tonight, we raise a fire (ft. Rebekah)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En novembre 2018, le forum a SIX ANS.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)
Partagez

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
Anissa J. Haddad

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) 8d2f4e67d33fb4113fc10b07f18072a8
☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
32 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 7A avec Ambroisie.

× Poste assigné : :
Femme d'entretien à l'isolement.

× Effets du vaccin : :
Crise de violence, fortes envies de viande crue, yeux éclaircis.

× Messages : :
1150

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
SCHIZOPHRENIC (avatar), SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
Sofia awesome Boutella.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic pardi !



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeLun 1 Jan - 18:54


Tonight, we raise a fire

La question existentielle que se pose Anissa depuis quelques mois - années, en réalité -, est la suivante : jusqu'à quel point le corps humain est capable de résister à la douleur ? Si elle avait eu la fibre intellectuelle, sans doute qu'elle en ferait une thèse, avec une problématique, des hypothèses et des expérimentations avec résultats et statistiques. Aujourd'hui, ce n'est plus possible. Et Anissa n'aurait de toute façon pas été capable de prendre le temps de faire tout cela. Imaginez les heures à passer derrière un bureau juste pour mettre tout cela en place ! Non, pour elle, c'est impossible. Mais elle tient bel et bien un cahier sur lequel sont listées les différentes méthodes de torture qu'elle a déjà testées. Accompagné à cela un chiffre indiquant le nombre de fois où elle l'a testé, et un petit commentaire de son crû qui lui laisse un souvenir impérissable des fois où cela est arrivé. Pour beaucoup de personnes, cela semblerait sans doute complètement anormal de tenir ce genre de cahier - et le pire, c'est qu'elle s'y tient très bien - dans l'après-coup de ce qu'elle appelle parfois ses "séances". Mais pour elle ... C'est presque normal. En fait, c'est devenu l'une de ses raisons de vivre, un leitmotiv qui lui permet de se mettre en marche tous les jours. Et puis elle s'amuse comme une folle, il faut le dire. Ce cahier, elle le garde précieusement et c'est la lecture de celui-ci qui l'occupe, le soir, lorsqu'elle sent l'ennui la gagner. C'est toujours motivant, de voir les progrès effectués au fil des tentatives. Mais même avec cette organisation hors norme, elle n'a toujours pas de réponse à sa question existentielle. Peut-être même n'en aura-t-elle jamais ... Et, dans le fond, cela ne la gêne pas plus que cela. C'est un passe-temps qu'elle a depuis quelques mois maintenant - pas la torture hein, mais ce cahier qu'elle tient - et cela ne durera pas une éternité. Au bout d'un moment, elle se lassera comme elle se lasse de tout. Au bout d'un moment, elle se verra dans l'obligation de trouver autre chose pour l'occuper. Mais pour l'instant elle profite, et elle a bien raison !

Sa proie du jour est un homme d'une quarantaine d'années qu'elle a rencontré la veille et qui a essayé de l'approcher. Dégoûtée par son aspect fort peu ragoûtant, la jeune femme a eu tôt fait de prendre la fuite. Mais c'était sans compter sur son esprit de pur vengeance, voire son esprit tordu tout court. Une fois à une distance raisonnable de lui, elle n'a eu plus qu'une idée en tête : trouver un moyen de lui faire payer son insolence. De quel droit a-t-il, lui, décidé de faire un pas dans sa direction ? Beurk. Quelques minutes de réflexion lui ont suffit pour se décider sur la marche à suivre. C'est avec ce raisonnement qu'elle a finit par retourner sur ses traces, pour mieux le retrouver. La discrétion et la grâce ont été les causes de son succès. Alors qu'il était penché en avant, occupé à fouiner dans un carton délaissé par les précédents propriétaires de l'épicerie dans laquelle il était, elle s'est glissée derrière lui. A l'aide d'une casserole récupérée dans le rayon voisin, elle l'a assommé et a ainsi eu le libre champ pour faire de lui ce que bon lui semblait. Par les temps qui courent, il est difficile - voire même impossible - de peser beaucoup trop lourd. Aussi n'a-t-elle pas eu trop de mal à le tirer jusqu'à une couverture qu'elle a étalée non loin de là. Cela n'aurait pas suffit, et elle le sait. C'est pourquoi elle s'est ensuite rapidement assurée que le mec ne puisse pas s'enfuir. L'homme ainsi placé en tête de gondole, elle a pu attacher ses deux mains aux rayons voisins et ses chevilles entre elles. Là, il ne devrait pas pouvoir fuir, elle a mis le double de corde. A présent, il ne s'agit plus que de le réveiller ... Et de s'amuser avec lui. Son idée - somme toute assez simpliste - est vite mise en place : à l'aide d'un tournevis qu'elle conserve toujours sur elle, objet de torture de prédilection voyez-vous, elle entreprend de soulever, doucement mais sûrement, l'un de ses ongles. Si cela a le mérite de le réveiller, cela le fait aussi néanmoins crier ... Et ce n'est pas ce qu'elle veut. Par réflexe, elle se redresse et lui fout un coup de pied dans la gueule. « Oh ! Ne commence pas déjà à faire tout ce boucan ! » C'est qu'elle avait oublié l'essentiel aussi, c'est sa faute. Rapidement, elle le bâillonne. Il pourra toujours faire du bruit, mais déjà moins - c'est le plus important. Là, elle peut reprendre la très connue torture des ongles. Lentement ... Toujours.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Can you even see what you're fighting for? Blood lust in a holy war. Listen up, hear the patriot shout: "times are changing". In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear.


YEAH BABY:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Tumblr_pptpm4BySw1rnl0f9o4_500
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7527

× Points de vie : :
439

× Copyright : :
Frimelda (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeSam 6 Jan - 14:14


Tonight we raise a fire

Elle soupira en lanca par-dessus son épaule la vieille boite de conserve cabosser et surtout vide, qui trainer sur le rayon de l’épicerie qu’elle était en train de dévaliser… Enfin elle était entrée avec un sac vide et en sortirait avec un sac tout aussi vide vue comme c’était partie. Mais quel idée aussi de dévaliser le commerce qui avait surement était le plus piller du coin. Elle se demander parfois si elle réfléchissait, ne serait-ce qu’un peu.  Visiblement pas cette fois. Elle soupira et se dit qu’elle allait surement sortir et aller chercher ailleurs, il fallait absolument qu’elle trouve quelque chose, elle en avait un peu marre de crever la faim et de voir Conrad aussi avoir faim. Elle le connaissait, elle savait combien il aimer et avait besoin de manger, alors elle voulait, elle y tenait vraiment, lui trouver quelque chose a manger, histoire que pour une fois, elle soit une bonne petite amie. Enfin aussi bonne qu’on peu l’être dans le contexte actuel. Elle soupira en attrapant une nouvelle boite de conserve, et là encore c’était la même rengaine, elle était vide. Elle eu d’un coup envie de mettre le feu a cet endroit, parce qu’elle était un peu en colère, ou peut-être lasser  de faire des visite dans les magasins alors que c’était inutile car il ne restait jamais rien. Oui c’était surement plutôt cela. Elle avait beau être colérique et encore plus ces dernier temps, elle savait un petit peut, vraiment un petit peu, se contrôler.  Elle se décida a sortir, mais elle entendit un bruit, assez étrange. Pourtant elle avait tuer le seul rodeur qui était dans le magasin quand elle était entrer. Elle n’avait surement pas entendu les autres survivant entré…Oui c’était surement cela. Elle pesta contre elle-même intérieurement, quelle idiote, elle se ramollissait il fallait vraiment qu’elle arrête de se mettre a penser a Conrad tout le temps comme cela, ca pourrait lui couté la vie.

Son couteau a la main et avec la plus grande discrétion, elle s’approcha de la  source du bruit, qui en faite n’était autre que des cries, suivit d’une voix féminine. Une voix a la fois, douce et sadique, angélique et démoniaque, une voix qui lui plaisait en fait.  Elle resta un instant derrière un rayon, bien camouflé, enfin autant qu’elle le pouvait, a regarder la scène. Il avait l’air de souffrir ce type, enfin faut dire qu’elle était en train de lui faire sauter les ongles de la main un  a un. Oui, ça devait faire extrêmement mal. Elle aurait presque put avoir mal pour lui. Et d’un coup, son instinct, tout son être lui hurla d’aller l’aider… Parce que la femme qui torturé l’homme ne s’y prenait pas de la bonne manière a ses yeux. Alors elle sortie de sa cachette et s’approcha tranquillement «  Excusez-moi, je ne voudrais pas vous interrompre pendant votre petit jeu mais… Si je peux me permettre, je pense que votre technique est un peu trop… Rapide, ca lui fait mal mais  sur le coup. » Elle s’approcha un peu et regarda l’homme, qui semblait la supplier du regard. « Plus la torture était subtile, plus elle était douloureuse et longue. Genre, des aiguilles juste sous l’ongle, on l’insert bien sur en douceur et on la laisse, une fois qu’elle est bien enfoncer assez profond. Et j’ai déjà essayé, croyez moi, ils souffrent. » Dit elle en souriant presque amicalement a la femme. Elle regarda a nouveau l’homme ballonné quand il se mit a faire du bruit en la regardant. Comme s’il voulait crier, peut-être la supplier de l’aider plutôt que donner des idées a la tortionnaire. «  Il a vraiment une tête de vainqueur, j’comprend tout a fait les ongles arracher et tout » Dit elle d’un ton détacher et regarda sur le rayon derrière elle «  J’vais vous montrer le coup des aiguilles, vous allez aimez j’suis sur » Dit elle en promenant son regard sur le rayon. A la recherche bien sur d’aiguilles ou quelque chose de similaire. Elle souri quand son regard tomba sur des clous et  un pistolet a clous juste a coté. Elle le prit et regarda les clous «  Des clous, ca devrait faire l’affaire, après tout, c’est comme une grosse aiguille » Dit elle  en chargeant le pistolet. Elle alla ensuite vers la victime de torture, qui aller servir de cobaye et soupira. Elle s’accroupie face a lui et lui souri «  Promis ca va faire mal » Dit elle avec un clin d’œil amuser et sadique. Elle lui enleva une chaussure et grimaça a cause de l’odeur «  Oh la vache, rien que l’odeur  ca me donne envie de te torturé » Dit elle en regardant  l’homme qui la regardait lui avec beaucoup de terreur. Elle  posa le bout du pistolet a clou sur le petit orteil  de l’homme juste sous l’ongle et appuya sur la gâchette, projetant le clou dans la chair de l’homme qui poussa ce qui semblait être un cri. Du sang lui gicla dessus et elle poussa un petit rire. Elle était en train de perdre le contrôle –si tant est qu’elle l’ai déjà vraiment eu. Elle se releva ensuite et souri a la femme «  Vous voyez, c’est génial ce truc ! » Dit elle contente d’elle-même. Elle lui tendit ensuite la main « Rebekah, enchantée » Elle regarda sa main tacher de sang et souri «  Oups pardon » Dit elle avant de s’essuyer la main sur les cheveux de l’homme, oui, elle n’avait aucun respect pour lui, et le tendre a nouveau a la brune face a elle.  Ce pauvre homme aller passer le pire moment de son existence  

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Anissa J. Haddad

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) 8d2f4e67d33fb4113fc10b07f18072a8
☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
32 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 7A avec Ambroisie.

× Poste assigné : :
Femme d'entretien à l'isolement.

× Effets du vaccin : :
Crise de violence, fortes envies de viande crue, yeux éclaircis.

× Messages : :
1150

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
SCHIZOPHRENIC (avatar), SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
Sofia awesome Boutella.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic pardi !



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeVen 12 Jan - 21:39


Tonight, we raise a fire

Ne peut-on donc pas torturer tranquillement quelqu'un sans être interrompue ? Anissa soupire en entendant des bruits de pas derrière elle. Des bruits de pas qu'elle reconnaît immédiatement comme étant ceux d'un survivant, ou plutôt d'une survivante. Les rôdeurs sont plus ... Traînants, reconnaissables donc. Et la brune se dit d'avance que son petit jeu est terminé, qu'elle va devoir s'arrêter au risque de mettre en péril sa vie. C'était déjà comme cela, autrefois, avant l'épidémie : il était impossible de faire ce que bon nous semblait, quand bon nous semblait. Visiblement, les choses ne sont pas très différentes aujourd'hui. Elle soupire, donc. Puis se redresse, passe rapidement ses mains sur ses genoux qu'elle avait posés sur le sol pour essuyer l'indispensable poussière qui recouvre le sol. Enfin, la voix d'une jeune femme se fait entendre. Et Anissa est très agréablement surprise par ce qu'elle entend. Sourire -sadique cela va de soit- aux lèvres, elle pivote sur ses talons pour faire face à celle qui vient tout juste de débarquer. Une brune, tout comme elle. Elle a cependant les cheveux un peu plus court. Mais il y a quelque chose, chez elle, qui lui rappelle ce qu'elle peut être parfois. Et autant vous dire que ce qu'elle propose a de quoi enchanter Anissa ! Sans rien dire - ce qui est un exploit venant d'elle -, Anissa l'écoute. Ses propositions sont hautement intéressantes, et elle ne prend pas du tout mal d'être ainsi interrompue. Pas pour entendre des choses pareilles en tout cas ! « Et bien je dois dire que je n'en étais pas arrivée là dans ma réflexion ... Mais je prends bonne note de tout cela. » Le pire, et ce que la jeune femme ne sait pas, c'est qu'elle prend réellement note de tout cela. Enfin, pas tout de suite. Mais une fois seule, une fois loin de ce carnage qui va être effectué. Parce que, de toute évidence, la jeune femme ne va pas rester là sans rien faire. Et Anissa l'accepte très volontiers au sein de son petit cercle de torture. Autant qu'elles soient deux à s'amuser, hein ! Anissa recule d'un pas, pas pour s'éloigner de la jeune femme mais bien pour lui laisser un plus large champ de vision sur l'homme. Allongé par terre, celui-ci a la tête du type qui vient de voir un fantôme. Il est tout pâle, tout mal en point ... Déjà. La partie ne fait pourtant que commencer ! Anissa n'appréciera franchement pas s'il ne tient pas le coup au moins encore quelques minutes. Un minimum, poto, un minimum.

« Rien qu'entendre parler d'aiguilles, cela m'enchante. » Elle n'a même pas idée d'à quel point c'est le cas ! Visiblement, les deux jeunes femmes sont bien tombées. Elles ont les mêmes idées ou, en tout cas, des idées similaires. Et peut-être bien un peu complémentaires. Anissa regarde sa nouvelle acolyte récupérer sur une étagère un pistolet à clous et des recharges. Elle recule d'un pas supplémentaire pour, cette fois, être celle qui observera. Elle trouve la bonne distance, puis attend que le spectacle commence. La jeune femme prend son temps, et elle a bien raison. Mais Anissa doit s'avouer quelque peu impatiente : cette démonstration va valoir le coup, elle le sait. « Non mais ce mec est une boule puante ambulante. Et il pensait normal de s'approcher de moi, on aura tout vu. » Comme une petite fille en train de bouder, Anissa croise les bras sur sa poitrine. Elle a raison de le torturer, en effet ! Et elle est bien contente d'avoir trouvé - bien que ce soit plutôt elle qui a été trouvée - quelqu'un pour l'aider. Surtout qu'elle a de très bonnes idées, cette petite. Anissa pourra les ajouter à son carnet. Et, d'ailleurs, elle a besoin d'infos qu'elle ne pourra pas obtenir en restant trop loin alors, au bout d'un certain temps, elle s'autorise à approcher un peu, à se pencher en avant pour observer ... Voire même admirer. C'est fort peu ragoûtant, comme spectacle. Pas parce qu'un homme se fait torturer, mais parce que cet homme en question est dégueulasse. Tiens, une fois les premiers clous enfoncés - et la jeune femme semble y prendre BEAUCOUP de plaisir -, Anissa s'autorise à s'absenter quelques instants. « Je reviens tout de suite. » Et, effectivement, elle met moins d'une minute avant de trouver ce qu'elle cherchait. Une boîte pleine de gants en latex. Pas l'idéal, parce que pas agréable du tout d'en porter, mais Anissa en tend tout de même une paire à celle qui est venue lui donner un coup de main. « Il est tellement sale qu'il vaut sans doute mieux que l'on se protège un peu. Là, enfin, nous allons pouvoir nous amuser sans résistance aucune. » De son côté, Anissa enfile sa propre paire de gants puis se tourne vers son acolyte. « Puis-je me permettre de vous emprunter cette arme inattendue ? J'ai bien envie de la tester ... » Peut-être pas en enfonçant des clous sous ses ongles mais en innovant un peu ... Uniquement si elle accepte de la lui prêter, bien sûr. Anissa n'insistera pas. C'est déjà bien sympa de sa part de lui partager son savoir, elle ne va pas trop en demander.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Can you even see what you're fighting for? Blood lust in a holy war. Listen up, hear the patriot shout: "times are changing". In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear.


YEAH BABY:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Tumblr_pptpm4BySw1rnl0f9o4_500
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7527

× Points de vie : :
439

× Copyright : :
Frimelda (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeMar 30 Jan - 19:01


Tonight we raise a fire


Elle avait osée s’incrusté un peu dans la partie de torture de cette femme qu’elle ne connaissait absolument pas, mais qui n’était surement que très peu recommandable vue ce qu’elle était en train de faire a cet homme. Et pourtant, elle n’avait pas peur, pas du tout, elle savait qu’elle ne risquer pas grand-chose, même si cette femme voulait l’attaquer, elle avait confiance en s’est capacité d’autodéfense. Après tout, elle était encore en vie depuis tout ce temps alors que parfois elle avait l’impression que le monde entier la voulait morte.  Alors elle ne s’était pas gênée et avait proposer son idée a cette jeune femme. Enfin, en faite ce n’était pas qu’une idée, c’était une de ses technique de torture, il lui était déjà arrivé d’avoir a torturer des gens dans son « boulot » et ça avait rarement était beau avoir. Avec sa belle gueule presque angélique et sa silhouette fine qui pouvait sembler frêle, on l’avait souvent sous-estimé. Et rare était ceux qui ne s’en était pas mordu les doigts après. Elle fut contente que la femme semble apprécier sa suggestion et qu’elle se montre même excité par l’idée de la voir en action. Elle aurait presque crut voir une petite fille trop contente d’entendre parler d’un nouveau jeu. Cette femme allait surement être nocive pour la brune aux yeux vert, car avec elle, elle allait perdre tout contrôle du monstre sadique qu’elle avait en elle. Mais tant pis, ca la détendrait un peu, et cet homme avait une tête qui donner envie de lui coller des aiguilles dans les yeux.  Alors, elle chercha de quoi faire une petite démonstration a sa nouvelle amie de fortune et souri en tombant sur une nouvelle arme qu’elle n’allait bientôt plus quitter et qui avait beaucoup de potentiel aux yeux de la fille de mafieux. Elle fit sa démonstration et souri en voyant que c’était aussi amusant que salissant, donc autant dire  c’était vraiment très amusant. Elle tourna a peine la tête quand la brune derrière elle dit qu’elle revenait, elle, elle était beaucoup trop occuper a torturé ce pauvre gars en lui enfonçant des clous dans les orteils.

Elle se tourna quand la jeune femme lui tendit une paire de gants en latex, la bonne idée. «  Excellente idée ! on est jamais trop prudente, qui sait quel merde ce type se trimballe » Dit elle en enfilant les gants en latex. Ce n’était pas super, elle n’aimait pas vraiment cela, mais ça valait le coup. Elle hésita un instant quand la brune lui demanda si elle pouvait lui emprunter le pistolet a clou, es ce qu’elle était prête a prêter son nouveau jouet ? Elle n’avait jamais vraiment était partageuse, il faut dire qu’elle avait était enfant unique, et presque enfant roi, si on oublie les coups qu’elle avait prit et autre maltraitance physique ou mental qu’elle avait subit. Alors prêter n’était clairement pas dans ses habitudes. Enfin, pour une fois, elle allait faire un effort et lui tendit l’outil en souriant même. « Prenez en soin, j’ai décider de la garder après » Dit elle en allant chercher d’autre recharge pour les mettre dans son sac. «  Pendant que vous jouez un peu, je vais aller chercher des masques, pour l’odeur parce que c’est vraiment pas très agréable. » Dit elle en s’éloignant déjà entre les rayon. Elle trouva rapidement ce qu’elle cherchait. Des simple masque en papier qui s’accrochait derrière les oreilles, un peu comme ceux des chirurgien ou des dentiste, rien de sexy ni de super mais ça conviendrait. Elle retourna sur la scène de torture et souri en voyant la jeune magrébinne utiliser le pistolet a clou sur l’homme. Elle s’approcha et lui tendit un masque, elle avait déjà enfilé le sien. «  On s’amuse bien ? » Dit elle simplement avec un sourire sadique cacher par le masque.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Anissa J. Haddad

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) 8d2f4e67d33fb4113fc10b07f18072a8
☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
32 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 7A avec Ambroisie.

× Poste assigné : :
Femme d'entretien à l'isolement.

× Effets du vaccin : :
Crise de violence, fortes envies de viande crue, yeux éclaircis.

× Messages : :
1150

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
SCHIZOPHRENIC (avatar), SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
Sofia awesome Boutella.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic pardi !



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeDim 4 Fév - 17:32


Tonight, we raise a fire

De manière assez étrange et inhabituelle pour quelqu'un comme elle, Anissa fait assez rapidement confiance à la jeune femme qui vient de se taper l'incrust. C'est qu'elle ne vient pas seule, mais accompagnée de fabuleuses idées qui ne demandent qu'à être testées. Anissa ne se fait pas prier pour se pencher de nouveau sur l'homme, avant de se rendre qu'elles feraient quand même mieux de se protéger un peu. Sans savoir si la brune l'a entendue, elle s'éclipse donc. Mais revient vite, munie d'une boîte de paires de gants. Elle en tend une à la jeune femme, avant d'en enfiler une elle-même. Ce n'est pas très agréable, voire même pas agréable du tout, mais Anissa sait que c'est leur meilleure option. Elles ne peuvent pas se permettre de prendre pareil risque. « Vue sa tête de bouffon, on ne sait jamais ... » Il faut s'attendre à tout, c'est sûr ! Sans savoir à quoi s'attendre, mais sans non plus y avoir trop réfléchi au préalable, Anissa demande à tester le joujou de la jeune femme. Laquelle, d'ailleurs, semble hésiter dans un premier temps. Mais, heureusement, elle finit par accepter. Vient-on de frôler la crise diplomatique ? Non, quand même pas ... Sans état d'âme aucun, Anissa récupère le joujou en hochant la tête pour toute réponse à ce qu'elle vient de lui demander. Prendre soin de son arme ... Aucun soucis pour elle. Anissa est quelqu'un de soigneuse. D'ailleurs, cela s'en ressent lorsqu'elle s'occupe de torturer quelqu'un. Penchée en avant, elle entreprend d'enfoncer quelques clous dans certaine partie de l'anatomie de cet homme. Celui-ci, d'ailleurs, semble sur le point de s'évanouir. Cela ne tardera plus à arriver ... Nul doute qu'il en subit des vertes et des pas mûres et que son corps finira par le lâcher. Anissa va veiller à ce que la douleur soit assez supportable pour qu'il ne rate pas tout. Sinon, ce n'est plus drôle du tout !

Elle ne se rend pas vraiment compte de l'absence de la brune, partie chercher un masque d'après ses dires. Oui, elle n'est pas tort : cela sent vraiment mauvais dans le coin. Et ce n'est pas juste parce que la moitié des choses se trouvant autour d'elles est moisie - depuis le temps que cela traîne ici - mais aussi, et surtout, parce que l'homme pue. A mort. A cette pensée, les tortures d'Anissa se font un peu moins mesurées. C'est qu'elle est à deux doigts de déraper et de lui faire un peu trop mal, dis donc ! Anissa se redresse en entendant les pas de la jeune femme, qui s'approche de nouveau. Un sourire aux lèvres, elle récupère le masque qu'elle lui tend, avant de l'enfiler, sans lâcher le pistolet à clous. « Oh oui, carrément ! C'est vraiment ... Grisant. » De le torturer, mais pas que. Un pistolet à clous ! Anissa n'avait jamais pensé à cela. Se penchant, elle en enfonce un nouveau, cette fois dans la phalange du milieu de son majeur. Puis elle se relève, et tend le pistolet à clous à la jeune femme. « Voilà ... il va très bien, et est très agréable d'utilisation mais je veux tester autre chose maintenant. » Anissa ne quitte pas son masque, mais s'éclipse rapidement. De nouveau, elle fait un passage dans les différents rayons avant de tomber sur quelque chose de fort intéressant : une pince coupante. Malgré elle, un petit cri d'excitation lui échappe. Elle retourne auprès de sa victime et de sa complice, la pince en mains. « Première fois que j'en trouve une ! Je suis sûre que cela va être fun. Mais je vous laisse continuer un peu avec les clous ... La pince risque d'être un peu plus catégorique en termes de souffrance. » Non, ce ne sera pas agréable pour lui. Et pendant que l'autre brune continue de s'amuser, Anissa réfléchit à ce qu'elle va faire avec son nouveau joujou. A quelle partie de son corps va-t-elle s'attaquer ?

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Can you even see what you're fighting for? Blood lust in a holy war. Listen up, hear the patriot shout: "times are changing". In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear.


YEAH BABY:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Tumblr_pptpm4BySw1rnl0f9o4_500
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7527

× Points de vie : :
439

× Copyright : :
Frimelda (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeDim 25 Fév - 11:39


Tonight we raise a fire


Elle était bien contente au final de ne pas être partie en gardant ses idées et envie de torture pour elle. Elle se serait surement ennuyer si elle l’avait fait. Elle devait se défouler un peu, sortir tout ce qu’elle avait dans la tête sinon elle allait devenir folle…. Enfin encore plus folle, parce que si vous la regardiez a l’heure actuelle, vous saurez tout de suite qu’elle n’était pas vraiment nette, ou même fiable. Et pourtant, l’autre brune, un peu typer il faut le dire, même si cela ne gêner pas du tout Rebekah qui s’en fichait totalement, semblait ne pas en tenir compte. Après tout, cette jeune femme semblait tout a fait comme Rebekah. Totalement folle et peu fiable. Elles s’étaient plutôt bien trouver en faite, même si l’une comme l’autre savait surement que ce serait une collaboration éphémère. Elles n’allaient pas voyager ensemble, pas s’attacher, pas vraiment se liée en faite. Du moins, Rebekah n’allait pas le faire, elle ne voulait plus se lier a personnes. Elle l’avait trop fait, et en avait fortement payer le prix, alors c’était fini tout cela, maintenant elle se contentait de Conrad comme point de repère, lui seul et personne d’autre. Enfin, en attendant cette femme pouvait se sentir chanceuse, après tout Rebekah lui faisait part de ses idées de torture et elle lui avait même prêter cette arme qu’elle avait essayer et décidé d’adopter. Et normalement les verbe prêter et partager n’était jamais associé a Rebekah. Elle lui avait donc laisser le pistolet a clou, et était aller chercher de quoi le recharger et des masques pour se protéger un peu de l’odeur nauséabonde de cet homme. Il sentait pas vraiment le survivant, il puait plutôt la mort. Surement parce que c’était ce qui l’attendait. Et si beaucoup aurait surement eu de la peine pour lui, penser qu’il avait peut-être des proches, une familles, des amies, elle, elle n’en avait que faire, elle riait même de sa probable futur mort.

Elle rit un peu quand la brune a qui elle avait prêté son nouveau joujou dit que c’était grisant. Reb avant penser exactement la même chose. Elle fut amuser de la voir enfoncer un dernier clou pile dans le milieu d’un des doigts de l’homme avant de lui rendre le pistolet. Rebekah le reprit et souri, bon okai, on voyait pas sa bouche avec le masque, mais on devinez surement son sourire. « Oui, j’ai trouver aussi que c’était sympa » Dit elle simplement avant de la regarder partir chercher autre chose. Elle se detourna cependant pour s’accroupir a nouveau vers l’homme et le regarder sans avoir perdu un instant son sourire, sadique, évidement. « Alors…Et maintenant, qu’es ce que j’vais faire de toi hummmm… » Il était en piteux état et au bord de l’évanouissement « Par pitier… Laisser moi partir » Elle explosa de rire et regarda sa nouvelle amie de fortune revenir « Pitié ? Il a invoquer Pitié, vous connaissez ce pitier vous ? » Dit elle d’un ton amuser. Elle attrapa ensuite les deux lèvres du jeune homme, les pinca et enfonca un clou du haut ver le bas dans celle-ci, comme pour lui fermer son clapet « Voila, là tu sera moins bavard » Dit elle simplement avant de se redresser et sourire a la jeune femme « Il est tout a vous » Dit elle en reculant légèrement. Elle avait hate de voir ce que cette brune allait faire cette fabuleuse pince coupante, elle voulait voir l’ingéniosité et l’imagination de cette femme qui en avait d’ailleurs surement a revendre.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.



_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Anissa J. Haddad

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) 8d2f4e67d33fb4113fc10b07f18072a8
☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
32 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 7A avec Ambroisie.

× Poste assigné : :
Femme d'entretien à l'isolement.

× Effets du vaccin : :
Crise de violence, fortes envies de viande crue, yeux éclaircis.

× Messages : :
1150

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
SCHIZOPHRENIC (avatar), SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
Sofia awesome Boutella.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic pardi !



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeVen 2 Mar - 21:11


Tonight, we raise a fire

Anissa est extatique. Et le mot semble bien faible pour décrire l'état dans lequel elle se trouve actuellement. En réalité, elle est folle de joie. Elle tient difficilement en place, a très envie de trouver de nouvelles idées folles pour faire souffrir cet homme. Il l'a bien cherché, ne cesse-t-elle de se dire. Pas parce qu'elle a besoin de soulager sa conscience - quelle conscience ?! - mais parce qu'elle a envie de faire monter encore plus son taux d'adrénaline. Il est déjà relativement haut, lui permettant de faire mille et une choses que certaines personnes n'auraient peut-être tout simplement pas estimées possibles ... Anissa en est à un point où elle a préféré protéger ses mains avec des gants, et l'autre jeune femme pousse le vice jusqu'à aller leur chercher des masques. Elle n'a pas tort : l'odeur est nauséabonde et pourrait faire fuir n'importe qui de censé. Elles, elles ne le sont pas. Censées. Non, certainement pas. Elles ne pensent qu'à une chose : faire souffrir cet homme de la pire des manières, et avec tous les moyens possibles et imaginables. En usant d'un pistolet à clous ... Puis d'une pince coupante. Mais Anissa laisse à la brune un peu de temps pour s'amuser avec lui. Clôturer le spectacle trop vite n'aurait pas d'intérêt ... Autant pour l'une que pour l'autre. Faisant un pas en arrière, Anissa met la distance suffisante entre elle et cet homme pour permettre à la jeune femme de se sentir libre de faire ce que bon lui semble. Elle la regarde faire, un sourire flottant sur ses lèvres. Sourire qu'elle ne peut pas voir, mais qui est bel et bien là, derrière le masque. En même temps, il y a de quoi sourire : elle se sent comme une petite fille aux pieds du sapin un matin de Noël.

Avec cette jeune femme, Anissa découvre de nouveaux objets de torture. C'est toujours instructif, de voir quelqu'un d'autre à l'oeuvre. « Non, je n'ai jamais eu le plaisir de rencontrer ce pitié mais il m'a l'air fort sympathique ... Un brin inutile, peut-être. » Anissa ne peut pas s'en empêcher : un rire ironique la secoue. Ouais, clairement, elle se fout de sa gueule. Mais encore une fois il l'a bien cherché. Le seul fait d'exister, d'avoir survécu jusque là et de puer autant doit mérite d'être puni. Les deux jeunes femmes s'occupent de son cas à merveille. Et ne le laisseront bien évidemment pas repartir. Et puis quoi encore ? Les joujous n'ont pas le droit de parole. Et la brune le lui fait savoir, en clouant littéralement ses lèvres. Anissa passe d'extatique à carrément excitée. Oh oui elle adore voir ce genre de chose ! Encore un peu, et elle se mettrait presque à sauter de joie sur place. Oh et puis merde, elle ne se retient plus : quelques secondes plus tard, elle se met à sauter sur place. Et en tapant dans ses mains mesdames et messieurs ! Mais c'est son tour, alors elle doit se calmer pour se pencher de nouveau vers lui. « Merci, c'est un honneur. » En faire trop, toujours. Souriant de plus bel, Anissa se penche et attrape - de nouveau - la main de l'homme. Celle qui est la moins amochée. Ses yeux se posent sur ses ongles et une grimace naît sur son visage - même si on ne la voit pas trop pour le coup -. « Ta maman ne t'a jamais appris qu'il faut se couper les ongles de temps à autre ? » Non mais vraiment, cet homme est d'un sale ! Mais d'un sale ! Le type essaye de baragouiner quelque chose mais, avec le clou, on ne l'entend pas plus que ça. Tant mieux, elle a suffisamment entendu sa voix comme ça. « Roh tais-toi un peu ! » Et sur ces quelques mots, elle arrache l'un de ses ongles à l'aide de la pince coupante. « Voulez-vous essayer ? » Elle doit hurler pour se faire entendre, le type hurlant comme pas permis. Heureusement, ce ne sont que des gémissements de douleur.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Can you even see what you're fighting for? Blood lust in a holy war. Listen up, hear the patriot shout: "times are changing". In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear.


YEAH BABY:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Tumblr_pptpm4BySw1rnl0f9o4_500
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7527

× Points de vie : :
439

× Copyright : :
Frimelda (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeMar 13 Mar - 19:00


Tonight we raise a fire


Elle pouvait faire sortir ses idées horrible de sa tête, elle pouvait sans être jugé car visiblement, toutes ses idées plaisait a cette femme. Surement qu’elle aussi était un monstre, surement qu’elle aussi avait besoin de temps en temps d’évacuer tout cela. Surement, enfin Rebekah n’en savait rien après tout, elle ne connaissait pas cette femme. Et pourtant, en ce moment même elles partageaient une chose importante : une victime.  Et elles s’amusaient merveilleusement bien d’ailleurs avec ce pauvre gars qui n’allait plus jamais revoir le soleil. Il le savait, il l’avait surement compris quand elles s’étaient allié, ou peut-être simplement quand l’autre jeune femme s’était mise a lui faire du mal. En tout cas, il en était parfaitement conscient et pourtant, il avait  oser, surement dans un dernier espoir de survit, invoquer  la pitié. A Rebekah en plus, elle aurait presque pleuré de rire à ce moment là.  De la pitié, Rebekah, sérieusement ? Non mais qu’es ce qu’il ne fallait pas entendre ! Elle n’en avait jamais eu, ou peut-être, un jour, quand elle était jeune, mais son père  avait du bien se charger de lui hotté toute forme de pitié.  De la compassion, elle en avait parfois, dans de rare moment de faiblesse, mais de la pitié, jamais. Ca avait était bannie de son vocabulaire. Et visiblement de celui de la nouvelle copine du moment de Rebekah. Elle rit légèrement a sa réponse «  Inutile c’est sur. J’pense même que ce Pitié n’a pas survécut » Dit elle simplement. Un survivant avec de la pitié,  c’était un peu impensable, pour survivre dans ce monde il fallait oublier la pitié et toute les merdes qui vont avec. Si on regardait bien, pour survivre les trois quart des gens prenait ou avait prit une décision importante et égoïste. Il fallait être égoïste a un moment ou un autre pour survivre. Voila pourquoi la brune aux yeux vert avait survécut, avant et après l’épidémie, parce qu’elle était égoïste.

Elle rit un peu quand la brune avec elle en fit un peu trop en disant que c’était un « honneur » d’avoir le jouet –enfin la victime- pour elle.  En faite, plus elles avançaient dans leur partie de torture, plus la maghrébine plaisait a Rebekah. Elle était un peu barré, surement bien déranger, et ca plaisait a Reb’. Et quand elle vit la jeune femme arracher l’ongle de l’homme, comme ça, tout d’un coup, Rebekah ne put s’empêcher de se dire qu’elle était bien contente d’être du même coté qu’elle. Elle ne voudrait pas avoir cette femme pour ennemie.  Elle fut un peu surprise qu’elle lui propose d’essayer d’ailleurs. Rebekah lui souri, bien que la jeune femme ne le voit pas, elle le devinait sans doute, et tendit la main pour prendre la pince. Elle prit l’objet et regarda l’homme un instant en hésitant. Elle soupira a cause du bruit qu’il faisait et lui mit un violent coup de pince –fermer bien sur- dans le visage «  Mais ta gueule je m’entends pas réfléchir ! » Dit elle d’un ton agacer. Et voila, elle était énerver maintenant.  Elle regarda la jeune femme  ensuite «  Désoler je me suis emportée. » Dit elle simplement. Puis une idée lui traversa l’esprit. Elle prit le bout du clou avec la  pince et l’enleva doucement. Faisant encore plus crié l’homme «  Bordel j’ai dit  ta gueule ! » Dit elle en lui remettant un coup. Elle lui ouvra ensuite la bouche et alla d’un geste vif lui arracher une dent. Elle se tourna ensuite vers la jeune femme, la pince a la main, la dent toujours fermer dans la pince, le sang dégoulinant de celle-ci tachant le gant et la manche de Rebekah. «  J’me suis toujours demander ce que ca faisait d’être dentiste » Dit elle avant de rire un peu. Elle laissa ensuite tomber la dent et tendit a nouveau la pince « Désoler j’ai un peu tacher votre jouet, il est vraiment cool. Je vous conseil de le garder » Dit elle en souriant toujours aussi sadiquement.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Anissa J. Haddad

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) 8d2f4e67d33fb4113fc10b07f18072a8
☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
32 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 7A avec Ambroisie.

× Poste assigné : :
Femme d'entretien à l'isolement.

× Effets du vaccin : :
Crise de violence, fortes envies de viande crue, yeux éclaircis.

× Messages : :
1150

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
SCHIZOPHRENIC (avatar), SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
Sofia awesome Boutella.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic pardi !



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeDim 18 Mar - 20:19


Tonight, we raise a fire

Anissa n'en revient toujours pas des réactions de cet homme. Il a l'air de réellement croire qu'en invoquant leur pitié ... Il obtiendra quelque chose d'elles. Mais c'est vraiment mal les connaître. Enfin, mal connaître Anissa déjà. Pour ce qui est de l'autre jeune femme, elle ne sait pas ce qu'il en est. Mais elle a du flair, et celui-ci est en train de lui dire qu'elles ont beaucoup de points en commun. Comme cet amour incontournable pour la torture et l'amusement que cela procure. Tout en veillant, bien sûr, à ne pas mettre leur propre sécurité - et propreté aussi - en péril. Non, certainement pas ! Anissa est bien contente d'avoir des gants, et même un masque. Et elle ne freine plus aucun de ses rires. « Il doit être mort depuis longtemps, je pense ... » Ah, ce Pitié. Anissa y réfléchira pendant encore longtemps. Mais elle aime la tournure prise par la discussion. C'est très ... Revigorant. Et puis, elle en apprend beaucoup, aujourd'hui, sur la façon dont un survivant peut tenter de s'en sortir. Même dans les situations les plus délicates et les plus extrêmes. Le mec ne peut plus parler et c'est tant mieux. Mais c'est aussi assez dommage et regrettable pour Anissa, qui aurait adoré en entendre encore plus de lui. Jusqu'où aurait-il été prêt à aller pour obtenir d'elles qu'elles lui fichent la paix ? Oh, comme cela aurait été drôle et sympathique de le découvrir ... Anissa réfléchira, pour la prochaine fois, à la potentialité de tenir un nouveau journal. Pas pour les différentes manières de torturer autrui cette fois, mais sur les phrases sorties par diverses personnes afin de se sortir indemnes d'une situation qui ne s'y prêtait initialement pas. Nul doute que ce serait tout aussi vivifiant et intéressant. Elle y songera. Mais pour l'instant, elle est bien trop préoccupée par son sort, et ce qu'il adviendra de cet homme dans les minutes à venir. L'issue de tout cela ne fait aucun doute, mais elle s'interroge un peu plus sur le chemin qui va les y mener ...

Avec l'autre brune, elles se complètent plutôt bien. Leurs idées sont en accord, ne s'opposent pas et, au contraire, s'assemblent à la perfection. Anissa aime en apprendre plus et partager son objet de torture du jour. Cela n'arrive pourtant pas souvent, elle est même plutôt égoïste la petite en temps normal. Mais là, tout est très différent. Elle ne savait pas qu'elle rencontrerait une femme aussi semblable à elle, mais est plus que ravie que ce soit le cas. Cela lui permet d'en découvrir plus, toujours plus. Et comme elle s'autorise à lui prêter la pince, Anissa recule d'un pas pour la regarder à l'oeuvre. Elle ne regrette pas puisqu'un violent coup de pince part dans la gueule du type. Il faisait trop de bruit, la jeune femme a tout à fait raison. D'ailleurs, Anissa sourit à son intention l'air de bien lui signifier et lui faire comprendre. La pince ne sert pas à lui arracher un autre ongle, mais à ôter le clou que l'autre femme lui avait enfoncé tout à l'heure. L'homme hurle ... Et se prend un nouveau coup. Ah, il était bien cherché celui-là ! Ce n'est pas Anissa qui ira prétendre le contraire. Sourire sadique aux lèvres, Anissa se rapproche quand même un peu pour voir tout cela de plus près. Comme elle se met devant pour faire son oeuvre, elle n'y voyait plus très bien. Mais c'est rapidement très net : elle vient de lui arracher une dent. Oh, elle n'y avait même pas pensé ! « Être dentiste n'a jamais été sur ma liste des métiers à exercer mais ... C'est une très bonne idée que voilà. » Les ongles, les dents ... Anissa a presque l'impression d'avoir tout essayé et, en même temps, le sentiment de toujours en découvrir. La torture est un champ infiniment complexe et varié. Il y a toujours du renouveau. « Aucun problème ... Il me va très bien ainsi, cela prouve qu'il a été bien utile. » Elle lui sourit de nouveau, laissant même échapper un petit rire, avant de se pencher au-dessus de l'homme. « Vous avez raison, je vais le garder encore un petit moment celui-là ... Très utile. » Et comme pour confirmer ses dires, elle attrape la peau de son bras avec la pince et serre jusqu'à ce que le sang s'écoule, et la peau s'arrache. Magnifique ... « Avez-vous d'autres idées que nous pourrions mettre à l'oeuvre ? » Elle est curieuse de le savoir. Très curieuse.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Can you even see what you're fighting for? Blood lust in a holy war. Listen up, hear the patriot shout: "times are changing". In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear.


YEAH BABY:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Tumblr_pptpm4BySw1rnl0f9o4_500
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7527

× Points de vie : :
439

× Copyright : :
Frimelda (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeJeu 12 Avr - 18:15


Tonight we raise a fire

Elle rit un peu a la réponse de la brune. Pitié, mort depuis longtemps, ça c’était certain ! Franchement, qu’es ce qu’on n’entendait pas  de la part e quelqu’un qui est sur le point imminent de mourir et qui a peur.  Elle  prit ensuite son tour de torturé, elles étaient assez méthodique, chacune son tours et l’autre observait et en prenait note. Il faut dire que la brune était très créative, vraiment elle plaisait de plus en plus a la fille de mafieux. Après  que l’homme se  voit arracher encore une fois un ongle, Rebekah alla lui arracher une dent, après lui avoir mit quelques coup de pince dans la figure parce qu’il était bruyant et insupportable a la fin ! Et  elle rendit la pince a la jeune femme, après tout c’était son jouet a elle. Bien sur elle lui conseilla de garder cet objet parfait pour la torture et elle fut ravie qu’Anissa lui disent qu’elle comptait bien le faire.  Elle l’observa ensuite couper la peau du bras de l’homme de façon des plus… Violente. Et ca lui plaisait ce sang qui couler, l’homme était bientôt couvert de la tête aux pieds de sang, et ca avait quelque chose de… Poétique ? Oui voila c’était le mot.  C’était presque une œuvre d’art, Rebekah le contemplait et se disait qu’il était drôlement costaud quand même, il ne s’était toujours pas évanouie, pleurait un peu mais discrètement et surtout il avait encore la force de hurler et implorer leurs « pitiés »  Elle était en train de réfléchir quand la magrébine lui demanda si elle avait d’autres idées a exploité.  Elle regarda la jeune femme un instant et leva le doigt, pour lui dire que oui, en hochant la tête «  Une minute » Dit elle simplement avant de tourner les talons et aller fureté dans les rayons a la recherche de  l’instrument pour sa prochaine idées.

Elle  soupira quand elle vit qu’elle ne trouvait pas ce qu’il lui fallait. Impossible, il y en avait forcement. C’était une chose dont tout le monde a besoin a un moment ou l’autre de sa vie. Elle devait forcement en trouver. Elle fit d’autre rayon et encore un autre avant de tomber dessus. Elle souri derrière son masque, et tendit la main pour attraper la boite de lame de rasoir dont elle avait besoin. Elle revint ensuite vers la brune et leur victime et s’accroupi face a lui, il ne voyait pas son sourire mais il pouvait lire dans les yeux vert de  la jeune femme que cette fois il allait vraiment avoir mal. Elle posa doucement la boite  pas encore ouverte et le fixa un moment droit dans les yeux, silencieuse, concentrée. Elle était en train de regarder comment faire. Elle ouvrit ensuite la boite et en prit une avec délicatesse. Elle avait presque l’impression d’être chirurgienne là, d’ailleurs c’était ce qu’elle aurait surement était si son père était rester en vie, elle aurait fait des études et aurait eu une très grande carrière de chirurgienne. Elle tourna ensuite les yeux vers la brune et souri même si c’était pas vraiment visible «  Prête ? » Dit-elle amuser. L’homme était déjà en train de pleurer, il marmonner des «  ne la laissait pas m’approcher » en regardant Anissa, mais le pauvre, personne n’allait lui venir en aide.  D’un geste assez délicat, Rebekah alla doucement attraper la paupière de l’homme  qui écarquilla les yeux, comprenant ce qu’elle allait faire. Et tout aussi délicatement, voila que la brune lui sectionna la paupière  lentement avec sa lame de rasseoir. Elle souri en entendant l’homme hurler comme jamais alors que son autre paupière se mettait a cligner rapidement et sans arrêt.  La brune lacha la paupière qui lui était rester dans les doigts et se leva avant de se tourner vers sa compagne de torture. «  Vous voulez essayer ? » Dit elle d’une voix qui trahissait tout le sadisme dont elle faisait preuve pour l’heure.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Anissa J. Haddad

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) 8d2f4e67d33fb4113fc10b07f18072a8
☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
32 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 7A avec Ambroisie.

× Poste assigné : :
Femme d'entretien à l'isolement.

× Effets du vaccin : :
Crise de violence, fortes envies de viande crue, yeux éclaircis.

× Messages : :
1150

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
SCHIZOPHRENIC (avatar), SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
Sofia awesome Boutella.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic pardi !



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeMar 17 Avr - 22:39


Tonight, we raise a fire

Les deux brunes n'ont plus de limites. Peut-être que, dans le fond, elles n'en ont jamais eu. Pas depuis des années, pas depuis que le monde a tourné de la pire des façons. C'est juste qu'à cet instant précis, il n'y a ni rien ni personne pour les arrêter, pour les calmer. Au contraire, elles se tirent vers le fond... L'une et l'autre. Anissa restée seule avec le type le regarde de loin. Elle s'est redressée, prenant un peu de distance. Ce n'est pas qu'elle s'ennuie ou qu'elle commence à tourner en rond - quoi que ... -. En fait, c'est surtout qu'elle n'a pas envie de se salir et qu'elle repose son dos aussi. Il en a déjà bien assez enduré comme cela, aujourd'hui. A force de se pencher pour le faire souffrir, chaque fois d'une façon pire que la précédente. Elles font bien la paire, toutes les deux. La jeune femme est partie à la recherche de l'instrument nécessaire pour mener à bien sa prochaine idée, et Anissa est impatiente de voir ce dont il s'agit. Elle met un peu de temps à revenir mais elle patiente. D'avance, elle sait que cela en vaut la peine. Que cela va forcément valoir le coup. Et l'attente. Une fois qu'elle est de retour, Anissa essaye de voir ce qu'il y a dans ses mains, ce dont il s'agit. Mais impossible pour elle de voir ce qu'il en est réellement. C'est une boîte qu'elle tient mais il semblerait que ce soit ce qu'elle contient qui est intéressant. Et, en effet, Anissa n'est pas déçue. Ce sont des lames de rasoir. Des lames de rasoir que la jeune femme à ses côtés utilise pour arracher la paupière du mec. Oh bordel... Anissa elle-même n'aurait jamais eu une idée pareille. Décidément, elles ont beaucoup à apprendre l'une de l'autre ! De nouveau, Anissa se penche en avant. Elle ne veut pas rater une seule miette de ce spectacle.

« C'est ... Fabuleux. » Et elle n'y avait jamais pensé, quel sacrilège ! Bien sûr qu'elle veut tenter. Et deux fois plutôt qu'une ! « Avec grand plaisir. » Il a une deuxième paupière, il faut bien qu'elle serve à quelque chose, n'est-ce pas ? Et bien c'est Anissa qui va s'y coller. Plutôt que de prendre la lame de rasoir qui a déjà été utilisée, Anissa en prend une autre dans la boîte. Une propre. Puis elle pose ses genoux sur le sol, non loin du mec. Il est nécessaire qu'elle se penche quand même un peu pour atteindre son autre œil. Puis doucement, presque délicatement, elle appose la lame près de sa paupière, à une de ses extrémités en réalité. En revanche, elle ne prend pas son temps pour la sectionner. Elle y va franchement. D'un coup sec, net, précis. La paupière lui reste entre les mains, mais plutôt que de la garder, Anissa la pose près de sa bouche. Là, s'il tente de crier une nouvelle fois, il y a 50% de chance pour que le morceau de peau tombe entre ses lèvres. Autant dire qu'il a intérêt à se la boucler ! Cela l'incitera peut-être à le faire, et ça n'en sera que préférable pour la jeune femme et elle-même. Toujours à genoux aux côtés de l'homme en piteux état, Anissa redresse cependant la tête pour voir son acolyte du jour. « Pensez-vous qu'il serait capable d'en supporter plus ? Je me dis qu'il est peut-être temps de l'achever... » Elles en ont déjà bien assez fait, après tout. Et si elles sont trop débordantes d'idées et d'imagination, Anissa ne pourra jamais se souvenir de tout et noter chacune des informations dans son petit book à idées. Et ce n'est pas ce qu'elle veut, bien sûr.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Can you even see what you're fighting for? Blood lust in a holy war. Listen up, hear the patriot shout: "times are changing". In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear.


YEAH BABY:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Tumblr_pptpm4BySw1rnl0f9o4_500
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7527

× Points de vie : :
439

× Copyright : :
Frimelda (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeMer 2 Mai - 10:58


Tonight we raise a fire


Aujourd’hui elle n’avait plus de limite. Pas qu’elle en ai vraiment eu avant, mais elle n’avait pas Conrad avec elle pour la tempéré, au contraire elle était avec une femme qui la pousser a franchir toute les limites et c’était… Agréable. Plus besoin de se retenir pour ne pas faire peur a l’autre, elle laisser vraiment libre court a son imagination. La preuve elle venait de sectionner la paupière d’un homme avec une lame de rasseoir.  Qui a des idées pareilles ? Elle  visiblement. Au final elle aurait put faire une parfaite tueuse en série.  Elle n’avait jamais imaginer une carrière pareil tien, elle aurait dut y penser ca lui plaisait bien au final. Enfin, elle arrêta vite de penser a cela pour regarder son amie du jour faire la même chose qu’elle, mais avec l’autre paupière. Et avec un sourire sadique, Rebekah alla appuyer sur la plaie au bras de l’homme pour qu’il crie et avale la paupière qu’Anissa lui avait mit prêt de la bouche. Oui, elle était sadique, oui, c’était un monstre, mais elle le vivait plutôt bien. Et il n’y avait rien de plus drôle que de torturé ce pauvre homme. Pour l’heure il devait regretter d’être né, ou de ne pas être mort avant.  Elle écouta la jeune femme et regarda l’homme d’un air pensive. Elles l’avaient privé de sa possibilité de tomber dans les pommes en lui coupant les paupières, il était donc pleinement conscient et entendait tout. Là, il regardait Rebekah en attente de ses paroles. En attente du châtiment ultime. Il savait qu’il allait mourir et le voulait surement. Mais Rebekah avait envie de jouer encore un peu, elle n’avait pas envie de le tuer maintenant, elle voulait encore l’entendre hurler, le voir souffrir.  Elle regarda la magrébine, enleva son masque et haussa les épaules «  Autant le donner aux rodeurs, ce sera plus drôle de le voir mourir comme ca. » Dit elle en balancant son masque plus loin. Elle s’approcha de l’homme qui avait encore et toujours peur et s’accroupie vers lui. Elle le détacha a l’aide de son couteau et lui souri «  Tu peux marcher ? » L’homme secoua la tête. Non, bien sur, il n’avait plus de force. «  Tant pis pour toi. » Elle lui attrapa le poignet et d’un geste sec et vif le fit se relever.

Elle le conduit ensuite vers la sortie de la boutique, le forcant a marcher, interdit de trainer des pieds, même s’il souffrait le martyr. Elle sortie ensuite et le poussa devant elle avant de siffler. Elle sortie son arme et la pointa sur lui des qu’il essaya de revenir vers la porte vitré «  Marche ! » Dit elle d’un ton sec et autoritaire.  Il s’exécuta, il avait peur d’elles dans le fond, après tout ce qu’elles lui avait fait subir c’était tout ce qu’il y a de plus normal.  Mais la patience de la brune aux yeux vert avait atteint ses limites. Et oui car l’imagination de la brunette n’avait pas de limite, mais sa patience si. Elle sortie de la boutique et tira en l’air, pour faire plus de bruit et attiré des morts. Elle rit un peu quand l’homme sursauta au bruit du coup de feu. Puis elle rentra a nouveau, souri a sa nouvelle amie et fut ravie de voir les rodeurs. Ils n’étaient que deux, certes mais deux c’était déjà parfait. Et visiblement l’instinct de survit de l’homme était encore présent car il essayait de les fuirs, de se cacher ou se défendre alors que les deux infecter était déjà avide de sa chair. « C’est un coriace. Un jouet parfait. » Lança Rebekah en regardant le spectacle comme si tout était des plus normal.


You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Anissa J. Haddad

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) 8d2f4e67d33fb4113fc10b07f18072a8
☠ ☠ ☠ ☠

× Âge du perso : :
32 ans.

× Caravane + colocataires : :
Caravane 7A avec Ambroisie.

× Poste assigné : :
Femme d'entretien à l'isolement.

× Effets du vaccin : :
Crise de violence, fortes envies de viande crue, yeux éclaircis.

× Messages : :
1150

× Points de vie : :
286

× Copyright : :
SCHIZOPHRENIC (avatar), SCHIZOPHRENIC (code signa).

× Avatar : :
Sofia awesome Boutella.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic pardi !



Voir le profil de l'utilisateur

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitimeVen 4 Mai - 14:27


Tonight, we raise a fire

Pour le coup, Anissa ne s'est absolument privée de rien. Il n'y a jamais vraiment eu de retenue dans sa manière de faire avec les enfoirés dans son genre... Mais quand même ! Elle n'était pas seule aujourd'hui et c'est, sans aucun doute, ce qui fait que cet homme a autant souffert. S'il avait été seul avec Anissa, peut-être que les choses auraient été différentes... Ou peut-être pas, il est difficile - voire impossible - de le dire. Et ce n'est pas le plus important. Plus le temps passe... Et plus Anissa commence à se lasser. Elle se dit qu'il est grand temps qu'elles en finissent avec lui. Pas dans son intérêt à lui, hein, elle se fiche bien de savoir qu'il souffre. Mais pour elles, pour qu'elles soient de nouveau libres. Et sans doute parce qu'il n'y a plus grand intérêt à continuer sur cette voie-là. Elles ont fait l'essentiel, ont déjà suffisamment entendu ses cris et supplications. A quoi bon poursuivre ? Autant libérer leurs oreilles en le libérant lui. Enfin, en le libérant... Anissa n'est pas assez stupide pour le laisser partir comme si de rien était. Et comme elle n'a soudainement plus envie de se salir en l'approchant de trop près, elle laisse la jeune femme s'en occuper. Comme elle le peut, elle le redresse et le fait se mettre debout. Anissa se place légèrement en retrait, à quelques pas derrière eux. De cette façon, elle peut observer la scène sans non plus se mettre en danger. S'il tente quoi que ce soit, elle pourra vite le freiner. Et, en même temps, elle doute qu'il ait la force nécessaire pour faire ne serait-ce qu'un mouvement brusque dans une vaine tentative de se libérer.

« Aux rôdeurs... Très bonne idée. » Anissa a hâte de voir cela... Vraiment. Elle sait que le spectacle ne pourra qu'être détonnant, et c'est donc avec impatience qu'elle les suit. Tout de même consciente qu'il ne peut pas aller beaucoup plus vite, elle ne cherche pas à le pousser pour le faire accélérer. Cela ne leur ferait, en réalité, que perdre du temps. S'il venait à tomber, il faudrait le relever, le replacer sur ses pieds et le faire repartir... Bref, ce ne serait pas du tout bénéf que de le voir s'étaler sur le sol. Jouissif, sans doute, mais pas bénéf. Et c'est ce que Anissa veut. En tous les cas, elle laisse la brune s'en occuper parce que c'est plus simple ainsi... Et qu'elle semble avoir déjà bien pris les choses en main. Alors tant qu'à faire... Autant ne pas perdre plus de temps que nécessaire. Et elle est efficace. En un rien de temps, l'homme se retrouve dehors, une balle tirée ayant attirée deux rôdeurs qui s'approchent de lui. Comme il le peut, il essaye de se défendre, de les repousser... Mais sans arme et avec tout ce qu'il vient de lui arriver, il s'épuise vite. Pas les rôdeurs. Un rire ironique échappe à Anissa lorsqu'elle voit qu'un des rôdeurs est parvenu à le mordre au bras. Mais elle en a assez vu, ça y est. Elle s'est lassée. « Exactement ! C'était très amusant en tout cas, merci pour le coup de main. Et à bientôt, qui sait... » Ou peut-être pas, personne ne peut prédire l'avenir. Pour l'heure, Anissa lance un dernier sourire à la jeune femme, avant de se volatiliser... La tête pleine de souvenirs des dernières heures partagées.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________

Can you even see what you're fighting for? Blood lust in a holy war. Listen up, hear the patriot shout: "times are changing". In the end, the choice was clear, take a shot in the face of fear.


YEAH BABY:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Empty
MessageSujet: Re: tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) tonight, we raise a fire (ft. Rebekah) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

tonight, we raise a fire (ft. Rebekah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS TERMINÉS-