The Plane of Chaos | Libre
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum optimisé pour Google Chrome.
En novembre 2018, le forum a SIX ANS.
ON VOUS AIME TEEEELLEMENT !! coeurrose lele Si vous nous aimez aussi, pourquoi ne pas nous le dire sur bazzart et sur PRD ? Et pourquoi ne pas voter sur T.I Top et Obsession ? (Ouais on vous achète et alors ? /PAAN/)

Partagez

The Plane of Chaos | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

Rebekah Fitz-Williamson
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pghybiU6tY1v98dkdo3_r1_400
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7707

× Points de vie : :
276

× Copyright : :
Lux aeterna (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeDim 6 Mai - 6:31


The plane of chaos

D’un geste vif et rapide elle montra son passe port, enfin de ses passe port a l’agent prévue pour cela a la porte d’embarcation. Pour une fois elle voyageait sous son vrai prénom. C’était un peu risquer mais tant pis, elle n’avait rien a craindre, le FBI, la police, tout le monde pouvait bien la rechercher personne n’avait aucune preuve quelconque contre elle. Merci les multiples identités.  Elle pensé souvent a brulé tout les papiers qu’elle avait sous sa vrai identité, a faire mourir Rebekah Bella Fitzgerald, mais elle n’arrivait jamais a s’y résigner, c’était facile d’y penser mais plus difficile  de le faire. Elle tenait surement encore un peu a la personne qu’elle était, la vrai elle.  Elle rangea le petit carnet dans son sac et adressa un sourire forcé a l’agent qui lui souhaita un bon voyage. Ouais, il avait intérêt a être bon, elle voulait profité de ce voyage un peu long pour dormir, elle manquait encore une fois cruellement de sommeil. Enfin elle était presque sur qu’elle ne pourrait encore une fois pas dormir. Depuis qu’elle pouvait dormir quand il y avait beaucoup de monde autour d’elle ? Même quand elle était dans un calme le plus absolu possible elle se réveillait en sursaut toute les heures. Enfin c’était bien beau de rêver un peu, même quand on était une Fitzgerald. D’un pas assuré, et plein de grâce et fierté elle entra dans le couloir qui mener a l’avion. Elle avait hâte de se poser et de ne plus avoir a parler ou sourire aux gens. Quoi personne ne savait encore qu’elle n’aimait rien ni personne. Malgré son air d’ange elle était en réalité un vrai démon. La haine et la rage coulait dans ses veines et machiavélique était un mot inventé pour elle.

Une fois dans l’avion, elle se dirigea vers le siège qui lui avait était assigné, elle avait retenue le numéro, elle ne voulait pas avoir a sortir encore une fois son billet pour le regarder. Elle s’installa donc au 25B, coté hublot. Elle avait horreur d’être coté couloir, même si c’était plus pratique pour se lever et se déplacer, elle n’aimait pas. Les gens qui passait risquer de la frôler, ou lui mettre un coup sans le faire exprès et il  ne faudrait pas que tout le monde voit a quel point elle pouvait être une connasse. Car s’en était une, et une bien belle même. Elle le savait et l’assumé pleinement, au moins personne ne lui marcher dessus, c’était elle qui marchait sur les autres et avec des talons aiguille en plus. Comme ceux qu’elle avait là.  Elle s’installa tranquillement et mit son bandeau sur les yeux pour être tranquille. Elle ne prêta même pas attention a la personne qui venait s’installer a coté d’elle, elle ne savait pas si c’était un homme ou une femme et en faite, elle en avait surtout rien a faire. Elle voulait juste dormir. Et comme elle avait son bandeau sur les yeux cela montré a la personne a coté d’elle qu’elle ne souhaiter pas être dérangeait. L’avion  avait décollé depuis quelques minutes déjà, elle commençait  a trouver le sommeil quand un enfant commença a pleure. Elle serra un peu les dents et se dit qu’il allait finir par s’endormir, qu’elle ne devait pas tout de suite sortir les griffe et encore moins tuer le bambin.  Sauf qu’il ne semblait pas vouloir se taire, au contraire elle avait l’impression qu’il pleurer de plus en plus fort, ou alors c’était a cause du bruit que tout le monde faisait autour. Elle grogna et enleva son bandeau de sur ses yeux d’un geste plein de rage, découvrant totalement son visage a la personne a coté d’elle. «  Ils vont jamais la fermer ou quoi ? » Lâcha t elle un brin rageur a l’adresse de son voisin de siège.  

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

SUPER MEMBRE
Salomé Olsen

Salomé Olsen
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

× Âge du perso : :
24 ans

× Caravane + colocataires : :
9C - Valentina M. Gomez

× Poste assigné : :
Jardinière

× Effets du vaccin : :
Aucun, car non vaccinée

× Messages : :
1019

× Points de vie : :
177

× Copyright : :
Avatar (dracarys.) | Signature ()

× Avatar : :
Alycia Debnam-Carey

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SneakySkunk




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeLun 14 Mai - 0:10

The plane of chaos
When everything seems to be going against you, remember that the airplane takes off against the wind, not with it.
Salomé avait toujours apprécié voyager, mais elle n'avait jamais apprécié les avions. Les raisons pouvaient être nombreuses ; les gens étaient peu respectueux de l'espace vital des autres ; l'avion en lui-même engendrait de la pollution ; les escales étaient parfois plus longues que le voyage en lui-même. La liste aurait pu s'éterniser indéfiniment. Du moins, aussi longtemps qu'était présente sa peur de monter à bord. En général, elle pouvait s'asseoir aux côtés de son frère et de sa mère, mais cette-fois la petite famille s'était procurée les billets avec un peu de retard. Salomé s'était retrouvée séparée du reste de la famille. Elle avait même la curieuse impression de ne pas les avoir vus monter. L'incertitude a rapidement été chassée par le boucan engendré dans l'avion. Les gens étaient entassés comme des sardines. Impossible de respirer. Impossible de s'entendre penser.

La jeune Olsen ne comprend pas pourquoi, mais les enfants semblent très turbulents aujourd'hui, comme impatients de partir en voyage / ou de revenir à la maison. Dans tous les cas, les parents ne font rien pour empêcher les enfants de hurler. Salomé aurait préféré que sa mère soit assise non loin d'elle. Cette dernière aurait été capable de se montrer compatissante et d'aider n'importe laquelle des familles avec son enfant. Salomé voudrait bien se lever, prendre l'initiative d'aider la dame avec son bambin, mais saurait-elle comment s'y prendre? L'avion vient à peine de prendre de l'altitude, alors autant créer de bons liens avec les autres passagers. Le voyage sera interminable sinon. Trois heures d'avion qui prévoient être déjantées. Salomé ne pourra pas se reposer avec toute cette négativité dans l'air, sans oublier le fait qu'elle soit déjà épuisée de son voyage. Elle veut seulement rentrer à la maison sans craindre de prendre l'avion. Et puis, Salomé préfère certainement l'enfant à la femme grincheuse assise à côté d'elle.  

Alors sans savoir si elle était autorisée à se lever, Salomé s'est glissée en catimini jusqu'à la dame qui était incapable d'endormir son gamin. Gentiment, la brune se propose pour lui dégager les bras afin de pouvoir relaxer et mieux reprendre le contrôle des pleurs de son enfant. La proposition se voulait généreuse et conviviale, mais aussitôt la dame s'est braquée :

- Non... je vous rassure. Je ne voulais pas... quoi? Non, je ne voulais pas me montrer condescendante. Je voulais simplement aider.  

La dame est outrée et refuse catégoriquement l'aide de Salomé. Va-t-elle laisser l'enfant pleurer seulement pour énerver les autres passagers?

En redressant la tête, les yeux de Salomé croisent ceux d'une hôtesse de l'air plutôt suspicieuse. Elle ordonne silencieusement à la plus jeune de retourner à son siège. Pourquoi les passagers sont-ils tous à ce point désobligeants? Puis, comme si ce n'était pas assez, un type dont le gras coule de son - de ses sièges - marmonne quelque chose qu'on peine à comprendre, comme si sa langue se noyait dans sa gorge chaque fois qu'une syllabe tentait de s'exprimer. Les propos tenus ne sont pas essentiels. Il râle, voilà tout.

De retour à sa place, elle renverse malencontreusement les effets de son sac à main aux pieds de sa voisine. Voilà qui risque de ne pas apaiser ses tourments.


SIXE, 2018


_________________

Salomé Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

Rebekah Fitz-Williamson
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pghybiU6tY1v98dkdo3_r1_400
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7707

× Points de vie : :
276

× Copyright : :
Lux aeterna (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeDim 27 Mai - 13:12


The plane of chaos

Elle n’avait même pas prêter attention a la jeune femme qui s’était installer a coté d’elle. Une gamine toute jeune qui allait avoir le déplaisir de rencontrer Rebekah dans peu de temps.  La brune avait juste envie de se reposer, elle dormait déjà peu  a  cause de tout ce qui la hanter et la hanterait surement toujours, alors quand elle prenait l’avion elle essayait toujours de dormir. Un masque sur les yeux et des bouchons d’oreille, toujours, c’était sa panoplie pour prendre l’avion. Et bien sur il avait fallut qu’aujourd’hui elle n’ai pas de bouchon d’oreille. Et qu’un gamin ai mal aux oreilles pendant le trajet. Les enfants avait mal aux oreilles quand ils prenaient l’avion, c’était connue, tout le monde le savait, ca leurs bouchait les oreilles et ils n’arrivait pas a les déboucher tout seuls, ils avaient mal et exprimé la douleurs en hurlant, comme tout enfant normalement constituer. Rebekah le savait parfaitement, elle avait beau « ne pas aimer les enfants » comme elle le disait si souvent, elle le savait. Mais normalement elle ne les entendait pas, parce qu’elle aussi avait les oreilles boucher, mais par des bouchons d’oreille qu’elle avait elle-même mit.  Et tout cela s’ajouter au fait qu’elle était en classe éco, pas en première comme d’habitude, parce qu’elle avait prit cet avion a la dernière minute et donc il n’y avait plus de place en première classe. Elle devait faire tache au milieux du petit peuple, dans son tailleurs de haute couture, percher sur ses LouBoutin et avec son air plus que hautain.  Elle en imposer au milieu de tout ces gens lambda, le commun des mortel… Mais elle aussi était une mortelle, elle aussi était une personne comme une autre. Elle aimait se dire que non, elle était au dessus de tout le monde, au dessus des loi, au dessus de  tout. Dans le fond c’était juste pour mieux oublier a quel point elle était plus en dessous qu’au dessus de tout le monde. Elle avait le charisme, elle avait le leadership, elle avait tous ceux pour quoi elle avait était élever, mais elle avait aussi et surtout une souillure pour toujours, des démons constamment sur ses épaules, une consciences défoncer, une âme brisé, et un cœur de pierre.

Elle avait essayer de faire des efforts, autant qu’il lui était possible de le faire –donc autant dire très peu- mais sa patience avait des limites et là elles étaient atteinte ! Elle râla donc, mais dans le fond râler elle le faisait toujours, c’était une vrai râleuse, Conrad le lui disait souvent même. Elle ne comptait plus le nombre de fois où il l’avait qualifié de « Chieuse » ou « Râleuse »  et en réalité, elle le savait et elle s’en fichait. Elle ne prêta toujours qu’a peine attention a la jeune femme a coté d’elle qui s’était lever pour aller essayer d’aider la mère de l’enfant. Une mère visiblement dépasser par les événements mais qui refuser catégoriquement de l’aider. C’est donc la queue entre les jambes que la jeune brune revint s’installer sur le siège a côté de la fille de mafieux. Un homme qui prenait deux siège et arrivait encore a dépasser des sièges ce mit a râler. La brune aux yeux vert le toisa et eu presque envie de lui dire qu’avant de donner des leçon d’éducation  a la mère de l’enfant, il devrait penser a s’occuper de lui et son poids qui plus ai. Mais depuis quand Rebekah défendait les gens ? Depuis quand elle entrer dans les conflits pour défendre la veuve et l’orphelin ? Décidément le manque de sommeil lui tapait encore plus sur la tête qu’elle ne l’aurait crut.  Elle entendit quelque chose rouler a ses pieds et par reflexe elle mit la pointe de son escarpin a la semelle rouge sur le tube de labelo qui roulait a ses pieds pour l’arrêter.  Elle posa les yeux sur le tube, puis remonta son regard sur la brune a coté d’elle. Ses grands yeux vert surement un peu froid, des vrais yeux de vipère, il ne lui manquait plus que sa pupille soit un simple trait, se posèrent sur la jeune femme et la toisa un instant. Elle devait surement sembler detestable, en faite, elle l’était si on ne la connaissait pas. Et même parfois quand on a connaissait. « Un conseil, en avion faut laisser son sac a main fermer, c’est plus prudent surtout dans cette classe, les  voleurs son nombreux par ici. » Dit elle d’un ton froid et neutre. Comme si elle ne ressentait rien.  Comme un robot, quelqu’un qui agit sans pensé, sans ressentir. Elle avait tout l’air de quelqu’un qui ne ressentait rien, parce qu’elle se donnait cet air, parce qu’elle faisait tout pour ne rien ressentir.  

You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

SUPER MEMBRE
Salomé Olsen

Salomé Olsen
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

× Âge du perso : :
24 ans

× Caravane + colocataires : :
9C - Valentina M. Gomez

× Poste assigné : :
Jardinière

× Effets du vaccin : :
Aucun, car non vaccinée

× Messages : :
1019

× Points de vie : :
177

× Copyright : :
Avatar (dracarys.) | Signature ()

× Avatar : :
Alycia Debnam-Carey

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SneakySkunk




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeMer 27 Juin - 15:05

The plane of chaos
When everything seems to be going against you, remember that the airplane takes off against the wind, not with it.
Salomé est inconfortable. Elle n’imaginait pas que ce voyage serait aussi éprouvant. Elle trouvait la mère désagréable, trouvait l’hôtesse de l’air incommodante, trouvait les passagers arrogants, mais cette femme vient ajouter une couche de prétention au-dessus de l'antipathie qu’elle commence à ressentir. Et pourtant, Salomé est une personne qui aime ouvrir son coeur, malgré son empressement et son manque de réflexion. Les gens de cet avion sont réellement insupportables.

- Il était fermé, dit-elle, laissant presque sous-entendre que la femme a volontairement fouillé dans son sac à main.

Salomé laisse en suspens sa réflexion, puis s’accroupit pour rassembler ses effets personnels, dont le lipstick. Après tout, la dame elle-même prétend que l’avion est l’hôte de « voleurs. » Peut-être que Salomé est assise à côté d’une voleuse. Comment en être sûre? Elle ne sait toujours pas comment elle va survivre à ce voyage - déjà interminable. Elle s’apprête à attraper son portable, mais une légère inclinaison de l’avion pousse ce dernier à glisser vers l’avant. Elle ne parvient pas à l’attraper avant qu’il n’aille trop loin. C’est bien sa veine! En se redressant, elle voit où le portable s’est dirigé.

L’homme, confortablement installé sur ses multiples sièges, s’empiffre de nourriture. Salomé l’attend littéralement lapper chaque bouchée dans un soupir gras de satisfaction. Comment une personne peut-elle aussi peu respectueuse de son propre corps? Cet homme se fiche de l’image qu’il projette, se fiche des bruits qu’il fait, se fiche de déranger les autres. Salomé ressent le besoin de déglutir chaque fois qu’elle l’entend mâcher, comme si elle craignait de s’étouffer à sa place. Personne ne serait capable de lui faire une manoeuvre si jamais un morceau de chip ou de chocolat passait dans le mauvais trou ; il est mal positionné, il est trop gras. Elle tente de l’ignorer au mieux de ses capacités. De toute manière, les bruits de l’avion sont nombreux, quelque chose finira bientôt par attirer son attention.

Elle récupérera son portable plus tard. Dans l’immédiat, elle doit survivre à la femme assise à côté d’elle, élégante dans son tailleur. Une femme d’affaire? En voilà une qui se permettra de faire des remarques sur tout : comme le sac-à-main. Les femmes qui possèdent une haute assurance pensent souvent tout savoir. Et bien sûr, Salomé émet des préjugés sans réellement connaître cette femme. Et à cause de ces quelques préjugés infondés, Salomé fouille discrètement dans son propre sac-à-main afin de vérifier s’il ne manque rien hormis le portable qui s’est enfui.

Salomé est tellement concentrée sur sa petite vie normale, qu’elle n’est point consciente du vrai chaos qui l’attend, là, dans cet avion. Les passagers sont nombreux, certains plus dangereux que d’autres. Parce que souvent, la mort frappe sans prévenir.

SIXE, 2018


_________________

Salomé Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

Rebekah Fitz-Williamson
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pghybiU6tY1v98dkdo3_r1_400
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7707

× Points de vie : :
276

× Copyright : :
Lux aeterna (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeDim 15 Juil - 6:02


The plane of chaos

C’était pour ce genre de chose qu’elle préféré la premier a la classe éco. Parce qu’au moins en première c’était toujours calme, toujours silencieux, pas de gamin qui braille comme un cochon qu’on égorge, pas de vieille qui radote, pas de gamine qui est pas capable de tenir son sac fermer, pas de gros lard qui mange en faisant un paquet de bruit pire qu’un porc.  Et puis au moins en première il y avait de l’alcool… Et les siège était bien plus grand et confortable. C’était décidément la dernière fois qu’elle prenait un avion a l’arrache comme ça. En faite, elle ne savait pas que la mort aller frapper d’ici peu et que ce serait surement la dernière fois qu’elle prenait l’avion tout simplement. Car la grande faucheuse était là, tapis dans le noir, observant ses futur victime, prêt a frapper au moment opportun.  Elle tourna les yeux d’un air un peu désintéresser a la brune qui avait fait tomber son sac a ses pieds. Es ce qu’elle était en train d’insinuer que c’était elle qui avait fouiller dans son sac ? Quelle bonne blague, pourquoi Rebekah Fitzgerald, fouillerais dans le sac d’une pauvre gamine qui a surement pas un rond sur son compte. Les gens vraiment, ils ne se prenait pas pour n’importe qui. Certes il était arriver a Rebekah de voler, mais c’était des vole de haute catégorie, bien organiser et qui a une importance. Pas un vulgaire vole d’elle ne sais quoi dans un pauvre petit sac a main. Et puis, le vol c’était pas vraiment son truc, elle, elle était plus dans le meurtre ou l’espionnage. Mais bien sur la jolie  brune qui était a   côté d’elle ne le savait pas, et ne le saurait jamais. C’était mieux ainsi. Et puis, on pouvait aisément pensait qu’elle n’était qu’une simple femme d’affaire, un peu hautaine et qui attirait l’antipathie des gens. Mais elle, ca lui allait, de toute façon elle ne voulait pas de la sympathie ou l’empathie des gens, elle les trouvait tous trop pathétique et normaux. «  Et bien, visiblement il ne l’es plus. » Répondit-elle simplement et froidement. Toute la froideur qu’elle dégageait pouvait surement  refroidir tout l’avion d’un coup.

Le voyage promettait d’être long, très long.  Elle avait hâte que ca se finisse, et il fallait que ca se finisse vite , car elle allait pas tarder a avoir des envies de meurtre.  Elle ferma a nouveau les yeux, cherchant a nouveau a s’endormir… Vainement bien sur, avec tout le bruit ambiant,  c’était tout bonnement impossible. Elle soupira en rouvrant ses grand yeux vert et regarda autour d’elle. Non, vraiment elle n’en pouvait plus des bruits de mastication, déglutition et d’aspiration de ce gros porc. Elle jeta un coup d’œil a la jeune femme a côté d’elle, la pauvre était toute verte de dégout, comme surement plus d’un dans cet avion de malheur. Elle se leva et alla voir l’homme qui mangeait. De prés c’était encore plus répugnant. Elle le  toucha du bout de son pied pour qu’il  fasse attention a elle et croisa les bras. L’homme tourna sa grasse tête vers elle «  Quoi ! » Qu’il lui aboya. En plus d’être gros et répugnant il était odieux, il n’avait vraiment rien pour lui cet homme. «  Et si vous essayiez de manger un peu plus discrètement… Ou vous arrêtiez tout simplement de manger ? Ce serait des vacances pour nous et ca vous ferait pas vraiment de mal. » Elle le vit froncer les sourcils, quoi jamais personne ne lui avait dit ce genre de chose ? Elle avait prévue de lui dire plus gentiment a la base, mais vue comme il lui avait aboyer dessus il pouvait toujours courir – ca lui ferait pas de mal ca non plus- pour qu’elle soit sympa. « Mais elle veux quoi la p’tite dame ? Elle  a un problème. » Elle grinça un peu des dents et se pencha pour poser les mains sur les accoudoirs de chaque coté de ses deux siège – un exercice plus dur qu’on ne le pense tant il était large. «  Alors écoutez moi bien mon gros, vous arrêter de manger ou vous faites moins de bruits sinon… » Elle approcha ses lèvres de l’oreille de l’homme et lui chuchota quelque chose. Quelque chose qui fit pâlir l’homme et  lâcher sa nourriture. Elle se redressa ensuite lui adressa un petit sourire et retourna a sa place.

Avec tout cela, dans le fond de l’avion, au plus prêt de la queue, un homme âge venait de faire un infarctus.  Même sa femme qui dormait ne s’était rendu compte de rien. Il était mort en silence et pourtant pas seul. Il était mort discrètement, comme il avait vécut en somme. Et il commençait déjà a se réveiller. Il allait apporter la mort et encore plus de chaos dans cet avion où il y avait déjà un climat de tentions et d’intolérance.   Tic, tac, l’heure approche, la mort va frapper et personne ne s’en ai encore rendu compte.  



You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

SUPER MEMBRE
Salomé Olsen

Salomé Olsen
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

× Âge du perso : :
24 ans

× Caravane + colocataires : :
9C - Valentina M. Gomez

× Poste assigné : :
Jardinière

× Effets du vaccin : :
Aucun, car non vaccinée

× Messages : :
1019

× Points de vie : :
177

× Copyright : :
Avatar (dracarys.) | Signature ()

× Avatar : :
Alycia Debnam-Carey

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SneakySkunk




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeMer 31 Oct - 11:56

The plane of chaos
When everything seems to be going against you, remember that the airplane takes off against the wind, not with it.
Sans gêne, la dame se faufile devant Salomé pour se glisser dans l’allée. Salomé observe sa démarche élégante et sophistiquée tandis qu’elle parade jusqu’à l’homme obèse. Cette femme, malgré son caractère désagréable, est plutôt séduisante. Nul besoin de retirer des vêtements pour se mettre en valeur ; cette femme se met naturellement en valeur par sa confiance en soi. La femme murmure des mots inaudibles pour les curieux. En quelques secondes, le bruit infernal de la mastication n’est plus qu’un souvenir. Une fois qu’elle est revenue, Salomé ose demander :

- Qu’avez-vous demandé pour qu’il s'aplatisse dans son siège?

Le terme aplatir, dans cette question, est plutôt métaphorique.

Un passager se lève, va s'adresser aux employés. Cette personne, plutôt que de retourner à son siège, s'enferme dans les toilettes. Au début, la jeune Olsen n'y porte pas trop attention, jusqu'à ce que les employés commencent à se rendre à l'arrière de l'avion à répétition.

Salomé ne voit pas immédiatement ces employés qui circulent entre les sièges. Ils vaquent à leurs occupations plutôt rapidement. En réalité, il se trame quelque chose dont personne n'a réellement conscience. La seule personne qui comprend la situation est celle qui a prévenu une agente de bord, qui s'est enfermée dans les toilettes, lorsqu'elle a compris que son voisin de siège ne se réveillait plus. La femme de l'homme " endormi " dort elle aussi.

Salomé s'adresse à sa voisine
. Elle aimerait comprendre ce qui se passe, et cette dernière peut peut-être spéculer avec elle. Pourtant, Salomé sait que sa voisine n'a pas du tout assisté à la scène. Qu'est-il arrivé à l'homme? Des murmures s'élèvent autour d'elles. Les curieux redressent le cou, les autres dorment à poing fermé. Chaque chuchotement possède une vérité et un mensonge. Les gens sont curieux de nature, ils observent et commentent comme si cela pouvait leur apporter quelque chose. Salomé s'incline légèrement dans le petit couloir, ainsi peut-être verra-t-elle quelque chose. Les employés semblent inquiets. Cette inquiétude se transmet involontairement sur les passagers. Tout le monde attend avec intérêt un message de la part du pilote ou d'une hôtesse de l'air. Avoueront-ils ce qui se passe?

À nouveau, Salomé s'adresse à sa voisine ; cette fois, à titre plus informatif. Elle demande avec tout l'innocence du monde :

- Que feront-ils de l'homme s'il est mort? Devons-nous poursuivre le voyage avec lui à bord?

La brune parle énormément lorsque sa nervosité est palpable. Cette question, elle aurait pu la poser à sa mère si elle avait su avec exactitude où elle est assise. Mais ce n'est pas le cas. De ce fait, elle doit s'adresser à une inconnue pour mieux comprendre la situation. La question doit sembler stupide aux yeux de la femme ; les deux femmes ne semblent pas posséder une personnalité compatible.


SIXE, 2018


_________________

Salomé Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

Rebekah Fitz-Williamson
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pghybiU6tY1v98dkdo3_r1_400
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7707

× Points de vie : :
276

× Copyright : :
Lux aeterna (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeDim 2 Déc - 3:37


The plane of chaos

Voila, elle avait fait taire ces bruit de mastication aussi répugnant qu’insupportable.  Sur son passage pour retourner a sa place, elle entend des passagers la remercier. Non mais comme si elle l’avait fait pour eux, non, elle avait fait taire ce gros sac uniquement dans le but de pouvoir dormir tranquillement, et aussi parce qu’elle avait toujours eu une sainte horreur des bruits de mastication.  Elle l’avait uniquement fait pour elle, parce que tout ce qu’elle faisait c’était pour elle. N’oublions pas que l’on parle de Rebekah Bella Fitzgerald là, la plus grande égoïste de la création. Ou du moins ce qu’elle aimait faire croire. Elle revint a sa place et alors qu’elle se dit qu’elle allait être enfin tranquille, la brunette a coté d’elle lui adressa la parole.  Décidément cette gosse ne la fermait jamais ? Elle tourna la tête vers elle et lui accorda un sourire. Un sourire neutre presque froid, mais un sourire quand même. «  Tu sais, il y a des choses dans la vie qu’il vaux mieux ignorer. » Elle n’allait quand même pas lui dire qu’elle l’avait menacer de lui arracher la gorge avec ses propre dents a lui. C’était quelque chose qui aurait surement choquer beaucoup trop profondément cette gamine qui semblait encore si… Innocente même si elle était beaucoup trop bavarde.  «  Enfin, je lui ai pas vraiment dit quelque chose de gentil » Dit elle en se tournant a nouveau dans son siège, pour regarder droit devant elle. Elle ferma a nouveau les yeux. Maintenant es ce qu’elle pourrait avoir la paix et dormir ? Elle n’aimait pas vraiment les avions, alors rester éveillé trop longtemps dans un avion, alors qu’en plus elle était fatigué, ce n’était surement bon pour personne.  Tout aujourd’hui semblait vouloir la pousser a avoir des envie de meurtre.

Elle ouvrit a nouveau les yeux en entendant les murmures dans tout l’avion. Non mais quoi encore ? Qu’es ce qu’il y avait. Décidément la classe éco n’était jamais calme.  Elle suivit des yeux les employés qui faisait des aller retour entre la tête de l’avion et la queue de celui-ci et fronça les sourcils. Là il y avait quelque chose qui clochait, les hotesse et stuart semblait de plus en plus nerveux. Elle  se concentra pour capter des bride de messe basse qui  avait envahie assez rapidement l’avion et tourna la tête vers  la jeune femme qui lui parla a nouveau.  Elle la prenait pour sa mère ou quoi ? Enfin quoi qu’il en soit, elle semblait nerveuse et il fallait avouer que Rebekah n’était pas vraiment tranquille elle non plus.  Elle réfléchi a une réponse. On dit quoi a une jeune fille qui panique ? On la rassure. Oui, elle devait la rassuré même si elles étaient probablement dans la pire des merdes. «  Je ne sais pas. Je pense qu’on va attérire au prochain aéroport pour décharger le corps… » Elle soupira doucement «  Enfin j’espère. » Elle regarda  a nouveau une hotesse de l’air totalement paniquer passer et un crie envahie le corps de l’avion. Le vieil homme venait de mordre un employé, il hurlait a la mort,  et saignait beaucoup. Alors que l’homme qui était présumé mort, la bouche maintenant tapisser de sang se relever.    La brune dans un geste de reflex attrapa doucement le poignet de la jeune femme présente a coté d’elle et regarda l’homme qui venait de se faire mordre. «  Okai… Je sais pas ce qu’il se passe mais reste avec moi » Dit elle doucement avant d’attraper son sac a main et fouiller dedans. Elle en sortie une lime a ongle. Oui, pour n’importe qui c’était banale, mais quand on est une tueuse comme Rebekah, une simple lime a ongle pouvait devenir une arme blanche redoutable.  


You kill or you die or you die and you kill. † the walking dead.


_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

SUPER MEMBRE
Salomé Olsen

Salomé Olsen
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

× Âge du perso : :
24 ans

× Caravane + colocataires : :
9C - Valentina M. Gomez

× Poste assigné : :
Jardinière

× Effets du vaccin : :
Aucun, car non vaccinée

× Messages : :
1019

× Points de vie : :
177

× Copyright : :
Avatar (dracarys.) | Signature ()

× Avatar : :
Alycia Debnam-Carey

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SneakySkunk




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeDim 10 Fév - 2:46

The plane of chaos
When everything seems to be going against you, remember that the airplane takes off against the wind, not with it.
Olsen est omniprésente à cause de l’agitation. Son esprit est à deux endroits à la fois. Elle essaie de rester calme, de continuer sa conversation amère concernant l’obèse avec sa voisine, mais elle essaie également d’assimiler l’attitude des hôtesses de l’air. Un homme est inconscient, selon les murmures qui parviennent à leurs oreilles. Absolument rien ne confirme qu’il soit réellement mort. Mais peu à peu, les chuchotements cessent. Sur le moment, Salomé pense que c’est son cerveau qui a fait taire les voix pour mieux analyser la situation. Or, le silence s’est bien imposé à eux. Retenant leur souffle, les passagers attendaient le verdict concernant l’homme inconscient.

Puis, soudain, il est secoué d’un spasme et se redresse. Au même moment, la main de sa voisine de siège agrippe son poignet, ce qui la fait davantage paniqué. Les événements qui suivent ne possèdent aucune logique. Une mâchoire broie la chair ; le sang gicle. Ce n’est pas le travail minutieux d’un chirurgien qu’elle observe (ce qu’un vampire du cinéma aurait reproduit), mais c’est plutôt une boucherie. Quel type de maladie pousse un homme à agir de la sorte? L’Alzheimer ne changerait pas un homme à ce point. Il ne pourrait oublier l’essence même de la vie et les conséquences du cannibalisme.

Les gens ont un réflexe stupide : se lever. Ils veulent spontanément s’éloigner de la scène de crime, même si leurs déplacements peuvent causer des soucis de stabilité au sein de l’avion. Un crash serait tout aussi désagréable qu’une décapitation par un homme souffrant.

Sans terminer son travail sur sa première victime, l’homme se jette sur sa propre femme avec un grand appétit. Un appétit qui pourrait rendre l’obèse cruellement jaloux. La première victime, quant à elle, s’effondre dans l’allée, incapable d’appliquer une paume sur la blessure. La victime se contente de pleurer et de hurler tout en rampant péniblement sur le sol. Cette vision d’horreur est cauchemardesque et irréelle. Personne n’est volontaire pour aider la victime, Salomé y compris. En fait, les victimes tombent comme des mouches, car les plus costauds et les plus courageux tentent d’intervenir, mais les résultats ne sont pas prometteurs.

Les gens qui fuient la scène écrasent les deux filles dans l’amont. Salomé est bientôt écrasée entre plusieurs personnes, incapable de respirer convenablement. Bientôt, elle ne parvient plus à discerner correctement le massacre. Les plus rapides gagnent les cabines fermées telles que les toilettes. Or, les autres sont frustrés et tapent dans les portes pour bénéficier de la même protection. Au travers de la foule, Salomé se souvient que la femme tenait son bras. La pression qui comprime son bras est toujours présente. Salomé ne s’était pas rendu compte du nombre de personnes dans l’avion avant maintenant.

Cette agitation n’est qu’une infime partie de leur malheur, car les morts ne se sont pas relevés encore. Les victimes, encore chaudes, sont pour le moment à peine secouées de quelques soubresauts. Leur système nerveux reprend peu à peu de l’activité. Bientôt, le spectacle sera mémorable. On penserait que la situation pourrait être gérée, mais elle est déjà hors de contrôle, puisque personne n’écoute avec attention les paroles des hôtesses de l’air dans les haut-parleurs.

- Nous gérons la situation. Veuillez gagner vos sièges et restez calmes. Nous rencontres quelques difficultés, mais vous n’avez rien à craindre.

La femme répète ce message encore trois fois avant que, d’une voix incertaine, elle s’adresse à un passager entreprenant. On l’attend marmonner : « Mais qu’est-ce que vous faites là, éloignez-vous! » Juste après, le microphone s’éteint brusquement. Sa voix disparait, plongeant tous les passagers dans l’incertitude.


SIXE, 2018


_________________

Salomé Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

Rebekah Fitz-Williamson
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pghybiU6tY1v98dkdo3_r1_400
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7707

× Points de vie : :
276

× Copyright : :
Lux aeterna (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeDim 10 Mar - 7:46

Chaos
The plane of chaos
Salomé & Rebekah

Elle avait pris cet avion en quatrième vitesse pour  ce contrat bien juteux de dernière minutes. Elle n’avait pas put avoir la première classe, et  donc elle devait subir les désagrément de la classe éco. Elle savait qu’elle allait surement avoir des problèmes. Comme avec cette espèce de gros lard bien trop bruyant, ou cette gamine qui parle trop. Mais jamais elle n’aurait imaginé vivre tout cela. Et surement qu’elle aurait préféré ne pas vivre tout cela. Elle aurait préféré que ce gros continue a mastiquer sa nourriture trop fort et sans gênes, que cette gamine continue a lui poser mille et une questions, et surtout elle aurait préféré pouvoir continuer a râler en son fort intérieur. Mais voilà, le destin en avait décider autrement. La mort s’était invitée, en passager clandestin dans cet avion, et rien ni personne ne pourrait rien faire contre cela.  Pourtant, Rebekah la connaissait la mort. Elle l’avait vue parfois, elle l’avait côtoyé de très prêt, elle avait flirté avec elle, elle avait même provoqué. Composer avec la mort, elle avait l’habitude, c’était presque le plus gros  de son travail. Mais pas là, pas aujourd’hui. Aujourd’hui et pour la première fois, les scènes qui se passait sous ses yeux, lui firent des frissons de peur et de dégout.  Ce qui l’avais poussé a attraper le poignet de la jeune fille qui était à côté d’elle et ne plus la lâcher. Ça avait réveiller un peu l’humanité en elle. En cette personne d’un égoïsme pourtant si profond. Elle ne se sentait pas le cœur a laisser la gamine finir comme ces gens-là.  

La brune faisait preuve de compassion et d’humanité, c’était bien une première, et bien là le signe que quelque chose n’allait vraiment pas. Sa lime a ongle dans la main et le poignet de la jeune femme dans l’autre, elle était prête a tout affronter… Ou presque.  Elle était en tout cas prête a planter sa lime a ongle dans la jugulaire du premier qui essayerais de les embêter. Et elle savait que ça arriverait surement. Les mouvements de foule comme celui qui était en train d’avoir lieu, ça donnait toujours des situations propices pour que les gens en embêtent d’autre.  Le sang giclé, les hurlements envahissait la queue de l’appareil. Les pauvres fous qui essayait d’arrêter le vieil homme prit d’une folie soudaine, sanguinaire et cannibale, finissait comme ses premières victimes. Hurlant, de la chair en moins et beaucoup de sang les tapissant. Et évidement, il était hors de question qu’elle aille dans la bataille. Elle savait quand il fallait être courageuse, et quand il fallait être lâche. Et aujourd’hui, elle savait très bien que c’était être lâche le plus judicieux. Si elle voulait sauver sa vie, et accessoirement celle de la jeune femme, elle se devaient de fuir, autant et le plus loin possible.   Alors elle essayait de l’entraîner plus loin. Elle, elle ne voulait pas s’enfermer dans les toilettes comme tout le monde semblait avoir une soudaine envie de le faire. Elle, elle visait le coque pite. Bien a l’abri avec les pilotes. Et comme elle avait quelque notion de pilotage en cas de besoin elle pourrait un peu mettre la main à la patte. Elle n’avait jamais piloté d’avion aussi gros, mais elle connaissait plus ou moins bien.

Mais elle avait sous-estimé le mouvement de foule, elle avait sous-estimé la panique des gens, ainsi que le nombre de personne présente dans cet avion. Si bien, qu’elles furent vite écrasées dans la foule et emporter par celle-ci. Elle essayait de ne pas lâcher la gamine, elle ne voulait pas la perdre, sans savoir vraiment pourquoi, elle voulait la protéger coute que coute.

Elle lutté contre le mouvement de foule, elle lutter pour ne pas lâcher le bras de la jeune femme, quand les paroles de l’hôtesse de l’air retentir au micro. Elle était attaquée. Tout compte fait, le coque pite ce n’était plus une si bonne idée que cela.   Elle lança un regard furtif a la brune qu’elle tenait toujours. La pauvre avait l’air paniquée, donc Rebekah ne devait pas montrer qu’elle avait peur, qu’elle était angoissée, qu’elle se voyait déjà morte. Dieu merci, faire semblant était une des grandes spécialités de la brune.  Et alors qu’elle allait lui parler dans l’oreille, lui dire que tout irait bien, de ne pas paniquer, une violente secousse se fit ressentir.  Les masques a oxygène tombèrent de leurs cachette, une sorte d’alarme se fit entendre. Et d’un coup, toute l’apesanteur disparut. L’espace d’un moment, les passagers de l’avions se mirent, comme a voler. La chute était amorcée. La faucheuse allait achever son travail. Et laisser peu de chance de salut aux pauvres voyageurs qui était monter il y a quelques heures dans cet avion.
CODE BY MYERS.

_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

SUPER MEMBRE
Salomé Olsen

Salomé Olsen
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

× Âge du perso : :
24 ans

× Caravane + colocataires : :
9C - Valentina M. Gomez

× Poste assigné : :
Jardinière

× Effets du vaccin : :
Aucun, car non vaccinée

× Messages : :
1019

× Points de vie : :
177

× Copyright : :
Avatar (dracarys.) | Signature ()

× Avatar : :
Alycia Debnam-Carey

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SneakySkunk




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeSam 6 Avr - 16:28

The plane of chaos
When everything seems to be going against you, remember that the airplane takes off against the wind, not with it.
Les ongles de la femme perforent sa peau, libérant une goutte de sang par la même occasion. L'entaille n'est même pas douloureuse ; Salomé l'aperçoit sans s'inquiéter. Cette entaille est inoffensive et insignifiante. Elle est davantage préoccupée par les personnes de l'avion. Les gens, compactés telles des sardines, sont agglutinés à un seul et même endroit, persistant à croire qu'ils ont encore une chance de survivre à ce massacre sanglant. La force du troupeau écrase finalement Salomé. Le mouvement l'éloigne de sa voisine de siège. Elle est lentement séparée de la poigne de la femme. Comme cette dernière s'agrippe toujours à son poignet de toutes ses forces, les ongles ne transpercent pas seulement la peau, ils la déchirent profondément. Le gémissement de la brune est vite étouffé par la foule.

Les masques tombent. C'est un mauvais signe. L'avion penche. C'est d'autant plus inquiétant. La secousse qui suit lui fait perdre l'équilibre. Tant bien que mal, elle s'accroche au siège le plus proche. Toutefois, les gens sont propulsés les uns sur les autres comme des dominos. Comme plusieurs passagers, ses pieds quittent le sol. Une nouvelle déviation de l'avion le projette au sol. Un énorme poids s'écrase sur sa personne. Le corps de l'obèse s'affale de tout son poids sur ce corps frêle qui ne saurait le soulever même à deux bras. Il voulait fuir, mais n'avait pas la bonne stabilité pour se rendre bien loin. L'obèse a été soumis, lui aussi, aux nombreuses secousses de l'avion.

Incapable de le soulever, Salomé tente plutôt de glisser sous lui en s'aidant de tout ce qui l'entoure : des chevilles en mouvement, des sièges vides, des valises tombées... Avant même qu'elle ne puisse s'auto-sauver, elle est soulagée de l'énorme poids qui l'écrasait. Intriguée de connaître l'identité de son sauveur, elle se retourne. Deux passagers tirent les pieds de l'obèse, mais l'ignorent complètement. Ils sont surtout avides d'engloutir l'énorme repas qu'ils ont découvert. Combien d'hommes et de femmes se sont transformés en monstre? Elle détourne le regard avant qu'ils ne croquent et déchiquettent la chair.

L'avion tangue dans un angle alarmant. Soit les pilotes sont morts, soit les passagers ont réussi à entrer dans le cockpit.

Par réflexe, Salomé cherche sa voisine de siège des yeux ; peut-être pour se rassurer, car jusqu'à preuve du contraire cette dernière n'avait pas été tuée. Et pourtant, ça ne saurait tarder. Elles sont à des lieux au-dessus des terres, perdues dans l'infini du ciel. Les passagers cherchent la sécurité, mais compromettent la survie de tous par leurs gestes impulsifs et leurs décisions stupides. Il n'y a aucune place où se cacher, où s'enfuir. Pourquoi se battre lorsque la fin est proche et inévitable? Cette dernière question pourrait presque s'adresser à sa voisine de siège, car c'est à ce moment - où la réflexion lui traverse l'esprit - qu'elle croise enfin son regard. Que doivent-elles réellement affronter dans cet avion? Ce n'est pas réel. Ça ne peut être réel.

Salomé hurle de faire attention, car quelqu'un se jette sur sa voisine de siège !


SIXE, 2018


_________________

Salomé Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

Rebekah Fitz-Williamson
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pghybiU6tY1v98dkdo3_r1_400
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7707

× Points de vie : :
276

× Copyright : :
Lux aeterna (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeSam 18 Mai - 14:12

Chaos
The plane of chaos
Salomé & Rebekah

L’avion avait prit un virage dangereux. Les masques à oxygène était tomber de leurs cachette, rien de tout cela n’était un bon présage. Dans la cohue, la brune avait était obliger de lâcher la gamine qu’elle avait un peu blesser sans faire exprès.  Elle ne l’avait même pas remarquer d’ailleurs. Elle était bien trop occuper a penser a autre chose, donc le fait que ses ongles toujours très bien manucuré qui déchire un peu la chair de la brune, c’était bien le cadet de ses soucis. Elle était plus occupée a penser a un moyen de se sortir de se bourbier.  Mais elles étaient maintenant séparé et la brune avait était projeter plus loin contre un siège quand l’avion avait a nouveau était secoué faisant revenir tout les passager sur le sol.  Elle s’était pris l’accoudoir d’un sièges dans les côtes et ca n’avait franchement rien d’agréable.  Elle grogna et essaya de se mettre assise dans une position où elle n’aurait pas mal. Vue la force de l’impact, elle était prête a parier qu’elle s’était fêler ou casser une côte… Ou deux. Enfin, elle verrait plus tard. Elle se mit tout de suite a penser a la jeune femme dont elle avait était séparer.

Elle se mit un peu a paniquer en ne la voyant pas. Non, elle ne pouvait pas être morte ! Elle refusait de croire que c’était possible. Pourquoi cela la mettait dans un tel état ? Elle n’en savait absolument rien. Elle qui normalement ne s’attachait pas aux gens, elle qui se fichait même royalement de tout et tout le monde. Elle semblait s’être attacher a cette gamine, comme si elle avait vue quelque chose en cette jeune femme, quelque chose de fragile et innocent qu’elle voulait a tout prit protéger.  Surement que c’était une fragilité et une innocence dont elle avait était privé dans sa jeunesse, une chose qu’on lui avait pris très tôt, si tant est qu’elle l’ai eu un jour.  Elle ne voulait simplement pas que la brune devienne comme elle. Oui c’était probablement cela. Enfin, pour l’instant elle avait d’autre chat a fouetter, elle penserait a cela quand elles se seraient sortie de là. Elle remarqua qu’elle avait perdu la lime qu’elle tenait dans sa main. Mince, en plus d’être séparer de la petite, elle était désarmée et elle avait mal. Vraiment là elle n’était pas en bonne posture.

Et enfin, elle remarqua la jeune femme. Elle semblait avoir peur. Elle avait surement était blesser elle aussi dans la chute, même si elle n’avait pas l’air a première vue.  Elle allait se lever pour la rejoindre, contente de la voir en vie, quand la brune hurla de faire attention.  Rebekah tourna la tête et vit  qu’un homme se jeter sur elle. Toute dent dehors en grognant. Elle tenta de le repousser. Dans ses yeux, elle ne voyait plus rien. Plus rien que du vide.  Il n’était vraiment pas beau a voir, la moitié de sa joue gauche était arracher et dégoulinant d’un sang devenue noir, poisseux et épais.  Elle tenta de le repousser mais il avait la force d’un homme enrager, et surtout il semblait ne pas se fatigué, il essayait de faire claquer ses mâchoires sur elle, elle les sentait souvent passer tout prêt, mais elle tenait bon en lui sommant de la laisser.  Jusqu’à ce que les mâchoires puissantes de l’homme se fermèrent sur son épaule. Elle poussa un hurlement et dans la douleur elle trouva la force de le repousser plus fort.

Elle poussa une main sur son épaule blesser en grimaçant. Il ne l’avait pas mordu pour de faux ce connard. Et il revint rapidement a la charge. Dans un réflexe de survit  elle lui mit un coup de pied et son talon vin se planté dans l’œil de l’homme qui tomba raide mort.  Elle soupira doucement en regardant le corps de l’homme et se leva. Elle abandonna sa deuxième chaussure. Tant pis pour sa pair de Lou Boutin, elle en avait d’autre… Même si elle ne savait pas encore que son  heure viendrait d’ici peu. Elle alla vers la brune en souriant, essayant de ne rien laisser paraitre.
« Es ce que ca va ? »

Demanda t elle en regardant l’état générale  de la jeune femme qui ne semblait pas aller trop mal. Elle soupira doucement et s’installa au sol, soudain prit d’un petit vertige. Elle posa les yeux sur la morsure et soupira doucement.
CODE BY MYERS.

_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

SUPER MEMBRE
Salomé Olsen

Salomé Olsen
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

× Âge du perso : :
24 ans

× Caravane + colocataires : :
9C - Valentina M. Gomez

× Poste assigné : :
Jardinière

× Effets du vaccin : :
Aucun, car non vaccinée

× Messages : :
1019

× Points de vie : :
177

× Copyright : :
Avatar (dracarys.) | Signature ()

× Avatar : :
Alycia Debnam-Carey

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SneakySkunk




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeJeu 23 Mai - 0:04

The plane of chaos
When everything seems to be going against you, remember that the airplane takes off against the wind, not with it.
Une mâchoire se referme sur l'épaule de la femme. Les yeux de Salomé s’écarquillent à cette vue cauchemardesque. Elle ne connaissait pas personnellement sa voisine de siège ; elle trouvait que cette femme était antipathique. Mais cette vue lui brise le coeur. Personne ne mérite une telle douleur, un tel supplice. C'est inhumain.

La femme est épuisée d'avoir lutter ; c'est tellement compréhensible. Salomé vient s'accroupir devant elle, comme si désormais elle ne pouvait s'éloigner de sa personne. Cette femme est sûrement condamnée et Salomé a dû mal à accepter qu'elle puisse mourir. Salomé aimerait stupidement que cet avion parvienne à destination : mais il semble voler depuis une éternité, semble voler pour l'éternité.

- Est-ce que ça va?

La femme s’informe de l’état de Salomé, pourtant ce n’est pas Salomé qui a été attaquée. Salomé secoue la tête, ne veut pas répondre à cette question. L’état de la femme est plus inquiétant, plus alarmant. Mais la gamine panique, n’aime pas la vue du sang, n’aime pas les avions. Tout, dans cette situation, pourrait lui faire perdre la tête. Salomé voudrait poser une main sur la plaie, voudrait aider la femme à contenir le sang qui se déverse comme un torrent sur ses beaux habits, malheureusement elle ne parvient pas à l’aider.

Du sang recouvre les mains de la plus jeune. Elle fixe d’ailleurs ses mains, cherche à comprendre d’où vient ce sang. Il peut venir de partout. Les passagers meurent tous, un après l’autre. Certains ont été écrasés par d’autres passagers, sont morts d'asphyxie. Certains ont perdu des doigts, des mains, des bras, voire même des jambes, sont morts vidés de leur sang. Salomé a une simple égratignure sur le bras, causée par sa voisine de siège. D’où vient ce sang? Machinalement, elle essaie d’essuyer ses paumes sur son propre chandail, comme si ça pouvait changer quelque chose. Salomé est trop terrifiée pour pleurer, pour trembler. Elle est simplement sur un nuage ; techniquement, dans les nuages. Elle flotte hors de son enveloppe charnelle. Elle cherche des réponses ; elle ne trouve pas de réponses.

- Je ne veux pas mourir.

Voilà tout ce qu’elle trouve à dire. Salomé ne veut pas mourir. Elle voudrait se battre pour sa vie en fuyant les lieux (comme tout le monde), mais aucune échappatoire n’est disponible. Quelle serait la pire fin? Mourir dévorée ou mourir dans l’écrasement? C’est chacun pour soi. C’est la loi du plus fort, dans cette avion. Si Salomé détestait les avions, désormais ce sentiment est décuplé. Elle sait qu’elle ne retournera jamais dans un avion - si elle survie. Mais elle ne survivra probablement pas : cette perspective l’insupporte. Elle ne s’autorise pas à baisser les bras même si la fin est proche. La faim sous toutes ses formes.

Le visage d’Olsen semble désolé pour la femme, mais pour autant, elle est incapable de venir abréger ses souffrances. Même si ce serait pour son bien, elle ne peut se résoudre à lui enlever la vie. Mais espérer que sa voisine de siège survivre à ses blessures est improbable. Il suffit de voir les énormes lambeaux de chair qui ont été arrachés. Elle aimerait pourtant essayer de faire quelque chose pour elle, si elle ne peut la tuer de ses propres mains. Elle pourrait lui offrir une mort plus légère, plus agréable qu'être simplement dévorée à petites bouchées. Le problème, c'est que Salomé préfère être tétanisée qu'être confrontée à la mort. Elle voudrait lui proposer d'ouvrir la porte, de sauter dans le vide. Juste d'y penser, Salomé se sent horrible. Juste d'y penser, Salomé ne voudrait s'approcher de la sortie de secours au risque d'y être aspirée.

- Les parachutes... souffle-t-elle comme si c'était la réponse à tous les maux.

Tout semble réalisable, dans les rêves. Mais les cauchemars, eux, sont plus vicieux. Donnent de faux espoirs.

Olsen aide la femme à se remettre sur pied, essaie de l'aider à se frayer un chemin parmi les gens. La plupart des transformés sont occupés à manger. Et alors qu'elle s'approche d'un parachute, quelqu'un semble avoir la même idée et bouscule lourdement Salomé. Dans ce mouvement, l'homme blesse davantage Rebekah. Comme Salomé est en état de se relever, elle attrape l'une des bretelles du sac qui contient le parachute. L'homme est pourtant désespéré, plus égoïste et cruel que la brune. Alors, le type, il choisit d'appuyer sur le bouton qui ouvrira la sortie de secours. Il veut sauter, même si le sac n'est pas sur ses épaules. À cet instant, la brune sait qu'elle est condamnée également.

SIXE, 2018


_________________

Salomé Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Revenir en haut Aller en bas

ADMINISTRATOR
Rebekah Fitz-Williamson

Rebekah Fitz-Williamson
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pghybiU6tY1v98dkdo3_r1_400
And in that moment, i swear we were infinite
Conreb


Award 2018:
 

× Âge du perso : :
36 ans mais elle préfére se dire qu'elle n'a jamais passer la trentaine

× Caravane + colocataires : :
Caravane 1A avec Danielo (Le mec qui avait un harem), Aileen (youhou...) & Alicia

× Poste assigné : :
Assistante des spécialiste au centre d'entrainement

× Messages : :
7707

× Points de vie : :
276

× Copyright : :
Lux aeterna (avatar) & MYERS. (signature)

× Avatar : :
Lauren Cohan le canon !

× Et ton p'tit pseudo ? : :
Timon




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeMer 12 Juin - 6:48

Chaos
The plane of chaos
Salomé & Rebekah

Le sang coulait, imprégnant le chemisier blanc en soit de la brune. Dans l’histoire elle perdait une paire de Lou Boutin, mais aussi un chemisier Chanel, super ! Mais le pire, c’est qu’elle savait surtout qu’elle allait perdre bien plus que ça. Bien plus qu’un chemisier et une paire de chaussure. Elle allait perdre la vie.  Et contrairement a ce qu’elle aurait put croire, elle n’avait pas peur. Elle n’était pas déterminée a se battre, non, elle lâchait prise. Elle posa ses yeux vert et froid sur la brune qui était venue la rejoindre et esquissa un très léger sourire en lui demandant comment elle allait. Elle préférait savoir que la gamine allait bien, parce qu’elle, c’était sûre qu’elle n’allait pas bien, et qu’elle n’irait pas mieux.   Elle sentait une vague de chaleur l’envahir. Elle était en prise a la fièvre, elle le sentait bien. Elle se mit même a transpirer, ou alors c’était la peur qui lui faisait cela ? Mine de rien, même si elle n’avait pas peur de la mort, elle sentait une certaine terreur au fond d’elle. Elle n’avait pas peur de mourir, elle savait qu’elle allait mourir dans peu de temps, mais elle avait peur de ces choses.  Ou alors, elle avait peur de l’au-delà. Peur de ce qu’il y aurait, ce qu’elle allait « vivre » une fois qu’elle aurait fermée les yeux et laisser son cœur, son corps et son cerveau s’éteindre.  Elle allait mourir avec quelques regrets, et il parait que c’est le pire. Elle allait mourir sans avoir dit beaucoup de choses aux gens a qui elle tenait. Et pourtant, elle essayait de garder un certain sourire afficher sur son visage. Elle tenait fermement sa main sur sa plaie. Elle avait mal, bien sûr, ce connard lui avait arracher un bon bout de chair, mais elle essayait de passer outre.
« Gamine. On va tous mourir un jour. Et personne n’en a envie. » Dit-elle. Comme si cela était rassurant.

Elle fut un peu surprise que la brune l’aide a se relever, et pourtant elle le fit. Alors, en essayant de ne pas trop s’appuyer sur la gamine, Rebekah se releva tant bien que mal. Un vertige la prit, surement a cause de la fièvre. Ce con, l’avait mordu, mais lui avait aussi refiler une maladie. C’était tout ce qu’elle voyait comme raison à cet horrible vertige et a cette fièvre de tous les diables qu’elle avait en ce moment. Peut-être qu’elle avait déjà chopper une infection, bien qu’elle eût un fort doute sur le fait que cela s’attrape si vite. Et dire, qu’elle aurait fait des études de médecine si son père n’était pas mort, si la vie avait été plus clémente avec elle.  Elle hôcha la tête quand la gamine lui parla des parachutes. La fille de mafieux doutait fortement que ce soit la solution, elle pensait plutôt qu’ils étaient tous condamné a mourir dans le crash, ou comme beaucoup de passager, d’une blessure.  Mais si la gamine avait encore un espoir, elle ne voulait pas l’anéantir, elle voulait essayait.  Après tout, peut-être qu’elle pourrait au moins la sauver cette gamine qui semblait si gentille. Elle ne méritait pas de mourir comme ça.

Mais un homme avait eu  la même idée qu’elles visiblement. Il les attaqua, mettant rapidement Rebekah au sol. Il faut dire que la brune aux yeux vert était grièvement blesser, il n’était donc pour le coup, pas dur de vite la mettre hors d’état de nuire.  Alors que la fille de mafieux était sonnée, un combat pour le parachute semblait s’amorcer. La brune était dans les vapes, elle peinée a reprendre le dessus, elle avait chaud et pourtant si froid. Elle avait le gout du sang dans sa bouche, les entrailles retournée, elle avait une forte envie de vomir. Elle avait l’impression qu’on venait d’enfoncer un tisonnier chauffé a blanc dans sa gorge. Oui, là c’était sur et certain, elle allait mourir dans peu de temps.  Jusqu’à ce qu’une vague d’air violent et frais vienne souffler sur son visage.  Ce fut comme si elle revenait sur terre, comme si ça avait remit son âme qui s’envolait déjà, dans son corps. Elle posa les yeux sur l’homme qui agressait la gamine qui tenait le parachute et eu un hoquet de terreur. Les trait de l’homme se déformèrent et il prit soudainement l’apparence de son père. Son père qu’elle avait tant aimé, tant respecter, tant admiré. Son père qui avait aussi était son bourreau, son géôlier, le diable de son enfer. L’enfer personnifié. Son enfer personnel. Dans un élan de rage, elle se releva, trouvant de maigre force au fond de son être mourant et elle alla pousser l’homme qui se tenait vers la porte. L’homme tomba en hurlant, dans le vide. Il voulait sauter. Voila, il avait sauté, sans parachute.

Elle tourna ensuite la tête vers la gamine. Elle se tenait fermement a la poigné a coté de la porte. Un sourire se dessina sur ses lèvres quand elle vit que la gamine avait mit le parachute. Elle était en sueur, en sang, elle était fiévreuse et cela se voyait, et même comme cela, Rebekah était une tueuse. Elle avait encore tuer quelqu’un même a l’article de la mort. Surement que c’était dans ses gênes, c’était dans son sang,  c’était écrit. Elle était et elle resterait une tueuse. Elle  souri a la gamine et l’empoigna.

« Survie. »

Souffla t elle avant de la pousser dans le vide. Pour la première fois de sa vie, Rebekah l’égoïste, la narcissique, l’ambitieuse, l’égocentrique, l’angoissé, la survivante, avait préféré sauver la peau de quelqu’un d’autre que la sienne.  Elle baissa les yeux, et vit a ses pieds un parachute. Elle aurait pu se penché, le mettre et sauter. Mais non, a quoi bon, elle était condamnée. Elle souri doucement et appuya sur le bouton pour fermer la porte. Une fois la porte fermée, elle se laissa tomber en arrière et rit doucement. Elle était en train de devenir folle a cause de la fièvre, a cause de la maladie.

« Conrad… »

Chuchota t elle avant de fermer les yeux. Dans son hallucination elle le voyait, lui. Ils dansaient a un bal, lui dans un beau costume, elle dans une ravissante robe de soirée.  Ce doux rêve fut son dernier. L’avion qui avait déjà prit feu  toucha l’eau et explosa aussi tôt à cause de la force de l’impact.

Personne dans l’avion n’avait put survire a cela.
CODE BY MYERS.

_________________
In my veins
you're in my veins, and i cannot get you out
Everything is dark.It's more than you can take. But you catch a glimpse of sun light.  
Revenir en haut Aller en bas

SUPER MEMBRE
Salomé Olsen

Salomé Olsen
The Plane of Chaos | Libre  Tumblr_pqoomae3o91ynme1po1_250

× Âge du perso : :
24 ans

× Caravane + colocataires : :
9C - Valentina M. Gomez

× Poste assigné : :
Jardinière

× Effets du vaccin : :
Aucun, car non vaccinée

× Messages : :
1019

× Points de vie : :
177

× Copyright : :
Avatar (dracarys.) | Signature ()

× Avatar : :
Alycia Debnam-Carey

× Et ton p'tit pseudo ? : :
SneakySkunk




The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitimeVen 19 Juil - 3:00

The plane of chaos
When everything seems to be going against you, remember that the airplane takes off against the wind, not with it.
On va tous mourir un jour. Voilà une phrase qui hante Salomé depuis que les paroles ont franchi les lèvres de sa voisine de siège. Une femme qu’elle aura vu belle et confiante, mais également affaiblie et fiévreuse. Certes, la mort frappe tout le monde un jour ou l’autre, mais la vie aussi peut se montrer cruelle. La vie choisit la manière dont les gens quittent ce monde : dans la paix ou dans l’agonie. Dans cet avion, Salomé ne retient que la terreur, les hurlements et la douleur. Pourquoi cet avion, pourquoi cette journée en particulier. Est-ce que la vie a un message à transmettre. Est-ce simplement le hasard? Personne ne pourra jamais répondre à ses questions.

Salomé sait qu’elle ne doit pas épuiser son temps. Tandis que sa voisine de siège confronte l’homme avide de survivre, elle enfile le parachute afin d’avoir elle-même une chance de sortir vivante de cet avion. Pourra-t-elle confronter la mort et relever cette épreuve qui se voit déjà vouée à l’échec? Combien de personnes peuvent s’estimer heureuses d’avoir survécu à un tel massacre? Jamais aux nouvelles la jeune Olsen n’a entendu pareille histoire. Les gens, d’ordinaire, ne se mangent pas entre eux. Et si l’avion s’écrase dans l’océan, coulant jusque dans les profondeurs, qui découvrira l’étendue du chaos, qui pourra un jour l’expliquer et éviter que cela se reproduise? Tant de possibilités infinies de dénouements, pourtant seule la fin semble au bout du chemin. Rebekah offre l’homme aux cieux, puis se retourne afin de lui faire comprendre que c’est son tour de sauter dans le vide.

Finalement, elle a peut-être une chance d’être rescapée. Aucune morsure. Aucune fièvre. Aucune blessure grave. Si le parachute s’ouvre. Si la température est clémente. Si les secours arrivent rapidement. Peut-être pourra-t-elle retournée chez elle. Est-ce que sa mère et son frère sont toujours dans l’avion? En temps normal, elle ferait demi-tour pour vérifier. Cependant, elle ne ressent pas les choses comme à son habitude. Tout semble différent. Au fond d’elle-même, elle n’a pas l’impression que sa famille était à bord avec elle. Sûrement parce qu’elle ne les a pas vus une seule fois. La femme pousse la plus jeune. La porte est refermée.

Les sons, soudainement, changent. Les cris s’estompent. L’odeur de fer quitte ses narines. Ses poumons s’emplissent de l’humidité des nuages. Le vent fouette violemment sa peau. Ses cheveux virevoltent dans toutes les directions, lui bloquant même la vue. Mais effectivement, les cauchemars donnent de faux espoirs. Elle n’a peut-être pas été mordue, mais elle ne survivra pas à cette journée. L’avion n’était pas dans son angle habituel. Alors plutôt que de chuter correctement dans le vide, son corps est heurté par l’aile de l'avion. L’impact est cent fois plus percutant à cette altitude, à cette vitesse. Sous son enveloppe charnelle, les muscles et les os se tordent brusquement. Le corps de la jeune fille roule sur l’aile, poursuivant sa descente vertigineuse dans le vide. L’avion poursuit sa trajectoire, menaçant à tout moment de s’enfoncer dans l’océan. Salomé a le souffle coupé, incapable d’inspirer. Ses hanches ne sont pas correctement positionnées. Seule dans l’infini, elle meurt loin de tous, oubliée. Lorsqu’ils découvriront l’épave de l’avion, elle aura depuis longtemps été emportée par un autre courant marin - ou bien dévorée par les requins attirés par tout le sang qui recouvre ses vêtements.

Et parce qu’elle a peur, elle n’ose pas ouvrir le parachute, inquiète de souffrir trop longtemps. Si son atterrissage est trop doux, elle pourrait survivre à ses blessures durant des jours. Elle ne saurait imaginer l’ampleur des hématomes à ses côtes. Elle préfère chuter à une vitesse impressionnante et mourir en s’écrasant à l’impact de l’eau. À cet hauteur, l’eau peut devenir aussi solide que le bitume. Alors Salomé ferme les yeux et attend que le monde cesse de tourner.

FIN !  coeurrose

SIXE, 2018


_________________

Salomé Olsen


Everybody waiting for the fall of man. Everybody praying for the end of times. I was born to run, I was born for this.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



The Plane of Chaos | Libre  Empty
MessageSujet: Re: The Plane of Chaos | Libre The Plane of Chaos | Libre  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

The Plane of Chaos | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BORN TO BE A WALKER :: ARE YOU ALIVE ? :: CEMETERY :: ARCHIVES DES RPS :: RPS TERMINÉS-