Maybe it should have stayed that way
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
LES INDICES DU JEU N°2 ARRIVENT BIENTÔT. DE MÊME POUR LE NOUVEAU JEU. En mai 2018, le forum a CINQ ANS ET DEMI.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Maybe it should have stayed that way

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Maybe it should have stayed that way Mar 16 Jan - 18:07

Maybe it should have stayed that way
because none of us really
know each other
____________________________________



Ses jambes ne le portent plus aussi facilement qu'avant. Le jeune garçon n'avait pas réalisé à quel point il pouvait être difficile de survivre seul, dans ce monde de fou. Toujours, il avait été accompagné. Aujourd'hui, il marche lentement, par simple automatisme. Autour de son cou, la paire de rollers qui ne le quitte jamais. Son sac à dos correctement posé, le soleil traversant les arbres. Enzo, il a le regard vide, comme s'il ne faisait plus attention à ce qui pouvait se passer autour de lui. Depuis la chute des bombes, il déambule tel un rôdeur à la recherche de viande fraîche. Mais ce n'est pas le sang qui le pousse à continuer de circule, de survivre ; l'espoir de retrouver Bianca est la seule chose à le motiver. Il ne pense qu'à ça, et c'est assez extraordinaire puisque ça l'aide à ne pas penser à la faim qui le tiraille. Tel un mort, il rôde.

« - C'était couru d'avance... »

Enzo se parle à lui-même, silencieusement, à l'intérieur de son esprit. Pour ne pas devenir fou, pense-t-il. Pour ne pas se sentir seul. Mais jamais il ne l'avait été à ce point. Rester auprès des Sauveurs avait été la pire des idées. Jamais, il n'aurait dû suivre Thomas et Bianca dans leur idée. Il aurait dû reprendre le dessus, il aurait dû prouver au reste du groupe, qu'il était toujours le chef. Mais les coups de Thomas avaient eu pour effet de le faire réfléchir à sa façon de vie. Que nenni ! La bêtise de l'homme est retombée, comme les explosions venues du ciel. Ils étaient plus en sécurité seuls, dans la nature, qu'en groupe. Pas à deux fois, il ne s'y fera prendre. Trompe-le une fois, honte à toi. Trompe-le deux fois, honte à lui.

Son estomac avait finalement crié famine, assez fort pour que l'idée de prendre un infime repas traverse son esprit. Sa main s'est portée sur son ventre, agrippant le tissu de son tee-shirt. Son visage s'est crispé, puis il s'est arrêté. Pour vérifier s'il n'avait pas loupé une provision, au fin fond de son sac. Revoir les chaussons de Bianca n'a fait que grossir la boule de ses entrailles, mais derrière eux, il ne trouve toujours rien. Pas un maigre repas caché, oublié. Pas un fond de vieille conserve. Rien qui ne pourrait atténuer sa faim. Rien. Enzo a reposé son sac sur ses épaules, et est reparti le ventre vide.

Par miracle, alors qu'il n'avait rien trouvé de la journée, mise à part de vieux bouts de bois et de la mousse sur des cailloux, une forme indistincte s'est peu à peu formée à travers les arbres. La nuit est tombée depuis, Enzo ne s'en serait pas rendu compte s'il n'avait pas failli tomber à maintes reprises. Si sa vision n'était pas devenue plus atroce encore. Rôder ainsi la nuit est une mauvaise idée. En ce mobile-home caché, délabré, qu'il découvre en s'approchant sans bruit, Enzo place des espoirs à courte durée. Cet endroit pourra lui apporter une sécurité supplémentaire pour la nuit. Un endroit où fermer les yeux quelques heures. Avec un peu plus de chance, il y trouvera peut-être le repas qui tiendra son estomac jusqu'au lendemain, peut-être un peu plus. Mais Enzo ne sait pas qu'il vient de mettre les pieds sur un camping. Ce bungalow est loin d'être l'unique. S'il n'y trouve rien, il pourra toujours chercher ailleurs si le courage et la force l'y porte.

C'est alors qu'il allait poser ses doigts sur la vieille poignée de fer, que l'idée lui a traversé l'esprit. Et si quelqu'un était déjà à l'intérieur ? Il ne peut rien voir de ce qui se passe à l'intérieur ; à cause de la pénombre, et des rideaux accrochés à l'intérieur. Dire qu'il aurait pu se faire bêtement avoir... Enzo a sorti, lentement, le Glock accroché à sa jambe. Les faibles munitions qu'il a ne lui seront pas d'un grand secours en cas d'attaque de nombreux zombis. Mais elles pourront lui sauver la vie s'il rencontre âme qui vive.

Gare à toi, étranger. Parce que si Enzo découvre la moindre ride sur ton visage, il n'hésitera pas un instant avant de loger une balle dans ton corps. Mais si tu emprunte les traits d'un jeune, il te laissera vivre, après t'avoir bien amoché bien sur. Si l'endroit n'est pas désert, il voudra trouver quelque chose d'utile, quelque chose de nourrissant, quelque chose de vital. Enzo, il te dépouillera en te laissant le strict nécessaire, s'il peut se le permettre. Entrant à l'intérieur, en tentant de faire le moins de bruit possible, Enzo s'attend au pire. L'adolescent est près à agir, à réagir.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Mer 17 Jan - 23:26

Les bras croisé sur l'immense volant, Nikolaï inspirait profondément posant sa tête sur l'un d'eux. Il était calme, il bougeait peu et surtout il n'avait envie de rien. Il fallait être honnête, Nikolaï n'était maintenant plus que l'ombre de lui-même. Il n'avait plus la force de continuer et encore moins l'envie. Mais il n'avait pas le choix, Alixen portait en elle un enfant, un enfant de Luke, un membre de sa famille et Nikolaï ne pouvait pas l'abandonner à son triste sort. Peu importe leurs contentieux passés, désormais il n'était plus que tous les deux, Luke laissant derrière lui un trou béant dans son coeur. Luke rompant la promesse qu'ils s'étaient faite, ensemble et pour toujours. Nikolaï trouvait cela tellement injuste, il avait toujours été celui qui n'en faisait qu'à sa tête, qui ne faisait pas d'effort et qui ouvrait grand ses bras au danger et pourtant c'était Luke qui s'était fait mordre.

Encore une fois ses pensées se dirigeaient vers son grand frère, il avait avec le temps su faire son deuil pour les autres, même s'ils lui manquaient tout autant. Et depuis des deuils, il en avait eu tellement. Mais ce dernier semblait bien trop difficile à encaisser. Pourtant il n'avait pas le choix et désormais, il devait avancer seul et prendre soin de la famille que son frère se construisait lentement.

Alixen était actuellement dans la maison situé juste derrière le camping car. Il n'avait pas tellement bougé depuis l'explosion des bombes et ils étaient resté dans le secteur de Yosemite. Il ne pouvait pas se permettre de trop déplacer Alixen qui arrivait lentement mais bien trop rapidement à la fin de sa grossesse. Autant dire qu'il paniquait, Nikolaï, il n'était pas prêt à assister à un accouchement et encore moins à jouer les sages-femmes, mais il allait devoir, du haut de ses dix-sept ans totalement improvisé.

S'il avait décidé de laisser la jeune femme se reposer à l'intérieur de la maison dans un lit sans doute plus confortable que les couchettes du camping-car, Nikolaï avait préféré rester sur celui-ci. Luke lui avait à peine apprit à le conduire que sa vie s'était brusquement interrompu et pourtant, le jeune homme y tenait comme à la prunelle de ses yeux. L'un des derniers souvenirs de son frère et sans doute l'une de leur meilleure chance de survie, autant dire qu'il ne comptait pas le perdre. Ainsi, il préférait rester à l'intérieur et le protéger des pillard qui aurait pu s'intéresser à un tel véhicule. Cependant, malgré l'obscurité et le calme régnant dans le véhicule, le jeune Harrison ne trouvait pas le sommeil. Ses paupières étaient lourde mais son esprit ne semblait pas de cet avis. Ni l'extérieur d'ailleurs. Si en cinq ans d'apocalypse, le blondinet avait bien développé quelque chose, c'était ses réflexes de survie. Réflexe lui ayant indiqué du bruit à l'extérieur. Nikolaï par réflexe avait regarder dans les rétroviseurs et avait vu une silhouette s'approcher du camping car, qui n'était évidemment pas verrouillé en cas d'urgence.

Lentement, Nikolaï s'était abaissé le long de son siège, tendant le bras pour attraper son fusil caché sous le tableau de bord à l'emplacement des jambes d'un possible passager. La personne n'était pas entré de suite et Niko avait songé à un rôdeur malgré qu'il n'y ait pas le moindre râlement. Il se redressait, sortant ses jambes de leur emplacement pour se mettre en position sur son siège, se collant à la vitre pour rester dissimuler derrière la plaque de plexiglas séparant les chambres des sièges. Il espérait ne pas être vu, lorsque la personne entrait, Nikolaï inspirait profondément. Il n'hésiterait pas à tuer, c'est justement ce qu'il allait faire. Soudainement et très rapidement, il était sorti de sa cachette prêt à tirer sur le jeune garçon entré dans sa propriété. Il ne l'aurait pas raté, Nikolaï était justement très précis aux armes à feu, précision acquise au cours de ses nombreuses nuits à monter la garde à l'Angel Camp. Cependant, il s'arrêtait net face à ce visage si familier qu'il voyait. « L-Luke ? » Il avait l'impression de voir un fantôme et pourtant, il voyait bien son frère face à lui. Ses cheveux sombres, ce regard bleu, ce nez retroussé. En réalité, en pleine journée il aurait sans doute été capable de voir les différences avec son ainé, mais en pleine nuit il ne voyait pas ces détail. Ne se doutant pas qu'Enzo était encore en vie, il n'avait pas pensé à ce détail. « Luke c'est toi ? » Il avait instinctivement baissé son arme sentant les larmes lui monter aux yeux. Luke était mort comment cela était-il possible ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Jeu 18 Jan - 16:55

Maybe it should have stayed that way
because none of us really
know each other
____________________________________



Cette voix, Enzo aurait voulu la reconnaître. Malgré qu'elle soit plus grave qu'à l'origine de ses souvenirs, parce qu'elle dicte ce prénom comme lui-même en avait eu l'habitude à une époque. Mais Enzo, il n'y fait pas attention. Parce qu'il a simplement été surpris de la présence de cet étranger. Le garçon n'aurait pas eu le temps de réagir, si le coup de feu était parti. Il avait simplement eu le temps de tourner le visage pour voir ce jeune, à travers la pénombre, tenir son arme pile à l'endroit qui ferrait exploser sa cervelle d'une seule balle. Une sueur froide s'est mise à couler sur sa tempe.

« - Luke c'est toi ? »

L'inconnu a un doute, un moment d'incertitude qui le pousse à baisser son arme. C'est le moment parfait pour agir, Enzo le sait. Il a apprit à se servir des faiblesses des autres pour s'en sortir. Lui qui était immobile, s'est mis à bouger à une vitesse folle. De sa main gauche, il a attrapé le long canon de l'arme. Si tu avais appuyé sur la détente à ce moment précis, la balle aurait traverse sa hanche. Mais Enzo profite de la surprise qu'il déclenche, pour faire basculer l'arme. Il la tire vers lui, puis la repousse de toute sa force pour que la crosse percute son ennemi de plein fouet dans le torse. Le coup est fort, il aurait pu faire partir la balle sans même appuyer sur la gâchette. Pourtant, il te fait juste basculer en arrière sous le choc.

Dans le même élan, l'adrénaline ne quittant pas ses veines, Enzo tourne sa tête dans tous les sens pour trouver quelque chose à envoyer à son ennemi. N'importe quoi, qui lui donnerait assez de temps pour faire demi-tour et s'échapper de ce camping car maudit. Il met d'abord la main sur une conserve vide, qu'il lance au dessus de son épaule pour attraper celle qui suit. Elle est pleine, pas ouverte. Sans attendre, il la lance en ta direction dans l'espoir de viser la tête pour te plonger dans l'inconscience. Enzo entend le bruit du coup qui te touche, mais ne prend pas la peine de vérifier ton état. D'un seul coup, il se tourne pour emprunter la porte qu'il ouvre d'un coup de pied. S'il n'utilise pas son arme, c'est parce qu'il ne veut pas rapprocher les rôdeurs qu'il a croisé en venant ici.

Une force contraire à la sienne, le coupe pourtant, dans son élan. Enzo se retrouvé tiré en arrière, par un simple porte-manteau correctement accroché, qui s'est prit dans son sac à dos. Il sent que ce n'est pas la prise d'un homme qui le retient, et tente maladroitement de ce dégager de l'objet. Son regard n'a pu s'empêcher de suivre la faible lumière qui pénètre le camping car à cause de sa porte ouverte. Se posant sur son ennemi, qui s'est redressé pour se défendre, son oeil entre directement en contact avec un objet qui percute sa mémoire, aussi durement que la conserve t'as blessé tout à l'heure.

« - Sur quel corps, t'as volé ça? »

La gourmette qu'il porte au poignée, brille malgré son âge. Elle a beau être portée par une main, qui pointe une arme sur lui, ce n'est pas sur cette dernière qu'il s'attarde. Enzo, il s'est subitement calmée. Sans attendre, il a lui aussi pointé son arme en l'air. Face au visage de l'inconnu, à quelques pas de lui. Son coeur bat la chamade, par l'excitation et l'horreur d'être coincé à ce porte-manteau. Situation bête, idiote, mais qui lui a permis de découvrir la gourmette que ses parents lui ont offert. Gravée de son nom, il l'avait brisé quelques temps avant l'apocalypse. Si Enzo l'a repéré directement comme étant la sienne, c'est qu'elle a été brisée puis réparer grossièrement à l'aide d'un fer à souder. Le défaut est visible, un peu trop. Mais ça ne l'avait pas empêché de l'échanger contre le collier de Nikolai, à l'époque. A cette simple pensée, ses doigts libres se sont glissés sur son cou. A la recherche du collier de son frère, volé il y a plus de trois ans. Il n'avait pas cherché à attraper le bijoux depuis tant de temps, qu'il se surprend de ce geste. Laissant retomber sa main le long de son corps, il divague finalement son œil valide sur le visage de celui qu'il a perdu bien longtemps avant. Il aurait voulu le reconnaître, il aurait voulu y penser.

« - C'est la mienne, » Enzo est téméraire, il n'a pas peur d'agir comme s'il avait les cartes en main. « Rends-la moi, et je te laisserais vivre. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Mar 23 Jan - 22:59


C'était impossible, ça ne pouvait pas être lui. Pourtant à travers la pénombre c'est bien Luke que Nikolaï voyait. Il voyait son visage fin aux traits arrondis, ce regard aux couleurs si glacial, cette morphologie assez fine. Il ne parvenait pas à en croire ses yeux, il était mort pourtant, devant ses yeux. Un moment d'incertitude qui avait l'espace d'un instant poussé Nikolaï à baisser son arme, ce qui fut sa plus grosse erreur. Le garçon qui lui faisait face s'était alors mis en mouvement, et avant même que Nikolaï n'ait relevé le canon de son fusil, l'adolescent s'était saisi du manche tirant l'arme vers lui avant de la repousser de toute ses forces dans le torse du jeune Harrison. Si le coup aurait déjà fait mal à n'importe qui, Nikolaï ressentait d'avantage l'impact dans son épaule blessée, éternellement douloureuse. Un cri de douleur sortait de sa bouche. Nikolaï se retrouvait affalé contre le tableau de bord laissant retombé son arme contre le siège. En le voyant de plus près Nikolaï se rendait encore plus compte de sa bétise, ce garçon était plus petit que Luke, pourtant la ressemblance restait frappante. Pourquoi diable fallait-il qu'il tombe sur un mec ressemblant comme deux gouttes d'eau à son frère ?

A peine avait-il eut le temps de se redresser, fou de colère à la recherche du garçon qu'il remarquait immédiatement. Il cherchait son arme qu'il comptait replacer quand il voit une conserve se diriger vers lui. Il eu à peine le temps de placer son bras, que la conserve pleine venait le percuter de plein fouet. Et ça faisait vraiment mal. Il allait avoir la peau de ce mec, il n'était plus question de le laisser repartir. Enfin en théorie, car le jeune garçon était déjà prêt à se barrer après avoir ouvert la porte d'un grand coup de pieds. Nikolaï lui s'était séparé des siège et était maintenant bien droit il avait laissé son arme derrière lui mais tenait son beretta bien en main. Il avait compris que son fusil n'était pas un avantage dans un endroit aussi confiné que celui-ci. Dans tous les cas, il avait son beretta même s'il préférait éviter de l'utiliser, lui n'était pas muni d'un silencieux et avec Alixen dans la maison, il préférait éviter d'attirer les rôdeurs.

Cependant, alors qu'il prenait la poudre d'esca.mpette, son ennemi fut couper dans son élan accroché par le porte-manteau qui s'était prit dans son sac. Bingo, il signait son arrêt de mort. Nikolaï était maintenant prêt à bondir sur lui. Lui aussi s'était redressé rapidement, évidemment. Mais c'était sans compté sur le talent de cet adolescent à déconcerté Nikolaï, qui s'étonna de la question de son interlocuteur. Sur quel corps il avait volé sa gourmette. Une question qui aurait pu être anodine, si la fameuse gourmette n'avait pas appartenu à son défunt petit frère. Chaque frère avait reçu un bijou étant plus jeune, et lorsque Nikolaï et Enzo s'était retrouvé à n'être plus que tous les deux, ils se les étaient échangé. Le plus âgé avait hérité de la gourmette du plus jeune, qui lui avait eut le droit au collier de son ainé. « Quoi ?! Mais de quoi tu parles ! »

La situation prenait une drôle de tournure, chacun se retrouvait une arme en l'air, obnubilé sur le poignet de Nikolaï. Si elle s'était abîmée au fil du temps, le prénom d'Enzo y était encore fièrement gravé. Nikolaï était sous tension et ne savait plus quoi faire, il aurait du tiré le premier et explosé la cervelle de ce morveux, pourtant il ne pouvait si résoudre malgré qu'il ait bien réussi à distingué que ce n'était pas Luke . C'est alors que le plus jeune de la pièce annonçait soudainement avec vigueur que cette gourmette lui appartenait, lui ordonnant de lui rendre s'il voulait vivre. « Alors tu devras me tuer car vivant, jamais je ne te donnerais cette gourmette, plutôt crever !  C'est mon dernier souvenir de mon frère !» La situation avait trop duré et Nikolaï perdait patience. D'un revers de la main, il frappait le plus jeune avec son arme pour le faire vaciller malgré son accro avec le porte manteau. Lorsqu'il fut sonner, Nikolaï s'approchait de lui le saisissant par le col. « Donnes moi une bonne raison de ne pas te tuer ? » La bonne raison était déjà donné, Nikolaï avait vraiment l'impression de connaître ce gosse, il ressemblait à Luke mais pas que. C'était pour ça qu'il n'avait pas encore prit de balle en pleine tête. Et cette histoire de gourmette. Rien qu'avec ça, Nikolaï aurait pu comprendre. Mais était-il prêt à seulement vouloir le comprendre ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Lun 29 Jan - 19:12

Maybe it should have stayed that way
because none of us really
know each other
____________________________________



Ces paroles ont le don de faire flancher le plus jeune. Parce que Enzo n’a jamais pu oublier sa véritable famille, son sang n’a fait qu’un tours jusqu’à son cerveau. L’oxygène y est monté pour faire tourner ses neurones à plein régime, même s’il n’a pas besoin d’être intellectuel pour comprendre la scène. Il n’a pas le temps de réagir, que le garçon face à lui le frappe a l’aide de sa crosse. Le coup est rude, il n’a pas même cherché à l’esquiver. Son sac à dos, qui le maintenait au mur, lâche sous l’attaque. Ses jambes en font autant, et voilà qu’Enzo est tombé en glissant contre le mur de ce vieux camping car. Le plus jeune est complètement sonné, il se retrouve sur ses pieds que par ce que l’autre l’attrape par le col de ses vêtements. Enzo manque d’oxygène, subitement. S’il avait été asthmatique comme Thomas, il aurait pu faire la pire des crises de sa vie. Mais sa respiration reste simplement bloquée au fond de sa gorge, alors que son unique oeil entre directement en contact avec le regard de celui qu’il aurait pu confondre avec un ennemi. Une légère trace de sang vient salir un peu plus le bandage qui cache son oeil mort. Le coup à sa tête mélange encore ses idées, mais Enzo parvient à respirer lorsqu’il ordonne à sa bouche de s’ouvrir. Ses lèvres sont entrouvertes, pas pour parler, mais pour vivre. Le garçon veut une raison. Une seule qui le pousserait à laisser s'échapper le plus jeune. Depuis la mort de Thomas, et la disparition de Bianca, Enzo n’avait pas eu la gorge aussi sèche.

“- Tu frappes toujours comme une fille ! ” fut la seule phrase qu’il fut capable de répondre.

Parce que ses idées sont claires, à présent, sur le garçon qu’il a en face de lui. Le prénom de Nikolaï redonne dans son esprit comme une douce mélodie. Aussi tendrement que la voix de Bianca, lorsqu’elle chantait sous les étoiles en portant ses licornes aux pieds. Une sensation étrange se met à tirailler son estomac. Un haut le coeur le prend, mais il ne peut rien y faire. Alors qu’il regarde son frère disparu, il se souvient de l’odeur ensanglantée de sa veste, qu’il avait laissé derrière lui.

Les doigts de Nikolaï semblent peu à peu lâcher prise, c’est l’instant qu’Enzo choisit pour agir. Avec une brutalité sans faille, il pousse son frère de toutes ses forces. Le plus jeune a tout juste le temps de sortir du camping-car, avant de laisser l’acide de son estomac s’échapper de son corps. Enzo, il se met a vomir un liquide jaune, brûlant sa gorge et ses lèvres. N’ayant rien dans l’estomac depuis quelques jours, ce simple vomissement tiraille ses entrailles comme jamais.  Le garçon est tombé à genoux, il a continué de vomir. Par miracle, il n’a touché ni ses cheveux, ni ses vêtements. Mais il s’est empressé d’enlever son sac à dos, et les rollers qu’il portait sur ses épaules. Il est plus léger qu’au départ, et pourtant, il ne s’est jamais senti aussi lourd. La boule au niveau de son estomac le pousse a vomir une dernière fois. Puis, il a beau avoir des hauts le coeur, plus rien de s’échappe de son estomac désespérément vide.

Jamais Enzo n’avait cru un jour revoir un membre de sa famille. Il pensait que ses frères étaient tous morts. Même s’il espérait recroiser le chemin de son père, pour lui faire payer son abandon et toutes les tortures qu’il a subit par la suite, Enzo n’a jamais cru que ça puisse se faire un jour. L’égoïsme au fond de lui, le pousse à ressentir une colère immense. Parce qu’il aurait mille fois préféré retrouver Bianca. Parce qu’il aurait tout donné pour la revoir. Parce qu’elle seule était suffisamment importante pour qu’il continue de se battre. Mais cette scène a l’intérieur du camping-car a fait ressurgir en lui, ces sentiments enfantins qu’il voulait tant détruire. Les larmes se sont mises à couler sur ses joues sans qu’il ne puisse les contrôler. Enzo pleure. Parce qu’il est mitigé. Heureux de ne plus être seul, désespérément triste d’avoir encore échoué à la retrouver. Il n’avait pas fait attention à ce que Nikolaï pouvait bien faire, dans son dos. Ou a ce qu’il pouvait bien penser. Parce qu’il ne voit le monde, que de sa façon, Enzo a attrapé le premier objet à sa portée pour le lancer face à lui : un vulgaire cailloux qui rebondit contre un arbre, en même temps que l’écho du cri qu’il s’est mis à pousser. Comme si pendant quelques instants, il avait oublié les morts circulants non loin.

“- C'est fini...” murmure-t-il à lui même, pensant qu’en retrouvant son frère il a anéanti toutes ses chances de retrouver Bianca. “ J’pourrais pas... ” Enzo, il sait d’avance qu’il ne sera pas capable de quitter son frère pour la rechercher elle.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Sam 17 Fév - 9:07

Nikolaï n'avait jamais cessé de penser une seule seconde à Enzo. Depuis qu'il avait appris la mort de son petit frère, il portait sur sa conscience le poids d'une promesse qu'il n'avait pas pu tenir , celle de toujours le protégé. Il était si jeune, il avait besoin de ses frères et tous un par un l'avait laissé malgré eux. Il pensait son frère mort, il aurait tout donné pour le revoir mais à ce jour, malgré la ressemblance frappante avec son frère Luke, Nikolaï n'aurait pas émis la moindre seconde l'hypothèse qu'Enzo soit en vie. Il avait perdu tout espoir, il ne pouvait pas imaginer après une telle peine pouvoir retrouver son cadet. Il se disait simplement que ses yeux devaient traduire son envie de revoir son frère, que l'obscurité obstruait sa vision, tant d'hyptohèse qui n'était pas la vraie. Tout ce que Nikolaï voyait c'est que cette personne en voulait à sa gourmette, le seul souvenir qui lui restait d'Enzo. Il faudrait lui couper la main pour lui retirer. Alors il l'avait frappé. Un simple coup de crosse en pleine figure qui le faisait tomber. Nikolaï ne voulait pas s'arrêter là, si crever lui était bien égal, il devait au moins resté en vie jusqu'à l'accouchement d'Alixen, parce qu'elle ne pourra pas le faire seule. Enfin en réalité si, ça ne sera que son seul travail qui donnera vie à cette enfant, mais elle ne pourrait pas assurer sa propre protection en même temps.

Il le soulevait par le col, quelle bonne raison pourrait lui sortir ce gamin pour ne pas se faire tuer ? Nikolaï était totalement dans le déni, il avait la vérité en face de lui mais ne la voyait pas, ne l'entendait même pas. Pourtant, au simple mot du jeune homme, Nikolaï fut comme sonné, comme s'il avait à son tour reçu un coup de crosse. Il l'avait immédiatement lâché reculant de quelque pas. Ces mots, dans son enfance, il les avait tellement entendu, encore et encore. A chaque fois qu'il s'en prenait gratuitement à Enzo, lorsque le jeune garçon voulait jouer les têtes fortes. En général, ça lui attirait toujours un peu plus les foudres de Nikolaï et pourtant il s'entêtait à continuer de le provoquer. Bien des années plus tard, son petit frère n'avait pas changé. Nikolaï n'arrivait pas à réaliser, ni à y croire et pourtant c'est bien le visage d'Enzo qu'il voyait devant lui. Il avait changé, il n'était plus un petit garçon, il devenait un homme. Grandit, il avait tellement grandi, sa voix avait changé aussi. Pourtant, il continuait tellement de ressembler à Luke, par on ne sait qu'elle moyen, il semblait même blessé au même œil, à croire qu'un tragique destin doit suivre chaque Harrison. C'était impossible que ça soit lui. Et pourtant si. Mais comment était-ce possible ?

Il n'avait même pas réagi quand ce jeune garçon, Enzo, choisissait de le pousser de toute ses forces pour sortir du camping-car. Nikolaï s'était ressaisi pour le suivre. Il se mettait à vomir, enfin il ne sortait pas grand-chose. Nikolaï avait le coeur qui battait la chamade, ses yeux étaient écarquillés, encore maintenant il n'y croyait pas mais il ne se risquait pas à prononcer ce prénom. Il savait qu'au moment où il le ferait il risquait de tout lâcher. Et Nikolaï, c'était quelqu'un qui gardait tout enfoui au fond de lui.

Sans doute bêtement, Nikolaï avait mit prudemment un pied, puis l'autre à l'extérieur du camping-car. Il n'aurait jamais cru revoir un membre de sa famille, il les savait tous mort avec certitude, leur père leur avait avoué avoir enterré leur mère, Luke lui avait assuré que Aidan était mort d'une balle dans la tête, et leur père était mort sous les yeux de Nikolaï. Seul Enzo restait l'incertitude mais Nikolaï ne voyait pas pourquoi leur père avait dit à Luke que le dernier était mort. Tout devenait clair, après tout lorsqu'il avait battu Nikolaï à mort, il lui avait bien envoyé en pleine figure qu'il était mort, qu'il ne devait plus exister. Il était fou. Nikolaï le voyait pleurer et jeter un vulgaire caillou au loin. Il ne savait pas comment réagir, ses retrouvailles avec Luke avait été plus simples, plus claire parce qu'à ce moment Nikolaï n'était pas malheureux, là il ne croyait plus en rien, il ne voulait même plus vivre. Retrouver Enzo l'obligerait à continuer de vivre pour lui. Mais pour l'instant il pleurait sous les yeux impuissants de Nikolaï. « Enzo… ? » Il ne savait pas s'il devait l'approcher, le toucher. Il ne savait pas ce qu'il avait vécu, Nikolaï lui n'a longtemps plus accepter le moindre contact. Il s'avançait lentement se plaçant devant lui, l'observant dans les yeux, enfin dans l'oeil. « J'arrives pas à y croire ... » Les larmes commençaient à couler le long du visage de Nikolaï, parce qu'il se sentait tellement heureux. Mais tellement malheureux parce qu'il retrouvait Enzo quand Luke venait de mourir. Il ne voulait pas remplacer son frère, il aurait tellement aimé le retrouvé plus tôt, qu'ils se retrouvent tous les trois. Il se laissait tomber sur les fesses, ne sachant pas comment réagir. « Comment… Comment c'est possible ? »



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Sam 17 Fév - 11:28

Maybe it should have stayed that way
because none of us really
know each other
____________________________________



Lorsque son prénom a retenti, à quelques centimètres de sa personne, son unique paupière s'est refermée. Laissant couler une nouvelle larme de désespoir sur sa joue, sans qu'il ne puisse la contrôler. Enzo, il a senti son coeur se briser, et se recoller petit à petit, en reconnaissant son frère. Le garçon est face à une situation encore jamais explorée, il a l'impression de perdre tellement, et de retrouver quelque chose de perdu à jamais. Tout ça en même temps, tiraille son être comme s'il était incapable d'y faire face. Le borgne ouvre son œil, juste avant que son aîné prenne de nouveau la parole. Dans ses yeux, il voit le mélange de sentiments qui s'emparent de lui. Nikolaï ne doute plus, mais il se questionne. Enzo a le visage légèrement baissé, ses cheveux retombant sur son bandage sale qu'il devrait changer. Son coeur a ralenti de façon significative, il a l'impression que les secondes deviennent des minutes. Le temps lui semble si long, qu'il semble lui-même bouger au ralentis. Ses pensées sont si peu fluides, qu'il ne réagit à ce qu'il est en train de faire, que lorsqu'il est trop tard. Enzo s'est redressé, son genoux droit s'est écrasé dans son acide gastrique sans qu'il n'y fasse attention. Et avant qu'il n'ait pu penser à faire marche arrière, ses bras sont déjà passés dans le dos de Nikolaï. Son souffle coupé, n'a reprit que lorsque son menton s'est posé sur l'épaule de son frère. Dans une étreinte qu'il n'aurait jamais pensé donné, il récupère son activité cérébrale en fermant les yeux. Enzo, il respire lentement. Une fois qu'il a réagit à son geste, il ne s'écarte pourtant pas.

Les semaines ont été longues, depuis que les bombes sont tombées. Si Enzo a rencontré de nombreuses personnes, il n'a pourtant pas eu de contact intime comme celui-ci. S'il s'est laissé attendrir par certains caractères, par certains survivants exemplaires, il ne s'est pourtant pas complètement laissé aller avec eux, comme il pouvait le faire avec Fabian, et Bianca. Cette pensée lui traverse l'esprit, et il se met à serrer un peu plus fort son frère. Comme si cette étreinte pouvait anéantir sa peine intérieur, Enzo laisse une dernière larme couler sur sa joue. Parce qu'au fond de lui, le garçon a toujours su qu'il ne pouvait pas vivre seul. Ces dernières semaines, lui ont fait comprendre qu'il s'était recréé sa propre famille, avec ses deux amis. Il avait eu besoin d'eux, comme il avait toujours eu besoin de ses frères. Vivre entouré a toujours été sa manière de survivre, il a besoin des autres plus qu'il aurait jamais pu l'avouer. Dans cette étreinte, Enzo anéanti ses chances de la retrouver. Parce qu'il sait qu'il sera incapable de quitter sa chair, pour retrouver son coeur. Enzo, il s'emprisonne à un destin par amour fraternel.
_______

Ce n'est que quelques minutes plus tard, que le plus jeune retrouve la parole. Après que ce câlin ait prit fin, après qu'il se soit assit contre une roue du camping-car. L'air frais lui fait du bien, l'aide à se calmer. La crise à l'intérieur de son estomac s'est calmé, à force de regarder les arbres sans vie autour de lui. Enzo, sait que son frère est à ses côtés. Il se fait peu à peu à cette idée, sans pour autant oser réaliser que tout ça est une réalité. Il a l'impression de rêver, son œil est vif, regardant de tous les côtés, comme s'il avait peur que le prochain obstacle fasse disparaître l'hallucination d'Enzo. Mais, pour la première fois depuis leur séparation, il parvient à échapper à l'image de Bianca. Sans s'en rendre compte, Enzo est bien. Si bien, qu'il ne se souvient plus de la dernière fois qu'il s'est senti ainsi. Alors, après un léger soupire, il répond à la question précédente de son frère, comme si elle était restée gravée dans sa mémoire pendant les longues minutes qu'on durait cet échange muet.

« - J'suis resté avec lui, un peu... » Commence-t-il a dire sans citer directement son géniteur. Son œil est posé sur les arbres, sans qu'il ne s'en détache. « Il m'a laissé tomber dès que les choses sont devenues compliquées. »

Enzo, il ne veut pas entrer dans les détails. Parce qu'il se souvient de la voix de son père, lui demandant de le pardonner, une fois que le rideau de fer les séparait. Parce qu'il se souvient des nombreux rôdeurs qui ont faillis lui prendre la vie, avant d'être sauvé par la mort elle-même. La lâcheté de son père, lui a valu de vivre les pires années de sa vie. Si Enzo veut être honnête face à Nikolaï, fraîchement retrouvé, il ne parvient pour l'instant pas, à s'ouvrir complètement. Sur ses réserves, comme il l'est toujours face à un inconnu. Parce que c'est ce que vous êtes, au final, n'est-ce pas ? Deux garçons qui ne connaissent rien, l'un de l'autre. Parce que l'apocalypse change complètement les gens, Enzo sait qu'il ne regarde pas Niko, comme il l'aurait fait de nombreuses années plus tôt.

« - T'es tout seul, toi aussi ? » Enfin, il tourne son œil unique vers celui qui partage son ADN. Il le regarde avec tendresse, même s'il ne s'en rend pas compte. Son œil, il pétille en repensant brièvement à Bianca, alors il reprend la parole en questionnant le plus sage. « T'es pas bien futé, à laisser la porte ouverte. Si ça avait été un connard, tu pourrais déjà être mort. » Mais Enzo, il se dit qu'au fond, s'il ne t'avait pas reconnu, ou si tu n'avais pas été rapide, il aurait pu lui-même faire parti de ces connards.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Dim 4 Mar - 20:24

C'était bien son petit frère, à genou face à lui, vomissant le peu qu'il devait avoir dans l'estomac. Nikolaï ne doutait plus. Cet air familier, cet intérêt pour sa gourmette, cette phrase. Tout lui indiquait qu'il s'agissait d'Enzo. Il n'était pas mort. Guidé par ses pas et son instinct, Nikolaï était venu se placer face à lui pour l'observer. Voilà des années qu'il ne l'avait plus revu, il avait laissé derrière lui un petit garçon chétif au regard innocent et il retrouvait un jeune homme, brisé par ces années de survie. Il n'en était pas étonné Enzo pourrait exactement se faire la même réflexion à propos de son ainé. Ces années de survie avaient brisé tous le monde et continuait de le faire. Il avait perdu tellement de personne qu'il avait cessé de compter mais chaque mort se révélait être plus douloureuse que la précédente. Sa mère, Aidan, Dylan, Danny, Malaury, Clarke, Maebh, Bonnie, Faith et récemment Luke. Et il y en avait tellement d'autre. Pourquoi le monde leur interdisait-il d'être heureux ?

Il ne s'était vraiment pas attendu à ce que subitement Enzo se redresse et passe ses bras autour de lui. Pas que Nikolaï soit le genre de mec à ne pas aimer les marques d'affection mais il ne s'y attendait pas. Instinctivement il passait à son tour ses bras autour d'Enzo, une de ses mains se posant autour de ses épaules et l'autre derrière sa tête. Il se rappelait douloureusement presque trois ans auparavant ses propres retrouvailles avec Luke, lorsque s'était lui qui avait fondu dans ses bras. Il ne savait tellement pas comment réagir. Il était tellement heureux de retrouver son frère, pourtant, il détestait encore plus ce monde pour avoir privé Luke de ce même bonheur. C'était injuste, chaque fois qu'il se sentait heureux, un malheur précédait ou suivait ce bonheur. Pourtant, il continuait à vivre jour après jour, pour Alixen et son bébé, et maintenant pour Enzo. Il le serrait contre lui, il le protégerait même s'il avait vécu jusque maintenant seul. Enzo était toujours son petit frère. Il avait l'impression qu'il avait besoin de lui, que le plus jeune des Harrison était vraiment épuisé. Lui aussi, il avait dû avoir son lot de malheur. Nikolaï essayait de montrer à son petit frère qu'il pouvait se reposer sur lui à présent après tous ce temps à devoir se débrouiller seul.

Cette étreinte prit fin mais le silence continuait à régner, l'un comme l'autre ayant sans doute encore besoin de temps pour réalisé. Enzo était assis contre le camping car, Nikolaï s'était assis à ses côtés toujours silencieusement. Peut-être qu'avant, il auait crier, ri, souri tant il aurait été joyeux, mais Nikolaï n'était plus cet enfant, dorénavant il était plus adulte, ou tout simplement plus blessé. Alors il attendait, simplement qu'Enzo trouve la parole, car Nikolaï lui se posait tant de questions mais ne voulait pas l'accabler. L'étreinte qu'il avait eut avec son petit frère lui avait fait oublié les questions qu'il lui avait poussé, mais le benjamin les avait toujours en tête puisqu'il commençait quelques explications. Nikolaï l'écoutait, apprenant avec désarroi que leur père avait laissé Enzo quand les choses ont mal tournée. Il était tout simplement devenu fou… Cela le confortait dans cette idée. Nikolaï ne voulait pas avouer à Enzo qu'il avait revu Owen et que celui-ci avait tenté de le tuer jusqu'à ce que leur ainé l'abatte. Il n'avait sans doute pas besoin de ça, ou peut-être que si vu l'amertume que ressentait le plus âgé dans la voix de son frère. « Désolé... » Nikolaï redoutait d'en apprendre plus sur l'histoire de son frère car tout ce qui lui était arrivé relevait de sa faute, s'il ne l'avait pas laissé rien ne lui serait arrivé, enfin pas de cette façon. « Il… Il était  devenu totalement fou de toute façon » ajoutait Nikolaï silencieusement laissant sous entendre qu'il en savait plus que ce qu'il disait. Il n'avait pas forcément envie de parler des sujets qui fache, ni d'aborder Luke comme le tueur de leur père alors qu'il était tellement plus. De toute façon, il sentait bien aussi qu'Enzo restait vague mais ils auraient tous le temps pour se reparler. Après tout, malgré leur statut de frère, tous les deux avaient grandis, changé et été meurtris par cette apocalypse . Ils n'étaient plus ces deux garçons toujours en train de se disputer mais inséparables en même temps. Car à cette époque où Nikolaï ne s'entendait pas avec Aidan et où il s'en prenait à Luke, Enzo était à la fois son petit protégé et sa première victime mais si Nikolaï passait constamment son temps à embêter le plus jeune, il ne fallait pas pour autant toucher le moindre de ses cheveux. Mais il ne l'aurait jamais avoué cette petite brute de cours d'école.

Enzo finissait par le sortir de ses pensées lorsqu'il lui demandait s'il était tout seul. Non il ne l'était pas, il voyageait avec Alixen et il avait voyagé avec Luke. L'ainé restait silencieux, un moment regardant droit vers cette maison dans laquelle Alixen devait tenté de trouver le sommeil, ou pleurer encore silencieusement la mort de celui qu'elle avait aimé. Nikolaï avait eu énormément de mal avec la jeune femme, il n'était pas encore un grand fan d'elle, mais il ne doutait plus de l'amour qu'elle portait à son frère. Enzo ajoutait qu'il n'était pas bien futé d'avoir laissé la porte ouverte car s'il avait s'agit d'un connard, il serait déjà mort ce qui faisait sourire Nikolaï qui riait légèrement. « Si tu avais été n'importe quel connard, tu te serais prit une balle… Je ne rate jamais un coup... » Nikolaï était très précis avec une arme, il avait eu de quoi s'entrainer lorsqu'il jouait au garde à Angel Camp. Il ajoutait après un grand soupire. « La seule raison pour laquelle j'ai pas tiré, c'est que t'es son portrait craché. » Il croisait ses bras autour de ses jambes qu'il ramenait vers lui pour ne pas montrer sa peine. « A Luke. » Il savait que ce prénom ne sonnerait pas creux aux oreilles d'Enzo malgré les années sans l'entendre à nouveau. Si à l'époque leur ressemblance était moins frappante car marqué par les changements importants de l'enfance d'un âge à l'autre, aujourd'hui il aurait été incontestable de dire qu'ils se ressembleraient. Nikolaï choisissait d'ajouter pour enfin répondre à sa question. « Je voyage avec quelqu'un, elle s'appelle Alixen. Mais je la laisse se reposer à l'intérieur, je préfère surveiller le véhicule mais elle a besoin d'un vrai matelas. » Nikolaï restait assez vague sur tout, pour l'instant. Lui qui ne savait pas garder de secret à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Dim 11 Mar - 14:07

Maybe it should have stayed that way
because none of us really
know each other
____________________________________



L'oeil d'Enzo est devenu plus rapide, éveillé, lorsque Niko a répondu à propos de leur père. La façon dont il l'a fait, ce qu'il a eu à en dire… laisse sous entendre qu'il a lui aussi croiser la route de cet enfoiré. Si Enzo avait eu le courage, la force, d'en demander plus, il l'aurait fait. Parce que son plus grand rêve, outre retrouver Bianca, est de mettre six pieds sous terre, cet homme qui a transformé sa vie en un véritable enfers. Il s'est alors contenté de lancer un regard discret à son frère, avant de regarder de nouveau le sol à ses pieds. Son regard ne s'est redressé, que lorsque celui de Nikolaï en a fait autant. Il s'est mit à regarder cette maison, cachée. Il ne l'avait pas vu jusqu'à présent, et Enzo soupire en se disant que s'il n'était pas tombé sur son frère, il aurait pu crever. Comme il était à deux doigts de le faire, lorsque Seth est venu le sauver. Sa tête est venue se reposer sur la carcasse de la caravane. Un sourire au coin de ses lèvres s'est dessiné, à la réponse de son cadet. En réalité, il n'en aurait pas attendu moins de sa part, la survie est quelque chose de difficile. Mais si il a pu lui-même y arriver, il s'imagine que les choses ont été plus faciles pour Nikolaï. Il s'est alors contenté de sourire, tout en regardant les arbres devant lui. Sourire qui disparaît à la seconde où les paroles du garçon à ses côtés, deviennent trop sérieuse. Dans le timbre de sa voix, Enzo entend le désespoir de son frère. Sa gorge se serre, comme s'il avait du dire son nom lui-même. Luke… prénom qui résonne dans son esprit alors que ce n'était pas arrivé depuis longtemps. Tout comme le visage de sa mère, celui de Luke s'est évaporé de ses souvenirs. Les années ont fait qu'il ne se souviens que de leur relation, alors qu'il aurait aimé pouvoir faire bien plus. Luke, dans l'esprit d'Enzo, fait parti des morts qui sont partis avant qu'il ne ressuscite dans les mains de son malfaiteur. Ça a été plus facile d'oublier, que de vivre avec le poids de leur perte à longueur de journée, enfermé dans sa cage sans pouvoir sentir la fraîcheur extérieur sans le M. Son unique œil s'est tourné vers Nikolaï comme s'il cherchait quelque chose d'invisible. Quelque chose qu'il ne peut même imaginer, pas même après avoir déjà retrouvé un frère qu'il croyait mort. Non, Enzo est loin de se douter de la souffrance dans laquelle Niko vit depuis la mort de son aîné.

« - Je voyage avec quelqu'un, elle s'appelle Alixen... » Enzo n'imagine pas à quel point ce nom va changer sa vie. « Mais je la laisse se reposer à l'intérieur, je préfère surveille le véhicule. Elle a besoin d'un vrai matelas. »
« - On en a tous besoin. » Rectifia le plus jeune des deux. Alors, il repense encore une fois à Seth, et à sa femme Skye, et à toutes les choses qu'ils étaient capable de faire l'un pour l'autre. « Qu'est-ce qu'elle a de spéciale, cette fille ? » Enzo parle, sans se rendre compte de ce qu'il peut bien dire. Il nage dans un groupe qu'il ne connaît pas, mais ça ne l'empêche pourtant pas d'être fidèle à lui-même. « Tu te la fais ? T'aurais du lui faire un lit dans ta caravane, c'est dangereux d'se perdre de vue... »

Il soupire, sourit à ses mots en regardant la réaction de son frère. N'imaginant pas la véritable relation de ces deux là, il en a immédiatement déduis que, comme entre Seth et Skye, c'était de l'amour qui vous liait. Mais certainement pas de l'amour envers une autre personne. Si Enzo a dit ça, sur ce ton là… c'est parce qu'il sait qu'en une fraction de seconde, l'autre peut être avalé dans le néant. S'il a comprit qu'il aimait sincèrement Bianca, c'est parce qu'elle est partie. Le manque fait ressortir les sentiments, et il ne peut que se dire une chose : si elle avait été dans la maison d'à côté, il aurait été tout bonnement incapable de rester à l'extérieur.

« - Laisses tomber, j'veux pas savoir. » Alors, il se met à rire. Pour la première fois depuis bien longtemps, Enzo rit d'un rire franc. Un vrai, qui fait retrousser ses paumettes comme l'enfant qu'il est. « Ça va être bizarre, si j'la vois. »

Enzo se mort la lèvre, continuant de sourire. Cette simple conversation, contrairement à son frère qui doit en souffrir, lui remet du baume au coeur. Depuis longtemps, il ne s'était pas senti aussi bien. Réellement bien, tout court. Enzo, il en aurait presque oublié ce que ça pouvait lui faire ressentir, d'être heureux. D'être accompagné de quelqu'un qui compte réellement, de quelqu'un pour qui il pourrait déplacer des montagnes. Parce que lorsqu'il repose son unique œil sur son frère, Enzo sait qu'il ferrait n'importe quoi pour lui.

« - Tu... tu m'laisserais rester cette nuit ? » Finit-il par demander, hésitant, après avoir fait disparaître toutes traces de bonheur, pour faire place à de l'incertitude.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Sam 21 Avr - 21:05

Nikolaï ne s'était pas rendu compte que ses propos pouvaient pousser Enzo a se poser des questions à propos de leur père. Il l'informait juste, pour lui montrer qu'il comprenait ses dires sans même pensé qu'Enzo se demanderait comment il savait ça. De toute façon il n'avait pas tellement envie de développer ce souvenir douloureux, se rappeler les coups de battes qu'il avait reçu encore et encore jusqu'à ce bruit de balle qui avait retentit, suivi du corps d'Owen s'écroulant au sol. C'était encore assez récent, l'épaule de l'ainé en restait la preuve. Même si ça avait cicatrisé, l'infection qui avait suivi ce passage à tabac avait étendu la plaie et fut un temps c'était horrible à voir.

La conversation continuait alors qu'Enzo réprimandait presque Nikolaï pour ne pas s'être enfermé avant que celui ne lui avoue que s'il avait été n'importe qui, il ne serait plus de ce monde et aurait reçu une balle en pleine face. Nikolaï n'était pas un surhomme mais il l'avait entendu arrivé, et disons qu'il était du genre très précis. Il remerciait ses heures interminables à l'Angel Camp à jouer aux gardes et ses nombreuses expéditions dans le rôle du sniper. Si on pouvait avoir confiance en quelqu'un c'était bien en lui à ce sujet. Mais la véritable raison pour laquelle aucune balle n'était sorti du fusil d'assaut, c'était tout simplement car il ressemblait à Luke. Plus jeune, un visage plus long et tous ses doigts. Mais c'était frappant à quel point il croyait voir son frère. Maintenant qu'il était prêt de lui, il voyait les différences mais un inconnu ne le différencierait pas.

Luke… Un prénom qui signifiait tant pour tous les deux. Leur frère. Pourtant pour l'un il ne s'agissait là que d'un lointain souvenir, alors que pour l'autre, c'était le plus gros résumé des deux dernières années de sa vie. Dans les deux cas, ils l'avaient perdu mais peut-être Enzo ne comprendrait pas l'état de Nikolaï. Il ne savait pas trop. Il ne s'attardait une nouvelle fois pas vraiment sur le sujet, préférant répondre à la question suivante concernant son groupe . L'ainé des Harrison lui parlait d'Alixen qu'il laisser se reposer à l'intérieur de la petite maisonnette, préférant surveiller leur véhicule. Il leur était vital, il ne pouvait pas le perdre. Nikolaï souriait légérement quand Enzo rectifiait qu'ils en avaient tous besoin. Il n'avait pas tord, mais Nikolaï pouvait sans doute réellement affirmé qu'il n'était pas enceinte d'un enfant lui.

Il ne répondait pas lorsqu'Enzo lui demandait ce qu'elle avait de spéciale cette fille. S'il savait. S'il savait que lors de leur rencontre Nikolaï l'avait vu nue, avant qu'il ne se retrouve déshabiller à son tour avant d'être abandonné comme un idiot. Il l'avait retrouvé deux ans plus tard en tant que petite amie de Luke et finalement, elle portait le fruit de leur union. Alors cette fille, elle était vraiment spéciale. Cette fille, il l'avait longtemps détesté, il n'était pas très proche d'elle même. Mais elle faisait maintenant partie de sa famille. Il fut donc surpris en entendant la question de son frère. Jamais de la vie il ne se ferait Alixen, c'était impossible. « C'est compliqué... » Il passait sa main dans ses cheveux grattant l'arrière de son crâne, souriant de façon gêné avant qu'Enzo lui avoue qu'il ne voulait pas vraiment savoir. « T'emballe pas ! » Il riait à son tour face à la réaction d'Enzo. Il avait l'impression de ne jamais l'avoir laissé. Enzo, son petit frère, celui qui avait longtemps été la prunelle de ses yeux. « Ca va te paraître bizarre, mais en fait on s'entend pas vraiment. » Il se lançait dans des aveux assez étrange pour expliquer qui était Alixen pour lui. « Y a pas si longtemps je t'aurais même dit que je la déteste mais… C'est, enfin c'était la petite amie de Luke, elle est enceinte de lui » Il préférait y aller du tac au tac afin d'être honnête et de ne pas tourner autour du pot.


Il fut surpris de sa dernière question, arquant ses sourcils sous l'étonnement. « T'es sérieux ? » Il ne le prenait pas mal, au contraire mais il se vexait presque qu'Enzo doute de la réponse. « Je peux pas te séquestrer mais sâche que pour moi t'as pas intérêt de partir ! Maintenant tu restes cette nuit et toutes les autres nuits... » Nikolaï regardait Enzo tendrement. Il n'était plus le petit frère dans cette histoire, mais le grand frère et ça lui faisait étrange. Parce que ce petit homme lui redonnait courage. « Tu peux rester dans le camping car… Si Alixen te voit dans la maison, ça risque de lui faire un choc... »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Dim 6 Mai - 13:38

Maybe it should have stayed that way
because none of us really
know each other
____________________________________



Depuis longtemps, il n'avait pas été en groupe. Depuis longtemps, il n'avait pas ressenti cette sensation d'appartenance. Enzo, il n'a pu s'empêcher de sourire tendrement lorsque Nikolaï lui a dit qu'il était hors de questions qu'il parte. Le plus jeune est heureux, comme il n'aurait pu l'être avec quelqu'un d'autre. Seth, et Skye, lui manquent, parfois. Souvent, mais ce n'est rien comparé à Bianca. Aujourd'hui, Enzo, scelle son destin : il redevient un frère, laissant l'ami de côté pour ne plus rechercher sa moitié. Enzo, il pense qu'il n'est pas capable d'être les deux. Alors, à cet instant, il choisi la famille. La vraie. Il sait, qu'il lui sera impossible de quitter Niko. C'est l'avenir, que le plus âgé apporte avec lui.

« - Tu voulais pas que j'dorme dans ton lit, et là, tu veux que j'vive avec toi.. » Le gamin ne peut s'empêcher de sourire, de plaisanter, avec ces souvenirs qui refont surface comme par magie. « La fin du monde aura pas été si pourrie que ça, nan ? »

Parce qu'avec les années, Enzo a apprit que quelque chose de bon, a une date de péremption. Que ce soit la nourriture, les groupes, ou les survivants eux-même. S'attacher à quelqu'un signifie pleurer en le perdant. Enzo, il a pleuré pour Fabian. Il a pleuré pour Bianca. Et il sait d'avance qu'il finira par pleurer pour Nikolaï. Ou peut-être que cette fois-ci, il ne sera plus là pour pleurer. Peut-être qu'il sera celui à disparaître, cette-fois ? Cette simple idée lui donne des frissons, alors, Enzo décide de se concentrer sur autre chose. En regardant la maison, en face, il ne peut s'empêcher de laisser vagabonder son esprit sur ce que vient de lui apprendre son frère. Au bout de quelques secondes, Enzo ne peut s'empêcher de froncer les sourcils, pour finalement tourner son visage bandé sur celui de son frère.

« - Y a quelque chose qui cloche... » Il se redresse de la caravane, poses ses avants bras plein de cicatrices sur ses genoux. « Un bébé, c'est pas censé naître au bout d'un peu moins d'un an ? » Enzo, il n'y connait rien, et honnêtement ? Il n'aurait jamais imaginé avoir ce genre de conversation. « Cette meuf, elle peut pas être enceinte de Luke... Il est mort avant que tu... Luke est mort avant qu'on soit séparés. »

Ses neuronnes courent dans tous les sens, on pourrait presque le voir dans son unique oeil. Il réfléchit, profite du silence qui s'est installé entre les deux garçons. Pourquoi Nikolaï ne répond pas ? Pourquoi est-ce qu'il est si long, à trouver les mots, alors qu'il n'avait pas besoin de le faire jusque là ? Enzo s'impatiente, finit par prendre la parole avant que son frère ait eu le temps de s'expliquer.

« - Tu veux dire que... » Il hésite, mais reprend vite. « Luke est toujours en vie ? »

Une pointe d'espoir se glisse dans son regard, alors qu'il n'en avait plus depuis bien longtemps. Retrouver un frère, était inespéré. En retrouver deux ? Impossible. Du moins, c'est ce qu'Enzo aurait pensé si il n'avait pas mal capté les signaux de son frère. Il s'est redressé sur ses pieds en une fraction de seconde, après qu'il ait posté la question fatidique. Enzo, il regardait Nikolaï, mais son regard s'est porté sur la maison abritant Alixen pour la nuit. En elle, il a l'impression de voir le paradis.

« - Il est à l'intérieur avec elle, c'est ça ? » Excité, soudainement, Enzo ne sait plus où donner de l'oeil. « C'est pour ça, qu'elle flipperait en me voyant ? » Enzo hausse les épaules, grimace comme si elle n'était pas importante. « Qu'elle aille au diable ! Si Luke est à l'intérieur, j'ai besoin d'le voir... »

Le garçon aux cheveux longs, et bruns, a commencé à s'avancer en direction de la maison. De seulement quelques pas, sans savoir la véritable ambiance qui reigne autour de lui. Enzo, il se croit pousser des ailes pendant quelques minutes, et même s'il a parlé du diable, Enzo, il n'aurait jamais voulu que cette Alixen rencontre le -M. Il a parlé trop vite, parce que revoir Niko, lui a donné le besoin de revoir les autres. Les siens, sa famille de sang, ceux qu'il a aussi pensé perdes des années plus tôt.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Sam 2 Juin - 13:47

Nikolaï avait perdu l'habitude de vivre en groupe, il les avait longtemps recherché détestant la solitude. Mais tous les groupes finissent par disparaître. Les gens finissent par mourir. Nikolaï avait même cessé d'inscrire le nom de tous le monde dans son carnet, parce que ça n'en finissait plus. Bien avant Luke il avait abandonné cette idée, mais dans tous les cas, il aurait été incapable d'inscrire le prénom de son frère. Maintenant il n'y avait qu'Alixen et lui et ça lui convenait. Mais Enzo entrait dans la balance, et Enzo devenait sa priorité. Parce qu'il était son petit frère et celui qu'il considérait comme la première victime de sa faiblesse. Il avait une chance de se rattraper. Mais il ne pouvait s'empêcher de penser à Luke, le destin croyait-il que lui rendre un frère après lui en avoir prit un autre allègerait sa peine. Non son coeur restait brisé mais au moins il avait une nouvelle raison de se battre. « Tu bougeais énormément et tu me collais la nuit. J'avais des excuses » Oh bon sang, si c'était à refaire, il passerait chacune de ses nuits avec son petit frère, il ne ferait pas autant d'opposition à Aidan, il arrêterait de provoquer Luke. Mais ce n'était pas à refaire et il devait aller de l'avant, même s'il ne voyait rien à son lendemain. « J'ai pas dis que j'voulais que tu dormes avec moi, juste vivre ensemble. C'est bien non. Hors de question que je te fasse le bisou de bonne nuit ! » Il essayait de se montrer fier, de faire le meneur. Mais il était brisé, il n'avait qu'une envie le caliner encore et encore. Mais il ne le faisait pas, parce qu'au fond, il n'avait en commun que leur souvenir d'enfance. Et un ADN proche aussi, un peu.

Nikolaï lui avait un peu expliqué ce qui l'unissait à Alixen. Elle portait leur enfant, à elle et à Luke. C'est pour cela que malgré leur relation chaotique, il restait tous les deux. Contre le monde, en l'honneur de Luke mais surtout pour la survie du bébé. Enzo ne comprenait pas, il est clair qu'en cinq ans le bébé aurait eut le temps de naitre et de grandir. Mais ce petit-être n'avait pas été conçu avant sa disparition, mais bien après. C'est vrai qu'Enzo ne l'avait pas revu depuis la mort d'Aidan et la présumé sienne. Cette époque tragique où les deux plus jeunes avaient décidé d'être tout l'un pour l'autre. Cette promesse de ne jamais se séparer. Promesse qu'il n'avait pas tenu, sous peine d'y perdre la vie face à une horde de rôdeur. Nikolaï n'ajoutait rien. Il n'en avait pas le temps, il 'en avait pas le courage. Il allait tout lui expliquer pourtant mais Enzo avait compris le premier. Enfin presque Luke avait été en vie. Mais ce n'était à nouveau et définitivement plus le cas. « Enzo… Je dois te dire un truc ? » Mais Enzo ne l'écoutait pas. Une sorte de joie se lisait sur son visage, il pensait vraiment avoir retrouvé deux frères. Nikolaï n'avait pas envie de lui faire vivre une seconde fois la mort de Luke, il aurait dû lui faire comprendre qu'il avait poussé son derier souffle. Mais il n'en trouvait pas le courage. Le regard du plus jeune se posait sur la maison, celle qui abritait la maison. « Enzo ? » Mais il ne l'écoutait toujours pas, il se mettait en tête que Luke était à l'intérieur avec elle. Mais non ce n'était pas le cas. Et si Alixen le voyait débouler sans prévenir, elle verrait Luke, son double, sa copie conforme en plus jeune. A l'age qu'il avait quand ils s'étaient rencontré, juste avant qu'elle ne se tire et qu'ils se retrouvent entre eux.

Nikolaï devait prendre son courage à deux mains. Le jeune Harrison s'était redressé à son tour rejoignant en quelques foulées la distance qu'avait traversé Enzo. Il s'était saisi de son poignet, tirant le plus jeune à nouveau dans son sens. Il voyait encore la vilaine marque de coup qu'il lui avait fait en lui envoyant un coup de crosse. Il n'y pensait pas, ses yeux verts s'embuant de larmes qu'il séchait de son autre bras. Sa main serrait celle d'Enzo maintenant, se crispant au rythme de sa respiration. « Luke n'est pas en vie Enzo... » De son autre point, il serrait ses ongles rongés contre sa paume, il n'arrivait pas à soutenir le regard de son petit frère. « Mais il n'est pas mort en même temps qu'Aidan. » Nikolaï s'apprêtait à tout lui raconter mais il préférait qu'ils s’assoient à nouveau, alors il l'entrainait vers cette vieille balançoire dans le jardin ne lui laissant pas le choix.

« J'ai retrouvé Luke il y a trois ans maintenant, il avait été enlevé par un groupe qu'il avait réussi à fuir. Puis de fil en aiguille, j'ai pas tous les détails avant notre rencontre mais, il avait réussi à rejoindre la zone 51, tu sais celle que Owen, euh papa, et le groupe voulait qu'on rejoigne. Je sais pas pourquoi mais toi t'étais pas avec et il lui a dit que t'étais mort de faiblesse, que t'avais pas supporter ma mort, de me perdre aussi… Je m'en voulais tellement quand Luke me l'a dit... » Nikolaï s'en voulait parce qu'il avait bien survécu aussi. A croire qu'un Harrison ne restait jamais vraiment mort, digne des films de science fiction qu'ils aurait regardé plus jeune. Mais il lui devait toute la vérité. « J'vais tout te dire mais ça risque de te faire un choc, t'es prêt à l'entendre ? » Parce que clairement, il allait en apprendre des choses, mais Nikolaï aussi il voulait en savoir plus sur le périple de son frère.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Mar 5 Juin - 19:14

Maybe it should have stayed that way
because none of us really
know each other
____________________________________



Assit sur cette balançoire, Enzo regarde son frère sans comprendre ce qui va suivre. Il est encore tout excité par la possibilité que Luke soit lui aussi dans le coin. Mais tous ses espoirs tombent à l’eau lorsque les paroles de son frère viennent lui percuter le cerveau. Est-ce qu’il est sur le point de lui annoncer la mort de Luke ? Ou pire encore ? Le nom de son père résonne encore dans ses oreilles. Ses doigts se sont resserrés sur les cordes de la balançoire. L’histoire que Niko raconte n’est en rien la vérité. Enzo, il est horrifié que son père ait pu mentir à ce sujet. A-t-il si bien vécu que ça, après avoir abandonné son dernier fils à une mort certaine ? Enzo, il s’énerve. Soupire, ferme sa paupière parce qu’il sait que lorsque quelque chose le met dans cet état, il part rapidement dans des extrêmes. Sous sa colère, il a frappé Bianca. Sous la colère, il a tué le -M.

“ - Il est mort, c’est ça ? ” Son visage s’est baissé vers ses pieds, mais ses doigts n’ont pas cessé de serrer les cordes. “ T’as pas b’soin de tourner autour du pot, j’suis pas un gamin. ”

Pourtant, lorsque la nouvelle tombe officiellement, Enzo est plus blessé encore. Parce qu’apprendre que Luke était encore en vie, deux mois plus tôt, le touche bien plus qu’il ne l’aurait voulu. Lui qui n’avait jamais espérer retrouver quiconque, va de montagnes russes à une autre, en une fraction de seconde. Pendant un court instant, il était si heureux de les avoir retrouvé tous les deux. Mais la simple présence de Nikolaï lui réchauffe le coeur. L’aide à avaler la pilule.

Mais Enzo, comme d’habitude, fait mine de ne pas être touché. Il garde tout enfermé à l’intérieur de lui, parce qu’il a déjà bien trop pleuré pour offrir encore de ses larmes à la terre. S’il veut arrêter de pleurer Bianca, il ne doit certainement pas pleurer pour quelqu’un d’autre. Enzo, du haut de ses quinze ans, veut se faire plus fort qu’il ne l’est. Il dit qu’il ne veut pas grandir, mais il s’obstine à avoir le comportement d’un adulte. Il veut paraître grand et fort, pour faire croire qu’il n’a jamais mal.

“ - Il lui a vraiment dit que j’étais faible ? ”

Au bout d’un certain moment, Enzo finit par reprendre la parole. Toujours ce goût d’amertume dans la bouche à cause de la mort de Luke, il parle maintenant de son géniteur. C’est certainement cette part des mots de son frère, qui l’a le plus blessé. Parce qu’Enzo n’est pas faible. Il n’aurait pas survécu au -M, il n’aurait pas survécu à ces années avec Bianca et Fabian. Il n’aurait pas survécu aux bombes, et il n’aurait certainement pas survécu au travers de ces derniers mois de misère. Enzo est plein de remords en pensant à cet homme. En réalité, il ne rêve que d’une seule chose, hormis retrouver Bianca ; le retrouver lui et le tuer de ses propres mains. Si aujourd’hui Enzo faisait face à Owen, il tirerait sans s’arrêter, jusqu’à ce que son père soit mort, gisant à terre. Il ne le délivrerait même pas de la zombification, même ce sort est trop bon pour ce connard.

“ - Il m’a laissé derrière pour pouvoir s’en sortir… ” C’est la première fois qu’Enzo parle de ce passage de sa vie. Il n’y a qu’une seule et unique fois, où il en a parlé à -B. “ Tous les matins, avant de me lever… ” Son oeil s’est ouvert pour regarder face à lui. “ j’revois cette porte en ferraille se fermer sur moi. Et je finis par me réveiller… et c’est la même merde, jour après jour. ”

Un profond soupire s’échappe de ses lèvres. Enfin, il parvient à décoincer ses doigts de ces cordes. Lorsqu’il vient les reposer sur ses genoux, ses paumes sont blanches à cause de la force qu’il a exercé. Enzo, il finit par tourner son visage bandé vers son frère pour fondre son regard dans le sien.

“ - C’est à cause de lui que Luke est mort ? ” Demande-t-il sans connaître, pour l’instant, la raison de la mort de son frère. “ J’avais déjà prévu de la buter, mais s’il a touché à Luke… Owen va souffrir. ”
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Dim 8 Juil - 10:31

Nikolaï essayait de faire de son mieux maintenant pour être clair auprès d’Enzo. Il était maladroit et il ne savait pas comment aborder le sujet qu’il évitait depuis des semaines. C’était le plus dur mais il regrettait d’avoir laissé Enzo se faire des faux espoirs, lui apprendre que leur ainé est mort pour la seconde fois. Il ne savait pas comment annoncer quelque chose qu’il n’arrivait même pas à admettre. Nikolaï n’avançait pas dans les étapes de son deuil, jonglant entre la dépression et le marchandage. Il essayait de tout expliquer en restant rationnel. Mais déjà il lui apprenait une chose, si aujourd’hui Luke n’était bel et bien plus de ce monde, il n’était pas mort en même temps qu’Aidan. Alors Nikolaï avait entreprit un résumé des aventures de Luke jusqu’à ce qu’il le retrouve. De l’enlèvement de Luke après la mort d’Aidan, à sa fuite pour rejoindre la zone 51 et ses retrouvailles avec leur enflure de père. Cette enflure qui avait dit à Luke qu’Enzo était mort de faiblesse n’ayant pas supporté la mort de Nikolaï, qu’il s’était laissé mourir. « Oui. » Cette simple réponse, il ne pouvait rien offrir de mieux à Enzo pour répondre à sa question. Il n’était plus un gamin et son grand frère le voyait bien, mais c’est lui qui n’y arrivait pas.

Nikolaï ne bougeait pas, il avait bien envie de poser sa main sur l’épaule de son frère en guise de réconfort. Mais il ne savait pas s’il pouvait, s’il en avait le droit. Si il le laisserait faire. Ils ne se connaissaient plus, la dernière fois qu’ils s’étaient vu, ils n’étaient tous les deux que des enfants, aujourd’hui ils ne l’étaient plus, ils étaient trop meurtri par leur histoire individuelle pour s’offrir le luxe d’être des enfants. Alors Nikolaï le fixait de son regard clair, tentant de contenir tout au fond de lui sa peine, pour ne pas la montrer, pour être prêt à être là pour Enzo. Cet ange tombé du ciel, son petit frère. Mais Enzo n’en montrait rien, sans doute devenu un petit homme fort. Un petit homme très similaire à lui et ça, Nikolaï le voyait bien. Pourtant, il allait devoir continuer à donner des explications à Enzo, il en avait besoin et c’était normal. Est-ce qu’Owen lui avait dit ça. « Je n’y étais pas… Mais c’est les mots que Luke a employé, tu es mort de faiblesse, car tu t’es laissé mourir… Il m’a même reproché ta mort quand … » Il ne finissait pas sa phrase, non pas car il ne voulait pas lui dire mais parce qu’il percevait une lueur de colère dans le regard d’Enzo. Mais pourtant Enzo était bien debout face à lui, il ne parle pas encore aux esprits. « Mais t’es là devant moi, donc visiblement il avait tord. Il était cinglé de toute façon » Il haussait les épaules, Owen ne représentait plus rien pour Nikolaï qui le détestait même. Il était juste devenu fou.


Et ce n’est pas les mots d’Enzo qui allait lui prouver le contraire, car cette fois-ci c’est Nikolaï qui déchantait quand Enzo lui expliquait à quel sort Owen l’avait abandonné. Enzo n’était pas mort de faiblesse à cause de Nikolaï, c’est lui qui avait tenté de l’abandonner à une mort certaine tant il était incapable de le protéger. Un père faible. Nikolaï serrait ses doigts autour de la balançoire, parce qu’il comprenait bien ce que pouvait ressentir Enzo. Lui bien souvent, lorsqu’il parvenait à s’endormir, se réveillait en sursaut avec la sensation que cette batte allait encore s’abattre sur lui. Nikolaï gardait son regard baissé à la question de Luke. Nan sa mort n’avait rien à voir. « Non Luke est mort à cause d’une simple morsure. C’est horrible de dire ça quand on sait tout ce à quoi il a survécu… » Un rire nerveux s’échappait de Nikolaï qui repensait à l’explosion de la zone 51, la captivité de son ainé chez les cannibales, la prise d’otage à l’Angel Camp, son enlèvement par Bodie, l’attaque sur l’Angel Camp… Tout ça il y avait survécu et une putain de morsure l’avait tué, alors qu’ils étaient en route pour se faire vacciner. « Owen est mort. » Ca aussi il pouvait lui dire, plus simplement tellement il était indifférent au sort de son géniteur. Mais ça faisait peut-être beaucoup pour Enzo. « On la recroisé par là, totalement… Névrosé, on aurait dit qu’il était pas tout seul. Il a profité de ma naïveté, ne pensant pas que mon père pourrait nous faire du mal. Puis d’un coup y a eu un coup de batte, entourée de barbelé… Et j’étais au sol, et j’ai vu les autres coups venir, j’ai cru que j’allais crever j’me laissais partir mais Luke l’a tué. Ca a été dur pour lui mais il l’a fait. Il m’a vengé… Mais peut-être qu’il ta volé la tienne. Mais dis toi qu’après ce coup de feu Owen vivait encore et Luke l’a fini à la main. La dernière chose qu’il a vu c’est un de ses fils qui le crevait… »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Dim 22 Juil - 20:11

Maybe it should have stayed that way
because none of us really
know each other
____________________________________



Enzo, il n’aurait pas pu penser ça possible. Il n’aurait pas cru que quelqu’un lui annonçant la mort d’Owen soit une bénédiction. Mais lorsque son frère a fini de raconter son histoire, Enzo a fermé son oeil. Il a légèrement soupirer de bien être, alors qu’il n’avait pas ressenti ce profond soulagement depuis si longtemps maintenant. Ses doigts ont commencé à se détendre, s’allongeant sur ses cuisses comme s’ils voulaient se faire la malle. Enzo, il a tenté de s’imaginer la scène dans son esprit, mais rien n’aurait été aussi bon qu’être là à cet instant. Parce qu’Owen a eu la fin qu’il méritait : sa vie otée par la main de ceux qu’il a tant blessé. Savoir qu’il est mort de la main de Luke est une libération qu’il n’aurait pas pensé possible, pourtant, Enzo se voit libéré d’un poids qu’il porte depuis des années. Pour la première fois depuis si longtemps, c’est un gamin libéré qui ouvre l’oeil.

“ - C’est une des seules bonnes nouvelles que t’aurais pu m’annoncer…” Souffla-t-il sans pour autant poser son regard sûr son frère. Il se contente de regarder face à lui. “ C’est comme s’il m’avait défendu moi aussi…”

C’est ce qu’il ressent au fond de lui. Apprendre la mort de Luke le chamboule. Pendant un court instant il avait cru que lui aussi était dans le coin. Qu’ils allaient se retrouver comme une petite famille parfaite, chanceuse. Le monde s’écroule encore un peu plus sous ses pieds, mais au moins, Enzo a l’impression que son frère a eu un dernier geste pour lui. Aujourd’hui, Enzo ne peut qu’être un peu rancunier de ne pas avoir eu la chance de rencontrer Luke. De le remercier pour avoir défoncé Owen comme il se devait. Le remercier de lui faire échapper à la pire des choses : le parricide.

Il finit pourtant par sourire. Être aux côtés de Niko lui procure des sentiments, des sensations qu’il n’avait pas eu depuis longtemps. Mais pour la première fois ? Il se senti bien. Il respire, et n’a pas l’impression de survivre. Si son estomac a arrêté de crier famine, son âme est plus sereine que jamais. Il n’y a qu’une seule chose qui pourrait raviver à son maximum ce qu’il est en train de ressentir ; la présence de Bianca. Mais l’image de celle qu’il aime n’effleure même pas son esprit, à l’instant. Enzo est bien trop préoccupé par son frère et ses histoire pour penser à la sienne.

“ - C’est pour ça que tu restes avec elle, alors…” Enfin, l’enfant pose son regard sur son aîné. “ Elle porte l’enfant de Luke, alors tu veux la protéger pour protéger le bébé…”

Enzo, il ne se souvient même pas de la dernière fois où il a vu un bébé. Mais il sait bien que ces trucs sont dangereux, qu’ils nous mettent en danger, avec les zombis qui sont un peu partout. Prendre un risque aussi gros, c’est dans sa nature. Surtout pour sauver un enfant. Un mince sourire se loge sur ses lèvres, et il reprend la parole comme s’il n’avait pas arrêté quelques secondes pour réfléchir.

“ - A deux, ce sera plus facile… j’t’aiderais.” Une promesse qu’il prononce de la sorte, mais dans son regard, il n’est pas difficile de voir qu’il compte bien la tenir. “ Même si elle est chiante parce que c’est une fille, même si ça m’empêche de…” Enfin, il pense à Bianca. Mais alors que la phrase n’arrive pas à trouver de fin agréable à son oreille, son oeil se met à pétiller. Brillant, à cause des larmes qui s’y accumulent avant de disparaître en une fraction de secondes. “Même si ça veut dire que je dois rester bloquer avec des gens casse-couilles. ”

C’est ainsi qu’il termine sa pensée car il ne peut pas dire à voix haute qu’il abandonne ses recherches. Bianca avait été la seule chose à le tenir en vie depuis la tombée des bombes. Aujourd’hui, Enzo a trouvé quelque chose d’autre à se raccrocher. Il a envie de se tuer lui-même pour penser abandonner celle qu’il aime, mais Enzo ne peut pas abandonner son frère.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever.

× Âge du perso : :
32 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, pas loin de feu le camp de Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
24300

× Points de vie : :
357

× Copyright : :
© Cyrine (avatar), © schizo' (code signa & gif profil).

× Avatar : :
Kristen cute Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way Ven 12 Oct - 13:56

RP archivé suite aux départs d'Enzo & Nikolaï. I love you

_________________
Wonder how bad that tastes when you see my face, hope it gives you hell when you walk my way, hope it gives you hell.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: Maybe it should have stayed that way

Revenir en haut Aller en bas

Maybe it should have stayed that way

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-