Sometime I'll leave the past behind | Opheby.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
LES INDICES DU JEU N°2 ARRIVENT BIENTÔT. DE MÊME POUR LE NOUVEAU JEU. En mai 2018, le forum a CINQ ANS ET DEMI.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Sometime I'll leave the past behind | Opheby.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Dim 23 Avr - 6:45


Sometime I'll leave the past behind
O  P  H  E  B  Y  ⋆ It's all decided, this world has only one sweet moment set aside for us. Touch my tears with your lips, touch my world with your fingertips, and we can have forever, we can love forever. Forever is our today.





Parfois, j’oubliais que j’étais arrivée il y a déjà quelques mois de cela. La plupart du temps, je faisais tout pour m’occuper l’esprit, le temps passait donc vite. Depuis quelques semaines, j’aidais beaucoup plus la brune au campement. Au bout d’un moment, je n'avais plus été capable de rester sous cette tente, allongée, et de ne rien faire à part penser, ruminer, faire rejouer les images en boucle dans ma tête, celles qui me provenaient de cette nuit horrible, et qui semblaient être maintenant tatouées contre le revers de mes paupières. Tout d’un coup, je m’étais enfin levée, j’avais demandé à faire quelque chose, n’importe quoi. De toute façon, il avait été grand temps que je commence à faire ma part des choses. Ophelia avait été beaucoup trop généreuse avec moi et sans elle je ne savais pas si j’aurais pu survivre, alors que j’avais vu brûler, pour la seconde fois, le camp qui était devenu chez moi, alors que j’avais vu, pour la seconde fois, les gens qui étaient devenu ma famille périr. Je ne supportais donc plus le fait d’être un fardeau pour la brune plus longtemps que cela, je l’avais été un moment, puisque je n’avais pas pu faire autrement, mais maintenant il fallait que je bouge, que j’aide, que je fasse quelque chose, peu importe quoi, tout sauf continuer à penser à tout ce que j’avais perdu. Le moment de la journée que je détestais le plus, c’était la nuit, justement lorsque je retournais dans cette tente et que je m’allongeais. L’insomnie, ça me connaissait, mais on aurait dit qu’elle était beaucoup plus douloureuse qu’avant, mais j’imagine que c’était normal, puisque j’avais deux fois plus de choses qui me minaient l’esprit, durant ces moments-là. J’aurais bien pu faire la conversation avec Ophelia, mais je n’osais pas. Je savais qu’elle avait besoin de sommeil, je pensais qu’elle prenait déjà assez soin de moi comme ça. Alors je fixais la toile de la tente, et j’attendais. J’écoutais les bruits à l’extérieur, le vent, les autres survivants qui parfois passaient non loin de là, mais surtout, j’écoutais la respiration de la brune, puisque, bêtement, j’avais peur qu’elle s’arrête. Après tout, je ne savais pas ce que je pourrais faire sans elle, je ne savais pas si j’étais assez forte pour encaisser la perte de quelqu’un d’autre… En si peu de temps, je m’étais attaché à elle, et maintenant j’avais terriblement peur, puisque à chaque fois que je m’étais attaché à quelqu’un, cette personne avait fini par me quitter, d’une manière ou d’une autre.

Je finissais toujours par m’endormir, cela dit, après de longues heures -heureusement. Lorsque je me réveillais enfin, je me sentais plus fatiguée que je l’étais la veille, mais je me levais pareil, contente qu’une nouvelle nuit soit passée, contente de ne plus être seule. Je ne l’étais pas vraiment, durant la nuit, du moins, pas physiquement, mais je me sentais seule. La compagnie de la brune me mettait du baume au cœur. Toujours souriante, toujours aussi douce avec moi que le premier jour, peut-être même un peu plus. Ça m’aidait à avancer, ça m’aidait à me rappeler qu’il y avait toujours de belles choses dans ce monde, des choses pour lesquelles on devait continuer à se battre. En ne la voyant pas à mes côtés, n’y même Shelley, je me dépêche à enfiler un pantalon avant de sortir de la tente, impatiente de m’assurer qu’elle était toujours là, et qu’elle allait toujours bien. Si je pouvais compter le nombre de fois où j’avais complètement paniqué l’espace d’un instant, tout simplement parce que je ne savais pas où la brune était, vous seriez impressionné du nombre qu’il en découlerait… D’ailleurs, ce matin était l’un de ces moments particulièrement désagréables, puisque je ne voyais la brune nulle part pour l’instant, mais je ne pouvais pas non plus lui en vouloir, parfois il nous fallait nous séparer, c’était comme ça, même si je souhaitais que les choses puissent être autrement, ça ne changeait rien. Je place un peu mieux le sweat que j’avais sur le dos, que dans la hâte je n’avais pas très bien enfilé, sweat que j’avais adopté depuis le premier jour et qu’Ophelia devait presque m’arracher des mains pour être capable de le nettoyer de temps en temps. Je m’approche ensuite du cheval qui appartenait à mon hôte, puisque le voir toujours à sa place me rassurait, cela voulait dire qu’Ophelia n’était pas très loin. Je reste donc proche de lui. « Tu sais où est ta maîtresse, toi ? » lui demande-je en caressant doucement sa crinière. Ça ne m’avait pas pris beaucoup de temps avant de m’attacher à l’animal, même si il n’était pas à moi. Cela faisait tellement longtemps que je n’en avais pas vu et monter un, et puis Crispin était vraiment magnifique en son genre. De plus que, dans un sens, je me sentais moins en danger avec lui. Je savais qu’il ne me ferrait jamais de mal, tout comme sa maîtresse. Je fronce un peu les sourcils lorsque je vois qu'il était tout prêt à partir quelque part, sa monture sur le dos et les sacs qui y était aussi remplis de ce qui ressemblait à des provisions. Que préparait Ophelia ?


CODE PAR MYERS
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Sam 6 Mai - 15:30

Sometime I'll leave the past behind Plus les mois passaient, plus le projet qu'elle avait en tête se concrétisait, prenait forme. Sans doute mettait-elle trop de temps mais Ophelia voulait que tout soit parfait pour Abby. Cette jeune blonde qui avait fini par rester dans le camps avec elle, au grand bonheur de la brune. Au moins, Ophelia était certaine de pouvoir la protéger ainsi. Abbygail avait tellement vécu de choses malheureuse, qu'Ophelia voulait essayer de rendre sa vie meilleure, plus joyeuse. C'est pour cela que la jeune femme ne voulait pas précipiter les choses, car elle voulait que tout soit parfait, ne laisser passer aucun détail. Car en y allant trop rapidement, elle pourrait en laisser passer un et n'importe quel détail avait son pouvoir de tout faire capoter, si l'on ne faisait pas attention. L'élément qui lui avait le plus prit du temps était le lieu, un endroit tranquille où elles ne seraient pas dérangées. Une chose pas des moindre avec les rôdeurs qui peuvent faire leur apparition subitement ou les divers chemins affectionnés par les survivants du camp. Mais à force de persévérance, Ophelia avait fini par trouver le lieu idéal. Tous les détails finirent par être réglés et finalement le jour J arriva. Comme elle avait prit l'habitude de le faire pour préparer son projet, elle s'était éclipsée une nouvelle fois tôt le matin pendant qu'Abby dormait pour que cette dernière ne se doute de rien. Une surprise ne serait pas une surprise si elle était amenée à être découverte. Une toute dernière chose restait à faire et pas des moindres, faire garder Shelley à une personne qu'elle savait ne ferait pas de mal à son bébé pendant son absence. Si la brune n'avait pas tissée de liens très profonds avec les survivants de Yosemite, elle savait qu'elle pouvait compter sur certains pour certaines choses.

Lorsqu'elle revint de cette tâche quelque peu difficile, Ophelia retrouva Abby en train de caresser Crispin, son cheval. Ce cheval quelque peu sauvage qu'elle avait trouvé pas longtemps après son arrivée à Yosemite. Il n'avait pas été très facile de l'amadouer mais ce fut surement toutes ses années d'équitation, toute cette expérience qu'elle avait accumulée avec les chevaux avant, qu'elle finit par réussir à l'approcher et le garder. Elle avait eu de la chance surtout que dans certains cas, il s'avérait très utile comme dans le cas présent où elles devaient toutes deux se rendre à un endroit avec divers sacs à porter. Bien que le lieu qu'elle avait repéré n'était pas très loin du camp, y aller à pied et charger comme des mulets aurait été moins plaisant et peut-être plus dangereux. Se retrouver avec des poids à porter, ralentissait non négligemment les mouvements. Avoir Crispin était vraiment une bénédiction. Puis une petite ballade à cheval allait être reposant et plaisant. Ophelia était certaine qu'Abby allait apprécier, d'ailleurs ça faisait partit de son plan. Si elle pouvait craindre que la jeune blonde ait peur des cheveux, comme pouvait l'être certaines personnes avec cet animal qui pouvait donner l'impression d'être imposant et impressionnant,  elle pouvait être rassurée par la proximité de cette dernière avec Crispin. Ophelia ne savait pas pour autant si Abby savait monter un cheval, si elle avait déjà pratiquée de l'équitation lorsqu'elle était jeune, mais quoi qu'il en soit la brune allait l'aider. Puis elles seront toutes les deux sur le même cheval, ce qui allait faciliter grandement la chose.

- Prête ?

Un sourire se dessinant sur ses lèvres, elle lui posa cette question comme si Abbygail était tout à fait au courant de ce que Ophelia avait prévu et pourtant ce n'était pas le cas. La seule chose qu'avait pu deviner la jeune blonde était qu'elles allaient sans doute aller quelque part comme pouvait le témoigner les quelques sacs de provisions qui étaient à sa vue. Des provisions telles que des fruits qu'elle avait pu cueillir par-ci, par là, de la nourriture sèche telle que du riz ou de la viande sèche et de l'eau. Tandis que dans les autres sacs se trouvait des plaids, des vêtements de rechange au cas où, une trousse de secours, des allumettes, une lampe torche, pleins de petites choses comme ça qui pouvaient s'avérer très utiles. Ainsi, elles ne se retrouveront pas démunis en cas d'imprévus. Ophelia avait pensé à tout pour faire face à n'importe quelle situation qui pouvait se présenter. Il était important à ses yeux que Abby se sente en sécurité et soit protégée face à n'importe quel danger. Cela fit sourire davantage la brune lorsqu'elle remarqua que la jeune blonde portait encore une fois ce sweat qu'elle lui avait donnée le jour où elle l'avait prise sous son aile. Ophelia ne pensait pas du tout, qu'elle allait l'aimer à ce point parce que après tout, il n'était pas particulièrement beau. Souvent elle voyait ce vêtement sur le dos d'Abby et à chaque fois ça arrivait à la faire sourire.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Dim 14 Mai - 5:14


Sometime I'll leave the past behind
O  P  H  E  B  Y  ⋆ It's all decided, this world has only one sweet moment set aside for us. Touch my tears with your lips, touch my world with your fingertips, and we can have forever, we can love forever. Forever is our today.





Je reste un long moment prêt du cheval d’Ophelia, à me poser des questions. Je passais doucement ma main droite contre le cou de Crispin et parfois je glissais même mes doigts dans sa crinière. Il semblait apprécier les caresses, je le sentais calme. Il respirait doucement et son corps battait relativement lentement sous ma main gauche qui, elle, restait immobile contre l’animal, ce qui m’aidait à garder mon calme moi aussi, même si je me demandais toujours où pouvait se trouver la brune… Je regardais autour et je cherchais des éléments qui pouvait manquer au camp, qu’elle aurait peut-être apporté avec elle, et qui m’aiderait à deviner où elle se trouvait. Sauf que toutes les idées qui m'ont passées par la tête étaient inlassablement réduites en pièces lorsque j’apercevais un objet qu’elle aurait forcément apporté si j’avais eu raison. Heureusement se petit manège ne dure que quelques minutes, peut-être dix, au maximum, avant que la brune ne revienne. Alors je n’ai pas le temps de paniquer pour de vrai. Heureusement, d’ailleurs… Je me sentais mal lorsque cela arrivait, lorsqu’elle était obligée, pour la énième fois, de me consoler, de me rassurer, de prendre soin de moi. Il y avait déjà Shelley de qui elle devait prendre soin et qui pleurait souvent, au moins je ne les entendais pas moi et c’est surement ce qui rendait sa présence aucunement dérangeante. De plus que, sans ne savoir vraiment pourquoi, je n’aimais pas lorsque je me sentais gamine et que j’avais l’impression qu’Ophelia devait, par conséquent, me traiter en enfant, jouer à la mère, puisque ce n’était pas ce que je voyais en elle. J’avais envie d’être indépendante et j’avais envie de lui servir à quelque chose, j’avais envie de l’aider et ne pas être seulement quelqu’un de plus de qui elle devait s’occuper. J’avais aussi envie d’être son égal. Pour une fois j’aimerais ne pas être celle qui suit derrière, j’aimerais me débrouiller toute seule, j’aimerais qu’on soit une équipe et qu'elle ne soit pas seulement celle qui me protège. Je voulais qu’on prenne soin l’une de l’autre. J’avais beaucoup à apprendre pour qu’on en arrive là et je n’étais pas tout à fait prête, bientôt je l’espérais, mais j’allais y arriver. D’une façon ou d’une autre. Je le voulais et je l’aurais. J’avais appris de mes expériences passées que la façon dont je survivais n’étais pas la bonne, que les gens mourait à mes côtés et cette fois se serait différent. J’allais tout faire pour que ça le soit.

Je me tourne vers elle, restant proche de Crispin mais étant forcée de quitter son pelage et de cesser mes caresses. Je lui retourne son sourire, me sentant tout de suite mieux, beaucoup mieux. J’espérais que la peur ne se lisait pas trop dans mon regard, puisqu’elle n’avait pas à se sentir mal ; si elle était partie un moment du campement c’était pour une bonne raison. Ça l’était toujours. Elle ne me laisse pas le temps de poser des questions, ayant surement deviné que je me doutais qu’il se passait quelque chose. Sans savoir exactement quoi, j’hoche pourtant de la tête, sans la moindre hésitation. J’avais confiance en Ophelia, même si ça pouvait paraître stupide, puisque je ne la connaissais que depuis quelques mois. Je m’étais pourtant lié à elle plus rapidement que jamais et j’avais l’impression que je la connaissais depuis bien plus longtemps. De toute façon, je ne pouvais pas faire autrement, il y avait quelque chose chez cette femme qui me rassurait, qui répandait doucement quelque chose de chaud dans chaque membre de mon corps. Je me sentais instinctivement en sécurité lorsqu’elle était avec moi. C’était comme ça, l’expliquer ou chercher la raison de la présence de ce sentiment ne servait pas à grand-chose. « Où allons-nous ? » lui demande-je que par pure curiosité, puisque peu importe où on allait, je la suivais. Elle l’avait surement compris. En tout cas, aussi longtemps qu’elle allait être d’accord avec le fait que je la suive, bien évidemment. « Où est Shelley ? » Je venais tout juste de remarquer l’absence de la poupée dans ses bras, là où elle était très souvent, ou alors elle n’était jamais très loin, mais je ne la voyais nulle part. Je fronce donc légèrement les sourcils, m’inquiétant. Non pas pour la poupée, puisque je savais pertinemment que ce n’était qu’un jouet, mais bien pour Ophelia. Après tout, elle y voyait sa fille et je savais que si elle pensait que quelque chose lui était arrivé… Alors elle serait tout aussi détruite que je le suis en ce moment, même surement un peu plus. Égoïstement, je me disais aussi que, peut-être, elle ne survivrait pas à cette peine, que j’allais la perdre elle aussi et alors c’était pour moi que je m’inquiétais, parce qu’à mon tour, je ne savais pas si j’allais être capable de surmonter cette épreuve et d'avancer.


CODE PAR MYERS
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Dim 28 Mai - 19:39

Sometime I'll leave the past behind Il fallait avouer que cela devait bien être la première fois qu’Ophelia menait un projet sur le long terme. Elle qui avait plutôt l’habitude avant d’être impulsive, un défaut qui pointait le bout de son nez encore parfois, d’ailleurs, ça changeait. Une preuve que c’était un projet qui lui tenait à coeur et qu’elle voulait parfait dans les moindres petits détails. Se préparer pendant des mois pour résulter à ne serait-ce qu’une journée de pur bonheur pour Abbygail ou ne serait-ce que s’y approcher, ça en valait le coup. La jeune brune éprouvait l’envie de rendre la jeune blonde heureuse. Un besoin auquel elle ne ressentait plus le besoin de succomber depuis longtemps. L’air de rien, cela devait être bien la première fois qu’elle s’attachait à quelqu’un aussi rapidement.  

- Si je te le dis ce ne sera plus une surprise.

Annonça-t-elle sur un ton taquin suivit d'un clin d'œil complice qu'elle lui adressa. Abby devra prendre son mal en patience. Néanmoins, ça en vaudra la peine. Du moins Ophelia l'espérait. Mais il n'y avait pas de raison pour que ça ne soit pas le cas n'est-ce pas ? La brune s'était assurée que rien ne puisse entraver son plan. Elle n'y avait pas passée des mois pour rien. Cela la fit sourire que la jeune blonde demande après Shelley. Une preuve qu'elle se préoccupait d'elle et cela toucha Ophelia. Des attentions qui restaient bien rare en ces moments durs.

- Je l'ai laissée avec Auregan.

C'était bien la première fois d'ailleurs qu'Ophelia laissait Shelley avec cette survivante. Cependant, cette dernière l'avait beaucoup aidé lors de son arrivée à Yosemite. Ou du moins ça avait beaucoup aidé la brune de se confier à elle. Ayant apprit qu'elle était médecin avant tout ça, Ophelia savait qu'elle pouvait lui faire confiance. Et c'est la première personne qui lui était venue à l'esprit pour faire garder sa fille étant donnée qu'Abbygail ne le pouvait évidemment pas aujourd'hui. Il restait difficile pour la jeune mère de savoir à chaque fois à qui elle pouvait laisser Shelley sans ressentir aucune crainte. De par ses mauvaises expériences qu'elle avait vécus et à cause desquelles elle avait faillit perdre plusieurs fois Shelley, elle avait du mal à trouver à qui faire confiance en fonction de cette dernière. Si Ophelia pouvait se montrer naïve lorsqu'elle était toute seule, lorsqu'elle avait sa fille avec elle c'était une toute autre histoire.

- Tu veux de l'aide pour monter ?

Demanda-t-elle à Abbygail en tapotant légèrement la selle de Crispin. La jeune brune ignorait totalement si cette première avait déjà pratiqué l'équitation par le passé, si elle était déjà montée sur un cheval. Surtout que le cheval d'Ophelia était assez grand. Elle-même lorsqu'elle avait voulu le monter pour la première fois, elle s'était retrouvée par terre une bonne dizaine de fois avant de réellement réussir par son manque de pratique. Il faut dire aussi qu'avec l'épidémie Ophelia n'avait pas pu continuer d'exercer une de ses passions. Les chevaux ne se retrouvant pas à tous les coins de rues, se cachant des rôdeurs. C'était des bêtes intelligentes.  
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Mar 6 Juin - 20:13


Sometime I'll leave the past behind
O  P  H  E  B  Y  ⋆ It's all decided, this world has only one sweet moment set aside for us. Touch my tears with your lips, touch my world with your fingertips, and we can have forever, we can love forever. Forever is our today.





Je souris à mon tour lorsque la brune refuse de répondre à ma question, m’expliquant que c’était une surprise. Je me sens tout de suite curieuse et fébrile, impatiente. Qu’est qu’elle pouvait bien me réserver ? Je n’en avais absolument aucune idée, mais le seul fait qu’elle avait pensé à me faire une surprise me rendait heureuse. Je ne me rappelais pas la dernière fois que quelqu’un avait eu ce genre de petite attention pour moi, quelque chose de gratuit, sans arrière-pensée, sans rien demander en retour. Autrefois, je me serais demandé si c’est gros, dispendieux, mais aujourd’hui je m’en fichais, peu importe ce que c’était je savais que cela me ferais plaisir, parce que ça venait du cœur et que c’était tout ce qui comptait réellement. Depuis que je suis avec Ophelia, j’ai appris beaucoup de chose, comme le fait qu’il est important d’apprécier chaque petite chose de la vie. J’ai toujours été du genre à ne pas me contenter de beaucoup, à toujours vouloir plus, et plus, et plus. Je me rendais compte que même lorsque je passais de bons moments avec ceux que j’aimais, je pensais déjà à quand ils auraient de nouveau du temps pour moi, et en agissant ainsi, j’avais gâché beaucoup de choses dans ma vie. Je ne voulais plus que ce soit ainsi, je voulais changer et vivre le moment présent, parce que le lendemain n’était jamais promis. « Avec Auregan ? » Je fronce les sourcils, puisque pendant quelques secondes j’ai un blanc de mémoire. « Oh ! Auregan ! » me rappelle-je finalement, avant même que la brune puisse répondre à ma question. C’était quand même surprenant, qu’elle ait laissé Shelley avec quelqu’un d’autre, même moi ça lui avait pris un peu de temps avant de me la laisser. C’était tout à fait compréhensible. Il était inoffensif et fragile, puis peu de gens en ces temps en avait quelque chose à faire des autres, c’était l’ère du moi. Ça a donc le don d’attiser encore un peu plus ma curiosité. « Oui s’il te plaît. » Je tends ma main vers Ophelia, acceptant qu’elle m’aide à monter. Après tout, j’avais bien déjà monté à cheval lorsque j’étais jeune, mais c’était il y a longtemps maintenant et même avant je n’avais jamais vraiment été experte. Ça remontait à longtemps aussi d’ailleurs, la dernière fois que j’avais accepté que quelqu’un m’aide, et ce n’était pas parce qu’on ne me le proposait jamais, bien au contraire. Tout le monde pensait toujours que la petite blonde ne savait rien faire. C’était moi qui disais toujours non, parce que je détestais qu’on me prenne pour une incapable, mais je savais que la brune ne pensait pas comme ça, que si elle me proposait c’était simplement par gentillesse. Une fois assise sur Crispin, je me sens un peu angoisser ; on ne se rend pas compte à quel point il est grand ce cheval avant d’être monté dessus, de plus que s'il décidait de partir comme ça, je n’avais aucune idée de comment le contrôler, je ne m’en rappelais plus. Je suis donc contente lorsque Ophelia me rejoins sur l’animal et aussitôt je m’attache à sa taille, ne voulant pas tomber, même si d’un autre côté, j’aimais beaucoup l’idée. Après tout, qui pouvait encore se vanter d’être toujours capable de profiter de balades à cheval ?


CODE PAR MYERS
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Sam 22 Juil - 20:57

Sometime I'll leave the past behind Organiser une surprise est autant jouissif que la recevoir, du moins du point de vue d'Ophelia. De nos jours, il devenait important de vivre à fond les instants passés avec les personnes que l'on affectionnait. Les surprendre, vouloir les rendre heureux, les permettre de les sortir ne serait-ce quelques heures, quelques minutes de cette vie qui n'avaient rien de facile. Le plus simple pour supporter le monde qui les entouraient désormais était de se plonger dans un autre. S'occuper l'esprit, s'amuser, rester avec les personnes que l'on appréciait et qui nous faisaient tout oublier par leur simple présence.

Ophelia sourit légèrement face au petit moment d'égarement d'Abbygail. La jeune blonde devait surement être surprise que la brune ait réussi à laisser Shelley à quelqu'un. Et il y avait de quoi. Ce n'était pas tous les jours qu'elle allait faire une action pareille. C'était tout à fait exceptionnel. Ophelia n'aimait pas du tout se séparer de sa fille et la laisser à quelqu'un d'autre encore moins. Elle n'avait jamais la conscience tranquille. Cependant, peut-être qu'étant avec Abbygail cela allait être différent. Après tout c'était pour cette dernière qu'elle faisait tout ça, ce serait donc dommage qu'elle-même gâche tout parce qu'elle ne cesserait de penser à Shelley.

Le sourire toujours accroché sur ses lèvres, Ophelia aida Abbygail à monter sur son cheval avant de grimper à son tour avec une facilité qui démontrait clairement de son expérience passée. Une passion pour l'équitation qui avait surement pointé le bout de son nez grâce à cette sensation de liberté qui pouvait en découler. Une liberté dont elle s'était sentie privée au sein de sa famille. Une impression d'être emprisonnée dans une cage dorée. Obliger de faire ceci, cela, d'aller ici ou là-bas et jouer les hypocrites. Un environnement avec lequel elle avait du mal, même en ayant grandi dedans. Un sentiment constant de ne pas se trouver à sa place auquel elle tentait de s'échapper en multipliant les activés sportives notamment l'équitation, la natation et l'escrime. Autant dire que sur son cheval, Ophelia se sentait dans son élément. Et elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire lorsqu'elle sentit les mains d'Abbygail entourer sa taille afin de se tenir à elle.

- Ça va ?

La brune s'était retournée légèrement vers la blonde afin de s'avoir si cette dernière se sentait assez à l'aise. Et non trop crispée assise sur ce cheval. Au pire, elles pouvaient évidemment y aller à pied mais ce serait beaucoup moins plaisant qu'une balade à cheval, plus long et surement un peu plus risqué. Cependant, pas la peine de s'inquiéter pour tout cela car la jeune blonde finit par donner son feu vert pour cette petite balade. Tout doucement Crispin se mit au pas, Ophelia ne cherchant pas à lui faire prendre une allure plus rapide sachant pertinemment qu'elle ne devait pas trop en demander à son cheval étant donné qu'elles étaient déjà deux sur son dos. C'est en une dizaine de minutes qu'elles arrivèrent à l'endroit voulu, sur le chemin elles ont pu apercevoir quelques rares rôdeurs, repéré assez rapidement pour pouvoir emprunter d'autres chemins sans se faire attaquer. Ophelia s'efforçant de veiller précautionneusement à la distance entre les créatures et elles, plus particulièrement avec son cheval qui peut avoir tendance à s'emporter lorsque les rôdeurs s'approchent de trop près. Heureusement que cette fois-ci, elle avait pu réagir rapidement.

Le cheval à l'arrêt, Ophelia descendit en première pour pouvoir aider Abbygail par la suite. Dirigeant ses deux mains vers la taille de cette dernière afin de l'aider à descendre du cheval. Son coeur se mettant à cogner contre sa poitrine soudainement alors que leurs deux regards s'accrochèrent.

- Ferme les yeux.

Lui chuchota-t-elle alors qu'elle prit sa main pour la diriger. La jeune femme voulait garder la surprise jusqu'au bout. Abbygail dormant avec elle depuis quelques mois, la brune se disait que peut-être cette dernière avait assez confiance en elle pour la laisser la diriger les yeux fermés. Avançant lentement pour éviter que la jeune blonde ne trébuche sur quelque chose dans la précipitation, en effet elles n'étaient plus dans la forêt et se trouvaient désormais devant une légère pente montagneuse. Quelques pas encore et la brune s'affaira rapidement et silencieusement pour disposer les derniers trucs pour leur pique-nique, puis enfin Ophelia laissa Abbygail rouvrir ses yeux.

- Tu peux ouvrir les yeux !

Cette dernière pouvait découvrir une petite couverture sur le sol rocheux par-dessus laquelle était disposée un bol de fruits de saison qu'elle avait eu du mal à trouver et surtout cueillir un nombre conséquent ainsi qu'une assiette avec deux poissons fraichement péché le matin même. Le tout était décoré de fleurs par-ci et par là. Ophelia avait choisi cet endroit particulier pour la magnifique vue qu'il offrait sur la forêt et le lac. 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Jeu 10 Aoû - 6:42


Sometime I'll leave the past behind
O  P  H  E  B  Y  ⋆ It's all decided, this world has only one sweet moment set aside for us. Touch my tears with your lips, touch my world with your fingertips, and we can have forever, we can love forever. Forever is our today.





Je n’étais pas tout à fait à l’aise et ça se voyait très bien. Pourtant, je connaissais bien ce cheval, il était toujours avec nous au camp et du coup il c’était surement habitué à ma présence de son côté également. Seulement, je n’étais pas du tout une experte en chevaux et je n’en avais pas monté depuis des années, sans parler du fait qu’un cheval c’était tout de même imposant, encore plus lorsqu’on se retrouvait sur son dos. Je suis donc bien heureuse lorsque la brune me rejoint sur celui-ci. Je savais qu’elle le contrôlait très bien et qu’elle était plus qu’à l’aise sur son dos et avec lui en général, j’en avais été témoin, de plus que si nous nous amusions à comparer sa façon de monter sur Crispin et la mienne… Ces gestes parlaient en eux-même. En tout cas, ce n’était pas ce qui allait m’arrêter, loin de là. « Oui, ça va. On y va ? » lui répondis-je alors, souriante, lorsqu’elle s’assura que j’étais toujours partante pour notre promenade, ne voulant pas qu’elle s’inquiète. Après tout, j’étais avec Ophelia, alors je savais qu’il n’y avait aucune raison pour que je m’inquiète et d’un autre côté, j’avais vraiment envie de savoir ce qu’elle me réservait. Les bras autour de sa taille et mon menton posé contre son épaule gauche, j’observais le paysage du parc défiler et petit à petit je m’habituais un peu au cheval, je me surprends même à sourire au bout d’un moment. C’était une très bonne idée, cette petite balade, et lorsque nous arrivons à destination peu de temps après, je suis un peu triste que ce soit déjà terminé. À cette pensée, je secoue légèrement la tête, essayant de me débarrasser de ce genre de pensées grises. J’essayais d’être positive depuis quelques temps, mais malheureusement les vieilles habitudes ont la vie dure. Essayant donc de voir le bon côté des choses, de profiter du présent sans me soucier de ce qui se passerait demain, sans non plus en vouloir toujours plus, je me dis que finalement j’ai beaucoup apprécier ce petit tour et je décide de caresser doucement le pelage de Crispin pour le remercier de son travail alors que la brune, qui était déjà descendu, s’occupe de l’attacher à un arbre. Elle revient ensuite vers moi et m’aide à descendre, j’accepte de nouveau son aide sans un mot puisque je n’avais pas non plus envie de me casser la figure.

Les deux pieds au sol, je me retrouve soudainement très proche de la brune et je retiens instinctivement mon souffle alors que nos regards s’entremêlent. Elle me ramène ensuite sur Terre lorsqu’elle me demande de fermer les yeux, ce qui me fait sourire un peu ; ça voulait dire que, peu importe ce qu’était ma surprise, ce n’était plus très loin et j’avais hâte de découvrir ce qu’elle m’avait préparé. Je ferme alors les yeux sans discuter et je sens ensuite sa main prendre la mienne. Elle me dirige un moment et, curieuse, l’envie d’ouvrir un œil et de tricher est presque irrésistible, mais je me dis que ça gâcherait surement un peu le tout, et comme elle semblait s’être donné du mal je n’avais pas du tout envie, d’un autre côté, de lui faire ça en posant un geste aussi gamin. J’aimais croire que j’avais grandis depuis que le monde avait changé. Je me contente donc seulement d’être attentive aux sons, mais tout ce que j’entendais c’était nos pas et le vent dans le feuillage des arbres, ce qui ne me donnait pas beaucoup d’indices. Peu de temps après, on s’arrête à nouveau et les doigts d’Ophelia se défilent des miens. Je comprends qu’elle doit s’occuper des derniers détails ou quelque chose dans le genre, mais je n’aime pas du tout ne plus sentir sa présence à mes côtés et ne plus savoir où elle se trouve, être dans le noir complet. Je me sens tout d’un coup légèrement angoisser, mais heureusement ça ne dure que très peu de temps et tout est oublié dès qu’elle me permet enfin d’ouvrir les yeux. Ce que je remarque en premier, c’est la magnifique vue que nous offre ce petit coin du parc, qui est à couper le souffle, littéralement, puis je me rends ensuite compte de tout ce qu’elle avait préparé. Je ne savais pas du tout quoi lui dire, personne n’avait jamais eu ce genre de petite attention pour moi et ça me touchait donc beaucoup, surtout vu qu’elle n’avait vraiment pas à faire ça, c’était plutôt à moi de la remercier pour tout ce qu'elle avait fait. « Ophe… C’est magnifique. » Je la regarde et je lui souris doucement, m’approchant ensuite d’elle. Je lui prends les mains, les serrent un peu puis je passe mes bras autour d'elle. Je la serrais fort contre moi, me rendant compte à quel point elle était devenue importante en ces quelques semaines seulement. « Merci… » souffle-je finalement tout en fermant les yeux et toujours contre elle. La brune se rendait surement compte, seulement avec le ton de ma voix, que cela me rendait très heureuse et qu’elle m'avait fait plaisir, même que ça me touchait peut-être un peu trop, vu les circonstances, mais lorsqu’on me connaissait, on savait pertinemment que ça n’avait absolument rien d’anormal, c’était tout simplement rare, rare et précieux, tout comme l’était Ophelia.


CODE PAR MYERS
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Lun 14 Aoû - 22:42

Sometime I'll leave the past behind C'était tout à fait compréhensif qu'Abbygail ne se sente pas très à l'aise sur Crispin. Si elle n'avait pas l'habitude de monter, cela pouvait rapidement être impressionnant. L'on pouvait par exemple avoir peur que le cheval parte au quart de tour. C'est en ayant conscience de cela qu'Ophelia fit de son mieux pour ne pas laisser la jeune blonde trop longtemps toute seule sur le dos de Crispin. Ophelia se mit à sourire amusée face à l'impatience d'Abbygail.

- Je ne te soupçonnais pas si impatiente.

Même si la situation l'amuse, Ophelia prit soin de ne pas faire durer plus longtemps la torture et fit avancer le cheval. Bien que la brune appréciait les ballades sur le dos de Crispin en solitaire, accompagnée et surtout avec Abbygail s'en était d'autant plus appréciable. Et elle espérait que cela en soit de même pour sa camarade. Mais au vue de l'attitude de cette dernière, il semblait qu'elle avait apprécier cette petite ballade. Espérons donc, qu'elle apprécie d'autant plus ce que la brune lui réservait.

Ophelia fut rassurée et toucher au fond d'elle, de constater qu'Abbygail ne semblait pas hésiter quant à lui faire totalement confiance, au point de la laisser l'emmener dans un endroit inconnu les yeux fermés. Ce n'était pas tout le monde qui était capable d'autant, même pour une surprise qui leur ferait surement plaisir qui se cacherait au point d'arrivée. Comme elle l'avait fait un peu plus tôt, la brune s'affaira lorsqu'elle dut se séparer de la blonde. Les yeux de cette dernière étant fermés, elle se doutait que ce ne devait pas être très rassurant de se retrouver comme ça sans accroche, sans savoir où l'on était, surtout alors qu'un danger quelconque pouvait se présenter à n'importe quel moment. Mais Ophelia ne laisserait jamais une telle chose arriver. Et c'est pour qu'Abbygail ne se sente pas trop longtemps angoissée, qu'enfin elle lui permit d'ouvrir les yeux. La jeune femme avait tellement hâte de voir la réaction de son amie… Un grand sourire se dessina sur ses lèvres face au compliment d'Abbygail. Son sourire s'agrandit davantage si seulement c'est possible, lorsqu'elle la serra dans ses bras. Ophelia en fit de même, fermant les yeux à son tour, pour profiter de ce moment.

- De rien. Je suis vraiment heureuse que ça te plaise. Tu le mérites. Tu mérites tout ça, Abbygail, si ce n'est davantage.

En disant cela, elle se recula légèrement afin de pouvoir la regarder et se mit à caresser quelques-unes de ses mèches blondes doucement. De par le ton de la voix d'Abbygail, Ophelia a pu s'apercevoir à quel point la jeune blonde semblait reconnaissante et que son geste lui faisait réellement plaisir. La brune pouvait désormais respirer normalement, maintenant qu'elle avait la certitude que sa surprise plaisait à Abbygail. Maintenant, restait plus qu'à espérer qu'aucun désagrément vienne les déranger. Heureusement, il n'y avait pas beaucoup de risques que ce soit le cas, Ophelia s'en était assurée.

- Viens.

Un sourire sur les lèvres, elle prit la main d'Abbygail pour la mener jusqu'à la petite couverture située sur le sol et s'installa juste en face de la jeune blonde. Pour l'instant tout se déroulait comme elle l'avait prévue et elle en était heureuse. Elle était plutôt fière d'elle d'avoir pensé à tout et de ne rien avoir oublié. Du moins, c'était ce qu'elle espérait car après tout, elle pouvait très bien se rendre compte en plein milieu qu'elle avait oublié quelque chose. Croisons les doigts pour ce ne soit pas le cas.

- Alors tu veux commencer par quoi ? Qu'est ce qui te tente le plus ?

La jeune femme ne connaissait pas vraiment les goûts d'Abbygail après tout. Cela faisait bien des mois qu'elles se côtoyaient et évidemment mangeaient ensemble mais étant donné que la jeune blonde ne chipotait jamais et mangeait tout ce qu'avait pu ramener Ophelia, cette dernière avait aucune idée de ce que pourrait être ses préférences. Ce qui était bien durant ce genre de moment, c'est que c'était l'occasion idéale d'en apprendre davantage sur l'autre. Apprendre comment rendre la vie de l'autre un peu plus agréable. Pouvoir discuter sans barrière et surtout sans être interrompu par les pleurs de Shelley ou bien un autre survivant. 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Jeu 24 Aoû - 4:43


Sometime I'll leave the past behind
O  P  H  E  B  Y  ⋆ It's all decided, this world has only one sweet moment set aside for us. Touch my tears with your lips, touch my world with your fingertips, and we can have forever, we can love forever. Forever is our today.





Je ne m’étais pas du tout attendu à une telle attention venant de la part d’Ophelia, pas que ce n’était pas son genre, bien au contraire, j’avais appris au fil de ses derniers mois qu’elle en donnait toujours beaucoup et sans rien demander en retour, c’est seulement que je n’avais jamais connu ça, je n’étais pas habituée à être au centre de l’attention, que quelqu’un soit constamment à vérifier que je vais bien et que je ne manque de rien. Certes, il y avait eu ma mère, mais avec du recul je me rendais compte qu’il m’arrivait de la repousser, de ne pas me confier, pour une raison qui m’était toujours inconnue aujourd’hui. Je restais fermée comme une huître, je mentais sur mon état, je disais que tout allait bien, alors que ce n’était pas du tout le cas. Peut-être que je m’étais isolée moi-même, dans le temps, peut-être que c’était un peu de ma faute. J’avais toujours eu de la difficulté à faire confiance aux gens, à les laisser entrer dans ma vie, à les laisser me connaître. Apprendre à me connaître, pour moi, ça signifiait apprendre mes défauts, apprendre mes faiblesses, c’était laisser quelqu’un prendre du pouvoir sur moi, lui laisser le choix de me blesser ou non, et c’était quelque chose qui me faisait beaucoup trop peur. Alors au final, même lorsque j’étais entouré de gens, je me sentais seule, je me sentais seule en permanence, et l’apocalypse n’avait en rien amélioré mon état, elle l’avait empirée, du moins, jusqu’à tout récemment. Avec Ophelia, ça avait été tellement simple de la laisser entrer, ça avait été tellement simple de lui faire confiance, c’était un instinct, et jusqu’à présent, elle ne m’avait pas prouvé que j’avais eu tort de prendre cette décision, de ne pas me freiner pour une fois. En même temps, ça n’avait pas tellement été un choix très conscient, puisque sans m’être raccroché à elle, je n’aurais jamais survécu à la perte de tous mes amis, et de ma famille, même si elle n’était que de cœur…

C’était donc nouveau pour moi, tout ça, et c’est pourquoi ça me touche autant, et que je me lance presque dans les bras de mon amie. Je ne savais pas comment faire pour la remercier de tout ce qu’elle faisait ! C’était tellement trop, et bien qu’elle disait que je méritais tout cela, parfois il m’arrivait d’en douter sérieusement, surement par habitude. Il n’y avait pas de mot, mais j’essaye tout de même de lui exprimer ce que je ressentais, à quel point j’étais reconnaissante, même si mes mots me paraissent bien faible pour décrire l’effet que sa surprise avait eu sur moi. Pourtant, ils semblent convenir à Ophelia, alors j’imagine que c’était l’important ; qu’on se comprenne entre nous. Avec tout ce temps passé, juste toutes les deux -avec Shelley aussi, bien entendu- il était normal qu’on finisse par se connaître plutôt bien, sans qu’il y ait des barrières telles que la parole pour nous embrouiller. Alors qu’on se détache l’une de l’autre, je ravale tant bien que de mal mes larmes, ne voulant pas gâcher le moment, elle semblait y avoir mis beaucoup de temps et d’efforts. Je me laisse entraîner vers la couverture, acceptant la main qu’elle me tendait, puis je m’installe devant elle et je lui souris. Je n’étais pas tout à fait remise de mes émotions mais je tentais de me reprendre. Ça me prend donc quelques secondes avant d’être capable de lui répondre quelque chose de concret, observant tout ce qui était posé devant nous. « Le poisson, et les petits fruits pour le dessert ! » que je dis en souriant. Suite à l’apocalypse, je n’avais pas vraiment mangé beaucoup de poisson, ce n’était que très récemment, et surtout grâce à la brune, que j’avais enfin pu retrouver ce petit plaisir, comme beaucoup d’autres également. « Tu étais partie pêcher, ce matin, c’est ça? » Je souris en coin, aimant doucement prendre conscience des moments où elle s’était occupée à faire tout cela sans que je ne m’en doute une seule seconde. Le poisson semblait frais, il sentait bon, et c’est pourquoi je pensais que c’était ce qu’elle avait fait ce matin, alors que je paniquais un peu au camp de mon côté, et maintenant que je réalisais ce qui en était, je trouvais bien ridicule tous les scénarios qui m’étaient passé par la tête, imaginant toujours le pire alors que finalement, ce qui m’attendait était plus que positif.


CODE PAR MYERS
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Dim 3 Sep - 14:53

Sometime I'll leave the past behind Abbygail avait vécu tant de choses douloureuses en une si courte durée que pour Ophelia, il était tout à fait normal de lui offrir un moment de répit. Un moment de répit durant lequel, elle pourra oublier tous ses soucis passés. Du moins, c'était ce qu'elle espérait. La brune n'avait pas la prétention de se dire que son amie appréciera forcément sa surprise. Certes pour la brune, tout ça lui semblait être une bonne idée, sinon elle ne se serait pas donnée à cent pour cent pour réaliser parfaitement ce qu'il lui avait trotté dans la tête pendant ces derniers temps. C'était bien la première fois d'ailleurs, qu'Ophelia s'adonnait à un tel projet. Même avant tout ça, ce n'était pas dans ses habitudes. La brune n'avait plus eu l'habitude de s'amuser à défrayer la presse people pour embêter ses parents, qu'à utiliser sa créativité pour proposer des bonnes surprises à ses proches. Et ce n'était qu'avec la naissance de Shelley qu'elle avait fini par s'assagir.

Ophelia n'attendait pas vraiment à une masse d'effusion expressive de la part d'Abbygail face à sa surprise. Un simple merci, lui suffisait amplement, d'autant plus avec tout ce qu'elle pouvait lire dans le regard de la jeune blonde. Elle n'avait pas besoin de l'entendre de la bouche de son amie pour voir à quel point ce geste l'avait touché. La jeune femme la connaissait maintenant depuis assez de temps pour comprendre ses ressentit sans qu'elle n'ait besoin de les exprimer. Même si cela pouvait paraitre trop court, quelques mois, pour bien se connaitre, Ophelia n'était pas du même avis, au même qu'Abbygail, surement. Car oui, cela ne faisait que quelques mois, mais durant ces quelques fois, elles ne s'étaient pratiquement jamais séparées. Passant plutôt leurs journées l'une avec l'autre plutôt qu'avec les autres du camps. Et ça, ça rapprochait d'autant plus comparé aux personnes qui se connaissent depuis des années mais qui ne se contente de se voir seulement de temps en temps. Elle sourit face à la réponse d'Abbygail, dirigeant alors l'assiette contenant le poisson, devant cette dernière. Poisson qui d'ailleurs prenait toute la largeur de l'assiette. De quoi bien se régaler.

- Bon choix ! Oui, ils sont tout fraichement pêché. Je suis désolée d'ailleurs d'être partie quelques fois sans te prévenir, certains matins, pendant que tu dormais. Je voulais garder la surprise.

Pêcher le poisson le matin même avait été un pari plutôt risqué. Cependant, elle n'avait pas trop eu le choix pour qu'il puisse être frais. Bien qu'Ophelia se débrouillait maintenant assez bien au niveau de la pêche, il lui arrive encore parfois de rentrer bredouille. La brune avait de la chance de réussir à presque maîtriser cette compétence. Moins de survivants s'adonnait à la pêche, qu'à la chasse par exemple. Ayant un certain talent pour la natation de par ses entraînements passés, c'était tout naturellement qu'Ophelia s'était adonnée à la pêche pour pouvoir se nourrir. S'améliorant d'années, en années et encore plus depuis qu'elle était à Yosemite, par sa proximité avec de nombreux cours d'eaux. On peut dire que la jeune femme avait de la chance de pratiquer un bon nombre d'activités lors de sa jeunesse, des activités qui pour la plupart ont pu être des bonnes bases pour pouvoir survivre au mieux lors de cette apocalypse.

- Bon appétit ! Fais attention à ne pas t'étouffer avec les arrêtes, hein.

Peut-être qu’Ophelia se montrait un peu trop protectrice. Un trait de caractère qu’elle avait déjà montré dès leur première rencontre. Montrant que le brune s’était attaché rapidement à Abbygail, pour une raison inconnue. Un attachement qui se renforçait mois après mois, jours après jours. Nourrissant de plus en plus cette envie de lui faire plaisir, de la rendre heureuse.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Ven 15 Sep - 1:47


Sometime I'll leave the past behind
O  P  H  E  B  Y  ⋆ It's all decided, this world has only one sweet moment set aside for us. Touch my tears with your lips, touch my world with your fingertips, and we can have forever, we can love forever. Forever is our today.





Ophelia me répétait que je le méritais, mais je ne le voyais pas tellement comme ça, du moins, je ne le ressentais pas de cette manière. En quel honneur, finalement ? S’il y avait bien quelqu’un entre nous deux qui méritait une telle attention c’était elle, elle qui m’avait accueilli si rapidement, alors que je n’étais rien de plus qu’une inconnue, alors qu’elle ne savait rien de moi et qu’elle n’y gagnait rien, au contraire même. Peu de gens s’offrirait ainsi pour quelqu’un qu’ils ne connaissent même pas, avant c’était un peu pareil, mais alors aujourd’hui… C’était cent fois pire, et surement compréhensif, puisque peu de gens étaient dignes de confiance. Pourtant, la brune avait décidé de ne pas se montrer méfiante, elle avait décidé de faire de moi son invité et même sa colocataire, au bout du compte. Elle s’était occupée de moi, m’avait aidé à me remettre de mes pertes, de ma peine, de mon deuil, sans rien demander en retour, même si j’avais finis par lui rendre un peu la pareil en m’occupant de certaine chose au camp, de certaines tâches. En réalité, je ne lui avais surement même pas rendu la moitié de tout ce qu’elle m’avait offert et de tout ce qu’elle méritait, et voilà qu’elle avait l’idée de cette surprise, qu’elle se séparait même de sa fille quelques heures en cet honneur, tout en clamant que c’était tout à fait normal, qu’il n’y avait rien là, alors que c’était faux, tellement faux. Elle avait fait plus pour moi que la plupart des gens qui avait croisé ma route et le pire c’est qu’elle ne s’en rendait même pas compte, qu’à ses yeux il n’y avait rien de plus naturel, qu’elle le faisait de bon cœur, sans arrière-pensée. Ça se pouvait seulement quelqu’un d’aussi généreux ?

Certes, à plusieurs reprises, je m’étais demandé si ce n’était pas qu’un rêve. Il était tout à fait plausible que je me sois finalement endormi, durant cette matinée et devant ce courant d’eau où j’ai rencontré Ophelia et où nous retournons régulièrement, et que tout cela ne soit que le fruit de mon imagination, mais bien que cela semblait parfait en apparence, le monde autour ne changeait pas, le danger était toujours présent, et c’est ce qui m’empêchait de croire que je ne faisais que fabuler. Alors que je prends l’imposant poisson de mon assiette à deux mains et que je croque dedans, la saveur salée de sa chair et le goût de l’eau fraîche font danser mes papilles gustatives. « Mhhhh » marmonne-je la bouche pleine et sans pouvoir m’en empêcher. Je rigole ensuite doucement, me rendant compte que je mangeais très mal. Posant mon poisson et m’essuyant la bouche du revers de ma main, je secoue finalement de la tête pour répondre à ce qu’elle venait de dire. « Surtout, je t’interdis de t’excuser. » Je lui souris grandement, du moins du mieux que je le peux sans que ce soit dégueulasse, ayant toujours du poisson pleins la bouche. Je prends ensuite le temps de mâcher et d’avaler. « C’est parfait, O… » J’étire mes bras au-dessus des plats et j’attrape ses mains. « J’ai tellement de la chance de t’avoir, et je sais que tu penses que je mérite tout ça mais c’est faux. C’est toi qui mériterait une surprise, et plus encore. Je sais même pas s'il existe quelque chose qui serait à mes yeux suffisamment précieux pour te montrer à quel point je me sens reconnaissante. Sauf que c’est impossible, il n’y a rien qui vaut autant, je ne peux pas te rendre la pareille parce que tu en as beaucoup trop fait pour moi… » Je serre un peu ses mains. « Tout ce que je peux faire c’est te promettre que je serais là moi aussi pour toi maintenant » conclut-je en lui souriant. Il était certain qu’elle pouvait lire à quel point j’étais honnête dans le regard que je lui jetais, à quel point j’avais envie de la remercier sans trouver les mots justes, à quel point, aussi, j’étais heureuse, ce qui consistait à un changement radicale du regard triste, vide et nostalgique qui avait plongé dans le sien la première fois qu’on s’était vu.


CODE PAR MYERS
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Sam 7 Oct - 21:18

Sometime I'll leave the past behind Donner le meilleur d'elle-même depuis qu'elle avait accueillie Abbygail, était ce qu'elle s'efforçait de faire depuis le début. Et pourtant elle ne voyait pas ceci comme un fardeau, bien au contraire. Puis la jeune blonde une fois un minimum rétablie avait fini par proposer son aide au sein du camp. Une preuve qu'Ophelia ne s'était pas trompée sur son compte. Pour une fois, certains diront. Il pouvait arriver que la jeune brune se fasse berner quelques fois. Ayant parfois l'habitude quand elle se trouvait toute seule, sans le poupon, que sa certaine naïveté refasse surface. Alors que quand la jeune femme était avec sa fille, elle était une mère protectrice digne de ce nom. Un peu trop protectrice parfois même. Sa fille qu'elle aimait plus que tout. Sa fille qui n'était plus de ce monde, laissant sa mère avec un certain trouble psychologique, s'enfermant dans cette fausse réalité dans laquelle sa fille serait encore vivante.

Ophelia attendit qu'Abbygail prenne une bouchée du poisson qu'elle avait pêchée avant de manger à son tour. Espérant sincèrement qu'il ne soit pas mauvais. Cependant, toutes ses craintes s'envolèrent lorsqu'elle observait la jeune blonde se délecter de son repas. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres. Apparemment, il avait l'air d'être très bon, ouf, Ophelia s'en voyait rassurer. Cette fois-ci ce fut un large sourire qui éclaira son visage lorsqu'Abbygail lui assura que c'était parfait. Elle en était heureuse. Puis tous ses compliments qui suivirent par la suite, l'émouvait. Tout ce qu'elle avait fait pour Abbygail avait tellement été spontané, sans aune arrière pensée si ce n'était la rendre heureuse.. Qu'elle ne pensait pas forcement que toutes ces intentions devraient lui être retournées. Rien que voir son amie retrouver le sourire ainsi, c'était comme si toutes ces intentions lui avaient été adressées. Même mieux.

- Tu n'as absolument pas besoin de me rendre la pareille je te l'assure. Te voir heureuse comme cela, me suffit amplement. On sera toujours là l'une pour l'autre, je te le promet aussi.

Plongeant à son tour, son regard dans le sien, elle se mit à caresser à l'aide de ses deux pouces les mains qui serraient les siennes. Ce regard qui exprimait tant, qui la touchait. Elle pouvait y lire tout ce qui ne pouvait pas trouver de mots, ou rendant plus d'impact à toutes ces paroles qu'elle venait d'énoncer. Les yeux dans les siens, Ophelia pouvait y rester plonger des heures sans s'en lasser. Voir cette joie certaine éclairer son visage contrastant avec ce regard triste qu'elle avait pu avoir pendant plusieurs mois, des évènements accablant lui étant tombés dessus. La brune était vraiment heureuse d'avoir réussie à rendre sa survie plus acceptable, plus agréable. Tout doucement ses doigts se séparèrent des siens, sans pour autant se détacher d'elle. Au contraire, ses doigts remontèrent délicatement le long des bras de la blonde, en même temps qu'elle se redressait quelque peu, dû à l'écart entre-elles imposé par les quelques plats placés au milieu de la petite couverture. Légèrement, Ophelia déposa un baiser sur sa joue. Cependant, en s'éloignant de quelques millimètres seulement, ses lèvres se dirigèrent d'elles-mêmes sur celles d'Abbygail, les effleurant. Instinctivement. Une envie qu'elle se permit d'assouvir sans vraiment se poser de question, se laissant juste porter sur le moment. Une douce chaleur se répandant en elle lentement. Cependant, elle se rendit compte de son acte irréfléchi et se recula.

- Je suis désolée, je ne sais pas ce qui m’a pris…

C’était bien la première fois qu’Ophelia désirait à ce point embrasser une fille. Une envie non habituelle qui la rendait incertaine. Et si Abbygail allait la rejeter parce que ce n’était pas du tout son truc les personnes du même sexe ? Ce n’était pas la première fois pour la brune qu’elle embrassait une fille. Elle l’avait déjà fait par le passé lors de rares shows mais dans l’unique but de s’amuser, jamais rien de sérieux. Et une autre fois lors de l’apocalypse, uniquement dans le but de récupérer quelque chose qui lui appartenait et que cette dernière possédait. Alors qu’avec Abbygail c’était tout à fait différent. Pour la première fois, elle en avait vraiment eu envie. 
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Mer 25 Oct - 5:21


Sometime I'll leave the past behind
O  P  H  E  B  Y  ⋆ It's all decided, this world has only one sweet moment set aside for us. Touch my tears with your lips, touch my world with your fingertips, and we can have forever, we can love forever. Forever is our today.





Je ne connaissais pas Ophelia depuis très longtemps et pourtant, je ne me rappelais plus m’être sentie aussi bien avec quelqu’un auparavant, malgré toutes les personnes que j’avais croisé, connu durant beaucoup plus de temps que la brune. C’était un sentiment que je ne savais pas très bien expliqué, puisque je ne savais pas d’où il venait exactement, mais je n’avais jamais vraiment cherché à comprendre, en même temps. Quelle importance ? C’est seulement aujourd’hui que je me poserais des questions -même si je ne le savais pas encore- et que je cesserais de seulement me laisser porter par ce sentiment confortable sans ressentir le besoin de le décrire concrètement.

Après avoir croqué dans mon poisson absolument délicieux, je me sens obligée de remercier encore un peu plus mon amie, qui agissait comme si ce n’était rien, comme si c’était normal, alors qu'il n'y avait rien de plus faux. J’avais rencontré tellement de gens malhonnêtes, des gens qui avaient profité de moi, qui m’avais fait du mal… Ophelia était donc un vrai miracle à mes yeux, surtout qu’elle était plus que gentille, elle l’était trop, jusqu’à me rendre presque mal à l’aise, puisque je ne mérite pas tant, du moins c’était ce que je pensais. Après tout, je ne lui apportais pas grand-chose, à part un peu d’aide et de compagnie, ce qui était très peu vu tout ce qu’elle m’apportait. J’avais pris ses mains, je lui souriais et même si je ne l’avouerais jamais, j’avais des étoiles dans les yeux, des papillons dans le ventre. J’étais bien. Je ne pouvais pas dire que j’étais heureuse, puisque j’avais traversée trop d’épreuves, perdu trop de mes proches, mais je savais que je ne pourrais jamais me sentir mieux que maintenant, qu’avec la brune, vu les circonstances. En retour, elle me souriait aussi et semblait touchée que sa surprise ait eu un tel effet sur moi. Alors elle s’approcha.

Je sentis ses doigts montés le long de mes bras, et je cru qu’elle m’enlacerait, mais elle vint poser un doux baiser contre ma joue, qui prirent ensuite des couleurs. Jusque-là, je n’étais pas tellement surprise, puisque nous étions proche, même un peu trop, et qu’elle avait toujours été tactile, quelque chose que j’avais totalement adopté ces derniers mois. Même que, lorsqu’elle partait trop longtemps, j’avais remarqué que cela me manquait et que j’avais bizarrement un peu trop froid. C’est plutôt ce qu’elle fait ensuite qui me surprend vraiment ; elle m’embrasse. Chastement, presque trop rapidement, et je ne m’attendais pas à ça, alors que c’était peut-être, au contraire, plus qu’évident comme geste. Sauf que je n’avais jamais eu de relation avec une autre fille et que je ne m’étais jamais posé de question sur mon orientation sexuelle ; pour moi il n’y avait toujours eu que les garçons. Tout cela c’était donc fait devant mes yeux sans que je ne m’en aperçoive vraiment, et maintenant tout devenait plus clair. Ça ne voulait pourtant pas dire que c’était moins compliqué aussi du même coup, au contraire même. Je ne savais pas ce que ça voulait dire pour moi, je ne savais pas si j’avais voulu, au fond, qu’elle pose ce geste, ou même si j’avais apprécié. Tout ce que je savais c’est que j’appréciais énormément la brune, que j’étais bien avec elle, et que mon cœur s’était mis à battre plus rapidement pour une raison qui m’échappait encore.

Durant quelques secondes, je reste donc immobile et silencieuse, ce qu’Ophelia ne doit pas apprécier, mais j’ai besoin de me remettre de la surprise et surtout, de cette révélation. Ça avait été doux et pourtant ça m’avait frappée. Ce sont les paroles de la brune, qui finissent bien par être digéré à un moment ou à un autre, qui me font me réveiller finalement. Je la regarde alors, et le brouillard qui avait voilée ma vue quelques instants s’évapore. Je lui souris à nouveau, plus timidement cette fois, pour la rassurer ; je n’étais pas en colère contre elle, je ne lui en voulais pas. Doucement, je me redresse ensuite et je vais prendre son visage entre mes deux mains, ne la laissant pas s’éloigner de moi. Comme une enfant curieuse, comme si je la découvrais pour la première fois, je caresse son visage délicatement, puis, plus qu’incertaine et maladroite, je m’approche à nouveau. Je réponds à son baiser tout aussi chastement, mais je pose mes lèvres sur les siennes avec un peu plus d’ardeur, laissant aussi s’écouler plus de temps. Je ne savais pas trop comment m’y prendre et je ne savais même pas ce que je faisais concrètement, mais j’avais eu envie de réessayer…


CODE PAR MYERS


Dernière édition par Abbygail Sanders le Ven 9 Mar - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Sam 18 Nov - 15:18

Sometime I'll leave the past behind La vie aujourd'hui était bien éphémère tant les facteurs pour y mettre un point étaient présent. Bien des personnes parlait de survie plutôt que de vie. Ils n'avaient pas tort. Ils n'avaient pourtant pas pour autant raison à cent pour cent. Ces deux termes-là dépendait de chaque personne. La majorité des humains survivaient mais il restait encore d'autres personnes qui elles vivaient. Quelle est la différence me demanderez-vous ? C'est très simple. La survie c'est avant tout, tenter de rester en vie coute que coute et ça exclut dans la majorité des cas le fait de vivre. Vivre c'était tout à fait autre chose. C'était profiter du temps présent, ne pas s'inquiéter h24 que quelque chose de mauvais arrive. Rester avec les personnes qu'on apprécie et pas les piétiner dans l'espoir de rallonger sa propre existence. Ophelia faisait partit de cette deuxième catégorie. Elle s'inquiétait uniquement lorsque le danger était présent à l'instant présent. Et là en effet, elle se battait, mettait tout en oeuvre pour protéger les siens et elle-même. Dans ces moments-là, elle pouvait se montrer impulsive et imprévisible. Abbygail comptait beaucoup pour elle désormais, ne fut-il pas le cas dès leur première rencontre ? Cette envie irrépressible de la protéger même si elle ne la connaissait pas encore à ce moment-là. Sans qu'elle puisse l'expliquer, elle s'était attachée à cette jeune blonde dès les premiers instants. Elle pourrait tuer pour elle, elle en avait conscience.

Plus les jours sont passés et plus Abbygail avait réussi à se frayer une place de plus en plus grande dans le coeur d'Ophelia. Sans que cette dernière ne s'en rende compte forcement. Ou plutôt qu'elle se rende compte des sentiments qu'elle était en train de developper envers ce qu'elle croyait être juste une très proche amie à qui elle tenait vraiment beaucoup. Et pourtant c'était comme si au fond d'elle, elle s'en doutait. Car son corps lui, le savait très bien. C'est lui qui l'avertissait, lui qui lui envoyait des signaux pour qu'elle comprenne. Ses battements de coeur qui s'affolaient lorsqu'Abbygail était trop près, ou bien les quelques frissons qui lui courraient sur l'échine lorsque sa peau venait à frôler la sienne.

Ophelia avait fini par comprendre. Lorsque dans un élan d'impulsivité, elle posa ses lèvres contre celles d'Abbygail. C'était doux, subtil. Seulement, sa conscience était rapidement venue au galop. Se reculant et se mettant à réfléchir à son acte. Les deux jeunes femmes restaient silencieuse face à ce geste. Et Ophelia se mit à s'en vouloir. Elle ne regrettait pas mais le silence de la jeune blonde l'angoissait. Alors elle se sentit obligée de s'excuser. La brune ne voulait pas gâcher ce qu'il y avait entre-elle à cause d'un acte irréfléchi. Son visage s'était baissé alors qu'une certaine peur l'avait soudainement envahie. La peur de la perdre. Lorsqu'elle retrouve le courage de relever la tête, elle put remarquer le sourire d'Abbygail qui la rassura quelque peu. Et son coeur se remit à battre de plus en plus fortement à mesure qu'elle s'approchait d'elle. Frissonnant lorsque ses doigts parcoururent son visage par de douces caresses. Et lorsque ses lèvres retrouvèrent enfin les siennes, ce fut le bonheur. La main d'Ophelia se posa sur la joue de la jeune femme, prolongeant ce baiser. Ça la prenait, elle s'y perdait dans les sentiments qui la submergeaient tout d'un coup. Elle l'embrassait jusqu'à perdre haleine. La brune finit par se reculer quelque peu à contre-coeur pour retrouver sa respiration. La regardant dans les yeux, elle esquissa un sourire joyeux tout en remettant une mèche d'Abbygail derrière son oreille, délicatement.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Ven 9 Mar - 23:34


Sometime I'll leave the past behind
O  P  H  E  B  Y  ⋆ It's all decided, this world has only one sweet moment set aside for us. Touch my tears with your lips, touch my world with your fingertips, and we can have forever, we can love forever. Forever is our today.





C’était étrange, cette proximité. Non seulement, parce que je ne l’avais vraiment pas vu venir, alors qu’aux yeux de tout le monde cela était surement plus qu’évident, mais aussi parce qu’elle était une femme et que je n’avais encore jamais pensé que cela pourrait me plaire et en réalité, cela ne me déplaisait pas du tout, au contraire. Ça me gênait un peu. Pas parce que j’avais honte, non, pas du tout, pourquoi j’aurais honte? C’était plutôt parce que je n’avais jamais vraiment eu le temps de ressentir quelque chose de semblable pour personne... L’apocalypse avait frappée assez tôt pour moi, je commençais à peine ma vie, je n’avais pas encore pensé à tout ça. J’avais eu quelques amourettes, mais rien de vraiment sérieux. Je pensais avoir été amoureuse, une fois, mais ça avait été tellement compliqué qu’on en était jamais vraiment arrivé jusqu’à là. C’était nouveau pour moi. Pourtant, comme j’avais toujours été du genre à foncer peu importe à quel point je pouvais être terrorisée, comme j’avais toujours été fière et têtue, je me lance, sans me poser plus de questions, même si j’avais peur d’être maladroite, mais finalement, pas du tout. Surement puisque la brune mène beaucoup plus la danse que moi, qu'elle approfondit le baiser d’elle-même et qu'elle était très douée… Cette fois, les papillons, je les sens bien au creux de mon ventre, et alors que nos lèvres se détachent finalement, bien que je n’en avais aucune envie, il faut quelques secondes pour que ma respiration redevienne normale. J’avais les joues rouges de gêne, et Ophelia n’aide pas du tout alors qu’elle glisse délicatement l’une de mes mèches de cheveux derrière mon oreille. Elle avait toujours été douce et tendre, et j’avais toujours aimé ça. Encore plus aujourd’hui…

Je porte ma main à ma bouche, glisse doucement mes doigts contre mes lèvres. On aurait dit que je sentais toujours celles de la brune. Je lui jetais des petits regards, un peu timide pour le coup. Je n’assumais pas vraiment encore tous ces désirs qu’elle avait doucement fait naître en moi et j’étais loin de comprendre les sentiments que j’éprouvais pour elle, puisque je n’avais jamais ressentis rien de tel, mais ce que je savais, c’est qu’elle comptait pour moi, énormément, et que tout cela me faisait un peu peur, mais pas dans le mauvais sens. Je ne m’étais pas du tout attendu à ça, mais c’était une agréable surprise, et c’était loin de me déplaire. Je voulais pourtant y allez doucement, faire bien les choses pour une fois. Je lui souris en retour, plus heureuse que je ne l’avais été depuis longtemps, puis je reste un instant ainsi avec elle, puisque je n’avais pas envie que ce moment s’arrête, parce que j’avais, au contraire, envie qu’il s’éternise. Je finis pourtant par m’éloigner un peu, mais seulement pour mieux me rapprocher ensuite. Je prends mon assiette et je viens plutôt m’installer à côté d’elle, tout prêt. Nos épaules étaient l’une contre l’autre et nos cuisses se touchaient. Je ne suis pas très sûre de moi, mais j’ose tout de même lui prendre la main, et entrelacer nos doigts. Sa peau était douce et chaude. Du pouce, je caresse le dos de sa main, et je lui souris, avant de voler rapidement une fraise dans le bol de petits fruits, croquant dedans à pleines dents. Je me sentais tellement bien que j’étais tout d’un coup d’humeur taquine, alors que je ne me rappelais pas la dernière fois que l'envie m'avait prise d’être joueuse, ce n’était plus moi, mais maintenant, je ne savais plus… Ophelia me faisait revivre.


CODE PAR MYERS
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby. Mar 31 Juil - 21:42

Rp abandonné. I love you
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Sometime I'll leave the past behind | Opheby.

Revenir en haut Aller en bas

Sometime I'll leave the past behind | Opheby.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-