par la case infirmerie, pour te faire soigner et qu'on t'explique tout ce qu'il y a à savoir sur le vaccin.
Tu vas devoir laisser tes armes avant d'entrer, question de sécurité. Et puis on est sympa, on est du genre à donner un coup de neuf à tes armes pour que tu puisses repartir avec du matériel en parfait état, ou presque.


Tout le monde apprend plus ou moins à entretenir son arme au fil du temps, mais on peut toujours mieux faire. Une vérification complète des équipements n'est jamais une mauvaise chose.

_________________

Evil Brain, Angel Heart
"Oh Lord, take my hand. Lead me to the Promised Land. I need You now. Heal my heart. Don't let me down."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo Dim 28 Mai - 1:11

Alors comme ça, la Californie ne s’en tirait ni en mieux, ni en pire que le reste des États-Unis. Je ne savais pas si cette affirmation me réconfortait ou m’attristait. Bien sûr, je ne m’attendais pas à des récits d’oasis paisibles à l’abri des zombies, mais j’avais toutefois pensé que ce groupe qui nous avait apporté le vaccin avait également restauré un semblant de vie d’antan quelque part. Toutefois, le fait de savoir que d’autres Angel Camp ou Yosemite (oublions Bodie quelques minutes, si vous me le permettez) subsistaient ailleurs me permettait d’espérer qu’un jour, les vivants reprennent le dessus sur l’armée des morts. Déjà, le vaccin était un bon départ pour empêcher ceux de notre camp de rejoindre le leur. Peut-être un jour ces campements grossiraient suite à de nouvelles naissances, mais il était encore trop tôt pour que ces espoirs se concrétisent.

Je m’étais préparé à une réponse négative à ma question sur June. Même si le fait que je sois toujours sur les routes témoignait de mon espoir de la retrouver, j’avais fait face à tant de déceptions que j’évitais désormais de m’attendre à un « oui » lorsque je m’informais à son sujet. Néanmoins, je ne pu empêcher mon cœur d’accélérer la cadence quand j’entendis parler de la liste. Un registre de tous les survivants ayant croisé la route des gens de New York ? Quelle idée ingénieuse ! Si, comme Niska l’affirmait, plusieurs personnes étaient déjà venues pour recevoir l’injection, il y avait de fortes chances pour que June soit l’une d’entre elle. Et même si elle n’avait pas accepté le vaccin, son nom pouvait figurer quelque part sur cette liste. Je prenais toujours garde de ne pas trop m’emballer, mais il y avait longtemps que je n’avais pas eu un réel espoir de retrouver la trace de ma sœur.

« Je ne sais toujours pas ce qui doit attirer le plus de gens : la possibilité d’un remède ou celle de retrouver un être cher perdu. » Tellement de personnes chérissaient l’idée de revoir leurs proches. June et moi avions été séparés il y avait relativement peu de temps, mais certains cherchaient toujours des gens dont ils n’avaient plus de nouvelles depuis le début de cette épidémie. Je n’eus toutefois pas le temps de me perdre dans ces sombres pensées puisque nous atteignîmes finalement notre destination. L’air marin porta ses effluves à mon nez et souleva sur son chemin les toiles des nombreux chapiteaux éparpillés sur le sable. Devant nous, une ligne de gardes empêchait tout intrus, zombie ou humain, de pénétrer dans le camp. Niska m’expliqua un peu le processus que j’allais subir, mais je n’écoutai qu’à moitié. Je venais de réaliser que ce vaccin devenait maintenant réel et que j’allais le recevoir sous peu. Cette pensée me contracta l’estomac.

Je me tournai face à Niska et son comparse et leur dit : « Merci beaucoup ! Sans vous, je ne sais pas si j’aurais réussi à me rendre jusqu’ici. Vous remercierez vos autres collègues de ma part si vous le voulez bien. » Je leur fis ensuite un petit signe de tête. Même si l’homme et moi étions l’opposé l’un de l’autre niveau humour, il s’était mis en danger pour sauver le pauvre type que j’étais et pour ça, il avait lui aussi droit à ma reconnaissance. Quant à Niska, elle avait su se montrer plutôt patiente avec moi malgré mes nombreuses questions et ma manie d’attirer mille zombies à ma suite. J’aurais voulu pouvoir leur offrir plus que de simples remerciements. « Bon… D’abord le vaccin, ensuite la liste. » Je me dirigeai vers les gardes tout en faisant un signe de main à mes deux compagnons de route. J’aurais aimé les avoir à mes côtés pour la suite des choses, mais il semblait que j’allais devoir affronter un autre genre d’épreuve et que leur protection ne soit pas ce qu’il me fallait pour passer au travers.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo

Revenir en haut Aller en bas

Everything's Not Lost | Feat. Niska E. Hidalgo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS TERMINÉS-