all we need is faith (iwan)
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En novembre 2018, le forum a SIX ANS.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

all we need is faith (iwan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar

FIRST, YOU
HAVE TO
GIVE UP

× A propos du vaccin : :
Pas dans ses projets.

× Âge du perso : :
47 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Vient de retrouver Tyler, ensemble ils vagabondent désormais en Californie.

× Avant, j'étais : :
Mercenaire à la retraite (la plupart du temps).

× Messages : :
1493

× Points de vie : :
128

× Copyright : :
© Schizophrenic (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Brad Pitt.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: all we need is faith (iwan) Lun 19 Nov - 22:26

fiche #000

† NOM : Graber
† PRÉNOM(S) : Iwan Joseph
† ÂGE : 48 ans
† DATE DE NAISSANCE : 22/06/1970
† LIEU DE NAISSANCE : San Francisco
† HABITAIT : San Francisco
† ANCIENNE OCCUPATION : mercenaire retraité
† STATUT FAMILIAL : célibataire
† ORIENTATION SEXUELLE : hétéro
† GROUPE : acceptables, suspects ?
† AVATAR : Brad Pitt
Observations
Pour son fils Joseph, Iwan était devenue une personne posée. Un père protecteur, et bienveillant. Il avait mis de côté son passé houleux, ses violences et sa vie de nomade, pour s'installer à San Francisco, ville où il s'était construit une nouvelle vie. Pour Joseph. Il n'était pas le type le plus sociable qui soit mais il faisait des efforts considérables. Et il était très présent pour Joseph, à chacun de ses anniversaires, ou matchs de baseball à l'école. Il le félicitait pour ses bonnes notes, le réprimandait quand il faisait une bêtise - ce qui était rare, mature comme il l'était -. Iwan n'avait pas tout à fait réussi à avoir une vie sociable "normale", mais il s'était fait quelques amis, grâce à ses diverses activités. Il envisageait même, dans un avenir proche, d'ouvrir une salle de sport. Ses projets ne se sont pas concrétisés, parce que le monde en a décidé autrement ...

Au début, Iwan a su prendre les bonnes décisions pour les maintenir en vie, son fils et lui. Il a fuit l'agitation des grandes villes, et a pris la route. Puis il a rencontré plusieurs groupes, a su apprendre à leur faire confiance pour le bien de Joseph. Cela s'est inévitablement mal terminé et depuis, Iwan n'est plus le même. Il est redevenu le sale type qu'il était autrefois : violent, ironique à souhait et grincheux. Il évite les trop gros groupes, il tue les rôdeurs sans ressentir la moindre pitié pour ce qu'ils étaient autrefois. Et quand cela devient nécessaire, il tue des survivants. Il n'a plus d'objectif, de but, si ce n'est celui de survivre pour son fils. De s'en sortir pour honorer sa mémoire. Et pour cela, il ne trouve rien de mieux à faire, la plupart du temps, que d'user de ses remarques acerbes. Quiconque se met en travers de sa route en subit les conséquences : il accorde plus de crédit aux rôdeurs eux-mêmes qu'aux survivants.
Questions posées lors de l'entrevue
QUEL EST TON AVIS À PROPOS DU VACCIN QUI A CIRCULÉ PENDANT UN MOMENT ? ES-TU VACCINÉ TOI-MÊME ? Ce n'était même pas concevable, pour lui, de se le faire injecter. Pourtant, il a été chez les sauveurs l'espace de quelques semaines... Mais non, il n'en avait pas envie. D'ailleurs, la question ne s'est jamais réellement posée, dans son esprit. Il avait juste besoin d'un endroit où se poser, et où se reposer un peu. Après ce qu'ils avaient vécu, avec Tyler, ils en avaient bien besoin. Ce vaccin ne lui a jamais inspiré confiance et il n'aurait pas pu se faire injecter un truc dont il ne connaissait pas avec précision le contenu. C'est comme ça, c'est tout.

QUE RESSENS-TU LORSQUE TU VOIS UN ZOMBIE ? EST-CE QUE TU LES TUES ? SI OUI, QUE RESSENS-TU ? Iwan, c'est le genre de types qui va dégommer une vingtaine de rôdeurs avec son couteau, puis les empiler et s'asseoir dessus. Bah quoi ? Cela lui permet d'avoir une bonne vue des alentours ! Tout ça pour dire que, quand il voit un zombie, il n'en a rien à foutre. Oh, pour sûr il ressent un peu de dégoût. Et de la colère, dans le sens où ces foutus rôdeurs sont en partie responsables de la disparition de son fils. Mais il n'en a aucunement peur. Peut-être même pas assez. Il les bute un par un. Il leur arrache la tête. Et il y prend du plaisir, le bougre. Il a toujours eu un fond violent, et sans pitié. Il s'est assagi, quand il a pris sa retraite et qu'il s'est retrouvé avec un enfant sur les bras, mais c'est ce côté de sa personnalité qui prend le dessus maintenant. Il peut laisser la bête qui est en lui prendre le contrôle sur sa personne. Surtout quand il s'agit des rôdeurs, et de leurs corps en décomposition.

AS-TU PERDU DES PROCHES ET LES PLEURES-TU ENCORE ? Des proches, Iwan en a perdu. Comme tout le monde. Des amis, des connaissances. Des personnes qui ne comptaient pas énormément pour lui, en somme. Mais il a aussi perdu son fils de huit ans. C'était en mars 2014, plus d'un an après l'invasion. Au départ, Iwan restait dans des gros groupes, plus ou moins sur la durée, selon la manière dont se passait la survie. Il a fait l'erreur une fois de laisser son fils entre les mains d'un de ses groupes. Ils y étaient depuis trois mois déjà et tout se passait bien. Presque trop bien. Ils avaient besoin de nourriture, et c'est tout naturellement qu'Iwan s'est proposé de faire parti de l'excursion. Grave erreur. Quand il est rentré, un homme s'était réfugié en haut avec deux ou trois personnes qu'il avait réussies à sauver. Tous les autres étaient au rez-de-chaussée, transformés en ces monstres ... Son fils y compris. Iwan a mis fin à leur souffrance, et en a fait de même avec les quelques survivants traînant encore dans les lieux. Ils n'ont pas su prendre soin de son petit Joseph alors qu'il était allé chercher de quoi les faire survivre : il leur a fait payer. Iwan a pleuré son fils, au début. Maintenant, il se contente de regarder chaque soir la photo de lui qu'il garde précieusement. Il tient bon pour lui.

QUE PENSES-TU DU CAMP ELLIA ET DE SON PROPRIÉTAIRE ? COMPTES-TU COOPÉRER ? Lors de l'entretien, Iwan a fait preuve d'un grand calme. Avec Vance, ils se sont pas mal affrontés du regard et cela a dû jouer sur la décision finale. C'était de la méfiance avant toute chose. Comme Vance voulait le faire avec lui, Iwan voulait essayer de le cerner, de comprendre ses motivations et d'essayer de discerner une potentielle folie presque cachée. Mais il coopérera, Iwan, parce qu'il a envie de se faire sa place ici et parce qu'il a conscience qu'ils sont tous à court de solution... N'est-ce pas leur seule chance de rédemption, finalement ? Iwan se méfiera sans doute longtemps de Vance, mais il a envie d'essayer, il a envie que cela fonctionne cette fois... Et l'idée de lui prêter main forte ne l'inquiète pas plus que cela. Tant que Tyler est à ses côtés, il en voit pas pourquoi il ne coopérerait pas. Mais il reste à l'affût du moindre truc suspect, cela va de soit... Et se réveiller dans une cage ne lui a pas particulièrement plu, ce qu'il a vite fait savoir à Vance, d'ailleurs. Son honnêteté l'aura peut-être fait monter dans l'estime de Vance.


NOTES PERSONNELLES
PETITE PRÉSENTATION DU JOUEUR DERRIÈRE L'ÉCRAN † Je la laisse tel que ça avait été posté à l'époque parce que c'est funcy diego : Vous croyez que c'est utile que je me présente encore ou pas ? Bon, puisqu'il le faut. face Moi c'est Emilie, alias Schizophrenic & j'ai 19 ans. Comme l'indique si justement mon pseudo, j'suis légèrement schizo sur les bords, puisque j'ai pour multi-comptes (ici) : Aileen, Sam, Joshua, Naël, Leandro, Auregan, Alliyah. Je suis là tous les jours, je réponds à mes RPs tous les deux / trois jours à peu près (sauf période d'examens). Et ... Voilà ... Tchô.

N'OUBLIE PAS DE CRÉDITER TES AVATARS/ICÔNES/GIFS † Avatar par Swan. Pour ce qui est des gifs et icons, ils ont été trouvés sur Tumblr.

_________________

Those who killed
I walk on water but I ain't no Jesus. I walk on water but only when it freezes. Why, are expectations so high? Is it the bar I set?


Dernière édition par Iwan J. Graber le Dim 25 Nov - 21:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

FIRST, YOU
HAVE TO
GIVE UP

× A propos du vaccin : :
Pas dans ses projets.

× Âge du perso : :
47 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Vient de retrouver Tyler, ensemble ils vagabondent désormais en Californie.

× Avant, j'étais : :
Mercenaire à la retraite (la plupart du temps).

× Messages : :
1493

× Points de vie : :
128

× Copyright : :
© Schizophrenic (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Brad Pitt.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: all we need is faith (iwan) Lun 19 Nov - 22:26

fiche #000
Where there's life, there's possibility
(the walking dead).
Je n'ai pas toujours été sage.
" Félicitations tu vas bientôt toucher le fond, c’est bien. "

Je suis le sentiment de rejet exacerbé de Jack... Un putain de rejeton. Un enfoiré de perturbateur. Voilà ce qu'était Iwan aux yeux de feu son père, Sasha. Militaire de carrière les neuf premières années de la vie de son fils, il dut prendre sa retraite à ce moment-là. Choc post-traumatique, un truc comme ça. En tout cas, il était inapte à poursuivre dans le milieu et, par conséquent, Iwan devait supporter sa tronche. Et sa mère fangirlait comme une dingue quand elle se trouvait nez à nez avec lui. Pitoyable. Pour Iwan, il ne pouvait pas y avoir pire torture : son géniteur n'était qu'un enfoiré de première. Il trompait sans vergogne sa femme et elle ne disait rien. Il imposait ses règles à la con, et elle le laissait faire. Iwan devait se lever tous les jours à six heures - dimanches compris -. Interdiction de boire, de fumer, de rentrer après dix-huit heures dans le domaine familial. En somme, il devait totalement se soumettre aux règles quasi militaires que leur imposait ce type froid et insensible. Et sa mère en faisait de même, totalement aveuglée par l'amour qu'elle lui portait. Pathétique. Evidemment, en bon enfoiré qu'il était déjà du haut de ses dix-onze ans, Iwan ne se soumettait pas comme son père l'aurait voulu. Et les tartes, ou coups de poing qu'il recevait en retour ne le dissuadaient guère de recommencer la semaine suivante. Il s'en foutait, d'être mal vu par son géniteur. Il s'en foutait, de décevoir sa mère. Elle était incapable de faire entendre sa voix, incapable de prendre son courage à deux mains et de quitter ce fou furieux. Trop faible.
(...)
Je suis le cœur brisé de Jack. Son père était un connard, et sa mère une soumise. Iwan passait donc le moins de temps possible en leur compagnie. Il était obligé d'être présent à tous les repas de famille du dimanche midi mais il était ... infernal. Indiscipliné, irrespectueux, la petite terreur en faisant suer plus d'un, son père en tête de liste. Qui, d'ailleurs, ne se privait pas pour le corriger sitôt qu'ils se retrouvaient seuls. La petite famille n'était pas soudée, mais ils possédaient un semblant de normalité et une certaine routine rassurante pour chacun d'entre eux. Jusqu'à ce qu'un imprévu vienne tout chambouler ... Sa mère était influençable et manipulable, mais elle était aussi sur la sellette. Elle ne se doutait pas qu'un mal sournois s'était tapi dans un coin de son cerveau. Elle ne le savait pas, et ses proches non plus. Ce soir-là, Iwan, quatorze ans, avait quitté le domicile familial en douce une fois de plus. Son père était à une 'réunion' d'affaire et sa mère était donc seul dans leur maison. Ils ne la retrouvèrent que le lendemain. Rupture d'anévrisme. Ce fut graduel mais personne n'était là pour appeler les secours, ce qui aurait éventuellement pu la sauver. Loin de s'assagir suite à cette sordide histoire, Iwan devint la pire teigne que la Terre eut jamais portée. Il était imbuvable et rendait ses coups à son père sans se soucier des conséquences, ou de la rouste qui suivrait. Il était petit, pas bien musclé et ses poings ne faisaient pas grand mal à son père, militaire de carrière. Mais il s'en foutait. Ce crétin voulait faire mal. Ce crétin voulait faire souffrir ce type comme lui souffrait d'avoir perdu sa mère, qu'il avait trop longtemps renié par dépit du retour de son père. Enfoiré.
(...)
Je suis la vengeance narquoise de Jack. Plutôt que de perdre tous ses repères et de cesser de chercher quoi faire de sa vie, Iwan prit une décision un soir, le corps ensanglanté et couvert d'ecchymoses par sa bagarre du jour. Son père était un militaire, tellement fier de son pays. Et bien Iwan, pour sa part, bafouerait tout cet honneur qu'il portait. C'est ainsi qu'il devint mercenaire, entraîné par des soldats mais au service du plus offrant. Il ne s'agissait pas seulement de l'Armée américaine - même si c'était le cas le plus souvent - mais aussi d'autres pays en totale inadéquation. L'Allemagne, la Russie parfois, le Japon. Iwan était un type sanguinaire, violent et intransigeant qui puisait sa force dans la bataille même. Il n'était, certes, pas insensible aux horreurs de ce monde mais il restait pour autant soumis aux règles que l'argent lui imposait. Il savait se faire discret lorsque c'était nécessaire. Il savait aussi devenir respectueux lorsqu'il le devait. C'était un mec dangereux, que l'on évitait ou craignait selon les partis pris. Loin d'être répugné par l'homme qu'il était devenu, il en était fier. Et il arborait avec fierté son nouveau statut sous les yeux de son père incrédule. Les années passant, Iwan devint un mercenaire consciencieux et appliqué. Le plus tôt possible, il quitta son père - de toute façon sur le point de se remarier - et ne retourna jamais plus le revoir. A quoi bon ? Ils ne s'aimaient pas, ne se respectaient même pas. C'était bien mieux ainsi et, étrangement, son père ne chercha jamais à le revoir. Tant mieux. C'était justement le fait qu'il était sans attaches qui le rendait si libre de voyager à droite et à gauche. De s'engager de nouvelles missions, parfois hautement risquées mais qui rapportaient beaucoup d'argent. Ce job lui permit aussi de repartir sur les traces de son passé en Allemagne.
(...)

" Une issue de secours à 9000 mètres d’altitude, l’illusion de la sécurité ! "

Il s'est passé quelque chose. Iwan exaltait de la liberté de laquelle il jouissait jours après jours. Sa vie était faite de hauts et de bas, comme tout un chacun. Il ne retourna jamais auprès de ce père abominable, ne chercha pas non plus à l'appeler. Il en fit de même de son côté : tout allait pour le mieux. Iwan devint peu à peu le type impitoyable qu'il est aujourd'hui, il apprit à mettre en second plan les sentiments. La seule chose qui comptait, c'était qu'il gagne de l'argent. Mais il fallait aussi qu'il trouve un sens à sa vie, un objectif, un but quelconque. Ce fut plus compliqué que prévu et, des années durant, il se contenta de parcourir différents états, exerçant sa profession sans se soucier de ce qu'il y avait autour. Il lui arrivait parfois de retourner à San Francisco, ville où il avait passé toute sa vie. C'était un retour au source bien souvent nécessaire. Et tout l'argent récolté grâce à ses diverses missions lui permit de s'acheter un appartement, confortable mais impersonnel. Il n'y passait pas assez de temps pour y ajouter sa petite touche. Et, de toute façon, ne le voulait pas. Sa vie était très bien ainsi, il ne la changerait pour rien au monde. Sans attache, il avait sa petite réputation dans le milieu et se contentait tout à fait de ce qu'il avait. Et pourtant, tout changea un beau jour. Iwan, 34 ans, rencontra une jeune femme fort charmante lors de l'un de ses repos. Il prévoyait de passer les deux semaines suivantes à San Francisco, pour se reposer avant de décoller pour une nouvelle mission en Allemagne. Quelques jours après son arrivée chez lui, son chemin croisa celui de sa toute nouvelle voisine : Evy. Ils passèrent une nuit ensemble, puis deux, puis toutes celles que passa Iwan là-bas, jusqu'à son départ. Il fit une exception à la règle cette fois-là et lui laissa son numéro de téléphone. Il ne savait pas à quel point cela allait changer sa vie d'une manière à laquelle il ne s'était pas attendu du tout ...
(...)
Je me suis laissé aller, dans un total oubli de moi-même envahi par la nuit, le silence et la plénitude. Le mercenaire était à Berlin quand un appel changea la donne. C'était Evy, bien sûr, qui ne passa pas par quatre chemins : elle était enceinte de lui. Iwan commença par croire qu'il s'agissait d'une blague - absolument pas drôle soit dit en passant - mais finit par se raisonner ; elle ne l'aurait sans doute pas appelé si ce n'était pas important et donc vrai. Il rentra exceptionnellement à San Francisco une semaine plus tard et alla immédiatement la voir. Elle comptait avorter le lendemain mais Iwan avait déjà pris sa décision. Bien sûr qu'il ne s'était pas attendu à une telle nouvelle. Bien sûr que cela changeait tous ses plans : mais il pouvait bien se débrouiller pour garder cet enfant et conserver son job, non ? Il fit part de sa décision à Evy et elle ne tarda pas à le rejoindre. Après tout, ils trouveraient bien une solution pour élever cet enfant dans les meilleures conditions possibles. Iwan retourna en mission, la termina et enchaîna aussitôt sur la suivante. Quand il prit quelques semaines de repos pour retourner auprès d'Evy, elle arrivait presque à terme. Ils eurent longuement le temps de discuter de leur situation et envisageaient même de s'installer à deux dans l'appartement de Graber. Ce serait le plus simple pour tout le monde ; Iwan pourrait facilement retrouver son fils - et surtout sa compagne, si tant est que l'on puisse la qualifier ainsi -. L'accouchement fut long, compliqué et surtout douloureux pour Evy. Elle avait fait une hémorragie interne ce qui lui avait pratiquement coûté la vie. Elle eut pourtant la chance de sortir de l'hôpital saine et sauve ... mais sans Iwan ou Joseph, appelé ainsi en l'honneur du grand-père de l'homme. En effet, elle profita de l'absence d'Iwan le jour de sa sortie pour tout quitter, son fils compris dans le lot. Et il ne la revit jamais, elle avait changé de numéro et définitivement tiré un trait sur son ancienne vie à San Francisco. Pour Iwan, ce fut compliqué de trouver une situation adéquate, étant donné qu'il était toujours un mercenaire en fonction. Compliqué, mais pas impossible.
(...)
J'avais trouvé la liberté. Dans un premier temps, Iwan envisagea de poursuivre sa carrière malgré tout et de trouver une autre solution pour son fils. Il lui était toutefois impossible de l'abandonner complètement, il s'était déjà attaché à ce petit homme. Il retourna à quelques missions, laissant à chaque fois son fils dans diverses familles d'accueil consentantes à l'idée de le garder quelques jours - tout au plus -. Mais cette vie lui était inenvisageable. Et pour lui, et pour son fils. Iwan ne pouvait pas continuer à courir à droite et à gauche ainsi et Joseph ne pouvait pas plus longtemps être trimballé de famille en famille. Le mercenaire prit donc une décision définitive et sa trente-cinquième année marqua l'arrivée de sa retraite anticipée. Il se retira du monde militaire, s'éloigna du côté le plus obscur de sa vie pour aller vers la lumière. Ce ne fut pas simple, au début, et il eut bien du mal à se faire à son nouveau statut de père au foyer. Mais il le fallait bien. Et les crises de nerfs furent oubliées, son fils le lui permettait mieux que personne. Iwan s'installa définitivement à San Francisco avec Joseph. Il réussit tant bien que mal à se construire une nouvelle vie. Pour son fils. Pour et grâce à lui, il apprit la patience et oublia la violence au profit d'une vie plus saine et équilibrée. Elle tournait complètement autour de Joseph et il ne vivait pratiquement que pour lui. Il passait le plus clair de son temps dans son appartement, ou à aller à droite et à gauche pour s'occuper de diverses choses importantes et toujours en lien plus ou moins direct avec Joseph. Ce n'est qu'à partir de là qu'Iwan commença réellement à vivre et à envisager de nouveaux projets pour son futur. L'ouverture d'une salle de sport était en haut dans sa liste, il en avait les moyens avec toutes ses économies dû à son précédent - et unique - job. Mais il n'eut pas le temps de concrétiser tout cela. Il eut juste huit années aux côtés de Joseph pour profiter de lui et le voir grandir.
(...)

this is how we survive : we tell ourselves we are the walking dead.
Toi et moi c'est à la vie, à la mort.
" Perdre tout espoir, c’était cela la liberté. "

Vous n'êtes pas votre travail, vous n'êtes pas votre compte en banque. Quand l'épidémie frappa, Iwan était au supermarché. Il avait entendu des bruits suspects avant d'en voir leur origine. Un type, la bouche couverte de sang et le bras tordu dans un angle étrange et pas du tout normal, s'en prenait à un client. Ou tout du moins, tentait de le faire. Un mec de la sécurité était au sol, le bras ensanglanté sans que l'on puisse comprendre comment et pourquoi. En voyant qu'il était impossible à qui que ce soit de faire retomber le calme, Iwan laissa en plan ses courses et sortit. L'horreur était de partout ; et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'était pas joli à voir. Même pour lui, mercenaire sans pitié. Il prit sa voiture et prit immédiatement la direction du centre aéré dans lequel Joseph passait cet après-midi de samedi. Ce fut difficile pour lui de passer à travers le chaos qui régnait dans les rues de San Francisco. Pourtant, il y parvint. Non sans quelques difficultés logiques, mais il y parvint. Et il récupéra son fils. Sans écouter les consignes des personnes en charge ce jour-là, il quitta les lieux et retourna dans son appartement. Il ne s'imaginait pas rester là-bas alors que la vie de son fils était en jeu. Il regarda la télévision pendant une bonne demie-heure, avant de comprendre qu'ils ne devaient surtout pas rester là. Le monde était en train de s'effondrer, et Iwan ne voulait surtout pas être responsable de la mort de son fils. Il s'empressa donc de rassembler diverses affaires qui pourraient leur être utiles - notamment quelques armes qu'il gardait dans un coffre-fort et se tira de là avec Joseph. Inutile de dire qu'il voyageait à l'aveugle et que sa destination ne lui importait guère à ce moment-là.
(...)
Vous n'êtes pas votre voiture, vous n'êtes pas votre portefeuille, ni votre putain de treillis. Il fut difficile à cette époque-là pour Iwan de ne pas céder à la panique générale. Oh, il était habituée aux conditions dangereuses et à la survie mais rien n'avait préparé son fils. Il était innocent, il ne méritait pas de vivre dans un monde comme celui-là. Plutôt que de se laisser au désarroi, Iwan fit tout pour protéger son fils. Absolument tout. Il ne le laissait jamais seul, ne prenait aucun risque inutile et, surtout, ne s'aventurait pas à faire confiance à qui que ce soit. Il n'y avait que lui pour prendre soin de Joseph, point. Après un an d'errance laborieuse et souvent très dangereux, Iwan dut bien admettre que c'est peut-être cela, le plus risqué : qu'ils ne voyagent qu'à deux. Combien de fois avaient-ils failli y laisser leur peau ? Combien de fois des survivants étaient-ils venus mettre en péril leur fragile équilibre ? Difficile à dire. Mais Iwan prit conscience de tous les risques qu'il prenait. Et si son fils était blessé ? Attaqué ? Il ne pourrait rien faire pour empêcher l'infection de se propager. Et s'il lui arrivait quelque chose à lui aussi ? Ce serait catastrophique. Joseph, huit ans et demi, ne s'en sortirait jamais seul. Iwan décida qu'il fallait tenter et c'est pour cette raison que, quelques jours plus tard, ils intégrèrent un groupe de survivants où il y avait déjà des enfants. Iwan restait méfiant, mais pouvait se détendre un tant soit peu ; son fils ne serait pas seul au cas où. Ce fut une regrettable erreur. Après trois mois passés à leurs côtés, Iwan se décida à laisser Joseph seul dans l'entrepôt où ils s'étaient tous réfugiés pour partir lui-même à la recherche de nourriture. Le temps que cela lui prit, et une horde de rôdeurs tomba sur le groupe de survivants. La plupart d'entre eux furent tués, dévorés, parfois même transformés. Iwan n'hésita pas à foncer dans le tas et à tous les tuer un par un. Il eut beaucoup plus de mal à en venir à bout quand il repéra, dans la foule de rôdeurs, son fils. Il était l'un des leur, ce qui poussa Iwan à l'achever, ce n'était plus son Joseph de toute façon. Cela fait, Iwan alla à l'étage et tua chacun des survivants qui s'y trouvaient. Ils devaient payer.
(...)
Vous êtes la merde de ce monde prête à servir à tout. Iwan poursuivit ensuite sa route en solitaire, de nouveau impitoyable et sanguinaire. Il reprit ses vieilles habitudes, perdit ce qu'il avait réussit à construire - et à devenir - pour Joseph. Il n'était plus que l'ombre de lui-même. Une ombre dangereuse, destructrice et pourtant teintée d'ironie. Il lui arrivait parfois de se fondre dans la masse d'un groupe de survivants. Mais à partir de là, il préféra malgré tout diriger son propre petit rassemblement. Trois - quatre personnes, ce qui était bien assez et lui permettait de se défouler à quelques occasions comme il aimait si bien le faire. C'était aussi le bon prétexte, et moment, pour partager et faire passer sa mauvaise humeur sur ceux qui l'entouraient. La grande majeure partie du temps, il resta malgré tout seul. Sans objectif, sans but précis. Il errait, en fait. Un peu à la manière des rôdeurs, mais sans cette brutale envie qu'ils avaient de bouffer tous ceux qui leur semblaient encore frais. Le hasard le mena jusqu'à un hôpital, dans une de ces périodes où il était seul, et c'est là qu'il fit la connaissance de Tyler. Au départ, ce fut pour le moins... électrique. Croisée au détour d'un des couloirs de cet hôpital, Iwan ne s'en prit pas à elle. Comment aurait-il pu ? Pour sûr, il ne faisait confiance à personne. Pour sûr, il n'hésitait pas à frapper une femme si cela s'avérait nécessaire. Mais ce n'était pas son cas ; Tyler semblait ... inoffensive à ce moment-là. Ou, en tout cas, peu désireuse d'en venir aux mains avec un type bien plus grand et large qu'elle. Après quelques menaces d'usage mais aucune présentation - cela va de soit -, leurs chemins se séparèrent. Un hôpital est suffisamment grand pour leur permettre d'y rester ... Chacun de leur côté. C'est ce qu'ils firent. Mais quelques minutes seulement après leur séparation silencieuse et d'un commun d'accord, la route d'Iwan croisa celle d'un autre survivant. Un type barbu, à l'air revêche. A distance et discret comme à la bonne époque - lorsqu'il était encore un mercenaire sans pitié, Iwan le suivit. Jusqu'à arriver dans une pièce aux fenêtres barricadées mais à la porte entrouverte. L'endroit était donc plus ou moins sécurisé - pas assez apparemment, puisque lui ainsi que la jeune femme avait pu y passer sans trop de problème -. La première réaction d'Iwan fut de rester en retrait. Il ne voyait guère l'intérêt de s'en prendre à un groupe de survivants en surnombre par rapport à lui ; cela ne lui apporterait rien. Mais il changea bien vite d'avis en comprenant, de part leurs conversations silencieuses, que deux types de leur groupe étaient un peu plus loin, sur le point de mettre la main sur cette inconnue, débarquée en territoire inconnu et dangereux. Iwan avait beau être le pire bâtard que la Terre eut jamais portée, hors de question pour lui de se tirer de là sans chercher à filer un coup de main à cette femme. Et puis, merde, elle lui avait plu dans toute sa naïveté apparente. Il partit à sa recherche, s'aidant des quelques indications données par les types de la pièce très mal protégée et la retrouva en quelques dizaines de minutes. Contrairement à ce qu'il s'était imaginé, elle était loin d'être en mauvaise posture ... Bien au contraire. Les mecs partis à sa recherche étaient tous deux morts, égorgés, puis les crânes défoncés. Ah ... OK. Le sourire qu'il vit, sur les lèvres de la jeune femme acheva de le convaincre : elle était bien loin de l'image qu'elle se donnait. En réalité, c'était une véritable sauvage. Ce n'est que là leur collaboration démarra pour de bon. Deux durs à cuir comme eux, il va sans dire que cela donne un duo explosif et destructeur. Après ce petit aparté, Iwan et Tyler se présentèrent, et partirent ensemble à la recherche des derniers survivants du coin. Des types infâmes à la recherche de jeunes femmes qu'ils pourraient soumettre et aux nombreuses faiblesses dont ils pourraient profiter. A deux, il les tuèrent tous. Sans la moindre once de remords. Suite à cela, la rage qui les avait habités laissa place à un désir sans limite, incontrôlable. Ils couchèrent ensemble dans une pièce voisine, à peu près propre mais pas tout à fait compte tenu des années écoulées depuis la désertion des lieux. Et puis, d'un commun d'accord, ils décidèrent de poursuivre leur route ensemble.
(...)

" Sur une durée suffisamment longue, l’espérance de vie tombe pour tout le monde à zéro. "

Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique. La (sur)vie aurait pu continuer ainsi longtemps, pour Tyler et Iwan. Ils s'amusaient bien, étaient tous les deux sur la même longueur d'ondes. Après cette rencontre à l'hôpital, ces moments de rage puis d'extase partagés, ils décidèrent de continuer ensemble. Ils n'avaient pas de raison valable, après tout, pour partir chacun de leur côté. Iwan appréciait particulièrement ce qu'ils partageaient, et voulait donc voir les choses se poursuivre. Par la suite, ils continuèrent à évoluer sur cette espèce de fil invisible qu'ils avaient tissé devant eux. Ils envisageaient la suite de la même manière que ce qui s'était déroulé à l'hôpital, sans réellement se poser de question. Chaque groupe qu'ils croisaient, ils l'observaient des jours entiers à la recherche d'un indice sur leur potentielle dangerosité. S'il y avait des signes qu'ils l'étaient, alors ils les attaquaient. Les tuaient un à un et récupéraient ce qu'ils avaient pu laisser derrière eux ensuite. Dans leur folie des grandeurs, Iwan et Tyler s'envisageaient comme des espèces de justiciers venus faire régner l'ordre parmi les survivants subsistant encore. Il était assez compliqué de les arrêter : Tyler était le cerveau, Iwan les muscles. En très raccourci, c'était ce que cela donnait. Dans les faits, Tyler était aussi très agile et se défendait très bien dans les combats au corps-à-corps, tout comme Iwan avait une fine analyse et une perspicacité à toute épreuve. C'était le duo de choc. Jusqu'à ce que... Jusqu'à ce que les choses dérapent. A un moment où ils s'y attendaient le moins. La zone 51 bien loin de leurs préoccupations - bien qu'ils aient entendu l'appel à la radio, plusieurs mois auparavant -, ils s'attaquèrent à un nouveau groupe. Deux jours d'observation avait suffit pour déterminer qu'ils étaient des tueurs sans foi ni loi. Iwan suspectait même qu'ils étaient en bonne voie pour devenir cannibales. Ils les attaquèrent, donc. Tirèrent sur chacun d'eux sans sommation... Avant de fouiller la maison dans laquelle ils avaient trouvé refuge. C'est là que les deux jeunes "justiciers" trouvèrent le cadavre d'un enfant dans un placard. En voulant aller trop vite - l'excitation du moment et de cette attaque à venir sans doute -, ils n'avaient pas pris suffisamment de précaution. L'une des règles tacites qui subsistaient au sein de leur duo, c'était qu'ils ne s'en prenaient pas - JAMAIS - aux groupes où il y avait des enfants... Et là, ils en avaient tué un. En tirant sur cette femme trouvée dans la pièce voisine, ils avaient atteint la porte et l'enfant derrière, qu'elle protégeait au péril de sa vie... Un échec retentissant qui eut son lot de conséquences sur les compères.
(...)
Vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste. La mort de cet enfant fut l'une des épreuves les plus pénibles qu'Iwan eut à traverser dans sa misérable vie. Pas LA plus terrible, parce qu'il y avait eu la mort de son fils, mais ce fut tout de même très difficile. Cela le rapportait à cette mort-là, en fait. Et suivirent alors de longues semaines de silence, entre Tyler et Iwan. C'était plus que complexe, en réalité. C'était une souffrance à peine descriptible pour eux... Et comme ils n'étaient déjà pas bien doués pour communiquer, cela n'arrangea en rien leurs affaires - bien au contraire. Ils passèrent de longs moments ainsi, à ne pas parler et à n'échanger que de brèves banalités lorsque cela s'avérait nécessaire. Ils ne cherchèrent pas à tuer qui que ce soit d'autre, et ne s'occupèrent pas des quelques groupes qu'ils purent croiser par la suite. C'était devenu hors de question de procéder de cette façon. Finies les histoires de justiciers qui viennent à la rescousse des plus démunis. Retour à la réalité. Brutal retour à la réalité. A un moment, Tyler proposa qu'ils rejoignent l'un des groupes rencontrés sur la route. Les sauveurs, qu'ils se faisaient appeler. Iwan hésita longtemps mais, conscient de ne plus être en capacité de faire un autre choix que celui-là, finit par accepter. C'est ainsi qu'ils rejoignirent ce campement au bord de l'eau. Quelques semaines de plus s'écoulèrent, tout juste une ou deux. Tyler trouva assez aisément sa place au sein de ce groupe, tandis que ce fut beaucoup plus compliqué pour Iwan. De toute évidence, il était toujours très touché par la mort de cet enfant, sans doute persuadé d'en être responsable - alors qu'ils ne savaient pas, dans le fond, qui de Tyler ou lui avait tiré les balles fatales -. C'était peut-être aussi le cas de Tyler, Iwan ne pouvait pas le savoir parce qu'il ne lui avait pas posé la question, mais c'était bien moins visible. Au sein des sauveurs, elle se fondait dans la masse alors qu'il faisait tâche, aidant bien sûr aux tâches quotidiennes mais ne dialoguant réellement avec... Et bien, avec personne ou presque. Quelques semaines s'écoulèrent puis une idée germa dans l'esprit d'Iwan : il ne pouvait pas rester ici... Il ne pouvait pas rester ainsi. Un soir, il eut une dernière discussion avec Tyler, une idée bien précise dans la tête, et le lendemain il était parti. Il avait quitté le campement des sauveurs sans la prévenir, et pour ne revenir que quelques semaines plus tard. La tête sans doute pleine de questions, Tyler allait pourtant devoir attendre avant d'obtenir une quelconque réponse sur ce qu'il était parti faire... Et ce n'est peut-être plus à l'ordre du jour, après tout ce qu'il s'était passé.
(...)
Nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition. C'est en direction de Yosemite, que Iwan alla. Sur la route, il croisa une certaine Clover, vestige de son passé pré-apocalypse qu'il croyait disparu à jamais. Ils eurent une longue discussion, passèrent quelques heures ensemble avant que la jeune femme ne parte en direction du camp des sauveurs. Il ne sut que bien après qu'elle ne l'avait pas atteint, mais il lui demanda à ce moment-là de demander pardon à Tyler de sa part. Lui, reprit ensuite sa route, allant de l'autre côté. Il y avait une personne en particulier qu'il avait besoin d'aller voir. Une certaine Carolyn qu'il avait, ui, elle aussi, avant l'épidémie, à San Francisco. Ils avaient été amis, partageant des moments ensemble, et la jeune femme connaissait Joseph. Ils s'étaient ensuite recroisés pendant l'épidémie, à une époque où Iwan n'était même pas capable de parler de son fils. Leur rencontre avait donc été brève, et Iwan s'en voulait à présent d'avoir agit ainsi. Il avait besoin de la retrouver, besoin de s'expliquer auprès d'elle, de lui donner plus d'indications sur la mort de Joseph... Il avait besoin, aussi, d'expier ses fautes. De parler avec quelqu'un d'extérieur de la disparition de cet enfant, ce qui avait été un accident mais un meurtre malgré tout. Il la retrouva à Yosemite, eut le temps de discuter un peu avec elle. Sans non plus trop s'étaler sur les morts de Joseph et cet autre enfant dont il ne connaissait pas même le prénom - il n'en fut pas capable - Iwan put malgré tout s'excuser de cette rencontre maladroite qu'ils avaient eue, quelques temps plus tôt. Puis il retourna auprès des sauveurs, comme libéré d'un fardeau. Les bombes avaient attendu - Dieu soit loué - qu'il retrouve Tyler pour commencer à tomber. Ils purent quitter ensemble les lieux, sur le dos des motos qu'il avait trouvées et conservées en vue de ces retrouvailles. Si celles-ci avaient été houleuses - Tyler n'appréciant pas qu'il soit parti si longtemps sans même la prévenir à la base -, ils retrouvèrent vite leurs vieilles habitudes. Enfin... Presque. Les mois qui suivirent, il ne fut plus question de tuer qui que ce soit, mais juste de survivre ensemble. Iwan ne parvint pas à s'expliquer, à exprimer ce que Tyler aurait tant voulu qu'il lui dise, mais ils réussirent à s'en sortir... Et c'était là l'essentiel. Mais il a fallu que ce nouvel incident se produise... Un coup sur la tête de chacun d'entre eux - Iwan se repassera en boucle cette scène pour comprendre où et comment il avait été pris par surprise, puisque c'était si rare chez lui - et les voilà arrivés à Ellia... Nouvelle chance ou début de l'horreur ?

_________________

Those who killed
I walk on water but I ain't no Jesus. I walk on water but only when it freezes. Why, are expectations so high? Is it the bar I set?


Dernière édition par Iwan J. Graber le Lun 26 Nov - 19:32, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

DEVIANTS
avatar


People die of broken hearts. They have heart attacks. And it’s the heart that hurts most when things go wrong and fall apart. (Markus Zusak)

× A propos du vaccin : :
Je veux pas de cette saleté !

× Âge du perso : :
38 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Ellia depuis son kidnapping (cellule 3)

× Avant, j'étais : :
styliste

× Messages : :
67

× Points de vie : :
117

× Copyright : :
strunk (avatar)

× Avatar : :
Noomi Rapace

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Larme d'Etoile ou Senara



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: all we need is faith (iwan) Mar 20 Nov - 1:06

Re-bienvenue avec Iwan, nous avons des choses à régler lele

_________________

I'm gonna kill all of you.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

FIRST, YOU
HAVE TO
GIVE UP

× A propos du vaccin : :
Pas dans ses projets.

× Âge du perso : :
47 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Vient de retrouver Tyler, ensemble ils vagabondent désormais en Californie.

× Avant, j'étais : :
Mercenaire à la retraite (la plupart du temps).

× Messages : :
1493

× Points de vie : :
128

× Copyright : :
© Schizophrenic (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Brad Pitt.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: all we need is faith (iwan) Mar 20 Nov - 11:59

Des choses à régler dis-tu ? siffle
J'ai hâte, ça promet coquin

_________________

Those who killed
I walk on water but I ain't no Jesus. I walk on water but only when it freezes. Why, are expectations so high? Is it the bar I set?
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Justice price
Tywan

× A propos du vaccin : :
Très peu pour moi merci...

× Âge du perso : :
36 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Dans l'ombre d'Iwan

× Avant, j'étais : :
sous directrice d'une agence de publicité

× Messages : :
1405

× Points de vie : :
92

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise (signature) Schizophrenic (Crackship)

× Avatar : :
Jaime Alexander

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: all we need is faith (iwan) Mar 20 Nov - 12:58

Salut on baise ? viens
Je vais être sage promis. Alors soit le aussi et avec un peu de chance on pourra avoir un bon poste !

_________________
Cause they will run you down, down til the dark Yes and they will run you down, down til you fall And they will run you down, down til you go Yeah so you can't crawl no more♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas

DEVIANTS
avatar


People die of broken hearts. They have heart attacks. And it’s the heart that hurts most when things go wrong and fall apart. (Markus Zusak)

× A propos du vaccin : :
Je veux pas de cette saleté !

× Âge du perso : :
38 ans

× Localisation (+ avec qui) :
à Ellia depuis son kidnapping (cellule 3)

× Avant, j'étais : :
styliste

× Messages : :
67

× Points de vie : :
117

× Copyright : :
strunk (avatar)

× Avatar : :
Noomi Rapace

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Larme d'Etoile ou Senara



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: all we need is faith (iwan) Mar 20 Nov - 13:18

Oui pas grand chose, mais faut quand même en parler siffle
Si vous êtes pas sages et que vous atterrissez en isolement, je sens que ça va devenir une troisième guerre mondiale là-dedans mdl

_________________

I'm gonna kill all of you.
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

FIRST, YOU
HAVE TO
GIVE UP

× A propos du vaccin : :
Pas dans ses projets.

× Âge du perso : :
47 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Vient de retrouver Tyler, ensemble ils vagabondent désormais en Californie.

× Avant, j'étais : :
Mercenaire à la retraite (la plupart du temps).

× Messages : :
1493

× Points de vie : :
128

× Copyright : :
© Schizophrenic (avatar), © schizo' (code signature).

× Avatar : :
Brad Pitt.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: all we need is faith (iwan) Mar 20 Nov - 15:31

Tylou voyons Surprised Pas en public
(lele)

Evy, avoue que ça serait fun mdl

_________________

Those who killed
I walk on water but I ain't no Jesus. I walk on water but only when it freezes. Why, are expectations so high? Is it the bar I set?
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

NOBODY GETS TOO CLOSE A SIGHT OF A SOUL WHEN IT'S BREAKINGTRUST ME, I COULD BE THE ONE
TO TREAT YOU LIKE A LADY
LET ME SEE WHAT'S UNDERNEATH
ALL I NEED IS YOU

× A propos du vaccin : :
Un vaccin... T'es drôle ! C'est que des conneries.

× Âge du perso : :
Trente-cinq ans, et toujours aussi sexey.

× Localisation (+ avec qui) :
J'ai n'ai plus que Rebekah. Ensemble, on est à la tête du groupe des STUBBORN en Arizona et on adore ça.

× Avant, j'étais : :
Sportif professionnel ; quarterback des San Francisco 49ers, équipe de la NFL (national football league).

× Messages : :
4075

× Points de vie : :
32

× Copyright : :
MYERS. (signature) & Schizophrenic ♥ (avatar)

× Avatar : :
Jensen Ackles.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
MYERS.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: all we need is faith (iwan) Mar 20 Nov - 17:33

T'avannnnnces trop vite, déjà Iwanouuuu yerk lele

_________________
        DID YOU THINK
I'D LAY DOWN
                   AND D I E ?
I thought that
       I'd been hurt
                  b e f o r e


hehehehe :
 
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar


Justice price
Tywan

× A propos du vaccin : :
Très peu pour moi merci...

× Âge du perso : :
36 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Dans l'ombre d'Iwan

× Avant, j'étais : :
sous directrice d'une agence de publicité

× Messages : :
1405

× Points de vie : :
92

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise (signature) Schizophrenic (Crackship)

× Avatar : :
Jaime Alexander

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: all we need is faith (iwan) Lun 26 Nov - 22:07

Validation


Félicitations, tu es désormais Bornien !
Tyler I. Maxxens a l'immense plaisir de te valider !
Félicitations, tu rejoins le groupe Acceptable  

Le petit Iwan woof jolem ce petit !
Vance n'est pas vraiment arriver a te cerner, mais il ne te trouve pas si suspect que cela. Parce qu'il pense que dans le fond tu lui plait. Alors il t'assigne a la caravane 6C avec Niska et Skye.  Il t'assigne au poste de Pompier. Ne le déçoit pas.

Tu peux dès à présent :
→ Te lancer dans le RP en t'amusant ici ou chercher des partenaires de jeu par !
→ Recenser ton avatar en postant dans ce sujet.
→  Prendre connaissance du système de points et ce qu'il implique (en plus d'autres informations nécessaires à la compréhension du forum) par ici (cf INFO N°3).
→ Poster tes fiches de liens et de RPs.
→ Créer tes propres scénarios qui pourraient t'être utiles.
Voter régulièrement pour gagner des points et nous faire connaître ! De même en postant sur Bazzart et PRD
→ Et surtout TU PEUX T'AMUSER !

_________________
Cause they will run you down, down til the dark Yes and they will run you down, down til you fall And they will run you down, down til you go Yeah so you can't crawl no more♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

SOMEONE ONCE TOLD
ME TIME IS
A FLAT CIRCLE

× A propos du vaccin : :
un vacc-quoi ?

× Âge du perso : :
38 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
dtc (avec Sara en Californie).

× Avant, j'étais : :
Mafieux.

× Messages : :
1038

× Points de vie : :
311

× Copyright : :
© Schizophrenic (avatar), © schizo' (code signa), © PopGun ♥ & Myers ♥ (gif profil).

× Avatar : :
Colin Farrell.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: all we need is faith (iwan) Mar 27 Nov - 20:30

Merci lele

_________________

Those who tried
It's been a while, shit, I missed the rehab, psyche was gone. Ain't no room for rest when demons whisper, "We should've won". Ain't no room for miseria when you got all you want.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: all we need is faith (iwan)

Revenir en haut Aller en bas

all we need is faith (iwan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: DON'T BE SCARED :: WHO ARE YOU ? :: FINISHED-