An error that leads to hell | Valricksen
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En novembre 2018, le forum a SIX ANS.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

An error that leads to hell | Valricksen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1269

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: An error that leads to hell | Valricksen Dim 21 Jan - 8:53


An error that leads to hell

Les morts étaient nombreux, si bien qu’elle avait fini par être éloigner de Fredricksen. Elle ne le voyait même plus, noyer au milieu de cette masse de mort qui se bousculer pour essayer d’atteindre les deux survivants. Enfin, elle ne savait même pas si son ami était encore en vie, peut-être qu’il avait était submerger et dévoré par les rodeurs. Ca pourrait lui arriver a elle aussi si elle relâchait son attention. Alors pour l’instant elle n’y pensait pas, elle ne réfléchissait pas, elle n’imaginait pas le sort de Fred, elle se débarrassait juste des monstre autour d’elle. Ses geste était devenue presque répétitif,  elle planter la pointe de son bâton dans la tempe de celui devant elle, pousser de l’épaules ceux qui venait sur le coté, le temps d’abattre celui qui arrivait derrière, puis s’occuper de ceux qu’elle avait poussé et qui revenait a la charge. Un cercle qu’elle formé, voila comment elle marchait. Et ça marchait, même si elle n’en avait pas l’impression, la masse de morts qui les avaient assaillit diminuer petit a petit. Même si elle ne  voyait toujours pas son ami, lui aussi contribuait a la diminution de la horde.  Elle regrettait un peu d’avoir entrainer Fred avec elle dans cette sortie inutile. Elle lui avait juste proposé de sortir du camps, changer d’air un moment, se promener un peu dans les bois tous les deux. Rien que tous les deux, entre amis. Depuis qu’ils s’étaient retrouver, ils avaient put reprendre leurs amitié là où elle s’était arrêter au début de l’apocalypse. Et c’était comme si rien ne les avaient séparé depuis des années, comme s’ils s’étaient quitter la veuille, et Valentina aimait cela. Ca la rassurait un peu, elle se disait qu’il y avait au moins encore quelques personnes qui n’avaient pas tant changer que cela, quelqu’un avec qui elle pourrait être amie sans aucune ambiguïté.  Elle était de celles qui croient au l’amitié homme/femme, Fred et elle en était la preuve vivant. Ils se voyaient comme des membres de leurs famille, mais en faite, ils ne l’était pas vraiment, en faite ils étaient amis et aucun n’avait des sentiments autre que de l’amitié l’un pour l’autre. Ou peut-être qu’elle se fourvoyait, en tout cas, pour elle, Fred était et resterait toujours son ami.  Elle ne savait pas ce qu’il ressentait lui, mais elle pensait qu’il en était de même que pour elle, il n’avait que de l’amitié pour elle. Surement que personne n’y croyait dans le camp, surement que tous le monde pensait qu’ils étaient ensemble, mais elle n’en avait rien a faire. Elle voulait juste passer du temps tranquillement avec son ami.  Mai elle aurait peut-être du réfléchir un peu plus avant de l’entrainer là dedans. Maintenant elle avait peut-être causer la mort de son ami en l’entrainant droit dans une horde sans le savoir.

Alors qu’ils marchaient tranquillement, une horde les avaient pris par surprise, ni lui ni elle n’avait vue cela venir. Elle se débattait dans cette vague de corps pourri par le temps en essayant de rejoindre son ami, de temps en temps elle criait son nom, espérant qu’il lui réponde, qu’il l’appelle lui aussi, qu’il ne soit pas mort. Elle sourit quand enfin elle l’aperçut, quelques rodeurs les séparé, lui aussi était en plein combat contre la mort, ou plutôt les morts.  Plus que trois, plus que deux, plus qu’un… Son bâton transperça la tempe du dernier mort qui les séparer, et les voila sortie d’affaire.  Elle alla toucher l’épaule de son amie en souriant, tout les deux étaient en sueur a cause de l’effort plus qu’intense qu’ils avaient fait, elle allait parler, elle allait lui dire qu’elle était désoler, quand elle senti une main sur son épaules, une main qui n’était pas celle de Fred car il lui faisait dos. Alors la main de qui ? La main d’un rodeur surement ! Par reflexe elle se tourna d’un geste vif et alla planté son baton dans le torse du mort, pour l’éloigner d’abord et ensuite l’achever pour de bon. Mais au lieu d’entendre les grognements d’un mort, c’est le son d’un homme qui souffre qu’elle entendit. Elle releva les yeux pour regarder vraiment ce qu’elle venait de faire, et c’est là qu’elle le vit. Lui. Celui qu’elle cherchait depuis tellement longtemps, celui qu’elle aimait depuis toujours. Lui. Eric.  Elle venait de lui transpercer le torse, elle avait surement percer son diaphragme  et même un poumon, en faite…Elle venait de le tuer.  Non, impossible, il devait y avoir erreur, elle hallucinait. Elle baissa les yeux pour regarder ses mains, son bâton, elle allait voir qu’il transpercer non pas le corps vivant de son époux, mais le corps mort et pourri d’un rodeur. Mais non, elle vit le sang, chaud, liquide, abondant et d’un rouge vif lui couler sur les mains, elle releva les yeux a nouveau et le vit, lui, il agonissait sans la lacher du regard, il était surement tout aussi choquer qu’elle.  Elle lacha tout, laissant l’homme tomber a la renverse, agonissant, souffrant. Elle senti tout de suite les larmes rouler sur ses joues. Elle le regarda un instant, étouffant des sanglot avant de tourner la tête vers l’homme derrière elle, le regardant par-dessus son épaules les yeux et le visage inonder de larmes «  Qu’es ce que… Qu’es ce que j’ai fais… » Sanglota t elle, dans l’espoir qu’il lui dise que ce n’était pas vrai, que ce n’était pas Eric qu’elle venait de transpercer mais un homme qui lui ressemblait beaucoup.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: An error that leads to hell | Valricksen Ven 9 Mar - 2:09


AN ERROR THAT LEADS TO HELL
VALENTINA & FREDRICKSEN ⋆ Carry on my wayward son, there'll be peace when you are done. Lay your weary head to rest, don't you cry no more. Carry on, you will always remember. The center lights around your vanity.





Voilà pourquoi j’avais toujours voulu rester seul, pourquoi j’avais toujours été désagréable avec tous les gens que je croisais. Voilà pourquoi j’avais décidé de ne plus jamais m’attacher, ou du moins, jamais assez pour ne plus être capable de continuer ma route seul, sans regret, sans même regarder derrière-moi. Lorsque j’avais perdu Analyss, je m’étais promis que ce sentiment, je ne le ressentirais plus jamais. Ça m’avait fait trop mal, tellement que je ne savais pas, encore aujourd’hui, ce qui m’avait permis de continuer à avancer. Je pensais que c’était surtout la rage, la vengeance, qui m’avait fait vivre les premiers mois, et peut-être même que c’était encore le cas aujourd’hui, mais moins. C’était différent. Maintenant, j’avais Ellyn, j’avais Valentina, et je me sentais plus vivant, plus humain. Je n’avais pas laissé facilement la blonde se frayer un chemin, et on s’était même séparé deux fois et pourtant on avait toujours retrouvé l’autre, sans même qu’on le veuille vraiment, parfois. Avec Valentina, ça c’était fait tout seul, parce que je la connaissais déjà, parce qu’elle comptait déjà tellement pour moi. Je m’étais laissé berner. J’avais laissé la joie prendre le dessus sur tout le reste. À chaque fois que je n’avais pas suivis mes règles, mes principes, ça c’était très mal fini et pourtant, je recommençais, et je recommençais, et je recommençais. Constamment. Dernièrement, encore plus. À croire que je devenais débile. Tout marchait tellement bien, avant que je ne m’implique dans quoi que ce soit. Lorsque j’errais seul tel un fantôme, presque aussi vide qu’un rôdeur. Aujourd’hui, je me sentais différent, comme si mon cœur s’était remis à battre, et ça faisait du bien, mais toutes ses bonnes choses, elles ne venaient jamais sans prix, et ce prix, j’étais rarement près à le payer. J’avais peut-être un cœur plus en santé, mais c’était seulement pour mieux me le pourrir ensuite.

Cette petite balade, avait été plus qu’innocente au début, puis il y avait eu tous ses rôdeurs -mais ce n’était pas comme si Valentina et moi, nous n’étions pas capable de nous charger d’une horde- puis finalement, ça. Je ne réalisais pas tout à fait encore, puisque tout c’était passé si vite, et que c’était beaucoup à digérer en même temps. D’abord, je revoyais mon cousin, celui que j’avais toujours considéré comme un frère, pour la première fois depuis des années, j’apprenais qu’il était bel et bien encore vivant, alors que, pour mon propre bien, je préférais ne pas espérer, ou m’imaginer quoi que ce soit, en fait. Je ne lui avais même pas adressé la parole, je ne l’avais même pas encore serré dans mes bras, qu’on me l’enlevait déjà, et c’était tellement cruel. Perdre un être cher, c’était déjà quelque chose d’horrible, et personne ne serait pas d’accord avec ça, mais en plus, durant un bref instant, j’avais cru le retrouver, juste avant qu'on ne me l'arrache à nouveau, et tout ça c’était passé juste devant moi, et comme la dernière fois, je m’étais retrouvé complètement impuissant, je n’avais rien pu faire, absolument rien, je n’étais qu’un pauvre spectateur, qu’une pauvre victime. Ce n’était même pas tout, puisqu’en plus, Valentina était là, devant moi, en larmes, en milles pièces, et ça me brisais le cœur. Je devais prendre soins d’elle, la rassurer, lui dire que tout irait bien, que ce n’était pas de sa faute… Mais comment étais-je sensé la convaincre de tout cela alors que je n’en étais même pas convaincu moi-même? Alors que moi aussi, j’étais en milles pièces? Je ne connaissais pas grand-chose en médecine, même si j’avais passé une bonne partie de ma vie à écouter Analyss me parler de son travail qui la passionnait tant, mais il fallait être stupide pour ne pas comprendre que la blessure d’Eric était fatale. Je ne peux pourtant pas m’empêcher de me pencher prêt de lui, et durant quelques secondes, je panique. Je ne savais vraiment pas quoi faire. Je voulais seulement que tout cela s’arrête. Il perdait tellement de sang, et mes genoux, posés au sol, trempait dans ce liquide chaud et épais.

Pendant un court instant, je croise son regard, et bizarrement, je pense à Valentina. Elle me revient en tête, et je me dis qu’il faut, quoi qu’il arrive, que je m’occupe bien d’elle, maintenant plus que jamais. C’est ce que je lis dans les yeux de mon cousin, qui rapidement après ça, s’éteignent. En l’espace de quelques minutes, la personne qu’il était s’était évaporé, tout était effacé, et c’était comme si il n’avait jamais vécu. Ces gémissements s’étaient arrêtés, et un lourd silence était tombé. Je n’arrivais plus à bouger, sous le choc, et même si j’aurais voulu faire quelque chose, je pensais que mon corps n’aurais tout simplement pas obéit, mais même ça, je ne le pouvais pas ; avoir envie de quoi que ce soit, puisque je ne pensais plus à rien, ma tête s’était vidé, d’un seul coup, ou alors, elle était tellement pleines de choses différentes que ce n’était plus qu’une masse noire dans laquelle il nous était impossible de déceler quoi que ce soit.


CODE PAR MYERS

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1269

× Points de vie : :
2

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: An error that leads to hell | Valricksen Dim 18 Mar - 15:33


An error that leads to hell


C’était fou, c’était insensé, irréel... En une seconde, une petite et malheureuse seconde, elle venait de faire une chose monstrueuse, une chose qu’elle n’allait surement jamais se pardonner ou alors dans longtemps et très difficilement. Elle avait prit la vie de son mari, celui qu’elle avait prit pour homme sous les yeux de dieux. Celui qu’elle avait aimer… Elle était en larme, en train de le regarder pousser son dernier souffle, le regarder en train de s’en aller, quitter son corps pour aller… Dieux ne sais où.  Elle n’arrivait pas a s’arrêter de pleurer, comme si elle avait ouvert les vannes de ses larmes et qu’elle était incapable de les refermer. Elle avait la vue embrumé, mais elle voyait quand  même très bien les yeux de cet homme, si beau, si aimant et violent avec elle.. Cet homme qui l’avait tant fait souffrir mais aussi tant rendu heureuse, devenir vide.  Son regard était mort, son corps était mort. Son âme envoler. Il ne restait là plus qu’un corps bientôt froid. Une coquille vide, qui bientôt se réanimerait et essayerai de les croquer. Peut-être qu’elle devrait se laisser faire, se laisser morde, manger, tuer, pour qu’il soit vengeait. Elle le mérité peut-être. Aux yeux de ce dieux auquel elle ne croyait plus du tout, tuer son époux était surement un crime passible de la peine de mort.  Elle était a genoux a coté du corps allonger et sans vie, les genoux baignant dans le sang qui formé une flaque autour de celui-ci, les mains et les bras couvert de ce même sang. Là, elle avait littéralement du sang sur les mains, et pourtant elle n’arrivait pas a bouger.  Elle fini par se laisser tomber sur le torse du blond allonger sans vie au sol. Les bras croiser dessus, le front sur les bras, elle pleuré, elle se mettait du sang sur le visage, mais elle n’en avait que faire. Elle ne pouvait penser a rien d’autre qu’a l’horrible crime qu’elle venait de commettre.

Et rapidement, ce qui devait arriver arriva. Elle senti le corps qui devait être vide de vie, se mettre a bouger. Soit il n’était pas vacciner, ce qui était fort probable, soit il l’était mais le vaccin ne marchait pas. En faite, elle ne se poser même pas la question, elle s’en fichait pas mal. Elle ne voulait pas le voir comme cela. Si l’idée de la laisser la tuer lui avait traverser l’esprit, elle s’était vite souvenue qu’elle n’avait pas le droit de mourir. Elle n’avait pas le droit parce que son jumeau était en vie, et aussi parce que Fred était en vie, elle devait vivre pour eux.  Elle n’avait pas le droit de les faires souffrir. Elle resta un instant sans bouger alors que le corps sous elle essayait de se relever et grogner. Puis elle se redressa, regarda une dernière fois celui qui avait était son époux, passa une main délicate sur la joue de celui-ci, qui essaya de la mordre et de l’autre main se saisi de sa dague. « Pardonne-moi » Souffla-t-elle doucement avant de planter la dague dans la tempe de l’homme.  Elle pleurait toujours, certes ses larmes étaient moins abondante, elle arrivait a parler sans s’étouffé entre deux mots, mais elle pleuré toujours.  Elle regarda le corps de l’homme, qui cette fois était mort et pour de bon, puis elle releva les yeux vers Fred. Il venait d’assisté a la mise a mort, a deux reprise, de son cousin, qu’il avait considéré jadis comme un frère. Le pauvre… Il devait penser qu’elle était un monstre, et d’ailleurs, il n’était pas le seul a le penser, elle pensait qu’elle était un monstre elle aussi. Elle le contempla un instant, elle avait le visage couvert de sang et baigner de larmes, elle ne devait vraiment pas être belle a voir.  « Pardonne-moi…Toi aussi » Souffla t elle presque a bout de souffle. Elle avait eu du mal a prononcer ces mots, ils avaient était si douloureux. Et elle avait peur, peur de la réponse et réaction de l’homme face a elle. Peur de le perdre lui aussi.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2352

× Points de vie : :
60

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: An error that leads to hell | Valricksen Sam 30 Juin - 19:18

Rp abandonné. I love you

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: An error that leads to hell | Valricksen

Revenir en haut Aller en bas

An error that leads to hell | Valricksen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-