[TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En novembre 2018, le forum a SIX ANS.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

[TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Anonymous

Invité



MessageSujet: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Ven 14 Avr - 5:53

 we are in for darker nightsClaire et Naël The winner takes it all. The loser's standing small. Beside the victory. That's her destiny

Je fais un pas de côté. Puis un autre derrière. J’envoie mon balai valser de tous les côtés sans trop me rendre compte d’où il risque d’atterrir. J’adore cette chanson. J’ai récemment trouvé (ou plutôt on m’a donné) un disque d’ABBA retrouvé je ne sais trop où. Et j’avoue avoir accepté de faire le ménage de cette pièce parce que je savais qu’il y avait un lecteur cd fonctionnel. Je l’ai vu et je n’ai pas du argumenter beaucoup pour que la personne ayant comme responsabilité de nettoyer me laisse le sale boulot pour aujourd’hui. Je savais pertinemment que je ne pouvais pas sortir ce lecteur de la pièce. Je le savais parce que je l’avais demandé et qu’on m’en avait fermement refusé le prêt. Ça aurait été quoi pour eux de me le prêter pour une seule journée ?  J’imagine que c’était un trop grand sacrifice. Mais comme je ne renonce jamais, j’avais réussit à me faufiler sans trop faire de vague. Je ne devais pas oublier de faire le ménage par contre. Avec tout ce sable qui se faufilait par chaque interstice, c’était important de garder notre matériel propre et en bon état. C’était ce que j’essayais de faire en ce moment. Et j’avoue sincèrement que je crois abandonner le balai. C’est supposé être utile de passer le balai dans un endroit où le sable va revenir après quelques heures de va et vient ?

Tout en dansant sur du ABBA, j’envoie malencontreusement danser mon balai contre une boite de produit fragile (comme je peux lire sur la boite). Je ne suis pas d’une nature maladroite, mais cette boite était au mauvais endroit au mauvais moment. Et malheureusement, je crois qu’elle était importante. L’était-t-elle vraiment en fait ? Le vacarme qu’avait provoqué sa chute me faisait dire qu’elle contenait une bonne dizaine de contenant en verre. J’avais d’abord cru que c’était des fioles de vaccin mais le vaccin était gardé réfrigéré pour une meilleure conservation. C’était ainsi pour les vaccins normaux et celui-ci ne faisait pas exception. Je ne m’étais même pas fait vacciner encore. Et je n’osais pas faire le grand saut. Je ne courais pas grand risque de toute façon vu comme le campement était protégé. Si un rôdeur se rendait à moi, c’était soit que tous les gardes étaient mort, ou soit qu’il était vraiment futé pour un mort. Les deux options étaient peu probables. Et j’avoue ne pas faire entièrement confiance au vaccin encore. Oui je sais, nous l’offrons aux survivants et je l’injecte moi-même en de très nombreuses occasions. Je ne dis jamais à mes patients ne pas avoir reçu le vaccin. Quand on me demande si je l’ai reçu, je donne une réponse plutôt évasive, ne voulant pas décevoir les gens. C’est plutôt ironique de promouvoir quelque chose en lequel on ne croit qu’à moitié…

Bref pour revenir à mon petit incident. Je me cache la bouche d’une main et reste immobile quelques secondes, contemplant avec effroi le petit incident que je viens de provoquer. Bon, je sais que je ne risque pas de me faire réprimander. Je suis une habituée du camp depuis longtemps maintenant. Personne ne peut vraiment me hurler dessus, parce qu’ils vont vite apprendre que je peux crier plutôt fort pour ma petite taille. Je ne me suis jamais laissé faire ici et ça s’est rapidement transmit dans le camp.

«C’est quoi mon problème aujourd’hui ? » Je tourne la tête dans toutes les directions, cherchant quelque chose pour ramasser mon dégât. « J’ai déjà le balai, c’est au moins ça. » Je soupire bruyamment et laisse l’objet en question contre un meuble le temps d’aller trouver une poubelle ou même un sac pour me débarrasser des éclats de vitre des fioles et un linge pour essuyer le liquide qui s’en est écoulé. « C’est toxique ce truc … ? » Me questionnais-je en me penchant sur la boite renversé. Solution physiologique. En fiole ? Je fronce les sourcils au même moment où The Winner Takes It All finit et que On And On And On commence.

I was at a party and this fella said to me "Something bad is happening, I'm sure you do agree. People care for nothing, no respect for human rights. Evil times are coming, we are in for darker nights."

Je m’apprête à ouvrir la boite quand j’entends des pas approcher. Je m’empresse de me relever, comme si j’avais peur d’être prit en flagrant délit de je ne sais trop quoi. Je m’empare de la boite, espérant la cacher quelque part ou simplement la remettre dans l’étagère. Mais en la soulevant, je m’aperçois qu’elle est trempée par la ‘’solution physiologique’’ qu’elle cache. J’espère sincèrement que c’est ce qu’elle contient. Parce que sinon j’ai les mains pleines d’un liquide que je ne connais pas et qui pourrait potentiellement être dangereux. Les pas se rapprochent et dans ma peur de me brûler les mains au troisième degré, je pousse la boite dans son emplacement d’origine et je me dis qu’elle finira à la poubelle de toute manière. Quelqu’un entre dans la pièce et je dis avant de me retourner.

« J’ai brisé une boite ! Mais c’est que de la solution physiologique alors il y a pas de mal. » Puis je me retourne en offrant mon sourire le plus sympathique à l’intrus. Que je ne connais justement pas.
©️ 2981 12289 0


Dernière édition par Claire Hamilton le Lun 25 Déc - 4:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Naël S. Warrens

☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
36 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 2B avec Roxanne, María et Tyler.

× Poste assigné : :
Serveur au café-restaurant.

× Messages : :
3506

× Points de vie : :
300

× Copyright : :
© ENDLESSLY EPIC (avatar), © SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Mar 18 Avr - 14:29


we are in for darker nights

Tout ce que fait Naël, quand il est sur le campement des sauveurs et qu'Aelysia n'est pas là pour lui tenir compagne, c'est errer. Oui, il erre. Il passe d'une tente à l'autre en faisant garde à ne pas franchir de limite jaune. Il traîne sur la plage aussi, parfois. Mais c'est déjà moins sécurisé - on ne sait pas ce qu'il y a dans l'eau après tout - alors il évite de trop le faire. Il ne sait pas si, un jour, il trouvera le courage de mettre ses jambes entières dans l'eau. Sans doute pas. Trop risqué. Et il a beau avoir toujours - ou presque - été du genre à foncer et faire des choses sans y réfléchir au préalable, il n'a pas non plus envie de risquer sa vie. Ou celle des autres membres du camp, d'ailleurs. Imaginez un peu qu'en se baignant, il fasse sortir de l'eau vaseuse une horde de rôdeurs. Ce serait les attaquer par derrière, les sauveurs. Ils n'auraient pas le temps de tous s'en sortir et ce serait de sa faute. Alors, au lieu de ça, Naël vagabonde. Quand il n'est pas de sortie, il ne trouve généralement pas grand chose à faire. C'est dans sa voiture qu'il y a tous ses CDs. Et il ne lui semble pas avoir déjà vu de lecteur de CDs dans le coin ... Donc c'est tout resté dans son auto, et il ne compte pas les sortir sans être sûr d'avoir de quoi les écouter. Comme ça, quand il part en expédition, il a de quoi faire. Toujours. Aujourd'hui, il s'ennuie. Profondément. Il ne sait tout bonnement pas quoi faire, et ce n'est pourtant pas faute d'avoir cherché un truc intéressant. Rien. Aelysia est occupée de son côté, et il ne va de toute façon pas tout le temps l'emmerder. Il a donc décidé de lui ficher la paix, et il fait un énième tour du propriétaire. Il lui semble presque tout connaître par cœur. Il sait plus ou moins, en tout cas, dans quelle tente il peut aller et dans laquelle il vaut mieux éviter de se rendre. Il n'est pas encore décidé à faire le vaccin, et il n'a pas très envie qu'on lui demande mille fois pourquoi. Il y a donc certains coins qu'il esquive. De toute façon, il n'est ni médecin, ni scientifique, ni chercheur. Alors sa place n'est ni auprès des patients, ni là où ils continuent visiblement à faire des recherches. En revanche, il y a d'autres tentes où sont stockés des trucs plus ou moins importants où il peut aller. Juste comme ça, pour traîner. La journée est déjà bien entamée, et il regrette de ne pas s'y être pris avant. S'il était sorti en début de matinée, c'aurait été parfait. Il aurait eu le temps de faire l'aller-retour dans la journée.

Là, définitivement, c'est trop tard pour lui. Il se doit de rester ici et de faire de son mieux pour ne pas trop traîner dans les pattes du premier venu. Alors qu'il vient d'entrer dans une nouvelle tente - une grande, très grande, tente -, un bruit attire son attention. De la musique. Pas vraiment de la musique dans son style à lui, mais de la musique tout de même. Comment est-ce possible ? Ses pas le guident, et en quelques foulées, il se retrouve devant la porte d'une pièce. Là-bas, au fond de celle-ci, se trouve une jeune femme. Il ne remarque pas tout de suite que ses mains sont pleines de trucs bizarres. Non, lui, tout ce qu'il remarque, c'est la musique qui circule toujours. D'où ça vient ? En revanche, il est bien obligé de revenir à l'instant présent quand elle s'explique sur un truc qu'il n'avait même pas remarqué. Les sourcils froncés, il essaye de comprendre. Ses yeux passent de son visage - qu'il ne lui semble pas avoir déjà vu ou alors qui ne lui est que vaguement familier - à ses mains. Puis au sol. Là, c'est le déclic. « De la solution physioquoi ? » Un sourire moqueur - pour lui-même, cela va de soit -, apparaît sur son visage. Comme s'il savait quoi que ce soit de ce dont il s'agit ! Non, pas du tout. Il n'a jamais été très porté médecine. D'ailleurs, il ne voyait guère de médecin à l'époque. Il n'avait jamais vraiment besoin de consulter. « Faut pas s'inquiéter, j'y connais rien du tout. » Mais alors vraiment rien du tout. Elle le comprendra assez vite. « Et en plus de ça, je suis nouveau ici. Alors je ne dirai rien. » A elle, comme à qui que ce soit d'autre. Il s'imagine mal aller la dénoncer parce qu'elle a cassé deux-trois trucs, mais que ce n'était qu'une solution physiobidule. Il ne sait même pas ce que ça veut dire. Il hausse les épaules, l'air narquois, avant d'ajouter : « En fait ... C'est la musique qui a attiré toute mon attention ... D'où est-ce qu'elle vient ? » Sur ça, en tout cas, il est curieux. Franchement, il se le demande. Et il espère bien qu'elle saura lui fournir une réponse. Mais comme ils ont l'air seuls dans cette tente, c'est elle qui a dû mettre tout ça en route. Donc, à n'en pas douter, elle aura quelque chose à lui répondre. Et tout en sachant qu'il ne pourra pas pour autant en profiter lui aussi, Naël aura été occupé suffisamment longtemps pour ficher un peu la paix à Aelysia ... Avant de retourner auprès d'elle.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Those who stayed
if it looks easy, don't do it. don't let the world spoil you.


Dernière édition par Naël S. Warrens le Mar 2 Mai - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Dim 30 Avr - 6:00

 we are in for darker nightsClaire et Naël

Bon alors il est clairement pas médecin. Il ressemble pas non plus à un garde ou un militaire. Un patient peut être ? Si c’est le cas, je ne sais pas trop ce qu’il vient faire dans cette tente-ci. Ce n’est pas trop sa place en fait. Mais je n’ose  pas lui poser la question. De toute manière, je ne suis nullement autoritaire et je ferais probablement rire de moi. J’ai déjà essayé quand même. Essayé d’avoir un semblant d’autorité sur mes chats. Et ça n’a jamais fonctionné. Il me manque quelque chose. Probablement le ton de voix ou mon non-verbal. Quelque chose bloque quand je donne un ordre à quelqu’un. J’ai plus envie de rire de moi-même que de me faire obéir. Je devrais demander à un militaire un de ces jours de m’apprendre à avoir un semblant d’autorité. Qui sait, ça pourrait un jour m’être utile. Donc pour l’instant, je regarde l’homme, qui me dit de ne pas m’inquiéter qu’il ne connait pas ça et ce que je retiens le plus, c’est qu’il est nouveau. J’hausse les sourcils en entendant cette nouvelle information. C’est peut être le moment pour lui demander d’où il vient et ce qu’il fait ici ?

« C’est de l’eau distillé avec du sel. On s’en sert pour nettoyer les plaies, les yeux, ce genre de truc. » Dis-je en oubliant complètement ce que je voulais demander auparavant. « Le liquide physiologique je veux dire ! Ici au campement, c’est bien utile pour nettoyer les grosses ou petites blessures. » Ce n’était pas vraiment nécessaire comme détail. Mais il venait de dire qu’il était nouveau ! Peut être que ça l’intéresserait. Ou pas. Il me demanda ensuite d’où venait la musique. Je lui lançais un sourire excité, heureuse que quelqu’un remarque la musique qui joue dans la tente. Je suis certaine que plusieurs l’entendent depuis tout à l’heure mais n’osent pas entrer. Ils y sont habitués de toute manière. C’est ici qu’on vient pour écouter un peu de musique et malheureusement faire le ménage. Parce que c’est souvent le seul moyen pour réussir à accéder au lecteur cd. Je pose les poings sur mes hanches avant de répondre à l’homme.

« Ça vient du lecteur cd posé sur l’étagère là-bas. J’ai réussis à me procurer un disque d’ABBA. Tout ce qu’il me manquait, c’était un lecteur pour l’écouter et je savais qu’il y en avait un ici. » Je lui pointe le lecteur cd d’où nous vient la musique. Il est posé sur une étagère contre le mur entre des boites et des tas de manuels d’instructions. « Je crois que c’est le seul lecteur qu’ils ont transportés jusqu’ici. La plupart des radios et trucs dans le genre sont restés à New York dans le labo. » Malheureusement. Je m’ennuyais parfois du labo. Pas pour son ambiance austère et froide (c’était la raison pour laquelle j’avais accepté de voyager jusqu’ici). Mais pour son abondance et son côté familier. C’était la première fois que je quittais le labo depuis que j’y étais arrivé dans les premiers mois de l’épidémie. J’avais décidé de participer à une expédition jusqu’en Californie et j’en étais la première surprise. Je n’étais pas du genre aventureux. Et parfois, j’avais regretté d’avoir prit part à cette sortie. Ce n’était pas que pour quelques jours, mais pour plusieurs mois. Une chose était sûre, la chaleur de la Californie était réjouissante même si j’aurais préféré visiter l’État dans d’autres circonstances.

« Si vous avez des cd, vous pouvez venir les écouter ici. Mais vous serez de corvée de nettoyage ! C’est le prit à payer pour avoir accès au lecteur. » Dis-je en reprenant le balai que j’avais laissé trainer. « Il faut que je ramasse ça avant que quelqu’un ne se fasse une vilaine coupure en marchant sur un morceau de verre. » Comme si quelqu’un allait venir marcher directement dans un tas de fioles brisées. Et comme nous n’étions que deux dans la tente, les risques étaient extrêmement bas. Je secouais la tête pour moi-même et m’empressais de rassembler les morceaux brisés avec mon balai. Je n’étais pas très habile pour manier le balai en plus, j’étais loin d’avoir l’air très gracieuse.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Naël S. Warrens

☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
36 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 2B avec Roxanne, María et Tyler.

× Poste assigné : :
Serveur au café-restaurant.

× Messages : :
3506

× Points de vie : :
300

× Copyright : :
© ENDLESSLY EPIC (avatar), © SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Mar 2 Mai - 19:14


we are in for darker nights

Non, vraiment, la jeune femme n'a rien à craindre. Absolument rien. Il est nouveau, et ne s'y connaît vraiment pas en médecine et tout ça ; alors ce n'est certainement pas lui qui risque de révéler son petit secret. Malgré tout curieux, il lui demande ce dont il s'agit. La réponse de la jeune femme le laisse littéralement sur le cul. Sans doute a-t-il même les yeux écarquillés. Il comprend ce qu'elle lui dit, évidemment - il n'est pas aussi débile quand même - mais le terme physiologique lui reste en travers de la gorge. « Bah ... Ce n'est pas si grave alors, n'est-ce pas ? » Tant que ce n'est pas un truc qui pourrait leur faire vraiment du mal ... Il n'a pas d'exemple à donner mais voilà, l'idée est là. Et c'est bien parce qu'ils sont parmi les sauveurs que Naël peut se permettre de dire un truc pareil. Dehors, ce genre de liquide physiotrucbidule, on n'en trouve pas à tous les coins de rue. Il a l'impression qu'ici, en revanche, il y en a la pelle. Alors pour une fois, il est possible de dédramatiser parce qu'elle en a cassé quelques uns ... Même si elle semblait effectivement paniquée en le voyant - ou l'entendant plutôt - débarquer. Enfin, rien de grave : ce n'est que lui. Il n'est pas du genre à dénoncer. Et, de toute façon, son attention a tôt fait de se décentraliser. Une question lui turlupine l'esprit, et franchit donc rapidement ses lèvres. Il n'est pas du genre à se restreindre, encore moins quand ça concerne la musique. Il est dingue de musique. Et c'est quelque chose qui, à son sens, manque vraiment sur le camp. Dans sa voiture, il a ce qu'il faut, mais pas ici. Et l'entendre lui révéler toutes ces choses le met dans tous ses états. Il pourrait presque être hystérique, s'il ne se contrôlait pas un tant soit peu. « Mais ... C'est ... GENIAAAAL ! »

Là, il se contient encore un peu - rien qu'un peu. Mais sa joie menace d'exploser à tout moment. C'est que c'est une information cruciale pour sa survie. Quand elle lui dit qu'il peut venir ici pour écouter ses albums s'il en a en sa possession ... Il croit devenir dingue. Littéralement. Ses yeux s'écarquillent de nouveau, ses mains se lient devant lui comme s'il s'apprêtait à prier. OH BON DIEU. Il doit avec le regard pétillant. Mais au point où il en est, il s'en fiche bien. Non, attendez, il n'en a jamais rien eu à faire, de ce qu'on peut penser de lui ! Tout ce qui compte ... C'est qu'il va pouvoir écouter de la musique ICI. A une condition peu glorieuse, certes, mais il s'exécutera sans poser de question. A vrai dire, en la voyant, elle, ramasser les bouts de verre avec son verre, il s'imagine déjà danser sur du AC/DC en virevoltant dans toute la pièce, utilisant le manche comme un micro. OH MON DIEU. « OH. MON. DIEU. C'est vrai ? C'est pas une blague ? Parce que si ça n'en est pas une, je suis prêt à courir jusqu'à ma voiture pour récupérer tous mes CDs. Vous verriez ça, j'ai une sacrée collection. D'ailleurs, je suis sûr que vous les adoreriez tous, vous avez l'air d'avoir de bons goûts. » Un gosse dans un magasin de bonbons. Elle n'a pas la moindre idée de ce qu'elle vient de déclencher. « Hum. Et sinon, vous êtes médecin, vous ? » Sourire bright, les dents bien en évidence, et il semble de nouveau normal. Enfin, presque. Parce que Naël ne serait pas Naël s'il n'avait pas cet air constamment débile collé au visage. Et, d'ailleurs, la tirade qu'il vient de balancer pratiquement sans reprendre sa respiration doit aussi faire son petit effet de ce côté-là ... Qu'importe, il est ce qu'il est, on ne le changera pas !

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Those who stayed
if it looks easy, don't do it. don't let the world spoil you.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Sam 13 Mai - 5:28

 we are in for darker nightsClaire et Naël
Pas bien grave ? J’imagine que non. Mais ici les ressources sont tellement limitées qu’il y a de forte possibilité pour qu’on me le remette sous le nez un jour ou l’autre. Qu’est-ce que je pouvais y faire de toute façon ? C’était un accident. Ils auraient qu’à me rencontrer ou je ne sais pas quoi encore. Ce n’est pas comme si j’étais inutile au camp, ils ne pouvaient pas vraiment m’en vouloir pour quelque chose d’aussi futile. Et ce n’était pas un produit dangereux. Je n’avais mit personne en danger en brisant des flacons de solution physiologique. Sauf peut être mes pieds si j’étais assez idiote pour marcher dans le verre cassé sans m’en rendre compte. Parce qu’étrangement, ça me ressemblait. Il faudrait que je ramasse ce dégât avant que quelqu’un ne se blesse, sérieusement.

« J’imagine que non. Évitez seulement de marcher dans le verre d’accord ? Je n’aimerais pas que vous vous blessiez à cause de moi. »

Parce que je me sentirais encore plus mal que lui se blesse. Sa réaction lorsque je lui annonçai qu’il pouvait venir écouter de la musique ici me cloua sur place. Je tiens le balai dans mes deux mains, me demandant si je ne serais pas mieux de l’assommer avec pour qu’il se calme un peu. Alors que d’un autre sens, je souris gaiement à l’homme en l’écoutant me parler comme s’il avait fait la découverte du siècle. Je ne croyais pas rendre quelqu’un d’aussi joyeux aujourd’hui. Et encore là, c’était la première fois depuis des mois, même des années je crois que je faisais réagir quelqu’un de la sorte. Je me sentais comme fasciné par sa réaction fortement exagéré à comparé du privilège que je venais de lui offrir sans vraiment m’en rendre compte. Il n’avait pas oublié qu’il devait faire le ménage j’espère ? Je tiens le balai dans mes mains et ris à sa dernière phrase.

« Et moi qui croyais être la seule à aimer la musique ici ! Les gens sont tellement concentrés sur les morts et le vaccin que je commençais à m’ennuyer. Et non, ce n’est pas une blague. Allez les chercher vos cds ! C’est pas comme s’ils pouvaient vraiment servir ailleurs qu’ici non ? Et à ce que je vois, ils n’ont pas servit depuis longtemps. »

Cette joie qu’il venait de démontrer. C’était rafraichissant. Les gens que je connaissais ne me souriaient pas souvent et étaient loin de réagir avec autant d’intensité à quelque chose d’aussi futile. Il faut croire que je ne suis pas la seule survivante à avoir gardé un peu de pétillant. À force de voir des visages sérieux et froids, on finit par se dire que le monde est devenu gris. Puis il me demande comme si de rien n’était si je suis médecin et je ris de nouveau en voyant son expression faciale. Le non verbal est trop fort chez lui.

« Comment vous avez deviné ? C’est la solution physiologique qui m’a vendu ? » Que je lui demande avec un faux air de surprise sur le visage. « Et vous faites quoi ici ? Vous êtes musicien ? Oh non attendez ! Vous étiez vendeur de disque ! »

Je me tapote le menton un moment en le regardant, comme si analyser son visage me donnerait la réponse. Mais sérieusement, il ressemble d’un musicien non ? Un musicien grunge c’est sûr ! Comme si je m’y connaissais en musique grunge… J’écoute du ABBA dans mes temps libres alors il faut pas trop m’en demander. Et voila que j’en oublie encore les morceaux de verres brisés par terre. Ils attendront. C’est pas comme si l’un de nous deux allaient se mettre les pieds dedans.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Naël S. Warrens

☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
36 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 2B avec Roxanne, María et Tyler.

× Poste assigné : :
Serveur au café-restaurant.

× Messages : :
3506

× Points de vie : :
300

× Copyright : :
© ENDLESSLY EPIC (avatar), © SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Ven 19 Mai - 15:43


we are in for darker nights

La jeune femme, en face de lui, lui demande de faire attention, de ne pas se blesser avec les morceaux de verre qu'elle n'a pas encore ramassés. Il se contente de hocher la tête, passant vite à autre chose. Il ressent plus d'intérêt pour la musique, tout ce que ça implique ... Et la proposition qu'elle vient de lui faire ! Franchement, il trouve sa réaction moindre. Cela aurait pu être pire. Bien pire. Mais bon ça, elle ne le sait pas. Quand il se calme un peu -rien qu'un peu-, ses yeux se posent sur la jeune femme, alors qu'il arbore toujours un sourire si large qu'il bouffe la moitié de son visage. Elle a l'air .... estomaquée. Il peut le comprendre. Ouais, non. Il n'en est pas encore là. En tout cas, sa réaction -la vraie- ne tarde pas à venir, et il sourit de plus bel. « C'est clair, ils ont tous oublié la valeur des petites choses. La musique, c'est la vie. » Au moins ! Et il pèse ses mots, hein. « Mais si, je peux encore les utiliser dans ma voiture. Sauf que c'est encore mieux ici, ça fait longtemps que je n'ai pas écouté de musique sans conduire. » Il ne prend pas le risque de vider la batterie de sa caisse en la laissant en route juste pour écouter ses CDs. Il est un peu stupide parfois, pas fou. « J'en ramènerai quelques uns en tout cas. Vous aurez le droit de les écouter, mais j'exige que cela reste entre nous. » Il n'a pas envie de les voir rayés, voire même disparaître. Il pourra toujours en chercher d'autres mais à ceux-là, il y tient tout particulièrement.

Quelques secondes s'écoulent, et Naël laisse son regard glisser un peu partout, à la recherche d'un endroit où se poser. Ses yeux se posent, à un moment, sur un tabouret, qu'il tire et sur lequel il s'assoit ensuite. Toute son attention se refocalise rapidement sur la jeune femme, bel et bien médecin comme il l'avait supposé. « HAHA ! Presque. J'étais guitariste autrefois. Fin, je le suis toujours hein, mais ça fait longtemps que je n'ai pas pratiqué. » Au départ, il essayait de garder ça vivace, mais cela ne lui semble plus guère avoir d'importance. Il n'a pourtant pas perdu sa guitare, elle n'est jamais bien loin de lui. Mais quel intérêt ? Aucun ! « Mais oui, la solution physiobidule vous a vendue. » Savoir le nom de cette chose-là, ça ne pouvait que le mettre sur cette voie. « Hey mais j'aurais aimé être vendeur de disque ... Vous croyez qu'il est trop tard pour que je lance un business ? » Oh quel crétin ! Elle va le prendre pour un fou, c'est sûr. Mais il s'en fiche pas mal en fait. Il croise ses bras sur son torse, plisse les yeux tout en la regardant. Il a l'impression d'avoir la tête pleine de pensées contradictoires. « Ici, je ne fais pas grand chose. Je traîne, j'observe et je dénonce. » Il a un air sérieux, mais son sourire le trahit bien vite. Va-t-elle vraiment le penser capable d'aller dire à tout le monde qu'il l'a vue renverser tous ces petits trucs ? Surtout qu'elle n'a toujours rien ramassé ! Il s'ennuie, il faut bien qu'il s'occupe comme il peut. Même si cela signifie taquiner une jeune femme qu'il ne connaît guère.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Those who stayed
if it looks easy, don't do it. don't let the world spoil you.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Mar 30 Mai - 5:59

we are in for darker nightsClaire et Naël
Il les écoutait dans sa voiture ? Il avait une voiture ? J’avais de la difficulté à concevoir qu’on pouvait encore arriver à entretenir des véhicules en ces temps de réserve. Comment arrivait-il à se procurer de l’essence ? Ou même tous les morceaux qu’il fallait pour faire fonctionner une voiture ? J’avais presque envie de le lui demander, tout savoir sur l’entretien d’une voiture en époque apocalyptique. Mais il apporta le fait que je pourrais également écouter sa musique et j’en perdu toutes idées concernant la mécanique. Comme si j’avais un quelconque talent en mécanique de toute façon. Et il exigeait que cela reste entre nous ? J’hésitais un moment, ne sachant pas si j’arriverais à ne rien dire à personne. C’était presque trop excitant pour que je ne garde ça que pour moi. Mais je devrais y arriver. C’était pas sorcier quand même, ne rien dire. Difficile de ne pas tout dire en tout cas. Je suis comme un livre ouvert.

« D’accord alors ! J’accepte ! Ça me fera autre chose à écouter que mon cd d’ABBA. »

Nous n’étions pas riches côté collection de musique. C’était loin d’être la préoccupation #1 ni même #2 des équipes de terrain. Lorsqu’ils sortaient, c’était pour repérer des survivants ou éliminer des rôdeurs un peu trop près du campement. Pour les cds, on repassera. Mais je me demandais. Il venait d’où au juste ? Débarquer comme ça dans la tente qui servait de rangement pour le matériel médical ? Et qu’est-ce qu’il venait faire chez les Sauveurs ? Il ne ressemblait pas aux gens que j’avais l’habitude de croiser ici. Je connaissais les visages connus dans le coin, disons que je m’étais établi au laboratoire de New York depuis un moment déjà et en temps normal, je connaissais pas mal tout le monde. Mais lui, je n’arrivais pas à le replacer. Je ne me souvenais pas l’avoir déjà vu. Probablement qu’il venait tout juste d’intégrer notre campement. Avait-il été vacciné ? Je n’arrivais pas vraiment à le cerner. Moi qui normalement connaissais tout le monde et était connu de tous. Je n’avais pas la langue dans ma poche et j’aimais être partout. Il s’assoit sur un tabouret alors que je suis toujours debout, commençant lentement à balayer le dégât que j’avais causé. C’était d’une serpillière dont j’aurais besoin, pas d’un balai. Mais le verre était dangereux et pas le liquide physiologique. Et à la quantité de sable qu’on retrouvait dans la tente, le liquide serait rapidement disparu. L’homme avoue être guitariste et je le regardais, un sourire de plaqué sur le visage. Comme c’était intéressant d’entendre autre chose que : militaire, médecin ou chercheur. Guitariste. Ça me faisait me demander encore plus ce qu’il faisait ici.

« Guitariste ! Wouah ! C’est pas tous les jours que je rencontre des guitaristes. Vous avez encore votre guitare ? Vous jouiez dans un groupe ? »

J’avais l’impression d’être une adolescente fanatique en posant ces questions. Mais ça me fascinait réellement. Je ne voulais pas sonner comme une groupie, mais c’était probablement de ça que ça avait l’air. Puis il lança à la blague s’il était trop tard pour se lancer dans le business de vente de disques et je ris à l’idée de voir quelqu’un essayer de faire carrière dans ce métier mort.

« Je crois que c’est définitivement mort. Désolé de vous apprendre que les morts n’apprécient pas vraiment la musique. »

Je rassemble le verre en un petit paquet pour ensuite me pencher et rassembler le tout dans le porte poussière. C’était au moins ça de fait, personne ne se couperait le dessous des pieds si jamais quelqu’un était assez stupide pour venir se promener ici sans chaussures. Je l’écoutais me dire qu’il ne faisait pas grand-chose. Qu’il observait et dénonçait. Je tournais la tête dans sa direction, un sourire aux coins des lèvres.

« Dénoncer ? J’ai affaire à qui ? Une taupe engagée par les militaires ? » Ça me surprendrait grandement. Les militaires n’auraient jamais engagés quelqu’un d’aussi excentrique. Du moins c’est l’impression que j’avais de lui. Il semblait plutôt perdu pour le moment. « Vous êtes venu vous faire vacciner alors ? J’espère que vous n’avez pas trop souffert des effets secondaires. Ils peuvent être désagréables parfois. » S’il n’avait pas été vacciné, alors là, je ne savais pas du tout comment il avait fait pour entrer au campement et pouvoir se balader aussi librement.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Naël S. Warrens

☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
36 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 2B avec Roxanne, María et Tyler.

× Poste assigné : :
Serveur au café-restaurant.

× Messages : :
3506

× Points de vie : :
300

× Copyright : :
© ENDLESSLY EPIC (avatar), © SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Sam 3 Juin - 23:35


we are in for darker nights

Et un nouveau sourire éclatant pour Naël, un ! Il est content de s'être trouvé une complice, d'autant plus d'en avoir trouvé une qui a bon goût ... Et une chaîne hi-fi ! Qu'elle cède de mettre à sa disposition s'il accepte de passer le balai. Évidemment qu'il le fera ! Tout pour la musique, ça n'est pas différent de ce qu'il était autrefois ! Le deal est passé en tout cas, et Naël hoche la tête, l'air grave, comme pour sceller cet accord. Ils ne vont pas non plus en faire un pacte du sang, mais il pourrait presque se la jouer aussi sérieux. Pas sûr qu'elle accepterait d'en arriver là cela dit ... Alors il garde ses conneries pour lui et s'installe sur un truc qui lui servira de tabouret. Il lui avoue ensuite être guitariste, et n'est pas peu fier de sa réaction. Des groupies, il en a connu. Il n'a rien du petit minet de chanteur qui se pavane sur scène, mais la guitare faisait son effet tout de même. Et c'est un aspect de son métier - si tant est que l'on puisse appeler cela ainsi tant c'était occasionnel - qu'il adorait tout particulièrement. Et qu'il entretenait sciemment. « Trop de questions d'un coup dis donc ! » Il l'embête mais c'est parfaitement normal. Naël est comme ça. Avec tout le monde. Et oui, même par les temps qui courent. « Et non je me la jouais solo ... Dans des bars, parfois. Divers clubs. Et je dois être trop prévisible mais j'ai effectivement gardé ma guitare ... » Qu'il n'utilise plus, pour son plus grand désarroi. Mais bon, il y a de quoi tout de même ! Ce n'est pas le moment de faire du bruit et, ainsi, de se faire remarquer. Tant par les survivants que par les rôdeurs d'ailleurs. Particulièrement pour la seconde catégories d'êtres "vivants". L'espace de quelques minutes, Naël affiche une moue boudeuse. Ainsi, elle ose briser tous ses espoirs. Comme ça ! Pssshht ! En une seconde et demie ! Sans avoir le moindre scrupule apparent !

Ouais enfin, il se la joue théâtrale mais il passe vite à autre chose ... De là où il est, il la voit toujours s'efforcer de ramasser les bouts de verre. Et non il ne se lève pas pour l'aider. A quoi bon ? L'espace est trop restreint, ce serait nettement trop compliqué. Et puis, ce n'est pas sa guerre vous savez ... Enfin, elle ne lui demande rien alors tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Quoi qu'il en soit, comme toujours, Naël reste fidèle à lui-même. Et il jacasse ... Encore et encore et encore ... Ça n'a pas l'air de déranger la jeune femme, tant mieux. De toute façon, il n'avait pas l'intention de changer quoi que ce soit à sa façon d'agir. Égoïste qu'il est. « Peut-être que oui ... Peut-être que non ... » Il se la joue mystérieux mais en vrai il ne l'est pas du tout. PAS DU TOUT. La preuve, elle connaît pratiquement déjà toute sa vie : sa voiture, les cds, son genre de musique, sa passion dans la vie. TOUT. Ou presque. Parce qu'elle finit par lui demander ce qu'il est venu faire par ici. Elle pense qu'il s'est fait vacciner. A cette idée, il fronce les sourcils. Il a une tête à se lancer dans une péripétie pareille ? Ouais peut-être bien après tout ... « Non je dois avouer que je ne me suis pas encore lancé dans cette grande aventure ... Je ne sais pas si je le ferai en fait ... » Il reste prudent et mesuré. Après tout, si elle est là, c'est qu'elle approuve ce qu'ils font, c'est qu'elle approuve ce vaccin. D'ailleurs il se demande ... « Je suis là parce qu'on se sent sacrément en sécurité ici. Mais vous vous êtes faite vacciner, vous ? » Sa curiosité le perdra un jour ou l'autre. Mais pas aujourd'hui, pas cette fois : il en est sûr.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Those who stayed
if it looks easy, don't do it. don't let the world spoil you.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Mar 13 Juin - 5:21

we are in for darker nightsClaire et Naël
Je savais que je posais trop de questions. C’était toujours la même chose avec moi. N’essayez pas de vous en tirer avec moins d’une dizaine de questions plus ou moins utiles si vous avez envie de discuter avec moi. C’est tout bonnement impossible. J’adore tout savoir, obtenir des informations. Je ne suis pas espionne, mais j’adore en obtenir le plus possible. Ça me permet de voyager un peu, d’imaginer la vie des autres. Qu’est-ce qu’ils ont vécus, qu’est-ce qu’ils étaient, ce genre de trucs. Souvent, les gens trouvent cela impertinent mais je suis une curieuse, je ne peux m’en empêcher. Je l’écoutais me dire qu’il jouait seul, dans des bars. Je voyais un peu le genre. Je le voyais bien avec sa guitare sèche chanter du Johnny Cash assis sur un tabouret de bar. Ou plutôt Green Day version acoustique peut être ? Bon d’accord, je ne suis peut être pas si bonne que ça pour m’imaginer le passé des gens. C’est pour ça que je pose des questions d’ailleurs ! Pour avoir tous les détails. Et il avait gardé sa guitare ! Des cds, une guitare, une voiture. Ça commençait à faire pas mal de chose à surveiller. « Vous avez une guitare ? Vous pourriez l’apporter et jouer un peu non ? Ça pourrait être amusant ! Seulement si ça vous tente hein ! Je veux pas vous mettre la pression… » C’était quand même ce que je venais de faire non ? Lui mettre la pression pour qu’il accepte de jouer de la guitare. J’imaginais bien à travers les gardes armés et les blouses blanches, un joueur de guitare. Ça ferait un énorme contraste.

Je souris à la moue boudeuse qu’il me sert après avoir brisé ses rêves perdus de devenir disquaire. Puis je continuais de ramasser le verre par terre. Faisant une pile des morceaux pour les emporter dans le porte poussière jusque dans le sac qui servait de poubelle. C’était au moins ça, personne ne se blesserait par ma faute. Je posais le balai contre un pan de la tente et l’écoutais répondre à ma question concernant le fait qu’il était un espion à la solde des militaires. « Allons ! J’ai des connaissances chez les militaires, même si vous me dénonciez ça ne ferait rien. J’échange toutes les plaintes contre moi pour des flacons d’acétaminophène… » Ou pas du tout. Qu’est-ce que je suis en train d’inventer là ? « Et n’allez pas croire que je vais vous échanger un flacon pour votre silence… » Je fronce les sourcils, essayant d’avoir l’air plus ou moins sérieuse. Comme si j’étais capable d’une telle chose ! Les gens me sous estime constamment concernant mon travail parce que j’ai l’air trop angélique pour effectuer une chirurgie ou même une injection. Est-ce que je suis doué pour le sarcasme ? Ce n’est pas mon champ d’expertise le plus développé, mais j’imagine que l’homme assit devant moi comprendra la blague, du moins je l’espère.

Debout au milieu de la tente, je me cherchais une place où m’assoir quelques minutes. Je vis une table du coin de l’œil et allais m’y installer. Ce n’était pas une chaise, mais c’était mieux que de rester planté debout. Je retournais mon attention sur l’homme qui m’avoua ne pas avoir été vacciné. Je restais un peu perplexe, mais c’était vrai que pas tout le monde ici avait été vacciné. C’était un choix personnel, même si je me questionnais sur le pourquoi. Oui les effets secondaires n’étaient pas négligeables, mais ce n’était que pour un temps. Il me demanda si j’avais reçu le vaccin et j’hochais la tête. « Oui. Ça fait un moment déjà. J’étais au laboratoire de New-York. J’ai longuement hésité. Parce que je vais vous l’avouer, c’est pas tout le monde qui vit la vaccination de la même façon. Je l’ai eu plutôt facile. Migraine, nausées intenses et tout le tralala. » Pourquoi je lui expliquais au juste ? Il ne m’avait pas demandé d’explication. Mais il fallait toujours que j’en rajoute. « Je peux comprendre que vous ne vous soyez pas fait vacciner. C’est très… effrayant. Oui ça peut sauver une vie, mais on ne sait jamais comment notre corps va réagir. » Je préférais ne pas lui dire que certains patients à lesquels ont avaient fait l’injection ne s’en était pas sortit. Ou bien qu’ils étaient carrément devenu fous… Ça non plus il n’avait pas besoin de savoir. S’il voulait le vaccin, il serait mit au courant des dangers qui pourraient suivre.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Naël S. Warrens

☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
36 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 2B avec Roxanne, María et Tyler.

× Poste assigné : :
Serveur au café-restaurant.

× Messages : :
3506

× Points de vie : :
300

× Copyright : :
© ENDLESSLY EPIC (avatar), © SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Dim 18 Juin - 14:03


we are in for darker nights

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Naël n'est pas habitué à ce que l'on parle plus - ou en tout cas autant - que lui. C'est plus son rôle de tenir les conversations et de s'assurer que rien ne tombe jamais à plat. Ce qui ne marche pas toujours, soit dit en passant, ses blagues ayant, justement, une fâcheuse tendance à ne faire rire que lui. Il est très drôle pourtant, allez comprendre. La jeune femme, face à lui, semble avoir peur de lui foutre la pression. N'a-t-elle pas deviné que ce n'était pas son genre du tout, à lui ? D'avoir la pression et tout ça ? Au contraire, un sourire éclatant bouffe la moitié de son visage, maintenant qu'elle lui a demandé ça. Il y a tellement longtemps qu'il n'a pas pu jouer vraiment ... Et encore moins devant une audience ! « Mais non voyons, ce serait avec grand plaisir ! Faudra juste pas juger trop vite et surtout, surtout, me laisser le temps de me remettre dedans. J'ai l'impression que ça fait une éternité depuis la dernière fois que j'ai pu jouer un morceau. » Pire qu'une éternité, même. Et non, il n'exagère pas du tout ! Pour un type comme lui, c'est un désastre d'avoir eu une si longue pause -forcée-. Mais Clarke et Faith ne l'auraient tout bonnement jamais laissé jouer. Et puis, c'était dangereux. Clairement. Ici, sur le campement des sauveurs, ça risque de ne pas être un trop gros problème. En théorie, hein. Il ne sait pas trop ce que ça va donner dans les faits ... Mais il verra bien ! Pour l'instant, Naël est trop occupé à jouer sur l’ambiguïté de la situation. Ouais, peut-être bien qu'il est une taupe engagée par les militaires ... Peut-être pas. De toute façon, la jeune femme ne se laisse pas démonter et Naël explose de rire. « Je vois ... Vous n'êtes donc pas aussi prêteuse que vous voulez bien me le faire croire. » Si elle ne veut pas lui donner un flacon d'acé ... D'acé quoi, d'ailleurs ? - C'est bien qu'elle n'est pas prêteuse. Mais bon, en réalité, il s'en fiche bien lui. Tant qu'il a accès à la chaîne hi-fi, le reste lui importe fort peu.

Inévitablement, le vaccin finit par arriver sur le tapis. Naël avoue à demi-mots que non, il n'a pas encore franchit cette grande étape. A demi-mots parce qu'il ne sait pas encore tout à fait à qui il a à faire. Il n'a pas envie de se faire -déjà- des ennemis dans le coin. Faire profil bas, c'est son objectif depuis qu'il est arrivé ici. Cela dit, il n'est pas certain que cela fonctionne très bien : il a une grande gueule, que voulez-vous. En tout cas, il n'a guère envie de remettre en question l'efficacité de leur vaccin. Du moins, pas à voix haute. « Oh, vous avez donc très très bien réagit. » Son corps a très bien réagit. Très franchement, il n'aurait pas deviné qu'elle s'était faite vacciner, si elle ne le lui avait pas dit. « Vous croyez que c'est le temps qui est passé depuis l'injection qui fait que vous êtes aussi ... Bien ? » Loin de lui l'envie de sous-entendre qu'en théorie, elle devrait être devenue tout à fait différente. Encore une fois, son objectif n'est pas de remettre en question quoi que ce soit. Néanmoins, ses sourcils froncés doivent montrer sa perplexité. Il ne sait vraiment pas quoi en penser ; les avis sont très mitigés sur le vaccin et ce, même ici, dans l'enceinte de leur campement, aux sauveurs. « C'est vrai que je me suis demandé plus d'une fois si ça valait vraiment le coup. Vous savez, de prendre le risque de voir mon corps réagir n'importe comment alors que je m'en sors très bien sans ça. Enfin, jusque-là. » Voilà, il lui a fait part de ses doutes. Pas tous encore mais les principaux. C'est déjà pas mal. Surtout venant de lui ; parce qu'il se montre, pour une fois, sérieux. Plus de sourire, plus de rires aux éclats. Juste lui et ses doutes. Et cette jeune femme, médecin - il semblerait en tout cas - des sauveurs qui s'est déjà faite vacciner. D'ailleurs, maintenant qu'il le sait, il lui semble que, effectivement, sa peau est plus claire que la normale. Et ses yeux ? Il ne les voit pas. Mais ils doivent avoir quelque peu changés en théorie ... Du moins, c'est ce qu'ils disent tous dans le coin.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Those who stayed
if it looks easy, don't do it. don't let the world spoil you.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Mer 28 Juin - 4:41

we are in for darker nightsClaire et Naël
Il faut imaginer la tête des gens au campement s’il décide réellement d’apporter sa guitare ! Après être arrivé ici, disons que personne n’avait la tête à rire. Le voyage avait été assez pénible et je me souviens par moment m’être dit que j’étais folle d’avoir voulu embarquer dans cette aventure. Mais au final, ce n’était pas si mal. Je rencontrais pleins de gens ici et s’était intéressant d’entendre de nouvelles histoires, de voir de nouveaux paysages. J’avais peut être le mal du pays. Je venais d’Ontario au Canada, disons qu’on ne peut pas faire plus différent. Les températures étaient assez semblables à New-York. Mais en Californie, les chaleurs accablantes me rendaient folle. Je n’avais pas l’habitude de mourir de chaleur et comme nous n’avions pu accès à l’air climatisée ou juste des boissons glacés qu’on commandait dans des drives in dans les temps passés, je mourrais littéralement parfois. N’essayez pas de me faire travailler lorsque j’ai trop chaud, vous me retrouverez plus cachée à l’ombre quelque part. Je ne supporte pas la chaleur.

« Vous aurez qu’à venir vous pratiquez ici. C’est pas comme si les gens aimaient venir trainer ici. Il y a juste moi qui aime bien venir nettoyer, mais c’est seulement parce que je peux écouter de la musique. »

Surtout que balayer, on ne peut pas vraiment qualifier ça de passionnant. Mais balayer au rythme de la musique, ça devient une toute autre activité ! Bref, je n’entrerai pas dans les détails, je ne crois pas avoir besoin de mettre qui que ce soit au courant de cette merveilleuse activité. Quand embarque le sujet du vaccin, je l’écoute me dire que j’ai très très bien réagit. Je reste confuse quelques secondes jusqu’à ce que je comprenne enfin le sens de sa phrase. Il l’avait dit dans le sens que mon corps avait bien prit le vaccin en fait. Et il avait raison. J’avais eu de la chance. J’avais accepté le vaccin un peu sur un coup de tête. J’étais rongé par les remords de vacciner des survivants, de les voir souffrir et de ne rien pouvoir faire pour les aider. Mais surtout, de leur vendre le vaccin en leur disant que ça allait bien se passer, leur expliquer les effets secondaires qu’ils pourraient vivre sans même savoir de quoi je parlais. Pourquoi je disais à un étranger qu’il allait très probablement subir tel ou tel effet, sans même l’avoir vécu moi-même ? Bon oui, ça peut sembler complètement idiot comme raison, mais ça me faisait culpabiliser comme jamais. Et puis quoi, au moins si je me fais mordre, je ne risque pas de me transformer. J’avais pensé à Arthur aussi. Il aurait été suffisamment courageux pour le faire lui, alors moi aussi.

« Oui je crois. J’ai eu de la chance. Je l’ai fais un peu sur un coup de tête. Mais une fois qu’il a été injecté je n’ai pas pu revenir en arrière. Je peux vous le dire, c’était loin d’être agréable. C’était horrible au début. Mais les effets s’atténuent avec le temps. Sauf cet effet sur la peau et sur les yeux… On finit par s’y habituer, mais ce n’est jamais vraiment comme avant. »

J’espérais que j’avais bien répondu à la question. Mais oui, j’avais l’air plutôt bien et je me sentais bien. Il faut dire par contre que ça faisait un bon moment que je l’avais reçu ce vaccin. Et il n’était pas encore tout à fait au point. J’étais juste l’une des chanceuses qui n’avait pas vécu avec des migraines incessantes pendant plusieurs semaines. J’avais vu d’autres vivrent le vaccin d’une manière plutôt atroce.

« C’est une décision personnelle à chacun. Je l’ai fais parce que je me suis dis que c’était la meilleure chose à faire et aussi parce que mon mari l’aurait fait lui aussi. Mais ce n’est pas à prendre à la légère non plus. Les effets secondaires ne sont pas négligeables. »

Et voila que je lui évitais encore le pire morceau. Je ne le connaissais pas vraiment, mais est-ce que j’avais envie d’être celle qui lui explique ce processus ? Je l’avais fais d’innombrable fois et ce n’était jamais agréable. Je ne voulais pas que quelqu’un meurt par ma faute ou perde l’esprit. Mais c’était les risques. De toute façon, s’il avait l’intention de recevoir le vaccin un jour, il serait mit au courant de tout ça. Je n’avais pas besoin d’aller plus loin sur ce sujet.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Naël S. Warrens

☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
36 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 2B avec Roxanne, María et Tyler.

× Poste assigné : :
Serveur au café-restaurant.

× Messages : :
3506

× Points de vie : :
300

× Copyright : :
© ENDLESSLY EPIC (avatar), © SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Ven 30 Juin - 12:46


we are in for darker nights

Très franchement, Naël s'imagine mal se trimbaler sur le campement des sauveurs sa guitare à la main. Quelque chose lui dit que ce ne serait pas bien vu par tous ... Pour ne pas dire par personne. Après tout, cela s'apparente à un loisir et, en plus de ça, à quelque chose de risqué du fait du bruit que cela fait inévitablement. Mais bon, s'il y a bien une chose dont il est sûr, c'est qu'il se fiche totalement et irrévocablement de ce que l'on peut penser, et dire de lui. Alors, si c'est Claire qui le lui dit, il le fera sans trop se poser de questions. Tout en essayant, bien sûr, de ne pas non plus trop attirer les yeux sur sa petite personne. Être le centre des attentions n'est pas un problème pour lui - bien au contraire -, mais s'il peut l'éviter c'est tout de même préférable. Dans ce contexte particulier, évidemment. « Génial, merci beaucoup ! Décidément, vous allez rendre mon séjour ici encore plus intéressant. » Il a faillit dire intéressant tout court mais, heureusement, il s'est retenu à temps. Il ne manquerait plus qu'il lui donne l'impression, à elle, qu'il ne se plaît pas ici, qu'il aimerait être ailleurs. Ce n'est pas le cas, n'exagérons rien. Et puis, tout à coup, la discussion dévie sur le vaccin. Il aurait dû s'en douter, c'est l'un des sujets favoris de tous ceux qui vivent ici. Logique, non ? Claire l'a fait, visiblement. Et il y a pas mal de temps de ça. Passionné par ce qu'elle raconte, Naël l'écoute avec toute l'attention qu'il est capable de fournir. C'est fascinant. Les effets du vaccin sur elle semblent moindres. Si elle ne lui avait pas dit que sa peau ainsi que ses yeux ont été "atteints", il ne l'aurait pas deviné de lui-même. Mais maintenant qu'il est au courant de cela, ça semble presque sauter aux yeux. Presque parce que, elle l'a dit elle-même, ce n'est pas flagrant non plus. Rien de choquant dans ses yeux et sa peau n'a pas l'air plus pâle que ça. Bon, elle l'est sans doute beaucoup pour une personne qui vit depuis plusieurs mois en Californie, où le soleil tape la plupart du temps. Et fort, en plus de ça ! Mais c'est tout.

Sérieux tout à coup, Naël hoche la tête à ce qu'elle lui dit. Il comprend. Elle répond à ses questions sans qu'il ait besoin d'insister ou, de nouveau, de souligner un aspect qu'elle a - volontairement ou non - oublié. Non, ce n'est pas nécessaire d'en arriver là : elle répond à tout avec bienveillance et de la volonté. Bien sûr, elle semble un peu dans la retenue, mais cela semble somme toute assez logique. « Je vois ... Et oui, je suis d'accord : c'est une décision personnelle à chacun. » Elle doit avoir deviné, maintenant, que lui ne l'a pas fait. Naël n'a pas besoin de le dire à voix haute et cela l'arrange bien. Elle a l'air bien sympa, Claire, mais il ne la connaît pas assez pour se sentir prêt à se confier sur ses doutes. Et puis, il le fait bien assez avec Aelisia. « Et vous ne le regrettez pas, alors ? De vous être faite vacciner ? Quoi que si les effets secondaires sont moindres chez vous ... Ce doit être difficile de réellement regretter. » Parce qu'il y a forcément des aspects très positifs à cette vaccination. Comme le fait qu'elle a la quasi certitude qu'elle ne transformera pas en l'une de ces choses ... Du moins, théoriquement. Ils ne peuvent pas être allés faire des essais n'est-ce pas ? C'aurait été trop risqué. Et puis il a comme l'impression, Naël, que tout est allé très vite ... Ils ont mis en place leur vaccin, et ils ont injecté certaines personnes. Claire comprise dans le lot du coup. « Je n'arrive vraiment pas à savoir si le jeu en vaut la chandelle, vous savez ? Et pas seulement pour moi. » Il se sent quand même rapidement en confiance, le petit. Il n'est pas encore trop sur la défensive, pas non plus dans l'excès mais il lève l'ombre sur une part de ses doutes. En même temps, elle a l'air d'en savoir beaucoup plus sur tout ça que lui, en plus de donner l'impression d'être empathique et compréhensive. Pourquoi pas, après tout ? Il ne pense pas qu'on va le jeter dehors parce qu'il se refuse, pour l'instant en tout cas, à se faire injecter ce fichu vaccin.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Those who stayed
if it looks easy, don't do it. don't let the world spoil you.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Mar 25 Juil - 5:32

we are in for darker nightsClaire et Naël
Nous étions passés d’une conversation quand même assez légère à un sujet plutôt sérieux en à peine quelques minutes. J’avais plus l’habitude des sujets sérieux ces temps-ci mais je ne me montrais pas déçu du changement de cap de notre conversation. Il était curieux, il voulait savoir et je comprenais parfaitement ça. J’étais moi-même excessivement curieuse, voulant en savoir le plus possible sur différents sujets, ou personnes. Et concernant le vaccin, je pouvais comprendre son avidité à comprendre la décision des autres. Aussi à comprendre un peu plus les effets secondaires, ce que ça pouvait faire d’être vacciné ou même de ne pas l’être. J’étais comme lui au début. J’hésitais, je n’étais pas certaine, je me posais un tas de questions. Je l’avais un peu fait sur un coup de tête en voyant d’autres médecins se le faire injecter. Et pourtant c’était loin d’être une décision à prendre à la légère. Cet homme n’avait certainement pas été vacciné s’il me posait autant de question sur le sujet. Plus je discutais avec lui et plus je me demandais ce qu’il était venu faire ici. Si ce n’était pas pour le vaccin ou pour quoi que ce soit entourant le campement, qu’est-ce qui le retenait ici ? Probablement la sécurité de l’endroit et le fait que nous ne manquions pas de nourriture ou d’équipements médicaux. Ça retiendrait n’importe qui.

Lorsqu’il me demanda si j’avais des regrets concernant le vaccin, je du y réfléchir sérieusement. Parce que sur le coup, j’avais eu de sérieux regret. Mais aujourd’hui non, je ne le regrettais pas. Ça avait été brutal sur le coup, mais maintenant je savais que si jamais je me faisais mordre par un rôdeur, je ne me transformerais pas. Ça pourrait me sauver la vie un jour, on ne sait jamais quand ce genre de chose peut arriver. Je ne suis pas vraiment aventurière, je ne sors presque jamais du campement, mais le risque zéro n’existe pas. C’est ce que je me dis toujours pour ne pas tomber dans une routine trop confortable. « Je l’ai regretté au début, quand les effets secondaires sont apparus. Je vous jure que je ne croyais jamais m’en sortir et que je ne reviendrais jamais normal. Mais aujourd’hui je ne regrette pas d’être passé au travers de ces épreuves. Ça pourrait bien me sauver la vie un jour. » Je ne cherchais pas à le convaincre de se faire vacciner, mais dans un sens, c’était la raison pour laquelle on était ici non ? Vacciner le plus de gens possible. Je n’étais pas une bonne vendeuse. Et Naël semblait déjà bien au courant de ce qu’il risquait de vivre s’il décidait un jour de subir le vaccin. Je ne croyais pas lui en apprendre beaucoup aujourd’hui. À moins que mon expérience sur le vaccin ne le fasse changer d’avis.

« C’est comme vous le sentez. Pour ma part, je suis heureuse de l’avoir reçu. Mais j’ai été chanceuse en ce qui concerne les effets secondaires. Ils n’ont pas été trop dur envers moi. Comme je vous l’ai dit, ce n’est pas tout le monde qui réagit de la même manière. Et vous connaissez les risques que vous encourez là dehors. » Ça dépendait aussi de s’il tenait tant que ça à la vie. À quoi ça servait de se faire vacciner si la mort ne nous faisait plus peur ? Ou bien qu’on avait plus personne sur cette Terre sur qui compter ? Pas à grand-chose selon moi. La radio se fit alors silencieuse et j’en conclus que le disque d’ABBA était arrivé à sa fin. Je restais encore un moment assise sur la table sur laquelle je m’étais installé puis me relevais, allant jeter un coup d’œil à la radio. J’étais quand même venu ici pour écouter de la musique. Notre conversation était fort intéressante, mais je voulais que mon temps ici soit utilisé à pleine capacité. Je n’avais pas le temps tous les jours de venir écouter de la musique. J’allais appuyer sur le bouton lecture de l’appareil et la musique de When I Kissed The Teacher se fit entendre dans la tente. C’était malheureux de se dire qu’il n’y avait plus de nouveaux disques de musique depuis plusieurs années déjà. Notre culture n’était maintenant plus qu’un ramassis de vieux artistes et de disques sur lesquels on tombait de temps à autres. Je croisais les bras, écoutant la musique puis tournais la tête vers mon interlocuteur. Je l’avais laissé en plan le temps de redémarrer la musique.

« Dites moi, vous étiez où avant d’atterrir ici ? J’ai entendu parler de quelques rassemblements de survivants dans le coin mais je n’ai pas vraiment eu accès aux détails. » La curiosité l’emporte toujours.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Naël S. Warrens

☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
36 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 2B avec Roxanne, María et Tyler.

× Poste assigné : :
Serveur au café-restaurant.

× Messages : :
3506

× Points de vie : :
300

× Copyright : :
© ENDLESSLY EPIC (avatar), © SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Mar 8 Aoû - 17:16


we are in for darker nights

C'est vrai que leur discussion a viré très sérieux, tout à coup. Naël ne le regrette pas, même s'il a tout du grand gamin pas capable de faire autre chose que plaisanter et rire ... à peu près tout le temps ! C'est même plutôt plaisant, pour une fois. Et puis, il a tout un tas de questions qui lui brûlent les lèvres depuis une éternité. Avec cette jeune femme, il sent qu'il peut les poser sans se sentir coupable. Sans avoir peur des conséquences. Il reste quand même un peu sur la réserve ; pas fou. Il hoche la tête, en entendant la réponse de Claire. Ainsi, elle ne le regrette pas. Pour le coup, ça ne le fait pas changer d'avis. Parce que, comme elle le dit ensuite, les effets secondaires du vaccin sont très variables. C'est selon les personnes, selon les capacités de chacun et leurs corps. Forcément, il ne peut pas savoir s'il sera dans le même cas qu'elle ou s'il finira au sol, incapable de marcher ou que sait-il encore. Les possibilités sont nombreuses, et il n'est pas certain d'être prêt à prendre de tels risques. Que lui conseillerait-elle ? En la regardant et en plissant les yeux, il croit deviner qu'elle serait plutôt du côté positif ... Du genre à lui dire de se lancer, de voir ce que ça pourrait donner. Après tout, elle est là pour ça, non ? Mais il ne la connaît pas, alors il a bien conscience que c'est sa subjectivité à lui qui lui fait penser un truc pareil. Si ça se trouve, elle lui hurlerait dessus jusqu'à lui faire renoncer à tout projet de ce type. Elle ne peut juste pas être aussi franche que ça. Elle est assez tempérée, en réalité. Et il aime beaucoup ça, Naël. Il sent qu'on lui laisse le choix, qu'on ne le force à rien. Et qu'elle est même plutôt compréhensive vis-à-vis des doutes qu'il garde pour lui. « Oui je vois ... Y a du positif et du négatif. Je ne sais pas si je suis prêt à prendre tous les risques qui viennent avec ... » Mais tout dépend de chacun. Il pourrait décider, un jour, sur un coup de tête, de le faire et puis c'est tout. Mais ce n'est pas à l'ordre du jour, c'est certain. Aelysia le lui déconseille et il a très envie de l'écouter, elle ...

Chacun doit s'être perdu dans ses pensées, parce que le silence ne tarde pas à s'installer. Dans le même temps, Naël comprend qu'il n'y a plus de musique. Ça ne le fait pas pour autant broncher. Il fait tourner dans tous les sens les paroles de Claire sans trop savoir comment les prendre. Cela le fait-il faire un pas de plus en direction du vaccin ou, au contraire, cela le freine-t-il un peu plus ? Il n'en sait rien. Et il n'aura pas de réponse tout de suite. Parce que, la musique d'abord, l'extirpe de ses songes. Puis Claire, qui vient de lui poser une question. Il est surpris, dans un premier temps, car pas habitué à ce qu'on "s'intéresse" à lui. Et puis un large sourire étire ses lèvres - alors qu'il n'a aucune raison de réagir ainsi, il est juste un brin crétin - avant qu'il ne lui réponde. « J'étais dans un petit groupe indépendant, si je puis dire. » Il ne va pas s'étendre là-dessus, par contre. Évoquer les noms de Faith et Clarke risquerait de lui faire réaliser tout ce qui va autour d'elles, et il n'en a pas envie. Il se contente donc de poursuivre. « Et j'étais dans la zone 51, à l'époque. Vous n'en aviez pas entendu parler ? Ils sont parvenus à faire passer un appel radio et tout ... Mais je ne suis pas sûre que tous les Etats aient été concernés. » Si elle était à New-York à l'époque, forcément ... Loin de la zone 51. « Vous n'êtes jamais sorti du campement des sauveurs, vous ? » C'est ce qu'il lui semble, en tout cas. Mais il est possible qu'il se trompe. C'est souvent le cas avec Naël. Faut dire qu'il n'est pas le plus malin des survivants ... Bien au contraire. Enfin, s'il est toujours en vie c'est qu'il n'est pas si bête. Ou qu'il a juste une chance inouïe. Ou l'habitude de vivre dans des conditions désastreuses.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Those who stayed
if it looks easy, don't do it. don't let the world spoil you.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Dim 20 Aoû - 5:57

we are in for darker nightsClaire et Naël
Lorsqu’il me dit ne pas être sûr d’être prêt à prendre tous les risques concernant le vaccin, je me contente de lui sourire. Je n’ai pas vraiment de réponse à lui apporter. Après tout, c’est sa décision à lui. Je lui ai parlé de ma propre expérience, ce que j’ai vécu suite au vaccin et pourquoi j’ai accepté de me le faire injecter. Mais c’est à lui d’y réfléchir de son côté. Je ne suis pas ici pour vendre quoi que ce soit. Ça c’est le travail des autres. Bien sûr, je n’irai pas non plus parler contre le vaccin. C’est tout de même une grande avancée scientifique qui pourrait sauver d’innombrables vies humaines. Mais elle vient avec ses risques. Comme toute chose au fond. Il y a toujours un côté plus sombre à quelque chose qui semble innovateur et précurseur d’un grand changement. Rien n’est parfait après tout. Moi j’ai pris le risque et je ne le regrette pas. Si Naël décide de se faire injecter le vaccin et qu’il vit d’horribles effets secondaires ou même qu’il n’y survit pas, il ne pourra pas dire que je lui ai mentit, car j’ai bien dis que les effets secondaires étaient différents pour tout le monde. Et on expliquait bien avant d’effectuer le vaccin. Les répondants étaient tenus au courant de ce qu’ils risquaient.

Après que je lui ai demandé où il était avant d’être ici, je vois un sourire apparaitre sur son visage. Je ne sais pas si je dois sourire aussi ou froncer les sourcils. Il me semble un peu étrange. Par son attitude, ses réactions et sa manière de parler. Mais bon, je ne crois pas qu’il ait l’intention de m’attaquer ou quoi que ce soit dans ce genre. J’entends presque Arthur dire : les gens les plus souriants sont souvent les plus tristes à l’intérieur. Je me contente donc de sourire à l’homme devant moi, me prêtant au jeu. Je ne suis pas ici pour le psychanalyser. En fait je ne suis pas venu ici pour lui parler du tout. Mais on ne décide jamais de ce genre de chose. Je ne me plains pas, je préfère de loin parler avec quelqu’un que de faire du nettoyage dans une tente qui se remplit constamment de sable. Et puis quand les seules personnes avec qui l’ont a l’habitude de discuter sont soient médecins, militaires ou de passage, on s’ennuie rapidement. Je me fais toujours un plaisir de parler avec les survivants qui viennent se faire vacciner ou simplement se ravitailler quelques jours. Ça change un peu de la routine et des visages familiers.

Il était dans un petit groupe indépendant. C’est assez vague comme réponse. Je me demande ce que ça veut réellement dire. Oui j’ai compris que c’était sûrement un petit groupe de quelques personnes, mais le peu de détails me fait me questionner. Je me retiens d’ouvrir la bouche lorsque je vois qu’il continue sur sa lancée. Parce que oui, si j’avais été plus familière avec lui je lui aurais probablement coupé la parole. Mais je garde la bouche fermée et mes questions pour moi-même. J’aurais voulu savoir avec qui il avait voyagé et pourquoi il n’était plus avec ce groupe. Et maintenant qu’il parlait de cette zone… zone 51 ? « C’est drôle j’ai entendu parler de cette zone quelques fois depuis que nous sommes arrivés ici. Mais jamais auparavant. C’est vraiment un événement qui ne s’est pas ébruité hors de la Californie je crois. Je dis ça mais peut être que d’autres regroupements ont reçu cet appel… » Je n’étais pas vraiment informé sur le sujet, je ne voulais pas m’avancer sur quelque chose dont je n’avais probablement pas toutes les informations. « Vous n’êtes définitivement pas le premier à m’en parler. D’autres survivants que j’ai rencontrés l’ont fait avant. » Lorsqu’il me demande si je ne suis jamais sortis du campement, j’affiche une mine gênée. Sa question sonnait presque comme un fait et non une question. Je replaçais une mèche de cheveux derrière mon oreille avant de répondre. « Hum… Non… Enfin, oui au début de l’épidémie, mais jamais vraiment après. Ma force c’est la médecine. Je n’ai aucun talent pour la mise à mort des rôdeurs. » C’était bien la première fois que je parlais de ça. Je n’étais pas la seule à ne jamais sortir du campement donc j’avais assumé que c’était quelque chose de normal. Mais maintenant qu’il apportait le sujet, je me rendais compte que j’avais quand même une chance inouïe de ne pas avoir à vivre à l’extérieur avec les morts comme constante menace. Comme lui qui avait vécu dehors pendant un sacré bout de temps avant d’atterrir ici. « J’ai fais le voyage jusqu’ici par contre. C’était loin d’être une partie de plaisir. Mais toujours sous la protection de militaires et d’autres survivants plus expérimentés en survie. » On nous avait toujours traités avec respect. Parce que même si nous ne sommes pas les meilleurs en survie, nous pouvons soigner les pires blessures et augmenter le niveau de survie des gens se faisant injecter le vaccin. L’un ne fonctionne pas sans l’autre.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Naël S. Warrens

☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
36 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 2B avec Roxanne, María et Tyler.

× Poste assigné : :
Serveur au café-restaurant.

× Messages : :
3506

× Points de vie : :
300

× Copyright : :
© ENDLESSLY EPIC (avatar), © SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Mar 29 Aoû - 20:05


we are in for darker nights

La zone 51 lui semble si loin, à présent, à Naël. Sans doute parce que c'est le cas. Le temps est passé, de manière assez étrange, à une vitesse ahurissante. Beaucoup de choses se sont passées dans sa vie, comme dans celle des personnes autour de lui et Naël a encore du mal à tout bien saisir. C'est comme si tout lui échappait, comme si tout lui semblait hors d'atteinte. Difficile de dire si c'est une bonne chose ou pas. En tout cas, la zone 51 a beau lui paraître très loin, il se rappelle dans le moindre détail de son séjour là-bas. Il n'aura pas été si conséquent ... Mais c'est impossible de ne pas y repenser, parfois. De ne pas en parler aussi. Claire, visiblement, n'en sait pas énormément à ce sujet. Et cela surprend Naël plus qu'il ne le faudrait. « Oh ... Vraiment ? Je pensais que l'appel avait atteint tous les Etats. » Mais à l'explication de Claire, les choses s'éclaircissent ... Un peu. C'est possible. Que tous n'aient pas pu l'entendre, ce message, notamment parce qu'il fallait être muni d'une radio. Sans doute fallait-il être sur la bonne station au bon moment, aussi. Et même s'ils l'ont passé sur plusieurs fréquences et à plusieurs moments sur un certain temps ... La malchance peut faire que quelqu'un ne l'ait pas entendu. D'autant que cela ne pouvait pas émettre très loin, la zone n'ayant jamais été si bien équipée qu'ils voulaient le faire croire aux plus naïfs. Enfin, tout est terminé à présent et ce n'est sans doute pas très utile de se remémorer tous ces lointains souvenirs. C'est du passé, rien ne pourra remettre sur pied cette zone. Elle est fichue et archi-fichue.

Ce qui l'est moins, c'est cet endroit sur la plage Californienne. C'est Claire, aussi, qui est en train de lui faire part de son expérience à elle. Elle a l'air presque ... Gênée d'avoir à lui dire qu'elle n'est pas sortie du confort - tout relatif - des tentes, depuis qu'ils sont installés ici. Naël lui sourit, comme pour la rassurer. Quoi que ça ne doit pas être très réconfortant pour elle : il sourit en permanence. Alors faire la différence entre son sourire de réconfort, et celui qu'il arbore le reste du temps, c'est compliqué, pour ne pas dire impossible. Surtout qu'ils ne se connaissent pas bien, tous les deux. Ils viennent tout juste de se rencontrer. « Vous savez, ça devient presque instinctif à force de le faire ... Alors, d'une certaine façon, vous avez bien raison de rester ici si vous le pouvez. D'autant que vos compétences sont très recherchées de nos jours. » Naël n'a jamais été le type le plus doué qui soit pour réconforter les gens. Surtout la gent féminine qu'il, finalement, ne comprend pas. Il fait des efforts, et cela portera peut-être ses fruits. Peut-être. En tout cas, s'il ne le dit pas, il reste néanmoins tout à fait admiratif des qualités de Claire. Avoir des notions de médecine par les temps qui courent, c'est exceptionnel. Naël en est très loin, lui. Il connaît la bonne musique, c'est tout. Rien de glorieux, rien de grandiose. Rien dont il puisse se vanter - bien que ça ne l'empêche pas pour autant de le faire -. « J'imagine que le voyage n'a pas été simple, en effet ... » Et l'imaginer, ce n'est rien à côté de la réalité des faits.

Naël se fait soudain pensif. Ce n'est pas très difficile, ici, d'obtenir des infos. En bons scientifiques qui se respectent, ils gardent tous - ou presque - une trace de leurs pensées, de leurs moindres faits et gestes. Du coup, il sait qu'ils ne viennent pas directement de New-York, mais qu'ils y ont fait escale à un moment ou un autre. Ce qui est plus délicat, c'est de demander combien de personnes ils ont perdu pour être là aujourd'hui. Il manque de sensibilité, peut-être, mais Naël commence à comprendre les rouages des cerveaux des survivants. Et cela, grâce à tous ceux qu'il a pu rencontrer sur sa route, jusqu'à aujourd'hui. Du coup, il se retient à temps de poser une telle question. « Et je crois avoir compris que vous n'allez plus rester très longtemps dans le coin ? Je n'arrive pas à encore à me décider si je vous suis, ou non. » Mais il penche plutôt en faveur du suivons-les, bien sûr. C'est qu'il n'est pas fou, il a envie de survivre. Et il est conscient que, comme Claire l'a dit, c'est un groupe parfait pour être en sécurité : beaucoup d'armes, beaucoup de soldats. Naël se débrouille pas mal seul, mais ça ne l'empêche pas d'avoir envie d'être en communauté. Ce n'est pas là qu'il est le plus à l'aise pour évoluer, mais c'est là que c'est le plus sûr. Et puis, il y a Aelysia. Bien sûr. Comment pourrait-il la laisser partir sans, au moins, chercher à la suivre ? Elle a beaucoup à lui apporter, et il le sait..

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Those who stayed
if it looks easy, don't do it. don't let the world spoil you.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Sam 9 Sep - 4:09

we are in for darker nightsClaire et Naël
L’appel avait peut être atteint tous les états, mais je ne me souvenais pas de ça. Peut être que je n’en avais juste pas été informé. Je n’étais pas de la plus haute importance de toute manière au laboratoire. J’étais médecin, mais je n’étais chef de rien. Je faisais mon boulot sans demander plus. Et j’étais bien heureuse comme ça. Je n’étais pas intéressé par le pouvoir ou par plus de responsabilité. C’était parfait comme ça. Déjà que j’étais venu jusqu’en Californie et avait survécu. Si j’arrivais à retourner à New York sans mourir, alors là je commencerais peut être à croire que j’avais un quelconque talent de survie ou seulement de la chance.

Je tente de déchiffrer le petit sourire qu’il fait après que je lui ai avoué être complètement nul en ce qui à trait aux rôdeurs. Et même la survie littéralement. Mais je n’ose pas en venir jusque là. Disons que j’ai tout de même ma fierté. J’écoute attentivement lorsqu’il me dit que ça devient presque instinctif. De tuer des rôdeurs ? Mon Dieu, je ne croirais pas que ce soit vrai pour moi un jour. Je n’ai aucun instinct de survie les concernant. Il m’est arrivé à quelques reprises déjà de faire face à un de ces monstres et par chance qu’il y avait des militaires dans les environs parce que je n’aurais pas tenu bien longtemps. Je sais comment me servir d’une arme à feu, je tiens quand même à rester vivante, mais je ne crois pas avoir jamais tué un rôdeur. Je me demandais si j’arriverais à abattre un rôdeur si j’étais seule face à lui sans aucune aide extérieur pour venir à mon aide. Est-ce que ce serait la fin pour moi ? J’étais beaucoup trop vulnérable pour ce monde. Quand je rencontrais des survivants venus se ravitailler ou recevoir le vaccin et qu’ils me racontaient des histoires d’horreur qu’ils avaient vécu là dehors, je ne pouvais m’empêcher de me sous estimer face à eux. Ils avaient un avantage face à moi, ils pouvaient tuer les monstres. Comme Naël j’imagine. Il est sûrement capable d’abattre un rôdeur sans cligner des yeux. Je me dandine d’un pied à l’autre lorsqu’il me dit que mes compétences sont très recherchées de nos jours. « Instinctifs ? Je ne crois pas que ça pourrait le devenir pour moi. J’ai l’impression d’avoir raté le bateau. » Je n’étais pas du genre à broyer du noir mais concernant cette histoire de rôdeur, je ne pouvais m’en empêcher. J’avais vraiment l’impression d’avoir un énorme retard face aux autres. « Et pour mes compétences, on me le rappelle tous les jours. Mais ça ne m’empêche pas de penser que je ne vaux pas grand-chose là dehors. Je pourrais sauver bien des gens avec blessures par balle mais je ne pourrais même pas me sauver moi-même si je tombe face à face avec un zombie. »

Je grimace en me rendant compte que je me plains à un homme qui n’a plus rien depuis plusieurs années. J’ai tout cuit dans le bec depuis que j’ai rejoins les Sauveurs et j’arrive quand même à me plaindre de mon sort. Bravo Claire, c’est vraiment excellent. Je me contente d’un demi-sourire lorsqu’il me dit que le voyage n’a sûrement pas été simple. Non il ne l’a pas été. Et j’anticipe déjà le retour. En pensant au retour, Naël dit croire que nous partirons bientôt. Pour tout dire, je ne sais pas grand-chose là-dessus. Il en sait peut être même plus que moi. On ne me tient au courant de ce genre de chose que si je fais ma fouine et que je vais demander aux bonnes personnes. J’ai quand même des liens avec certains militaires. Je n’ai pas l’air de ça, mais j’aime récupérer de l’info d’un peu partout. « Je ne pourrais pas vraiment vous répondre pour ça. J’imagine que les bons ont été distribués un peu partout dans l’état et que les gens qui devaient être vaccinés le sont maintenant. Il va falloir que je me renseigne sur le sujet. Si vous avez envie de suivre, je vous dirais bien de venir avec nous. Le laboratoire est un endroit bien sécurisé et on ne vit pas tous les jours avec la peur de ne pas ouvrir les yeux le lendemain. Pas comme ici. » Ici où on ne sait pas si la sécurité sera défaillante pendant la nuit et qu’un rôdeur réussira à s’infiltrer jusqu’à notre lit.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Naël S. Warrens

☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
36 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 2B avec Roxanne, María et Tyler.

× Poste assigné : :
Serveur au café-restaurant.

× Messages : :
3506

× Points de vie : :
300

× Copyright : :
© ENDLESSLY EPIC (avatar), © SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Mer 13 Sep - 11:50


we are in for darker nights

Bien sûr que, avec le temps, ça devient instinctif. De tuer des rôdeurs, de lutter pour sa survie. Il faut toujours y réfléchir, évidemment, et par mesure de sûreté, mais cela revient tout de même à entrer dans l'ordre du - ou plutôt des - réflexe(s). Courir, sauter, se mettre à l'abri, brandir un couteau, réussir à viser le bon endroit dans le crâne du rôdeur - souvent en piteux état -. Bref, c'est tout un schéma à répéter encore et encore. On n'est jamais à l'abri d'une -mauvaise- surprise et c'est pour cette raison que l'instinct et les réflexes seuls ne sont pas suffisants. Et ne le seront sans doute jamais. Face à ce que lui dit Claire, Naël comprend qu'elle se sous-estime beaucoup. Elle a presque l'air ... Dépitée, d'admettre que ce n'est pas son cas, que l'instinct n'a pas pris le pas sur le reste. Et, d'ailleurs, qu'elle est persuadée qu'il en sera toujours ainsi. Naël plisse les yeux, l'écoutant dans un premier temps sans rien dire. C'est quand le silence s'installe de nouveau qu'il s'autorise à lui répondre. « Oh, vous savez, c'est peut-être mieux que ça ne devienne pas instinctif. C'est quand même assez ... Enfin, je veux dire, ça en a rendu certains complètement timbrés. » Lui ne se comptant pas là-dedans : il n'a, de toute façon, jamais été très sain d'esprit. « Mais je comprends votre ressenti. Vous pourriez peut-être essayer quand même ? Enfin, si vous restez avec les sauveurs vous n'aurez peut-être pas à le faire ... » Il hausse les épaules, lui-même incertain de ce qu'il vient de dire. A ses yeux, elle devrait savoir se défendre. Parce qu'on n'est jamais vraiment en sécurité, parce qu'on n'est jamais vraiment sûr de quoi demain sera fait. Surtout dans un monde pareil, où tout est mort, en décomposition. Où la nature reprend ses droits et les morts gagnent du terrain de jour en jour, d'heure en heure. Avec tout ça, Naël se rend compte qu'il n'a jamais été à ce point capable de déceler les failles derrière les paroles d'une tiers personne. Ce n'est pas encore parfait et il le sait, mais il s'améliore. Et ça, c'est déjà pas mal. Pas mal du tout.

Là, pour le coup, il a su comprendre que, derrière les paroles de Claire, se cache une réelle peur de ne pas réussir. La peur de se retrouver face à un rôdeur et de ne pas parvenir, faute d'entraînement, à s'en tirer. Il n'insistera pas là-dessus mais, pour lui, c'est sûr qu'elle pourrait y arriver. Pas forcément en achevant ce rôdeur ... Mais en prenant la fuite. En courant, vite et loin. En le contournant et en marchant vite. Les solutions pour échapper à un zombie sont multiples -puisqu'ils sont lents en plus d'être cons comme tout- et l'instinct de survie prend forcément le dessus, dans un moment pareil. Enfin, il dit ça mais combien de personnes sont mortes, déjà ? Beaucoup. Sinon, ils ne seraient pas dans cette situation. Toutes ces idées, bien que fort intéressantes, ont tôt fait de laisser place à autre chose, dans l'esprit de Naël. Chaque jour, il s'inquiète un peu plus du départ imminent des survivants d'ici. Que va-t-il faire, lui ? Les suivre ? Il n'en sait rien. Pour prendre sa décision, encore faudrait-il qu'il en sache plus sur la date de leur départ. Et, visiblement, ce n'est pas Claire qui va pouvoir le renseigner. « Vous pensez vraiment que je devrais rester avec vous ? » Qu'il lui demande, sans véritable intention derrière la tête. Il a envie d'entendre son point de vue sur la question, voilà tout. Elle est intéressante, Claire, en plus d'être très intelligente. Alors peut-être qu'elle n'a pas beaucoup d'expérience en survie extérieure, mais cela ne lui ôte rien. Bien au contraire. Elle a un point de vue externe à tout ça, lui pas. « Parce que je ne sais vraiment pas quoi faire, et je n'arrive pas à savoir combien de temps j'ai encore devant moi pour me décider. » Lui fournir un peu plus d'information pour qu'elle comprenne mieux ce qui le tracasse, c'est sûrement la meilleure des idées qu'il puisse avoir. Evidemment, il sait qu'elle ne peut pas avoir réponse à tout ... Mais c'est un bon début pour essayer de forger sa propre opinion sur la question. Non ?

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Those who stayed
if it looks easy, don't do it. don't let the world spoil you.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Dim 24 Sep - 7:21

we are in for darker nightsClaire et Naël
Quand il dit que c’était probablement préférable que ça ne devienne pas instinctif, je ne pu m’empêcher d’avoir une moue piteuse. N’était-ce pas préférable ? Du moins c’était ce que je croyais. Mais je dois avouer qu’après avoir tué des rôdeurs, on ne devait plus être la même personne. Imaginez après avoir tué un autre être humain. Les meurtres étaient prit à la légère maintenant. Avant on vous envoyait en prison pour ce crime. Aujourd’hui, c’était l’instinct de survie. Il fallait tuer pour survivre. J’avais de la chance de ne pas avoir à le faire, même si j’aurais préféré savoir me défendre moi-même. Parce qu’on ne savait jamais quand on risquait de se faire attaquer par un mort vivant. Le campement était bien gardé, mais ça ne prenait qu’un manque de communication pour qu’un garde manque au poste quelques minutes et qu’un rôdeur se faufile. Lorsqu’il me dit que je pourrais essayer quand même, je relevais la tête et fronçais les sourcils, légèrement déconcerté. « Essayer ? Comment je pourrais essayer ? Tout le monde ici fait en sorte que je sois en sécurité et qu’en aucun cas un survivant ou un rôdeur ne me tombe dessus. J’aimerais apprendre, c’est ce que je veux depuis longtemps, qu’on m’apprenne à me défendre. Mais c’est comme si on m’avait enroulé dans du papier bulle. » On me laissait faire ce que je voulais, tant que ça ne consistait pas à sortir du campement ou même de posséder une arme. C’était ridicule si vous vouliez mon avis. Si j’avais un fusil, au moins je pourrais me défendre si jamais un fou furieux tentait de me tuer.

Et voila qu’il se demandait s’il devait vraiment rester avec nous. Je n’arrivais pas vraiment à comprendre pourquoi il ne nous suivrait pas. Il pouvait tout avoir ici non ? Qu’est-ce qui l’empêcherait de nous rejoindre ? La liberté complète peut être. Mais j’étais avec ce groupe depuis si longtemps que je m’y étais fait. Donner sa liberté de mouvements et de décisions pour la sécurité et un esprit libre, ça n’avait pas de prix. Peut être y avait-il d’autres issus qui le faisait se questionner. Car sinon pourquoi me poserait-il la question ? Je le regardais d’un drôle d’air et essayais du mieux que je pu de répondre à sa question. « Vous devriez absolument venir avec nous. Vous seriez en sécurité. En échange de votre temps ça c’est sûr. Mais ils devraient arriver à vous trouver un boulot ou quelque chose dans le genre. Ils trouvent toujours quelque chose pour nous tenir occupé. » Mais je ne pouvais pas m’empêcher de le questionner à son tour. « Pourquoi vous vous questionner à ce sujet ? Vous avez laissé des gens à l’extérieur du campement ? Vous avez encore le temps d’aller les chercher si c’est ce qui vous tracasse. » Du moins c’était ce que je croyais. À moins qu’il préfère vraiment évoluer en solitaire. Mais je n’arrivais pas à comprendre une raison logique pour vouloir être seul là dehors.

Alors que je m’interrogeais toujours à son sujet, je vis la ‘’porte’’ de la tente être poussé vers le côté et un militaire passer la tête. J’avais été si absorbé par ma conversation avec Naël que je sursautais à la vue de l’homme dont les yeux se posèrent sur moi. « Eh Doc, ça serait possible de baisser un peu le volume de vot’ musique. C’est qu’on l’entend de dehors. » J’hochais la tête, le cœur battant toujours à cent mille à l’heure. J’avais vraiment eu peur ! Puis je faisais les quelques pas me menant à la radio pour baisser un peu le volume. Je remarquais que l’homme fixait Naël puis il fronça les sourcils en retournant son attention sur moi. « Ça va ici ? Pas de soucis ? » Je ne voyais pas trop en quoi j’aurais pu avoir des soucis. Mais je me contentais d’hocher la tête en haussant les épaules. « Tout va bien ! J’avais presque terminé de nettoyer. » Comme si j’avais besoin de m’expliquer…
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Naël S. Warrens

☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
36 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 2B avec Roxanne, María et Tyler.

× Poste assigné : :
Serveur au café-restaurant.

× Messages : :
3506

× Points de vie : :
300

× Copyright : :
© ENDLESSLY EPIC (avatar), © SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Sam 30 Sep - 22:32


we are in for darker nights

Ben oui quoi, elle pourrait essayer. D'aller dehors, de se défendre seule. Sa réaction, Naël ne s'y attendait pas. A tel point que, l'espace de quelques secondes, il ne dit rien, se contentant de rester là, devant elle, la bouche entrouverte. Et la tête pleine de questions. Comment ça, on ne la laisse pas essayer ? C'est quand même dingue. Sur le coup, il se dit que ce campement est bel et bien aussi terrible qu'il avait pu l'imaginer au départ. Qu'elle n'a pas le droit à la moindre liberté, et que ce serait fou que de vouloir rester ici aussi longtemps. Et puis, il relativise. Elle est là parce qu'elle a des connaissances en médecine. Elle est surprotégée parce que c'est un atout qui se fait plus que rare. Rien d'illogique là-dedans. « Ben c'est dommage quand même ... Vous voudriez pas que je vous aide, que j'essaye de vous apprendre à vous défendre seule ? » Pas sûr que ce soit aussi simple que ça en a l'air, mais il ne perd rien à le proposer. Après tout, ça lui permettrait de faire passer le temps plus vite quand il s'ennuie ferme. Après, rien ne dit qu'elle acceptera et l'affaire sera close, point. Mais il y a autre chose qui ne l'est pas, et Claire peut peut-être lui apporter un éclaircissement sur le sujet : restera-t-il avec eux ? En réalité, elle a l'air surprise plus qu'autre chose. Pas certaine de comprendre, peut-être. « Non, il n'y a personne pour moi dehors. » Personne qui l'attend, en tout cas. Des gens, oui. Des gens qui l'ont fui dès qu'ils en ont eu la possibilité. Alors peut-être bien qu'il ferait mieux de partir avec eux, en finalité. Pour l'instant, sa décision n'est pas prise. Et peut-être qu'il a encore le temps d'y réfléchir, il l'espère en tout cas.

« Je ne sais pas encore si je veux rester ici, en Californie ou bien changer d'air. On verra bien, j'imagine. » La réponse finira peut-être par s'imposer à lui, à un moment ou un autre. Pour l'heure, ce n'est pas le cas. Mais il se sent bien ici, dans ce campement - bien que pas toujours à sa place, il est vrai -. Alors c'est peut-être un indice sur ce qu'il conviendrait qu'il fasse ... Seul l'avenir lui dira et, peut-être, lui permettra de prendre une décision. Leur conversation est interrompue par un militaire qui débarque. Il leur demande de baisser la musique, et Naël ne bouge pas pour s'exécuter. C'est à Claire de le faire, pas à lui. Il ne se le permettrait pas. Le mec reste quelques minutes de plus, les regardant bizarrement. Sans doute ne comprend-il pas ce qu'il fout là, lui. Et pourquoi il n'est pas en train de l'aider à faire le ménage ou un truc du genre. Il hésite quelques secondes supplémentaires sur le pas de la porte, avant de prendre pour acquis ce que Claire a affirmé, et de s'en aller. Pour de bon peut-être pas, mais il s'en est allé en tout cas. Naël finit par se lever, incertain sur ce qu'il convient de faire. « Bon ... Je ferai sans doute mieux de m'en aller. Je n'ai pas envie de vous empêcher de finir votre travail comme il faut, et j'ai plutôt intérêt, moi, à trouver une tâche à effectuer. » Il ne voudrait pas qu'on le traite de fainéant ... C'est pourtant ce qu'il est. « Merci pour cette discussion en tout cas, c'était très plaisant de papoter avec vous. » Et il le pense vraiment. Claire est une personne passionnante, avec qui discuter est très intéressant. Il espère que la chose se réitérera et ce, avant que les sauveurs ne décident de quitter la Californie pour de bon.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.



Spoiler:
 

_________________

Those who stayed
if it looks easy, don't do it. don't let the world spoil you.
Revenir en haut Aller en bas

Anonymous

Invité



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël Mar 17 Oct - 3:14

we are in for darker nightsClaire et Naël
Est-ce qu’il venait de me proposer à m’apprendre à me défendre ? Encore là, je ne me faisais pas d’illusion. Même si c’était ce que je faisais la moitié du temps… Mais si jamais il pouvait m’apprendre, ça serait parfait. Je ne connaissais pas ses talents de tireur ou quoi que ce soit d’autre, mais c’était toujours mieux que rien. Au moins mieux que mes talents à moi. Qui constituait en quelques tirs au courant des dernières années. Je ne le cacherai pas, j’étais nul. Même en plein contrôle de la situation, il n’y avait pas grand chance que j’arrive à toucher ma cible. Que ce soit un arbre, un épouvantail ou une voiture au loin. Je suis quasiment un cas désespéré. « J’aimerais beaucoup ! Mais il faudrait que j’arrive à sortir d’ici plus que quelques minutes. » Répondais-je à sa proposition. On dirait que j’étais séquestré. Pourtant, je savais que c’était pour mon bien et surtout, pour conserver un médecin dans l’équipe. Si jamais je me faisais tuer, ils se retrouveraient avec un docteur en moins pour soigner les gens. J’avais compris depuis longtemps l’importance de ma mission mais encore souvent, trop souvent, j’espérais pouvoir juste survivre à mes dépends. « Du moins, si l’offre tiens toujours rendu là. » Que je rajoutais en le regardant. Je le connaissais à peine. Qu’est-ce qui me disait qu’il ne serait pas disparu demain ? Je pouvais lui faire confiance, mais le méritait-il ? Ça restait à prouver.

Alors personne ne l’attendait en dehors du camp. La décision en était donc plus facile non ? C’était évident même. Du moins pour moi. Si j’avais été dans sa situation, je me serais joint au groupe sans hésitation. Mais encore là, je ne connaissais rien de sa vie, ni de comment il avait survécu jusqu’à ici. S’il avait eu à se battre pour vivre ou avait fréquenté de mauvaises personnes, alors je pouvais arriver à comprendre. Il y avait toujours un contexte autour des décisions d’une personne. Mais je n’étais pas dans sa tête et je ne pouvais pas comprendre. C’était pourtant toujours ce que j’essayais de faire, comprendre l’autre. Si je pouvais retourner à l’université, je me lancerais peut être en psychologie. Malheureusement je dois me contenter de mes connaissances sur l’humain en général et de ma médecine de guerre. « Vous avez encore le temps de toute façon. Rien ne presse. » Il semblait indécis mais je voyais bien qu’il aurait à prendre une décision de lui-même. Plus rien que je pourrais rajouter ne changerais quoi que ce soit. Il avait vu le campement, connu quelques personnes et je lui avais expliqué mon point de vue. Il allait devoir laisser mûrir.

Après l’intervention du militaire, je me déplace jusqu’au balai que j’ai abandonné plus loin. Avec tout ça, je suis loin d’avoir fini de faire le ménage. J’étais venu en premier lieu pour écouter de la musique en nettoyant la tente. Histoire de faire autre chose que de voir des gens plein de sang ou se plaignant de tous les maux. C’est bien que les survivants du coin nous approchent pour recevoir le vaccin, mais ça finit par devenir redondant. « Je vous renvoie la pareille. J’espère que nous aurons l’occasion de nous revoir. » Avant que nous quittions la Californie en fait. Je ne savais pas quand ce serait, mais ça pouvait être n’importe quand. Comme je n’avais presque aucunes informations concernant notre départ, je ne pouvais pas m’y préparer. Et ça serait dommage de ne pas pouvoir discuter avec Naël avant de partir. Il était bien étrange à sa manière, mais c’était ce genre de rencontre qu’on se souvenait pour longtemps. Je le regardais quitter la tente et recommençais à nettoyer comme si rien de tout ça n’était arrivé. Sauf peut être que mes sourcils froncés vendraient la mèche à quiconque entrerait ici.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël

Revenir en haut Aller en bas

[TERMINÉ] we are in for darker nights | ft naël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS TERMINÉS-