And if you wanna leave that's alright | Lilou
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En novembre 2018, le forum a SIX ANS.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

And if you wanna leave that's alright | Lilou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité



MessageSujet: And if you wanna leave that's alright | Lilou Jeu 1 Juin - 6:49

And if you wanna leave that's alright. Lilou & Charlie
Je ne comprenais pas vraiment ce que j’essayais de faire mais il était maintenant trop tard pour faire demi-tour. J’allais essayer et si jamais je ne la retrouvais pas, je n’aurais qu’à retourner d’où je venais. Oui Charlie, normalement t’as un peu de jugeote mais on dirait que t’as oublié d’utiliser ton cerveau pour celle-là. Après avoir quitté Bodie, j’avais rencontré d’anciennes connaissances, disons le comme ça. Je n’ai pas été le seul à quitter le camp et même si au début je craignais les autres survivants, je me suis rapidement rendu compte que personne ne croyait que j’avais un quelconque lien avec la mort de Phoenix. Bon au moins je ne serais pas accusé du meurtre du chef de bande. Comme je n’étais pas le seul à être partit, les doutes ne pouvaient pas retomber sur chaque personne qui décidait de quitter. J’étais presque certain que la personne ayant tuée Phoenix était encore à Bodie. Pourquoi le tuer pour ensuite s’enfuir ? C’était une question d’honneur, j’en étais sûr. Le tueur avait voulu prouver quelque chose et peu importe ce que c’était, ça ne m’intéressais pas. Pas assez pour que je veuille risquer ma vie à savoir ce que c’était.

Donc me voila, ayant quitté l’appartement que j’avais barricadé dans une petite ville près de Bodie pour me diriger je ne sais trop où, suivant des explications flous que j’avais reçu d’un ancien compatriote de mon ancien groupe. Le parc national de Yosemite. J’étais jamais allé là-bas. J’étais pas du tout du genre à aller me promener dans un parc national avant l’épidémie, donc on peut s’imaginer que ce n’est pas plus le cas aujourd’hui. Surtout que se rendre là-bas à pied, c’est la mort. Je n’étais pas stupide d’habitude, j’étais plutôt réfléchis et je préférais toujours faire le moins d’effort possible. Mais j’avais commis une bourde avant de quitter Bodie. Et j’y avais pensé tous les jours depuis. Me disant que je la verrais peut être passé par la fenêtre de l’appartement ou qu’en trainant près de Bodie, je finirais par tomber dessus. Ce n’était pas encore arrivé donc je doutais fortement de mes probabilités. Et je me sentais encore plus stupide d’avoir quitté la ville fantôme avec un tel empressement. Charlie Swick tenant une promesse, vous n’aurez jamais vu ça de votre vie, sauf pour celle-là. Parce que je sais que je mériterais une bonne gifle en plein visage. Et que c’est probablement ce qui va m’arriver si jamais je la retrouve. Allons, un peu de positivisme.

Je ne sais même pas si j’arrive bientôt. Je ne sais même pas si j’ai envie d’entrer là-bas et encore, y’a sûrement des survivants à lesquels j’ai causé du trouble. Parce que… ce paysage me semble légèrement familier, je suis déjà venu ici ou à proximité. Merde, si jamais quelqu’un me reconnait… C’est pour ça que j’ai jamais osé quitter Bodie, pour la semi sécurité que ça m’apportait par rapport aux gens que j’avais volé ou attaqué. R.I.P Charlie, t’auras survécu jusqu’ici, c’est quand même pas mal. Et en apercevant les grilles entourant Yosemite, je me dis que j’ai aucune chance de la retrouver ici. Et surtout d’y entrer. Aussi bien crever. À moins que personne ne me reconnaisse, que je me faufile incognito à l’intérieur sans faire trop de bruits et me la jouer gentil. Me la jouer gentil, elle est bien bonne. Je ricanerais presque de cette bonne blague. Je m’approche du grillage et zieute rapidement les survivants qui semblent monter la garde. C’est bien beau tout ça, mais je vois pas trop comment ils pourraient empêcher quelqu’un ayant de mauvaises intentions d’entrer. Mais je suis pas venu pour foutre le bordel, du moins je l’espère. À ma plus grande surprise, on me laisse entrer sans trop me demander d’information et malgré le mince sourire qui s’affiche sur mon visage, personne ne m’arrête. J’ai l’impression d’être un chat dans une souricière. Sauf que les souris sont toutes aussi grosses que moi. J’ai pas l’intention de faire de mal à qui que ce soit. Je me demande seulement combien de temps ça va me prendre avant de retrouver Lilou. Sérieusement, c’est la pire idée que j’ai eu depuis plusieurs années. Mais elle est la seule personne à laquelle je tiens et je l’ai lâchement abandonné à Bodie. Je n’ai pas l’habitude de tenir mes promesses et j’aurais du tenir celle-ci. Surtout parce que… ce parc est foutument grand. Je commence mes recherches, m’arrêtant quelques fois pour demander à des survivants s’ils ne l’auraient pas vu quelque part. J’obtiens des renseignements tous plus vagues les uns que les autres et continue mon chemin en grommelant. J’aurais du ne jamais bouger de cet appartement, je devrais même y retourner. Je devrais faire demi-tour et oublier tout ça. J’ai pas l’habitude de courir après les gens, je sais pas trop pourquoi je suis là. Puis je vois une silhouette plus loin, les cheveux noirs de jais et une démarche que je ne reconnais que trop bien. Je n’ose pas crier son nom, ne voulant pas causer la paniquer générale chez les survivants des environs (surtout pour ne pas attirer l’attention sur moi). Donc je marche dans sa direction en espérant la rattraper avant qu’elle ne me remarque et attirer l’attention sur nous. Parce que oui, je connais Lilou et je m’attends à une réaction un peu plus intense que ce à quoi je suis habitué.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Charlie Swick le Lun 4 Sep - 4:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: And if you wanna leave that's alright | Lilou Sam 17 Juin - 6:48

▲▼and if you wanna leave that's alright.Bodie faisait désormais partie du passé de l'histoire de Lilou. Elle avait quitté le campement voilà quelques semaines, peut être un peu plus d'un mois, elle n'avait plus les moyens d'en être certaine désormais. Tout était parti en live là-bas. Le chef était mort, un nouveau devait certainement être nommé à l'heure actuelle, à moins que les survivants se soient tous entre-tués, ce n'était pas impossible. Les membres du groupe avaient la réputation d'être des tueurs, dépourvus de bon sens.
Ils étaient bourrus, sauvages, et ne réfléchissaient pas beaucoup. Malgré tout, certains sortaient du lot et usaient d'avantage de finesse et de réflexion que leurs compagnons. Lilou avait fait partie de ceux-là,
tout comme Charlie et quelques rares autres. D'ailleurs, la brune avait perdu la trace de son plus proche compagnon, Charlie Swick.

Elle avait cherché l'homme avant de mettre les voiles, les deux survivants s'étant promis de se prévenir mutuellement en cas de départ. Ils auraient sans doute pu faire route ensemble, jusqu'à Yosemite ou ailleurs, peu importait à la jeune femme. L'idée était de fuir Bodie tant qu'il en était encore temps.
Malgré ses recherches, ses interrogations auprès des autres, l'homme demeurait introuvable. Deux solutions possibles : il avait mis les voiles sans elle, ou bien il était parti quelques jours et avait rencontré un problème. Etrangement, elle espérait que ce soit la première situation. Malgré tout, le doute s'était installé en elle, et la rancoeur aussi. Elle ne pensait pas que Swick aurait été le genre à prendre la fuite sans tenir sa promesse à l'égard de la brune, mais après tout, elle n'était qu'une survivante parmi tant d'autres, il ne lui avait jamais promis de l'emmener où que ce soit avec lui.

Les jours avaient passés, les semaines aussi, et après avoir voyagé quelques temps seule, Lilou avait intégré le parc de Yosemite. Elle avait rencontré une femme aux alentours du Parc, Aileen. C'est ainsi qu'elle avait intégré les lieux. L'organisation du campement était totalement différente de celle de Bodie. Ici, des petits groupes s'étaient formés, tous autonomes et plutôt indépendants. Ici, la règle du chacun pour soi s'appliquait. Il s'agissait plus d'une sorte de camping, un terrain sur lequel n'importe qui pouvait venir s'installer. Il y avait des camping-cars, des voitures, des tentes, des feux de camp... Chacun allait de sa propre organisation. Chacun disposait de son espace et ne devait pas empiéter sur celui des autres.
Pour Lilou qui était le genre de femme indépendante, cette organisation semblait idéale. Elle se débrouillait pour se nourrir, allait et venait à sa guise, c'était au poil. Elle ne connaissait encore personne pour ainsi dire, mise à part la blonde qui l'avait conduite ici.

La jeune femme ne disposait d'aucun élément de confort. Pas de caravane, pas de hamac, pas de sac de couchage, rien. Elle dormait à même le sol, se servant de son sac comme oreiller. Elle allait devoir remédier à cela. Elle avait remarqué que certains disposaient d'un abri de fortune, construits à l'aide de planches de bois. Elle imaginait qu'en proposant un troc équitable à certains, elle parviendrait à trouver des bras pour l'aider à se construire sa propre cabane. Pour le moment, le climat était relativement bon,
lui permettant de tenir ainsi. Malgré tout, elle ne devrait pas traîner à se pencher sur la question.Elle avait élu domicile près d'un point d'eau. Elle s'apprêtait à partir explorer les alentours lorsqu'elle fut abordée par une jeune femme venant lui souhaiter la bienvenue. Elle avait déjà repéré quelques têtes, notamment celles des gens qui vivaient proches d'elle, mais elle imaginait qui lui restait encore beaucoup de monde à rencontrer. Il fallait qu'elle fasse un effort pour se montrer sociable, d'autant plus si elle comptait rester ici.

Retardée de quelques minutes dans son départ, la brune embarqua le peu d'affaires dont elle disposait et traversa le Parc, prête à rejoindre l'extérieur. Elle s'imaginait que si Swick était resté aux alentours de Bodie, elle disposait d'une maigre chance de le croiser par hasard. Il lui avait semblé que les deux campements n'étaient pas si éloignés que ça, il se trouvait donc peut être dans les parages.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: And if you wanna leave that's alright | Lilou Dim 25 Juin - 19:39

And if you wanna leave that's alright. Lilou & Charlie
Elle ne semble pas m’avoir remarqué encore pour l’instant. Tant mieux ! Je la suis en gardant une distance entre nous deux. Il y a quand même des gens partout autour, je préférerais que nos retrouvailles soient un peu plus intimes. Et qu’elle ne se mette pas à me crier après pour ne pas avoir tenu ma promesse. Ou à me frapper. Est-ce qu’elle me frapperait ? Elle ne me frapperait pas non ? Je fronce les sourcils, légèrement inquiet par cette rencontre. Et je continue de la suivre comme une ombre, gardant le silence complet. C’est pas louche du tout. Non vraiment, les survivants qui nous entourent ne semblent remarquer rien d’anormal dans cette situation. Je sais, je suis aussi discret qu’un éléphant dans une boutique de porcelaine ! On me le dit constamment. Ou c’est peut être le contraire ? Est-ce que le fait d’avoir attiré plusieurs fois des hordes de zombies sur moi après avoir tiré d’une arme à feu fait de moi quelqu’un de bruyant ? Ça ne m’empêche pas d’être un bon survivant en tout cas. J’ai un super bon cardio depuis toujours. Essayez de m’attraper stupides zombies !

Bref, ce n’était pas des zombies que j’essayais de me cacher en ce moment. Plutôt des regards des autres. J’avais presque l’impression d’être à l’école secondaire. Quand j’essayais de pas me faire voir par personne pour ne pas avoir à socialiser ou même à me faire dire pour la énième fois que j’étais un raté. C’est qui le raté maintenant bande d’imbéciles ? C’est pas avec un bureau d’avocat ou un bacc en administration que vous allez survivre à une épidémie. Tout en suivant Lilou, j’observe un peu l’organisation des lieux. Ça ne semble pas très… organisé justement. C’est un peu n’importe quoi même. Ils auraient pu faire quelque chose d’intéressant de ce parc national, mais à la place ils ont laissés les gens faire à leur tête. Les campements sont placés n’importe où, rien ne semble connecté. J’ai l’impression que les survivants ne travaillent même pas ensemble. C’est peut être justement ce qu’ils recherchent, mais je n’en vois pas trop l’utilité. C’est probablement pour ça que j’étais bien à Bodie. On s’entraidait malgré le caractère foireux de la moitié des survivants qui y hébergeaient. Au moins je n’avais pas besoin de tout faire par moi-même et les cabanes étaient déjà là avant qu’on arrive. Ici, les campements étaient fait mains et semblaient sur le point de s’écrouler à n’importe quel moment. Ça me faisait penser à un regroupement de hippie. Je ricanais à cette pensée pour me rappeler que j’étais venu ici avec un but, pas pour me moquer.

Lorsque nous fûmes éloignés suffisamment des autres pour ne pas trop attirer l’attention. J’accélérais la cadence juste assez pour la rattraper peu à peu. Je levais une main pour lui poser sur l’épaule et la faire stopper en même temps. J’avais pas envie d’avoir cette discussion tout en prenant une marche de santé. Ne me tue pas. Ne me tue pas… C’est ce que j’espère avant de m’exprimer pour qu’elle me reconnaisse.

« Lilou ! C’est moi Charlie ! Je t’ai cherché partout ! » Entre Bodie et Yosemite du moins. J’ai même questionné d’autres survivants ! Mais avec mon plus beau sourire, qui pourrait m’en vouloir ? Je ne sais pas si en ce moment j’ai l’air heureux, surpris ou apeuré. J’espère sincèrement que c’est la première option. « J’suis content de t’avoir retrouvé. J’ai vraiment pensé que tu étais disparu. Les gens étaient devenus fous là-bas. » Est-ce que j’ai vraiment cru une seconde qu’elle aurait pu être tuée ? Oui, ça aurait pu être possible avec tout ce qui arrivait à Bodie. Je n’avais plus de nouvelles depuis que j’avais quitté mais j’étais presque sûr que c’était le chaos. En espérant que la jeune femme ne m’en voudrait pas trop d’être partie sans l’attendre. J’avais quand même cherché avant de partir, faut pas m’en vouloir de tenir à ma peau.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: And if you wanna leave that's alright | Lilou Lun 3 Juil - 13:07

▲▼and if you wanna leave that's alright.Lilou continuait de marcher, tranquillement. Elle n'était pas pressée, après tout, qu'avait-elle de mieux à faire ? Elle devait simplement s'assurer d'être rentrée avant la tombée de la nuit. Elle n'était pas encore suffisamment habituée pour se permettre de rentrer de nuit. Il fallait d'abord qu'elle prenne ses marques et qu'elle repère les lieux. Maintenant qu'elle avait un endroit où dormir, il n'était pas question de se perdre. Elle avait malgré tout emporté toutes ses affaires, au cas où. Les, survivants n'étaient plus à l'abri de rien, mais perdre son chemin ou se faire voler sur le campement n'était pas exclu, mieux valait être prudent. En plus de cela, elle devait bien avouer qu'elle ne faisait pas confiance à ses voisins. A qui faisait-elle bien confiance d'ailleurs ? A Swick, mais il l'avait trahie, elle n'était pas prête de se faire avoir de nouveau.

La brune venait de franchir les portes du Parc. Elle s'était un peu éloignée lorsqu'elle sentit une présence derrière elle, et une main se poser sur son épaule. Instinctivement, elle sortir son arme et se retourna, de façon plutôt brusque. Elle était plus surprise qu'apeurée, mais l'instinct de survie prenait le dessus. Immédiatement, et avant même que son cerveau ait compris de qui il s'agissait, l'homme avait parlé. Elle reconnut la voix de Swick. Elle fronça les sourcils et rangea son arme. La surprise venait de se transformer en colère. Elle lui adressa son regard le plus noir, le plus teigneux. Il l'avait cherchée partout. Tiens donc, s'agissait-il d'un mensonge ? Elle doutait fort qu'il l'ait cherchée autant qu'elle l'avait cherché lui. Elle se contenta de garder le silence. Devait-elle vraiment prendre la peine de lui répondre ? Elle croisa son regard, et celui-ci trahissait une forme de sincérité. Il avait eu peur qu'il lui soit arrivé malheur. Intérieurement, elle était touchée, elle devait le reconnaitre. Mais elle ne le reconnaitrait pas, du moins, pas à voix haute.

Elle était vraiment surprise de le trouver ici, aux alentours de Yosemite. « Qu'est-ce que tu fais là, Swick ? » Elle ne savait vraiment comment elle devait réagir, quelle attitude elle devait adopter. Si elle avait pu prévoir qu'elle se retrouverait nez à nez avec lui ici... Elle était perplexe. Elle aurait eu envie de lui coller une bonne gifle, elle s'était vraiment fait du soucis pour lui. Visiblement, le tracas avait été réciproque. « Comment tu m'as trouvée ? » Elle espérait ne pas avoir été suivie par un survivant de Bodie, elle ne voulait pas s'attirer d'ennuis. « Je t'ai cherché avant de partir, mais bon sang où tu étais ?! » Sa voix trahissait sa colère. A la fois, elle était soulagée de le voir en chair et en os, et en un seul morceau. Quel imbécile il pouvait être parfois ! Malgré tout, le soulagement prenait le dessus et elle s'adoucit légèrement. Elle voulait savoir ce qui lui était arrivé, et où il avait élu domicile, si nouveau campement il avait. A tous les coups, il errait seul en pleine nature, et si c'était le cas elle devrait tenter de le convaincre de rester avec elle. Malgré son caractère difficile, la brune s'était, en quelques sortes, attachée à lui. Elle ne saurait réellement expliqué pourquoi ni comment, mais elle ressentait une forme d'attirance et de sympathie qu'elle n'éprouvait pour personne d'autre dans ce monde.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: And if you wanna leave that's alright | Lilou Sam 29 Juil - 3:07

And if you wanna leave that's alright. Lilou & Charlie
Sois j’avais de la chance, soit j’avais parlé juste à temps. Parce que la connaissant, si j’étais resté silencieux, elle aurait probablement fait feu sur moi ou quelque chose dans le genre. Je préfère garder tous mes morceaux et surtout, mon sang à l’intérieur de moi. J’ai l’intention de survivre à cette stupide épidémie de morts-vivants, je vous l’avais pas dit ? Par contre si son regard pouvait tuer, je crois que je serais déjà mort, prêt à devenir à mon tour un zombie. Ça serait peut être mieux en fait… J’hausse les sourcils, essayant d’avoir l’air légèrement plus sympathique, osant même un sourire voulant dire : allez soit pas fâché, je suis là maintenant, tout va bien. Mais je pense à quoi au juste ? Qu’elle va me pardonner dans les 10 prochaines minutes ? Ça serait beaucoup trop bien si c’était possible. Je connaissais Lilou, elle me ferait la gueule pendant les 6 prochains mois. Ça c’était si j’étais encore vivant dans 6 mois. Je l’espérais en tout cas, j’étais pas arrivé jusqu’ici pour me faire tuer tout bêtement. Je devrais arrêter de parler de mort, ça pourrait l’attirer.

Lorsqu’elle me demanda ce que je faisais là, j’eu presque envie de pouffer de rire. Et la première chose qui me vint en tête fut la première chose que je dis. « J’ai entendu parler du parc Yosemite, j’ai voulu venir faire un tour. J’avais envie de jouer au touriste, voir les chutes, faire les sentiers pédestres et tout. J’ai malheureusement égaré mon sac banane… » Je grimace et tâtonne ma taille pour donner plus d’ampleur au non sérieux de ce que je venais de lui raconter. Elle allait définitivement me tuer mais j’étais trop heureux de l’avoir retrouvé pour être sérieux. Viens ensuite la question du comment je l’ai retrouvé et cette fois, levant le doigt en l’air et prenant un air sérieux, je tente de faire le plus bref possible. « J’ai suivit mon instinct. » Je me souviens avoir écouté un film où le personnage principal dit ce genre d’idiotie à un autre personnage. C’était quoi déjà ? Sûrement un film que je n’ai recommandé à personne. J’adorais regarder des films pourris que pour le plaisir de critiquer. « Non sérieusement. J’ai erré un bout de temps dans la ville à quelques kilomètres de Bodie. J’ai interrogé des passants, j’ai suivi un peu comme je le croyais avec ce que je savais. Et les gens ici, je crois que certains on entendu parler de toi parce que ton prénom était familier. » C’est pas tout le monde qui s’appelle Lilou. Et j’avoue ne connaitre qu’elle avec ce prénom. Ça se retient bien quand même. Efficace pour retrouver quelqu’un, mais peut être un obstacle pour elle si elle tenterait de fuir quelqu’un.

Elle me dit m’avoir cherché avant de partir et j’entends la colère dans sa voix. J’ai l’impression d’être devant ma mère quand elle se fâchait contre moi lorsque je m’amusais à foutre des raclées à mon frère. Le bon vieux temps. Je pourrais presque ressentir de la nostalgie. « Je t’ai cherché aussi avant de partir tu sauras ! Ça commençait sérieusement à s’échauffer quand je suis parti. J’ai eu peur de me faire descendre ! Les gens étaient presque fous là-bas. Tout le monde avait sa théorie du complot. » Oubliez le 11 septembre 2001. La mort de Phoenix, c’est tout autre chose. « Je suis peut être pas bien dans ma tête, mais les gens de Bodie ont vraiment pété un câble. » Et elle le sait déjà sûrement. Parce que si elle m’a cherché partout elle aussi, elle a vu les autres survivants. Malgré mon attitude vraiment déplacé pour nos retrouvailles, je ne peux m’empêcher de la regarder en souriant, n’arrivant toujours pas à croire que je lui ai mit la main dessus. Je suis un génie finalement. Mes parents m’ont toujours sous estimés. J’aurais pu continuer à me tourner les pouces dans le minuscule appartement que j’avais squatté en quittant Bodie, mais à la place je m’étais botté le cul et je l’avais retrouvé. À Yosemite. Comment ça se faisait qu’elle était ici justement. D’un air perplexe, je fronçais les sourcils et lui demandais : « Comment ça se fait que tu sois rendu ici au juste ? T’as de la famille dans le coin ? » Le dernier commentaire était stupide, mais j’étais réellement curieux du comment elle était rendu ici. Peut être s’était-elle fait des connaissances en quittant Bodie.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

THEY SAY THAT LOVE IS WEAKNESSBUT YOU'RE ONLY STRONG AT THE TIME YOU LET YOURSELF BE
V U L N E R A B L E

× A propos du vaccin : :
Fraîchement vacciné. Effets secondaires → baisse de température corporelle, prunelles plus claires, manque de concentration.

× Âge du perso : :
quarante-trois ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En fuite en Californie avec Malia et notre nouveau né Nathan (18.01.18).

× Avant, j'étais : :
Botaniste.

× Messages : :
710

× Points de vie : :
0

× Copyright : :
MYERS. (signature&avatar)

× Avatar : :
Misha Collins or my husband.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: And if you wanna leave that's alright | Lilou Lun 18 Déc - 19:09

Rp archivé suite à la suppression de Lilou.

_________________
        THINGS GONNA
BE JUST FINE, IF
                  LOVE IS AROUND
I look up to
       the sun, the rising
                  of another dawn


hehehehe :
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: And if you wanna leave that's alright | Lilou

Revenir en haut Aller en bas

And if you wanna leave that's alright | Lilou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-