{FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En novembre 2018, le forum a SIX ANS.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

{FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Sam 8 Juil - 7:09


THOUGHT I LOST YOU FOREVER
VALRICKSEN ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Je ne savais pas trop à quoi j’avais pensé, c’était peut-être de la folie, mais j’avais bel et bien rejoins un nouveau groupe. C’était seulement la deuxième fois depuis le début de tout cela et la première fois, je ne l’avais fait que par nécessité. D'ailleurs, si je ne m’étais pas fait montrer la porte aussi tôt, je me serais barré de toute manière. Là pourtant c’était un choix que j’avais fait et en toute connaissance de cause. Ellyn et moi on aurait tout aussi bien pu passer notre chemin et on ne s’en sortirait pas plus mal. Sauf que je savais qu’elle voulait se poser et cela depuis toujours. J’avais essayé pourtant qu’elle s’accommode à la vie de nomade mais il n’y avait rien à faire, alors nous voilà ici. Pour l’instant, j’avais avertis la blonde de ne pas se trop se réjouir pour le moment, parce que le groupe était encore, à mes yeux, en phase d’essai et qu’il était donc possible qu’on le quitte à n’importe quel moment, si quelque chose ne me plaisait pas. Les groupes, pour moi, c’était trop dangereux, mais celui-ci me paraissait propice. Ce n’était pas un hôtel cinq étoile, donc nous avions droit qu’au strict minimum en confort, ce qui nous empêchait d’oublier la vie à l’extérieur ; nous l’étions presque. Ensuite, les gens ne se préoccupaient pas vraiment de nous ou des autres en général. Si j’avais bien compris, il n’y avait de respect que pour De La Vega, qui nous accueillait tous ici, mais sinon… En bref, nous étions entouré d’enculés et ça m’allait très bien comme ça. Il était donc impossible de s’attacher à qui que ce soit. Ça me paraissait parfait ; on pouvait profiter des avantages qu'apportait la vie en communauté sans pour autant qu’il y ait trop de désavantages en retour, parce qu’il y en avait bien quelques-uns, quand même, rien n’était parfait. Il fallait se montrer méfiant envers ceux qui partageaient cet endroit avec nous et il fallait aussi ne pas attirer l’attention, se montrer discret, faire nos petites choses et ne rien demander à personne. Certes, il me faudrait participer un minimum, ça je le savais, mais pas plus qu’on ne me demanderait. Voilà, c’était le plan. Maintenant, il fallait s’assurer que rien ne déraille…

Pour se faire, je sortais régulièrement de notre petite cabane et je me promenais. J’observais. Il était important que je sache comment les choses marchaient ici et j’avais bien compris que ce n’était pas le genre d'affaire qu’on te disait à l’avance ; il fallait que tu t’adaptes seul comme un grand, mais ce n’était pas plus mal. Je préférais faire les choses à ma manière et surtout seul, faire dans le social ce n’était plus vraiment fait pour moi, en fait ça n’avait jamais été fait pour moi. Je voulais aussi bien connaître le camp, c’était plus sécuritaire en cas d’attaque ou s’il nous fallait tout simplement partir rapidement. Ça n’allait pas être vraiment difficile puisqu’il n’y avait aucun grillage ou mur qui séparait Bodie du reste du monde, et c’est peut-être ce qui m’avait le plus attiré au début. C’était peut-être moins sécuritaire, mais au moins tu ne te sentais pas emprisonné, et c’est idiot mais lorsqu’on te met dans un petit cocon confortable, tu as tendance à oublier l’essentiel, tu as tendance à oublier ce qui se trouve tout autour parce que c’est plus facile comme ça, ce qui est dangereux. Au moins ici, tu étais toujours forcé de rester sur tes gardes, il était impossible de fermer les yeux. Alors que je longeais les murs des veilles maisons, que j’observais les habitants du camp s’activer, accomplir leurs tâches quotidiennes, je finis par m’arrêter. Je fronce les sourcils, reviens légèrement sur mes pas, puis me tourne vers la gauche ; j’apercevais quelque chose de bizarre, partiellement cachée par la cabane que je m’apprêtait à dépasser. C’était surement une mauvaise idée, mais je m’aventure tout de même entre les deux petites et vieilles maisons. Plus je m’approche de la chose et moins je sais de quoi il s’agit. Un… serpent ? Je m’arrête à nouveau afin de sortir doucement ma machette ; toute viande était bonne à manger, et elle se faisait rare, alors on ne pouvait pas vraiment faire nos fines bouches ou laisser passer ce genre d’occasion. M’en éloignant le plus possible -après tout je ne connaissais rien en matière de serpent- je longe presque le mur de la cabane à ma gauche afin d’être plus prudent et c’est pourquoi je finis par m’apercevoir que ce n’était pas du tout un reptile ; c’était un fouet, rattacher à la main d’une femme un peu basanée et qui semblait complètement perdue. Elle me rappelait… « Val ? » Non… C’était impossible. Ça ne pouvait pas être elle. Pourtant… Cette femme lui ressemblait tellement. Je ne pouvais pas voir son visage, ses longs cheveux de jais me le camouflant, et je retenais ma respiration en l’attente d’une réponse, puisque même si ma tête me disait que ça ne pouvait pas être elle, mon cœur lui ne pouvait pas s’empêcher d’espérer l’impossible.


CODE PAR MYERS

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1269

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Ven 21 Juil - 17:32


Thought I lost you forever
Valricksen

L a latina  sortie son petit sachet de poudre, elle avait l’impression que son crâne allait exploser. Foutu  effet secondaires de ce foutu vaccin.   Elle soupira, se laissa tomber assis sur les marches devant sa cabane et ouvrit le sachet. Elle humidifia le majeur et le mit doucement dans le sachet de poudre pour en mettre sur son doigt. Elle alla ensuite tapisser l’intérieur de sa joue avec la poudre. L’héroïne était le seul moyen de calmé ses maux de tête.  Elle avait trouvé cette technique un peu par hasard, elle avait trouvé un sachet, avait juste essayait et depuis elle utilisait cela. Elle ne se séparait jamais de son petit sachet au cas où.  Et là, elle en avait sacrément besoin. Elle n’était pas non plus accroc, elle pouvait s’en passer, elle n’en prenait qu’en cas de maux de tête, jamais quand elle allait bien. Elle ferma doucement les yeux une fois que la drogue fut dans sa bouche et attendit un instant les yeux fermé pour sentir la poudre faire son effet dans son organisme.   Elle soupira d’aise quand elle senti son mal de crâne s’estompé et rouvrit doucement les yeux. Elle se leva, rangea le sachet de poudre dans la poche de sa veste en cuir et se remit à faire son tour de garde.  Ca ne l’emballer pas plus que  cela de faire le tour du camp.  Elle n’avait personne en particulier à protéger en plus, donc elle s’en fichait de faire des tours de garde.  Elle passait entre les maisons, son fouet à la main, prêt  à se défendre au cas où elle se faisait attaquer.  Elle avait l’habitude que certain gros débiles du camp vienne l’embêter.  Et puis surtout maintenant qu’elle était défoncée.  Elle laissa donc un peu trainer son fouet à l’effigie d’un serpent derrière elle. Au cas où, pour être prête à le faire claquer le plus vite possible.

Elle crut voir un rodeur a un moment. Elle s’approcha donc doucement prête à se défendre. Elle enroula son fouet et le remit à sa ceinture avant de prendre son grand bâton qui était accroché dans son dos. Elle acheva le monstre avant de soupirer et remettre le bâton dans son dos.  Elle reprit son fouet et se remit à faire son tour de garder.  Elle fini cependant par s’arrêter, elle avait l’impression qu’on la regardait, qu’on lui chuchoter quelque chose a l’oreille. Surement un Bad trippe. C’était pas vraiment très agréable, elle n’aimait pas cela, de ce fait, elle s’arrêta pour se calmer. Elle essayait de reprendre ses esprits.  Elle sursauta quand elle entendit quelqu’un  l’appeler.    Elle regarda autour d’elle, à la recherche de la personne qui  semblait la connaitre. Quand son regard se posa sur le cousin de son mari, elle fronça les sourcils surprise.  C’était impossible, que ce soit lui, ca faisait un moment qu’elle ne l’avait pas vue. Ils s’étaient perdus de vue il y a longtemps.    « Fred ? »Dit-elle un peu perdu. Elle  pensait a une hallucination, surement un mauvais trippe, comme les  chuchotements ou l’impression qu’on l’observait.  Elle soupira et passa une main sur son visage.«Merde…Encore une hallucination… » Elle n’en était pas sur mais bon, elle se disait que c’était surement  cela, sinon, qu’es ce que son beau cousin pouvait faire ici.  
black pumpkin

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Ven 4 Aoû - 19:46


THOUGHT I LOST YOU FOREVER
VALRICKSEN ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Alors que la jeune femme se retourne, il n’y avait plus aucun doute ; c’était bien Valentina, la femme de mon cousin, à moins qu’elle ait, en plus de son frère jumeau, une sœur jumelle dont elle ne nous aurait jamais parlé, mais enfin, nous n’étions pas dans une comédie romantique. Personne n’aurait pu lui ressembler autant, même si elle ne semblait pas du tout dans son assiette. C’était surement normal de ne pas être aussi en forme qu’on pouvait l’être avant, mais c’était différent, quelque chose n’allait visiblement pas. Prononçant mon prénom, je suis soulagé de voir qu’elle est toujours elle-même, du moins, assez pour parler et me reconnaître. Cela dit, je m’approche un peu plus d’elle, ayant l’impression que la brune allait s’effondrer d’une minute à l’autre. Elle chancelait un peu. Étant loin de me douter qu’elle aurait pu prendre de la drogue, je me dis plutôt qu’elle a mangé quelque chose de pas net. Après tout, on mangeait ce qu’on trouvait aujourd’hui, et dans certains cas extrêmes lorsqu’on était vraiment mal pris… Rien de très fiable devenait notre repas du jour, même si c’était mauvais ou très peu, moins on mangeait, plus on devenait faible et moins on arrivait à trouver des vivres, c’était un cercle vicieux. Le « non merci » n’avait donc plus vraiment sa place. Sauf qu’elle finit par passé une main contre son visage, murmurant quelque chose à propos d’hallucinations. De quoi pouvait-elle bien parler ? Ce n’était pas en mangeant quelque chose de pas frais qu’on finissait par croire qu’on hallucinait, de plus qu’elle avait parlé comme si ce n’était pas la première fois qu’elle voyait des choses qui n’existaient pas, comme si c’était la routine. Mais qu’est qu’elle avait fait ?

Inquiet, je prends son visage entre mes deux mains, fronçant les sourcils. « Val, qu’est-ce que t’as ? » Je venais tout juste de la retrouver, alors que je m’étais dit depuis longtemps que toutes les personnes que j’avais aimé n’étaient surement plus de ce monde, information qui m’avait pris beaucoup de temps à digérer mais avec laquelle j’avais finalement appris à vivre, ou exister, devrais-je dire, parce que ce qu’on faisait aujourd’hui sur Terre n’avait rien d’une vie. Il était donc hors de question que je la perde aussi tôt. Je regarde droit dans ses yeux, cherchant des réponses qui, je pensais, ne me viendrais pas d’elle, vu ce qu’elle venait de dire qui n’avait aucune cohérence. Rapidement, je finis par comprendre, même si sur le coup je ne veux pas y croire. « Tu… T’es défoncé ? » On pouvait bien entendre la colère mais surtout la surprise dans le ton de voix que j’avais emprunté. Mais qui se défonçais encore de nos jours ? Si c’était dangereux avant, ça l’était d’autant plus aujourd’hui. On ne pouvait pas se permettre de ne pas être tout à fait là, devenir accro et de ne plus penser qu’à ça, et de, finalement, un jour ou l’autre, être en manque parce que ça ne se trouve plus à chaque coin de rue malfamé de ta ville et devenir à nouveau peu fonctionnel. « À quoi tu pensais ..? » dis-je ensuite d’une voix plus douce qui me brûle presque la langue. Je n’avais plus l’habitude de faire preuve d’empathie, du moins, si je le faisais, ça ne se voyait pas autant, mais c’était Val et dans ma tête, la seule raison pour laquelle quelqu’un aurait pu prendre ce genre de substance sachant les risques que cela engendre, c’est quelqu’un qui ne sait plus quoi faire pour oublier ce qu’il a vu, ce qu’il a perdu, c’est quelqu’un de dépressif et de suicidaire, parce que se droguer de nos jours c’était être horriblement imprudent à mes yeux et pour être imprudent il fallait ne pas en avoir grand-chose à faire si les choses tournaient mal et que notre vie s’arrêtait là, et je connaissais bien ce sentiment…


CODE PAR MYERS

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1269

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Lun 7 Aoû - 22:34


Thought I lost you forever
Valricksen

Valentina était là, face au cousin de son mari et elle était perdu. Es ce que c’était vraiment lui, ou encore un bad tripe ? Impossible que ce soit vraiment lui, qu’es ce qu’il viendrait faire dans ce camp ? Quel était la probabilité de le retrouver ici ? Enfin, elle se disait que parfois il fallait faire confiance au hasard, ou au destin, appeler cela comme vous voudrez.  Mais quand il s’était approcher, et qu’il s’était planté devant elle en posant ses mains sur son visage, la colombienne se rendit compte qu’il était bel et bien là, en chair et en os. Elle ferma une seconde les yeux quand il lui demanda ce quelle avait. Elle avait mal a la tête voila ce qu’elle avait… Enfin avant de se drogué. Maintenant elle n’avait plus mal, mais elle était défoncer.  Et il le remarqua très rapidement. Surement en regardant ses yeux, ca devait être visible. Ou aussi en voyant son air faible, et son allure chancelante. Et dire qu’il l’avait connue quand c’était une boule d’énergie a l’état pur et un sourire permanant.  Pas qu’elle est vraiment changer. Enfin pour l’instant si, mais quand elle était sobre elle était toujours la même. Un peu moins optimiste et parfois moins souriante. Mais elle était restée dans le fond toujours la même Valentina qu’il avait connue.  Elle s’en voulut immédiatement de lui offrir ce spectacle quand elle entendit le timbre de sa voix quand il lui demanda ce a quoi elle pensait. Elle se mordit la lèvre inférieure et recula un peu pour dégager son visage de ses mains. Plus par honte que par gêne qu’il la touche ainsi.

Elle ferma doucement les yeux a nouveau et secoua un peu la tête. «Je… Je suis pas accroc si c’est ce qui t’inquiète.» Dit-elle d’une voix mal assuré. Elle perdait toute son assurance quand elle se drogué. Elle passa a nouveau une main sur son visage. Voila elle devait se justifié et elle ne trouvait pas vraiment les mots pour. Elle savait pourquoi elle en était arrivée là, mais elle ne savait pas vraiment comment l’expliquer. Enfin elle se jeta a l’eau.«Je… J’ai des maux de tête a… A cause du vaccin… Je te conseil de jamais le faire.» Dit elle en essayant de reprendre le dessus. Maintenant qu’elle était devant un membre de sa famille, elle ne devait pas lui offrir un spectacle aussi pathétique. «J’ai… J’ai tout essayer pour faire passer les maux de tête et le vertige mais… Rien ne marche sauf la cockaïne…» Mince, le dire a haute voix c’était plus dur qu’elle ne le pensait, elle avait honte maintenant, mais bon, elle essayait de ne pas le montrer.  Elle lui souri ensuite décident de changer de sujet. Elle ne voulait pas qu’il lui fasse la moral, elle savait parfaitement que c’était mal et dangereux de nos jours de se droguer.  «Tu es ici depuis quand ?»L’interrogea t elle en se rapprochant a nouveau. Elle n’allait pas tout de suite l’harceler de questions, même si la des tonnes lui en venait en tête. Mais l’une d’elle lui brûla tellement les lèvres qu’elle ne put la retenir  «Tu as retrouver Eric ? Dit moi que tu es avec lui.» Elle espérait de tout son cœur qu’il lui dirait que oui il était avec lui. Mais elle savait aussi que c’était peu probable il le lui aurait dit tout de suite, ou Eric l’aurait retrouvé.  Elle savait qu’il fallait arrêter de rêver dans ce monde qui n’était fait plus que de mort, de perte et d’horreur.  
black pumpkin

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Mar 15 Aoû - 6:16


THOUGHT I LOST YOU FOREVER
VALRICKSEN ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Retrouver Val, il n’y avait rien de meilleur. À vrai dire, je ne m’étais pas sentis aussi bien depuis longtemps, quelque chose qui n’était plus du tout sollicité c’était enfin réveillé en moi, ce qui étrange mais également très agréable en même temps. C’était comme se retrouver soi-même, et je ne savais même pas que c’était quelque chose dont j’avais besoin, mais lorsque ces personnes à qui je tenais m’avaient quitté, elles avaient toutes emporté avec elles des parties de moi-même, ce qui m’avait finalement perdu. C’était trop dur de se promener en étant cette épave, avec cet énorme trou béant et toutes ses pièces manquantes, alors j’avais fait table rase, j’avais essayé de tout oublier, et pendant un temps je m’étais sentis mieux. En revoyant ce visage aussi familier et qui m’avait tant manqué, je me rends compte que je n’avais pas du tout été bien, j’en étais même très loin, que ça avait tout simplement été plus facile de prétendre le contraire et de perdre espoir, puisque lorsqu’on arrête d’espérer, on cessait, par la même occasion, d’être déçu, et je l’avais trop été dans le passé. Cela dit, bien que j’étais plus qu’heureux de la savoir en vie, et encore plus de la savoir ici, juste devant moi, avec moi, son état étrange m’empêche de tout à fait en profiter, tout est remplacer par de l’inquiétude. Premièrement, j’ai eu peur pour son état physique, mais une fois que j’eu compris ce qui lui arrivait exactement, je m’inquiétais désormais beaucoup plus pour son état mental. Sauf qu’elle me repousse et je grimace à ce geste. Je ne la reconnaissais qu’à peine et je ne saurais même pas expliquer l’effet que cela produisait sur moi. Comment réagir lorsque tu voyais à nouveau quelqu’un que tu n’avais pas vu depuis des années, quelqu’un qui compte à tes yeux, et que tu te rends compte qu’elle n’est plus la même personne ?

Il n’y avait pas de mode d’emploi pour s’adapter à une telle situation, et j’étais déchiré entre celui que j’ai un jour été et celui que j’étais devenu. J’avais tout pensé, tout avait été réfléchis, j’avais fait des choix, j’avais suivis ses nouvelles règles que je m’étais dictés, et elle venait tout chambouler mon plan. Je ne savais pas si c’était une bonne ou une mauvaise chose, puisque je ne pouvais pas m’empêcher d’en être content, même s’il y avait cette alarme au creux de mon estomac qui s’était mise à crier. « Si c’est ce qui m’inquiète ? Tu rigoles j’espère ? » Elle prenait cette situation à la légère ou quoi ? Qu’elle soit ou non accroc n’était pas le problème, le problème c’était qu’elle s’était droguée et que veux, veux pas, ce genre de choses sont addictives, mais ce n’était pas seulement ça qui m’inquiétait. Elle était également vulnérable lorsqu’elle était sous stupéfiants, ne s’en rendait-elle pas compte ? Je ne lui fais pas part de toutes ses pensées puisque je pensais qu’elle n’était pas vraiment assez en forme pour avoir cette discussion et que ce n’était pas le plus urgent ; il fallait qu’elle se repose et que je l’apporte dans un endroit sécuritaire, le temps qu’elle redevienne elle-même. « De quoi tu parles ? Un vaccin ? » Elle n’était décidemment plus vraiment là et c’est pourquoi je la laisse déblatérer sans porter attention à ce qu’elle racontait, même si le mot cocaïne me fait frissonné. Mais où elle avait trouvé une drogue pareille ? Ne voulant même pas le savoir, je m’apprêtais plutôt à lui proposer de me suivre jusqu’à ma cabane, mais elle me pose une question qui m’oblige à m’arrêter dans mon élan. Je secoue simplement de la tête pour lui répondre, puisque c’était trop dur de lui dire à voix haute que je ne savais absolument pas où se trouvait mon cousin. Je passe ensuite mon bras sous le sien, voulant la soutenir un peu. « Viens, on ferait mieux de ne pas traîner ici… » Ce n’était pas vraiment le meilleur endroit pour discuter et encore moins pour se sevrer et j’espèrais qu’elle m’accorderait au moins ça.


CODE PAR MYERS

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1269

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Dim 20 Aoû - 13:35


Thought I lost you forever
Valricksen

Force était de constater qu’elle le décevait. Elle le voyait dans ses yeux, enfin comment lui en vouloir, jamais il n’avait du s’attendre a retrouver Valentina drogué. Depuis qu’ils se connaissaient, il ne l’avait jamais vue autrement que pleine d’énergie et de joie. Et là, il la retrouver faible, titubante et morne. Elle avait même des hallucinations parfois, même si elle ne le lui disait pas, pour ne pas l’inquiétait encore plus. Elle ferma un instant les yeux, le pauvre, il n’avait surement pas besoin de cela, il devait avoir tant perdu. Elle s’en voulait de lui offrir un tel spectacle, ça c’était certain, mais elle n’avait pas le choix. C’était soit la cocaïne soit elle se taper la tête contre les murs jusqu'à s’exploser la tête.  Et a choisir elle préférait être défoncé que morte. La vie autour d’eux avait beau s’écrouler, elle y tenait encore.  Il y avait encore trop de chose qu’elle n’avait pas faite ou vue, et même si c’était un peu bête maintenant, elle avait encore un peu d’espoir pour l’humanité.  Elle le regarda presque tristement et  soupira doucement «C’est le seul moyen pour que ca passe.» Dit-elle simplement. Qu’il le comprenne ou non, de toute façon c’était comme cela. Il ne pouvait pas vraiment comprendre, il n’avait pas ses maux de tête, pas l’impression d’avoir une horde de personne qui hurle dans sa tête. Il n’avait pas l’impression que son crâne allait exploser a tout moment, comme si sa tête était devenue une bombe a retardement. C’était tellement horrible comme sensation.  Elle savait que si Eric était là, il l’engueulerait, ils se disputeraient encore, se lancerait surement des trucs a la figure que ce soit des paroles ou des objets.  Mais il n’était pas là. Pas encore, peut-être qu’il était avec Fredericksen. Et là pour le coup, une petite dispute lui ferait du bien, ce serait comme si elle retrouvait sa vie d’avant.  Si avant elle faisait de son mieux pour les évités, aujourd’hui elle aurait tout donner pour ne serait-ce qu’une heure de dispute avec son mari.
Elle fronça les sourcils quand il lui demanda de quoi elle parlait à propos du vaccin. Il n’était donc pas au courant ? Au final peu de monde semblait au courant, et tant mieux, si elle avait son avis a donner sur le sujet, elle dirait que personne ne devrait faire cette chose. Depuis qu’elle s’était fait injecter ce produit, elle n’était pas spécialement au mieux de sa forme, alors qu’un vaccin c’est censé vous protéger. Lui la rendait vulnérable a cause des vertiges et des maux de tête qui arrivait sans crier garde et ne repartait pas de si tôt.  «Tu ne sais pas que des chercher ont élaboré un vaccin contre l’épidémie ? Ce vaccin est censé empêcher la morsure des morts de nous transformé. Mais faut compenser ça par des effets secondaire comme j’ai moi.»Dit elle simplement. Peut-être qu’il n’allait pas la croire, après tout elle était totalement défoncé et c’était presque invraisemblable une tel chose. Dans l’ordre de ce nouveau monde, tout le monde devrait finir en marcheur, sauf ceux qui se tirait ou se faisait tirer dans la tête. C’était ainsi et pas autrement.  Mais ce vaccins était apparut. Peut-être qu’il allait être efficaces, peut-être qu’il sauverait l’humanité a long terme. Mais en attendant Valentina ne tenait pas spécialement a tester son efficacité.  Elle baissa les yeux quand il répondit a sa question. Oui après tout, pourquoi elle espérait encore ? Il était peut-être mort quelque part, il était peut-être même devenu un marcheur. Elle était peut-être veuve. Elle devrait surement enlever des maintenant son alliance pour arrêter de se faire du mal quand elle voyait l’anneau a son doigt. Elle devait peut-être passer a autre chose, tourner la page et continuer tant bien que mal a vivre.  Mais non, c’était beaucoup trop de « peut-être » a son goût, elle n’était pas veuve tant qu’elle n’en avait pas eu la preuve. Elle regarda son beau-cousin et hocha la tête quand il lui dit qu’ils feraient mieux de ne pas trainer ici. Tant pis pour sa ronde, elle préférait retrouver son cousin même si elle n’était pas franchement dans le meilleur des états. Ils seraient mieux dans une cabane pour parler tranquillement. Elle le laissa passer son bras autour d’elle et enroula rapidement son fouet en marchant. Ca elle avait l’habitude, drogué ou non elle le faisait souvent. Elle l’accrocha à sa ceinture et le laissa la guider. Une fois dans la cabane du brun, elle fit quelque pas pour regarder à l’intérieure curieuse. Et au final c’était sensiblement la même cabane que la sienne.  Elle se tourna ensuite vers lui pour le regarder et se lancer dans les questions.«Tu es arrivé quand ? Tu es avec quelqu’un ?»  Fit elle simplement en se disant qu’il fallait mieux commencer doucement avec les question pour ne pas l’embêter trop.
black pumpkin

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Sam 2 Sep - 1:57


THOUGHT I LOST YOU FOREVER
VALRICKSEN ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Je n’arrivais pas à croire que je ne l’avais pas croisé avant, même si ça ne faisais que quelques jours que j’étais ici avec Ellyn. Peut-être que c’était parce que je ne cherchais plus. Lorsque je regardais parmi ces visages qui partageaient ce camp avec nous, je ne m’attendais pas à ce qu’aucun d’entre eux ne me dise quelque chose, c’était tous des inconnus à l’avance dans ma tête, ma famille était morte, mes quelques amis aussi, il n’était plus nécessaire n’y constructif de courir après les morts, donc. C’était ce que je pensais depuis maintenant plusieurs années, je ne savais plus exactement. Tout ça, c’était devenu la routine, c’était devenu la norme. Je n’avais même plus à y penser, j’agissais, tout simplement, c’était un tout nouveau mécanisme et il fonctionnait très bien, trop bien même. En tout cas, ça m’avait permis de passer au travers des jours, des semaines et des mois les plus difficiles. Je puisais dans ma peine et j’en faisais de la colère, je remplaçais mes larmes par du sarcasme, j’avais arrêté de me prendre au sérieux, j’avais arrêté d’être trop gentil, j’avais appris à me défendre, à me méfier. C’était, selon-moi, pourquoi j’étais toujours debout. J’agissais comme tous les cons de Bodie, parce que c’était la seule manière de rester debout et soi-même. Valentina me montrait qu’il y avait pourtant un autre moyen, même s’il ne me semblait pas très efficace. Elle était en piteux état, mais peut-être que ce n’était qu’une phase, je ne saurais dire. Après tout, nous nous n’étions pas vus depuis très longtemps, je ne savais plus rien de sa vie, et je ne savais même pas si tout cela l’avait changé, comme ça m’avait changé moi. J’imaginais mal qu’elle puisse être toujours elle-même, la Valentina que je connaissais, c’était trop gros, trop importants, comme changements, et surtout, trop radicaux. Donc, peut-être que je ne la connaissais même plus en soi. En ce moment même, elle me donnait raison, mais j’espérais -quelque chose que je n’avais pas fait depuis longtemps- qu’il lui restait tout de même un peu de la femme que je connaissais, celle qui m’appelait à des heures pas possible et qui débarquait chez moi sans se soucier de ce que je suis en train de faire, celle qui me demandait toujours de choisir ses tenues et qui aimait beaucoup trop ce con qui me servait de cousin pour son propre bien.

Ça restait à voir. Pour l’instant, elle avait l’air d’être sur une toute autre planète, déblatérant sur un supposé vaccin contre le virus qui avait gâché notre vie à tous, des effets secondaires, des maux de tête et des vertiges. Je ne savais pas vraiment si j’avais à la prendre au sérieux, ça me paraissait très invraisemblable… S’il y avait une telle chose, pourquoi nous n’étions pas tous au courant ? Pourquoi tout n’était pas rentrer dans l’ordre ? Bon, il est vrai que les moyens de communications étaient assez limité aujourd’hui, et que même si on vaccinait tous les survivants, ça ne tuerais pas tous les marcheurs qui nous côtoyaient non plus, ça empêcherait seulement plus de personnes à les rejoindre, quoi que… Tu tombes sur une bonne horde de zombies et tu ne trouves pas d’échappatoire, et c’est finis pour toi, avec ou sans vaccin. Enfin, pour le moment, je ne pensais pas que la contredire nous mènerais quelque part, mais j’attendais tout de même qu’elle soit un petit peu plus lucide pour qu’on en rediscute. « Okay, okay, je vois… » répondis-je, pas très convaincu pour le moment. À mes yeux, ça n’avait rien d’une bonne justification, vu les risques qu’elle prenait, mais au moins, je me rendais compte qu’elle ne semblait pas suicidaire, ou dépressive, mais tout simplement désespéré. Avait-elle seulement quelqu’un sur qui compter ? Pas que nous en avions absolument besoin d’un, même qu’il était préférable d’être seul, à mon humble avis, mais en la voyant comme ça, j’hésitais. Nous n’avions pas tous besoin des mêmes choses, aussi. « Je suis désolé » que je lui dis ensuite lorsque je vois le regard qu’elle me jette, alors qu’elle apprend que je ne suis pas avec mon cousin. Cela dit, nous n’en restons là, et ça m’allait très bien comme ça. Je n’avais pas particulièrement envie d’en discuter plus que ça, et vu qu’elle n’insistait pas, je comprenais que c’était aussi son cas. Nous marchons donc jusqu’à ma cabane en silence ensuite, puis une fois arrivés, je la dirige jusqu’à mon lit et je lui propose de s’y asseoir, afin qu’elle ne tombe pas dès que j’ai le dos tourné. Me tirant de mon côté une vieille chaise, je la tourne à l’envers et m’y installe, posant mes avant-bras contre le dossier de celle-ci. « Depuis quelques jours seulement, peut-être une semaine… et oui, je suis avec quelqu’un. Une femme. Longue histoire » préfère-je abréger, me disant qu’elle ne s’en souviendra peut-être pas une fois avoir fait un petit somme. « Toi ? » que je ne peux pas m’empêcher de demander  en retour, même si elle ne me répondra peut-être pas grand-chose de concret.


CODE PAR MYERS

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1269

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Mar 5 Sep - 13:14


Thought I lost you forever
Valricksen

Finalement ils étaient arriver rapidement a la cabane de Fredricksen, et ce n’était pas plus mal. Elle le faisait souvent, mais ce n’était jamais très bon quand elle trainer dans le camp dans cet état là. Le brun avait vue juste en l’amenant plus ou moins dans un endroit en sécurité.  Elle regarda un instant autour d’elle, c’était exactement la même cabane que la sienne. C’était presque décevant, enfin dans le sens ou du coup il n’y avait aucune originalité. L’originalité, quelque chose que la colombienne aimait bien, elle trouvait ça bien de sortir du lot. Elle l’avait d’ailleurs toujours fait, elle était souvent l’original du coin. Pas dans le mauvais sens bien sur, c’était juste souvent celle qui pense pas pareil et agit pas pareil que tout le monde. Et ce depuis son enfance.  Elle le regarda un instant avant de comprendre qu’il l’invité à s’asseoir sur le lit. Tout dans son esprit commencer à s’embrouiller, ce qui n’était absolument pas bon signe du tout. C’était en général le moment où elle se permettait de dormir. Et après en se réveillant elle allait mieux, plus de mal de tête, plus de vertige, mais aussi plus qu’un vague souvenir de ce qui lui était arrivé pendant qu’elle n’était pas dans son état normale. Parfois c’était même simplement des rêves et pourtant elle avait l’impression de les avoir vécut pour de vrai. C’était toujours un peu déroutant au début, elle avait toujours besoin d’un instant pour remettre ses idées en ordre au réveiller. Et puis après tout aller bien, elle redevenait la Valentina d’origine.  Enfin, la Valentina d’origine était morte, elle avait bien changé depuis le début de tout cela, elle n’était plus vraiment celle qu’elle avait était avant. Et bientôt, Fred allait le voir. Elle s’installa sur le bord du lit, même si elle savait que bientôt son corps allait la faire sombrer dans le sommeille.  Et ca ne lui ferait que du bien. Elle lui posa une question, et même si elle essayait de se concentrer le plus possible pour écouter toute la réponse, elle n’en perçut que des brides, qui mit bout a bout ne voulait pas dire grand-chose. Elle passa une main sur son visage en soupirant doucement. «Désoler… Je crois qu’il faut que je dorme…» Dit elle en se laissant tomber en arrière sur le lit. Elle eu a peine fermer les yeux que déjà elle s’endormait.

E lle se réveilla en sursaut apres avoir dormie quelques heures. Elle ne saurait dire combien de temps elle avait dormie, elle avait perdu il y a bien longtemps la notion du temps.  Elle resta un instant allonger sur le lit, les yeux ouvert a fixé le mur face a elle, elle cherchait a remettre tout ce qui s’était passé avant en ordre. «Fred ?»Dit elle en se redressant d’un coup. Elle avait peur que ce ne soit qu’un rêve, une illusion de son sadique de subconscient. Même si c’était peu probable que ça le soit, sinon Fred aurait était avec Eric, et de ce qu’elle se souvenait, il lui avait dit qu’il n’était pas avec lui.  Elle fut soulager en le voyant, elle n’avait donc pas rêvée tout cela, elle l’avait bel et bien vécut. Ce fut un soulagement pour elle. Elle lui souri, même si elle avait un peu honte qu’il l’ai vue dans cet état. Elle aurait préférait qu’il ne la voit jamais comme cela. Elle fronçât un peu les sourcils en se souvenant de ce qu’il avait dit avant qu’elle s’endorme. «C’est qui cette femme ?» Dit-elle en souriant et en penchant un peu la tête. Elle le regardait avec tendresse, ravis qu’il soit là pour de vrai.  Maintenant elle était bien en état qu’il lui raconte tout. Et elle voulait absolument tout savoir de cette femme.  Elle oublia d’ailleurs totalement le fait qu’il lui avait retourné la question. Ca n’avait pas bien d’importance de toute façon, elle n’avait rien de palpitant à raconter. Alors que lui il devait tout lui dire sur cette fameuse femme avec qui il était arrivé.  
black pumpkin

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Mar 19 Sep - 18:40


THOUGHT I LOST YOU FOREVER
VALRICKSEN ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Val n’était plus vraiment là, je pouvais le voir à la façon dont elle était assise et à ses yeux qu’elle peinait visiblement à laisser ouverts. Je réponds tout de même à sa question, la lui retourne même, sachant que je n’aurais surement pas de réponse très concrète, voir pas de réponse tout court, mais ça avait peu d’importance, au moins elle était là et maintenant que je l’avais traîné jusqu’à ma cabane je pouvais garder un œil sur elle, c’était ce qui m’importait le plus. Je savais pertinemment qu’elle n’allait pas se volatiliser, mais dans l’état dans lequel elle était, ce serait inconscient de la laisser quelque part sans surveillance ; elle était vulnérable. Humain comme rôdeur pouvait très bien en profiter et comme je considérais cette femme comme étant de ma famille il en était, bien entendu, hors de question. Alors que je me lève et place de nouveau ma chaise à l’endroit où je l’avais initialement prise, je m’approche d’elle qui s’était déjà endormie profondément, et je soulève ses pieds pour les poser contre le matelas. Ce n’était pas le lit le plus confortable mais c’était désormais tout de même une position moins désagréable. Elle ne s’en rendait surement pas compte pour le moment, elle en avait même absolument rien à foutre, je m’en doutais bien, sauf qu’une fois qu’elle se réveillerait elle m’en sera reconnaissante. Je tire ensuite notre seule couverture et je la couvre, tout simplement par réflexe ; il ne faisait pas spécialement froid en ce moment. Je ne peux pas m’empêcher de l’observer un moment ensuite, fronçant les sourcils d’inquiétude. Je n’avais jamais vu Valentina se traîné autant dans la boue, elle avait toujours été une femme forte, une femme que j’admirais dans le temps même si j’avais toujours été trop timide pour exprimer ce genre de pensées ou tout simplement extérioriser ce que je pouvais ressentir pour les autres, ou à cause d’eux même parfois.

Ça avait donc quelque chose de perturbant, que nos rôles se soit autant inversés. Certes, ça n’avait été qu’une passe pour le moment et je n’avais aucune idée de comment elle allait agir une fois qu’elle aurait récupérer toute sa tête. J’avais souvent pris soins d’elle mais jamais vraiment de cette façon, je lui offrais mon aide comme je le pouvais dans le temps, je l’écoutais et je la conseillais, mais ce qu’elle exprimait surtout c’était de la colère, qui découlait peut-être de ses blessures et de sa tristesse, mais dans les faits elle ne dégageait absolument pas l’image d’une femme vulnérable et fragile, bien au contraire, alors que moi en revanche j’avais toujours été quelqu’un qui semblait moins sûr de lui, quelqu’un qu’on pouvait facilement piétiner. Je souffle finalement, posant une main contre ma hanche et laissant l’autre me glisser le long du visage. Après avoir lancé un dernier regard dans la direction de la jeune femme aux cheveux de jais, je retourne à mes choses, me disant qu’elle allait surement dormir un moment. C’est le cas, d’ailleurs, puisqu’elle n’ouvre pas les yeux à nouveau avant quelques heures, ce qui m’avait finalement donné le temps de m’ennuyer un peu ; il n’y avait pas non plus des centaines de choses à faire entre ces quatre murs pourris. « Hey… Comment tu te sens ? » dis-je en m’approchant d’elle, un verre d’eau à la main, alors qu’elle venait de prononcer mon prénom. Cette voix douce et suant l’empathie que je n’utilisais plus du tout, bien qu’elle sortait d’entre mes lèvres, sonnait comme ne m’appartenant pas, mais je me retiens de grimacer sous ce désagréable effet. Heureusement, elle réussit à me faire sourire en coin lorsque parmi toutes les choses qu’elle aurait pu me dire ou me demander, elle me parle de la femme dont je lui avais parlé et avec qui j’étais arrivé au camp ; je reconnaissais bien Valentina. « Tu penses pouvoir t’échapper de longues explications avec si peu ? » que je réponds en haussant un sourcil. En même temps, je n’avais pas vraiment envie de parler d’Ellyn, puis d’un autre côté ce n’était pas du tout le moment ; nous avions des choses beaucoup plus importantes à régler avant d’en arriver là.


CODE PAR MYERS

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1269

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Mer 27 Sep - 21:46


Thought I lost you forever
Valricksen

Elle s’était endormie dans une position finalement pas très confortable, même si en faite elle s’en était a peine rendue compte a cause de l’effet de la drogue sur son organisme. Et en se réveillant après quelques heures de sommeil profond et sans rêve, elle remarqua rapidement qu’elle était bien allonger sur le lit et même couverte. Surement que Fred y  était pour quelque chose.  Il avait toujours était comme cela, bienveillant, attentif aux autres. Elle était loin de se douter qu’il avait changé, mais ça c’était car ils ne s’étaient pas revue depuis ce qui pourrait semblait être une éternité. Il avait eu le temps d’en vivre des choses pendant tout ce temps.  D’en perdre des espoirs, des gens à qui il tenait… Il avait eu le temps de changer.  Tout comme elle, elle avait eu le temps de changer. Il avait vue un de ces changements, enfin, un de ses états second plutôt.  Il verrait vite qu’elle était encore plus forte qu’elle ne l’était avant. Qu’elle avait encore moins de filtre et qu’elle avait encore et toujours peur de rien. Elle se redressa doucement quand elle le vit et lui souri en prenant le verre d’eau qu’il lui tendait.   «Vaseuse, mais j’ai l’habitude. »  Comme d’habitude elle avait l’impression qu’elle se réveiller d’une courte nuit après une grosse soirée.  Le genre de soirée qu’elle avait fait parfois avec Eric et dont ils n’avaient le lendemain que des vagues souvenir.  Sauf que là, ce n’était pas un lendemain de soirée, c’était un lendemain de jour « normal » pour Valentina depuis qu’elle s’était fait vacciner.  Après avoir but un peu d’eau elle rendit le verre au brun et s’étira un peu. «Désoler que tu ais vue ça.»Dit elle ensuite en le regardant a nouveau avec un petit sourire un peu gêner.

Elle changea ensuite très rapidement de sujet.  Elle n’avait pas vraiment envie de devoir s’expliquer a nouveau, même si c’était presque sur qu’il n’avait pas prit ses explication de tout a l’heure au sérieux. Elle ne pouvait pas lui en vouloir après tout, il l’avait trouvé complètement défoncer. C’était plutôt dur de prendre un drogué au sérieux quand il est en plein trippe.  Elle fit un grand sourire a la question du cousin de son mari.  «Oui ?» Dit elle toujours en souriant au brun. Elle savait parfaitement que ca ne marchait pas, mais au moins qu’elle aurait essayée, bien qu’elle n’allait certainement pas se laisser abattre comme cela. Elle saurait bientôt tout de cette femme, même si elle devait tirer les verres du nez de  celui qu’elle voyait un peu comme un beau frère.  Elle pencha un peu la tête sans rien perdre de son sourire. «On fait un marché. J’t’explique pourquoi tu m’a trouvé dans cet état, et toi tu me raconte tout sur cette femme.» Elle se redressa un peu  et bailla doucement en mettant bien sur sa main devant sa bouche. «Je suis pas une toxico. La cocaïne ça m’aide juste a lutter contre mes maux de tête et vertiges. Maux de tête et vertige que j’ai a cause des effets secondaire de leurs vaccin pourri qui marche p’t’être même pas. » Et surtout, elle ne  tenait pas trop a savoir s’il marchait ou non.  Pour le savoir elle devrait se faire mordre et mourir, et ce n’était pour l’heure absolument pas dans ses plans.  Voila, maintenant qu’il avait eu ces explications, en espérant qu’il s’en contente, de toute façon elle n’avait pas mieux a lui fournir, c’était a lui de s’expliquer.  «Aller explique maintenant. Elle s’appelle comment ? Tu l’as rencontré où  et comment ?  » Dit elle en le regardant impatiente de tout savoir. On aurait presque put penser a une ado qui questionne son frère sur sa nouvelle petite amie.  Même si cela lui faisait bizarre de faire cela a Fred alors qu’elle avait connue la personne que l’homme avait éperdument aimée.  Valentina elle-même s’était toujours bien entendu avec elle, elle l’avait toujours apprécié et même un peu admiré. Enfin, elle se disait que c’était peut-être aussi bien que Fred passe a autre chose, aille de l’avant.
black pumpkin

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Mar 17 Oct - 19:45


THOUGHT I LOST YOU FOREVER
VALRICKSEN ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Je m’inquiétais beaucoup pour Val, même si elle semblait prendre cette situation à la légère, ce que je ne pouvais pas vraiment comprendre, mais en même temps, si on remontait dans le temps, elle avait toujours été plutôt compliquée. J’avais toujours eu du mal à la suivre. C’est surement normal, puisqu’elle avait cette énergie époustouflante que je n’avais absolument pas de mon côté. J’étais calme, silencieux, et je ne prenais pas beaucoup de place, tout le contraire de Valentina, finalement. C’était surement bien difficile à croire qu’on ait pu si bien s’entendre malgré nos personnalités diamétralement opposés, mais ça avait bien été le cas, même qu’elle était l’une de mes seules amies dans le temps. Enfin, je n’en avais pas plus aujourd’hui, mais rare était les survivants qui se promenaient encore avec une bande de pote. Du moins, c’est ce que je croyais, puisque je pensais que c’était plus que stupide et que, malgré ma quasi-inexistante foi en l’humanité, je me disais que l’humain n’était tout de même pas stupide à ce point, mais bon. Je suis content de voir qu’elle a l’air tout de même en forme, alors qu’elle prend le verre d’eau que je lui tends. « T’excuses pas, je suis content d’être celui sur lequel t’es tombé. » Je n’imaginais même pas les pensées et envies tordues qui auraient pu traverser l’esprit de la moitié des gens qui habitaient à Bodie, s’ils l’avaient croisé dans cet état. Moi qui essaye de passer plus ou moins inaperçu, qui ne cherche pas les problèmes, ça aurait été bien dur de rester calme si j’avais appris que l’un d’entre eux lui avait fait quoi que ce soit. J’avais toujours été protecteur, mais trop coincé pour agir, alors que ce n’était plus du tout le cas et surement que la colombienne s’en rendra compte très prochainement.

Quel soulagement, quand même, de voir qu’elle n’avait pas tant changé que cela non plus, je reconnaissais ce petit sourire et cet air joueur, que je n'aurais surtout pas voulu qu’elle ait perdu en cours de route, durant ces dernières années. Je ne lui en aurais pas voulu, puisque moi-même je n’étais pas le même, pas du tout, sauf que ça restait réconfortant. Elle était celle qui me ramenait le plus en arrière, qui me rappelait le plus ce que c’était la vie avant, un sentiment que je n’avais pas ressentis depuis qu’Analyss m’avait quitté. Je secoue ensuite de la tête, puis j’installe à nouveau ma chaise près du lit, m’asseyant à l’envers et m’accotant contre le dossier de celle-ci, signe que j’acceptais son marché, même si je n’avais pas du tout envie de lui raconter ce que je faisais ici avec une autre femme. Sauf que si c’était le seul moyen pour qu’elle parle… et si elle était toujours aussi têtue qu’avant, je n’avais pas d’autres choix. En tout cas, je ne m’attendais pas du tout à ce qu’elle me parle à nouveau de ce fameux vaccin. Alors elle ne divaguait pas, tout à l’heure ? Je fronce les sourcils. « Mais quel vaccin ? » Elle parlait comme si j’étais sensé être au courant alors qu’absolument pas, je n’en avais jamais encore entendu parler et j’étais toujours un peu septique, ça me paraissait bien loufoque comme idée. Qui avait le temps de mettre au point un vaccin de nos jours ?

Je change radicalement de position et d’attitude alors que je me rends compte que c’est à mon tour de parler. J’avais l’impression que de gros projecteurs étaient rivés sur moi, et que je devais parler devant une salle remplie de centaines de personne ; ce n’était jamais moi qui parlait, moi j’écoutais, oui encore aujourd’hui. Même que j’avais encore un peu plus perdu mes mots. « Elle s’appelle Ellyn, et je l’ai rencontré y’a un bout de temps maintenant... » Quand on y pensait, ça faisait vraiment longtemps. « Elle faisait partie d’un groupe dans lequel je voulais seulement passé, j’avais besoin de vivres et ils en avaient beaucoup, je voulais en profiter. Bref. Le bâtard avec qui elle était là-bas était violent avec elle et j'ai voulu l'aider à partir de ce trou. Il l’a su, on s’est battu et il est mort. On m’a jeté dehors, donc, mais ce n’était pas plus mal comme ça. Quelle bande de tarés quand même. Bizarrement, elle m’a suivi et après j’ai plus été capable de me débarrasser d’elle. » J’essayais d’expliquer beaucoup de choses rapidement, afin qu’on passe à autre chose. Je me doutais que ma façon de m’exprimer était surement très différente. Je parlais fort et avec assurance, d’une façon crue aussi et froide. Ça ne me ressemblait pas, du moins, pas au Fredricksen qu’elle connaissait, qui parlait toujours trop bas, qui était toujours trop incertain, et qui n’aurait jamais fait quoi que ce soit pour aider cette femme même si ce n’était pas l’envie qui manquait, seulement le courage, et qui n’aurait pas fait de mal à une mouche.


CODE PAR MYERS

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1269

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Ven 20 Oct - 20:33


Thought I lost you forever
Valricksen

Elle s’était   bien sur attendu a ce qu’il n’ai pas entendu parler de ce maudit vaccin qui l’avait rendit tellement faible par moment qu’elle en était réduite a devoir se droguer pour lutter contre cela. Enfin heureusement que ce n’était pas tout les jours qu’elle avait ces maudit vertiges et maux de tête, comme cela elle n’était pas devenue accroc a la cocaïne. En plus elle n’ne prenait que des petites dose, donc c’était a effet très court, enfin plus ou moins. Elle était quand même contente d’être tombée sur lui, elle  essayait quand même de rester dans sa cabane quand elle prenait son « médicament » car elle n’avait pas vraiment envie de faire une mauvaise rencontre pendant qu’elle était défoncée. Elle n’avait pas vraiment envie qu’il lui arrive une bricole. «Le vaccin que le groupe qui se fait appeler « les sauveurs » on mit au point. C’est bien que tu n’en aies pas entendu parler, faut surtout pas le faire. Regarde a quoi j’en suis réduite a cause de lui. » Elle essayerai surement de le dissuader de le faire si un jour il voulait le faire. Elle était le meilleur exemple pour montrer que ce n’était pas du tout au point. Elle regretter de s’être laisser convaincre de se faire injecter ce truc dans l’organisme. Enfin, elle n’allait pas raconter sa vie à Fred. Si avant elle l’avait souvent fait, peut-être même parfois trop, maintenant elle ne parlait plus vraiment d’elle, elle s’était bien plus renfermer sur elle-même qu’avant. C’était un des points sur lequel elle avait changeait a cause de tout cela, et surement qu’il allait vite le remarquer.  Mais sans cela, elle n’avait surement pas tant changé que cela, elle était toujours aussi énergique et  joueuse qu’avant.  

Comme ils avaient passaient un marché, et que Fredricksen savait surement qu’elle ne le lâcherait pas s’il n’honorer pas leurs marché. Il avait déjà vécut cela, il avait déjà vue qu’elle pouvait être affreusement têtu, comme toutes les femmes de sa famille en faite. Et elle était aussi patiente, elle était capable d’attendre des heures avant d’avoir ce qu’elle voulait, peut importe le temps qu’elle devait attendre, elle finissait toujours par obtenir ce qu’elle voulait.  Ou presque. Enfin pour le coup, elle eu les réponses a ses questions sur la mystérieuse femme qui accompagnait le cousin de son époux.  Elle souri en entendant l’histoire de leurs rencontres. Elle posa une main sur l’épaule de l’homme. «Tu es toujours un mec bien a ce que je vois.»Dit elle contente que sur ce point il n’avait pas changé. Elle savait que cet homme qu’elle avait en face d’elle était un homme bien, quelqu’un qui  était timide mais qui avait bon fond. Il avait en lui une profonde gentillesse. Enfin peut-être qu’elle l’idéalisé trop, mais elle voulait continuer a croire qu’il était vraiment un homme bien, comme elle se l’imaginait. En tout cas, il avait toujours était là pour elle, et elle l’aimait d’autant plus pour cela.«Mais je suis contente de voir que maintenant tu ose les choses. » Dans le temps, elle l’avait souvent poussé a essayer de s’imposer plus, de s’ouvrir et oser faire et dire ce qu’il avait envie. Et maintenant elle était contente de voir que l’apocalypse l’avait fait changeait sur ce point. C’était horrible de dire cela, mais finalement cet apocalypse était une bonne chose sur certain point.  
black pumpkin

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Lun 8 Jan - 19:26


THOUGHT I LOST YOU FOREVER
VALRICKSEN ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Toute cette histoire me paraissait toujours un peu invraisemblable, et si ce n’était pas Valentina, si je ne la connaissais pas si bien, je ne penserais même pas à y croire une seule seconde, mais je savais que je pouvais faire confiance à la brune, je savais qu’elle n’avait absolument aucune raison de me mentir à ce sujet. De toute façon, elle n’avait jamais été une menteuse, et si elle avait voulu me raconter des balivernes afin de justifier ses actes, elle n’aurait certainement pas inventé une histoire pareille, trop difficile à croire. Elle est plus futée que cela. Peut-être que c’était stupide d’avoir toujours confiance en elle, puisque beaucoup de gens avaient tellement changé depuis toute cette merde qu’ils étaient méconnaissables, pourraient tuer de sang-froid les gens qu’ils connaissaient, qu’ils appréciaient, étaient aujourd’hui des monstres et de la pire espèce, beaucoup plus dangereux que les rôdeurs. C’était eux les vrais ennemis. Normalement, je me méfiais de tous les autres survivants, de tout le monde à part moi-même finalement, parce que c’était tout simplement beaucoup plus prudent -et simple- comme ça, sauf que je ne pouvais pas, même si j’aurais voulu, appliquer cette même règle, qui m’a surement sauvé la vie plus d’une fois, à Valentina. Elle n’avait pas été qu’une simple connaissance dans le passé, ou une simple amie, elle était ma famille et je la connaissais très bien. Beaucoup trop pour qu’elle soit aujourd’hui une inconnue à mes yeux, même si, forcément, l’apocalypse doit avoir laisser ses traces sur elle tout comme sur moi. « T’en fait pas, avec tout ce que tu me dis, si l’envie aurait pu être là, même rien qu’un peu, c’est mort. » Il était hors de question que je m’injecte un tel vaccin, surement à base de boîte de conserve -sinon quoi ?- et qui l’avais mise dans cet état. « Mais, c’est censé être pour quoi, ou juste ? » Ça c’était la question. Nous débarrasser du virus qu’on a tous en nous ? C’est des foutus conneries oui…

En retour de ses explications, je lui avais donné les miennes. Ses questions étaient tout de même légitimes. Je me mettais à sa place. Comment elle aurait pu seulement imaginer me retrouver dans un tel camp, moi, Fredricksen, et qui plus est, avec une femme. J’avais de la difficulté à seulement leur adresser la parole avant tout ça… À adresser la parole à qui que ce soit, en fait. En tout cas, je ne m’attendais pas à ce qu’elle réagisse de cette manière, je pensais qu’elle me dirait autre chose, qu'elle ferrait un commentaire sur tout sauf ça. « Si je suis un homme bien, je ne sais plus, mais je suis un homme vivant, c’est déjà ça. » Tout comme elle, tout comme tout le monde, j’avais fait ce que j’avais à faire pour être toujours là aujourd’hui, et certaines choses étaient bien mauvaises… Avant, je n’en faisais pas tout un plat, comme seul moi-même avait à gérer les cauchemars et les remords, mais avec l’arrivée de Valentina, cela changeait. Son regard sur moi pourrait facilement s’assombrir et c’était bien la dernière chose que je voulais, ce qu’elle pensait comptait pour moi. Je détourne donc le regard, un peu nerveux, et me gratte le derrière de la tête. « Il le fallait bien. T’imagines l’empoté que j’étais toujours en vie toi ? » Je pensais sincèrement que dans la tête de toutes les personnes que je connaissais avant, j’étais bien celui sur lequel on disait tous : il y est certainement passé en premier celui-là ! Je ne pouvais même pas leur en vouloir, puisque je pensais exactement la même chose. C’était triste mais c’était comme ça.


CODE PAR MYERS

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1269

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Dim 21 Jan - 14:48


Thought I lost you forever
Valricksen

Elle avait donner les explications qu’il avait attendu, elle l’avait aussi mit en garde contre le vaccin. Parce que depuis qu’il avait était injecter dans le corps de la brune, elle était victime d’horrible maux de tête, a s’en tapé la tête contre les murs pour que son crâne explose et qu’ainsi elle n’ait plus jamais mal, mais aussi d’important vertige. Parfois elle marchait, et tout d’un coup, elle avait l’impression d’être haut, très haut, et le vide qu’elle ressentait, alors qu’il n’y en avait aucun, l’appelait.  Elle se souvint même être tombée dans les bras d’un des membres du groupe des sauveurs quand elle était sortie de la tente d’injection pour partir. Elle lui avait donc plus ou moins déconseillé de le faire, pour ne pas qu’il se retrouve lui aussi avec d’important effet secondaire, et comme elle, être obliger de prendre des substances illicite pour faire passer tout cela.  Elle n’en était pas fière, elle aurait préférée s’en passer, avant, elle n’était pas le genre de fille qui boit trop ou se drogue, au contraire elle buvait très très peu et jusqu'à maintenant n’avait jamais touché a la drogue, pas même a la cigarette. Alors elle comprenait un peu que  son ami soit surpris de savoir qu’elle prenait de la drogue. Même s’il y avait une explication a cela. Elle ne fut pas surprise de la question du brun. C’est vrai qu’elle n’avait pas expliqué a quoi servait le vaccin, elle lui avait juste révélé son existence et lui avait donné tout sauf envie de le faire, ce qui était parfait d’ailleurs. Elle le regarda et haussa les épaules.   «Normale, si il marche vraiment, si je me fais mordre ou que je meurs, je ne devrait pas me relever… Mais j’ai pas trop envie de savoir s’il marche.» Dit-elle en riant un peu à la fin de sa phrase. Elle devait lui montrer qu’elle n’avait pas tant changé que cela, qu’elle était toujours la fille plein de joie et energie qu’il avait connue. Elle ne voulait pas qu’il voit les changements que l’apocalypse avait fait en elle, elle ne voulait pas qu’il change son avis sur elle.


Une fois sa part du marché rempli, ce fut au tour de Fred de lui donner des explications. Et bien sur, la colombienne ne se priva pas de donner son avis sur la chose.  De toute façon il savait pertinemment qu’elle allait le faire, il la connaissait tellement bien.  Elle lui souri doucement et le poussa amicalement par l’épaule.«Oui, t’es un mec vivant mais aussi un mec bien. L’un empêche pas l’autre.»Elle lui souri, elle n’aimait pas qu’il doute de lui. Elle se doutait qu’il avait surement fait quelques petites choses pas très bonne, elle savait que pour survivre parfois il fallait en passer par là, elle n’était pas naïve a ce point, mais elle aimait se dire que Fred restait quand même celui qu’elle avait connue, même si ce n’était que dans le fond.  «J’aimais bien celui que tu était avant. Peut-être que tu étais timide et renfermer, que tu n’osais pas les choses, mais tu as toujours gagné a être connue. Vraiment je suis sincère.» Dit-elle en le regardant droit dans les yeux, sans se défaire de son grand sourire.  Parfois, quand elle parlait avec Fred dans sa vie d’avant, elle se demander pourquoi elle n’avait pas trouvé un homme comme lui, pourquoi elle avait préféré un homme comme Eric. Un homme plus sombre et plus dangereux. Surement parce que justement il était plus sombre et dangereux et que cela avait un coté excitant. Mais elle savait aussi que si elle avait trouvé un homme comme Fred, elle aurait surement vécut différemment et aurait moins connue de peine de cœur.  Mais c’était avant, maintenant elle ne se poser plus vraiment ce genre de question, elle en était a savoir comment elle survivrait le lendemain.
black pumpkin

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Jeu 8 Mar - 23:07


THOUGHT I LOST YOU FOREVER
VALRICKSEN ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





C’était tout de même normal que je me questionne un minimum sur ce fameux vaccin. Si ce n’était pas Valentina qui m’en aurait parlé, je n’aurais jamais cru à cette histoire, mais maintenant il le fallait bien. Alors je lui pose quelques questions à ce sujet. Si elle l’avait fait, c’était surement parce qu’elle y croyait, au début. Moi je ne savais pas si j’aurais été capable d’avoir confiance en qui ou quoi que ce soit. Dans tous les cas, je pensais sincèrement que je n’aurais jamais fait ce vaccin. Je ne pensais pas pour autant que la brune était stupide pour avoir fait un choix différent. Visiblement, c’était une erreur, mais elle ne pouvait pas savoir, et qui sait, peut-être que du bon aurait pu en ressortir finalement. Peut-être qu’un jour, ça sauvera la vie de quelqu’un, ou même de plusieurs personnes, si il marche vraiment, mais tout comme elle, je n’avais pas vraiment envie de le savoir, en tout cas, pas grâce à elle. Alors qu’elle m’explique à quoi il sert exactement, je comprends un peu mieux sa décision. C’était tout de même rassurant de se dire qu’on allait jamais devenir un rôdeur, on allait mourir un jour, certes, mais pas pour se relever ensuite et perpétuer la mort autour de nous. Elle avait pensé aux autres, en faisant cela, aussi un peu à elle, mais moi je décidais d’être plus égoïste. Je n’avais pas la certitude que je pourrais, le moment venu, me tirer une balle dans la tête, ou demander à quelqu’un de le faire pour moi, alors il y avait des chances que je finisse comme ceux que je combattais tous les jours, mais je préférais ne faire confiance qu’à moi-même. « J’espère que c’est pas des conneries, comme ça au moins t’auras pas fait tout ça pour rien… » Malheureusement, ça, il n’y avait aucun moyen qu’elle le sache un jour avec certitude, mais en même temps, c’était peut-être mieux comme ça…

Après tout ce temps, elle avait toujours confiance en moi, elle me le montrait, elle me le disait aussi, alors que même moi, je n’avais pas autant foi en la personne que j’étais devenu. Souvent, je me questionnais à ce sujet, mais à force de me poser trop de questions, je finissais par me perdre dans mes réflexions et je me sentais bien mal, puisqu’au final je me rendais compte que ça ne servait pas à grand-chose ; je ne pouvais pas répondre à toutes ces questions, même si j’essayais vraiment, même si j’essayais fort, je ne pouvais tout simplement pas. « Je sais plus » lui avoue-je alors, en toute honnêteté. Comment arrivait-elle à faire ça ? Aussi facilement qu’un livre je m’ouvrais, comme je ne l’avais plus fait depuis des années, et je n’avais même pas réagis lorsqu’elle avait posé sa main contre mon épaule, trop confortable et à l’aise avec elle, alors qu’à chaque fois que quelqu’un s’était lancé dans cette direction, j’en avais toujours frémis de dégoût. Cela dit, elle me met ensuite un peu mal à l’aise, avec ces compliments. J’avais beaucoup changé, surtout puisque je m’étais adapté à ce nouveau monde, mais comme Valentina me venait pas de ce monde, tout remontait facilement à la surface, et je me retrouvais les joues rouges de gêne… Je ne me voyais pas vraiment lui répondre quoi que ce soit, et un simple merci, c’était encore plus con. Je me racle donc un peu la gorge, peut-être que j’espérais que cela ferrait passer la gêne, mais c’est surtout pour gagner un peu de temps. « Pas vraiment, non... J'ai toujours été doué pour écouter les autres, mais je ne pense pas avoir apporter quoi que ce soit d'autre à personne. T'étais beaucoup plus inspirante, t'avais plus d'ambition. T'étais quelqu'un. » Moi, j’avais toujours été qu’un fantôme, ou alors l’ombre de quelqu’un d’autre. La seule chose que j’avais vraiment faite par moi-même c’était ce garage avec ma sœur, c’était la seule chose qui prouvait que j’étais quelqu’un, et pas qu’une enveloppe vide. J’en avais toujours été très fier et souvent, ça me manquait beaucoup, tout ça…


CODE PAR MYERS

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1269

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Dim 18 Mar - 14:34


Thought I lost you forever
Valricksen

Elle se souvint de la fois où elle était arrivée chez les sauveurs. Elle se souvenait très bien comment ils l’avaient convaincue de  se faire injecter ce vaccin encore en cour d’élaboration. Elle avait était naïve, impulsive, elle s’était laisser bercer par des belles paroles et aujourd’hui elle en payer le prix. Et bien sur, il va de soit qu’elle le regretter avec amertume Elle aurait du prendre le temps d’y réfléchir, prendre du recule sur cette histoire. Demander aussi des preuves, des preuves concrète que le vaccin marchait et aller aider les gens. Mais elle n’avait rien fait de tout cela, au contraire, elle avait fait du grand Valentina et avait agis sans réfléchir.  Mais même si elle s’en voulait toujours, elle se disait toujours que ca ne servait a rien de se blâmé, ce qui était fait était fait, elle ne pouvait plus revenir en arrière. Maintenant elle n’avait plus qu’a composé avec ce truc qui s’était mélanger a son sang et qui faisait parfois des sienne. Elle devait vivre avec et arrêter de se dire «  Et si j’avais fait un autre choix ».  Elle le regarda avec tendresse quand il lui dit qu’il espérait que ce n’était pas une connerie pour qu’elle n’ait pas fait tout cela pour rien.  «Ouais… J’espère aussi… Mais bon, j’ai pas non plus hâte de voir si il marche ce fichu vaccins.  Je le saurais pas vraiment de toute façon.» Elle rit. Elle savait bien qu’elle devrait y passer un jour ou l’autre. Comme tout le monde, elle avait était poussière et elle redeviendrait poussière. Mais son heure ne semblait encore pas venue, elle avait encore quelques jours, mois ou années de survie devant elle.

Un sourire se posa  sur les lèvres de la brune. Elle avait toujours eu beaucoup d’affection pour cet homme, et en aurait surement toujours. Parfois Eric avait était jaloux parce qu’elle parlait beaucoup a Fred, parce qu’elle avait toujours chercher a être proche de lui. Peut-être qu’elle n’aurait pas du, peut-être qu’elle aurait juste du se contenter de simplement discuté simplement avec lui, pour pas qu’Eric soit jaloux de son cousin. Mais elle n’avait pas put. De toute façon on peu pas lutter contre les forces de l’amitié, c’est comme celles de l’amour, on peu les repousser un temps, mais elles sont toujours plus forte que le reste. «Alors fit toi a moi, j’en suis convaincue. » Elle lui fit un petit clin d’œil complice. Et enchaina sur des compliments. Ca façon de dire  a ce jeune homme tout le bien qu’elle pouvait penser de lui. Et elle en pensait vraiment beaucoup.  Elle rit un peu quand il la contredit et lui dit qu’elle avait était quelqu’un. Pas qu’elle se moquer de lui, non, au contraire ce qu’il lui disait était vraiment touchant et cela lui faisait plaisir, mais… Elle n’était pas vraiment sur de ce qu’il avancer.«Ouais, c’est vrai que j’était plutôt fabuleuse.»Dit elle en souriant amuser, se la pétant pour de faux. Elle secoua doucement la tête ensuite.  «C’est gentil ce que tu dis là, mais… J’ai pas aider grand monde tu sais, a part peut-être une bande de p’tit gros a reprendre confiance en eux. Je n’étais pas, et je ne suis toujours pas si fantastique que ca… Je pense que… C’est mieux d’être douer pour écouté, tu as écouté surement un tas de gens. Et ca, ca aider, de vider son sac et pas être juger. »  Elle alla lui embrasser doucement la joue. Signe ultime de l’affection qu’elle lui porter. «Je suis contente qu’on se soit retrouver.»Dit elle une fois que son visage fut plus loin de celui du brun. Elle lui fit encore un sourire. Elle était bien, elle était en train de retomber de son bad tripe et surtout, elle était heureuse d’avoir retrouvé un membre de sa famille.  Ou du moins, quelqu’un qu’elle voyait comme tel.
black pumpkin

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen Sam 30 Juin - 19:17

Rp abandonné. I love you

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: {FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen

Revenir en haut Aller en bas

{FLASHBACK} Thought I lost you forever | Valricksen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-