No one's gonna take me alive | Swick & Swick
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En mai 2018, le forum a CINQ ANS ET DEMI.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

No one's gonna take me alive | Swick & Swick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

I SEE OPPORTUNITIES
avatar



× A propos du vaccin : :
Toujours pas vacciné, parce que tomber malade ne m'intéressait pas du tout. Je n'en aurai plus l'occasion désormais.

× Âge du perso : :
31 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, fuyant le camp des Sauveurs

× Avant, j'étais : :
Guitariste dans un groupe indie rock

× Messages : :
148

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
Lux Aeterna

× Avatar : :
Miguel Ángel Silvestre

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Oli ?

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: No one's gonna take me alive | Swick & Swick Dim 10 Sep - 18:00

No one’s gonna take me aliveJuste avant d’aller se coucher, Oliver a succombé à une rage de sucre et à dévoré tous les petits gâteaux dans la salle d’attente pour le vaccin. Peut-être en a-t-il trop mangé, peut-être étaient-ils périmés, peu importe. Le résultat est un rêve étrange dont Oliver a bien hâte de se réveiller…L’horloge de l’hôtel de ville sonne les douze coups de midi, annonçant que les hostilités peuvent officiellement commencer. La journée est chaude et sèche. Malgré mon chapeau qui me protège des rayons du soleil aride, une goutte de sueur descend tout le long de ma tempe jusqu’à la ligne de ma mâchoire. Mon frère et moi sommes face à face dans la rue principale d’un village du far west, les mains près de nos pistolets, mais aucun de nous n’ose encore dégainer. Les habitants sont tous collés aux fenêtres, prêts à assister au duel du siècle entre ces deux frères ennemis.  Oprah est dans le saloon et se prépare à interviewer le vainqueur, Miguel Ángel Silvestre fume un cigare dans le salon de barbier, le visage encore barbouillé de crème, et Lana Del Rey est au balcon d’un édifice, munie de jumelles d’opéra pour mieux voir la scène. « Alors cowboy, tu es sûr que tu ne veux pas abandonner ? » Mon frère a le choix : ou il meurt sur la terre poussiéreuse et brûlante de cette bourgade, ou il peut s’enfuir la queue entre les jambes et vivre avec la honte jusqu’à la fin de ses jours. C’est aujourd’hui que je me vengerai de tout ce que Charlie m’a fait subir. Tous les clichés d’un western spaghetti sont présents, puisque derrière mon frère, un virevoltant (ces étranges boules de foins) défile vers l’horizon.

Le silence tendu est rompu par une série de grognements immondes. Tournant la tête vers une allée entre le magasin général et l’hôtel de ville, j’aperçois une horde de morts dépenaillés qui avancent dans notre direction, certains en état de décomposition avancé, d’autres qui semblent morts uniquement la veille. Des zombies. D’abord éberlué par cette vision de cauchemar, je me ressaisi en entendant les hurlements de Mlle Del Rey, qui court se cacher à l’intérieur. Le sheriff et ses acolytes, qui nous avaient laissé le champ libre pour mener à bien notre vendetta personnelle, s’approchent de nous, armes à la main, pour faire face à la menace. Je me tourne vers mon frère et lui annonce : « Je crains qu’il va nous falloir remettre ce duel à une autre fois… » J’agrippe le bord de mon chapeau de cowboy pour sceller l’armistice et je me prépare à affronter les rôdeurs qui osent entraver notre duel. Je vise avec mon pistolet à six coups… et tire une fusée dans la bouche du zombie le plus près. Sa tête explose dans une gerbe de feux d’artifice, traitement que je réservais à Charlie. « Ahah ! Prends ça ! » Je tire sur le cadavre suivant et des tourbillons d’étincelles dorées lui sortent par les deux oreilles avant qu’il ne s’effondre au sol. Je jette ensuite un regard à mon frère, évaluant comment la situation se porte de son côté.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: No one's gonna take me alive | Swick & Swick Dim 10 Sep - 21:11

no one's gonna take me aliveMon stetson sur la tête, une cigarette en bouche et mon Colt navy accroché à ma ceinture que je m’apprêtais à décrocher, rien ne pouvais m’arrêter. Sauf peut être mon imbécile de frère qui se targuait de pouvoir me tuer. C’était pas mon premier duel. Donc conséquemment, j’avais gagné tous mes duels. Mes éperons tintèrent alors que je tapais du bout de ma botte sur le sol terreux et sec de la ville. Oliver me nargua en me demandant si je ne préférais pas abandonner et un coin de ma bouche se releva en demi-sourire. Il avait du culot, je ne pouvais pas lui enlever. « Plutôt mourir. » Que je lui répondais alors que la fumée s’échappait de ma bouche. Et c’était justement le cas. Soit je mourrais, soit je vivrais et tuerais mon frère. Un fratricide dans les deux cas. Nous sommes entourés d’une foule assez hétéroclite. Des vedettes de cinéma, des chanteuses, bref tous ces gens que j’avais cru mort après l’épidémie. Mais en fait, je ne croyais pas qu’ils avaient assez de cervelle pour que les zombies s’intéressent à eux. J’avais la gorge sèche. Le climat était extrêmement sec et j’avais la peau du visage qui fendillait à quelques endroits. J’crois tout de même que je fais un cool cow-boy quand même. « TUE LE OSCAR ISAAC ! » Que j’entends hurler depuis un balcon. Je ne détourne pas les yeux de mon opposant mais prend le temps de répondre à ce stupide encouragement. « Non mais ferme ta gueule ! » Et c’est qui ce Oscar Isaac ?

Pas le temps de m’interroger plus sur le sujet. Une horde de rôdeurs est en chemin. Des morts-vivants du far west. La cigarette toujours coincé entre les lèvres, je m’empare de mon pistolet et m’apprête à viser les morts. Mon frère prend place à mes côtés et dis tout haut ce que je pense tout bas. « Malheureusement, tu t’en sors encore… » Que je réponds en lui lançant un regard de sous mon chapeau noir. Alors qu’Oliver s’en prend à la horde à coup de fusée, moi je fonce en direction de ma monture que j’ai laissé devant le saloon tout à l’heure. Je m’assois bien confortablement sur la selle et prend le grand galop en direction des rôdeurs. Je m’empare du lasso accroché à la selle et m’en sers pour attraper un zombie au cou pour ensuite lui tirer une balle entre les deux yeux. Je me fais un chemin dans la horde à l’aide de mon pistolet, de mon lasso et de mon cheval qui piétine à mort les cadavres que je n’ai pas réussis à tuer moi-même. Tout cela sans faire tomber la cigarette que je tiens bien fermement entre mes dents.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

I SEE OPPORTUNITIES
avatar



× A propos du vaccin : :
Toujours pas vacciné, parce que tomber malade ne m'intéressait pas du tout. Je n'en aurai plus l'occasion désormais.

× Âge du perso : :
31 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, fuyant le camp des Sauveurs

× Avant, j'étais : :
Guitariste dans un groupe indie rock

× Messages : :
148

× Points de vie : :
5

× Copyright : :
Lux Aeterna

× Avatar : :
Miguel Ángel Silvestre

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Oli ?

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: No one's gonna take me alive | Swick & Swick Lun 11 Sep - 23:47

No one’s gonna take me aliveJuste avant d’aller se coucher, Oliver a succombé à une rage de sucre et à dévoré tous les petits gâteaux dans la salle d’attente pour le vaccin. Peut-être en a-t-il trop mangé, peut-être étaient-ils périmés, peu importe. Le résultat est un rêve étrange dont Oliver a bien hâte de se réveiller…Tandis que je trucide les zombies à coup de feu d’artifice, mon frère préfère employer son lasso pour ligoter les rôdeurs afin de les immobiliser et faciliter leur mise à mort. Son cheval s’en donne également à cœur joie en donnant des coups de sabots sur tout ce qui bouge. Les deux font un bon duo : le psychopathe sanguinaire et sa monture hystérique. Je me tourne de nouveau vers l’avant pour poursuivre le combat et tirer une nouvelle fusée. À mes côtés, l’un des assistant du shérif semble éprouver des difficultés avec un rôdeur particulièrement imposant, notamment parce que l’homme lui tire en plein cœur plutôt qu’en pleine tête. J’aimerais venir à son secours, mais je dois d’abord recharger mon pistolet. Tandis que je remplis le barillet de balles, un nouveau monstre s’approche de moi. Alternant mon regard entre mon ennemi et mon arme, je recule lentement afin de le garder à distance. Comme je ne peux pas avoir des yeux tout le tour de la tête, je me prends les jambes dans le lasso de Charlie, tendu entre lui et le rôdeur qu’il vient d’attraper, et je m’étale de tout mon long dans l’abreuvoir à chevaux. Je crache une gorgée d’eau sale et odorante et me relève maladroitement. Comble de malchance, je pile dans un crottin de cheval et je me retrouve une nouvelle fois sur le dos, au sol cette fois.

Le rôdeur à mes trousses approche dangereusement et j’ai laissé tomber mon pistolet durant ma chute. Ma dernière heure semble venue… du moins jusqu’à ce que le zombie glisse sur une pelure de banane et embrasse le plancher des vaches lui aussi. J’en profite pour me relever et lui défoncer le crâne à coups de pied. Une fois la menace écartée, je cherche mon pistolet des yeux et je le trouve juste à côté de la bouse qui m’a fait glisser. Je replace mon chapeau et je cours en direction de l’adjoint du shérif. À l’endroit où il se trouvait auparavant, je ne vois que l’énorme rôdeur, couché sur le ventre, et en dessous des membres qui gigotent. Fermant un œil pour mieux viser, j’explose la tête du mort-vivant d’un feu d’artifice violet, puis je pousse le cadavre avec difficulté pour extirper l’homme coincé en dessous. J’arrive trop tard. Le cou de l’homme est déchiqueté et maculé de sang. Sa bouche s’ouvre et se ferme, mais les paroles ont de la difficulté à sortir. J’approche mon oreille de ses lèvres. «Le mec... Il s'appelle On ! Donc c'est le phare-à-On ! Le pharaon ! » Eh bien ! L’adjoint meurt sur ces dernières paroles.

Je me redresse et tire une fusée dans la tête du défunt pour éviter qu’il ne se relève, puis je tire sur un autre rôdeur à proximité. Un tour sur moi-même me confirme que nous perdons l’avantage. Les zombies continuent de déferler dans la rue et leur nombre va bientôt être impossible à contenir pour le peu de combattants que nous sommes. Je cherche mon frère du regard, puis lui hurle : « Charlie, c’est le temps de fuir vers le soleil couchant avant de finir en cadavre ambulant ! »
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever.

× Âge du perso : :
32 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, pas loin de feu le camp de Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
24039

× Points de vie : :
476

× Copyright : :
© Swan (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen cute Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: No one's gonna take me alive | Swick & Swick Sam 23 Juin - 19:37

RP archivé suite au départ de Charlie. coeurrose

_________________
Wonder how bad that tastes when you see my face, hope it gives you hell when you walk my way, hope it gives you hell.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: No one's gonna take me alive | Swick & Swick

Revenir en haut Aller en bas

No one's gonna take me alive | Swick & Swick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-