your heart is pure, that will be your curse (fredricksen)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En novembre 2018, le forum a SIX ANS.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

your heart is pure, that will be your curse (fredricksen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar

En ligne
WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2388

× Points de vie : :
128

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Dim 11 Nov - 18:57

fiche #000

† NOM : Hardwick
† PRÉNOM(S) : Fredricksen, Alexander
† ÂGE : 30 ans, bientôt 31
† DATE DE NAISSANCE : 14 décembre 1987
† LIEU DE NAISSANCE : Fort Collins (CO)
† HABITAIT : Lewisburg (PA)
† ANCIENNE OCCUPATION : Co-proprio d'un garage
† STATUT FAMILIAL : C'est compliqué
† ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel
† GROUPE : Suspects
† AVATAR : Paul Wesley
Observations
Il n'est plus du tout l'homme qu'il était. Étant autrefois un vrai petit ourson en peluche qui se laissait constamment marcher sur les pieds sans réagir, il est maintenant colérique, têtu, irritable, et sanguinaire. La mort d'Analyss l'a profondément marquer et cela à tout jamais, et depuis il est plus désagréable que jamais, dans le simple et unique but d'éloigner et de désintéressé les gens autour de lui. Il refuse de s'attacher à qui que se soit, ce qui fait de lui un loup solitaire et un homme bien mystérieux et braqué. Face à une horde de zombie, il lui arrive également d'être impulsif et suicidaire. D'un autre côté, il est pourtant plutôt drôle, comme type. En plus de gérer la tristesse en transformant cette énergie en colère, il le fait également en rigolant d'un peu de tout et rien. Il fait donc souvent preuve d'immaturité et peu même paraître plutôt loufoque.
Questions posées lors de l'entrevue
QUEL EST TON AVIS À PROPOS DU VACCIN QUI A CIRCULÉ PENDANT UN MOMENT ? ES-TU VACCINÉ TOI-MÊME ? Non, il n'est pas vacciné, et tant mieux! Il n'avait jamais entendu parlé de ce fameux vaccin avant de rencontrer quelqu'un qui se l'était injecté, et vu les effets secondaires dont il a été témoin chez elle, il ne comptait pas du tout se l'injecter à son tour. De toute manière, il n'aurait surement jamais pu, il aurait été trop méfiant et donc n'aurait même pas chercher à en apprendre plus sur le sujet dès le début.

QUE RESSENS-TU LORSQUE TU VOIS UN ZOMBIE ? EST-CE QUE TU LES TUES ? SI OUI, QUE RESSENS-TU ? Il se jettera le premier dans la horde de zombies, sans même penser une seule  seconde ou alors hésiter, et les décapitera tous avec grand plaisir et une violence inoubliable. Giclées de sang et cervelles en bouillis sont au rendez-vous. Il n'utilise qu'à de très rares occasions son arme à feu, préférant milles fois plus son éternelle machette, aucune tête ne lui résiste. Il y voit dans ce massacre une certaine vengeance et pendant quelques secondes, aussi courtes soit elles, il arrive à se sentir mieux. Il y dépense toute la rage qu'il emmagasine et il s'amuse même, parfois, les faisant courir et les faisant tomber, leur parlant également. Il peut paraître suicidaire, un peu fou, et peut-être qu'il l'est légèrement, aussi.

AS-TU PERDU DES PROCHES ET LES PLEURES-TU ENCORE ? Il à perdu sa compagne, Analyss, au début de l'apocalypse, et pour ce qui en est de sa famille, la seule personne qui lui importait vraiment c'était sa soeur, mais il ne sait pas ce qu'il lui est arrivé et ne saurait dire si elle est encore en vie, et si oui, où elle se trouve. Pareil pour Éric, son cousin et sa femme, Valentina, qui étaient des amis proches. On peu alors dire qu'il a un peu tout perdu. C'est pourquoi il a la fâcheuse habitude de boire. À la première occasion, il sauve une bouteille ou deux des griffes des rôdeurs. Il pourrait bien choisir le whisky à votre place.. C'est une mauvaise habitude qu'il retient de son cher père et il en à bien honte, d'ailleurs. Il ne se laisse que très rarement être triste à propos de ça en tout cas, la plupart du temps, il démontre sa peine à travers sa colère et même le rire.

QUE PENSES-TU DU CAMP ELLIA ET DE SON PROPRIÉTAIRE ? COMPTES-TU COOPÉRER ? En fait, il s'en fou un peu, du type qui est en charge de cette place. Pour l'instant, il gère, alors à quoi bon se poser des questions... S'il tourne mal, nous le serons bien rapidement de toute façon. Bien entendu, il ne lui fait pas confiance, il ne fait confiance à personne, mais de toute façon, au bout du compte, Ellia et cette "nouvelle société" complètement bidon tomberas, c'est certain. Pour le moment, il suffit donc simplement d'attendre. Il est complètement inutile de se battre pour l'instant, sachant que Vance et le reste de ses coéquipiers sont trop biens organisés.


NOTES PERSONNELLES
PETITE PRÉSENTATION DU JOUEUR DERRIÈRE L'ÉCRAN † Ça date, mais je me dois de gardey cette présa trop chou. troll « Kekou! Moi c'est Andréanne et mon pseudo c'est MYERS. bah parce que mon petit bébé c'est Michael Myers. huhu meurtre (Ça c'est Jason mais.. détaaaaail !) J'ai 16 ans et j'ai connu le fow en... Je sais plus trop pour être sincère. J'étais peut-être possédée. laugh Je trouve ça suuuper, et sexey. bril J'ai pas trop de vie alors je suis libre presque 24/7. J'aime les zombies se sont mes bébés. ( Owiii j'ai beaucoup de bébés. ) Sinon bah.. Bah bah beeeeh. Eh ouais, code validé par Aileenoutte ! tir  »

N'OUBLIE PAS DE CRÉDITER TES AVATARS/ICÔNES/GIFS † Moi-même (avatar) & Alice sur tumblr (gifs)

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p


Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Jeu 22 Nov - 17:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

En ligne
WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2388

× Points de vie : :
128

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Dim 11 Nov - 18:57

fiche #000
je voulais vivre mais je ne vivais pas, pas assez, j'existais, me laissais porter par les vagues trop lourdes pour moi
Je n'ai pas toujours été sage.
Elle prit ma main, doucement, faiblement, et elle me sourit. Je savais qu’elle avait mal et je savais qu’elle souriait surtout pour me rassurer. Malgré ce lit, cette chambre blanche et le bruit des machines auxquelles elle était branchée par une dizaine de tubes et de fils, il y avait toujours cette étincelle dans ses yeux, comme si elle était toujours pleine de vie. « Tout iras bien, je te le promets, ne sois pas si triste. » Elle serra mes doigts doucement et son sourire s’agrandit. « Mon grand garçon. » Je me mordis la lèvre, essayant de m’empêcher de pleurer, puisque je savais que cela la rendrait triste, mais c’était ma mère, c’était ma mère… et je n’étais qu’un gamin, je n’avais jamais été rien d’autre qu’un gamin. J’avais toujours besoin d’elle. Pourquoi si tôt ? « Tu t’occuperas bien de ta sœur? » Je lui promis, même si on savait tous qu’elle s’occupait plus de moi que le contraire, malgré qu’elle était ma cadette. Ma mère avait dit cela d’une voix douce, fatiguée, et c’était endormi peu de temps après. Je l’avais regardé quelques longues minutes, respirer difficilement, son torse se levant et descendant à nouveau, comme si j’avais peur qu’à un moment, il ne s’arrête. Deux larmes roulèrent sur mes joues, que j’essuyai aussitôt, me levant. Je lui remplis son verre d’eau, replace ses couvertures, jette les fleurs mortes ayant tombées sur sa table de chevet, m’assurant que tout soit parfait… Août 2004, 16 ans.


Les corridors de l’hôpital étaient sombres, silencieux, depuis… Peut-être que ce n’était qu’une impression que j’avais, peut-être que le vide que je ressentais au fond de mon ventre rendait tout autour de moi aussi vide et sombre. Je me sentais seul et je l’étais. Mon père était là où il était depuis des semaines maintenant, à côté d’un bar, un verre à la main qui était loin d’être son premier. Bethsabée, elle, je n’en savais trop rien, on ne parlait plus, plus depuis que maman était malade. On vivait tous les trois notre deuil dans notre coin, la maison mourrait, et nous n’étions plus qu’une famille dans cette chambre, tous autour d’elle. Maintenant, je ne savais plus ce qu’on était... Trois étrangers. J’aurais déjà dû partir d’ici, ça faisait des heures qu’ils l’avaient emportés maintenant et il se faisait surement très tard, mais je ne savais pas quelle heure il était exactement, ça n’avait peu d’importance… Je n’arrivais plus à bouger et il m’était impensable d’être à nouveau capable de me lever. Je ne m’imaginais pas sortir d’ici, retourner dans le vrai monde, là où tout cela deviendrait encore un peu plus vrai. Je ne pouvais pas… Je ne sais plus combien de temps passa, mais je me rendis compte, à un moment, d’une présence à mes côtés, Analyss. Je ne savais pas depuis combien de temps elle était là, mais je ne lui demande pas. En fait, je ne lui dis rien, et elle ne me dit rien non plus. Je m’approche puis je pose ma tête contre son épaule, pleurant silencieusement, et nous restons là, comme ça, encore un long moment… Février 2005, 17 ans.


Je ne me souvenais plus vraiment qui avait commencé, mais je pensais bien que c’était moi, même si tout était un peu flou maintenant. Tout ce à quoi je pensais c’était à cette colère qui brulait en moi et que j’avais trop longtemps ignorée. Cette colère contre lui, contre la vie, contre tout le monde, en fait, contre toute cette injustice dans laquelle j’étais baigné depuis des mois maintenant, je n’en pouvais plus. Je n’arrivais plus à rien à l’école, n’y au garage, j’étais tout le temps fatigué, et je savais que ma sœur l’était aussi, puisqu’on devait tout faire, dans cette maison, depuis que maman n’était plus là.
Je savais très bien comment donner des coups, puisque cette épave nous l’avait montré, à moi et à Beth, lorsqu’on étaient plus jeunes et quand il savait encore faire quelque chose d’utile, mais je ne m’en étais jamais servis, même lorsqu’on m’avait, parfois, fait la misère à la petite école. C’était ironique, puisque la première personne que j’ai jamais frappé, ce fut lui.
On s’engueulait souvent, lui et moi, mais jamais aussi fort qu’on l’avait fait ce soir. Je l’avais confronté, on pouvais même dire que je l'avais en quelque sorte, attaqué. Je lui avais enlevé sa bière des mains, je l’avais même balancée contre le mur, alors qu’il regardait la télé. J’avais lui avais crié dessus, tout, tout ce que j’avais sur le cœur. Il avait tout pris, et avait, d'ailleurs, tout très mal pris.
On s’était battu comme deux bêtes enfermés depuis trop longtemps dans la même cage, on avait brisé la table du salon et la seule chose qui avait pu nous faire arrêter, c’était les cris strident de Beth et ce regard effrayée qu’elle nous jetait maintenant. Haletant, la lèvre fendue et sentant que ma joue enflerait très certainement d’ici demain matin, je regardais mon père avec toujours la même rage dans les yeux. « T’avises plus jamais de remettre les pieds ici, Fredricksen » qu’il me dit avec un ton sévère, mais je ne pouvais pas vraiment le prendre au sérieux alors qu’il était chancelant. « Bien. » J’étais insolent, agressif, et je ne me ressemblais pas du tout.
Sans plus attendre, j’avais fait mon sac et j’étais parti. Au volant de ma voiture remontée, celle sur laquelle j’avais bossé hardiment pour m’occuper l’esprit depuis qu’on avait appris que maman était malade, je redevenais déjà le jeune garçon doux que j'avais toujours été. J'ai alors conduis jusqu’à la ville, jusqu’à Analyss. Janvier 2006, 18 ans.


« Salut maman… » dis-je doucement, m’agenouillant devant la tombe de ma mère. « Je sais que ça fait longtemps, je m’excuse… » Je dépose les fleurs que je lui avais apporté, doucement, devant sa tombe qui avait vieillit, j’avais l’impression. Alors que je m’installe devant celle-ci, j’enlève doucement les mauvaises herbes ayant poussées autour, celles qui avaient poussées sur la pierre, aussi, m’assurant que tout soit parfait… « J’espère que tu vas bien. Depuis la dernière fois que je suis venu, les choses vont un peu mieux pour moi, j’espère que ça te rend heureuse. Le garage va plutôt bien, on fait maintenant au moins trois restaurations par mois. Bethsabée me surprend encore tous les jours, je ne pensais pas qu'elle aimerait autant ça. » Je rigole presque timidement. « Elle est au bras d’un homme maintenant, tu sais. Je t’avoue que je ne l’aime pas vraiment, mais Beth a toujours sut s’occuper d’elle-même, beaucoup mieux que moi. » Voilà que je riais maintenant un peu plus sincèrement. « Analyss va très bien aussi. Elle est très occupée à l’hôpital mais elle aime beaucoup son nouveau travail, je peux le voir. Elle m’en parle tout le temps, je suis content pour elle. Elle aide beaucoup de gens maman. Je pense que tu l’aimerais… » Je souris, un peu tristement, devant cette pierre dans laquelle était gravé le nom de ma mère qui me semblait maintenant toute neuve, joyeuse, à côté de ces fleurs colorés. « J’aurais aimé que tu la rencontre » lui avoue-je finalement. Quelques minutes passèrent avant que je ne me remette à parler, avec un peu plus d’entrain. J’avais, après tout, beaucoup de chose à lui dire, beaucoup de temps à rattraper avec elle… Mars 2009, 21 ans.


Analyss rentrait tout juste du boulot et il était deux heures du matin. Depuis que cette épidémie avait commencée, elle travaillait de plus en plus. C’était inhumain. Tout le monde lui disait, mais elle ne voulait rien entendre. Elle disait que c’était important, qu’ils n’arrivaient pas du tout à contenir l’épidémie, que tout le monde devait y mettre du sien, alors je la laissais faire, puisque de toute façon, je ne pouvais la faire changer d’avis. Elle aimait aider les autres. Lorsqu’elle me rejoint dans le lit, je me colle contre elle et la serre, puis je m’endors à nouveau, mais seulement pour trois petites heures.
Un bruit sourd me réveille vers cinq heures du matin et ça semblait venir du salon. Analyss, trop fatiguée, ne bougea même pas. Je me lève du lit et je sors de la chambre, ouvrant les lumières sur mon passage, un peu endormis. Dans le salon se trouvait notre voisine, Mme Beckett. Elle se tenait debout et me faisait dos. À sa gauche, notre lampe s’étalait au sol et l’ampoule avait éclatée. Trop peu réveillé pour essayer de comprendre comment elle était entrée dans notre appartement, je m’approche. « Mme Beckett, tout vas bien? » Elle fit un bruit bizarre et ne me répondit pas, se retournant vers moi. Elle avait le visage plein de sang et mâchait quelque chose qui semblait caoutchouteux. Ses yeux étaient jaunes et elle avait une drôle d'odeur, ça empestait. Sans plus attendre, elle se jeta sur moi en grognant, claquant ses mâchoires férocement, et bien que je n’y croyais pas malgré le fait que cela se passait devant moi, je compris qu’elle tentait de me mordre. Tant bien que de mal, je me débattais, essayait de la repousser, mais rien ne la faisait vraiment réagir, ou à peine ralentir. Finalement, ramassant la lampe brisée au sol, je voulu l’assommer, mais le bout pointu lui rentra dans le crâne avec un bruit désagréable. Sursautant, je lâche aussitôt le tout, et la vieille femme s’effondra finalement. « Oh non… » La voix d’Analyss derrière-moi me fit me retourner et je lui lança un regard complètement perdu et paniqué. Elle, en revanche, était bizarrement calme. « Fred, il faut partir, il faut partir maintenant. »
Je ne comprenais rien du tout et j’étais toujours sous le choc. Je la regardais faire des allez-retours entre la commode et le lit sur lequel elle avait posé nos deux sacs de voyage. « Qu’es… Qu… » Elle s’arrêta, même si je sentais que cela l’agaçait. Elle s’avança vers moi, pris mes mains et me fit m’asseoir. Une fois sur le lit, je me rendis compte que j’étais resté debout tout ce temps-là, sans bouger, immobile, comme une statue. « Mon amour, ce serait trop long de tout t’expliquer ici, et il faut partir… L’épidémie est beaucoup plus grave que ce qu’on dit aux nouvelles, et le pire est arrivé… Je t’expliquerais tout, je te le promets, mais s’il te plaît, pour le moment, fais-moi confiance. » Je serre un peu ses mains. « Beth, il faut allez chercher Beth. » Décembre 2012, 25 ans.

je suis mort, plus mort que les rôdeurs, je suis quelqu'un que je ne reconnais plus, une épave, une coquille vide, perdue
Je n'ai pas toujours été sage.
J’avais oublié à quel point une bonne douche faisait du bien. Il faut dire que ces derniers mois, j’avais plutôt négligé mon apparence et mon hygiène, ayant eu d’autres préoccupations, mais là, sous le jet chaud et entouré de cette bonne odeur de savon agréable, j’étais bien content d’avoir décidé de me joindre à ce groupe quelques jours. J’avoue avoir un peu hésité, puisque la seule survivante que j’ai croisé depuis Analyss c’était montré assez sauvage. Finalement, tout se passait plutôt bien et je réussissais enfin à dormir un peu. Seul et dehors, c’était plutôt dur de trouver le sommeil, encore plus quand presque chaque nuit, tu rêvais que tu tirais une balle dans la tête de la femme que tu avais aimé plus que tout pendant très longtemps. En sortant de la douche, j’enfile des vêtements propres et je me sèche les cheveux à l’aide d’une serviette. En me regardant dans la glace, j’ai tout d’un coup l’impression d’être beaucoup plus blond qu’avant. J’hausse les épaules et je retourne à ma chambre.
J’entendais des rôdeurs dehors qui secouaient la clôture qui entouraient l’hôpital, mais des voix couvrent rapidement leurs grognements, suivis d’un bruit sourd. Encore ? Je n’étais arrivé que ce matin et je les avais déjà entendu se disputer trois fois, trois fois. Je suis sorti dans le corridor et j’ai rejoint leur chambre, remarquant que personne n’allais rien faire. J’ai ouvris la porte sans aucune gêne et sans même cogné. Peut-être qu’autrefois je me serais mêlé de mes affaires, mais j’avais visiblement changé. « Qu’est-ce que tu fou le nouveau ?! » La porte me fut rapidement fermée au nez, mais j’en avais suffisamment vu et l’œil au beurre noir qu’elle avait au visage le lendemain ne fit que confirmer ma théorie.
Tout le monde savait ce qui se passait entre eux, mais personne ne disait rien. On mangeait tous là, autour de cette table, comme si de rien n’était. « Ça t’as fait du bien au moins? » que je lui avais donc demandé d’une façon provocatrice tout en mangeant mon gruau. « Qu’est-ce que t’as dit ? » Je souris, voyant qu’il était déjà énervé. « Sois pas timide, partage donc avec nous. Après tout, on est tous au courant je me trompe? » Les regards qui se détournaient étaient une réponse assez claire. « Ferme ta gueule le nouveau, ou c’est moi qui te la ferme. » J’étais toujours plus provocateur et je ne savais pas trop ce que je cherchais puisqu’il faisait deux fois mon poids. « Oh, il faut pas t’énerver. Je suis curieux c’est tout. Personnellement, je suis pas un bâtard qui frappe les femmes, alors je me demande ce que ça fait. Alors, t’as l’impression d’avoir une plus grosse queue, c’est ça? » C’était la réplique de trop. Il passa même par-dessus la table pour m’attraper le collet et me foutre un coup de poing sur le nez. Il faut dire qu’il était pas mal balaise, alors même si je connaissais plusieurs techniques, il avait largement le dessus sur moi, surtout que j’étais plutôt rouillé… Je me suis donc retrouver contre un mur, ses deux grosses mains autours de mon cou, n’arrivant plus à respirer. Heureusement, j’avais dissimulé mon couteau de chasse à l’entrée et c’est donc ce que je lui plante dans le ventre en dernier recours puisque tout le monde allait le laissé me tuer, apparemment.
Je n’avais encore jamais tué d’humains, à part Analyss, mais ça ne comptait pas vraiment, puisqu’elle était déjà condamnée. Je considérais donc que c’était mon premier meurtre. Alors qu’il s’est écrasé au sol, je me suis sentit étrange. J’étais perplexe, face à ce que je venais de faire. Je ne savais pas du tout ce que je ressentais, mais je n’ai pas vraiment eu le temps d’y réfléchir puisque deux pistolets étaient maintenant pointés sur moi.
Deux jours plus tard, ils me foutaient dehors de l’hôpital après m’avoir gardé pendant plus d’une journée enfermé dans un bureau. Je n’en avais pas grand-chose à faire. Ce n’était pas comme si je serais resté là de toute façon et ce n’était pas non plus une grande surprise venant d’eux, qui ne faisaient qu’éviter les problèmes. Alors que je marchais vers les clôtures, j’entendis la porte s’ouvrir à nouveau derrière-moi, ce qui me fit me retrouver. C’était elle, avec son œil au beurre noir au visage. « Tu sais que tu n’es pas forcé de resté là, avec cette bande de con. » Quelques minutes s’écoulent avant qu’elle ne disparaisse et que je reprenne donc ma route. Septembre 2013, 25 ans, Illinois.


J’avais été beaucoup trop dur avec ce petit, je le voyais bien maintenant. Je ne sais pas trop ce que je cherchais à faire, peut-être que je voulais qu’il s’endurcisse un peu, qu’il fasse moins le con insolent, mais ça n’avait pas vraiment bien fonctionné. Les enfants ne m’avaient jamais aimé, de toute façon. Je n’avais jamais su comment m’y prendre avec eux. Il m’avait pourtant sortit d’une très délicate situation. Sans lui, j’aurais surement perdu définitivement l’usage de ma jambe droite. Je lui devais donc beaucoup, surtout vu que j’avais été trop dur avec lui et qu’il en avait perdu des doigts, doigts qu’il s’était d’ailleurs directement coupé lui-même avant de s’évanouir. J’attendais toujours qu’il reprenne connaissance, dans cette petite cabane pourrie dans laquelle je l’avais apporté, m’ayant douté qu’il ne voudrait surement pas se réveillé dans la maison où tout cela s’était produit. Non seulement, il y avait eu ce rôdeur, mais trois survivants aussi dont on avait eu du mal à se débarrassé vu ma blessure à la jambe. Ça avait été un vrai cauchemar, même si au final on s’en était sorti plus ou moins intactes. Il faut dire que je vivais plutôt tranquillement. J’évitais les endroits où je pensais trouver d’autres survivants, je bougeais tout le temps, bref, je vivais une vie de solitaire et je croisais rarement des humains, à ma grande joie. J’avais bien passé quelques mois avec Ellyn, qui m’avait suivi à mon insu quelques jours après mon départ de son groupe à l’hôpital de Springfield, mais ça faisait déjà longtemps que je l’avais laissé à un endroit plus sécuritaire. Sinon, récemment, il y avait eu ce type qui m’avait blessé et piégé, mais à part ça, j’avais été seul et ça m’allais très bien comme ça, d’ailleurs. Vu tout ce qui s’était passé juste parce que je m’étais, pour une fois, un peu trop approché d’une ville… À chaque fois que je le faisais, ça finissais toujours très mal.
« De l’eau s’il te plaît. » Voilà qu’il était enfin réveillé. Je lui apporte de l’eau, comme demandé, puis après quelques minutes de silence, je me lance. « Tu me laisse regarder ça? » demande-je en lançant un coup de tête en direction de sa main meurtrie. Il m’a juste tendu sa main, sans rien dire. C’était étrange venant de sa part, lui qui avait toujours beaucoup de répartit, du moins, depuis que je l’avais rencontré. « Tu sais, je connais un groupe, la Zone 51, tu connais? » J’enlevais le vulgaire bandage que j’avais fait à la vas-vite tout à l’heure délicatement et un peu maladroit. « J’y ai laissé une amie il y a quelques mois de ça, ça avait l’air bien. Si tu veux, je peux te monter c'est où. » Ça n’avait rien de jolie sous le bandage, mais je me disais qu’avec le temps, ça serait un peu moins dégueulasse. Il avait coupé plutôt droit, c’était assez clean. Je nettoie en attendant une réponse de sa part. « Pourquoi t’es pas resté là-bas avec elle alors? » Je lève les yeux de sa main et lui lance un bref regard. « C’est pas mon truc, les groupes. » Mars 2015, 27 ans, Utah.


Je m’étais juré de ne plus jamais remettre les pieds dans un groupe et pourtant me voilà dans cette ville fantôme, faisant partit de ce groupe de survivants sans foi ni loi. Ce n’était pas comme si j’avais vraiment le choix. Depuis que la Zone 51 avait explosé et que j’étais à nouveau avec Ellyn qui, bien qu’elle se soit endurcie depuis que je l’avais rencontré, n’aimait pas du tout la vie de nomade. Normal, vu tous ses mois passé dans ce groupe qui, comme je l’avais si bien prédis, avait mal tourné. Elle avait eu de la chance que je sois encore dans les parages, vu que j’y avais aussi déposé Luke quelques semaines plus tôt. Au moins, ici, tout le monde se mêlait de leurs affaires. Il fallait bien entendu que je surveille toujours du coin de l’œil Ellyn et que je participe à différent pillages afin qu’on ne nous jette pas dehors, mais on avait un toit et on ne manquait pas de vivres, ce qui était plutôt bien. Seulement, c’était assez épuisant, tout ça, et je le faisais bien et surtout pour elle, à qui je m’étais malgré moi attaché. Je savais que c’était à un jeu dangereux que je jouais, je savais que ça finirait mal, puisque ça finissait toujours mal... Mai 2016, 28 ans, Californie.


J’avais fait beaucoup de choses que je regrettais pour survivre, et depuis que j’étais à Bodie, ce nombre augmentait en flèche et je commençais à en avoir ma claque. En revenant de cette horrible mission où on avait massacré un groupe tout entier pour revenir avec presque rien, je n’étais pas du tout dans mon assiette et j’avais d’ailleurs fait subir à Ellyn le supplice du silence. Je n’avais pas envie de lui parler, peut-être demain. Sauf que le lendemain, j’avais plutôt préféré me rendre à nouveau à cette maison, celle où j’étais allez hier avec des gens de Bodie. Je savais que c’était plutôt con, puisque j’avais aujourd’hui tué plusieurs survivants, mais je tenais à les enterré comme il se doit. Ce que j’avais tout le temps fait dernièrement, lorsque je m’en prenais à un humain, qu’il m’ait menacé ou non, même lorsque ça s’était produit avec Alliyah, une très très vieille connaissance que j’avais recroisé, comme par hasard, à Bodie, et qui pouvait à tout moment décider de raconter comment je me cachais derrière ma petite sœur à l’école, ce qui n’allais pas du tout faire du bien à ma réputation au sein du groupe. Heureusement, je pouvais également lui rendre la pareille, étant donné qu’elle, de son côté, avait un côté plutôt héroïque dans le temps. Pour le moment, du moins, on s'était tout simplement évité, mais aucun de nous deux n'avait parlé. C'était au moins une chose de moins à me préoccuper.  En tout cas, je ne savais pas pourquoi je pensais à tout ça. J’avais presque fini mon travail et j'allais donc bientôt pouvoir retourné à Bodie, seulement un jeune garçon sortit alors de sous levier en m’entendant marcher dans la maison. « J'ai faim, monsieur, s'il vous plaît » Il tremblait de tout son petit corps et il ne devait pas avoir plus de douze ans. Visiblement, il avait survécu au massacre. Je lui avais donc tendu tout ce que j'avais comme vivres sur moi pour le moment. « C'est tout ce que j'ai petit. » Il n'avait pas répondu et c'était avancé pour manger et boire. Fuck. J'étais sensé faire quoi maintenant ? « C'est quoi ton nom? » « Nathaniel » avait répondu le garçon, la bouche pleine. « Bien, Nathaniel, écoute-moi. » Je m'étais agenouillé. « Reste ici, d'accord? Je reviendrais avec plus de choses pour toi. » Il leva des petits yeux pleins d'eau vers moi. « J'ai peur, je veux pas rester ici, je veux pas être tout seul » Bon Dieu, il voulait quoi? Que je l'apporte avec moi à Bodie, là où tous les gens qui avaient massacré son groupe se trouvaient tous? Je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas rapporté un gamin là-bas, c'était impossible, surtout vu qu'il n'était apparemment pas du tout débrouillard. « Je peux pas rester avec toi. Tout iras bien. Si tu entends quelque chose, tu retournes sous levier et tu m'attends, d'accord? »
Quelques jours plus tard, un sac sur les épaules et pleins de vivres, alors qu'Ellyn était sortit avec la grande majorité du groupe, je me préparais à retourner voir Nathaniel, mais une autre surprise m'attendait : Valentina, mais c'était une bien moins mauvaise surprise qu'avait été Nathaniel, ce garçon de qui je ne pouvais pas m'occuper mais dont il fallait bien que je m'occupe. Malheureusement, j'ai compris rapidement qu'elle était complètement défoncée, et bien qu’elle m’expliqua plus tard pourquoi, que c’est à ce moment que j’appris d’ailleurs l’existence d’un vaccin apparemment douteux, je savais que ça n’allait pas du tout être du pain sur la planche, que l’apocalypse m’avait changé mais qu’elle aussi, avait changé, et que ça n’allait surement pas être comme avant. Si moi, j’étais sorti plus fort de la perte d’Analyss, elle, n’arrivait pas à se remettre de la perte d’Éric, surement parce qu’elle ne savait pas si il était vraiment mort ou non, alors que moi, je ne pouvais pas en être plus certain. Bien que j’avais déjà Ellyn et récemment, Nathaniel, de qui je m’occupais déjà, Valentina s’ajouta, bien malgré-moi, à ma liste. Octobre 2017, 29 ans, Californie.


Tout se déroulait plutôt bien, malgré les circonstances. Ellyn était presque entièrement indépendante et je finis par croire que Bodie était exactement ce dont elle avait besoin pour qu’elle prenne finalement son envol. J’allais régulièrement rendre visite à Nathaniel, je lui donnais des vivres et lui apprenait quelques trucs au passage, afin qu’il puisse se débrouiller un peu plus seul. Seulement, j’ai rapidement compris qu’on l’avait, depuis le début, surprotégé, puisqu’il agissait tel un enfant d’autrefois, qui n’a pas du tout vécu quelques années dans le chaos. De son côté, Valentina n’était pas trop mal. Aujourd’hui, on avait décidé de sortir un peu se promener. On discutait tranquillement lorsqu’une horde assez importante nous pris d’assaut et c’est alors qu’on se mit à dos et qu’on tenta tant bien que de mal de surmonter cette épreuve. Étant surmenés, nous n’avions même pas remarqué que quelqu’un s’était joins à nous et c’est pourquoi Valentina, par pur réflexe, attaquant sans même réfléchir quelqu’un qui avait posé sa main sur son épaule. Même moi, je ne l’avais pas vu avant que celle-ci se retourne, l’ayant déjà poignardé. Tout s’était passé tellement vite et lorsqu’on se pencha au-dessus de l’homme, qu’elle avait visiblement pris pour un rôdeur, on le reconnu tout de suite. C’était Éric. «  Qu’est-ce que… Qu’est-ce que j’ai fais… » Novembre 2017, 29 ans, Californie.


Je me réveille avec un vilain mal de tête. Je regarde autour de moi avec des petits yeux, ne comprenant pas du tout ce qui se passait. Le planché était froid mais surtout, j’étais à l’intérieur d’une bâtisse, alors que je me rappelais très bien m’être endormis contre un arbre, autour d’un petit feu. Je me rappelais avoir mangé du lièvre, je me rappelais qu’on avait trouvé des vivres dans un petit marché au bord de la route, mais certainement pas d’essence, je me rappelais que ça avait été une plutôt belle journée. On avait quitté Bodie depuis des mois maintenant, alors les sirènes et les bombes étaient maintenant bien derrière nous. Ça avait été un peu froid entre moi et Valentina lorsqu’elle avait appris pourquoi j’avais tenu à aller chercher Nathaniel lorsqu’on s’était enfuis, pourquoi je savais qu’il se cachait là, mais tout rentrait doucement dans l’ordre. Après avoir passé quelques mois dans une cabane de chasse, où on avait trouvé et réparé un vieux pick-up, on avait depuis quelques semaines repris la route, voulant s’éloigner le plus possible de tout ce qui s’était passé, surement.
Alors qu’est-ce que je foutais ici, exactement? J’étais où? Rapidement, je remarque que je ne suis pas seul ici. Il y avait d’autres gens dans d’autres cellules autour de moi, mais je me suis surtout levé pour Valentina, que je voyais étendue dans l’une d’entre elle. Nathaniel était avec elle, aussi inconscient. Peut-être avec t’ils pensés qu’elle était sa mère. Qui étaient ils, d’ailleurs ? « Val ! Réveille-toi ! » J’avais avant toute chose essayer de ne pas trop faire de bruit, ne voulant pas attirer ceux qui nous avaient capturé, je voulais parler avec elle avant toute chose, qu’on établisse un plan d’attaque, mais comme elle ne réagissait pas du tout, je me suis un peu plus énervé. « Val putain !! » Malheureusement, quelqu’un est arrivé et Valentina n’avait toujours pas réagit. « Tout vas bien, vous êtes en sécurité ici, calmez-vous. » Je grince des dents, m’appuyant sur les barreaux. « Je suis ? » J’essayais de ne pas trop me montrer agressif, mais j’avoue que j'étais très en colère. « Vous êtes à Ellia. Vance vous recevra bientôt. » Il tourna les talons et sans plus d'informations, il partit. « Vance ?! C'est qui Vance ?! » Même s'il n'allait visiblement pas m'en dire plus pour le moment, je n'avais pas pu m'empêcher de m'énerver encore un peu sur les barreaux de ma cellule, même si éventuellement, je me suis fatigué et calmé, me rendant compte que je ne pouvais plus qu'attendre. Novembre 2018, 30 ans, Oregon.

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p


Dernière édition par Fredricksen A. Hardwick le Jeu 22 Nov - 20:29, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

LIFE IS
NOT JUST
A GAME

× A propos du vaccin : :
Plutôt crever.

× Âge du perso : :
32 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie, pas loin de feu le camp de Yosemite.

× Avant, j'étais : :
serveuse dans un bar.

× Messages : :
24507

× Points de vie : :
224

× Copyright : :
© Schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa & gif profil).

× Avatar : :
Kristen cute Bell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Dim 11 Nov - 21:05

RE-WELCOUME CHEZ TOI
Y'a trop moyen de faire se (re)voir certains de mes persos & Fredouuu lele

_________________

Those who survived
If you want to live, you have to become strong.


YEAH BABY:
 
Revenir en haut Aller en bas

DEVIANTS
avatar



I am here, I am here I've already seen the bottom so there's nothing to fear I know that I'll be ready when the devil is near I am here, I am here All of this wrong, but I'm still right here I don't have the answers, but the question is clear Let me ask you Where does everybody go when they go?


× A propos du vaccin : :
Non - De toute façon, que personne ne l'approche avec une aiguille.

× Âge du perso : :
34 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Ellia enfermé dans la cellule 2 (Ex-sauveur)

× Avant, j'étais : :
Ex-soldat devenu toxicomane

× Messages : :
298

× Points de vie : :
319

× Copyright : :
SIGYN

× Avatar : :
Tom Hiddleston

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Eowin



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Dim 11 Nov - 21:29

Re-bienvenue chez toi Smile

_________________
No, not gonna die tonight
We're gonna stand and fight forever ▬ 'La mort est partout Les battements de mon cœur s'estompent  Je ne me laisserai pas faire par les abus de ce monde Je n'abandonnerai pas, je refuse ! La dernière chose que j'ai entendu furent tes murmures d'adieu Puis j'ai entendu la courbe de ton cœur s'arrêter
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

En ligne
WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2388

× Points de vie : :
128

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Lun 12 Nov - 0:26

OH YAAAAS je suis pouuuuur pour pour lele Ailou/Fredou first rp ici HAHA mdl

Merci Gab lele

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

SUPER MEMBRE
avatar


× A propos du vaccin : :
il aimerait bien se faire vacciner, oui. Il y croit, ce p'tit con.

× Âge du perso : :
30 ans

× Localisation (+ avec qui) :
/

× Avant, j'étais : :
champion de hockey sur glace

× Messages : :
586

× Points de vie : :
69

× Copyright : :
Heresy

× Avatar : :
Bob Morley

× Et ton p'tit pseudo ? : :
j'en ai trop



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Jeu 15 Nov - 19:06

Elle est tellement carrée sa tête x'D


Re-bienvenue bril

_________________

I'll make it through tomorrow
☽☽ I just sit and watch the ocean by myself, even do my own cookin'. You can laugh and you're forgiven but I'm no longer frightened to be livin'.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

En ligne
WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2388

× Points de vie : :
128

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Ven 16 Nov - 1:18

mdl mdl mdl c'est vrai qu'il a les traits durs !

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

MEMBRE EN OR
avatar

En ligne


× A propos du vaccin : :
Des échos entendus, mais rien qui ne lui prouve que ça fonctionne.

× Âge du perso : :
24 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Présentement seule

× Avant, j'étais : :
Paysagiste

× Messages : :
667

× Points de vie : :
106

× Copyright : :
Avatar : Schizophrenic

× Avatar : :
Alycia Debnam-Carey

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SneakySkunk



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Sam 17 Nov - 6:15

Rebienvenue sur le forum et courage pour toutes ces fiches à reposter. love you

_________________

Salomé Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

En ligne

Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1365

× Points de vie : :
112

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Sam 17 Nov - 13:17

IS MINE !
BIENVIENDU A TOI PETIT BOU !

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

En ligne
WHEN THE NIGHT HAS COME & THE LAND IS DARK AND THE MOON IS THEONLY LIGHT WE'LL SEE, I WON'T BE AFRAID, JUST AS LONG AS YOU STAND BY ME

× A propos du vaccin : :
Je connais quelqu'un de vacciné et ça n'a pas vraiment l'air d'être une partie de plaisir... Ça sera sans moi.

× Âge du perso : :
Trente ans, un peu vieux le petit.

× Localisation (+ avec qui) :
En Californie avec Valentina et Nathaniel.

× Avant, j'étais : :
Mécanicien qui s'ennuie beaucoup des voitures.

× Messages : :
2388

× Points de vie : :
128

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Paul Wesley.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Mar 20 Nov - 17:36

Mercii bril

VAL sxbd sxbd

_________________
      YOU'RE ANGRY
AND YOU SHOULD BE
                   IT'S NOT F A I R
there are things
   that we can have
           but can't k e e p
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

En ligne

Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1365

× Points de vie : :
112

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen) Jeu 22 Nov - 21:31

Validation


Félicitations, tu es désormais Bornien !
Valentina M. Gomez a l'immense plaisir de te valider !
Félicitations, tu rejoins le groupe Suspect  

Oulala le petit Fredou lele
Vance te fais pas trop confiance, il te place dans les suspect et dans la caravane 4A avec Alliyah Elwenn. Pour le métier tu auras un poste de mécanicien comme tu l'était dans une autre vie. Ne le déçoit pas.

Tu peux dès à présent :
→ Te lancer dans le RP en t'amusant ici ou chercher des partenaires de jeu par !
→ Recenser ton avatar en postant dans ce sujet.
→  Prendre connaissance du système de points et ce qu'il implique (en plus d'autres informations nécessaires à la compréhension du forum) par ici (cf INFO N°3).
→ Poster tes fiches de liens et de RPs.
→ Créer tes propres scénarios qui pourraient t'être utiles.
Voter régulièrement pour gagner des points et nous faire connaître ! De même en postant sur Bazzart et PRD
→ Et surtout TU PEUX T'AMUSER !

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: your heart is pure, that will be your curse (fredricksen)

Revenir en haut Aller en bas

your heart is pure, that will be your curse (fredricksen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: DON'T BE SCARED :: WHO ARE YOU ? :: FINISHED-