[FLASHBACK] Nightcall (PV Charlie)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
Le 10/11/2017 : le forum a fêté ses CINQ ANS DE VIE.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

[FLASHBACK] Nightcall (PV Charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: [FLASHBACK] Nightcall (PV Charlie) Mar 28 Nov - 21:31


La moto, la liberté. Un brin de folie dans cette vie trop morne, trop fade. J’ai passé le code puis les heures de plateau, fièrement. Retrouver un semblant de vie, retrouver un semblant de but dans ce train-train quotidien a été grandement bénéfique pour ma santé mentale. Au fil des jours, j’ai osé céder l’enfant à la nounou du coin. Nounou qui n’était autre que ma voisine. J’ai osé me rendre au centre-ville pour nourrir mes vagues connaissances, mes vagues envies au gré d’envies nouvelles. Sans cesses renouvelées, ces envies ont su apporter un vent nouveau sur une vie bien trop triste.
Au fil des jours, j’ai appris. Repartant de zéro, me rattachant telle une diablesse sur le dos d’un taureau énervé, j’ai su progresser, décrochant le sésame tant convoité : le permis moto !

Allongée désormais sur le canapé, téléphone en main je fais défiler les petites annonces. D’un site internet à un autre, fredonnant à mi-voix une douce musique, mon regard n’a de cesse que de faire la navette entre les différents articles bradés pour des raisons qui me sont inconnues. Matérialiste, je ne comprends pas comment on peut céder -même à prix d’or- bien des possessions. Ce qui m’appartient, m’appartient. Point. Pas de négociations possibles, pas de troc possible, pas de création quelconque. C’est à moi, point à la ligne.

Du vieux bureau vintage à la chaise haute pour bambin au pot de fleur, je me demande quelles sont les limites imposées par le bon sens face à toutes ces ventes. Certaines osent vendre de la lingerie, certains osent presque vendre la pierre tombale de leur père ou de leur mère… Société fichtrement gangrenée.
Soupirant, j’en viens à me redresser pour m’asseoir entre plusieurs coussins. Ainsi calée, je continue de parcourir l’ensemble et cesse de chantonner en tombant sur une annonce alléchante.

« Kawasaki Z 750 B,
Carcasse en excellent état,
Peinture refaite par un professionnel, factures à l’appui,
Pièces d’usures à changer,
Pas sérieux s’abstenir, négociations et offres entendues. »


Je regarde la localisation. Presque une heure de trajet. Mon visage s’étire en une grimace douloureuse : faire l’intégralité du trajet sans y connaître quoi que ce soit, arriver éventuellement sur place et découvrir un tas de ferraille… négatif chef. Mon regard se dépose sur l’énorme pendule murale au-dessus de ma télévision : seize heures trente. Je peux me rendre au garage du coin, kidnapper un mécanicien afin d’avoir son avis et le payer modestement pour le service qu’il m’a rendu ? Cela m’invitera à faire une heure de trajet avec un inconnu… Ai-je toujours cette vieille bombe lacrymogène sur moi ? L’appât du gain est tel, qu’il acceptera très certainement et ainsi armée je crains rien, n’est-ce pas ?

Pianotant sur mon téléphone, j’en viens à composer le numéro du vendeur. Ensemble, nous fixons un rendez-vous aux alentours de vingt heures. Mon cœur s’agite : ma première bécane ! Ma première acquisition dans un tel domaine !

Je prie intérieurement pour que le mécanicien m’accompagne. Auquel cas, il me faudra attendre mon mari pour partir en sa compagnie et charger le tas de ferraille dans ma vieille caisse. Sans même avoir de certitude à la clef, sans même avoir la moindre notion de fiabilité. Le mécanicien, lui, pourra largement fermer sa petite boutique, grimper dans ma voiture et m’offrir un accès à cette liberté tant convoitée... Au diable le mari négligeant, au diable le mari qui ne porte plus le moindre regard sur moi. Je vais y aller avec un inconnu et revenir avec une bécane d’enfer !

**

Vêtue très modestement d’un bas slim et d’un haut bien trop large, elle recouvre le t-shirt d’un veston en cuir. Ses pas se font errants. Elle passe d’un atelier à un autre, à la recherche d’une quelconque présence. Le garage lui a été chaudement recommandé par l’agence où elle a passé son permis. Alors, elle persiste. Sa voix résonne dans les différents halls, venant héler un quelconque inconnu :
« Y’a-t-il quelqu’un ? »

Seul le bruit de ses talons semble lui répondre en un écho las. Sa progression cesse face à une porte d’atelier fermé. Elle ne se fait pas insistante et tournant les talons s’apprête à faire demi-tour lorsque elle fait face à la personne tant convoitée ! Un mécanicien ! Ou du moins, il semble en avoir l’apparence. L’archétype qui lui fait face lui fait esquisser un sourire presque machinalement.
Son petit cœur bondit de joie alors qu’elle se présente en tendant la main :
« Madame Bethea ! Enchantée ! »

Elle saisit la main du pauvre homme, probablement très surpris par l’intruse qui progressait dans ses locaux et enchaîne joyeusement :
« J’ai besoin de vos services, vous m'avez été très chaudement recommandé par Rob, je viens d'acquérir mon permis moto ! »
La jeune femme relâche la main de l’inconnu et s’exprimant vivement, avec une joie non feinte s’explique sans lui laisser le temps de répliquer :
« J’aimerais acquérir une jolie moto mais j’ai besoin des conseils précieux d’un mécanicien. Je n’ai trouvé aucune annonce concernant votre garage ! Vendez-vous des motos quelconques ? Auquel cas… J’ai convenu d’un rendez-vous. Et votre présence m’est extrêmement précieuse, acceptez-vous de m'accompagner ? »

Spontanée, enjouée, naturelle et extrêmement sincère, Sharon semble dégouliner de franchise. Telle une enfant à l'approche de Noël, elle n'hésite pas à bousculer les émotions du mécanicien. Sa franchise est touchante et surtout extrêmement maladroite : va t-il profiter de sa personne ou au contraire se montrer le plus honnête possible ?
Revenir en haut Aller en bas

I SEE OPPORTUNITIES
avatar



Spoiler:
 

× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1859

× Points de vie : :
85

× Copyright : :
Avatar : Lux Aeterna | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Nightcall (PV Charlie) Lun 11 Déc - 4:08

Nightcall16h, il ne me reste que 3 changements d’huile à effectuer, un peu de paperasse à remplir, des factures à classer et une cliente à éviter. Parce qu’hier, une cliente c’est présenté au garage, demandant à parler au propriétaire, jurant qu’elle s’était fait arnaqué et que son contrat n’était pas valide. Elle avait raison pour une chose, elle s’était fait arnaquer. Par contre, le contrat était bien valide et impossible à résilier. C’était comme ça que je fonctionnais. Comme j’étais ‘’absent’’ hier, la dame avait promit de revenir le lendemain pour me voir. Mais sachez que je ne rencontre jamais les clients mécontents.  Je laisse toujours les clients difficiles à mes employés, surtout quand ils comprennent qu’ils ont été arnaqués et qu’ils ne peuvent rien faire pour résilier le contrat. Je suis comme un fantôme quand ça arrive, impossible à trouver. Je disparais comme par magie. Et justement, une heure plus tard, la cliente en question fait son apparition. En voyant sa tignasse rousse, je file dans l’arrière bureau, me faisant le plus discret possible et faisant signe aux mécanos que je rencontre en chemin que je suis indisponible. Ils comprennent ce qui se passe, ce n’est pas la première fois que ça arrive et ce ne sera sûrement pas la dernière. J’ai des contrats de vente assez bien filé et la minuscule police d’écriture utilisée à la fin met souvent en rogne les clients les plus persistants. La plupart de ceux qui ce rendent compte du stratagème abandonne immédiatement le combat, mais certains sont plus collant que d’autres. Comme cette dame qui vient de se présenter au garage, demandant à me parler. J’entends hurler mon nom de famille à plusieurs reprises mais je reste campé dans ma chaise, caché derrière la vitre givré de mon bureau. Elle n’osera sûrement pas venir jusqu’ici. Après une dizaine de minutes, j’entends frapper à la porte et j’hésite jusqu’à ce que j’entende la voix du vendeur m’appeler. Une autre catastrophe d’évité. La seule chose que je crains, c’est qu’un jour on trouve une faille dans mes contrats et que je perde tout. Mon emploi et ma business. Parce que, c’est tout ce que j’ai. Je n’ai pas de famille ni de maison, les voitures c’est tout ce que j’ai. Mais comme ce serait beaucoup trop long de vous raconter toute ma vie, on va en rester là.

18h, le garage ferme. Mais je ne verrouille pas les portes, je le ferai lorsque je quitterai plus tard. Pas comme si j’avais peur des voleurs, les lumières sont encore allumés, sauf celle de l’enseigne sur le devant de la bâtisse. J’ai toujours une arme non loin d’où je travaille lorsque je suis seul. En fait, tout ce qu’il me reste à faire avant de retourner chez moi pour la nuit c’est de passer un coup de balai. Le sol est recouvert de poussière et de matériaux de toutes sortes. Je ne suis pas un maniaque du ménage, mais j’aime bien quand l’endroit ne ressemble pas à une soue à cochon. J’ai le dos tourné à la porte lorsque j’entends demander s’il y a quelqu’un. Je fronce les sourcils et cesse mon nettoyage, me demandant bien qui vient me déranger à une heure aussi tardive. Je lève le poignet et regarde l’heure sur ma montre, 19h. Une femme entre et se présente, me tendant la main. Je lève la main et elle la prend dans la sienne sans plus de préambule. Est-ce que j’ai le droit d’être confus ? Parce que je le suis en ce moment, je ne comprends pas ce qui se passe. Balai en main, je l’observe alors qu’elle m’explique ce qu’elle est venue faire ici. Elle me semble beaucoup trop heureuse pour quelqu’un qui vient dans un garage fermé, cette madame Bethea. Et alors qu’elle finit de m’expliquer sa présence ici, j’ouvre grand les yeux, comprenant peu à peu ce qu’elle veut de moi. Attendez un peu… Elle me demande de l’accompagner pour voir une moto en vente ? Est-ce que j’ai déjà fais ça ? Je m’arme de mon plus beau sourire, prêt à revêtir la personnalité du sympathique vendeur qui ne vend que les meilleures voitures. Parce que clairement, je ne suis pas assez joyeux en ce moment pour une cliente aussi enjouée. Il faut dire que j’ai passé la journée les mains dans des moteurs crasseux, que je n’ai pas encore pris de douche et que mes bleus de travail sont tachés d’huile. J’ai presque envie de dire oui, mais je vais commencer par me présenter. « Et bien enchanté Mme Bethea. Bien content de voir que Rob pense encore à moi après toutes ces années. » C’est qui ce Rob ? « Si je comprends bien, vous cherchez à vous procurer une moto c’est ça ? Je dois dire que mon stock de moto est plutôt limité en ce moment. Mais votre rendez vous… C’est loin d’ici ? Et j’aimerais bien savoir quelle moto c’est, si ce n’est pas indiscret de ma part. Parce que vous voyez, ce n’est pas toutes les motos qui sont faites pour tout le monde. » Faisant allusion au fait que certaines motos n’étaient pas faites pour les femmes, car étant trop grosses elles feraient probablement basculés leur occupante sur le côté. Je n’étais pas un expert non plus, mais je pouvais sûrement l’aider. Par contre l’accompagner à son rendez vous c’était une toute autre chose. « Pour ce qui est de vous accompagner… C’est que je ne me suis pas encore nettoyé et que j’ai eu une longue journée vous savez. Mais si ça ne prend pas trop de mon temps… » Non sérieusement, je suis intrigué. Qui arrive dans un garage et demande à un mécano de l’accompagner à un rendez vous de vente ? Ça vous ait déjà arrivé à vous ? J’ai bien envie d’embarquer dans le train et voir où ça me mènera. Mais je veux d’abord entendre sa répartie, qu’à-t-elle à dire pour sa défense ?
© 2981 12289 0

_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.


Dernière édition par Charlie Swick le Sam 30 Déc - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Nightcall (PV Charlie) Mar 12 Déc - 20:50




Le culot paie, parfois.
Celui qui ose est souvent gratifié, récompensé. Le culot est semblable à un rentre-dedans, à une bousculade, amicale, agressive, peu importe celle-ci est toujours -étrangement- plaisante . Elle peut parfois effrayer, parfois attirer mais l'attrait est tel que les sentiments négatifs passent au second plan. Le tout est d’amadouer, je pense, l’adversaire, celui qu’on souhaite conquérir. Avec des sourires, des propos bienveillants et rassurants. On ne peut guère amadouer sans un argumentaire précis : instable, l’adversaire nous prendra pour un rigolo, bien trop ficelé l’adversaire nous prendra pour un manipulateur. Il faut donc ouvertement afficher un savant mélange des deux afin de, disons-le clairement, conquérir l’adversaire dans le but ultime qu’il tombe dans nos filets et cède ainsi à notre demande.

Je souhaite le conquérir avec de la spontanéité, une joie qui se transmet telle la peste venant suinter par toutes les pores de sa peau. Je veux qu’il tremble d’excitation lui aussi à l’idée d’acheter cette moto. Car c’est ainsi que le culot œuvre, au profit du Diffuseur : à son avantage… Puis, il faut dire aussi que cette moto me met en joie. J’ai envie de l’avoir, c’te bécane pour sillonner le Texas tout entier. J’ai envie de croquer le paysage environnant, j’ai envie de voyager… Tout bêtement.
J'ai envie de chanter à tue-tête, de crier sous mon casque sans qu'on m'en empêche, j'ai envie de sentir le vent se saisir de ma personne. J'ai tout bêtement la sale envie de me sentir vivante... Dois-je ressentir une honte quelconque à l’idée de délaisser mon mari ce soir pour me recentrer sur moi-même ? L’évidence s’impose : non.
Et c’est égoïstement, que je croque ce tête à tête avec le mécanicien…  

« Et bien enchanté Mme Bethea. Bien content de voir que Rob pense encore à moi après toutes ces années. »
Il marque une pause. Je prends le temps de scruter son visage avant de descendre sur ses mains qui tiennent fermement un balai. Quelle emmerdeuse je fais : j’espère que le culot va payer et que ce jeune homme ne va pas me remballer. Du moins, pas tout de suite. Qu’il me laisse exposer mes arguments, mon plan d’attaque. Qu’il me laisse le conquérir. Le charmer pour obtenir mon dû.
Sa voix reprend en une douce interrogation :


« Si je comprends bien, vous cherchez à vous procurer une moto c’est ça ? »J’hoche positivement la tête alors que sa phrase se poursuit:
« … Je dois dire que mon stock de moto est plutôt limité en ce moment. Mais votre rendez vous… C’est loin d’ici ? Et j’aimerais bien savoir quelle moto c’est, si ce n’est pas indiscret de ma part. Parce que vous voyez, ce n’est pas toutes les motos qui sont faites pour tout le monde. »

Ma bouche s’entre-ouvre, je m’apprête à lui répondre que la fautive, l’emmerdeuse ici c’est moi et qu’il peut me poser toutes les questions du monde, je me ferais grande joie de lui répondre. Car ici, c’est moi l’intruse. Mais il poursuit. Alors je reste attentive et referme sagement ma bouche afin de ne pas lui couper la parole : faire preuve de civisme avant tout, merde Sharon !


« Pour ce qui est de vous accompagner… C’est que je ne me suis pas encore nettoyé et que j’ai eu une longue journée vous savez. Mais si ça ne prend pas trop de mon temps… »

Sa phrase reste en suspens. Je saisis l’occasion pour rétorquer :

« Posez-moi toutes les questions du monde… »

Mon regard se pose sur son bleu de travail. Rob m’a conseillé de me rendre tard le soir au garage. Il ne m’a pas sifflé un doux prénom, de doux conseils ou quoi que ce soit. Et le culot, quelque part, Rob semble en tenir une sacré couche lui aussi ! A la recherche d’un badge ou d’une étiquette quelconque, je scrute son bleu avant de souffler, comme une évidence : « Monsieur Swick ! »
Un fin sourire vient parcourir mon visage alors que je prends le temps de détailler les alentours, amenant mes mains à se joindre dans mon dos :
« Mon rendez-vous se trouve à une heure d’ici. » Je ponctue cette fin de phrase d’une légère grimace : aie. Sa journée a dû être, c’est indéniable, horriblement remplie. Mais j’ai besoin de lui, alors je poursuis amenant mon visage à s’adoucir très légèrement :
« Je sais que certains employés peuvent se doucher sur leur lieu de travail. Je ne souhaite aucunement vous imposer cela mais… Si le problème se résume à une douche… Je peux largement patienter dans ma voiture. Enfin, j’aimerais tout sauf vous embêter. »

Mes mains se décroisent et viennent se croiser devant moi cette fois-ci alors que j’agite très légèrement l’un de mes pieds, nerveusement, cherchant à convaincre mon interlocuteur :
« La moto est une… Kawasaki Z ! 750 truc ? B ? Un instant s’il vous plaît. »
En un énième sourire charmeur je fouille le tréfonds de mon veston pour en extraire mon téléphone. D’un doigt agile je déverrouille l’engin et expose les différentes captures d’écran à mon interlocuteur, argumentant au fil des photos et des indications :
« C’est une jolie bécane, non ? Franchement, elle est faite pour moi ! Puis le siège doit être réglable. Non pas que je me trouve petite… » Mon regard se détachant du téléphone je viens le porter sur son visage en rehaussant un sourcil pour ponctuer ma fin de phrase : « mais c’est tout de même important n’est-ce pas ? »

Sans prévenir, mon téléphone s’agite. Affichant une photo de mon mari, la sonnerie retentit fortement venant briser ouvertement nos tympans. En une grimace, je consulte vaguement l’heure sur l’énorme pendule affichée au sein de l’atelier et secoue négativement la tête, déclinant ouvertement l’appel. Perdant de mon sourire, je souffle :
« Excusez-moi. »

Mon visage se détachant avec peine du téléphone, j’observe mon interlocuteur et souffle :
« Nous disions ? Une douche, un laps de temps à attendre et… Un départ ?»

Au culot Sharon ! Au culot ! Puis décroisant mes mains, je conclue notre petit dialogue ajoutant :
« Je vous paierais bien entendu, tout travail méritant salaire… Combien souhaitez-vous ? De main à main… » ma phrase se termine dans un murmure « …inutile d’établir un contrat pour une estimation en dehors de vos heures de travail, n’est-ce pas ? »

Et les cartes s’abattent à tour de rôle, venant peu à peu sceller le destin de ces deux inconnus : qu’ils apprennent à se connaître durant le trajet ! Une heure de silence, une heure de karaoké ou bien, qui sait, une heure de confidences !
Revenir en haut Aller en bas

I SEE OPPORTUNITIES
avatar



Spoiler:
 

× A propos du vaccin : :
Non. Il n'y croit pas.

× Âge du perso : :
35 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Près de Bodie, en randonnée...

× Avant, j'étais : :
Mécanicien (officiellement). Contrebandier de voitures (officieusement).

× Messages : :
1859

× Points de vie : :
85

× Copyright : :
Avatar : Lux Aeterna | Signature : Ziggy Stardust

× Avatar : :
Oscar Isaac

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Sandy

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Nightcall (PV Charlie) Sam 30 Déc - 16:42

NightcallJe me disais que j’allais passer une soirée tranquille. Assis devant la télé, une bière dans la main et l’esprit complètement vide à regarder le téléjournal ou une émission de téléréalité débilitante. Mais faut croire que parfois la vie en décide autrement et nous brise complètement nos plans merdiques. J’aurais préféré passer la soirée devant la télé pour être franc, mais j’étais bien intrigué par la venue de cette femme dans mon garage. Elle semblait beaucoup trop heureuse et excitée. Ses émotions m’atteindraient presque si j’arrivais à comprendre à peu près ce qui était en train d’arriver. Je savais qu’elle était venue ici en quête d’une moto et qu’elle me demandait de l’accompagner à un rendez vous qu’elle avait prit avec un vendeur. Mais j’avais le droit d’être confus quand même non ? Parce que franchement, c’était la première fois que ça m’arrivait. J’ai l’habitude de sortir de ma routine avec le métier que je fais, mais ça c’est une première. Lorsqu’elle me dit que le rendez vous est à une heure d’ici, je ne peux m’empêcher d’hausser les sourcils, surpris par le temps que ça me prendrait. Sérieux une heure ? C’était où au juste ? Réfléchissant à ce que j’allais faire, je me grattais la nuque, essayant de ne pas avoir l’air trop tendu. Comment refuser poliment déjà ? Je regardais par terre, écoutant tout de même ce qu’elle me disait. Une heure de route, et c’était sûrement seulement l’allée. Faut facilement s’imaginer deux heures pour l’allée retour. Et je travaille demain matin. « J’ai pas de douche au garage par contre. À moins que l’odeur d’huile et d’essence ne vous dérange, on va devoir se débrouiller comme ça. Je peux me changer par contre, j’ai des vêtements dans mon bureau. » C’était pas lui dire oui ça ? Non… J’avais pas encore dis oui. J’essayais seulement de régler ce problème en premier. Pas de douche au garage, pas question que je fasse un détour jusque chez moi, ce serait seulement perdre du temps. Et comme nous étions déjà en soirée, je n’imaginais même pas à quelle heure je reviendrais.

Elle me parle alors de la moto qu’elle a l’intention d’acheter et me montre des photos sur son téléphone. « Une Kawasaki Z750 ? Vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère. Vous avez déjà conduis une moto avant ? Parce que si c’est votre choix de première moto, j’espère que vous savez que ça risque d’être assez effrayant les premières fois. » C’était une moto pour les habitués. Une moto de grande vitesse en fait. Il fallait aimer aller vite. Et si elle n’en avait jamais fait auparavant, elle trouverait ses premières sorties plutôt intenses. Mais bon, je la jugeais peut être trop rapidement. Si elle en avait déjà fait auparavant et qu’elle avait déjà son équilibre, j’imagine qu’elle arriverait à la contrôler. Ma soirée devenait de plus en plus bizarre. Une femme arrivait dans mon garage pour que je l’accompagne voir une moto de sport en pleine soirée et à une heure de route. Est-ce qu’elle allait essayer de me tuer une fois arrivé ? Je commençais presque à douter. Mais elle ne semblait pas être du genre à vouloir tuer un mécanicien dans une ruelle sombre. Je savais que je n’étais pas tout blanc (même loin de l’être) mais je m’attendais plus à une mise en demeure avant un meurtre. « Elle est très belle, sur photos. Sur ce genre de site les gens ont tendance à cacher les défauts par contre. On verra bien une fois sur place. » Parce que c’était ce que je faisais. Ne photographier la carrosserie que d’un côté et cacher l’autre profil. Comment j’arriverais une voiture rouillée sinon ? Il fallait faire dans la magouille et les mensonges si on voulait s’en sortir dans ce métier. Son téléphone se met à sonner soudainement et bien malgré moi je regarde sur l’écran de l’appareil, ne reconnaissant bien sûr pas le visage qui s’y affichait. Elle décline l’appel en s’excusant et je lui offre un sourire comme seule réponse. Elle m’énumère alors les étapes avant le départ. « Disons plutôt que je vais aller me changer pour être plus présentable, fermer le garage et je vous rejoindrai dans votre voiture. Ça devrait prendre une dizaine de minutes. » Le temps que je ferme les lumières, que je mette le système d’alarme et verrouille la porte principale. Elle en vient alors à parler salaire et je relève la tête, soudainement plus intéressé. C’est ma partie préférée à vrai dire. Je ne roule pas dans l’or et je ne suis pas pauvre non plus, mais parler argent, c’est toujours mon moment préféré. Lorsqu’elle me dit qu’il est inutile d’établir un contrat en dehors des heures d’ouvertures, elle réussit enfin à m’arracher un sourire sincère. Dites donc, elle parle mon langage là. « Je ne peux pas être plus en accord avec vous là-dessus. Pour le salaire normalement c’est 20$ de l’heure. Mais on en reparlera une fois revenue si vous préférez. Comme ce n’est pas le genre de travail que je fais normalement je vais y réfléchir. » Parce que je me vois mal la faire payer 40$ alors que je n’aurai qu’à vérifier l’état de la bécane. C’est surtout pour le temps emprunté que je risque de demander dédommagement. Mais comme je viens de dire, on verra en temps et lieu. « Allez m’attendre dans votre voiture. Je me prépare et je viendrai vous rejoindre. » Aussi simple que ça. Et je me retourne pour quitter la pièce, la laissant seule sur place. Elle connait la sortie. Si elle est arrivée ici sans aide elle arrivera à ressortir. Je me dirige vers mon bureau pour y laisser mon bleu de travail et revêtir un pull et un jeans que j’y laisse toujours au cas où. Parce qu’en temps normal je ne prends pas la peine de me changer en quittant le boulot. Mais je me voyais mal m’assoir dans la voiture de la dame et y laisser des traces d’huiles et de saleté. Je ne crois pas qu’elle apprécierait…
© 2981 12289 0

_________________
 
One day, you will perish. You will lie with the rest of your kind in the dirt. Your dreams forgotten, your horrors effaced, your muscles will turn to sand, and upon that sand a new god will walk, one that will never die, because this world doesn't belong to you or the people who came before.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Nightcall (PV Charlie) Dim 21 Jan - 14:37

Mon enthousiasme peine à perdurer. Ses questions, ses affirmations, tout m’amène à faiblir, à flancher. Je doute de plus en plus de mon indépendance et de ces volontés qui me semblent désormais hors de portée. J’ai voulu, telle une chienne rebelle, briser la laisse qui me retient éternellement à mon mari. D’un coup de croc, j’ai espéré m’enfuir et perdurer dans un nouveau monde qui pourrait m’appartenir. Dans lequel je pourrais découvrir de nouvelles communautés et de nouveaux plaisirs festifs.

A la télévision, à la radio, dans les séries américaines, dans les publicités, la plus part des fuites se font sur une jolie moto. Volée hasardeusement, les câbles craqués pour effectuer un démarrage à l’ancienne, ces gonzesses parviennent toujours à prendre un air atrocement séduisant. Et cette séduction a su conquérir mon cœur au courant de ces derniers mois, laissant naître au sein de mon âme meurtrie des envies insoupçonnées jusque alors.

Le vent vient frapper les cheveux de l’héroïne qui s’enfuit au gré de ses volontés les plus folles.  Car l’héroïne est toujours une femme libre, sans aucune ride, atrocement bien foutue et atrocement belle. Mais en ai-je seulement la possibilité ? Ce type de projet ne peut-il donc pas être avorté par un mari un peu trop soucieux de mon mal-être et par un bambin en âge de marmonner quelques mots ?
D’un regard, j’observe le bel homme qui me fait face : pourquoi diable m’achève-t-il sous une flopée d’interrogations ?

J’acquise silencieusement face à ses indications. Qu’il aille donc se changer !

Je ne suis pas une pétasse bourgeoise qui exige de l’autre un caprice. Ce projet, c’est le fil rouge de ma vie, c’est ce qui m’invite à me lever tous les matins et à entretenir au minimum mon corps et mon esprit. C’est ce qui me pousse à sourire face à mon mari, c’est ce qui me pousse à dire oui face à ses envies charnelles, c’est ce qui me pousse à m’extirper du téléachat et des autres balivernes quotidiennes de la femme au foyer.
Alors oui.
Cette moto, je vais l’avoir. Je veux même l’avoir. Avec ou sans consentement du garagiste, avec ou sans son avis. D’un pas décidé, je retourne vers ma voiture. Le dédale de couloirs me perturbe et j’en viens à effleurer une vitre par laquelle je vois le garagiste, en caleçon, entrain de troquer ses vêtements. Je reste stoïque durant un très maigre instant devant le spectacle et poursuit mon chemin, l’air de rien, essayant d’extirper ces images de mon crâne.

Quelle emmerdeuse je fais !
Mais quel emmerdeur il aurait fait en refusant…
A-t-il une famille ? Non.
S’il accepte ainsi c’est que sa vie ne constitue aucune obligation.
Et s’il n’a aucune obligation je peux bien emprunter un pan de sa vie durant quelques heures, n’est-ce pas ?
Avec agilité, je presse le bouton de la télécommande électrique de ma voiture et ouvre la portière côté passager. Je déplace les jouets et vêtements du petit qui trainent à même le siège et jette l’ensemble sous mon propre siège.

Je claque la portière et fais le tour de la voiture pour m’installer côté conducteur. Clé dans le moteur, j’attends sa venue en prenant soin d’allumer la musique. Sans la moindre once de gêne je fredonne une mélodie populaire.
Les minutes s’écoulent avec lenteur : que diable fait-il ? S’arme-t-il pour venir ? Cette simple idée me fait rire jaune.

Mes projets sont fous, audacieux. Je veux, à défaut de former ma jeunesse, former une vieillesse hors du commun. Et celle-ci commencera dès lors que le pied de l’inconnu se posera dans ma vieille voiture.
Démarrons pauvre fou !
Démarrons à la poursuite du bonheur ! A la poursuite de rêves insensés…
Je verrouille les portières par pur automatisme et laisse la voiture s’occuper des vitesses.
Les feux se succèdent, les passages pour piétons aussi et la nuit ne tarde pas à se faire ressentir. Le faible éclairage de mes fards m’invite à froncer les sourcils à de nombreuses reprises. Prend-il peur ?
A-t-il seulement déjà eu peur de quelque chose ? Pour combler les vides dans notre conversation, je prends soin de faire défiler les musiques. Qui sait, au retour et torchés comme pas possible, prendrons-nous peut-être le temps de fredonner quelques musiques ?

En attendant, les sujets se succèdent et se ressemblent. Sans jamais partir dans l’intimité de l’autre, nous osons nous questionner sur le travail, sur la moto et diverses balivernes similaires.
Le GPS annonce un virage imminent à droite. Peut-être un peu trop imminent.

La voiture se loge sur le bas-côté de la route. Et la voix familière de mon mari naît aussitôt dans mon crâne, soufflant :
« Ah les femmes. Définitivement, vous êtes toutes les mêmes hein. Un peu de verglas sur le bas de la route et voilà que vous faites une sortie de route. Qu’est-ce que vous êtes connes. »

Frustrée par cette voix, j’en viens à taper vivement devant moi écrasant le klaxon à de nombreuses reprises. Les larmes de frustration viennent se dessiner le long de mes joues alors que je jure à voix-haute, tentant de détacher en vain ma ceinture…
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.


LOVE LOVE:
 

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever.

× Âge du perso : :
32 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, pas loin de feu le camp de Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
23596

× Points de vie : :
421

× Copyright : :
© cristalline (avatar), © schizo' (code signa), © skairipa (gif profil).

× Avatar : :
Kristen cute Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Nightcall (PV Charlie) Sam 14 Avr - 12:25

RP archivé suite à la suppression de Sharon. coeurrose

_________________
Wonder how bad that tastes when you see my face, hope it gives you hell when you walk my way, hope it gives you hell.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] Nightcall (PV Charlie)

Revenir en haut Aller en bas

[FLASHBACK] Nightcall (PV Charlie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-