Thobias † But here I am, running up the seventh floor.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En novembre 2018, le forum a SIX ANS.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Thobias † But here I am, running up the seventh floor.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
avatar

En ligne
BROKE MY CHAINS
SO I COULD BE ANYONE

× A propos du vaccin : :
Voilà, c'est fait. Thobias a désormais une envie folle de viande crue, des excès de violence, une nette tendance à se perdre dans ses pensées et il a aussi quelques maux de tête assez violents, parfois. Et des vertiges aussi.

× Âge du perso : :
25 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Angels Camp, Californie, avec Théa.

× Avant, j'étais : :
officiellement étudiant, officieusement ... un escroc, un voleur, et de temps un autre un dealer.

× Messages : :
1092

× Points de vie : :
358

× Copyright : :
© Schizophrenic (avatar), schizophrenic (code signa).

× Avatar : :
Evan sexey Peters.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic ... toujours.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Thobias † But here I am, running up the seventh floor. Mer 5 Déc - 12:53

fiche #000

† NOM : Doss
† PRÉNOM(S) : Thobias Sebastian
† ÂGE : 26 ans
† DATE DE NAISSANCE : 13/09/1992
† LIEU DE NAISSANCE : Miami
† HABITAIT : Miami
† ANCIENNE OCCUPATION : Escroc, voleur (étudiant)
† STATUT FAMILIAL : Céibataire
† ORIENTATION SEXUELLE : Hétéro
† GROUPE : Suspects voire déviants
† AVATAR : Evan Peters
Observations
Avant l'épidémie déjà, Thobias évoluait dans un monde pourri jusqu'à la moelle. Un univers hostile ou un autre, ça ne change pas grand chose. Du coup, avant, il était très indépendant, se débrouillant par tous les moyens possibles et imaginables (le vol, la majeure partie du temps). Il était aussi très mature, très au fait de ce qu'il fallait faire et de quand il fallait le faire. La rue, c'était son milieu à lui, un milieu toujours violent, inadéquat pour un jeune homme de son âge. Il l'était, du coup, violent. Et il l'est toujours, en fait. Tout comme il est toujours très indépendant, et toujours mature. Tout ça, ça n'a pas changé grand chose pour lui. Si ce n'est, bien sûr, que les morts se relèvent désormais et essayent de le bouffer quand ils sont près de lui. Thobias est très égoïste, il l'a toujours été. C'est sa gueule - et celle de Théa à la limite - avant celle des autres. Il est prêt à faire à peu près tout et n'importe quoi afin de survivre. Il n'a pas vraiment de pitié pour ceux qui sont autour de lui. Pour autant, ce n'est pas un meurtrier. Il ne va, certes, pas avoir la moindre hésitation pour mener quelqu'un à la mort, en lui prenant tous ses vivres dans son dos par exemple, mais il est moins enclin à les tuer de front, par lui-même. Une balle, un couteau, c'est pourtant vite fait. Mais malgré ses airs de grand enfant, de mec lâche et égoïste, Thobias sait à quel point une vie humaine est importante. Alors, oui, il va penser à sa gueule avant toute chose, mais s'il peut éviter de tuer sur son passage, il va préférer cette voie.
Questions posées lors de l'entrevue
QUEL EST TON AVIS À PROPOS DU VACCIN QUI A CIRCULÉ PENDANT UN MOMENT ? ES-TU VACCINÉ TOI-MÊME ? Thobias s'est fait vacciner. Assez vite, il faut le dire. Ce n'est pas qu'il a une confiance aveugle en tout le monde mais c'est qu'il se sentait un peu... Désespéré et dépassé par la situation, vous voyez. Alors il a eu envie de tenter. Il ne le regrette qu'à quelques moments, lorsque les migraines prennent le dessus. Le reste du temps, il en est plutôt satisfait... Sans pour autant être persuadé que cela ait l'effet escompté. D'autant qu'il a pas mal d'effets secondaires désagréables et qui ne passent pas (trop) inaperçus : migraines, donc, mais aussi fortes envies de viande crue (humaine ce n'est pas mauvais d'ailleurs), excès de violence, difficultés de concentration, maux de tête et vertige. La totale.

QUE RESSENS-TU LORSQUE TU VOIS UN ZOMBIE ? EST-CE QUE TU LES TUES ? SI OUI, QUE RESSENS-TU ? C'est quoi cette question ? Evidemment qu'il le tue ! Et il n'y va pas de main morte : il s'acharne jusqu'à être bel et bien sûr qu'il ne se relèvera pas. Ce n'est pourtant pas compliqué : c'est sa vie - aussi misérable soit-elle, mais on ne peut véritablement utiliser que ce terme - ou celle de Thobias. Autant dire que le choix est vite fait, et qu'il n'a même pas à y réfléchir. D'instinct, son bras se lève et fait ce qu'il y a à faire. En général, il se contente quand même d'un couteau bien placé, avant de passer à autre chose. Il ne perd clairement pas son temps à essayer de se défouler sur eux, ou quoi que ce soit de ce genre. Il fait ce qu'il faut, mais n'y prend pas particulièrement du plaisir, point.

AS-TU PERDU DES PROCHES ET LES PLEURES-TU ENCORE ? D'abord, remettons les choses en place : Thobias ne pleure pas. Jamais. Et quoi qu'il en soit, des proches, il n'en avait pratiquement plus. En fait, il n'en a pratiquement jamais eu ... tout simplement. Son père était un fantôme depuis des années, sa mère une camée morte d'une overdose quand il était relativement jeune, et il n'avait aucun autre parent. La personne qu'il a perdue et qu'il pourrait éventuellement pleurer, c'est Théa. C'est tout. Sauf qu'il ne le fait pas ... Il est pourtant responsable de leur séparation, et de ce qu'il en sait, il l'a peut-être même tuée. Mais Thobias, c'est un gros dur qui ne montre pas ce qu'il ressent. Alors il l'a mise dans un coin de sa tête depuis belle lurette et il s'efforce de ne plus la sortir de là ... C'est son leitmotiv. Heureusement pour lui, il a finit par la retrouver et, aujourd'hui, c'est elle et lui contre le monde entier. Elle est son pilier et peut-être bien qu'il finirait par chialer, s'il la perdait pour de bon... Comme un bébé.

QUE PENSES-TU DU CAMP ELLIA ET DE SON PROPRIÉTAIRE ? COMPTES-TU COOPÉRER ? Durant toute la durée de son premier entretien avec Vance, Thobias avait un mal de crâne à pleurer. Alors il a été fort peu bavard, et a par conséquent vite était renvoyé dans sa cellule. Quelques jours plus tard, lorsqu'un nouvel entretien est arrivé, Thobias était d'un peu meilleure humeur... Ou pas. Il prétendait être plus conciliant, mais n'a pas pu s'empêcher de poser plus de questions qu'il n'y répondait. Il ne sait pas encore s'il a envie de coopérer, pour l'instant il n'a pas pu empêcher de mettre en avant quelques effets secondaires du vaccin, notamment en étant violent au cours d'un entretien qui a tourné court. Sans doute qu'il finira par coopérer autant que faire se peut, ne serait-ce que pour quitter cette cellule de malheur qui va le rendre fou et ne satisfait pas ses envies de viande crue - il va d'ailleurs peut-être bien finir par en faire part à quelqu'un, ce qui n'arrangera pas ses affaires en fin de compte -.


NOTES PERSONNELLES
'est ... possible que ce soit encore moi, en effet. Franchement, j'y peux rien si je suis si faible ! J'essaye de me battre, de TOUTES mes MAIGRES forces ... mais y a rien à faire. Rien. Rien à faire.
Scrogneugneu, vous allez juste finir par me prendre pour une folle ... oh wait *appuie sur son oreillette* on me dit que c'est déjà fait ? Ah bon ... Ben FOCK. ME GUSTA ÊTRE FOLLE.
Des poutoux partout cuty

N'OUBLIE PAS DE CRÉDITER TES AVATARS/ICÔNES/GIFS † Avatar par Swan, gifs trouvés sur Tumblr.

_________________

Those who cheated
Once when you walked beside me. That inconceivable, that unbelievable world we knew. When we two were in love.


Dernière édition par Thobias S. Doss le Dim 16 Déc - 12:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

En ligne
BROKE MY CHAINS
SO I COULD BE ANYONE

× A propos du vaccin : :
Voilà, c'est fait. Thobias a désormais une envie folle de viande crue, des excès de violence, une nette tendance à se perdre dans ses pensées et il a aussi quelques maux de tête assez violents, parfois. Et des vertiges aussi.

× Âge du perso : :
25 ans.

× Localisation (+ avec qui) :
Angels Camp, Californie, avec Théa.

× Avant, j'étais : :
officiellement étudiant, officieusement ... un escroc, un voleur, et de temps un autre un dealer.

× Messages : :
1092

× Points de vie : :
358

× Copyright : :
© Schizophrenic (avatar), schizophrenic (code signa).

× Avatar : :
Evan sexey Peters.

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Schizophrenic ... toujours.



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Thobias † But here I am, running up the seventh floor. Mer 5 Déc - 12:53

fiche #000
Don't talk, think. That's a good rule of thumb for life.
Je n'ai pas toujours été sage.
" I'm waking up to ash and dust, I wipe my brow and I sweat my rust, I'm breathing in the chemicals ... "

Thobias n'a que douze ans et c'est pourtant à pieds, et seul, qu'il fait le trajet de son collège jusqu'au petit bâtiment qui lui sert de maison. Sa mère l'a encore oublié aujourd'hui. Elle était censée venir le chercher à dix-sept heures, cela lui fait donc une bonne heure et demie de retard. Soit, il y est habitué. Il a finit par se décider à décoller afin de rentrer par lui-même. Il aime se dire que, de toute façon, il est mieux seul. Sur le trajet, qu'il a déjà fait maintes et maintes fois, il a bien sûr déjà eu des ennuis. Mais on commence à le connaître et à savoir que c'est un grand nerveux qui ne se laisse pas faire, malgré sa relative petite taille et sa maigreur assez effarante. Non, il ne se laisse pas faire. Il est même du genre à frapper le premier, et à se défouler jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de résistance de l'autre côté. Du coup, ses quarante-cinq minutes de marche, il les fait sans rencontrer le moindre problème. Miami n'est pourtant pas la ville la plus calme qui soit, et ce quartier encore moins. On lui a dit bonjour une fois ou deux sur la route parce qu'on le connaît, parce que Thobias passe finalement plus de temps dans la rue que chez lui. Tiens, il vient d'ailleurs d'arriver juste devant son chez lui. Si c'est déjà arrivé régulièrement à sa mère de l'oublier, il a en revanche un mauvais pressentiment aujourd'hui. Comme si son instinct lui faisait savoir que quelque chose s'était passé, et qu'il devait s'y préparer. C'est donc l'air revêche qu'il entre dans la maison, la porte d'entrée étant pratiquement toujours laissée ouverte par sa négligente de mère, et qu'il l'appelle. « Maman ?! » Elle est là, c'est pratiquement sûr. Non seulement la voiture est là, devant, mais Thobias a aussi vu son unique paire de chaussures - des baskets en piteux état - dans l'entrée. A moins qu'elle ne soit sortie pieds nus, mais il en doute franchement ; elle a quand même encore un peu de fierté. Un peu. Rien dans le salon, rien du tout au rez-de-chaussée en fait. Thobias monte donc à l'étage, et se dirige immédiatement vers la chambre de sa mère. C'est là qu'il la trouve, étalée sur le sol, à côté de son lit. Il s'accroupit à ses côtés et pousse sur son épaule pour la mettre sur le dos ... De la mousse blanche s'échappe de sa bouche et ses yeux sont clos. Sans se laisser distraire ou envahir par une quelconque forme de panique, Thobias presse deux de ses doigts sur sa gorge ... aucune pulsion. Il se décide quand même à se lever et à appeler le numéro d'urgence mais il sait déjà qu'il est trop tard. Il n'y a plus rien à faire pour elle. Et le pire, c'est que ça ne lui fait rien, sans doute parce qu'il savait que cela finirait par arriver.
(...)
« T'as compris comment ça va fonctionner Doss ? » Thobias hoche la tête, sans jamais lâcher du regard le type qui vient de s'adresser à lui. Sans opposer de résistance, il monte à bord de la camionnette qui l'attend dehors. « On fait un arrêt pour choper celle qui va t'accompagner, et ensuite on va voir Diego. Il vous attend. » Alors qu'ils sont déjà lancés sur la route, Thobias hausse les sourcils. Il est jeune, mais pas stupide. Il a toujours vécu à Miami, il en a vu des sales types, des arnaques et des coups bas. Il ne sait pas à quoi s'attendre dans cette affaire, mais il le sent déjà mal. L'instinct, sans doute. Comme il n'a pas envie de prendre de risques trop grands pour se faire un peu de blé, il cherche à se renseigner et à en savoir un peu plus. « Donc si j'ai bien compris on a juste à voler un bijou et on obtient 50% de son prix initial ? » Juste. Comme si c'était aussi simple. Ils vont devoir faire des repérages dans un premier temps. En fait, ils devraient peut-être même apprendre à travailler ensemble d'abord, il ne sait même pas avec qui il va devoir organiser ce casse, un comble quand on sait tous les risques qu'ils prennent ! Le type vient de lui répondre, et Thobias hoche la tête. Pas besoin d'en savoir plus là-dessus, il sait qu'il aura l'argent voulu. Un mafieux est, en général, un mec d'honneur. Il lui faudra songer au fait qu'il faudra ensuite diviser en deux la récompense tant promise, mais ça ne doit pas être si gênant. Il s'agira sans doute d'un bijou d'une très grande valeur. « Et je vais devoir m'y coller avec qui ? Je la connais au moins ? » Thobias n'en est pas à son premier coup. Il a déjà travaillé pour lui, sans jamais accepter d'entrer dans son cercle plus proche. Il se contente de faire des petits "boulots" par-ci par-là, ça lui permet de garder la tête hors de l'eau. La vie au foyer est loin d'être simple, il a besoin de cet argent. Il va donc falloir qu'il s'adapte vis-à-vis de cette femme avec qui il va aller voler ce bijou, mais ce serait mentir que de dire qu'il n'appréhende pas. Si ça se trouve, il va se retrouver avec le pire boulet que Miami abrite. « Une gonzesse de la ville. Tu verras. Maintenant, ferme ta gueule. » Oh oui, Thobias sait qu'ils n'aiment pas quand ils posent toutes ces questions. Mais il l'emmerde, c'est aussi simple que ça. Lui, il veut savoir dans quoi il se lance. Quand la camionnette s'arrête et qu'ils font monter - de force - une jeune femme aux cheveux hirsutes, il se dit qu'il peut bien prendre son mal en patience. Il verra bien ce que ça donnera. Et il n'est pas idée à quel point il sera satisfait : il rencontrera à cette occasion celle qui deviendra sa plus grande complice - et son ennemie jurée dans le même temps -, et fera une affaire plus grande encore en embarquant le bijou avec lui plutôt qu'en le rendant à celui qui les avait missionnés.
(...)

" ... I'm breaking in, shaping up, then checking out on the prison bus ... "

Thobias ne le lâche pas du regard, ce mec qu'il a repéré à quelques pâtés de maison de là et qu'il suit depuis. Il y a du monde, dans la rue. C'est une heure de pointe alors les corps en sueur - la faute à la chaleur de Miami - se collent les uns aux autres, se percutent et se rencontrent au gré de la marée humaine qui s'est formée. Fin d'après-midi, les gens rentrent chez eux - du moins essayent -. Pour Thobias, il est l'heure de bosser. Il est là, juste devant lui, le portefeuille. Il suffirait qu'il lève la main, qu'il fasse un ou deux pas plus rapide et qu'il l'attrape. Mais il n'est pas fou et, surtout, il fait ça depuis des années : il sait que ce n'est pas aussi simple. Qu'il ne peut pas se permettre de gâcher ses chances en se précipitant. C'est quand, brutalement, le léger attroupement de personnes arrêtent de marcher. Ils s'arrêtent à un feu rouge et Thobias c'est qu'il tient là sa chance. Il met un peu plus de temps qu'eux avant de stopper tout mouvement, et son corps entre en contact avec celui qu'il suit depuis quelques mètres. Il en profite pour attraper le portefeuille, qu'il s'empresse de glisser discrètement dans la poche de son propre jean. Le mec se retourne, l'air énervé. « Fais un peu gaffe, p'tit con ! » Thobias hausse un sourcil. Visiblement, il ne s'est rendu compte de rien mais il reste sur les nerfs. Evidemment, pour lui, il n'y a pas trente-six solutions de régler ça : il lui fout son poing sur la gueule. « Taré va. » Il n'a pas bronché, avec ça. Il s'est pris le coup sans réussir à l'esquiver et se redresse à peine. Thobias voit, dans son regard, que c'est le genre de type à parler plutôt qu'à agir. Alors il lance un dernier rire moqueur dans sa direction et pivote sur la gauche ; il disparaît dans la foule en un rien de temps. C'est dommage. Il aurait préféré tomber sur un mec plus coriace sur qui il aurait pu réellement se défouler. Là, ça ne lui a pas suffit. Il a une furieuse envie de frapper, de cogner tout ce qui bouge. Il ne peut quand même pas se le permettre ; il a réussit à récupérer un portefeuille, c'est déjà pas mal. Il doit accepter ce qu'il a obtenu, et rentrer chez lui l'air de rien. Enfin, "chez lui", c'est vite dit ; Thobias ne considère pas ce foutu foyer rempli de mômes déprimés comme son chez lui. Vivement qu'il ait atteint la majorité, âge auquel en plus de prendre le nom de sa mère - moins ingrat que celui de son père -, il disparaîtra de son côté. Il vit déjà avec peu, autant avoir encore plus d'indépendance et de liberté. Miami est sa ville.
(...)

I am not dying until I'm damn good and ready.
Toi et moi c'est à la vie, à la mort.
" ... This is it, the apocalypse. "

« Putain, mais c'est quoi ce bordel ? » L'air incrédule, Thobias regarde par la fenêtre. Il n'arrive pas à comprendre, non vraiment pas. Il ne sait pas ce que c'est cette merde mais une chose est sûre : il ne va pas rester là, à attendre sagement que l'une de ces choses viennent le chercher. Il a beau être planqué dans son appartement - taudis serait un terme plus approprié - il n'en reste pas moins à leur merci s'ils décident de monter. Il ne sait pas s'ils en sont capables, ni même s'ils sont assez intelligents pour deviner sa présence - sans doute pas d'ailleurs -, mais on n'est jamais trop prudents. Thobias n'a plus qu'une idée en tête : aller chercher Théa et quitter la ville au plus vite. Voilà bien trois jours qu'une sorte d'épidémie à commencer à se répandre dans les rues. D'abord, il n'y a pas prêté attention. Pour lui, ce serait comme un second virus de la grippe aviaire, avec quelques caractéristiques en plus. Mais les infos ont commencé à tomber, et il a peu à peu compris que c'était plus grave que ça encore. Il en a profité, bien sûr, c'est dans ses gênes, pour fouiner dans les appartements des voisins - certains étaient laissés ouverts après qu'ils aient pris la fuite, d'autres étaient vides et il a pu les forcer sans trop se poser de questions -. Il a volé deux-trois trucs qui lui ont paru intéressants, et qui lui semblent bien inutiles à présent qu'il doit se contenter du minimum. Il se dit qu'il reviendra, alors il planque le tas de billet qui est sien au fond d'un carton, au fond d'un placard, sous des vêtements qu'il n'a jamais utilisés. C'était au cas où il parte un jour en vacances ... La blague. Il va revenir. Il le sait. Mais pour l'instant, il se contente de fourrer dans un sac le strict minimum, ce qui lui semble essentiel : un portefeuille qui est sien - mais qui ne l'a pas toujours été puisqu'il l'a récupéré dans une poche un jour -, quelques vêtements de rechange, une lampe torche, un paquet de cigarettes ainsi que des allumettes et deux-trois boîtes de conserve qu'il avait au fond de son placard. Malheureusement pour lui, il n'est pas connu pour faire ses courses très à l'avance. Il mange sur le pouce, jamais équilibré, et jamais en se posant réellement. Alors il n'a pas de réserves gigantesques, même si quelques bouteilles d'eau traînent au fond de sa cuisine. Bien, ça fera l'affaire. Il embarque tout ça, et sort prudemment. Il a emmené avec lui un marteau parce que, s'il a bien compris, il faut atteindre leur cerveau pour s'en débarrasser ... Il ne peut rien laisser au hasard. Et le chemin jusqu'à sa voiture a beau ne pas être long, il pourrait être semé d'embûches.
(...)
Elle est là, debout juste devant lui, depuis ce qui lui semble être une éternité. Et depuis autant de temps, elle lui tape sur le système. Ils viennent de se prendre la tête, et Thobias ne sait même plus sur quoi. Quel est le sujet du débat, déjà ? Impossible de se souvenir. Impossible, en revanche, d'oublier le mal de tête qui lui vrille les tempes depuis des heures, et la colère qui gronde dans sa poitrine. Il va exploser, il le sent. Quand elle s'approche de lui, la main levée, sans doute pour lui mettre une gifle, il réagit au quart de tour : il repousse sa main, pose les siennes sur ses épaules et pousse dessus. Il n'avait pas prévu que cela se passerait comme ça. Il n'avait pas fait attention au fait qu'il y avait une falaise juste derrière elle. Le reste se passe comme au ralenti : il la voit chuter et cela lui semble prendre des heures avant qu'elle ne tombe pour de bon. Avant que cela n'arrive, il tend le bras dans l'intention de la rattraper. Mais lui aussi est au ralentit, et il n'arrive pas à temps auprès d'elle. Elle chute, et il n'y a rien qu'il puisse faire pour l'en empêcher. Tout ce qu'il peut, de sa position, c'est regarder. Et entendre. Parce que quand elle atterrit en bas, sur de l'eau de toute évidence, cela provoque un bruit qui parvient jusqu'à ses oreilles. Et puis, plus rien. Il essaye d'entendre autre chose, le signe qu'elle va bien, que l'eau a amortit sa chute à défaut d'agir comme un mur de cette hauteur. Mais rien. Juste un silence complet, et le bruit de son cœur qui bat à toute vitesse. Il hésite, pendant un temps. Que doit-il faire ? Juste partir comme ça ? Non, l'idée qu'elle se transforme par sa faute et qu'il n'abrège même pas ses souffrances lui tort les boyaux. Alors il entreprend de descendre. Il lui faut faire beaucoup de détours, prendre des virages et des pentes qui lui semblaient insurmontables. Le temps qu'il arrive en bas, elle n'est déjà plus là. Il faut dire que cela a dû lui prendre des heures, et qu'elle peut très bien s'être rapidement transformée. Parce que, pour lui, c'est tout ce qu'il peut s'être passé : la chute l'a tuée, et elle est revenue d'entre les morts à la manière de tous ces gens qui essaient à présent de les bouffer. Il reste pendant de longues minutes droit comme un I, énervé contre lui-même et incapable d'amorcer le moindre mouvement. Et puis, il se sort de cette torpeur en parvenant à mettre Théa dans un coin de sa tête. Une chose est sûre : il ne pourra pas la faire revenir. Mais lui, il est toujours là. Et c'est tout ce à quoi il doit penser.
(...)

" Welcome to the new age, to the new age. "

suite ici

_________________

Those who cheated
Once when you walked beside me. That inconceivable, that unbelievable world we knew. When we two were in love.


Dernière édition par Thobias S. Doss le Lun 10 Déc - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

DEVIANTS
avatar


Lying close to you feeling your heart beating,
And I wondering what you are dreaming,
Wondering if it's me you are seeing,
Then I kiss your eyes and thank god we're together,
I just want to stay with you in this moment forever, forever and ever

× A propos du vaccin : :
Sérieux ? N'importe quoi

× Âge du perso : :
40 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Ellia en cellule, séparé de Skye (Ex -Marginaux)

× Avant, j'étais : :
Armurier

× Messages : :
1692

× Points de vie : :
736

× Copyright : :
Eowin

× Avatar : :
Norman Reedus

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Bloody



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Thobias † But here I am, running up the seventh floor. Mer 5 Déc - 13:46

Re-bienvenue chez toi Smile

_________________


Idon't want to miss a thing.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

En ligne

Cause I'm gonna stand by you
Gomez family

× A propos du vaccin : :
Oui... Malheureusement les effets secondaires se font sentir: Crise de migraine importante, vertiges fréquent

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
Californie, a Bodie

× Avant, j'étais : :
Animatrice et coatch de vie dans un centre pour enfant obése

× Messages : :
1365

× Points de vie : :
112

× Copyright : :
Schizo(avatar) Wiise(signature)

× Avatar : :
Emeraude Toubia

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Thobias † But here I am, running up the seventh floor. Mer 5 Déc - 17:31

Ouuuuh j'en connais une qui va te faire plein de calin...
Hein quoi ? Non pas en public ? Ah okai coquin

Re bienviendu ! diego

_________________
The black inside my soul and the black part of us relationship♛ by wiise


Award 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas

ACCEPTABLES
avatar


× A propos du vaccin : :
POUR mais non vacciné

× Âge du perso : :
29 ans

× Localisation (+ avec qui) :
ELLIA - Acceptables - Agent de paix

× Avant, j'étais : :
Militaire

× Messages : :
259

× Points de vie : :
533

× Copyright : :
Im'Invisible

× Avatar : :
Dominic Sherwood

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Im'Invisible



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Thobias † But here I am, running up the seventh floor. Dim 9 Déc - 18:23

Il a l'air bien intéressant celui-là, j'ai hâte de lire l'histoire que tu lui ponds, bon courage ^_^'

_________________
i don't even know
if I believe
YOU CAN TRUST ME LIKE OLD TIMES AGAIN

©beylin
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Thobias † But here I am, running up the seventh floor.

Revenir en haut Aller en bas

Thobias † But here I am, running up the seventh floor.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: DON'T BE SCARED :: WHO ARE YOU ?-