[FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
LES INDICES DU JEU N°2 ARRIVENT BIENTÔT. DE MÊME POUR LE NOUVEAU JEU. En mai 2018, le forum a CINQ ANS ET DEMI.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

[FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Dim 25 Mar - 20:41


Petrificus totalus

De nouveau, c'est l'explosion. La fin d'une ère est arrivée, et Naël a l'étrange - et désagréable - impression que tout ne fait que sans cesse se répéter. Comme dans une boucle infinie, les mêmes ennuis finissent par arriver. Les mêmes problèmes se profilent à l'horizon et brisent les routines que chacun parvient à s'instaurer au fil du temps. Cette fois, le problème, c'est que le camp des sauveurs n'est plus. Les bombes ont tout dévasté sur leur passage et Naël erre dans le coin sans trop savoir quoi faire, où aller. C'était il y a un ou deux jours de cela, et il n'a toujours pas réussi à retrouver Aelisia. Autant dire qu'il est dans un état pas possible, incapable de se poser quelque part ou même de se décider à s'en aller. Il pourrait le faire pourtant, ce serait sans doute le choix le plus judicieux pour lui ... Mais il n'y arrive tout bonnement pas. C'est hors de sa portée, une décision trop difficile à prendre. Au lieu de juste partir, il la cherche. Sans perdre patience, en gardant l'espoir que ses pas le mèneront mystérieusement jusqu'à elle. Il ne peut accepter l'idée qu'elle n'ait pas survécu, comme bien d'autres autour de lui. Naël veut continuer à y croire. Mais ses chances de la retrouver en vie diminuent de jour en jour, à mesure que les jours s’égrènent. A vrai dire, il n'arrive pas à être précis sur le temps qui s'est écoulé depuis que tout a - de nouveau - basculé. De nouveau, c'est la même impatience qui le gagne, et le même sentiment d'avoir tout perdu. Pour quelqu'un qui n'a jamais vraiment rien eu, c'est étrange de se sentir ainsi. Il ne s'était jamais autorisé à avoir de réelles attaches et voilà que c'est avec l'apocalypse zombie que tout a changé pour lui ... Il n'aurait jamais dû s'attacher à qui que ce soit. Il n'aurait même jamais dû se poser chez les sauveurs à vrai dire.

A présent, il le regrette amèrement. Parce que c'est la même déception qui s'empare de lui, et les mêmes sentiments négatifs. Il ne peut plus compter que sur lui-même et pourtant il continue à traîner dans le coin. Vide, et pour sa survie qui n'a plus de sens, et de par les pensées futiles qui lui traversent l'esprit. C'est assez dingue comme il se sent démuni alors que tout cela n'a même pas de raison d'être, à la base. Mais armé de son couteau - et pas de son fidèle nunchaku qu'il laisse dans son sac, ce n'est pas le moment de s'amuser après tout -, il continue ses investigations. Parfois, il s'autorise à dériver plus près du camp et à soulever les restes d'une tente pour chercher dessous si un cadavre au visage qui ne lui serait pas inconnu y est coincé. Mais non, rien. Rien de ce côté-là. Et comme il n'a pas envie de trop se pencher sur cette possibilité, il préfère en général s'éloigner du camp. Rester plusieurs heures tout autour, à fouiller dans les endroits où Aelisia pourrait avoir trouvé refuge. Une Aelisia bien vivante, évidemment. Mais non. Toujours rien. Sauf aujourd'hui peut-être ... Épuisé par de longues heures de marche et par les nuits sans sommeil qu'il vient de traverser, Naël doit plisser les yeux pour y voir plus net. C'est pourtant bien ce qu'il lui semble : quelqu'un est effondré un peu plus loin. Le jeune homme lève jusqu'à hauteur de ses yeux son couteau. Il se pourrait que ce soit un mort, après tout ... Et le meilleur moyen pour en être sûr, c'est de s'approcher. Ce qu'il fait à pas de loups, par peur d'être surpris d'une façon ou d'une autre. Quand il est assez près pour le faire, Naël met un petit coup dans le pied de la personne. Suffira qu'il - ou plutôt elle de ce qu'il en voit malgré les nombreux feuillages qui se sont effondrés sur le corps - ouvre les yeux. Et, alors, Naël sera fixé.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.


Dernière édition par Naël S. Warrens le Mar 10 Avr - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Lun 2 Avr - 23:30

❝ se réveiller dans un fossé, joie
2017 ❞
petrificus totalusJ’avais couru un moment, tentant d’échapper à ces Z qui semblaient vouloir faire de moi leur quatre heures. Ils avaient tout gâché ! Ils ont tué F, m’ont éloignée du lieu de rendez-vous et je ne savais pas comment faire pour leur échapper… J’avais la sensation qu’ils ne me lâcheront pas, pas avant que je meures. Mais ça, c’était mort ! Je n’allais pas me laisser faire ! Alors, j’avais tout fait, je m’étais roulée dans la boue en espérant qu’ils me lâchent, mais ils étaient encore derrière moi. J’avais tenté de grimpé à un arbre mais je m’étais écroulée comme une tâche, vu que je ne pouvais pas prendre mon temps pour le faire. Puis, je croisai un cours d’eau, dans lequel je plongeai pour me rincer rapidement… Puis le traverser encore plus vite. Cela devrait masquer mon odeur rapidement, tandis que les Z perdraient au moins temporairement ma trace. Cependant, je n’eus pas vraiment le temps de continuer à courir longtemps, car je commençais à fatiguer, vraiment… Et je me pris les pieds dans quelque chose, ce qui me poussa à une chute monstrueuse, je dévalai une pente, sans pouvoir m’accrocher à quoi que ce soit… Jusqu’à ce que je sombre dans le noir après un coup sur la tête. La suite, impossible de savoir, j’étais partie loin au pays des licornes piquer un somme...


Cela aurait pu durer très longtemps. Vraiment. Quand je dormais, j’avais tendance à ne rien entendre du monde extérieur, encore plus quand je me faisais assommer. C’était pour ça que les garçons avaient tendance à me secouer beaucoup pour que je daigne sortir de l’inconscience. Puis, avec le temps, j’avais réussi à ne dormir que d’une oreille… Mais la solitude, ce n’était pas mon truc. Vraiment pas. Alors, quand je sentis un coup contre mes côtes, un coup de pied, je ne réalisai pas le danger tout de suite. Mais cela revint rapidement, et j’ouvris les yeux très rapidement, pour tenter d’observer qui m’avait tapé du pied. C’était pas un Z, ça c’était sûr ! Mais j’avais parfois plus peur des humains que des Z, alors je me méfiais. Un M, pas deux ! Si le M m’avait appris quelque chose durant mes années de captivité, c’était bien que je devais faire attention à chaque être…

Mais celui-là m’avait l’air assez surpris, assez pour faire partie de ceux qui étaient « sans danger » dans ma liste interne de protecteurs potentiels. J’essayais d’analyser à toute vitesse, afin de décider si je restais dans une optique de fuite ou si je tentais de le garder avec moi. Car j’avais besoin de retourner au lieu de rendez-vous ! En espérant qu’E ne soit pas parti… En ne nous voyant pas. Mais je décidai que je n’avais pas le temps de réfléchir, qu’il me fallait une personne à mes côtés, et que j’aille là bas. Ainsi je me redressai aussi bien que je pus sur mes jambes, titubant un peu, pour dire :

 « Je dois aller là bas ! »

La tête me tournait, et je dus même m’accrocher au tee shirt de mon nouveau compagnon de galère, tant je manquai de tomber. Mais je ne devais pas perdre mon objectif de vue, et j’allais me diriger vers le lieu de rendez-vous. Je devais me repérer, savoir où j’étais, me souvenir comment j’avais couru. D’après mes souvenirs, et la position du soleil qui commençait à se coucher… Il commençait à se coucher ! C’était la nuit ! On ne pouvait pas traverser la forêt avec le soleil couché, c’était dangereux. La panique me mit les larmes aux yeux, Enzo !
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Lun 9 Avr - 14:19


Petrificus totalus

ELLE EST VIVANTE ! Naël pourrait presque sauter de joie. Mais pas dans ces conditions, pas dans un moment comme celui-là. L'heure est grave, et pour ce qui doit être bien la première fois de sa vie, Naël n'a pas envie de sourire comme un idiot. Pas trop. Pas au point de faire des conneries et d'agir comme un imbécile. Un nom tourne en boucle dans sa tête depuis tout à l'heure et il a bien du mal à se l'ôter de là. Il n'en oublie pas pour autant la jeune femme sur le sol, qui est en train de se redresser et qui a l'air de vouloir aller à un endroit bien précis. Naël recule d'un pas, simple mesure de précaution, et fronce les sourcils. Est-il censé comprendre quelque chose à cette histoire ? Certainement que non. Après tout, il ne la connaît pas. Il ne sait pas ce qu'elle est en train d'essayer de lui faire comprendre. Les miracles n'existent pas, et Naël n'est pas devin. Malheureusement pour lui. Il essaye tout de même de regarder dans la direction qu'elle pointe, de visualiser quelque chose, d'avoir une intuition. Mais rien. Juste le néant total. Le néant de son esprit désespéré par tous les événements qui viennent de se produire. Tout est encore si flou dans sa tête, si dingue, si invraisemblable... Comment assimiler ce genre de choses et ne plus y penser en permanence ? Naël essaye de comprendre, mais rien ne vient. « Quoi ?! » C'est le seul mot qui lui passe par la tête sur le moment, et qui lui échappe. Pourtant, il en a des choses à dire d'habitude ! Mais là, il est abasourdi. A la fois par ce qu'il vient de se passer, par sa perte encore fraîche et par tout un tas d'autres choses encore.

C'est bien la première fois que cela se produit chez lui, qu'il est presque rendu muet par l'environnement. Mais cela ne durera pas, il le sait. Il l'espère, tout du moins. Parce que tout ce qu'il souhaite, lui, c'est de retrouver Aelisia et de pouvoir s'en aller comme si de rien était. Avec elle, bien sûr. Reprendre ses vieilles habitudes, il n'attend que cela. « Attends, calme-toi. Tu ne peux pas partir comme ça, tu n'y survivras pas. » Elle n'est pas en grande forme, c'est le moins que l'on puisse dire. Naël n'a rien d'un papa poule modèle comme on pourrait l'espérer en le voyant, du fait de son âge, de sa carrure et de son sourire permanent. Mais il n'est pas non plus bête et il sait que cela ne lui réussira pas, de partir précipitamment à la recherche de quoi que ce soit qui lui passe par la tête. Heureusement, Naël ne s'est pas trop éloigné de la jeune femme si bien qu'elle peut se tenir à son tee-shirt pour ne pas tomber. Elle chancelle, elle est en piteux état... Et semble désespérée. Sans doute comprend-t-elle qu'elle n'a pas la force nécessaire pour aller où que ce soit. « Qu'est-ce que tu cherches ? » Ou plutôt qui devrait-il plutôt dire. Mais bizarrement, Naël a envie de faire preuve de délicatesse avec elle. Quelque chose lui dit que rien ne ressortira de bon de cette situation s'il la brusque trop. Elle pourrait se braquer... Ou même essayer de le tuer, tiens ! Elle n'est pas en position de force, mais cela ne veut rien dire. Naël se méfie de tout et de tous, désormais. Et c'est logique.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Lun 16 Avr - 2:15

” se réveiller dans un fossé, joie
2017 “petrificus totalusCe n’était pas souvent qu’on pouvait me voir paniquer autant. En général, je prenais les choses avec un certain détachement, qui n’était en réalité que le reflet de la confiance que j’avais en Enzo. J’avais confiance en lui pour prendre les bonnes décisions, car jusque-là, cela s’était avéré payant. Et il avait toujours été là pour moi, habitué à mes bizarreries, et Fabian… Il était parti, pour de bon. Je n’avais même pas eu le courage de l’affronter, de mettre fin à son lui qui allait tuer des gens. En réalité, je me sentais comme un soldat sans commandement, soldat habitué à prendre les ordres mais à qui on a retiré toute source de direction. Un soldat perdu qui ouvrait les yeux et se sentait atrocement seul. La seule chose qui me consolait, c’était que dans ma solitude, je n’étais pas seule.
 
Sans vraiment comprendre ce que je faisais, je m’accrochai à cet humain bien vivant, comme je me serais accrochée à Enzo dans d’autres circonstances, refusant de le lâcher. Il n’avait pas l’air de ceux qui étaient stupides, qui fonçaient vers le danger, il l’avait prouvé en soulignant que je ne pouvais pas y aller. Il avait raison. Je sentais qu’il était de la trempe d’E. Mais était-ce parce que je voulais qu’il soit ainsi ou l’était-il réellement ? Je ne savais pas, je ne savais rien. Alors, je tentai de réunir mes idées volages, qui paniquaient comme autant d’oiseaux fuyant le chasseur, pour parvenir à murmurer :
 
 « J’ai perdu mon chef… Enzo… Et… Fabian, il est mort… »
 
J’aurais voulu pleurer si j’avais eu assez d’eau dans mon corps. Mais j’avais perdu ma gourde, je le sentais au poids manquant sur ma hanche. Mais tout ce que je ressentais, c’était qu’il fallait que je reste accrochée à cet homme, espérant qu’il ne soit pas un Monstre, un de ceux qui ne me feraient pas de mal, espérant pour qu’il soit un Enzo. Espérant pour qu’il me laisse rester avec lui, parce que je savais que seule, dans l’état actuel des choses, je finirai exactement comme Fabian. Je tentai de me calmer un peu mieux. Je n’étais plus vraiment habituée à devoir communiquer l’intégralité de mes pensées, j’avais toujours été comprise par mes compagnons de route…
 
 « Je… Ne me laissez pas… S’il vous plaît. »
 
J’aimerais lui dire de rester avec moi, que je mourrai probablement d’être seule, que je voulais qu’il me protège, car je ne saurai pas le faire moi-même, et que je voulais qu’aux premiers rayons de soleil nous allions à la clairière, pour retrouver Enzo… S’il était venu. S’il était resté. Que s’il restait avec moi, alors je saurai me montrer utile, je n’étais pas une empotée, j’avais des pièges à animaux, j’étais douée pour les piéger, les préparer, les cuire, que j’étais endurante, je ne me laissais pas distancer… Je ne pouvais pas dire tout ça, je ne savais pas le faire, j’avais toujours parlé à demi-régime, comptant sur le reste. Comptant sur mes acquis. On venait de me retirer mes œillères, et j’allais devoir me débrouiller.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Mar 24 Avr - 11:30


Petrificus totalus

Face à cette jeune femme, Naël ne sait d'abord pas quoi faire. Elle est vivante et c'est là, sans doute, le point le plus important de cette affaire. Mais elle s'accroche à lui comme on s'accroche à une bouée de sauvetage lorsque l'on est à la dérive et c'est ce qui lui fait le plus bizarre, à vrai dire. Il ne sait pas quoi dire ... Pas quoi faire. Partir et la laisser là ? Non, certainement pas. Il n'est pas encore aussi inhumain. Mais, bien sûr, il ne va pas non plus lui faire confiance en un rien de temps alors qu'il ne la connaît pas. Il ne sait rien d'elle, si ce n'est qu'elle est en position d'infériorité et qu'elle lui fait suffisamment confiance pour demander son aide. Rien que pour cela, il ne peut pas juste fermer les yeux et faire demi-tour. « Oh... Je vois. » Mais n'est-ce pas dans la logique des choses ? De nos jours en particulier, on se perd les uns les autres. On voit des gens mourir, souffrir, hurler, pleurer, désespérer. C'est devenu normal. La routine. « Ce... Enzo n'est peut-être pas loin. » Comme s'il hésitait et ne savait pas réellement quoi dire, il regarde autour de lui. A la recherche d'un indice, d'une information sur l'endroit où il pourrait se trouver. Comme il aurait dû s'y attendre, il ne voit personne. Bien sûr.

De nouveau, il regarde la jeune femme et fronce les sourcils. Très franchement, il se demande comment elle peut lui faire confiance de cette façon. Après tout, Naël n'a rien du type bien par excellence. Il n'a pas une once de méchanceté en lui mais il est... Un peu simplet. Doué en survie mais pas doué en compréhension des êtres vivants autour de lui. « Bon... Qui sait, on va peut-être le croiser ? » Difficile de dire depuis combien de temps la jeune femme est là. Il ne sait pas non plus si cela fait longtemps qu'elle l'a perdu, ce Enzo. D'ailleurs, qui est-il celui-là ? Peut-être qu'ils étaient tous les deux chez les sauveurs et que Naël n'a tout bonnement jamais fait attention à eux... Ce ne serait pas étonnant, le connaissant. « Vous vous sentez la force de vous lever ? » En même temps, elle n'a pas le choix. Si elle est bien calée là, il va bien falloir qu'elle se lève un jour ou l'autre. La survie ne se fait pas à distance de cette façon. Au contraire, elle prend bien des risques en restant là. Et Naël sans doute aussi en lui accordant un tant soit peu de confiance. Parce qu'au lieu de garder ses distances avec elle comme il aurait pu le faire quelques mois en arrière - ou même en faisant preuve d'un tant soit peu de logique -, il lui tend la main. Et il attend qu'elle prenne sa décision. C'est elle qui déterminera la suite. Juste comme ça.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Mer 2 Mai - 22:45

” se réveiller dans un fossé, joie
2017 “petrificus totalusJe savais bien qu’il n’était pas là. Je le savais car je ne l’entendais pas m’appeler. Et s’il ne m’appelait pas dans les bois, avec sa témérité toute habituelle, c’était qu’il était trop loin. Ou qu’il était mort. Non ! Je ne devais pas penser cela, c’était horrible de m’imaginer toute seule… Je ne l’avais jamais été de ma vie. Même quand j’étais dans cette cage, il y avait toujours quelqu’un à côté, un autre enfant dans une autre cage, ou le M qui était à côté en train de me parler, ou de me donner des ordres. J’avais toujours eu quelqu’un pour me donner un ordre, une façon de me diriger dans la vie, dans ce monde. Enzo avait pris la relève toutes ces années, m’aidant, car il me connaissait par cœur. Cet homme… Il ne me connaissait pas. Alors il ne savait pas qu’il ne fallait pas me donner un espoir pareil, il ne savait pas combien l’espoir pouvait me tuer. Ainsi, je ne répondis pas à ses tentatives de me consoler, attendant que quelque chose vienne, une indication sur quoi faire. Sur ce que je pouvais faire, dire, penser, agir, n’importe quoi.
 
Puis il me demanda de me lever. C’était une première chose à faire, oui, me lever. Alors, tandis qu’il me tendait sa main, je l’attrapai afin de me mettre debout. Je retirai toutes les feuilles qui me collaient, espérant faire place nette quelque part alors que mon esprit s’emballait. Mais je n’avais qu’une seule idée en tête.
 
« Je dois aller voir à la clairière, près du centre commercial ! Nous avions rendez-vous là-bas, mais j’ai dû m’enfuir, et j’ai fini ici. Ce ne doit pas être trop loin ! Peut-être vingt minutes… Je ne sais pas… C’est certainement par là ! »
 
Je pointai alors mon bras dans la direction d’où je venais. Au vu du soleil, ce devait être vers l’est. Je parlais beaucoup, car je savais que les inconnus avaient besoin de ça pour comprendre. Qu’ils voulaient beaucoup beaucoup de mots, là où je ne disais habituellement rien. Cela me donnait soif, j’avais les lèvres sèches, et j’étais à peu près certaine que je m’étais blessée en tombant, peut-être même m’étais-je mordue.
 
 « Vous pouvez venir avec moi ?... J’ai un peu peur. »
 
Je craignais de tomber sur des Z et ne pas parvenir à m’enfuir. Je n’avais jamais été seule… Je ne m’habituerai jamais à cela je pense. Être seule. C’était effrayant de se sentir abandonnée, même ma fuite du M m’avait terrorisée, car j’étais persuadée de ne rien savoir faire, de ne pas être utile au groupe. Et à présent, après avoir vécu en groupe, je savais que je ne saurai pas vivre par moi-même. Pas longtemps en tout cas. Mais j’allais peut-être le faire… Pour retrouver Enzo. Parce que ça me tuait, mais j’avais l’espoir de le retrouver, bien que j’ignore tout ce que je pouvais faire pour enfin l’avoir dans mes bras.
 
En attendant, je n’osais pas lâcher la main de cet homme qui m’avait trouvée, quand bien même je serais déjà debout.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Ven 4 Mai - 21:44


Petrificus totalus

Comment aurait-il pu la laisser seule ? Impossible, Naël n'est pas si cruel. Il est même un peu naïf, peu trop regardant quant à l'aide qu'il apporte à autrui. Alors forcément, une fois qu'elle est debout, il ne tient pas à la brusquer en retirant avec virulence sa main de la sienne. Il reste comme ça, mal à l'aise, ne sachant pas sur quel pied danser. Il a un long moment d'hésitation lorsqu'elle lui demande s'il peut venir avec elle. Parce qu'il ne sait pas ce qu'il doit faire, il ne sait pas si c'est la bonne solution, ni même s'il doit lui faire confiance. Mais elle était seule, il en est certain. Il ne sait juste pas ce que cela donnera une fois que, enfin si, ils auront retrouvé la personne qu'elle cherche si désespérément. Peut-être qu'il fonce tête baissée dans un piège comme il n'en a jamais connu... Pourtant, il s'entend prononcer un « oui » assuré, un peu comme si sa décision était prise depuis un moment déjà. C'est probablement le cas. Il n'est pas méchant, Naël, bien au contraire. L'idée de la laisser partir seule juste pour ne pas prendre de risques lui resterait sur sa conscience trop longtemps. Il préfère donc opter pour cette solution là : y aller avec elle. Il jette tout de même un dernier regard derrière lui, en direction du camp, un peu comme s'il avait encore l'espoir d'y voir apparaître Aelisia. Ce n'est bien évidemment pas le cas, et il s'en détourne vite.

« Allez on y va... » De toute façon, il n'a plus le choix. Maintenant qu'il s'est engagé, il ne va pas faire demi-tour. Cela ne lui ressemblerait pas du tout. Avant de faire un quelconque mouvement, cependant, il essaye de visualiser mentalement les alentours. Où est-ce que l'endroit en question pourrait se trouver ? Il n'en a plus un souvenir très net... Les bombes ont eu cet effet sur lui, que voulez-vous. Comme si tout s'était volatilisé, pour ne laisser que la peur, l'angoisse et l'impression d'avoir échoué quelque part. « Tu es bien sûre de la direction à prendre ? » Elle a indiqué un endroit mais Naël préfère s'en assurer. Il n'a pas envie de marcher inutilement, d'autant plus que la nuit finira par leur tomber dessus et que ce serait franchement cons qu'ils ne soient pas à l'abri à ce moment-là. Evidemment, il espère aussi qu'il y aura une issue positive à tout cela... Tout en restant conscient que le pourcentage de chances pour qu'il tombe sur la personne en question est très, très faible. Mais tout cela, bien sûr, il ne le dira pas à la jeune femme. Elle lui semble encore trop fragile pour entendre ça. Et puis, Naël est plutôt réputé pour être un mec optimiste alors il ne va pas changer ses habitudes et jouer les gros lourdingues briseurs de rêve. « Bon... On y va et on verra bien. Tu arrives à marcher sans problème ? » Mieux vaut qu'il soit au courant dès maintenant. Et, alors qu'il commence lui à avancer dans la direction qu'elle a pointée un peu plus tôt, Naël glisse un regard dans sa direction. Pitié, faites qu'elle ne tombe pas !

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Dim 6 Mai - 12:27

” se réveiller dans un fossé, joie
2017 “petrificus totalusIl voulait bien m’accompagner ! Alors, je récupérai mon sac, pour ne rien laisser derrière, vérifiant si rien n’était tombé, que ce n’était pas cassé… Puis je confirmai d’un signe de tête que j’étais sûre. Je n’étais pas mauvaise en orientation, et j’arrivais à refaire le trajet que j’avais pris au pas de course dans ma tête. C’était là-bas ! Mon instinct me trompait rarement. Et quand il me demanda si j’étais prête à marcher… Je fis attention à mon corps deux minutes. J’avais mal à une cheville et j’étais certaine d’être éraflée au visage. Mais rien qui ne m’empêchait d’avancer. J’aurai largement le temps de me reposer quand j’aurai retrouvé E ! Ainsi je fis encore un signe de tête pour commencer à avancer, vite, vers l’endroit où je voulais me rendre. Je faisais à peine attention si des Zombies étaient dans le coin, j’étais totalement focalisée sur l’idée que Enzo était quelque part, qu’il fallait que je le rejoigne, question de vie ou de mort. Il devait être là, nous avions rendez-vous ! Et j’espérai que les Zombies du coin ne l’avaient pas fait fuir. Quoiqu’il fût capable de tous les tuer… S’il n’était pas tué en premier.
 
Durant les vingt minutes qu’il fallut pour rejoindre l’endroit, je m’étais fait un sang d’encre, d’encre si noire que je me demandai si je n’étais pas devenue de cette couleur-là. Pourtant, quand nous arrivâmes sur place, silencieusement, et que je vis les Z en train de déambuler dans la clairière, je crus bien que j’étais devenue blanche et sèche comme les pages des livres que je n’arrivais pas à lire. Il n’était pas là. Que ce soit mort, vivant ou entre les deux. Je ne le voyais nulle part, de la même façon que je ne voyais pas Fabian. Je pris bien cinq minutes à analyser chaque visage, même ceux partiellement décomposés, pour voir si je ne reconnaissais pas des traits, mais plus le temps passait, plus ma lèvre inférieure tremblait.
 
J’étais en train de m’imaginer dans le futur. Dix minutes, dix heures, dix jours. Mais je me sentais seule… Ils me manquaient déjà. J’étais un peu cassée comme s’ils faisaient partie de moi. Et ils faisaient partie de moi. Ne pas les voir, c’était comme si je ne voyais plus mes pieds, je n’avais plus de jambe, d’ailleurs, je finis par ne plus me tenir et à tomber sur les fesses.
 
Alors je dis « Ils ne sont pas là. »
Et puis je hoquète.
Et puis je dis « Je suis toute seule. »
Et puis je hoquète encore.
 
Je regarde Naël complètement paumée, je n’avais plus de jambes, je faisais quoi ? Qu’il me dise quelque chose, n’importe quoi, de faire la gigue ou bien de grimper aux arbres, quelque chose à faire, pour que je retrouve mes jambes. Vite.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Dim 13 Mai - 19:44


Petrificus totalus

Bien sûr qu'il va accompagner la jeune femme. Il ne va quand même pas la laisser là sans rien tenter, sans rien faire pour lui donner un coup de main. Cela lui semble tout à fait normal, de lui venir en aide. Alors il l'aide à se relever et, après s'être assuré qu'elle sait où ils doivent aller - c'est le cas -, il commence à marcher à ses côtés. Vingt minutes, c'est long. Mais pas quand tant de choses envahissent notre esprit. Naël a la tête pleine de pensées, et il s'imagine que c'est aussi le cas de la jeune femme. Après tout, elle a encore de l'espoir... Mais à quel point celui-ci peut-il être présent ? Personne ne sait depuis combien de temps elle était à moitié morte par terre. Combien de temps s'est écoulé depuis qu'elle a perdu ses chers compagnons. Le silence est maître, donc. Et de manière très inhabituelle pour lui, Naël ne dit pas un mot. Non, rien du tout. Il conserve un silence religieux et ne le regrette pas le moins du monde, en voyant ce qui les attend. Là où elle pensait réellement les retrouver, les rôdeurs rôdent en masse. Ils traînent, grognent, avancent... Sont presque coincés, en fait. Les voitures font barrage à la plupart de ceux qui sont là. Cons comme ils sont, ils ne pensent pas à, tout simplement, les contourner. Restent derrière ces barrières métalliques, affamés comme jamais.

Naël a un petit temps d'hésitation, avant de tourner la tête en direction de la jeune femme. Elle s'est laissée tomber sur le sol. Déboussolée... Perdue. Désespérée, sans doute. « Je suis désolé. » Pas qu'il se sente coupable de quoi que ce soit mais il est quand même désolé que les choses ne se soient pas passées comme elle l'avait espéré. Qu'ils ne soient pas tombés sur ceux qu'elle voulait à tout prix retrouver. Et, de toute évidence, elle avait de l'espoir... Beaucoup d'espoir. Sans trop savoir comment le faire, Naël s'accroupit à ses côtés. Sans la toucher, en restant à distance raisonnable d'elle. « Une chose est sûre : on ne peut pas rester là. » Non, ce serait trop dangereux. Les rôdeurs pourraient les entendre... Les sentir. A tout moment. Et puis il a peur qu'elle fasse une crise et se mette à faire un boucan pas possible. On ne sait jamais. « Et je suis là moi. Naël. » Il tend la main dans sa direction. A la fois pour l'aider - de nouveau - à se relever, et pour se présenter à elle. Elle a l'air si jeune... Si innocente. Comment ne pas avoir envie de l'aider ? Même pour quelqu'un comme Naël qui ne comprend pas grand chose à tous les bons sentiments de l'espèce humaine - pire, des femmes -. Ce qui est déjà beaucoup en soit, croyez-le bien !

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Lun 21 Mai - 0:51

” se réveiller dans un fossé, joie
2017 “petrificus totalusIl était désolé, mais de quoi ? Il avait été parfait. Il m’avait accompagnée. Il m’aidait à ne pas me faire avoir par les Z. A avoir moins peur. Et surtout, je disais que j’étais seule, mais je ne l’étais pas. Il était avec moi. Et je comptais bien le coller, jusqu’à trouver une solution, un moyen de retrouver Enzo. Car je savais que Fabian était mort, et il me fallait au moins un des deux, celui qui avait survécu, il m’était nécessaire. Et pour le retrouver… Il fallait que je survive. Alors, il avait raison, mon compagnon, on ne pouvait pas rester là. Cette phrase me réveilla, pour me faire regarder aux alentours si je ne trouvais pas un endroit où nous poser, pour la nuit, qui n’allait pas tarder à tomber. Et pendant que je regardais, d’un coup, il me tendit sa main, pour m’aider à me relever, en se présentant. Naël.
 
« Bianca. »
 
Je me servis de sa main pour tirer dessus, m’aidant à me remettre sur mes deux jambes, lestement. Je ne devais pas me laisser envahir par la peur, l’inquiétude, le pessimisme. Le monde n’était pas si grand, n’est-ce pas ? Je n’avais après tout jamais vu de carte du monde – ou alors je ne m’en souvenais pas – je ne pouvais pas réaliser que les Etats-Unis n’étaient pas juste une niche où je pouvais crier un nom et on me répondrait à coup sûr. Ce n’était pas possible. Alors, nous allions partir. Au loin, je pouvais voir le centre commercial, avec ce magasin de sport, nous pouvions nous mettre là-dedans à l’abri, en attendant de savoir quoi faire…
 
« Suis-moi. »
 
Je lâchai sa main, essuyant mon visage, ne voulant plus ressembler à une petite fille pleurnicharde. J’aurai largement le temps de faire ça une fois seule, ça oui ! Puis je me frayai un chemin, sortant de la forêt, pour me glisser ensuite par une ouverture de grillage qui menait à cette zone industrielle. Le trou n’était pas très grand, mais il devrait normalement passer. Du coup, je le laissai faire, tandis que je cherchai une ouverture, qui n’attirerait pas trop l’attention. Généralement, les portes arrières des grands magasins étaient ouvertes, soient défoncées, soit oubliées après l’apocalypse… Et je fis mouche, il y avait un passage qui avait servi autrefois aux camions de livraison des stocks qui était encore ouvert. Je retournai donc du côté du grillage, afin de guider Naël vers l’entrée que j’avais trouvée.©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Sam 2 Juin - 12:50


Petrificus totalus

Oui, il est désolé. Désolé que les choses ne se soient pas passées comme elle l'avait espéré, désolé que les rôdeurs aient envahi le monde, et ce secteur de manière définitive, désolé qu'elle n'ait pas retrouvé ceux qu'elle cherchait. Ce n'est pas de sa faute à lui, et il le sait. Mais un petit "désolé" ne fait de mal à personne ; et Naël tient à le dire, sans doute dans l'espoir insensé que cela apaise son esprit... Et celui de la jeune femme dans le même temps. Il lui tend la main en se présentant, et elle en fait de même tout en se remettant sur ses pieds. Bianca. Un prénom qui sonne doux et étranger à ses oreilles. Il n'a jamais connu qui que ce soit qui s'appelle ainsi, et cela a un côté rafraîchissant du coup. Il lui sourit, sans cependant ajouter un seul mot. Elle est, de toute façon, trop occupée à s'essuyer le visage pour le remarquer plus longtemps. Puis elle regarde autour d'eux, et semble repérer quelque chose. Naël la suit sans réellement réfléchir. La confiance semble déjà s'être instaurée entre eux, et s'il a survécu jusqu'ici, ce n'est pas en se méfiant de tous comme certains le font. Non, Naël a un optimisme solide et résistant à toutes les épreuves de la vie. Cela ne va pas changer aussi vite... Et encore moins alors qu'il est avec une jeune femme qui semble avoir besoin de lui.

Il la suit, donc. Et repère assez vite l'endroit où elle les mène. Un centre commercial au milieu d'une zone industrielle désertique. Comme il le peut, Naël passe de l'autre côté du grillage. Par un miracle qu'il ne s'explique pas lui-même, il parvient à passer sans abîmer plus ses vêtements, et même sans se blesser. Le jeune homme reste par là alors que Bianca s'aventure plus loin. Il lui fait confiance pour s'en sortir seule. Lui réfléchit à un moyen de réparer ce grillage ou, à défaut, de mettre quelque chose devant pour éviter tout passage discret. Que ce soit les rôdeurs ou les survivants, c'est bien trop près de l'endroit où ils vont se poser. Bianca revient à ses côtés, sans doute après avoir trouvé une entrée là où elle veut qu'ils aillent. « Je viens avec toi et après il faudra que je revienne ici pour mettre quelque chose devant. On ne peut pas laisser cette entrée comme ça. » Si un survivant voulait passer, il le ferait sans trop se poser de questions... Mais un rôdeur est bête. A part gratter, il ne va pas avoir l'idée de pousser sur un truc solidement accroché, par exemple. Naël la suit tout de même jusqu'au magasin où ils vont donc passer la nuit. Il repère rapidement les lieux, avant d'ajouter : « Pendant que je retourne au grillage, tu peux peut-être regarder s'il reste des trucs à manger ? Je doute que ce soit encore très mangeable mais on peut toujours tenter... » Et surtout, il ne sait même pas s'il reste quoi que ce soit : aussi près d'un campement plein de survivants armés jusqu'aux dents, il est possible que les lieux aient déjà été visités. Et plus d'une fois !

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Sam 9 Juin - 20:35

” se réveiller dans un fossé, joie
2017 “
petrificus totalusQuand je revins pour chercher Naël, pour l’emmener à l’endroit que j’avais trouvé, il déclara qu’il venait avec moi pour l’instant, mais qu’il devait revenir, afin de bloquer le passage du grillage. Ce n’était pas bête… Ainsi nous empêcherions des Z de passer. Je fis alors un signe de tête, avant de retourner vers l’endroit repéré un peu plus tôt. J’étais à peu près certaine d’avoir vu quelque chose qui pouvait coller. Un truc qui ressemblait à un grillage, mais en un peu plus souple… Je me souvenais que le M s’en servait pour pêcher dans le lac qui était près de l’endroit où nous étions retenus, c’était jour de fête quand il ramenait du poisson. Alors je fis simplement un signe de tête, que je refis lorsqu’il me proposa de chercher des restes de nourriture. A vrai dire, pas besoin de chercher. J’avais ce qu’il fallait :

« J’ai de la viande séchée. J’avais fait des provisions avant… les bombes. »

Je n’avais pas prévu de finir seule, à devoir nourrir une autre bouche que celles de mes deux frères d’aventure… Mais il fallait me rendre à l’évidence, j’étais seule avec lui, autant m’assurer qu’il reste avec moi au moins un temps. Même si je ne parvenais pas toujours à faire en sorte que ça soit bon, au moins, ça se conservait facilement, et ça risquait pas de rentre malade comme certaines conserves qu’on retrouvait parfois. Mais je pouvais chercher quand même s’il le voulait… En tout cas, une fois bien sur place, je remis la main sur ce que j’avais trouvé, ce filet de pêche. Nous étions dans ce qui semblait être un magasin d’objets pour faire du sport… Chouette endroit, nous étions parfois arrivé dans ce genre de boutique, avec… mes compagnons, nous avions pu avoir nos rollers comme d’autres armes improvisées. Cela passait le temps, durant des nuits parfois longues.

Je lui tendis en tout cas le filet de pêche. « Vas y, je vais fouiller. »

Je comptais surtout trouver de quoi faire des armes, mais enfin, je n’avais pas envie de parler plus que nécessaire. J’avais encore le poids du chagrin sur mes épaules, et fabriquer des choses de mes mains allaient me permettre de penser à autre chose, alors même que la blessure était fraîche. Je me sentais horrible de continuer à vivre alors qu’ils n’étaient pas là, mais enfin ? Que faire d’autre ? Je ne pouvais pas rester juste là où je me trouvais quand je les avais perdus, sans faire autre chose.

Alors, pendant que Naël était parti, je trouvai divers objets, comme une batte de baseball, des clous, un nunchaku, et même une pelle. Je réfléchissais à ce que je pouvais bien réaliser…
©️ 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Dim 10 Juin - 23:30


Petrificus totalus

Ils doivent s'organiser, et vite. La nuit ne tardera pas à tomber et Naël ne tient pas particulièrement à passer les prochaines heures à angoisser. Il a envie de pouvoir dormir, de pouvoir vraiment dormir. Ce ne sera jamais comme dans sa voiture à l'époque mais bon, il fait avec ce qu'il a... Ou plutôt avec ce qu'il n'a pas. Il hoche la tête lorsque la jeune femme lui apprend qu'elle a de la viande séchée. « Bien c'est toujours ça... Cela devrait nous permettre de tenir au moins jusqu'à demain. » Quoi qu'il ne sait pas quelle quantité de ce produit elle a. Mais ils verront plus tard. Pour l'instant, il y a plus urgent à faire et ils le savent très bien tous le deux. Naël ne retourne pas tout de suite au grillage afin de le bloquer. Il doit d'abord trouver de quoi le faire. C'est Bianca qui, la première, tombe sur quelque chose d'intéressant. Un filet de pèche. Bon, ce n'est pas parfait et ce ne sera pas réellement solide, mais c'est mieux que rien. Dernier hochement de tête en direction de la jeune femme, puis Naël s'éclipse. Il revient une dizaine de minutes plus tard, une fois le filet bien fixé au grillage. Faudra quand même qu'il voit s'il ne trouve pas autre chose, quelque chose de plus solide que cela. A voir.

Il retourne auprès de la jeune femme qui semble occupée à fouiller les lieux comme il le lui avait proposé. Il en fait de même sitôt arrivé. Il n'a quand même pas l'intention de la laisser chercher seule ! « Y'a quelques outils ici. Cela nous rassurera peut-être de construire un truc plus solide pour le grillage... » Mais il faudrait déjà qu'ils s'assurent de ne pas passer une nuit trop inconfortable. Dans l'arrière-boutique, Naël trouve des couvertures. Suffisamment pour qu'ils n'aient pas froid, et même qu'ils puissent se faire des oreillers si nécessaire. C'est le paradis ici en fait ! Le jeune homme tâche quand même de ne pas se montrer trop excité ou heureux. Compte tenu les circonstances pour Bianca, elle n'apprécierait sans doute pas. Il ne s'empêche pas, malgré tout, de sourire en revenant à ses côtés. « On s'installe à l'arrière du magasin si ça te va ? Ce sera plus rassurant que de rester près de la porte d'entrée. » Là-bas, au moins, il n'y a qu'une porte... Plus facile à bloquer et à surveiller du coup. Faut aussi qu'il vérifie qu'ils aient accès à une issue de secours. Juste au cas où. Ils ont décidément encore beaucoup de choses à faire... Naël avait oublié à quel point c'était contraignant de survivre dehors. Et cela l'est d'autant plus lorsque l'on n'est pas seul : il y a plus de choses auquel il faut penser. Surtout qu'il ne sait pas si Bianca est vraiment taillée pour ce genre de vie. Il ne la connaît pas, après tout.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Dim 17 Juin - 10:42

” se réveiller dans un fossé, joie
2017 “petrificus totalusJe me doutais bien qu’un filet de pêche n’était pas le mieux adapté pour le grillage, simplement, sur le coup, c’était ce qui m’avait semblé le plus logique. Certainement parce que du premier coup d’œil, ce filet de pêche semblait bien solide, et aussi ça ressemblait un peu à ces fils croisés de grillage, cela pourra peut être abuser, de loin, une colonie de zombies cherchant un passage. C’était bien pour cela que j’avais besoin de quelqu’un pour être avec moi… Pour me dire quand je partais dans de mauvaises idées. En tout cas, les outils, ça ne manquait pas ! Cet endroit était très bien… Mais pas pour longtemps. Je voulais déjà repartir à la recherche d’Enzo, où, je ne savais pas, mais quelque part. En tout cas, je confirmai :
 
« Je tâcherai de construire quelque chose de bien… »
 
Puis, il dénicha plein de couvertures, qui allaient autant servir pour nous tenir au chaud qu’à relever la tête. Ca, c’était vraiment chic ! Avec Fabian et Enzo… Avec les garçons, nous n’avions pas ces choses-là, c’était encombrant, donc généralement, on s’endormait les uns contre les autres pour nous tenir au chaud, et quand on avait mal au cou, on utilisait la cuisse d’un autre. Là… J’allais dormir toute seule. C’était à la fois chouette, et triste. Car cela me rappelait qu’ils n’étaient pas là.
 
Mais il ne fallait pas que je me laisse aller. Car Naël proposa de nous installer à l’arrière du magasin. Je ne demandai pas pourquoi, je ne fis que suivre ses propositions, de toute façon, je n’avais plus spécialement envie de réfléchir. Juste, taper dans quelque chose, ou dormir, et taper demain. Nous étions dans un magasin de sport, après tout, nous allions pouvoir trouver des choses pour nous défouler, n’est-ce pas ? Tandis que je l’aidais à porter le plus de couvertures possibles, je regardai autour de moi. Silencieusement, je découvrais les lieux, m’imprégnant de ce qu’il y avait.
 
Jusqu’à ce que je voie quelque chose d’assez intéressant, qui nous intéressait, en tout cas. Dans la vraie vie, c’était un kit pour fabriquer son ring de boxe, c’était marqué sur le carton, mais ce que je voyais surtout, c’était des plaques de bois verni, qui dépassaient de l’ouverture, comme si on avait fouillé dedans pour prendre… Oh bah, il manquait les cordes.
 
« Naël, regarde. Ce n’est pas mieux ça ? »
 
En tapant dessus, je pus me rendre compte que c’était plutôt dur, bon, ça n’avait pas l’air non plus hyper solide non plus, mais en tout cas, assez pour qu’on puisse au moins ralentir quelqu’un qui voudrait entrer. Et il y avait des crochets intégrés sur les côtés, qui servaient au départ à tenir les plaques entre elles pour fabriquer un sol uni pour le ring… Peut-être qu’en accrochant cette plaque au grillage, ça tiendrait bien ? Je ne savais pas si c’était une bonne idée de faire ça, cependant, tandis que le soleil se couchait bel et bien, rendant les lieux sombres.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Ven 22 Juin - 18:28


Petrificus totalus

Bien sûr que c'est déjà très bien, d'avoir trouvé quelque chose. Un filet de pêche, ce n'est pas ce qu'il y a de plus solide, mais ce n'est pas non plus hyper fragile. C'est déjà bien, donc. Et Naël ne va pas jeter son mécontentement sur Bianca alors qu'il sait que, comme lui, elle fait de son mieux. Ils ne peuvent pas faire de miracle, si ce n'est tâcher de survivre ces prochains jours. En espérant, aussi, retrouver ces deux personnes que Bianca recherche. « On verra ça, ne t'inquiète pas. » Cela fait partie des priorités mais elle n'arrive pas non plus en première ligne dans la liste des choses à faire. Ils doivent déjà s'installer pour la nuit, et veiller à ne pas prendre trop de risques. Genre en étant trop à découvert. Naël propose donc qu'ils aillent dans l'arrière-boutique. Une fois là-bas, il vérifie les différentes issues. Si quelque chose venait à poser problème, ils pourraient éventuellement passer par la fenêtre. En attendant, il va falloir bloquer la porte qui mène la boutique. Histoire de ne pas avoir de mauvaise surprise, et pour leur permettre à tous les deux de dormir. Naël est en train de commencer à installer ce qui sera leurs deux lits, lorsque la voix de la jeune femme s'élève. Délaissant ce qu'il était en train de faire, il se poste à ses côtés et regarde ce qu'elle tient entre ses mains.

Il fronce d'abord les sourcils en ne comprenant pas ce que c'est. Et puis, petit à petit, il réalise que ce n'est pas grave, s'il ne sait pas. Ce qui compte, c'est que Bianca y croit. Alors lui aussi, par extension. « Si, peut-être bien. » Il n'en sait rien, en vrai. Mais une fois le truc installé, il visualisera peut-être mieux. « Mais on devrait peut-être voir pour installer ça demain si ça te va ? Je pense qu'on a tous les deux besoin de repos... » Naël ne se sent vraiment pas la force de procéder à une installation plus poussée près du grillage. Et puis, le soleil pourrait achever de se coucher d'une minute à l'autre... « On devrait se mettre, je pense, chacun dans un coin d'une pièce. Assez loin de la fenêtre pour ne pas être repéré dans le cas où quelqu'un regarderait à travers. » Mais ils ont besoin de dormir autant l'un que l'autre - quoi que peut-être plus Bianca que lui mais qu'importe -, alors ils ne peuvent pas réellement faire de tour de garde et compagnie. « Est-ce que c'est OK pour toi ? » Il veut son avis avant toute chose.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Sam 30 Juin - 22:30

” se réveiller dans un fossé, joie
2017 “petrificus totalusLorsqu’il m’avait demandé si c’était OK pour moi, j’avais déjà commencé à m’installer. J’aimais qu’il prenne les choses en main, alors j’avais juste à confirmer d’un signe de tête. Je n’étais pas certaine de parvenir à dormir, mais il allait bien falloir un peu… Et puis, un peu de silence me ferait du bien.
 
Pourtant, je n’arrêtai pas de me réveiller durant la nuit. Les garçons, leur proximité apaisante n’était pas là. Je ne me sentais pas non plus d’aller rejoindre Naël dans son sommeil, quand bien même j’en avais envie, je n’étais pas certaine que lui apprécie, étant donné qu’il avait directement proposé que nous nous séparions de chaque côté de la pièce. Dormir, se réveiller, se rendormir… Je tournais en rond. Et quand je vis enfin le soleil poindre par la fenêtre, je me décidai à m’activer sérieusement. D’abord en allant mettre cette plaque de sol de ring contre le grillage, avec des fils de fer que j’avais trouvé, très épais. D’ailleurs, j’avais bien galéré à les tordre pour faire en sorte que les crochets restent solidaire avec la protection que nous avions contre les Z qui pourraient se balader autour de nous.
 
Puis, armée d’une batte de base ball, j’avais fait le tour rapidement des lieux, afin de vérifier qu’aucun ne se balade déjà ici. Visiblement, pas un chat… C’était étonnant. Alors, j’étais tout simplement retournée dans le lieu où nous étions retranchés avec Naël. Je ne voulais pas faire de bruit, alors je m’étais éloignée, pour trouver autre chose à faire. Comme fabriquer des armes, comme je le faisais à chaque fois que j’en avais la possibilité… Et puis, Fabian était mort avec le sac qui contenait la plupart de mes œuvres. J’allais devoir tout recommencer, comme avec ces clous, ce nunchaku, que j’avais repérés la veille. Dans tout ce désordre, j’avais trouvé des choses intéressantes… Le passage de plusieurs survivants avait fini par transformer ce magasin de sport en un fourre-tout assez désordonné, j’avais même vu des boites de conserve ouvertes qui ne sentaient même plus le pourri avec tout ce qui était dedans, moisi, rendu en poussière puis disparu. On voyait leurs traces, étaient-ils encore vivants eux ? Aucune idée, aucun moyen de le savoir.
 
Alors, je me mis à planter ces clous dans ce nunchaku qui, heureusement, avait une base en bois qui était facile à pénétrer de quelques coups de marteau. Tout cela en attendant les prochaines consignes de Naël…
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Mer 4 Juil - 14:35


Petrificus totalus

Une étrange confiance règne entre ces deux personnes qui, pourtant, ne se connaissaient pas il y a encore quelques heures à peine. Du côté de Naël, on peut sans doute le comprendre : Bianca a tout du chaton égaré. Elle en est peut-être très loin, et peut-être bien qu'il prend plus de risques qu'il n'y paraît en acceptant aveuglément de faire un bout de route à ses côtés... Mais il y a un petit quelque chose qui passe bien entre eux et c'est tout ce qui l'intéresse, tout ce sur quoi il se base. Sans doute est-ce là un jeu dangereux auquel il joue, mais comment s'attarder sur des détails qui n'ont pas lieu d'être ? Naël profite juste de la planque qu'ils se sont trouvés pour dormir. Rattraper le sommeil qu'il a en retard sans plus se poser de questions. Derrière la porte, il y a de quoi les réveiller dans le cas où quelqu'un essaierait de rentrer. Et ils sont assez éloignés des fenêtres, chacun d'un côté, pour ne pas pouvoir être repérés par qui que ce soit. C'est tout bon, donc. Naël s'endort assez vite, et ne se réveille pas avant que le jour se soit levé, inondant dans laquelle ils se trouvent. Enfin, dans laquelle il se trouve : Bianca n'est plus là, lorsqu'il ouvre les yeux. Prudemment, il se redresse et balaie la pièce du regard. Aucune trace de la jeune femme. Mais Naël n'est pas quelqu'un de pessimiste, alors il ne se dit pas immédiatement qu'il doit lui être arrivé quelque chose... Ou bien qu'elle est partie. Et il a eu, de toute évidence, raison de ne pas se faire d'idées parce qu'il la retrouve bien assez vite, non loin de là. Sourire aux lèvres, il s'approche d'elle. Paraît que c'est agaçant comme il a toujours l'air heureux de vivre et joyeux en toutes circonstances... Mais Naël s'en contre-fout. Il n'a jamais été du genre à se soucier de ce que l'on pensait de lui, ce n'est pas maintenant que cela va changer. Bien au contraire ! « Hello. Bien dormi ? » Et bien oui, c'est le début d'une journée comme une autre. Naël n'a pas oublié les bases de la politesse et la façon dont il convient d'entamer une discussion. Ils ont encore des heures et des heures devant eux pour envisager la suite et déterminer ce qu'ils vont faire, et par où commencer... Par réflexe, le jeune homme tourne la tête en direction du grillage, se disant que c'est peut-être là que se trouve LA première chose à faire. Pourtant, quelque chose a changé par rapport à la veille. « Oh mais... Tu t'en es déjà occupée ? » De nouveau, il tourne la tête en direction de Bianca. Il a peut-être déjà la réponse à sa première question, finalement.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Ven 6 Juil - 1:44

” se réveiller dans un fossé, joie
2017 “petrificus totalusEnfoncer ces clous dans ce nunchaku, puis continuer à fouiller pour trouver d’autres armes à créer, en faire plein, alors même que je ne les emporterai pas toutes, c’était juste pour occuper mes mains, en attendant que Naël se réveille. Cela me permettait de rester l’esprit calme, de ne pas paniquer, à présent que j’avais perdu mes repères. Et quand enfin Naël arriva, je me sentais comme si rien n’était arrivé, comme si mon cerveau était parvenu à un état de tranquillité que rien ne pourrait troubler, sauf peut être une contrariété ou de l’inactivité.
 
En plus il souriait, c’était comme un pansement à l’âme. J’aimais sourire, ce simple mouvement de bouche qu’il m’avait pris du temps à retrouver moi-même. J’avais mis du temps à sourire aux gens. Même à Enzo. J’avais tendance à oublier les traits de mon visage, ce dont ils étaient capables d’exprimer, autrefois. Maintenant, ils parlaient autant que mes mots. Ainsi, quand il me salua, me demandant si jamais bien dormi, je fis un sourire à la hauteur du sien, levant beaucoup la tête, vu que j’étais assise par terre et que lui était debout.
 
« Oui, et toi ? »
 
Puis, il regarda dehors, me demandant si je m’en étais déjà occupée. De quoi donc ? Ah ! Du grillage ? Ahah, oui. … Je devrais le verbaliser ça, dire les mots, ça sera utile, non ? Alors je me forçai à parler un peu plus :
 
« Je m’ennuyais ce matin. Alors, je m’en suis occupée. J’ai fabriqué des armes aussi… »
 
Je me penchai un peu, pour ramasser l’objet dont j’étais le plus fière, justement. Ce nunchaku qui était en bois au départ, un beau bois poli qui avait désormais des longs clous bien incrustés, dont le bout pointu dépassait. Avec ça, n’importe quel zombie aura la cervelle décrochée, au moins. C’était bien pour se battre, n’est-ce pas ? Et j’avais bien envie que ça lui plaise. Un peu comme cadeau, pour lui montrer que j’étais douée pour faire des choses, pour montrer que je n’allais pas être un fardeau. Pour qu’il me garde un peu, et m’apprenne des choses, peut-être. Je le lui tendis, pleine d’espoir :
 
« Ca te plait ? »©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Lun 16 Juil - 12:41


Petrificus totalus

Comme toujours, Naël ne peut pas s'empêcher d'avoir le smile. Quand tout semble s'écrouler autour de lui, il est toujours là, celui-là. Fidèle compagnon, anéhantisseur de pensées négatives. Il est heureux de voir que, non loin de lui, Bianca se prête au jeu elle aussi. Elle sourit, et répond à sa question. Sur le même ton qu'elle, quoi qu'un peu plus soulagé peut-être de ne pas la voir toute déprimée, Naël lâche : « Oui, aussi. » Difficile, en même temps, de prétendre le contraire. Alors qu'il dormait toujours bien profondément -enfin peut-être pas, n'exagérons pas non plus, une attaque l'aurait sans doute réveillé-, Bianca, elle, ne perdait pas de temps. En jetant un oeil vers l'extérieur, et plus particulièrement vers le grillage, Naël constate que celui-ci a été réparé. Il y a un truc de plus dessus, en tout cas. Et s'il ne le voit pas de près, Naël devine cependant que c'est très bien fait. Bianca a l'air plus douée qu'il ne l'avait imaginé au départ, et il pourrait presque s'en vouloir de l'avoir ainsi sous-estimée. Presque, parce que ce n'est pas le genre de la maison. « Oh génial, ça nous fait gagner beaucoup de temps ! » Et d'énergie pour lui. Mais il est soulagé de voir qu'elle sait faire des trucs hyper utiles. D'ailleurs, il finit par baisser la tête en direction des fameuses armes dont elle est la créatrice. C'est là que ses yeux se posent sur un nunchaku hors du commun. Fait maison. Puisqu'il est en bois, Bianca en a profité pour y enfoncer des clous. D'une arme que Naël a utilisé - quoi que le sien n'est pas en bois - maintes et maintes fois pour se débarrasser des rôdeurs et qui est très récrié pour sa quasi-inefficacité, Bianca en a fait une arme mortelle. D'ailleurs, Naël ne peut pas s'empêcher de lâcher un petit sifflement admiratif. Comment a-t-elle fait ça ? Enfin, surtout, comment a-t-elle eu l'idée de cette création ? Alors qu'elle lui demande si cela lui plaît, Naël s'accroupit à ses côtés dans le but de voir le nunchaku de plus près. « S'il me plaît ?! » Comme la jeune fille le lui tend, il s'autorise à le prendre et à le regarder sous tous les angles. « C'est une tuerie ! » Ce n'est pas que Naël est avare en compliments, mais il n'est pas doué pour les faire. Voilà tout. C'est déjà un bon début, me direz-vous, mais c'en est aussi la fin. Enfin, vu le sourire qu'il affiche désormais, Bianca comprendra sans doute qu'il est plus qu'admiratif. « T'as pas envie d'en faire un deuxième par hasard ? », qu'il lâche sans gêne en relevant ses yeux dans les siens. Bah quoi ? Ce sera toujours mieux que son nunchaku à lui après tout.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Lun 16 Juil - 21:25

” se réveiller dans un fossé, joie
2017 “petrificus totalusJ’avais présenté à Naël ma petite offrande. Une arme, c’était utile dans le monde dans lequel nous vivions, n’est-ce pas ? J’aimais bien fabriquer ces petits objets, surtout que le nunchaku avait l’avantage de pouvoir frapper très fort dès lors qu’on lui mettait assez d’élan, et ça se rangeait facilement dans le sac. Réfléchir à tout, c’était mon truc… Mais visiblement, au vu de l’excitation de mon compagnon temporaire de route il était totalement emballé.
 
Tellement emballé que je ne pus pas m’empêcher de rire de son enthousiasme ! Et aussi du terme qu’il avait utilisé pour parler du nunchaku, une tuerie. Ce double sens était parfaitement amusant, vraiment ! Quel mot bien choisi.
 
« Effectivement, on ne devrait pas y réchapper, aux clous… Une vraie tuerie ! »
 
Les zombies n’avaient plus qu’à bien se tenir, n’est-ce pas ? En tout cas, j’étais ravie, c’était un magnifique compliment que de le voir sourire comme ça. A noter, il aimait les armes améliorées. D’ailleurs, il les aimait tellement qu’il en demanda une deuxième. Ah bah tient ! Je récupérai immédiatement mon marteau, le petit carton avec les clous ainsi qu’un nunchaku qui était un peu plus loin, en signe d’assentiment. Après tout, ce n’était pas très compliqué. Il fallait juste appuyer sur les clous, de façon à ce qu’ils traversent le bois, et faire en sorte qu’ils dépassent bien. Taper donc. C’était juste un peu long, car les clous allaient tout le long du nunchaku, c’était bien… Allez une heure de travail ? Tout en pensant à laisser un endroit où mettre les mains. Parce qu’un nunchaku clouté, c’est bien, mais s’il l’est partout, on ne peut que le regarder. En tout cas, tandis que je me remis au travail, essuyant la sueur sur mon front, je demandai à Naël :
 
« Tu sais te servir de deux nunchakus en même temps ? »
 
Je parvenais à me servir vite fait qu’un seul, mais sans faire comme ceux qui étaient habitués. Ne me demandez pas de les faire voler autour de mes épaules ou quoi que ce soir. Simplement, s’il fallait frapper très fort avec, je pouvais m’en servir de façon parfaitement fonctionnelle. Un jour, peut être, je prendrai le temps de m’y intéresser vraiment… Après tout, Tyler, quand nous étions dans le camp des sauveurs, m’avait enseigné l’art du couteau, et de certains coups, à main nue. Quelques tirs aussi. Je n’étais pas empotée, heureusement… Rien ne m’empêchait de me perfectionner, même si ce n’était que de la théorie et que je ne la mettais jamais en pratique.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Dim 22 Juil - 17:20


Petrificus totalus

C'est sûr que Naël se sent comme un grand enfant face à l'arme fabriquée par Bianca. Enfin, améliorée. Un nunchaku avec des clous, en voilà une bonne idée ! Ce qui le met encore plus en joie, c'est de voir la jeune femme sourire et même rire un peu. Voilà quelque chose qui fait plaisir à voir. Elle oublie, pendant quelques instants, qu'elle a perdu ceux qui comptent pour elle. Peut-être que c'est juste dans un coin de sa tête, mais Naël n'envisage pas cette possibilité. Lui, il vit l'instant présent. C'est quand il se pose que ses pensées courent en direction de ceux qu'il a perdus, notamment et particulièrement vers une certaine Aelisia. « Pire que ça ! » Extatique, Naël n'a pas pu s'empêcher de lui demander d'en fabriquer un deuxième. Il a bien une idée derrière la tête et, sans qu'elle lui réponde, Bianca se met au travail. Lui s'accroupit à ses côtés, avant de s'asseoir en tailleur pour que ce soit plus confortable. Il la regarde faire, comprend assez vite que c'est faisable mais fatiguant. Il ne dit rien, cependant. Ne revient pas en arrière ni même n'essaye de la déranger en discutant de choses qui n'ont rien à faire là pour l'instant. Bianca est de toute façon trop occupée pour lui répondre... Ou pas. Elle est même celle qui lui pose une question, au bout d'un certain temps.

Naël fronce les sourcils, pas sûr de comprendre. Lui, en utiliser deux en même temps ? Il la regarde, l'air abasourdi - et sans doute complètement débile -. Au bout d'un certain temps, les connexions se font. Le premier nunchaku réalisé par cette chère Bianca était déjà pour lui. D'où le fait qu'elle se demande pourquoi il lui en faut deux. Un petit rire lui échappe, mais Naël ne part pas dans une hystérie complète. Il est même de nouveau assez vite sérieux - sans se départir de son sourire bien sûr. « Oh non ! Mais le deuxième - ou le premier selon ta préférence - est pour toi. » C'était comme ça qu'il envisageait les choses avant de savoir qu'elle n'avait jamais eu l'intention d'en réaliser un pour elle. Maintenant, rien n'a changé et Naël entend bien la voir à l'oeuvre avec un nunchaku clouté. C'est la première fois qu'il peut faire profiter quelqu'un de sa "passion", et il a bien envie d'en profiter. « Je pourrai t'apprendre deux ou trois mouvements si tu veux. Enfin... J'ai appris sur le tas alors je ne peux pas t'apprendre grand chose, mais au moins te montrer à quel point c'est le pied, un nunchaku ! » C'est une arme qui en surprend plus d'un et qui, pourtant, a son utilité. Naël s'éclate avec elle, et avec des clous ce sera bien plus meurtrier qu'auparavant. Avec les rôdeurs, bien sûr. « Enfin, il faudra que tu t'entraînes avec un nunchaku sans clous par contre... Doit y en avoir d'autres dans le coin. ça te tente ? » A elle de voir, à présent. Naël est prêt, lui.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Mer 8 Aoû - 10:53

TITRE.SOUS TITREDe toute évidence, nous ne nous étions pas compris… Mais il ne me connaissait pas. Il ne savait pas que je n’avais pas pour habitude de m’armer. Quand je fabriquais… C’était toujours pour les autres. Pour E et F… Parce que je n’avais qu’un couteau, et une arme à feu dont je ne me servais jamais. Me battre, ce n’était pas mon fort, pas même avec les cours obtenus avec Tyler. Je savais désormais me défendre, mais tout au plus face à une personne faible ou un zombie qui ne réfléchissait de toute façon pas. Alors, quand il éclaircit le quiproquo en disant que l’un des nunchakus était pour moi, je regardai celui que j’avais entre les mains. Je voulais bien, en soit, mais comment m’en servir ? J’en avais déjà fait, mais m’en servir ? Jamais, jusque-là ! Je n’arriverai qu’à me faire du mal, avant même de toucher un potentiel ennemi. Bien pour cela que je voulais rester avec Naël, il était plus grand, et il avait l’air plus fort que moi : pour éviter que je perde un combat et donc la vie. Même si j’avais la sensation d’avoir tout perdu, il fallait que je reste en vie, pour retrouver E, finir à ses côtés, encore.

Quand il proposa de m’apprendre à m’en servir, je relevai la tête, intéressée d’un coup. Oh, un autre Tyler ! Il allait m’apprendre ! Même si ce n’allait pas être génial, d’après ses dires, j’avais quand même bien envie d’essayer, histoire de ne pas juste abandonner ce travail, alors que j’y avais finalement passé du temps. Allez ! « Il reste quelques nunchakus là, dans ce carton. J’arrive ! » Je plantai les derniers clous sur celui que j’avais commencé. Je n’aimais pas laisser un travail en plan, surtout qu’il pouvait m’arriver d’oublier ce qui était prévu, voire d’oublier de le finir.

Quand enfin je pus me redresser, je dégourdis rapidement mes jambes un peu engourdies d’être restées immobiles et croisées, les étirant comme m’avait appris Tyler. Pareil pour les bras, et le dos. Pas de courbatures, comme ça ! Et une fois que j’eus attrapé le nunchaku, je tentai tout de même quelque chose, au moins le faire tourner, à bout de bras, tenant un côté pour ensuite, d’un mouvement du poignet, faire tourner l’autre bout de la chaîne… Pas très probant ! Et comme ça Naël voyait le niveau… Pas génial ! « Bon, hé bien… Je suis prête ! »
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


can you even see what you're fighting for? bloodlust and a holy war.

× A propos du vaccin : :
Merci mais non merci.

× Âge du perso : :
35 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, chez les sauveurs. Du moins ... C'était là qu'il était jusqu'à il y a peu. Maintenant, il erre en Californie.

× Avant, j'étais : :
Guitariste à temps partiel.

× Messages : :
3270

× Points de vie : :
139

× Copyright : :
© Unicorn (avatar), © schizo' (code signa).

× Avatar : :
James handsome Franco.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Mar 21 Aoû - 12:27


Petrificus totalus

Le petit malentendu effacé, Naël tient à faire sa proposition à Bianca. C'est un peu sorti de nul part mais c'est là. Il ne pouvait pas faire autrement ; elle vient de lui rendre un service, et il tient à lui rendre la faveur. UN NUNCHAKU A CLOUS ! Il n'en revient toujours pas, vraiment. Elle vient d'illuminer sa vie, et elle ne le sait même pas. Quoi que, le sourire béat qu'il affiche depuis tout à l'heure devrait pouvoir la mettre sur la voie. Il est heureux, et il ne cherche pas à s'en cacher. Non, certainement pas. « Je t'attends ici. » Pendant qu'elle part chercher les nunchakus restants - et donc encore sans clou, Dieu soit loué -, Naël ne peut s'empêcher de garder les yeux posés sur celui qu'elle a confectionné pour lui. Bon sang de bonsoir, sa vie est révolutionnée. Avec ça, c'est certain, il fera des dégâts. Plus qu'avant en tout cas, parce que le nunchaku n'est quand même pas la meilleure arme qui soit pour se défendre face aux rôdeurs... Ou même face aux survivants. Bianca doit le savoir autant que lui. Alors qu'elle revient, la jeune femme lui fait une petite démonstration qui le fait instantanément rire. Pas par moquerie, mais parce qu'il ne s'y attendait pas vraiment, en levant la tête. Alors il se redresse à son tour, se plante devant elle, et lui sourit. « C'est déjà un bon début : rares sont les personnes à faire ça sans se mettre de coup. » Et le pire, c'est que c'est vrai ! Pour Bianca, cela ne semble peut-être pas extraordinaire mais ça l'est... Au moins un peu. Naël le voit, même s'il a lui-même franchit ce cap depuis un certain temps. « Tu dois essayer de trouver le maintient qui te convient le mieux. En général, c'est plutôt au bout de l'un des bâtons qu'on le tient. Pour les combats, en tout cas. » Et dire qu'il y a de cela encore quelques années, Naël n'avait même jamais vu de nunchaku de sa vie ! Il a tout appris dans les différents manuels croisés sur sa route, et embarqués dans sa voiture. Quand il s'ennuyait, au moins, il avait quelque chose à faire, de quoi s'occuper. Au moins un peu. « Vas-y, essaye de faire un mouvement et d'attraper l'autre bâton avec ton autre main. » Il se recule d'un pas, un brin cérémonieux et sérieux, par mesure de sûreté.

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
What would you say if I told you that all I've thought about is you since you been gone. I wish some way, some how, I could turn this world right back around and mend mistakes I made.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


look at all the hate they keep on showing, look at all the stones they keep on throwing.

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever.

× Âge du perso : :
32 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, pas loin de feu le camp de Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
24300

× Points de vie : :
357

× Copyright : :
© Cyrine (avatar), © schizo' (code signa & gif profil).

× Avatar : :
Kristen cute Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.

WANNA SEE MORE ?


Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca) Ven 12 Oct - 13:54

RP archivé suite au départ de Bianca. I love you

_________________
Wonder how bad that tastes when you see my face, hope it gives you hell when you walk my way, hope it gives you hell.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

WANNA SEE MORE ?



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca)

Revenir en haut Aller en bas

[FLASHBACK] petrificus totalus (ft. Bianca)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-