See that target ? Get it [PV Nora C. Valentine]
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a fêté ses CINQ ANS DE VIE.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

See that target ? Get it [PV Nora C. Valentine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: See that target ? Get it [PV Nora C. Valentine] Ven 7 Juil - 17:20

See that target ? Get it

Jane R. Shepard & Nora C. Valentine

La dernière réfugiée que l'on venait d'accueillir, du nom d'Anna G. Miller était en observation depuis hier et son injection du vaccin. À part les désagréments habituels tels que les maux de ventre ou même des nausées, on pouvait dire qu'elle allait bien. Étrangement, je m'inquiétais un peu plus pour elle que les autres réfugiés, il fallait dire que notre premier contact s'était relativement bien passé et qu'elle avait accepté de recevoir le vaccin, certes sous ma pression mais elle avait aussi parfaitement le droit de le refuser, je ne lui en aurais pas voulu. En déambulant dans le camp, seule pour une fois, Haver étant occupée à superviser l'armurerie du camp, je vins m'enquérir de la situation autour du camp avec mon soldat qui était de garde en haut de la tour. Comme d'habitude, il n'y avait rien à signaler et seuls deux zombies étaient venus perturber la garde de nos sentinelles, zombies rapidement abattus par notre sniper de nuit. Les corps étaient encore là, situés à environ 300 mètres du camp et je soupirai discrètement en me disant que ça serait encore à mes hommes de déblayer le terrain pour préparer ce qui allait arriver.

En effet, trois fois par semaine, l'on organisait avec des soldats de mon unité et quelques mercenaires d'Hidalgo des séances d'entraînement au tir que ça soit tout d'abord pour le personnel non combattant ou militaire ou même aussi pour nous maintenir en forme. L'Air Force nous avait largué une belle quantité de munitions lors de l'installation de notre camp, nous avions donc une bonne marge de manœuvre et on pouvait se permettre d'entraîner des gens au tir pour se défendre. C'était des entraînements à mon initiative dû à notre expérience en cantonnement dans la base de New-York, nous étions maintenant ce que l'on considérait comme un territoire dangereux, nous devions par conséquent être vigilants et réduire au plus les séances. Si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais organisé des séances quatre à cinq fois par semaine mais j'avais accepté de réduire cela à un maximum de trois. Et aujourd'hui, l'heure était venue pour la première séance de la semaine. Je quittai alors le garde qui sera relevé d'ici quelques minutes et je partis rejoindre Haver à l'armurerie tout en prévenant par talkie à mon autre lieutenant de préparer le champ de tir. Parvenue là bas, je voyais ma lieutenant qui me dit avec satisfaction que tout était paré pour la séance de tir. Les séances de tir étaient basées sur le volontariat sauf pour mes hommes à qui j'imposais de faire au moins une séance de tir au minimum toutes les deux semaines, généralement la moitié des séances de tir étaient composées de mes soldats. Aujourd'hui en revanche, je voyais que ça ne se foulait pas du côté de mes hommes et la quasi-totalité des volontaires étaient des civils. Il y avait une douzaine de noms sur la liste d'inscription aux séances de tir et il y avait douze personnes devant nous. Haver fit l'appel, personne ne manqua et pour les civils, je vérifiai aussi avec Haver que plusieurs armes de poing avaient bien été enlevées de l'armurerie par le lieutenant Loher, plus faciles à manier et moins lourds et encombrants que des fusils. J'autorisais les fusils d'assaut à mes soldats, c'étaient bien les seuls, j'entraînais habituellement les civils au Glock mais quelle que soit l'arme, j'imposais les mêmes règles pour tout le monde.

Je m'armai également, vérifiant que mon Beretta était bien dans mon holster de cuisse droite et que j'avais quelques chargeurs sur moi. Casquette militaire vissée sur la tête, je confiai alors le commandement de la sécurité du camp à Haver et je lui rendis son salut avant de partir, ordonnant à tout le monde de me suivre. On se dirigea vers la sortie du camp avant d'en sortir et quelques dizaines de mètres plus loin, le 2nd lieutenant Loher, mon autre bras droit supervisait l'installation du champ de tir. Sur une table, il y avait douze pistolets Glock, déchargés, les chargeurs à côté et une réserve de munitions un peu plus loin. À distance variable, des soldats à moi et des mercenaires d'Hidalgo installèrent les cibles à hauteur d'homme, c'était des cibles cartonnées en cercle avec des chiffres à l'intérieur, compte tenu de la fréquences des séances d'entraînement, nous en avions encore une bonne réserve avant de se mettre à tirer sur les boites de conserve. Loher me salua en réajustant son béret en me voyant et je lui rendis son geste, arrêtant les civils à quelques mètres de la table. Nous patientâmes encore plusieurs minutes avant qu'un de nos soldats ne leva son pouce pour nous dire que le champ de tir était prêt. La configuration était parfaite pour l'entraînement, le terrain de la plage était sableux et plat, le bruit des vagues était assez bruyant avec un vent qui soufflait légèrement et le camp était situé un peu plus loin derrière nous. Ainsi les gardes du camp nous avaient dans leur champ de vision et pouvait nous alerter en cas d'attaque par radio. Les soldats présents ici serviraient de sentinelles et après les civils j'avais dans l'idée d'imposer un léger entraînement à mes hommes. Personne n'était volontaire mais ce n'était pas grave, ils s'entraîneront tout de même. Loher se décala légèrement et je sentis que c'était à mon tour d'agir. Je m'approchai de la table et invita les civils à s'approcher pour examiner les armes sur la table.


Bien, messieurs, dames. Je vois que pour la plupart d'entre vous, ce sera votre première séance de tir. Peut être avez vous déjà manié des armes ou non, je m'en moque. Ce qui m'importe ici est que vous obéissiez à mes instructions et que tout se passe le mieux possible. Je sais qu'aucun et aucune d'entre vous n'est militaire et que c'est un entraînement mais j'exige de votre part à toutes et tous de l'investissement, de la discipline et de la motivation dans cet exercice car il vous sauvera certainement la vie. Tout récalcitrant se verra expulsé de l'entraînement avec perte et fracas.


Je fixais de mon air sévère d'officier militaire tout les civils qui ne réagirent pas à mes propos, sentant toute leur attention fixée sur moi. Puis, je repris en montrant les pistolets.

Vous avez devant vous des Glock 17, ce sont des pistolets autrefois beaucoup utilisés par la police voire l'armée. Ce sont des armes précises, légères et fiables. Dans les chargeurs devant vous, vous avez 17 balles, le chargement d'un chargeur fera l'objet d'une prochaine séance. Ici vous devez vous familiariser avec les bases du tir et apprendre à charger, viser et tirer correctement sans mettre les autres en danger ou vous même. Pour des raisons de sécurité, la sécurité de ces pistolets a été enclenchée. Ainsi même avec le pistolet chargé, vous ne pourrez faire feu.


J'invitai alors les civils à se mettre autour de la table et je pris un Glock et un chargeur plein. La culasse de l'arme était reculée au maximum, signe que le pistolet n'était pas chargé ou en position de tirer. Je montrai alors comment je tenais le pistolet, la poignée agrippée, l'index de ma main droite le long de la culasse et non sur la gâchette.

Voici comment vous devez tenir votre arme, même non chargé. C'est un réflexe que vous devez avoir pour ne pas tirer accidentellement un coup de feu ou que vous preniez la mauvaise habitude de poser le doigt sur la gâchette lorsque vous tenez votre arme. De plus, vous ne devez jamais pointer votre arme dans n'importe quelle direction lorsque vous ne faites pas feu, vous devez prendre l'habitude de pointer votre arme vers le sol sauf lorsque vous êtes en position de tir, c'est une précaution pour limiter les risques d'accident. Le canon de l'arme toujours vers le sol, jamais devant vous sauf lorsque vous devez tirer sur votre cible. Je vais maintenant vous montrer comment charger votre arme.


Je montrai l'exemple, le canon de mon Glock pointé vers la table. Chargeur dans l'autre main, je le fis glisser dans la poignée par en dessous avant que le chargeur ne soit entièrement dans le pistolet, un *clic* m'indiquant que le chargeur était enclenché. Puis, par un simple mouvement léger du pouce, je bougeai le cran qui retenait la culasse du Glock et celui se replaça automatique dans un *clac* peu sonore. Pour montrer que la sécurité du pistolet était enclenché, je pointai le Glock vers le ciel et appuya sur la gâchette qui m'envoya un petit *clic* à la place du coup de feu, signe que la sécurité de l'arme était bien présente pour empêcher le coup de feu. Enfin, je déchargeai le Glock en enlevant le chargeur et replaçant à l'intérieur, la balle déjà enclenchée et je tirai au maximum la culasse, reposant alors l'arme sur la table à côté du chargeur.

Rappelez vous des règles de sécurité, le canon pointé vers le sol, et l'index le long de la culasse pour ne pas appuyer par inadvertance sur la gâchette. Maintenant chargez ces pistolets. La sécurité est un petit cran juste au dessus de la gâchette, je vous dirai quand le décaler pour enlever la sécurité.


Je m'écartai légèrement pour laisser les civils s'armer avant d'examiner à tour de rôle chaque civil et son arme, déchargeant l'arme et le rendant au civil pour lui ordonner de recommencer si je trouvais que l'arme n'était pas bien chargée. Heureusement, il y en avait très peu, la plupart avaient bien compris la manœuvre, notamment une jeune femme brune en débardeur blanc que j'avais déjà vu soigner des gens et administrer le vaccin, une casquette sur la tête, les longs cheveux s'étalant de part et d'autre de son cou. Je ne touchai pas l'arme pour voir qu'elle était très bien chargée.

Très bien.


Fut ma simple réaction avec mon air d'officier sévère sur le visage en voyant le pistolet de cette jeune femme. Une fois que les retardataires eurent enfin chargés leurs Glock correctement, je fis signe à tout le monde de se placer à un poste de tir marqué au sol. Comme première volée de tir, j'entraînais à atteindre la cible à une trentaine de mètres, c'était déjà un bon moyen de savoir qui se débrouillait le mieux au tir. Comme tout le monde était étalé sur une ligne de plusieurs mètres, je me mis à hausser la voix.

Bien ! Vos cibles sont ici à une trentaine de mètres, pour le moment elles sont fixes ! Votre objectif est d'atteindre le point central de la cible ou le point central en noir du haut de la cible ! Vous avez 17 balles à tirer ! Ne vous précipitez pas pour tirer, vous avez des cibles devant vous, non des zombies ! Voici la posture à adopter pour être dans une position optimale de tir !


Je me mis en plein milieu de la ligne formée par les tireurs novices et je sortis mon Beretta, le pointant vers une cible. Les pieds pas plus écartés que le bassin, la main gauche venant en soutien de la main droite qui tenait principalement l'arme, le bras levé à hauteur d'épaule, j'enlevai la sécurité de mon arme et fit feu de quatre balles qui atteignirent chacune leur cible. Je baissai alors mon arme, remettant la sécurité avant de le ranger dans mon holster.

Prenez la posture ! Levez votre arme, à mon signal, vous faites feu ! Rappelez vous, vous avez 17 balles ! C'est un pistolet que vous tenez, non une mitrailleuse ! Prenez votre temps pour viser et tirer ! Enlevez la sécurité... FEU !


J'avais reculé de quelques pas derrière eux pour rejoindre Loher avant de crier mon ordre d'ouvrir le feu.

DEV NERD GIRL



Dernière édition par Jane R. Shepard le Ven 21 Juil - 16:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: See that target ? Get it [PV Nora C. Valentine] Lun 17 Juil - 12:52


 
See that target ? Get it
Jane Shepard & Nora Valentine

 
Nora avait enfin décidé de s'octroyer du temps pour aller s'entrainer au tir. Depuis le temps qu'elle faisait partie du camp des sauveurs, elle n'avait jamais pris le temps d'inscrire son nom sur cette liste. S'agissait-il d'un manque de temps ou d'un manque de motivation ? Surement un peu des deux. La jeune femme était médecin ici, elle ne faisait en aucun cas partie du groupe militaire. Son rôle était de soigner les blessés, et d'administrer le vaccin à ceux qui le souhaitaient. Elle n'avait aucun rôle de protection du campement. Malgré tout, elle avait jugé utile de suivre cet entrainement, juste au cas où. Ici, elle n'était pas confrontée au danger, elle n'avait d'ailleurs pas manié d'arme depuis quelques années. Elle était plus souvent équipée de seringues, de compresses et de bistouris, plutôt que d'armes en tous genres. Elle s'en était déjà servie, oui, à plusieurs reprises même. Et elle se débrouillait plutôt bien. Elle était assez sûre d'elle, et pas du genre à paniquer. C'est Alicia, sa soeur, ancienne militaire qui lui avait enseigné l'utilisation des armes à feu. Elles s'étaient retrouvées par hasard à la Zone 51, quelques temps, avant que sa mini-elle ne mette les voiles pour vivre de nouvelles aventures. Bien qu'elles étaient soeurs et qu'elles s'entendaient à merveille, les deux jeunes femmes étaient diamétralement opposées. Alors que Nora était d'une nature calme, douce et posée, Alicia avait toujours besoin d'adrénaline et d'aventures. Depuis son départ de la Zone, Nora n'avait plus jamais vu sa soeur.

Il y avait eu une période d'activité accrue chez les sauveurs. Plusieurs survivants étaient arrivés en même temps, en quête du vaccin promis par l'armée et le gouvernement. D'autres avaient été blessés, plus ou moins gravement, et Nora avait fait d'eux sa priorité. Elle était dévouée, et son âme de chirurgien reprenait toujours le dessus, encore aujourd'hui alors qu'elle n'exerçait plus depuis le début de l'épidémie. Elle était intègre et perfectionniste. Il fallait toujours que tout soit bien fait, sans quoi elle n'était pas épanouie. Aujourd'hui encore, elle ressentait ce sentiment d'épanouissement et de satisfaction lorsqu'elle parvenait à sauver la vie d'un survivant. Elle était pourtant bénévole ici, comme chacun, mais elle prenait son rôle de médecin à coeur. D'ailleurs, ils étaient de moins en moins nombreux, envahis par les hommes et femmes de l'armée américaine. Leur état d'esprit était différent, leur façon de faire aussi, pourtant, ils avaient le même but : servir le pays. Nora avait passé du temps avec certains d'entre eux à son arrivée, afin de mieux comprendre qui ils étaient. Elle se rapprochait naturellement plus des médecins avec lesquels elle partageait une passion commune, mais n'avait aucun apriori.

Elle avait été informée de la séance d'entrainement du jour, et s'était dépêchée d'inscrire son nom sur la liste afin d'y participer. Le Capitaine Shepard animerait la formation du jour. Nora n'avait jamais entendu parler de cette personne. Elle imaginait quelqu'un d'aussi professionnel que les autres militaires du campement. Malgré tout, Capitaine, c'était encore autre chose que sergent ou lieutenant. Cette personne serait certainement plus autoritaire, et ainsi, la formation se déroulerait normalement dans de meilleures conditions. Le but de ces entrainements était de se perfectionner à la manipulation des armes, pas de se mettre en danger. Nora arriva sur la plage, au champ de tir. Ils avaient la chance de pouvoir s'entrainer à cet endroit, qui était quand même plus agréable qu'une pièce fermée ou une forêt. Il y avait déjà quelques personnes lorsque le médecin arriva. Majoritairement des civils, peu de militaires. Elle avait cru entendre dire qu'ils était contraints à suivre un entrainement tous les quinze jours, et ce n'était d'ailleurs pas plus mal. Après quelques minutes d'attente, le Capitaine Shepard arriva. Il s'agissait d'une femme, brune, au regard autoritaire. Elle portait une casquette militaire, tout comme Nora ce jour-là. Ce couvre-chef, Nora l'avait obtenu d'un militaire du campement, sorti pour nettoyer les alentours des rôdeurs. Malheureusement, les choses ne s'étaient pas bien passées pour cette pauvre femme, mordue à la jambe. Il avait fallu l'amputer, aucune autre solution n'était envisageable. Cette opération avait eu lieu il y a plusieurs mois, peut être même une paire d'années. Une fois privée de sa jambe, la militaire ne s'était jamais faite à l'idée. Elle s'était sentie amoindrie et inutile. Elle était revenue voir Nora, lui avait offert sa casquette, puis, sans rien dire à personne, avait mis fin à ses jours. Un épisode dont le souvenir reste douloureux pour la jeune femme.

La séance commençait. Le Capitaine invita les stagiaires à se réunir autour de la table, afin de découvrir les armes qu'ils allaient utiliser durant l'entrainement. Des Glock 17 étaient parfaitement alignés, prêts à l'emploi. Nora n'en n'avait jamais utilisé, mais cette arme semblait plus ou moins similaire à celle qu'elle maniait par le passé. Nora écoutait attentivement les consignes. Elle ne voyait plus que la formatrice et les armes, concentrée au point de faire abstraction de tout ce qui l'entourait. Elle regarda la démonstration du Capitaine, puis, lorsque le tour des élèves vint de s'exercer, elle reproduisit les gestes qu'elle avait vu précédemment. Rien de compliqué jusque là, elle savait déjà le faire. Très prudente, c'est surement la première question que Nora avait posé à Alicia au sujet des armes à feu. Le Capitaine la gratifia d'un « Très bien. » Jusque là, rien de compliqué. Il fallu ensuite se mettre en position pour tirer sur les cibles. Les militaires étaient fort bien équipés. Au temps de la Zone 51, Nora s'entrainait sur des boîtes de conserve vides. Le médecin s'exécuta, soigneusement. Elle prenait son temps. Après tout, ils avaient le temps, et mieux valait faire les choses bien tout de suite, ça ne serait pas forcément le cas devant un rôdeur. La jeune femme se mit donc en position, pointa la cible avec son Glock, visa, retira la sécurité et fit feu au signal du Commandant. Elle n'avait pas atteint l'endroit souhaité, mais n'en n'était pas loin. Elle réitéra la manipulation plusieurs fois, précautionneusement.

 
You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.

 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: See that target ? Get it [PV Nora C. Valentine] Ven 21 Juil - 17:17

See that target ? Get it

Jane R. Shepard & Nora C. Valentine

Pour le moment, tout allait bien. Les civils suivaient mes ordres à la lettre et personne ne protesta contre moi ou mes directives. À mon signal, les douze Glock 17 ouvrirent le feu, pas tous en même temps, certains appuyant sur la gâchette un peu tard ou d'autres encore ayant oublié d'enlever la sécurité alors que je l'avais pourtant ordonné. Plusieurs mètres derrière la ligne de tir, Loher et nos hommes installèrent d'autres repères de tir au sol pendant que les civils étaient occupés. La table et les munitions furent reculés de quelques mètres. L'opération ne prit que quelques secondes, suffisamment pour que les civils n'aient vidés que quelques balles avant de comprendre ce qui se passait. Sur place, nous étions les deux seuls gradés, les insignes distinctifs de nos grades sur l'uniforme. Loher portait sur sa casquette et sur sa poitrine, l'unique barrette dorée du grade de 2nd Lieutenant, le premier grade d'officier dans l'armée américaine. Pour ma part, je portais une double barrette noire sur la casquette et sur la poitrine, marquant mon grade supérieur de Captain. Généralement, Loher était le seul à s'adresser directement à moi, les soldats moins gradés passaient par lui s'ils voulaient me transmettre quelque chose, je mettais un point d'honneur à ce que la hiérarchie soit respectée. Je continuai d'observer ensuite d'un air attentif les tireurs novices. À cause de la lumière du soleil de Californie et de ma casquette, la visière nous protégeait de la lumière du soleil, nous permettant alors de ne pas être aveuglés pendant notre surveillance. Sur les douze civils, il y avait une majorité d'hommes mais étrangement, j'avais l'impression que c'était l'effectif féminin des tireurs d'aujourd'hui qui se débrouillait le mieux. La brune de tout à l'heure avec un Glock parfaitement chargé n'était pas loin de ma position et malgré quelques tirs manqués, elle arriva à atteindre sa cible à plusieurs reprises.

Lieutenant, nous allons encore les faire tirer avant de leur dire de reculer ou lorsque les cibles deviendront mouvantes. Je veux que nous prenions notre temps, peu importe si des zombies se pointent, ces civils doivent être éprouvés par l'entraînement, autrement il n'aura servi à rien. Lorsqu'ils arrêteront de tirer, les civils remplaceront les cibles, ils pourront alors observer le résultat de leurs tirs.


Bien pris Commandant.


Se munissant de la liste des inscrits puis d'un stylo, mon subalterne obéit à mon ordre et se mit à prendre des notes sur la liste en observant les civils qui vidaient leurs balles. Je fis quelques pas derrière eux avant de prendre mentalement note de ce que je voyais. Certains étaient crispés sur leurs armes, d'autres encore prenaient une posture sensiblement différente que celle que j'avais montré, l'un d'entre eux tenait même son pistolet d'une main, le Glock penché sur le côté à la mode "gangsta". Roulant des yeux en apercevant cela, je me retins de réagir de façon musclée et je tâchai de me contrôler. Une femme quant à elle n'avait réussi à toucher sa cible qu'une seule fois alors qu'elle mettait les autres balles dans le décor, celle là avait besoin d'aide mais je n'interrompis en rien la première salve de tir. Ils cessèrent pratiquement tous le feu en même temps à quelques secondes près. Mon oreillette dans l'oreille droite m'envoya une communication du sniper resté au camp en sentinelle m'apprenant qu'il venait de tuer une paire de zombies, attirés par le bruit des coups de feu. Je confirmai avoir reçu l'information avant de prendre mon temps d'examiner les civils qui attendaient mes ordres. Je posai mes mains sur les hanches avant de donner mes ordres suivants.

Au moins personne n'a été blessé durant l'exercice, c'est une bonne chose... Vous allez maintenant recharger vos armes, vous irez chercher vos cibles quand je vous le dirais ! Pour aujourd'hui des chargeurs sont prêts sur la table donc aller recharger immédiatement ! Aucune bousculade ou mouvement brusque ne sera toléré car vous êtes armés ! Rappelez vous des règles de sécurité, je ne tolèrerai pas la moindre entorse ! Enclenchez la sécurité dès que vous êtes à courts de munitions, c'est un réflexe que vous devez avoir pour ne blesser personne par inadvertance et ne pas prendre de mauvaises habitudes ! Allez !


Le lieutenant Loher me montra les notes qu'il avait prise pendant la séance de tir et tout en surveillant les civils qui venaient recharger leurs armes, je jetai un œil à ce qu'il avait écrit. Comme je le pensais, pour beaucoup d'entre eux, il y avait du boulot. Sur les douze, seuls deux voire trois parmi les tireurs s'en sortaient le mieux dont cette brune qui avait impeccablement chargé son Glock. Elle était prometteuse cette petite, sa casquette semblait somme toute militaire mais il n'y avait pas de signe distinctif dessus, pas même de grade, difficile de savoir si elle était une ancienne militaire ou si elle l'avait prise sur un militaire. Cette pensée me fit froid dans le dos et je me mis alors en tête d'aller la questionner un peu après la séance. Pour le moment l'entraînement était le plus important et je rendis ces notes à Loher. Il n'y avait pas de mouvements brusques parmi les civils, certains étaient même un peu trop stressés encore. Tout le monde rechargea et je passai parmi eux. Mon air dur et sévère toujours imprimé sur le visage, renforcé par l'ombre de ma visière, je distillais quelques conseils aux novices, c'était surtout de prendre la posture adéquate et de relâcher les muscles du corps, notamment du bras au moment de faire feu, il fallait éviter d'être trop rigide et beaucoup plus souple. L'homme de tout à l'heure qui tenait son arme à la "gangsta" avait lui par contre droit à une réprimande de ma part.

Vous là, je vous ai observé pendant la séance. Vous ne tenez pas votre arme de manière adéquate et vous n'avez pas tenu compte de mes ordres. Oubliez tout ce que vous avez vu dans les séries et les films, vous tenez votre arme comme je vous l'ai montré et non pas penchée, c'est le meilleur moyen pour blesser ou tuer quelqu'un, on n'est pas dans un putain de clip de rap. Tenez le encore dans ce style gangsta et vous vous mangez votre arme dans la tronche avant que je ne vous expulse de ce cours avant que vous ne tiriez sur quelqu'un car vous êtes trop dangereux avec une arme dans la main, c'est clair ?


J'étais très froide dans mon ton, non pas par méchanceté gratuite envers lui mais il fallait qu'il comprenne de la plus forte des manières s'il le fallait qu'il ne tenait pas un jouet mais un arme conçue pour tuer. La conciliation ne servait à rien, une arme n'aura jamais de compassion envers qui que ce soit. L'homme me regarda d'un air apeuré avant de rentrer sa tête dans les épaules et d'acquiescer frénétiquement. Aucunement attendrie par ce que je venais de voir, je lui bougeai le corps sans aucune gêne, pour le mettre bien face à sa cible et je lui relevai la tête pour qu'il ne fixe qu'elle et non pas ses pieds. Je bougeai un pied ou des épaules par ci-par là, moins durement qu'avec cet homme et je ne fis rien de particulier à la brune à casquette à part simplement opiner de la tête et lui lever le pouce pour signifier que tout allait bien. Je revins quelques pas avant en arrière pour donner le signal de la prochaine salve de tir.

Bien ! Je vais vous demander d'affiner vos tirs et au moins de toucher votre cible sans mettre les balles dans le décor ! Procédez de la même manière, prenez votre temps pour vider vos balles ! Les paramètres de tir changeront légèrement pour la prochaine séance ! Mettez vous en joue ! ... FEU !


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever.

× Âge du perso : :
32 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, pas loin de feu le camp de Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
23596

× Points de vie : :
421

× Copyright : :
© cristalline (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen cute Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: See that target ? Get it [PV Nora C. Valentine] Dim 1 Oct - 20:31

Rp archivé suite à la suppression de Jane. I love you

_________________
Wonder how bad that tastes when you see my face, hope it gives you hell when you walk my way, hope it gives you hell.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: See that target ? Get it [PV Nora C. Valentine]

Revenir en haut Aller en bas

See that target ? Get it [PV Nora C. Valentine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-