Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En novembre 2018, le forum a SIX ANS.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez| .

Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité



MessageSujet: Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich Sam 9 Sep - 22:40

ft. Rebekah B. Fitzgerald

ft. Heinrich Werner

「 Don't they know
it's the end of the world 」



La chasse n'avait pas été bonne cette fois-ci. Heinrich parcourait la forêt dans le sens inverse de celui où il était venu, un frêle écureuil tapotant sa cuisse gauche au rythme de ses pas. A croire que les rôdeurs avaient dévorés tout ce qui restait des animaux, ou bien peut-être que les pauvres bêtes avaient fuis ce petit coin sauvage avant de finir dans l'estomac pourri d'un mort. Ca doit être ça, j'aurais fait pareil bordel. Finalement, il sortit de la forêt sans rencontrer âme qui vive, ou même un corps vidé de son âme. Il ouvrit le coffre de son pick-up qu'il ne verrouillait jamais et détacha l'écureuil de sa ceinture. Il lui jeta un bref coup d'oeil désintéressé et le jeta dans le coffre. L'animal mort allait rouler dans un coin où Heinrich l'oublierait sûrement.

Il considéra un instant son coffre, aussi vide que l'Antarctique. Il haussa les épaules. Il allait changer de coin de forêt, et jeter l'ancre un peu plus loin, peut-être qu'à quelques kilomètres au sud il aurait plus de chance. Il referma son coffre...

Iiiiii ! Iiiiii !

Heinrich dégaina instinctivement sa Mare's Leg en un éclair et visa son véhicule. Il resta un moment de marbre, regardant sa voiture immobile qui avait l'air de dire "hein, y s'passe quoi, bonhomme ?". Il arqua le sourcil et son arme baissa de quelques centimètres. L'alarme lui tambourinait dans les oreilles.

« C'est quoi ce foutoir ? »

L'alarme du véhicule ne marchait plus depuis longtemps. Tellement longtemps qu'Heinrich se demanda si cette voiture avait déjà eu une alarme. Il leva finalement le regard autour de lui. L'alarme était stridente, on aurait dit qu'un machiniste c'était pris pour l'ingénieur du son du dernier spectacle de ce soir et avait bien foiré son truc, Heinrich n'aurait pu entendre les grognements si un rôdeur approchait. Un coup de stress vint lui prendre le coeur. Il se précipita au volant de son véhicule et ferma la portière. Le son était déjà plus supportable à bord de la voiture. Il resta un moment immobile, son arme sur les genoux. Il ne réfléchit pas bien longtemps avant de mettre le contact et de se précipiter vers la source du bruit.

Réaction stupide, me direz-vous. Mais Heinrich était curieux, et surtout l'idée que ce soit quelqu'un en danger ne lui avait pas échappé. Il ne savait pas sur quoi ou qui il allait tomber, mais il devait le savoir. Plus il roulait et s'approchait du point d'origine, plus l'alarme lui agressait les oreilles. Jusqu'à ce qu'il tombe sur un parcelle épargnée par la forêt. Il leva le pied et examina son environnement. Sur sa droite, une longue piste d'atterrissage attendait qu'un avion pointe le bout de son nez. Une petit bâtiment miteux se dressait -la tour de contrôle- misérable sur le sol envahis par les mauvaises herbes. Tous les piliers portant les lumières étaient tombés au sol. Seul au milieu de se foutoir se dressait un pilier d'environ 5 mètres, portant un haut-parleur. Heinrich stoppa le véhicule au pied de celui-ci, à côté d'une vieille bécane rouillée. Il ne lui jeta aucun regard et descendit du véhicule, son arme fermement tenue entre ses mains. Il balaya rapidement les alentours, rien. Il leva les yeux, affichant une étrange grimace dû au torticolis qu'il était en train de se prendre ainsi qu'à la lutte d'essayer d'atténuer vainement le son strident de ce petit haut-parleur, dominant son monde.

« Dans la vengeance et en amour, la femme est plus barbare que l'homme... »

Il ne savait pourquoi il citait Friedrich Nietzsche à ce moment précis. Mais ce petit haut-parleur lui rappelait une femme. Il dominait tout, il annonçait les pires choses, chantait les plus belles chansons d'amour. C'était bien ça, il était plus barbare que les hommes, et même que les femmes dont il était question dans cette citation qu'il venait de ce faire à lui-même. Assommé par la dominance du haut-parleur, il baissa finalement yeux, sentant son sang tambouriner dans ses oreilles. Il n'entendait plus que ça, son sang, et cette foutue alarme. Il n'entendit pas qu'il n'était plus seul...


Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2017:
 

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
Tourne en rond dans une caravane pourris

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6896

× Points de vie : :
85

× Copyright : :
Schizophrenic (avatar) & anaphore (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich Dim 10 Sep - 0:44

Don't they know it's the end of the world


 
feat : Heinrich  & Rebekah

Elle était sortie de la villa, elle avait eu besoin d’air. Elle aimait être là-bas, mais parfois elle avait besoin de se retrouver seule. Seule avec elle-même, avec ses pensées et sa folie. Bien qu’elle en ait moins, elle avait toujours de temps en temps des hallucinations qui lui faisaient penser qu’elle était folle. Après tout quelle personne saine d’esprit voyait des choses qui n’existaient pas ? Enfin, es ce qu’elle avait était un jour saine d’esprit ? Elle en doutait fortement, elle savait que les traumatismes de sa jeunesse avait surement fait des ravage dans son esprit. Enfin, elle avait appris à vivre avec et puis au moins tout cela lui avait forgé un caractère tel qu’elle était une parfaite survivante. Elle n’avait peur de rien et  était prête a tout pour survivre.  Elle enjamba une grosse branche qui était tombé au sol, elle ne savait pas où elle allait, mais elle était bien décidé à y aller. Evidement elle était armée, prête à toute éventualité. Elle avait arme blanche en la personne de son fidèle couteau de survie, et arme a feu en la personne d’un   jolie colt, charger a bloc bien sur. Elle était prête a affronté survivant comme mort. Elle n’avait peur d’aucun des deux. Elle sursauta en entendant d’un coup un bruit assourdissant.  Elle plaqua ses mains sur ses oreilles alors que de nombreux oiseaux s’envolé apeuré a cause du bruit. «Merde c’est quoi ce bordel !» Jura t elle en regardant autour d’elle. Avec tout ce boucan les morts du coin aller tous rappliquer, et bien qu’elle n’en est pas peur, elle n’y tenait pas spécialement.   Elle prit son mal en patience et se mit à courir vers la source du bruit. Elle devait l’arrêter et vite, c’était insupportable. Et a ce rythme elle allait finir sourde.

Plus elle courait vers le nord, plus le bruit était intense et fort. C’était signe qu’elle s’approchait de la source de cette maudite alarme.  Elle trébucha plusieurs fois, tombait mais se relever toujours.  Elle était déterminée donc rien ne l’empêcherait de faire taire cette alarme insupportable.  Elle sortie rapidement de la forêt et tomba sur une espèce de vieux aérodrome en piteux état. Les adventices poussaient a foisons sur la piste d’atterrissage et  le bâtiment était quasiment en ruine. Mais elle n’avait pas le temps d’inspecter les lieux. Surtout qu’elle trouva rapidement la source du bruit. Elle escalada le grillage qui se tenait entre elle et l’aérodrome et s’approcha d’un pas decider de la tour de contrôle d’où était émit le bruit.  Elle arriva a la hauteur d’un homme qui observait l’enceinte qui hurlait ce bruit infernal comme si c’était quelque chose de merveilleux. La brune sortie son colt enleva la sécurité et tira deux coup dans cette machine infernal faisant taire le bruit a tout jamais, enfin de leurs coté. Puis elle tourna la tête vers l’inconnue et le regarda froidement. «Vous contiez pas écoutez le morceau en entier j’espère.» Dit-elle d’un ton froid et ironique. Elle ne savait pas qui était ce type, elle ne le connaissait pas. Mais comme d’habitude Rebekah était d’une amabilité folle.  En même temps quel crétin se contentait de regarder une chose aussi dangereuse qu’une enceinte hurlante au lieu de la faire taire. Il ne savait toujours pas que c’était le bruit qui attirait le plus les morts ou quoi ?

to follow...

fiche by mad shout.


_________________
The monster in my head

Survive forever
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich Dim 10 Sep - 13:16

ft. Rebekah B. Fitzgerald

ft. Heinrich Werner

「 Don't they know
it's the end of the world 」



Deux coups de feu. BLAM BLAM. Heinrich réussit à sursauter malgré le fait que ces oreilles étaient devenues habituées, bien malgré elles, aux bruits assourdissant. L'alarme se stoppa et Heinrich se contenta d'observer l'inconnue qui venait de pulvériser le pauvre haut-parleur. Finalement, il y avait plus dangereux que lui. Et c'est ici que cessa toute philosophie de la part d'Heinrich. La présence de l'inconnue l'ayant réveillé.

« Mhmm ? »

Il ne dit que ça, une question, mais sans paroles. Il était toujours sonné par l'alarme. Mais ce qui lui donnait encore plus le vertige à présent, c'était le silence de plomb qui c'était abattu après que la jeune femme ait mis le haut-parleur à terre. Le silence criblait les oreilles d'Heinrich comme de l'eau glacée. Il resta un moment interdit, à fixer la jeune femme. Sans rien prononcer. Puis il détourna son regard et soupira. Il était incapable de dire quoique ce soit, il sentait une migraine approcher. Aussi, il se dirigea vers son pick-up resté docilement quelques pas derrière lui et pris une barre chocolaté. Il ne regarda pas la date de péremption, il avait trouvé cette barre de puis très longtemps et devait vraiment manger quelque chose pour tenter de faire passer l'étourdissement et la possible future migraine. Il prit une deuxième barre et mais ne prit pas la peine de demander à la femme si elle en voulait, il lui jeta dans les mains. Ta générosité te perdra Heinrich.

« Pourquoi cette alarme s'est mise en marche d'après-vous ? »

Heinrich n'avait absolument pas fait attention si la jeune femme était hostile envers lui ou non. Et à vrai dire, à part si elle lui avait tiré une balle à lui aussi, il ne s'en rendrait pas compte avant un moment. Alors qu'il allait presque finir sa barre de chocolaté (le goût n'était pas trop mauvais, la date ne devait pas dépasser les quelques mois) il entendit un grognement derrière lui. Il se retourna rapidement et vit un rôdeur habillé en pilote, supposait-il. Les vêtements n'avaient rien à voir avec ce qu'il avait eu l'habitude de porter à l'armée. Le pilote-rôdeur avait juste l'air d'être un particulier. Le début de migraine ne passant pas, Heinrich eu -comme il lui arrivait un peu trop souvent dans les moments de forte adrénaline- une étrange vision en regardant ce rôdeur s'approcher doucement vers l'inconnue et lui. **Il lui faisait penser à un acteur, le visage un peu mélodramatique et pourtant agressif. Il aurait pu être bel homme dans une autre vie. Mais Heinrich ne réussissait pas à remettre le nom sur cet acteur. Tout ce qu'il savait, c'est qu'il l'ador... Ah, c'est ça, Michael Fassbender. Ja, c'est à lui que tu ressembles. Mais mes avis qu'il est bien en sécurité dans une villa isolé au milieu de l'océan. Aussi, s'étant rassuré sur l'identité peu probable du rôdeur, Heinrich brandit le restant de barre de chocolaté et se précipita vers Michael Fassbender et lui enfonça sa barre chocolaté dans l'oeil. Le mort-vivant était pourrit jusqu'à l'os et Heinrich réussit à enfoncer toute sa main dans l'orbite du malheureux. Une grimace habilla son visage puis il retira sa main, le corps définitivement mort s'effondrant à ses pieds.** Il jeta un oeil à sa main. Une bouillis s'éparpillait ici et là, mais surtout avait donné une petit goût périmé supplémentaire à la barre de chocolat. Heinrich fit une nouvelle grimace et jeta le restant de sa barre de chocolat, qui alla s'écraser sur la tête du pseudo-pilote-Fassbender. Finalement, l'Allemand se retourna vers l'inconnue qui venait d'assister à cette mise à mort un peu particulière et se dirigea vers son véhicule pour y prendre un chiffon et s'essuyer la main. Tout en faisant cela, il fit un hochement de tête en direction de l'inconnue.

« Y en a un autre qui approche. »


Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2017:
 

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
Tourne en rond dans une caravane pourris

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6896

× Points de vie : :
85

× Copyright : :
Schizophrenic (avatar) & anaphore (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich Dim 10 Sep - 21:00

Don't they know it's the end of the world


 
feat : Heinrich  & Rebekah

Elle n’en revenait pas que ce type était simplement en train de regarder cette enceinte infernal sans chercher à la faire taire. Il cherchait peut-être à mourir. Enfin, elle avait mit fin a ce bruit de l’enfer en tirant deux coup dedans.  Elle s’entendait mieux réfléchir comme ca.   Elle ne fit même pas attention a la réponse, qui n’en était même pas une en faite, de celui qu’elle avait aborder avec beaucoup de sarcasme. Le pauvre, il n’avait rien demandait et se retrouver en compagnie de Rebekah. Pas la compagnie la plus sympa du monde. Même si la brune aux yeux  verts savait se montrer sympa, presque même adorable, elle était presque tout le temps la pire des garces.  L’homme allait surement bien vite le remarquer. Elle se dit qu’elle allait partir alors que l’homme était en train de prendre elle ne sait quoi dans sa voiture, quand elle vit qu’il lui jeta quelque chose. Par reflexe elle l’attrapa et fronça les sourcils en regardant ce qu’elle avait attrapé.  Elle fut un peu surprise de découvrir une barre de chocolat. Pas périmé depuis longtemps en plus.  Pourquoi il lui en offrait une alors qu’elle venait de ne pas être sympa avec lui ? La générosité était vraiment quelque chose qui la dépasser. Si ça avait était elle, il aurait put se gratter pour en avoir une, même en lui demandant gentiment. Elle n’avait pas vraiment faim pour l’instant, elle mit donc la barre de chocolat dans la poche arrière de son jean.   «Merci» Dit-elle simplement en le regardant. C’était de la pure politesse, la belle brune connaissaient après tout très bien la politesse et les bonnes manières, elle avait apprit tout cela dans son enfance et mine de rien cela lui était bien resté.

Un rôdeur arriva, surement qu’il avait était attiré par le bruit, et vue sa tenue il était surement mort ici.  La brune allait sortir son pistolet pour le tuer, mais l’homme la devança.  Elle assista a toute la scène, et si elle se pensait vacciner contre a peut prêt toutes les visions, elle n’était pas prête a voir celle là. Elle eu une grimace de dégout en voyant que l’homme tuait le mort qui marche en lui enfonçant le reste de sa barre de chocolat dans l’œil. La brune crut qu’elle allait vomir ensuite, quand il sortie sa main pleine de bouillit de cervelle. L’état de la barre de chocolat la conforta encore plus dans le fait qu’elle n’avait pas faim. «Alors ça, c’était vraiment dégueulasse !» Dit-elle à l’homme. Elle se tourna a ses paroles et vit en effet qu’un rodeur venait dans sa direction. Elle regarda autour d’elle a la recherche d’une issue de secours ou de quelque chose pour le tuer. Elle ne voulait pas faire plus de bruit que l’enceinte n’en avait déjà fait. Donc elle préférait éviter de tiré. Elle aurait aimé un tracteur ou un truc comme ça, pour faire comme Lauren Cohan dans The Walking Dead, quand elle avait roulé sur des rodeurs pour roulé ensuite sur une voiture piéger.  Enfin elle n’avait pas cela sur la main. Elle repoussa le rodeur quand il fut vers elle, et sans vraiment réfléchir, elle fit tomber la vieille bécane rouillée sur le crâne du rodeur qui était en train de se relever. Elle regarda ensuite son œuvre et  regarda ensuite l’homme.  Il s’était essuyé les mains. Elle s’approcha d’un pas assuré   «Je pense qu’on devrait pas trop trainer dans le coin.» Dit elle simplement, rapport a l’alarme qui en avait surement attiré plus que deux.



to follow...

fiche by mad shout.


_________________
The monster in my head

Survive forever
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich Lun 11 Sep - 0:17

ft. Rebekah B. Fitzgerald

ft. Heinrich Werner

「 Don't they know
it's the end of the world 」



Il est vrai que la mise à mort de ce rôdeur avait été vraiment dégueulasse en y repensant. Heinrich hocha les épaules, approuvant les paroles de l'inconnue. Et puis il décida d'observer comment elle allait se débrouiller face au second mort qui arrivait. C'était une façon pour lui de jauger un peu ce que valait cette inconnue. Si Heinrich avait oublier comment juger les gens, il n'en savait pas moins les juger sur leur capacité à survivre en territoire hostile. La jeune femme repoussa le zombie et la vieille bécane, qu'Heinrich avait à peine aperçu auparavant, bascula à sa suite et vint lui écraser le crâne. Une vraie charpie. Heinrich haussa les sourcils et se sentit d'humeur blagueuse. Ca lui arrivait parfois.

« C'était dégueulasse aussi. »

Néanmoins, il marqua une pause et réfléchit à la façon dont il avait tué son rôdeur juste avant. Il est vrai que niveau dégueulassitude, il devait être le champion du jour. Il fit une moue de dégoût, comme s'il se rendait tout juste compte de ce qu'il avait fait avant, et passa à autre chose lorsque l'inconnue lui proposa de filer loin d'ici.

« Comment vous vous appelez avant ? » Droit au but, toujours. Avant que la jeune femme puisse répondre, il regarda autour d'eux. Aucun autre rôdeur n'approchait. Mais la forêt étant à quelques centaines de mètres à peine, une horde pouvait surgir sans crier gare. Aussi, poursuivit-il.  « C'est trop calme... j'aime pas trop beaucoup ça... J'préfère quand c'est un peu trop plus moins calme... »

Il lança un regard à l'inconnue et haucha la tête. Ils feraient, en effet, mieux de vite filer. Il étudia une fois de plus l'environnement autour d'eux. Il cherchait un véhicule ou même un cheval, mais la jeune femme avec lui était visiblement venue à pied. Il pensa un instant à lui proposer de prendre sa voiture. Mais il ne lui fallu pas longtemps pour franchir le pas.

« On ferait mieux de prendre mon véhicule, je ne le laisserais pas ici et vous êtes venue à pied de toute évidence. Je peux vous ramener d'où vous venez, ou bien on peut faire un bout de chemin ensemble, si vous venez de nul part. Ou si vous voulez chasser... »

Il n'attendit pas vraiment qu'elle réponde et se tourna vers son pick-up dans l'optique de monter dedans **mais son pied se posa sur un bout d'emballage (pas le siens ! même en plein apocalypse, Heinrich se refusait à jeter ses détritus comme un mal-propre) et il glissa. Il se rattrapa comme il pu à la porte de son véhicule mais, en plein grand écart, ne pu retenir sa chute. Il tenta néanmoins de se rattraper mais s'emmêla les pieds et tomba la tête la première, les fesses en l'air et les jambes en sac de noeud sur le bitume.** Il poussa un grognement las et se redressa tant bien que mal pour s'asseoir et remettre ses idées en place. Il n'osa regarder la jeune femme, légèrement mort de honte. Il se mit à débiter n'importe quoi pour tenter de faire oublier sa chute à la jeune femme.

« Vous savez, moi je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd'hui avec vous, je dirais que c'est d'abord des rencontres. Des gens qui m'ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j'étais seul chez moi. Et c'est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée... Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l'interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n'est pas mon cas, comme je disais là, puisque moi au contraire, j'ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie... je ne suis qu'amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd'hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c'est ce goût de l'amour ce goût donc qui m'a poussé aujourd'hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain qui sait ? Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi... »


Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2017:
 

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
Tourne en rond dans une caravane pourris

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6896

× Points de vie : :
85

× Copyright : :
Schizophrenic (avatar) & anaphore (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich Dim 17 Sep - 11:58

Don't they know it's the end of the world


 
feat : Heinrich  & Rebekah

Elle le regarda l’air de dire qu’elle n’avait pas envie de rire quand il lui fit la blague de dire que ca façon de tuer le rodeur aussi était dégueulasse. Ca ne l’était pas tant que cela en plus…Enfin elle avait juste de la cervelle du sang et même un bout de peau sur les chaussures et le bas de son pantalon mais bon ce n’était qu’un détail.  Elle enjamba le corps et proposa de se barrer d’ici et vite. Elle ne tenait pas vraiment à rester dans le coin, surement que beaucoup de rôdeurs étaient en route vers le bruit même si ce bruit n’était plus. Et puis vue qu’ils étaient aussi attirés par l’odeur, ils sentiraient vite l’odeur de l’homme et la sienne a elle.   Elle posa ses grands yeux verts sur l’homme quand il lui demanda comment elle s’appelait. Qu’es ce que cela pouvait lui foutre son prénom ? Elle n’avait pas vraiment envie de lui dire… Elle réfléchi une seconde. Elle se disait qu’elle pourrait lui donner un faux nom. Oh et puis a quoi bon, avec un peu de chance elle ne le reverrait pas de si tôt une fois qu’ils se seraient séparé.   «Rebekah. Mes amis m’appellent Reb… Mais comme on n’est pas ami faudra m’appeler Rebekah.» Dit-elle d’un ton plutôt sec. «Et vous ?» Fit-elle avec un mouvement de menton le désignant. Une fois les présentations faites, il  dit quelque chose qu’elle trouvait aussi.  C’était calme, même beaucoup trop calme. Mais elle ne dit rien, elle n’avait rien à répondre. Elle n’aimait pas cela non plus, mais inutile de le précisé.

Il proposa de prendre sa voiture. Même de la ramener d’où elle venait. Comme si elle allait lui donner la position de  la villa. Non mais il rêvait celui là. Elle ne le connaissait pas, alors pas question qu’elle risque la vie des rares personne a qui elle tenait. Elle le regarda un instant d’un air toujours aussi froid. Il l’avait comprit elle était froide et un peu hautaine, mais bon, il ne semblait pas spécialement déranger par cela. «On va faire un bout de chemin.» Répondit-elle en commençant tout comme lui a marché vers le pick up. Elle fut donc en première loge pour le voir tomber.   Elle mit une main devant sa bouche pour éviter de lui montrait qu’elle souriait amuser devant ce spectacle. Elle ravala ensuite son envie de rire et se remit à marcher. Mais elle glissa  tout aussi lamentablement sur le même papier que l’homme et tomba sur les fesses.  Un beau retour de karma, mais cette fois elle n’eu pas du tout envie de rire. Elle venait d’en prendre un coup dans sa dignité. Elle le regarda quand il parla, trouvant que ca n’avait pas vraiment de sens ce qu’il racontait là.  Elle se releva épousseta ses vêtement, oubliant le fait qu’elle venait d’écraser sa barre de chocolat, et monta dans le pick up, après l’avoir discrètement enlevé de sa poche et mit dans une autre.  Elle regarda ensuite l’homme toujours pas dans le véhicule. «Tu n’avance pas dis donc Canabis.» Qu’elle lui lança avant de regardait a nouveau droit devant elle. Elle allait avoir besoin d’un moment pour que sa dignité se remette de la chute.

to follow...

fiche by mad shout.


_________________
The monster in my head

Survive forever
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
avatar

And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2017:
 

× A propos du vaccin : :
Avec ou sans, on va tous y rester de toute manière...

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Localisation (+ avec qui) :
Tourne en rond dans une caravane pourris

× Avant, j'étais : :
Officiellement Détective privée, officieusement mercenaire & arnaqueuse. Aujourd'hui survivante peu recommandable.

× Messages : :
6896

× Points de vie : :
85

× Copyright : :
Schizophrenic (avatar) & anaphore (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon



Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich Mer 8 Aoû - 18:32

Sujet abandonner

_________________
The monster in my head

Survive forever
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich

Revenir en haut Aller en bas

Don't they know it's the end of the world - Reb/Heinrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS NON FINIS-